vendredi 17 novembre 2017

Le journal de mi-mandat de Démocratie pour Aix est sorti ! A lire ici...

DPA conf presse mag 8
Lucien-Alexandre Castronovo, Souad Hammal, Edouard Baldo, 
Charlotte de Busschère et Hervé Guerrera 
(Clic sur l'image pour agrandir)

Payé sur nos propres fonds, le second numéro de notre journal vient de sortir. Titré "Quel avenir pour Aix-en-Provence ?", il comprend 16 pages. Et, comme on dit familièrement, nous le trouvons épastrouillant.
Nous faisons un bilan à mi-mandat du travail des élus de notre groupe Démocratie pour Aix.
Nous y exprimons nos propositions en contrepoint des choix de la majorité. Les articles sont nombreux et variés. Les lecteurs y trouveront des sujets qui les concernent directement dans leur vie quotidienne.
Il est possible de le découvrir ci-dessous ou en allant sur le site du groupe. Pour recevoir la version papier gratuitement à domicile, il suffit d'envoyer son adresse postale en se connectant au site.

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

Il est aussi directement accessible sur notre site.
Pour recevoir la version papier gratuitement, merci d'envoyer votre adresse postale à
 
journal@democratiepouraix.fr

Toute l'actualité sur le site de Démocratie pour Aix : 
http://democratiepouraix.fr/

Nous organisons une nouvelle réunion-débat publique sur le thème des compteurs Linky. 

DPA réunion débat 22

La vidéo du site Anonymal

DPA conf presse prov 9

DPA conf presse mars 9

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 novembre 2017

Conseil municipal : Un ordre du jour ordinaire... ponctué d'escarmouches

L'ordre du jour du conseil municipal de vendredi matin n'était pas vraiment folichon. Mais mon groupe a tenu à évoquer divers sujets épineux. Quant à moi, j'ai relevé des points particuliers qui ne sont pas sans importance. Petite revue...

hotel de ville plafond 2 - Copie
La magnifique salle des Etats de Provence de l'Hôtel de Ville
(Clic sur l'image pour agrandir)
 

A première vue, l'ordre du jour semblait assez ordinaire. Pourtant, cette séance publique a quand même duré trois bonnes heures. Mes interventions n'ont pas été longues. Mais j'ai concentré mes questions sur des points particuliers. 
Jardin Cezanne : Dans un document budgétaire, une ligne indiquait une dépense de 114.000 euros pour le "jardin Cezanne". On m'a précisé que c'était pour quelques nouvelles améliorations. J'ai fait observer que l'on devrait plus le nommer jardin vu que, hélas, tout a été minéralisé. J'ai donc suggéré de changer cette appellation en "espace Cezanne" qui me semble mieux correspondre à l'état aride actuel du lieu.
Fourrière automobile : Dans le rapport annuel d'activité de la fourrière automobile, j'ai relevé que cette année la Ville paierait beaucoup moins au gestionnaire que les années précédentes. Cela est dû au fait qu'un avenant, que j'avais préconisé, avait abaissé le seuil de la garantie d'actvité à partir de laquelle la commune devait compenser le manque à gagner pour insuffisance d'enlèvements de véhicules. Ce seuil minimum avait été ramené à 7650. Or, le nombre de voitures enlevées a été de 7560, soit un écart de 80.
La somme à payer pour insuffisance se calcule sur la base de 100 euros par véhicule. En conséquence, la Ville devra régler 8.000 euros. Ce qui est loin des 71.900 de l'an dernier et des 230.900 en 2015 ou des 270.000 en 2014.
Crèches : Sujet plus délicat, le rapport annuel d'activité des crèches par la société Les petits chaperons rouges ressemble à un document du genre "tout va bien". Si les données sont retranscrites de façon exhaustive, en revanche, on n'y trouve aucun paragraphe ou mention d'un bilan social qui retrace les conditions de travail des salariés, avec une très large majorité de femmes.
Je me suis fait le malin plaisir de rappeler à Maryse Joissains et aux élus qu'en juin 2015 un mouvement de grève avait déjà affecté de nombreuses crèches. Et en novembre 2016, des employées ont même manifesté dans la cour de la mairie pour exprimer leur malaise et tenter de se faire entendre. "Les salaires trop bas, on n'en veut pas. Il faut vite changer, on va craquer ! Notre salaire est moindre par rapport à d'autres professionnels de la petite enfance d'autres structures." déclaraient-elles à l'unisson.
Et que voit-on dans ce rapport annuel ? Des chiffres inquiétants sur l'absentéisme, hors congés de maternité, causé par la tension au travail. Pour assurer tant bien que mal la continuité du service, la direction de la structure a recours à des remplaçantes en CDD. Le taux représente 11,7% de l'effectif des personnels, un taux élevé qui tend à confirmer la réalité d'un malaise persistant. C'est ce qui explique sans doute l'occultation d'un bilan social circonstancié.
Plusieurs de mes collègues se sont chargés d'intervenir sur d'autres sujets. La presse du lendemain en a fait le compte-rendu.

