le Blog de Lucien-Alex@ndre CASTRONOVO

mercredi 18 septembre 2019

Le Ravi de septembre sur les bancs de l'école

une ravi 176

Ecoles en péril ? Oui ! Et ce n'est pas une vue de l'esprit. Il ne s'agit pas que des établissements mal en point de Marseille. Au-delà de cela, mais faisant partie intégrante des mesures urgentes à prendre, il faut s'attaquer aux inégalités sociales, aux disparités territoriales urbaines et rurales, à l'accompagnement adapté à chaque enfant, et j'en passe.
L'enquête du Ravi est éclairante sur les constats et les diagnostics établis de longue date. Et pose la question cruciale : y a-t-il ou pas une volonté politique pour agir efficacement et donner à tous les élèves les mêmes chances pour s'épanouir et réussir ? Prenez le temps de lire le tableau du mensuel. Edifiant !
Il y a aussi pas mal d'articles politiques sur les inconduites de certains élus et les manœuvres en vue des élections municipales de mars prochain. Ne perdez pas votre temps à écouter les chaînes d'info en continu avec les bavardages en boucle des commentateurs ou des prétendus experts qui ne représentent qu'eux-mêmes.
Le Ravi ne tartine pas. C'est du concentré et cela nous fait économiser du temps. Il va droit au cœur des sujets, tant pis si ça fait mal à certains. Recommandation spéciale pour la dernière page traçant un portrait cocasse de Patrick de Carolis, candidat à Arles malgré son casier judiciaire. Je ne vous dis que ça…

Pour soutenir ou faire un don : 
www.okpal.com/leravi
Pour s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?article1188

Le sommaire de septembre :
http://www.leravi.org/spip.php?article3290
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 16 septembre 2019

Le vrai signal de la rentrée, c'est quand la reprise ne peut plus être remise...

On sait que c'est vraiment la rentrée lorsqu'on constate que l'agenda se remplit peu à peu et parfois même beaucoup. Aujourd'hui, petit florilège de mes périples aux quatre coins de la ville. Souvenirs, émotions et une première pour moi... 

Assogora 15
(Clic sur l'image pour agrandir)
Hier, Assogora sur le cours Mirabeau 

A y réléchir après coup, les congés d'été n'offrent que peu de répit. En tout cas, c'est le sentiment que l'on a de la vitesse à laquelle le temps passe quand on peut profiter d'une période de recul. D'autant que l'agenda se remplit de nouveau sans attendre.
Pour ma part, le 21 août, j'ai assisté au 75ème anniversaire de la Libération d'Aix qui fut cette année sans doute l'une des plus réussies.

LAC Libération 21
(Clic sur l'image pour agrandir) 

Dès la première semaine de septembre, c'était déjà la rentrée pour la commission d'appel d'offre qui a lieu tous les quinze jours. J'ai aussi assisté à l'inauguration du terrain de jeux pour enfants aux Floralies et au dévoilement émouvant d'une plaque au siège du club Handisport aixois pour rendre hommage à son président Charles Weiss et à son trésorier Jean-Marc Mariani disparus récemment.

handisport 5
(Clic sur les images pour agrandir)
Je suis en veston bleu à droite
handisport 5

Ce weekend, les associations aixoises ont fait le plein dans la ville. Vendredi dernier, c'était à Puyricard. Et le dimanche à Pont de Béraud. Ce samedi, c'était au tour de Luynes où j'étais avec mon ami Edouard Baldo. Idem hier, où nous avons déambulé pendant quatre heures alors qu'un public nombreux avait envahi le cours Mirabeau pour la traditionnelle présentation annuelle des activités associatives.
Dira-t-on jamais assez le rôle et le dévouement des bénévoles qui animent la vie sociale en proposant une grande diversité d'initiatives dans tous les domaines. Et qui permettent les rencontres, les échanges et de donner du corps à la vie citoyenne. Je suis moi-même issu de ce monde-là. Et cela me réjouit de constater que, si la relève n'est pas toujours facile, l'esprit de l'investissement et du partage demeure fort.  
Enfin, en forme de clin d'œil, pour me rendre en centre-ville, j'ai pu étrenner mon premier déplacement à bord de l'Aixpress. Et ça aussi, c'était plutôt chouette. 

BHNS 15
(Clic sur l'image pour agrandir)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 11 septembre 2019

Crèches : Suite à mon interpellation, le président répond sur sa gestion

Les grosses chaleurs de l'été n'ont pas fait fondre l'actualité. Pour preuve, le rebondissement dans le dossier des crèches dont les personnels exprimaient leur souffrance et que j'avais évoqué au conseil municipal. Pas vraiment content, le président des Petits Chaperons rouges s'est fendu d'une lettre réponse au maire, reconnaissant de fait des "couacs" dans la gestion des ressources humaines. Mais à part cela, tout irait bien. C'est encore à voir... 

