lundi 9 janvier 2012

Projets aixois : Maryse Joissains, maire sans boussole

 gare routière 2007
La première mouture date de 2005 pour une réalisation en 2011. Raté !

La presse locale, en l'occurrence La Provence, a publié une page sur les chantiers en cours ou à venir annoncés par la mairie d'Aix-en-Provence.
Mais il est intéressant de noter que, en l'absence totale d'un Plan local d'urbanisme cohérent et digne de ce nom, il ne s'agit essentiellement que d'opérations dont le caractère spécifique n'entre aucunement dans le cadre d'une vision réfléchie du développement maîtrisé de la ville.
Pour la plupart, les chantiers en question font fi de tous les aspects et enjeux qu'il serait nécessaire de prendre compte pour répondre aux besoins fondamentaux et concrets de la vie des habitants.
En dehors de l'agrandissement du parc relais du Krypton et de la réalisation du pôle d'échanges du Plan d'Aillane qui constituent une sorte de rattrapage pour une incitation à stationner en périphérie de la ville et un délestage de circulation vers les transports en commun, les autres sujets concernent des mutations de l'existant. Et encore, les dates d'éventuel achèvement ont un parfum de communication.
Prenons quelques exemples.
Corsy et Beisson :
L'élaboration du projet de rénovation des deux cités, les incertitudes financières et les atermoiements ont fait reculer sa finalisation qui totalisera bientôt une dizaine d'années. Annoncée pour 2011, puis pour 2014, la rénovation est promise à une nouvelle échéance maintenant prévue pour 2015.
Les habitants eux-mêmes ont beaucoup protesté pour en savoir plus et être associés à la démarche de rénovation, notamment au moment où les contributions de l'Etat pour la politique de la ville ont commencé à fondre.
A l'heure actuelle, les crédits dévolus à la rénovation urbaine résultent d'un des engagements lancés par le gouvernement en 2004 et des promesses échevelées faites par Nicolas Sarkozy en 2007 pour un plan Marshall des banlieues qui a vu ses budgets taillés à la hache d'année en année (voir lien ci-dessous).
La gare routière :
Des panneaux avaient été apposés dès 2005 pour annoncer le projet pharaonique d'une nouvelle gare routière opérationnelle fin 2011 sur le site actuel. Une élection municipale annulée étant passée par là et de nombreuses critiques aussi, le projet a été revu à la baisse. On ne parle plus de la même envergure.
Quand sortira donc de terre le nouvel équipement ? On nous parle de fin 2013, soit avec deux années de retard.
Office de tourisme :
Là encore, le nouvel établissement qui était annoncé pour la fin du premier mandat de Maryse Joissains aura mis quelque sept ans à voir le jour alors que le sort de l'ancien est très contesté.
L'équipement a été vendu à une société à la condition qu'elle conserve le bâti. Or, le projet a subi de substantielles modifications qui changent de fait la base juridique du marché.
Une récente délibération du conseil municipal a suscité l'étonnement en entérinant sa destruction complète accompagnée de la vente d'un espace public à la société acquéreuse. Manifestement contraire aux procédures de mise en concurrence, la décision vient d'être attaquée par l'opposition au tribunal administratif. Il faudra donc patienter avant de récolter les fruits de la cession.
                                                                                                   A suivre...

Le plan banlieues, de la promesse à la réalité...
http://www.marianne2.fr/Banlieues-les-promesses-de-Sarkozy-passees-au-Karcher_a213629.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 6 janvier 2012

Des courriels qui sentent la grosse arnaque

arnaque 5

Aujourd'hui, pour une fois, laissons un peu le traitement des sujets politiques de côté et choisissons d'évoquer un phénomène qui a pris des proportions incroyables. Et qui transforme bien des naïfs en malheureuses victimes.
Il y avait déjà les marabouts qui veulent s'occuper de notre santé et de notre bien-être en nous promettant amour, argent et bonheur. Et maintenant, il y a aussi internet. Qui n'a jamais reçu un mail qui sent l'arnaque à vue d'écran ? Toutes sortes d'arnaques d'ailleurs : à la banque, à la transmission d'héritage d'une veuve ou d'un(e) orphelin(e) russe ou africain(e), aux petites annonces de vente via un faux site Paypal, à la carte bancaire, aux voitures, aux montres, à la loterie...
Ce sont évidemment de crapuleuses escroqueries masquées derrière des "fakes" (des faux), qui utilisent le "phishing", c'est-à-dire l'hameçonnage. Le but est la recherche du gogo qui tombera dans le piège et se laissera usurper son identité et ses coordonnées.
Divers reportages de télé ont montré des cas de personnes suffisamment crédules pour se faire gruger et perdre parfois toutes leurs économies.
Il n'est pas question ici des accros vampirisés par les nombreux jeux de hasard qui les pilonnent quotidiennement et les délestent pitoyablement de leurs derniers euros par l'entremise et avec la bienveillance macarelle de l'Etat.
Non, il s'agit des sollicitations et des tentations que l'on reçoit chez soi en ouvrant des courriels qui ont l'apparence de l'honnêteté et un parfum de gains énormes prétendument immédiats. Hélas, si l'on n'y prend garde, un simple clic suffit à ruiner l'imprudent qui ne sait pas encore qu'il déjà est foutu ! Pourtant, il est assez facile de comprendre qu'il y a de l'arnaque dans l'air.

