le Blog de Lucien-Alex@ndre CASTRONOVO

vendredi 15 décembre 2017

Territoires : Maryse Joissains fait du vent, même… contre des éoliennes !

Il nous faudra hélas entendre les jérémiades, en boucle, de Maryse Joissains jusqu'à la fin du mandat. Elle aura vraiment tout essayé pour s'opposer à la métropole. Quasiment en vain... 

gif éolienne

Il y a une semaine au conseil de territoire et mercredi encore au conseil municipal, elle a présenté aux élus, une seconde fois, sa motion visant à réclamer à l'Etat, sur un ton insistant, de lui permettre de créer "sa" petite métropole gauloise du Pays d'Aix qui ferait sécession d'avec la métropole Aix-Marseille Provence.
Rien dans les lois ne l'autorise si les conditions ne sont pas réunies, en particulier le critère démographique. Le Pays d'Aix n'y répond pas. Par ailleurs, autre obstacle de taille, ce dernier est déjà dans un périmètre métropolitain. Donc, impossible d'en sortir. Voilà pour ce point.
Comme je l'ai raconté dans mon précédent article, une nouvelle idée a germé dans l'esprit de Maryse Joissains. Ayant appris que deux petites communes du Var relançaient un projet d'installation d'éoliennes, elle a proposé une motion tendant à s'y opposer alors que nous ne sommes en rien concernés, le Var n'ayant juridiquement aucun lien avec le Pays d'Aix. Mais qu'importe pour elle, tant qu'on peut faire du vent, autant souffler fort, encore, encore et encore.
Maryse Joissains se targue de bien gérer la ville d'Aix et le Pays d'Aix. Rappelons que pour tenter de "faire capoter", comme elle dit, la métropole, elle avait rapatrié des équipements culturels, le Grand Théâtre de Provence, le musée Granet et le Centre chorégraphique national, qui auraient pu être transférés à la métropole sur le principe d'intérêt métropolitain.
Elle avait voulu aussi soustraire l'office public Pays d'Aix Habitat au transfert obligatoire en cherchant à le vendre à la Sacogiva. Mal lui en a pris. La loi, c'est la loi et le préfet a mis un point fianl à cette tentative. Il en a été de même pour les parkings publics qui avaient fait l'objet d'une offre d'achat par la Semepa, son délégataire. Et hop, les parkings sont passés à la métropole.
Pour finir, je ne résiste pas à signaler que le coût du nouveau palais des sports a récemment été revu à la hausse, passant de 65 millions d'euros à 70. Le conseil métropolitain d'hier à Marseille avait inscrit à son ordre du jour les répartitions budgétaires 2018 pour les communes. A la métropole, Jean-Claude Gaudin se fait régulièrement le malin plaisir de rappeler que juste avant la fusion, certaines intercommunalités ont surchargé la barque sur les investissements (il a dit "ont chargé la mule"), espérant ainsi créer un blocage. Inutile de dire ici qui est visé…

"Territoires : Maryse Joissains, il faut la mettre au pôle… des comiques"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/12/11/35958703.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 décembre 2017

Territoires : Maryse Joissains, il faut la mettre au pôle… des comiques

La métropole franchira inéluctablement une nouvelle étape essentielle en janvier. Or, à chaque séance du conseil de territoire, Maryse Joissains en est toujours à ses marottes de menaces, d'annonces de batailles vaines et de revendications qui n'ont aucun fondement légal. Récit des trois derniers épisodes...