crèches lettre devesa en-têtes

La pause estivale n'a pas recouvert de sable l'actualité. Et, dans le cas présent, la question sociale. Ainsi, l'affaire des crèches a connu un rebondissement. Après mon intervention au conseil municipal de juin où j'ai fait part des revendications des personnels mécontents de la gestion des ressources humaines (voir lien ci-dessous), le président national de la société Les Petits chaperons rouges, délégataire, n'a pas eu l'air d'apprécier que cela soit évoqué publiquement et en détail.
A la parution du compte-rendu de La Provence le lendemain même, il m'a téléphoné à mon domicile en se procurant mon numéro privé. Mais bon. Qu'avait-il à me dire ?
Il constestait les informations dévoilées au conseil municipal. Il en a profité pour dénigrer ses propres employées et minimiser les problèmes qu'elles rencontraient. Voyez-vous ça. J'ai évidemment répondu point par point. Il m'a alors proposé une rencontre et de me rappeler pour m'indiquer ses disponibilités. Ce que j'ai accepté. Mais, mais… il n'a jamais donné suite pour ce rendez-vous.
Au conseil municipal de juillet, j'ai donc tout raconté sur ce manque de manière. Et voilà que fin juillet, l'adjointe à l'éducation me transmet un courrier de ce monsieur. Elle m'indique qu'il a finalement préféré répondre par écrit à la mairie, d'où son absence de rappel, et sans excuse à mon endroit. J'ai lu la lettre de ce monsieur avec beaucoup d'attention. Or, mis devant les faits, il a bien été obligé de reconnaître plus que des couacs dans sa gestion (à consulter par le lien ci-dessous).
On notera qu'il s'adresse à la maire d'Aix en ajoutant "Chère Maryse". Je ne veux pas spéculer sur le sens ou la portée de cette familiarité incongrue mais on pourrait…

"Crèches : Les personnels en souffrance réclament une meilleure gestion" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/07/08/37485149.html

La lettre réponse du président est ICI

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 septembre 2019

Suzanne Picheral : Une grande âme et une grande dame nous a quittés

Nous garderons longtemps dans nos cœurs l'image douce et le sourire bienveillant de Suzanne Picheral qui nous a quittés dans la discrétion qui était à la fois sa nature et sa force. Souvenirs, souvenirs d'une grande âme et d'une grande dame d'Aix... 

Suzanne Picheral E 15

Elle était la gentillesse et la bienveillance. Elle restera ainsi car nous gardons dans nos cœurs son sourire et sa bonne humeur. Suzanne, épouse de l'ancien maire et ami Jean-François Picheral vient de prendre le chemin de l'éternité. Emplie d'humanité, elle donnait de son temps aux plus fragiles et n'hésitait pas à se joindre aux bénévoles lors d'événements qui leur étaient consacrés à l'exemple des soutiens à la Croix-rouge ou à l'enfance.
Je l'ai personnellement vue plusieurs fois dans les quartiers se joindre aux organisteurs qui distribuaient les petits cadeaux de Noël aux gosses et donner en toute simplicité le coup de main lors de remises de récompenses aux sportifs. Elle avait d'ailleurs longtemps présidé le plus grand club d'escrime d'Aix. Toujours au côté de Jean-François sans jamais se mettre en avant. Cette attitude modeste et retenue lui a valu une large reconnaissance méritée de la population car elle était à l'écoute de toutes et de tous.
Pendant les deux mandats de Jean-François, j'ai eu le bonheur de la côtoyer en particulier lors des visites de quartier du samedi matin et aussi pendant les campagnes électorales où sa presence était appréciée. Beaucoup de personnes venaient la saluer respectueusement parce qu'elles connaissaient sa disponibilité et son dévouement de chaque instant. Suzanne était une grande âme et une grande dame.
Suzanne, aujourd'hui, nous sommes tristes et pensons très fortement à Jean-François et à votre famille. Ton souvenir ne nous quitte pas et nous le partageons avec toutes celles et tous ceux qui t'ont connue.

suzanne picheral B

suzanne prov 4

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 juillet 2019

Les médailles en chocolat ou en carton de Maryse Joissains

La propagande orchestrée par la mairie fonctionne à plein régime. On peut même parler d'un savoir-faire éprouvé. Une page du magazine de la ville de juillet en fournit un condensé sur les supposés mérites de la politique menée par Maryse Joissains. Bravo, félicitations, a-t-on envie de dire. Mais, regardons de plus près ce qu'il en est vraiment de ces lauriers...