CM 34 10

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 novembre 2017

Ravi de novembre : Aix-Marseille Université, une gestion très discutable

une ravi 156

A Aix, le plan Campus avance. Personnellement, j'ai un peu de mal à reconnaître ce qu'il reste des bâtiments où j'ai fait mes études. Je m'en réjouis cependant car ils étaient bien délabrés, et même devenus indignes. Les nouvelles architectures ne sont pas toutes à mon goût. Je trouve qu'elles resssemblent trop à des formes interchangeables qu'on pourrait implanter n'importe où et qui ne tiennent pas compte des caractérisques locales.
Dans le quartier des facultés, les bâtiments sont disparates, sans doute parce que les concepteurs ont voulu imprimer chacun sa marque. Bon, les lieux sont fonctionnels, comme on dit. D'accord. Mais pourquoi ne pas avoir cherché à créer une harmonie des ouvrages convenant à l'empreinte aixoise ?
Loin de ces interrogations, le Ravi de novembre a mené l'enquête sur les choix de gestion des facs. Derrière la façade, on découvre bureaucratisme, privatisation, précarité. Les étudiants ont-ils tous les mêmes chances ou sont-ils tenus de se couler dans le moule qu'on leur propose ? On le perçoit bien avec les questions qui se posent à chaque rentrée universitaire et, celle de cette année, n'a pas manqué de révéler les difficultés d'accueil et d'orientation des étudiants. Il ne faut pas rater cette enquête particulièrement édifiante. Pour les autres articles et rubriques, voyez le sommaire ci-dessous qui ne laisse pas non plus indifférent.

Où est l'harmonie architecturale dans tout ça ?
Clic sur l'image pour agrandir)
fac campus fenouillères

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de novembre :

http://www.leravi.org/spip.php?article2873
Le Ravi sur Facebook
:
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 7 novembre 2017

Quel sort pour le Muséum d'histoire naturelle ? La Provence en parle aussi

Encore quelques mots sur le Muséum d'histoire naturelle qui n'a toujours pas de domicile fixe. Mon article de lundi dernier a été cité dans La Provence de dimanche que je remercie d'avoir relayé l'information et d'aider ainsi à la prise de conscience de la nécessité urgente de mettre un terme à l'incertitude du sort de cet équipement essentiel entre tous.  

museum image

Mon article de lundi dernier sur le destin ajourné de notre Muséum d'histoire naturelle a été relevé par La Provence de dimanche. Cela me touche car le sujet est important. Et plus on en parle, mieux la diffusion de l'information pourra servir la prise de conscience.
C'est bien beau, n'est-ce pas, d'investir 68 millions d'euros pour édifier un équipement de prestige tel que la salle polyvalente de Luynes, dont on a au passage sous-estimé les voies d'accès et le nombre de places de stationnement, ce qui provoque des embouteillages monstres, mais parier sur la culture patrimoniale et éducative paraît être une nécessité aussi fondamentale qu'essentielle.
Le choix du divertissement et du loisir est une chose dont on ne saurait se passer mais celui de la mise en valeur de l'héritage scientifique accumulé au fil des siècles n'est pas moins important. Loin s'en faut, car il pose des jalons dans l'histoire humaine, développe les savoirs, enrichit les connaissances et construit les individus en permettant leur épanouissement.
La politique et la gestion d'une ville doivent être faites de priorités et par conséquent d'arbitrages. Doit-on privilégier le spectacle au détriment de l'instruction ou faire l'inverse ? Tout est affaire de programmation et de moyens judicieusement étalés dans le temps. Avec l'idée de savoir si l'on veut d'abord s'adresser à des publics sensibles aux événements festifs ou à l'ensemble de la population sans distinction d'âge.
Alors, je le dis comme je le pense, à Aix, Maryse Joissains a tranché en faveur du chant des sirènes et de l'arène plutôt qu'au continuum du muséum.

museum prov 5

CM 27 13

"Le Muséum d'histoire naturelle d'Aix est toujours sans domicile fixe !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/10/30/35814375.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 3 novembre 2017

Les 11 ans de mon Blog

blog 11 ans capture

"Il y a des gens qui peignent l'infini en bleu, d'autres en noir." 
(Notes de voyages - Gustave Flaubert)

Au fait, pourquoi mon choix du bleu ? Le ciel, l'azur, le lac, la mer, la Méditerranée, la planète, la lumière, l'ombre, l'horizon, l'air, la fleur, la musique, l'harmonie, le regard, la maison, l'heure, l'encre, les pensées, les images, les mots, les phrases… Avec cette gourmandise non dissimulée de l'écriture pour raconter les faits, chasser les nuages, dompter les vagues et naviguer sur la toile. En toute liberté.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]