CT 11 12
Toujours présents

Trois séances en deux mois. Y a-t-il accélération de la mise en œuvre de la métropole ? Oui. Car le 1er janvier marquera une étape importante pour de nouveaux transferts de compétences
jusqu'alors exercées par les communes et les intercommunalités. Cela résulte de la loi. Mais, personne ne s'en étonnera, les maires récalcitrants, une obsession, continuent de manifester leur mauvaise humeur et de promettre des batailles qui, soit dit en passant, sont d'ores et déjà vouées à l'échec. Comme les précédentes. Pire, en se décrédibilisant par l'annonce d'obstacles artificiels, ces élus risquent d'affaiblir leurs chances de trouver la meilleure place possible au sein de la métropole.
Pour rappel, la création de la métropole a pour objectif d'organiser le territoire dans divers domaines tels que la mobilité, l'économie, l'urbanisme, le logement et l'environnement pour n'évoquer que les plus importants. Il s'agit de mutualiser et de rationnaliser les moyens en coordonnant les missions et les défis qui concernent près de 1,8 million d'habitants. Admettons-le, ce n'est pas une mince affaire.
Après la phase légale d'instauration de la métropole, vient maintenant le temps de la mise en commun. Cela ne peut évidemment pas se faire d'un coup de baguette magique. Il y a forcément une période d'adaptation, voire d'expérimentation, qui nécessite des procédures complexes.
Prenons l'exemple de l'eau. Il y a quatre catégories de gestion qui passent actuellement par le public ou le privé. Les contrats ne sont pas tous conclus pour la même durée et il faudra plusieurs années pour les harmoniser et aboutir à une convergence des modes de gestion.
A l'inverse, la mobilité, qui conditionne la cohérence et l'efficacité de tous les modes de déplacements entre les différentes parties du territoire, a été le premier chantier validé avec un agenda dont tout le monde loue la qualité et la pertinence. Rome ne s'est faite en un jour. La métropole aura elle aussi besoin de temps pour se constuire et se développer.
Au conseil de territoire d'octobre, a été évoqué le devenir des offices de tourisme. La loi impose leur transfert à la métropole. Seules les communes classées pourront en conserver la gestion. C'est le cas d'Aix et de Marseille par exemple. Des débats homériques et pleurnichards ont agité certains élus annonçant sans aucune mesure l'apocalyse, rien de moins, "on est étouffés de toutes parts", "on est en train de vivre un nouveau colonialisme"
Autre bataille donquichottesque au conseil de novembre, Maryse Joissains ne s'est pas attaquée à des moulins mais… à des éoliennes. Elle a voulu faire passer une motion contre un projet d'implantation souhaité par deux communes… du Var ! Un département qui n'a rien à voir avec Aix-Marseille-Provence ! Faire du vent, c'est sa spécialité.
Cerise sur le gâteau au conseil de décembre : les conventions à passer commune par commune du Pays d'Aix pour valider les dotations budgétaires arbitrées pour contribuer au budget de la métropole. Gnan… gnan… gnan… "on nous spolie" ont repris en chœur nombre de maires, chacun y allant de sa plainte nombrilique. Mais loin de l'unanimité demandée par Maryse Joissains pour exprimer un avis réservé (qui n'a aucune valeur pour un vote). La présidente venait de fustiger "le"b…" qui règnerait à la métropole. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui rétorquer "vu le désordre et les points de vue divergents qui se manifestent ici ce soir, j'ai plutôt l'impression que vous en connaissez un rayon avec ce mot qui commence par la lettre b"

CT 11 12

CT 12 29

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 5 décembre 2017

Ravi de décembre : Enquête sur la tendance à la privatisation de la culture

une ravi 157

Les collectivités publiques jouent-elles encore un rôle de soutien aux acteurs culturels ? Tout doit-il passer par des financements privés ? De vraies questions à se poser quand on voit l'évolution à la baisse des subventions. 
Le Ravi de décembre a donc mené son enquête. Amis des programmes et événements culturels et festifs, voyez ce qui se trame en coulisses.
Alors qu'une suite de Marseille Provence 2013 se profile à l'horizon 2018, le monde de l'entreprise s'empare du projet à l'écart des décideurs publics qui ne trouvent rien à redire ou presque.
L'idée de profit doit-elle primer sur la diffusion de la culture ? Et à qui seront réservés ces moments culturels ? Aux habitués, aux connaisseurs qui en profitent toujours ? Ou à toutes les strates de la population qui méritent aussi de découvrir et de partager ces manifestations ?
La culture est-elle pour tous ou pour les initiés ? Quid de la fonction émancipatrice de l'éducation populaire ? Est-il déjà trop tard pour s'interroger sur cette tendance à la privatisation ?
En achetant le mensuel, vous saurez également tout sur les frasques de Muselier qui en est à son troisième directeur et de Bernardini qui continue à s'empêtrer dans des errements délictueux.
Il serait dommage de se priver des informations du Ravi qui a besoin plus que jamais du soutien d'abonnés et de lecteurs pour assurer sa survie.    

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de décembre :

http://www.leravi.org/spip.php?article2899
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 novembre 2017

Réunion-débat : Pour la pose des compteurs Linky, le courant passe mal !

Il y a quelques jours, j'ai animé une réunion-débat sur les compteurs Linky. J'ai exposé tous les éléments d'information essentiels permettant de comprendre ce qui se cache derrière cette vaste opération commerciale d'enfumage. Compte-rendu…