médailles en chocolat 2
Page 35 du Mag de la ville de juillet

La propagande de la mairie fonctionne à plein. Dans le magazine de la ville de juillet, une page est dédiée à diverses données censées éclairer les (é)lecteurs sur des résultats de la gestion de Maryse Joissains. La moitié d'entre eux sont des faits non imputables à l'action de la municipalité : ville de Paul Cezanne, nombres de monuments historiques, de jounées d'ensoleillement, de fontaines, distances entre Aix et la mer et de Paris par TGV.
L'amalgame est fait avec des attributions de récompenses dont le but est de glorifier une supposée bonne conduite dans plusieurs domaines. Or, ces médailles, en chocolat, en carton, en papier ou en plastique, c'est comme on voudra, n'ont rien de vraiment objectif, comme je l'avais expliqué début 2018, et comme les a analysées La Provence. Les organismes qui se prêtent à ce petit jeu ne sont pas officiels et ne relèvent pas d'institutions publiques certifiées.
C'est un peu comme quand la publicité vante le numéro un des saucissons ou la voiture de l'année. Ce sont des officines privées et des organismes ayant un intérêt concurrentiel à mettre leurs marchandises en avant. Des attrape-gogos, en quelque sorte.
La municipalité d'Aix est friande de ces manipulations. Rappelez-vous l'affichage massif sur la miraculeuse médaille d'or sortie de nulle part pour la gestion municipale et celui prétendant que les impôts locaux n'ont pas augmenté. J'ai apporté la démonstration que, a contrario, les tarifs des services publics locaux ont connu des hausses régulières annuelles, ce qui permet de piocher subrepticement dans les poches des Aixois des sommes qui compensent la non augmentation de la fiscalité directe.
Maintenant, à chacun de se faire sa propre idée… 
LE BLOG REPRENDRA EN SEPTEMBRE

A lire ou à relire

CM 42 9 

"Maryse Joissains vante sa bonne gestion mais la médaille est en chocolat" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/02/20/36158370.html

"Fiscalité : Maryse Joissains matraque encore sur les impôts indirects !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/03/19/36241243.html
"Impôts locaux : La propagande mensongère de Maryse Joissains continue !"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/10/03/36753699.html
"Des choix budgétaires 2019 qui pénalisent encore les Aixois !"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/12/20/36857652.html

médailles prov 17médailles prov 17médailles prov 17médailles prov 17médailles prov 17

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mardi 23 juillet 2019

Arbois et Trévaresse : Des gravats qui sont un crime contre la nature

Ce n'est pas qu'un scandale, c'est un crime contre la nature. Le plateau de l'Arbois est jonché de tonnes de gravats. A Puyricard aussi, des propriétaires de terrains privés s'arrangent pour camoufler leurs basses œuvres.  Récit...

Trévaresse 28
(Clic sur l'image pour agrandir)
Les gravats à la Trévaresse

L'exemple le plus médiatisé du moment est celui qui défigure une partie du plateau de l'Arbois aux abords de l'anneau de la gare TGV. Sur près d'un kilomètre de long, des masses informes de saletés en tous genres et de gravats polluants sont entassés à la vue de tous. On parle de 180.000 mètres cubes.
Particuliers et entreprises du bâtiment sans scrupules viennent y déverser tout ce dont ils veulent se débarrasser. Il existe pourtant des déchetteries faites pour cela.
On y découvre des encombrants de tailles diverses, des matelas, des morceaux de meubles, des bidons et même des carcasses de voitures et de petits bateaux. Le plus gros des dépôts - des rebuts de béton, des armatures métalliques, des planches, des pots de peinture, des déchets toxiques, et on en passe - émanent de chantiers.
Le phénomène est hélas bien connu, tout premier dépôt attire inmanquablement d'autres contrevenants à venir alimenter l'énorme décharge sauvage. Souvent en quelques jours. A l'Arbois, cela ne date pas d'hier. Jusqu'ici, on a laissé faire en toute impunité.
Ce n'est qu'il y a peu, suite à des reportages, que les autorités ont fini par s'en occuper. Le sous-préfet d'Aix a provoqué une réunion des acteurs concernés pour faire le point et envisager de prendre des mesures. Les responsabilités officielles sont multiples. Parce que tel espace est public, tel autre est privé. Difficile dans ces conditions d'établir à qui revient le devoir d'agir.
La déclaration la plus étonnante est venue de Maryse Joissains : "J'ai fait tellement de travaux dans la ville que j'ai perdu un peu ce problème de vue". Un peu seulement ?

Plateau de l'Arbois 

arbois décharge F3

arbois décharge F3 2

arbois décharge france bleu

(Clic sur les images pour agrandir) 
Aussi aux Milles et à Puyricard…

Trévaresse 28

Trévaresse 28

Mais il n'y a pas que cela. Dans la campagne aixoise, bien à l'abri des regards car peu de monde s'y balade, sur des terrains privés, des propriétaires acceptent de gros volumes de gravats de plusieurs mètres de haut apportés par des entreprises en contrepartie d'un arrangement financier. Les propriétaires y gagnent et les entreprises aussi puisque ce troc leur coûte moins cher que les tarifs des déchetteries. Ensuite, on camoufle tout ça avec un ou deux mètres de terre, on y plante quelques arbres et le tour est joué.
Il y a trois ans, Avec mon ami Edouard Baldo, nous avions été guidés par un riverain des Milles qui nous avait montré deux endroits où s'élevaient deux collines gigantesques de gravats. Nous avions signalé à la maire d'Aix cette catastrophe qui n'avait aucun fondement légal. La municipalité a fini par engager une procédure judiciaire, qui est encore en cours.
En novembre dernier, des riverains de la Trévaresse près de Puyricard nous ont eux aussi alertés sur des pratiques du même genre, à grande échelle. J'en avais parlé au conseil municipal. A ce jour, et à notre connaissance, rien n'a été fait.  

 

Posté par CASTRONOVO à 00:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 18 juillet 2019

Arena : De gros surcoûts... liés à des défauts de l'équipement

Depuis son ouverture, l'Arena connaît des difficultés. Et pas seulement pour y accéder ou pour stationner. Lagardère réclame 842.549,90 euros HT à la métropole Aix-Marseille pour remédier à des problèmes de fonctionnement de la salle. Une demande exorbitante que la métropole a ramenée à un sixième. Mais cela reste quand même un surcoût qui fait mal... 

CT 23 13

logo arena aix

Le public qui assiste aux divers événements qui se déroulent à l'Arena n'ont remarqué que les difficultés pour y accéder et pour trouver où se garer. Mais d'autres problèmes, peu ou pas visibles, touchant au fonctionnement même de l'équipement ont fait l'objet de plusieurs réclamations chiffrées de la part du délégataire Lagardère. Après analyses, leur coût exorbitant a donné lieu à un protocole transactionnel entre la métropole et le gestionnaire.
Qu'est-ce qu'un protocole transactionnel ? C'est un accord à l'amiable entre les parties censé mettre un terme aux frais occasionnés par les dysfonctionnements.
Le 13 juin, un rapport présenté au conseil de territoire listait 11 réclamations portant sur des problèmes survenus depuis l'ouverture de la salle. Lagardère estimait qu'il avait subi des préjudices dans le cadre de son exploitation.
Le rapport précise : "Ces réclamations sont pour la plupart en lien avec des défauts ayant, de manière imprévisible mais usuelle, affecté cet équipement de grande ampleur récemment mis en service dans sa première année d’exploitation. Ces défauts sont désormais corrigés ou en passe de l’être." 
Je suis intervenu pour m'étonner du montant initial réclamé par Lagardère, 842.549,90 euros HT. Fort heureusement, les discussions ont fait tomber la somme à 140.354,42 euros, soit six fois moins. Ce qui m'a fait dire : "Je ne comprends pas que Lagardère plonge la tête en avant pour demander des sommes aussi importantes. Ils font du business, nous sommes dans l'intérêt public. Il faut être vigilant vis-à-vis de ces gens-là."
Souhaitons que ce soit un point final et que l'on ne découvre pas d'autres avanies dans le futur…

"Arena : Des travaux pour sécuriser l'accès mas pas pour le stationnement" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/06/10/37239582.html

CT 23 13

CT 23 13CT 23 13

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 11 juillet 2019

Le Ravi estival cogne fort !

une ravi 175

Titre pugilistique, n'est-ce pas ? Contrairement aux unes des médias qui dressent régulièrement des palmarès flatteurs à tire-larigot et qui ne sont que de la retape, le Ravi de l'été a établi une liste de malfaisants dans notre région. Et nous sommes vernis ! On en trouve dans tous les domaines. On sera étonné d'apprendre comment ils fonctionnent, en réseaux, en copinage ou en consanguinité. Les voilà maintenant démasqués. A déguster sans modération.
Au sommaire de ce numéro double, on découvre également des sujets aussi forts que variés : le bétonnage sans vergogne de terres agricoles, les annonces de façade pour combattre l'usage du plastique, le peu d'accès des quartiers populaires au sport, les ostracismes toujours tenaces dans les esprits à l'égard des femmes qui pratiquent le sport qui serait chasse gardée pour les hommes, les rencontres citoyennes et participatives pour réfléchir à des projets à l'approche des élections municipales, un regard positif et encourageant sur les jeunes issus des rives méditerranéennes, ceux qui s'engagent pour créer du lien social.
En forme de clin d'
œil personnel, je me permets de recommander la lecture de la page quatre qui rapporte une réunion à laquelle j'ai participé pour traiter d'un thème qui me tient à cœur, l'éthique et la transparence dans la sphère publique en général et politique en particulier. 

Pour soutenir ou faire un don :
www.okpal.com/leravi
Pour s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?article1188

Le sommaire de juillet-août :

http://www.leravi.org/spip.php?article3258
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
 
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 juillet 2019

Crèches : Les personnels en souffrance réclament une meilleure gestion

Cela dure en fait depuis plusieurs années. Les personnels des crèches aixoises travaillent dans des conditions tendues et éprouvantes. Et leurs revendications ne sont guère écoutées. J'ai interrogé Maryse Joissains pour qu'elle exerce le droit de contrôle de la mairie et qu'elle fasse le nécessaire afin d'apporter des solutions…

crèche farandole

La direction qui gère les crèches Les Petits Chaperons Rouges ne semble accorder aucune reconnaissance ni aucun respect aux salariées malgré les efforts qu'elles produisent pour assurer un service de qualité. Leurs réprésentantes syndicales que j'ai longuement reçues à leur demande et qui m'ont exposé leurs situations m'ont sollicité pour interroger Maryse Joissains au conseil municipal auquel certaines d'entre elles ont assisté. La maire a déclaré qu'elle avait aussi été alertée et qu'elle allait s'en occuper pour que le délégataire se penche sur sa gestion des ressources humaines. Les motifs des mécontentements figurent dans le document ci-dessous. On peut également écouter mon intervention.