DPA réunion-débat Linky 22

On vous l'a peut-être installé. Avec votre consentement ou sans. En votre absence ou par ruse même en votre présence. Vous avez peut-être reçu un courrier d'Enedis et un autre d'un sous-traitant. Ou, vous n'avez peut-être rien reçu du tout.
Depuis que je m'occupe de ce dossier, de nombreux témoignages d'habitants me sont parvenus pour me signaler des méthodes bizarres ou pour me demander des conseils pour refuser la pose des compteurs.
Les situtations sont très diverses : résidence, immeuble, maison individuelle, siège d'entreprise, compteur installé à l'intérieur ou à l'extérieur, ou sur la clôture et donnant sur la rue. Quel que soit le cas, une règle s'applique, celle de l'article 226-4 du Code pénal sur la violation de domicile privé si aucune autorisation de l'occupant n'a été donnée ou si l'intrusion a été faite chez l'occupant qu'il soit propriétaire ou locataire.
Or, les sous-traitants ne s'embarrassent de rien. Leurs employés ont reçu des consignes d'Enedis pour arriver à leurs fins coûte que coûte, y compris en usant de mensonges, d'intimidations, de méthodes agressives et de menaces.
Cela a donné lieu à des situations tendues avec des habitants qui refusaient la pose. Y compris avec ceux qui avaient pris le temps de faire des démarches juridiques, par exemple une "sommation de ne pas faire" établi par huissier, ou envoyé des lettres recommandées de refus à Enedis et au sous-traitant. Les incidents se multiplient. A Aix comme ailleurs.
Les derniers en date ont eu lieu il y a quelques jours à Toulouse et à Louveciennes. Dans le document ci-dessous, on pourra lire tout ce qu'il faut savoir sur le contexte de cette opération 
et ce qui en découle en termes de droit, d'obligations et… d'illégalités.
Alors, l'installation des nouveaux compteurs est-elle une manipulation ? Ces boîtiers sont-ils vraiment utiles ? Quels sont les dangers pour la santé et la vie privée ? Pourquoi Enedis et ses sous-traitants usent-ils de méthodes agressives et illégales ? La municipalité fait-elle le nécessaire pour protéger tous les habitants ? Les réponses sont ici. 

(Pour ouvrir et lire le document, clic sur la vignette)
CM 33 29

DPA réunion-débat Linky 22DPA réunion-débat Linky 22

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 24 novembre 2017

Aix en bus et BHNS : De grosses fritures sur les lignes sont à craindre...

Les travaux pour créer la ligne du BHNS sont nombreux. Lorsqu'elle sera en service aura-t-on la chance de la voir articulée de manière cohérente avec le réseau Aix en bus ? Pour l'instant, rien n'est moins sûr. Radio Zinzine m'a invité à venir en parler à son micro. L'enregistrement est en fin d'article...

aix en bus dessin

Il n'y a sans doute que les martiens à ne pas avoir vu les gros travaux qui ont lieu d'ouest en sud-est à Aix. Et cela va durer deux ans ou un peu plus. On pourrait se demander si l'on ne serait pas en train de tracer des voies pour un futur parcours de tramway. En fait, non, il s'agit bien de l'itinéraire de sept kilomètres qu'empruntera le Bus à haut de service entre Saint-Mitre et le secteur des facultés. Le réseau des déplacements urbains en sera tout chamboulé.
Or, depuis 2012, date à laquelle une nouveau délégataire, Keolis, a été chargé de revoir les lignes de bus, c'est la pagaille. De nombreux usagers ont pu constater que les lignes et les fréquences sont inadaptées, les informations au public sont contradictoires entre les fascicules papier, le site internet et les affichettes apposées aux arrêts de bus. Et, justement, c'est là que des questions continuent de se poser.
Comment va s'articuler Aix en bus avec le BHNS ? Comment passer d'une logique de lignes à une logique de réseau ?
Il y a quelques mois, lorsque j'ai interrogé Maryse Joissains au conseil de territoire, celle-ci m'a répondu que les deux dossiers étaient traités séparément. Et que les changements et adaptations du réseau de bus interviendraient après la mise en service de l'Aixpress. Etrange de penser que la coordination ne puisse être opérationnelle en même temps.
J'ai récemment appris par un document que l'on m'a transmis que des sondages et des enquêtes ont été entrepris par consultation des Comités de quartiers et qu'une réunion de synthèse a eu lieu le 17 octobre. Bon, c'est un premier pas. Mais il en résulte que le réseau de bus ne verra les premières applications de sa refonte qu'à l'horizon 2021… juste après la mise en service du BHNS.
C'est à ce sujet et sur bien d'autres aspects que Radio Zinzine a souhaité connaître mon avis et m'a donc invité à participer en direct à son journal d'information. Si vous avez raté cette émission, je vous propose une séance de rattrapage avec l'enregistrement ci-dessous. Bonne écoute.

Un peu d'humour ne fait pas de mal…
aix en bus colère

aix en bus trottoir

Posté par CASTRONOVO à 15:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 17 novembre 2017

Le journal de mi-mandat de Démocratie pour Aix est sorti ! A lire ici...

DPA conf presse mag 8
Lucien-Alexandre Castronovo, Souad Hammal, Edouard Baldo, 
Charlotte de Busschère et Hervé Guerrera 
(Clic sur l'image pour agrandir)

Payé sur nos propres fonds, le second numéro de notre journal vient de sortir. Titré "Quel avenir pour Aix-en-Provence ?", il comprend 16 pages. Et, comme on dit familièrement, nous le trouvons épastrouillant.
Nous faisons un bilan à mi-mandat du travail des élus de notre groupe Démocratie pour Aix.
Nous y exprimons nos propositions en contrepoint des choix de la majorité. Les articles sont nombreux et variés. Les lecteurs y trouveront des sujets qui les concernent directement dans leur vie quotidienne.
Il est possible de le découvrir ci-dessous ou en allant sur le site du groupe. Pour recevoir la version papier gratuitement à domicile, il suffit d'envoyer son adresse postale en se connectant au site.