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

CM 47 28

crèches la marseillaise 29 juin 2019

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 1 juillet 2019

BHNS et Aix en bus : Marsactu nous transporte au cœur des interrogations

Le Bus à haut niveau de service va changer les habitudes. Mais quel est l'avenir du réseau Aix en bus ? Les deux moyens de transport seront-ils vraiment complémentaires et coordonnés ? Des questions restent pour le moment encore en suspens. Marsactu a recueilli des points de vue croisés en sollicitant aussi le mien. L'article est très instructif…

aix en bus aixpress

J'ai régulièrement fait état du projet du Bus à haut niveau de service. Mais aussi des dysfonctionnements récurrents du réseau Aix en bus ainsi que des énormes surcoûts occasionnés par sa mise en place chaotique et inadaptée. J'ai plusieurs fois posé la question de l'articulation des deux moyens de transport. Les réponses ne m'ont pas toujours vraiment rassuré. 
Marsactu a mené l'enquête et a interrogé tous les acteurs qui sont partie prenante dans la gestion du dossier. Je vous invite à lire cet excellent article qui fait le point de la situation…

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 24 juin 2019

L'absentéisme des élus aux réunions est une honte pour la démocratie !

Il y en a assez de ces impostures à répétition ! Aujourd'hui, je veux dénoncer une fois de plus l'absentéisme des élus qui se fichent des obligations qui font partie de leur fonction et par là même des électeurs qui leur ont manifesté leur confiance. Illustrations...

CT 23 13
(Clic sur l'image pour agrandir)
Photo prise au conseil de territoire du 13 juin 2019
Voyez le nombre de places inoccupées
46 élus présents sur 90 !

En se présentant aux élections, ils promettent de s'engager totalement au service de la population. Mensonges ! Une fois ceints de leurs écharpes, ils se battent pour être candidats à tous les postes de gouvernance et pour siéger à un maximum de commissions. Dans les faits, on s'aperçoit qu'ils manquent d'assiduité. Et des maires du pays d'Aix, je serai charitable en ne les nommant pas, ne sont franchement pas de vrais modèles à suivre.
Je peux témoigner, moi qui ne rate jamais une réunion et qui suis présent du début à la fin des séances, que certains ne viennent plus ou jamais. Certes, ils donnent parfois un pouvoir mais certains s'en fichent et sont portés absents sans excuses.
Le plus récent exemple est celui du conseil de territoire du 13 juin (photo) où la présidente a été obligée de demander à plusieurs reprises si le quorum était atteint pour pouvoir délibérer valablement. Cela s'était déjà produit en mai. Même chose pour le conseil municipal, il n'est pas rare d'observer des chaises vides. Une honte.
J'en donne une autre illustration avec l'absence d'élus dans les conseils d'école, de collège ou de lycée. Ils ont pourtant été désignés pour représenter la mairie.
Autres cas, deux commissions dont je suis membre, celle des finances où l'on ne voit jamais certains élus pourtant dûment convoqués. Et la commission d'appel d'offre. Depuis 2014, il a fallu renouveler cette dernière trois fois car les membres de la majorité se déclaraient indisponibles et la commission ne pouvait pas sièger.
Pour convoiter et cumuler des mandats, ça se bouscule au portillon. Ah ah, mais lorsqu'il s'agit d'assumer ses responsabilités, il n'y a plus personne.
Les électeurs ne le savent peut-être pas mais les élus municipaux ont aussi pour tâche de présider les bureaux de vote, cela fait partie de leurs devoirs, sauf cas de force majeure justifiée. Pour qu'on ne dise pas que j'exagère, je veux apporter une preuve que j'ai relevée lors des élections européennes. Sur les 55 élus aixois, 17 se sont déclarés empêchés, soit un tiers. Mais figurez-vous que ces élus perçoivent quand même leurs indemnités mensuelles.
Quitte à me faire détester, je suis favorable à des sanctions sévères. Je suis pour l'octroi des indemnités en fonction de la présence effective et contre d'éventuelles retenues en cas d'absentéisme, système que je n'ai jamais vu appliqué et qui est donc inopérant et ouvre ainsi la voie au laxisme. Ce système existe à l'Assemblée nationale et au Sénat mais, comme chacun peut le constater, lors de certaines séances, l'hémicycle est parfois bien désert.
De même, mais j'en ai déjà parlé ici à plusieurs occasions, je suis pour le mandat unique, qu'il soit local, national ou européen, qui seul permet de se consacrer pleinement à sa mission d'élu.

CT 23 13

CT 22 9

fuveau prov 21

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mardi 18 juin 2019

Office de tourisme et Ecole d'art, deux cas de gestion mal maîtrisée

Gérer des établissements publics de cet ordre demande que l'on en garde la maîtrise avec transparence et autorité. La Ville a son mot à dire puisqu'elle les finance en grande partie. Pourquoi alors n'exerce-t-elle pas pleinement son rôle ? Exposé sur ces deux cas... 

office tourisme + école art aix

Il faut savoir que pour l'Office de tourisme, la Ville accorde une subvention de 1,7 million d'euros par an et, pour l'Ecole d'art, 2 millions. Au conseil municipal de fin mai, je suis intervenu pour faire part de mon étonnement sur ces deux sujets.
Office de tourisme
L'an dernier déjà, j'avais formulé des observations et des interrogations. Je les rappelle :
1. L'importance de la masse salariale (charges de personnel et frais assimilés) qui représentait 66% des dépenses de fonctionnement, c’est-à-dire 4,5 millions du budget sur près de 7 millions. C'est excessif.
2. Or, en 2018, par rapport à l'année précédente, nous retrouvons le même pourcentage.
3. J'ai donc renouvelé ma démande de révision budgétaire de l'Office pour faire la clarté et rationaliser les dépenses.
4. J'avais demandé, comme on le fait pour le compte administratif municipal, de produire une information présentant un tableau analytique des effectifs. L'adjoint aux finances m'avait répondu, je cite : "Aucun problème. Nous allons nous rapprocher du directeur et du président et demander l’ensemble des documents. Je vais transmettre tes demandes."
C'est toujours ça d'obtenu. Mais il manque encore l'organigramme des postes et des fonctions. Pourquoi ? Y aurait-il quelque chose à cacher ?
Ecole d'art
Le problème est un peu différent. On apprend que l'école semble rencontrer des positions quelque peu antagonistes à l'interne même de sa gestion. Par ailleurs, d'après ce qui nous a été rapporté, la direction manifeste une volonté d'agir indépendemment des liens avec la mairie, refusant tout échange avec elle, selon les dires de l'adjoint aux finances lui-même.
Autrement dit, la mairie est mise à l'écart alors qu'elle est le principal financeur et qu'elle l'accompagne depuis plusieurs années dans sa démarche d'autonomisation, particulièrement au niveau de la gestion comptable et financière et de la gestion du personnel.
La question qui se pose est la suivante : comment se fait-il que la mairie soit incapable de se faire entendre alors que le conseil d'administration compte une dizaine d'élus municipaux et qu'il est présidé par une élue municipale ?
Dans les deux cas, est-ce trop demander que de mettre les choses à plat pour tendre vers une meilleure gestion ?  

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 14 juin 2019

Maryse Joissains renie sa parole et ferme définitivement deux centres aérés

Oui, vous avez bien lu. La mairie n'a finalement pas donné suite aux demandes de maintien des deux centres aérés de la Beauvalle et de Puyricard au-delà de juillet. Cela faisant, Maryse Joissains a renié sa parole de tout faire pour pérenniser l'accueil des enfants...

ALSH Mag Aix mai-juin 2019

Scandaleux ! La municipalité n'a pas donné suite aux demandes de maintien des deux centres aérés de la Beauvalle et de Puyricard au-delà de l'année scolaire en cours. Maryse Joissains a renié son engagement de les pérenniser pourtant pris devant les parents.
Dans un premier temps, grâce à une forte mobilisation des familles, ils avaient bénéficié par un avenant au contrat de gestion d'une prolongation jusqu'en juillet. La promesse de ne pas fermer définitivement n'a donc pas été tenue. Les parents sont mis devant le fait accompli pour chercher des places d'accueil ailleurs pour la centaine d'enfants concernés, avec évidemment tous les préjudices professionnels et famiiaux d'horaires et de déplacements qui en découlent.
Pourtant, rappelez-vous, en janvier, j'avais rapporté l'échange que j'avais eu en conseil municipal avec Maryse Joissains : "Reste maintenant à réfléchir suffisamment tôt, et autant que faire se peut, pour anticiper la question des années à venir après juillet 2019 car je n'imagine pas que la Ville ne souhaite pas pérenniser l'accueil des enfants pour les recaser dans d'autres structures qui sont saturées." 
Maryse Joissains nous avait rassurés en déclarant qu'elle veillerait à la continuité. Volià, c'était donc un pur mensonge de sa part qui plus est proféré en séance publique !

"Soulagement : L'accueil des deux centres aérés prolongé jusqu'en juillet" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/12/03/36910421.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

On ferme : Mauvaise limonade pour les bars et restaurants hors la loi

Impossible de ne pas le remarquer. Tables, fauteuils et parasols de la place Richelme ont disparu depuis plusieurs semaines. La justice a découvert des pratiques délictueuses, surtout des embauches illégales et du travail au noir, et a prononcé des fermetures administratives à l'encontre des établissements concernés. Sanctions lourdes ou pas, la loi, c'est la loi...