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

Il est aussi directement accessible sur notre site.
Pour recevoir la version papier gratuitement, merci d'envoyer votre adresse postale à
 
journal@democratiepouraix.fr

Toute l'actualité sur le site de Démocratie pour Aix : 
http://democratiepouraix.fr/

Nous organisons une nouvelle réunion-débat publique sur le thème des compteurs Linky. 

DPA réunion débat 22

La vidéo du site Anonymal

DPA conf presse prov 9

DPA conf presse mars 9

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 novembre 2017

Conseil municipal : Un ordre du jour ordinaire... ponctué d'escarmouches

L'ordre du jour du conseil municipal de vendredi matin n'était pas vraiment folichon. Mais mon groupe a tenu à évoquer divers sujets épineux. Quant à moi, j'ai relevé des points particuliers qui ne sont pas sans importance. Petite revue...

hotel de ville plafond 2 - Copie
La magnifique salle des Etats de Provence de l'Hôtel de Ville
(Clic sur l'image pour agrandir)
 

A première vue, l'ordre du jour semblait assez ordinaire. Pourtant, cette séance publique a quand même duré trois bonnes heures. Mes interventions n'ont pas été longues. Mais j'ai concentré mes questions sur des points particuliers. 
Jardin Cezanne : Dans un document budgétaire, une ligne indiquait une dépense de 114.000 euros pour le "jardin Cezanne". On m'a précisé que c'était pour quelques nouvelles améliorations. J'ai fait observer que l'on devrait plus le nommer jardin vu que, hélas, tout a été minéralisé. J'ai donc suggéré de changer cette appellation en "espace Cezanne" qui me semble mieux correspondre à l'état aride actuel du lieu.
Fourrière automobile : Dans le rapport annuel d'activité de la fourrière automobile, j'ai relevé que cette année la Ville paierait beaucoup moins au gestionnaire que les années précédentes. Cela est dû au fait qu'un avenant, que j'avais préconisé, avait abaissé le seuil de la garantie d'actvité à partir de laquelle la commune devait compenser le manque à gagner pour insuffisance d'enlèvements de véhicules. Ce seuil minimum avait été ramené à 7650. Or, le nombre de voitures enlevées a été de 7560, soit un écart de 80.
La somme à payer pour insuffisance se calcule sur la base de 100 euros par véhicule. En conséquence, la Ville devra régler 8.000 euros. Ce qui est loin des 71.900 de l'an dernier et des 230.900 en 2015 ou des 270.000 en 2014.
Crèches : Sujet plus délicat, le rapport annuel d'activité des crèches par la société Les petits chaperons rouges ressemble à un document du genre "tout va bien". Si les données sont retranscrites de façon exhaustive, en revanche, on n'y trouve aucun paragraphe ou mention d'un bilan social qui retrace les conditions de travail des salariés, avec une très large majorité de femmes.
Je me suis fait le malin plaisir de rappeler à Maryse Joissains et aux élus qu'en juin 2015 un mouvement de grève avait déjà affecté de nombreuses crèches. Et en novembre 2016, des employées ont même manifesté dans la cour de la mairie pour exprimer leur malaise et tenter de se faire entendre. "Les salaires trop bas, on n'en veut pas. Il faut vite changer, on va craquer ! Notre salaire est moindre par rapport à d'autres professionnels de la petite enfance d'autres structures." déclaraient-elles à l'unisson.
Et que voit-on dans ce rapport annuel ? Des chiffres inquiétants sur l'absentéisme, hors congés de maternité, causé par la tension au travail. Pour assurer tant bien que mal la continuité du service, la direction de la structure a recours à des remplaçantes en CDD. Le taux représente 11,7% de l'effectif des personnels, un taux élevé qui tend à confirmer la réalité d'un malaise persistant. C'est ce qui explique sans doute l'occultation d'un bilan social circonstancié.
Plusieurs de mes collègues se sont chargés d'intervenir sur d'autres sujets. La presse du lendemain en a fait le compte-rendu.

CM 34 10

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 novembre 2017

Ravi de novembre : Aix-Marseille Université, une gestion très discutable

une ravi 156

A Aix, le plan Campus avance. Personnellement, j'ai un peu de mal à reconnaître ce qu'il reste des bâtiments où j'ai fait mes études. Je m'en réjouis cependant car ils étaient bien délabrés, et même devenus indignes. Les nouvelles architectures ne sont pas toutes à mon goût. Je trouve qu'elles resssemblent trop à des formes interchangeables qu'on pourrait implanter n'importe où et qui ne tiennent pas compte des caractérisques locales.
Dans le quartier des facultés, les bâtiments sont disparates, sans doute parce que les concepteurs ont voulu imprimer chacun sa marque. Bon, les lieux sont fonctionnels, comme on dit. D'accord. Mais pourquoi ne pas avoir cherché à créer une harmonie des ouvrages convenant à l'empreinte aixoise ?
Loin de ces interrogations, le Ravi de novembre a mené l'enquête sur les choix de gestion des facs. Derrière la façade, on découvre bureaucratisme, privatisation, précarité. Les étudiants ont-ils tous les mêmes chances ou sont-ils tenus de se couler dans le moule qu'on leur propose ? On le perçoit bien avec les questions qui se posent à chaque rentrée universitaire et, celle de cette année, n'a pas manqué de révéler les difficultés d'accueil et d'orientation des étudiants. Il ne faut pas rater cette enquête particulièrement édifiante. Pour les autres articles et rubriques, voyez le sommaire ci-dessous qui ne laisse pas non plus indifférent.

Où est l'harmonie architecturale dans tout ça ?
Clic sur l'image pour agrandir)
fac campus fenouillères

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de novembre :

http://www.leravi.org/spip.php?article2873
Le Ravi sur Facebook
:
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 7 novembre 2017

Quel sort pour le Muséum d'histoire naturelle ? La Provence en parle aussi

Encore quelques mots sur le Muséum d'histoire naturelle qui n'a toujours pas de domicile fixe. Mon article de lundi dernier a été cité dans La Provence de dimanche que je remercie d'avoir relayé l'information et d'aider ainsi à la prise de conscience de la nécessité urgente de mettre un terme à l'incertitude du sort de cet équipement essentiel entre tous.  

museum image

Mon article de lundi dernier sur le destin ajourné de notre Muséum d'histoire naturelle a été relevé par La Provence de dimanche. Cela me touche car le sujet est important. Et plus on en parle, mieux la diffusion de l'information pourra servir la prise de conscience.
C'est bien beau, n'est-ce pas, d'investir 68 millions d'euros pour édifier un équipement de prestige tel que la salle polyvalente de Luynes, dont on a au passage sous-estimé les voies d'accès et le nombre de places de stationnement, ce qui provoque des embouteillages monstres, mais parier sur la culture patrimoniale et éducative paraît être une nécessité aussi fondamentale qu'essentielle.
Le choix du divertissement et du loisir est une chose dont on ne saurait se passer mais celui de la mise en valeur de l'héritage scientifique accumulé au fil des siècles n'est pas moins important. Loin s'en faut, car il pose des jalons dans l'histoire humaine, développe les savoirs, enrichit les connaissances et construit les individus en permettant leur épanouissement.
La politique et la gestion d'une ville doivent être faites de priorités et par conséquent d'arbitrages. Doit-on privilégier le spectacle au détriment de l'instruction ou faire l'inverse ? Tout est affaire de programmation et de moyens judicieusement étalés dans le temps. Avec l'idée de savoir si l'on veut d'abord s'adresser à des publics sensibles aux événements festifs ou à l'ensemble de la population sans distinction d'âge.
Alors, je le dis comme je le pense, à Aix, Maryse Joissains a tranché en faveur du chant des sirènes et de l'arène plutôt qu'au continuum du muséum.

museum prov 5

CM 27 13

"Le Muséum d'histoire naturelle d'Aix est toujours sans domicile fixe !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/10/30/35814375.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 3 novembre 2017

Les 11 ans de mon Blog

blog 11 ans capture

"Il y a des gens qui peignent l'infini en bleu, d'autres en noir." 
(Notes de voyages - Gustave Flaubert)

Au fait, pourquoi mon choix du bleu ? Le ciel, l'azur, le lac, la mer, la Méditerranée, la planète, la lumière, l'ombre, l'horizon, l'air, la fleur, la musique, l'harmonie, le regard, la maison, l'heure, l'encre, les pensées, les images, les mots, les phrases… Avec cette gourmandise non dissimulée de l'écriture pour raconter les faits, chasser les nuages, dompter les vagues et naviguer sur la toile. En toute liberté.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 octobre 2017

Le Muséum d'histoire naturelle d'Aix est toujours sans domicile fixe !

Depuis qu'il a été obligé de quitter le centre-ville, le Muséum d'histoire naturelle n'a plus de domicile fixe. Le projet de construction d'un bâtiment au parc Saint-Mitre est au point mort. La municipalité ne se préoccupe pas de redonner vie à cet outil de première importance. Et cela risque de durer encore plusieurs années... 