Bars fermés 17
(Clic sur l'image pour agrandir)

Y a-t-il encore quelqu'un qui n'a pas vu ça ? Les tables de la place Richelme ont disparu depuis plusieurs semaines. La justice a découvert des pratiques délictueuses, surtout des embauches illégales et du travail au noir. On ne parle que de cela dans les médias et les réseaux sociaux, qui pour s'en offusquer, qui pour dire qu'il faut respecter la loi.
Alors que les premières fermetures de l'an dernier n'avaient pas été commentées et n'avaient pas suscité d'émoi particulier, c'est la vague affectant cinq établissements de la même place qui a pris tout le monde de court et entraîné le plus de discussions parmi certains habitués ou des passants flânant par là jugeant les sanctions sévères, injustes ou disprortionnées.
On parle maintenant d'un véritable coup de torchon avec une trentaine de lieux fermés bien au-delà du centre-ville pour des durées variables fixées en fonction de la gravité des motifs pris en compte par les autorités.
Autre mauvaise limonade sous pression, mais pour des raisons différentes, le dernier établissement touché qui a créé la stupeur dans toute la ville est celui des Deux Garçons. 
Pour ma part, je ne suis pas du tout choqué car j'estime qu'il est logique de sanctionner tout gérant ayant enfreint la loi. Je trouve même que les contrôles ne sont pas suffisants et pas que pour ces cas de figure. Il devrait en être de même pour des tas d'autres situations : occupation illégale ou débordement de l'espace public par les terrasses (tiens, au hasard, place des Cardeurs), non respect du code de la route, constructions frauduleuses ou sans autorisation et j'en passe.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 12 juin 2019

Gestion de la SMAC : Mon petit doigt me dit que le gagnant est…

La salle des musiques actuelles qui sort de terre au Jas de Bouffan dans le secteur à urbaniser de la Constance a pris du retard et n'ouvrira pas avant septembre. Le dossier du gagnant de la délégation de service public a été annulé par le tribunal administratif. C'est donc le candidat qui a contesté ce premier choix qui en sera le gestionnaire officiel. Détails...  

SMAC affiche

La mise en concurrence pour la gestion en délégation de service public de la salle avait permis de retenir quatre dossiers de candidature. La commission de DSP métropolitaine avait désigné le gagnant qui présentait, selon elle, toutes les garanties.
Comme cela arrive dans des cas où les enjeux sont importants, un candidat évincé estimant que le choix est contestable peut engager un recours auprès du tribunal administratif. Cela a été le cas pour la SMAC (lire l'article de la Provence ci-dessous).
De fait, il a suffi, si l'on peut dire, d'un élément décisif ne correspondant pas aux obligations du cahier des charges pour que les juges annulent la DSP. La métropole se trouvait alors contrainte soit de relancer toute la procédure depuis le début, soit de désigner un autre candidat. C'est cette seconde voie qui a prévalu afin de ne pas prolonger la perte de temps. 
Au final, après le rejet forcé du gagnant invalidé, deux postulants ont aussi été éliminés pour candidature déclarée irrégulière. Il ne reste donc qu'un seul candidat recevable et c'est lui qui sera le délégataire officiel. Il s'agit de la société Iris, sachant que les autres sont également des acteurs culturels connus pour leurs capacités à organiser des moments de musiques urbaines intéressant primordialement la jeunesse.
La déduction va de soi pour connaître le lauréat du concours. D'ailleurs, la décision est inscrite à l'ordre du jour du conseil de territoire du 14 juin et de celui du conseil de métropole du 20.  

SMAC prov 11
Précision : Maryse Joissains évoque trois candidats. Or, il y en a eu quatre.

L'article de La Provence rapporte que le sujet a été abordé en séance publique au conseil de territoire de mai. Pour information, je me permets d'ajouter que je suis à l'origine de cette question : "Pouvez-vous faire le point sur l'évolution du dossier relatif à la décision de décembre du tribunal administratif qui a ordonné l'annulation de passation de la délégation de service public et la reprise de la DSP au stade de l'examen des offres ?" Je suis également intervenu au conseil municipal de fin mai pour que Maryse Joissains fasse le point sur ce dossier à l'intention des élus municipaux.

Les quatre candidats étaient :
- Association Dune : premier désigné puis rejeté
- Association Le Générateur, collectif composé de Musical Riot, Entre peaux, Comparses et Sons, Association Aix’Qui?, Coopérative Internexterne : éliminé
- Association La SAS Concerts Cartel Concerts, SoundBirth App, Electrobotik Invasion, Ballet d’Europe Jean Charles Gil, Cosmo AV, Le Nouveau Kfé Quoi, BAM-Boîte à Mus’ : éliminé
- Iris, société coopérative d'intérêt collectif, organisation et diffusion de concerts, gestion et exploitation de salles, production de spectacles vivants, organisation de tournées ou événements culturels : le futur gestionnaire officiel 

SMAC prov 6SMAC prov 6

SMAC prov 6

SMAC prov 6

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Ravi de juin : Et si on faisait communauté humaine...

une ravi 174

Allez, et si nous regardions les choses en face et révisions nos idées préconçues et le vocabulaire fait de clichés qui va avec. C'est ce que nous dit la grosse enquête du Ravi de juin au sujet de ce qu'on nomme des communautés et qu'on place dans des cases cloisonnées en mettant des murs plus ou moins épais et dont certains esprits cherchent à se servir à n'importe quelle fin.
La réalité, c'est qu'il n'y a qu'une communauté, la communauté humaine. Ce n'est pas un cours de morale, c'est juste un constat qui permet de réfléchir utilement pour faire cesser les regards de travers qui classifient les gens.
L'effort sera ensuite plus facile pour s'adonner à la lecture des autres articles. Il y en a foison.
Le Ravi de plâtre du mois décerné haut le bonnet à Maryse Joissains pour sa condamnation, le rapport régional sur le mal-logement dressé par la Fondation Abbé-Pierre, la TV Estrosi financée copieusement par la région et que Muselier veut éteindre, la macronie qui veut mettre au pas les les journalistes trop curieux, la ruse de la défiscalisation des fondations culturelles qui bénéficient d'argent public, et on en passe.
Le
Ravi est un journal indépendant et, à ce titre, demeure un bien précieux pour ne pas se laisser anesthésier les neurones avec les dépêches d'agences recopiées sans vergogne par pas mal de médias. Voilà, j'ai dit ce que j'avais à dire.