Fête science 6
La Fête de la science du 6 au 8 octobre au parc Saint-Mitre
(Clic sur l'image pour agrandir)

Après l'article sur les sites archéologiques, faisons aujourd'hui le point sur le Muséum d'histoire naturelle. Installé en centre-ville depuis 1953, il a migré vers le parc Saint-Mitre dans les quartiers ouest. Mais bien malin qui saura trouver où il se niche. Il ne dispose plus d'aucun lieu d'exposition depuis 2014. Seuls les services administratifs ont pu être hébergés dans le parc.
Cette situation sans domicile fixe risque de durer encore quelques années. Pourtant, des promesses ont été faites pour construire un vrai muséum à cet endroit. Mais toujours rien en vue. Ni projet, ni plans et surtout ni financements.
Dans l'article publié par le Courrier d'Aix que l'on peut lire ci-dessous, le président des amis du muséum retrace l'historique, et rappelle la vocation et l'intérêt pour l'éducation et le rôle fondamental des sciences que permet le muséum.
On ne peut que s'étonner que la municipalité trouve des fonds pour d'autres équipements ou pour divers événements mais ne se préoccupe pas à ce point de redonner vie à un outil de première importance pour l'ensemble de la population, enfants et adultes. L'équipe de permanents et de bénévoles du muséum en est réduite à jongler avec d'autres lieux qui veulent bien l'accueillir pour continuer à organiser au mieux des activités de recherche, des ateliers pédagogiques, des expositions et des conférences.

Fête science 2017

Lors de la Fête de la science d'octobre, comme chaque année, il s'est joint à d'autres partenaires pour tenir un stand où ont défilé plus de mille élèves du primaire et du secondaire. Preuve est faite que le muséum représente un attrait indéniable pour inciter à la curiosité et à l'enseignement des richesses de notre patrimoine engrangées depuis près de deux cents ans.

OÙ EN EST LE MUSÉUM D'HISTOIRE NATURELLE D'AIX ?
(article du Courrier d'Aix du 14 octobre 2017) 
(Clic sur la vignette)
Le site du Muséum :
http://www.museum-aix-en-provence.org/ 
Les amis du Muséum : 
                          http://amismuseumaixenprovence.fr/

"La longue nuit du Muséum d'histoire naturelle" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/05/15/29875339.html
"Qu'attend-on pour valoriser tout le patrimoine archéologique aixois ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/10/25/35802816.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 25 octobre 2017

Qu'attend-on pour valoriser tout le patrimoine archéologique aixois ?

Le patrimoine archéologique aixois est d'une admirable richesse. Si des efforts sont faits pour exhumer des sites et les mettre en valeur, il n'en reste pas moins que d'autres tout aussi remarquables sont encore délaissés. Pour leur redonner vie, seule une volonté politique forte peut y remédier. Ce n'est hélas pas encore tout à fait le cas... 

Travaux 3 places A 16
Le chantier archéologique de la place Verdun

On parle beaucoup des vestiges archéologiques découverts en plein centre de Marseille et d'aucuns se mobilisent à juste titre pour en conserver l'essentiel afin que le public puisse en profiter. Mais le sous-sol aixois cache aussi des richesses patrimoniales historiques inestimables. Le chantier des trois places vient d'en révéler des nouvelles dont on se doutait bien. Mais les voir, là, au grand jour, procure une émotion inédite. Dire que l'on y foulait nos pas sans même pouvoir imaginer qu'elles étaient à quelques petits mètres sous nos chaussures.
Une grande partie sera hélas recouverte à la fin du chantier. Seuls deux ou trois espaces représentatifs resteront sans doute visibles sous des parois de verre. Le service archéologie de la Ville aura auparavant inventorié, cartographié et photographié les éléments qui constituaient l'ancien palais comtal et recueilli de nombreuses pièces qui constituaient le quotidien de nos prédécesseurs en terre aixoise.

travaux Seds
Le théâtre antique de la Seds

On se souvient qu'en 2004 une autre surprise majeure, dont les premiers sondages avaient été réalisés en 1990, avait été mise en lumière à la Seds : le théâtre antique romain quasiment intact, de 100 mètres de diamètre, que des milliers de visiteurs ont pu admirer pendant quelques courtes semaines avant qu'il ne soit de nouveau enseveli sous des tonnes de sable. Faute de financements, notamment de l'Etat, et d'un solide projet de mise en valeur, il s'est endormi pour encore longtemps.

Entremont photo
L'oppidum d'Entremont

Quel autre lieu remarquable peut-on voir encore à Aix pour remonter les siècles ? Le site de l'oppidum d'Entremont bien sûr ! Son histoire est bien plus ancienne puisqu'elle est en quelque sorte l'acte de naissance d'Aqua Sextiae fondée par les Salyens en 123 avant J.C. Ce site classé monument historique en 1980 appartient à l'Etat qui, à vrai dire, ne s'en soucie guère. Ce sont les bénévoles de l'Association Archéologique Entremont qui s'en occupent depuis 50 ans. Seul hiatus, qui n'est pas de leur fait, les aménagements d'accès à l'oppidum et le stationnement à l'extérieur sont insuffisants voire inexistants et ne sont donc pas pratiques pour les visites.  

ASSOCIATION ARCHÉOLOGIQUE ENTREMONT
50 ANS D'ACTIVITÉ POUR LE PATRIMOINE
(article du Courrier d'Aix du 21 octobre 2017)
(Clic sur la vignette)

Et tout sur l'oppidum d'Entremont : 
http://www.asso-archeo-entremont.com/presentation.html

Et un site formidable à consulter sans modération !
https://www.aixendecouvertes.com/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 20 octobre 2017

Inquiétude des bénévoles du Comité communal feu de forêt !

Les bénévoles du Comité communal feu de forêt sont inquiets et même assez découragés. Ils estiment que les moyens dont ils disposent ne sont pas à la hauteur de leurs missions. Ils m'ont sollicité pour j'intervienne au conseil municipal. Compte-rendu...

CCFF 1

Comme je l'ai raconté dans mon article de mardi, au conseil municipal, il y a les gros dossiers qui fondent une politique, les choix budgétaires et les plans directeurs pour l'urbanisme, les déplacements et l'habitat, mais il y a aussi des sujets qui pourraient paraître mineurs si on ne les regardait pas de plus près.
Lors du dernier conseil, j'ai posé une question orale sur la gestion et les moyens du Comité communal feu de forêt. Il m'a semblé opportun à l'entrée de l'automne, après une saison où les incendies n'ont pas manqué dans le sud de la France, un peu moins dans le Pays d'Aix, d'interroger la municipalité.
J'avais été contacté par des bénévoles qui passent leur été dans les massifs pour assurer la surveillance des lieux, des biens et des personnes et, le cas échéant, donner l'alerte dès qu'un signe inquiétant peut laisser penser à un risque de feu. Ces bénévoles, qu'on reconnaît à leur tenue orange, ont aussi la mission d'informer et de guider les secours arrivés sur place.
Je connais bien le CCFF car, de 1995 à 2001, quand j'étais adjoint de la mairie-annexe de Pont de l'Arc et des quartiers sud, j'avais eu l'occasion de me familiariser avec l'équipe du Montaiguet. Je faisais assez souvent la tournée quotidienne avec eux à bord de leur véhicule orange pour prendre la mesure de leur travail. Je peux donc témoigner de leur dévouement et des heures passées à sillonner les pistes et les terrains, en pleine période de forte chaleur.
Les bénévoles actuels m'ont sollicité pour porter leur message au conseil municipal. Comme on peut le lire dans mon intervention, beaucoup estiment ne pas avoir la reconnaissance de leur engagement, et, pour les plus découragés, ne plus pouvoir continuer si leurs conditions ne s'améliorent pas.
L'élu délégué au CCFF a été contacté plusieurs fois et il n'ignore donc pas que la situation de ces bénévoles est devenue délicate. Je lui ai demandé de revoir l'organisation des missions et de mettre en place un plan pluriannuel de dotation de moyens. Je lui ai fait part de certains dysfonctionnements et des insuffisances : seule la moitié de la flotte de véhicules est opérationnelle, et les réparations sont assurées en pleine saison estivale au lieu d'être effectuées très amont hors saison. L'élu a reconnu les faits. De même qu'il a reconnu que le véhicule qui avait été commandé en novembre 2016 n'avait toujours pas été livré. Il a fait une nouvelle promesse pour la fin de cette année. Espérons-le.
 

CCFF QO

Le site du CCFF d'Aix :
(Pour les informations détaillées et les conseils, clic sur les onglets figurant sous la photo d'accueil)
http://ccffaix.net/fr_FR/accueil-ete/

CCFF 2 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 17 octobre 2017

Démocratie pour Aix, l'opposition active et utile du conseil municipal

Chaque séance du conseil municipal (il y en a eu trente-trois en trois ans) se déroule selon des règles bien définies. L'opposition peut intervenir pour débattre et même poser des questions spécifiques et décisives qui ne sont pas forcément à l'ordre du jour porté par la majorité. Notre groupe Démocratie pour Aix ne s'en prive jamais. Illustrations...

CM 32 20
(Merci à Gaëlle Lenfant pour la photo)