Pour soutenir ou faire un don :
www.okpal.com/leravi
Pour s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?article1188

Le sommaire de juin :

http://www.leravi.org/spip.php?article3233 
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 10 juin 2019

Arena : Des travaux pour sécuriser l'accès mais pas pour le stationnement

Tous les problèmes pour accéder à l'Arena et trouver où se garer ne sont pas encore résolus. Si un programme de travaux va bientôt permettre de sécuriser la circulation des véhicules et des piétons à proximité du site, en revanche, il n'y aura pas de solution immédiate en vue pour combler le nombre très insuffisant de places de stationnement. J'ai posé la question au conseil de territoire...

CT 21 21
(Clic sur l'image pour agrandir)

J'en avais parlé en octobre dernier (voir lien en fin d'article). L'Arena n'avait pas résolu tous les problèmes rencontrés depuis son ouverture. Outre l'accès et le stationnement difficiles les soirs d'événements, l'exploitation de l'équipement n'était pas encore à la hauteur.
De l'aveu même du délégataire filiale du groupe Lagardère, on notait une absence d'unités de gestion des issues de secours (travaux en cours), une insuffisance de couverture WIFI et GSM (travaux en cours), des consommations en fluides nettement supérieures au prévisionnel fourni, une contrainte liée à la mise en configuration handball.
Au conseil de territoire du 21 mars, un rapport présentait un programme de travaux visant à améliorer l'accès au site. Bon, c'est déjà ça de pris pour la sécurité des véhicules et des piétons.
Même si ces mesures vont dans le bon sens, les initiatives demeurent très insuffisantes pour répondre aux besoins de stationnement, sachant qu'il y a près de la moitié moins de places de parking que la jauge de 6000 spectateurs les soirs de grande affluence. Pour bien comprendre ce qui se passe, il faut savoir que les déplacements en bus ne représentent que 8% des flux.
Je suis donc intervenu pour demander des éclaircissements sur cet autre aspect à traiter de manière globale. L'élu responsable de la délégation des sports m'a confirmé qu'il y avait bien un problème et n'a pas hésité à mettre en cause le délégataire pour la gestion des événements qui provoquent d'énormes embouteillages à la sortie de l'autoroute. A quoi s'ajoute le flux de véhicules en transit qui passent par là et n'ont rien à voir avec les concerts ou les matchs.
L'élu délégué aux finances a, lui, indiqué que les relations avec Lagardère ne sont pas toujours simples et qu'il faut se battre pied à pied pour le respect de la délégation de service public qu'il juge ne pas être toujours satisfaite. Il faudra chercher des ajustements.
Il a aussi annoncé qu'une étude est en cours pour savoir s'il est envisageable d'utiliser un terrain agricole limitrophe non cultivé pour augmenter le nombre de places de stationnement. Mais, qu'on prenne son mal en patience, il n'y aura pas de solution immédiate en vue.

Le programme des travaux annoncé au conseil de territoire

CT 21 21
Le périmètre des travaux à venir 
(Clic sur l'image pour agrandir)

Une étude a permis d'aboutir à la proposition d'un programme de travaux qui s’établit comme suit :
* Aménagement du profil en travers de la chaussée : la plateforme actuelle étant relativement large, elle permet de mettre en place 2 voies de circulation pour les véhicules auxquelles s’ajoute une voie réservée aux bus en sortie du pôle d’activités comme le préconisent les études circulatoires réalisées sur le secteur.
* Traitement piétonnier : le projet prévoit l’intégration d’un cheminement côté Nord de la RD59. Tenant compte du contexte hors agglomération, avec une vitesse à 70 ou 80 km/h, le cheminement piéton présente une largeur de 3 mètres et est séparé de la chaussée par un dispositif de retenue de type glissière mixte bois/métal.
* Éclairage public : l’objectif est de réaliser un éclairage minimal de type balisage permettant aux piétons de repérer le cheminement à suivre. Des plots encastrés dans le sol seront mis en place tous les 5 mètres environ entre les deux giratoires.
* Le coût prévisionnel de l'opération s’élève à 1 500 000 € HT soit à 1 800 000 € TTC. Ce montant est composé d'une partie travaux pour un montant de 1 350 000 € HT, soit 1 620 000 € TTC et d'une partie étude pour un montant de 150 000 € HT, soit 180 000 € TTC.

"Arena : Derrière les apparences… des problèmes pas encore résolus" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/10/19/36781331.html 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]