Chaque séance du conseil municipal obéit à un même rituel et à des formes définies. Il y a l'ordre du jour proposé par la maire, ce qui est normal. Mais nous pouvons aussi poser des questions orales, déposées à l'avance et dans les temps, sur des sujets d'actualité comme le prévoit le règlement intérieur. Au groupe Démocratie pour Aix, nous utilisons cette procédure chaque fois que cela nous semble nécessaire. Parfois, c'est pour interpeller directement la municipalité en vue d'obtenir des informations complémentaires sur divers thèmes, d'autres fois, pour signaler des sujets que des citoyens et des associations que nous rencontrons ou qui nous sollicitent nous demandent de porter sur la place publique.
En trois ans de mandat, nous avons déjà déposé dix-huit questions. Pour ne citer que quelques exemples significatifs, elles concernaient 
le devenir de l'aérodrome d'Aix-Les Milles, les transports collectifs avec Aix en bus, le Bus à haut niveau de service, les Roms, la laïcité, le Plan local d'urbanisme, l'encadrement des loyers, la nécessaire protection des arbres, les fouilles archéologiques, l'état des écoles, le respect de l'espace public, les compteurs Linky, la métropole. La mairie est dans l'obligation d'apporter des réponses et lorsqu'elles ne nous conviennent pas, nous développons notre point de vue de façon contradictoire. 
L'ordre du jour est assez diversifié. Et, au gré de certaines délibérations, nous saisissons aussi l'occasion de faire connaître nos critiques et nos inquiétudes. Mais nous ne nous contentons pas de pointer des contradictions, des doutes ou des insuffisances. Nous avons toujours des propositions à faire parce que cinq jours avant chaque séance nous recevons tous les dossiers et nous organisons une réunion de notre groupe pour les étudier. C'est ainsi que nous pouvons préparer nos interventions. 
Personnellement, par exemple, j'interviens en particulier sur les documents budgétaires et tout ce qui concerne le personnel municipal. Et sur pas mal d'autres thèmes. En tant qu'élu de longue date, j'ai la chance de disposer à la fois de mes propres archives et aussi et surtout de ma mémoire qui jusqu'à ce jour ne me fait pas défaut. 
Aujourd'hui, je vous propose de découvrir ci-après quelques commentaires que j'ai eu l'occasion de faire lors du conseil municipal de fin septembre. Vous le constaterez, lorsqu'on est dans l'opposition, en dehors des domaines de prédilection, il faut aussi être généraliste pour s'intéresser à des sujets de toutes sortes. Toute bataille mérite d'être menée !

J'ai demandé à Maryse Joissains pourquoi il y avait du retard sur la remise aux élus du rapport sur le Bilan social présentant la gestion des personnels. Elle a expliqué que le rapport sévère de la Chambre régionale des comptes y était pour quelque chose… 
J'ai aussi donné mon point de vue personnel sur la chasse. "Sans plus développer, je souhaite dire que, étant pour le respect de toute forme de vie et, par conséquent, réfractaire à toute source de violence et de toute maltraitance quelle qu'elle soit, je m'abstiendrai sur ce rapport. Pour information, il y a 30 millions de morts animales chaque année en France. On appelle à tort du gibier ce qui est en réalité un massacre d'animaux. Pour les pertes humaines, rien que pour septembre, le 3, un adolescent de 17 ans est mort suite à des blessures subies au cours d'une partie de chasse. Le 10, un chasseur a reçu une balle dans la jambe. Le 17, un enfant de 13 ans a été tué par un tir de son grand-père. Le même jour, il y a eu deux blessés graves dans le Var. En 2015-2016, on a dénombré 10 morts et, en 2016-2017, 18 morts.

CM 33 29

Et à la suite d'une intervention judicieuse et remarquée de ma collègue Gaëlle Lenfant sur la quasi absence de noms féminins des rues, j'ai tenu à appuyer ses observations. J'en ai profité pour ajouter : "Je note avec satisfaction, comme je l'avais proposé à un précédent conseil, que vous avez commencé à inscrire les fonctions et les dates de vie sur les plaques de rues qui rendent hommage aux personnes de qualité que cela concerne."

CM 33 29CM 33 29

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 12 octobre 2017

Ravi d'octobre : La réforme du code du travail ira-t-elle En Marche arrière ?

une ravi 155

Les annonces de modification du code du travail pourront-elles toutes être mises en application ? Les manifestations de rue de ce mois d'octobre auront-elles un impact suffisant pour faire reculer le pouvoir ? Le Ravi est allé sonder les députés et militants provençaux du mouvement présidentiel. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ne sont pas tous aussi clairs que ce qu'ils veulent bien le dire. Il faut lire cette enquête pour prendre la mesure de l'ambiance cacophonique qui règne au sein des structures d'En Marche.
En parallèle, le mensuel relate les protestations diverses liées aux pratiques dans les entreprises et aux droits sociaux et professionnels attachés à l'emploi ou à la précarité.
Il n'est pas jusqu'à l'aide sociale à l'enfance qui ne soit en souffrance due à la pénurie de création de places d'accueil ou au manque d'éducateurs.
Découvrez aussi cet article sur l'état inquiétant de la Méditerranée polluée par les plastiques qui pénètrent jusque dans le ventre des poissons. De quoi dégoûter de la bouillabaisse.
La politique locale n'est en reste avec un compte-rendu du conseil municipal de Saint-Raphaël qui n'est pas moins surprenant que celui d'Aix.
En dernière page, le Ravi tire le portrait d'une chanteuse populaire des années soixante qui vit en partie à Aix et qui "en appelle à la tendresse" (oui, il s'agit bien de Michèle Torr). Mais qui ne refuse pas de chanter en toute complicité aux côtés d'élus frontistes de Marseille (Ravier) et du Vaucluse (la fifille Le Pen). Moi, je l'aimais bien. Avant. Désormais, je me demande s'il faut encore accepter de l'"emmener danser" comme elle l'entonne dans une autre de ses chansons.

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire d'octobre :

http://www.leravi.org/spip.php?article2854
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]