(Clic sur les images pour agrandir)
arnaque mail 1

 arnaque mail 3
 
 arnaque mail 2

Ces trois derniers mois, j'ai reçu plusieurs courriels du genre. Dont voici trois exemples. L'un venait soi-disant d'Orange... or je n'ai pas de compte Orange. Un autre de SFR... mais la somme ne correspond à aucun montant de mes forfaits. Un autre encore d'un certain établissement laitier recommandé par le ciel... mais je n'ai aucune connaissance en matière de "transformation du lait".
Je vous parlerai peut-être une autre fois des publicités glissées dans ma boîte aux lettres m'annonçant que j'ai eu la chance d'être désigné comme le gagnant unique pour des gros lots faramineux. Sans parler des prospectus pas plus grands que des cartes de visite me promettant de me faire gagner au loto alors que je ne joue jamais, de me guérir alors que je ne suis pas malade, de me désenvoûter alors que je n'ai jamais cru en Sarkozy et même de retrouver la femme que j'aurais perdue. Magique, non ? Et tout ça, figurez-vous, rien qu'avec ma seule petite carte bancaire ! Heureusement, il existe maintenant ce numéro d'appel et ce site...

arnaque mail 4http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/votre_securite/internet/cybercriminalite/escroqueries-internet

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 4 janvier 2012

2012 : Sarkozy croit encore... aux farces de l'esprit

sarkozy-candidat
Dessin de Deligne

Chic, nous allons vivre une année passionnante. Le grand moment espéré en point culminant devrait être la sortie définitive du palais de l'Eysée de qui l'on sait. Même si la campagne officielle ne sera que de courte durée en avril, l'affrontement a bel et bien commencé.
Le président pour encore seulement 124 jours s'obstine dans sa coûteuse tournée de comédie en France devant ses seuls supporters triés, encadrés et convoqués pour la claque aux frais de la République. Il est fort à parier, je le parie, que ce mot claque prendra pour Nicolas Sarkozy un autre sens en mai.
François Hollande, lui, vient d'enclancher sa marche déterminée en avant vers les responsabilités en livrant à la presse un réquisitoire ciselé en forme de déclaration de guerre contre le bilan du quinquennat. En contrepoint, il y détaille sa conception de la politique et les principes qui selon lui doivent refonder le rôle et l'action de l'Etat. Visiblement, cela énerve le camp sortant qu'on l'on entend aboyer sur toutes les ondes.
Dimanche soir, Sarkozy a une fois encore fait quelques annonces qui n'ont aucune chance d'être opérationnelles avant son éjection présidentielle. Comme beaucoup le disent et l'écrivent, comment peut-il convaincre en essayant de faire en quelques semaines ce qu'il a été incapable de réaliser en cinq ans ?
Son bilan se solde par un véritable désastre, dans tous les domaines. Et il a beau jeu, lui qui fait mine de ne vouloir se déclarer qu'en février ou mars, de s'étonner que Hollande n'ait pas encore fait connaître ses arbitrages. Il ne manquait plus à l'homme de la casse généralisée que l'hypocrisie pour compléter son portrait déjà bien marqué.
Tout viendra à point car ses électeurs de 2007 ont perdu de leur crédulité et ne sont pas près de lui renouveler leurs suffrages.
Tiens, dans le genre faire semblant de faire des vœux et en profiter pour faire la campagne législative aux frais des Aixois, il y a aussi Maryse Joissains. Pour ce faire, le site de la mairie a mis en ligne une vidéo de 21 minutes. Et quel est le sujet du monologue ? 19 minutes sur l'Europe, sur la France et sur son soutien à Sarkozy et... 2 minutes concédées à Aix ! Etrange cette première du genre, non ? Pour ma part, j'y vois là le signe d'une même crainte de rejet par un électorat qu'il faudrait tenter de retenir par tous les moyens.
Allez, soyons beaux joueurs et restons bien dignes. On ne ricanera pas de leurs défaites, on s'en réjouira seulement.

A voir sans faute et intégralement ces deux vidéos en forme de pastiche...
(Clic sur la flèche et basculer en mode plein écran)

Les vœux 2012 de Charles de Gaulle

François Mitterrand croyait aux forces de l'esprit, Charles de Gaulle croyait à la force de frappe. Nicolas Sarkozy croit seulement à la force de la farce. Illustration.

Le célèbre "Dinner for one" revisité

Nicolas Sarkozy transformé en majordome d'Angela Merkel, une scène cocasse allemande originale détournée en saynète satirique.

Les exploits de Nicolas Sarkozy :
Le bilan édité par le Parti socialiste
(Pour une lecture plus confortable, clic sur chacune des 4 parties du document)
  
sarkozy echec bilan PS 1

sarkozy echec bilan PS 2
Notes de renvoi des points listés de 1 à 13
sarkozy echec bilan PS 3

sarkozy echec bilan PS 4

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

dimanche 1 janvier 2012

Prévisions 2012 : Chic, on va enfin le dégager !


Ni paresse, ni fatigue, ni renoncement. Que non, que non. Car ces deux dernières semaines sans billet n'ont pas été inactives pour moi. En effet, excusez-moi de ne pas vous en avoir prévenu, j'en ai profité pour m'exercer à de savants calculs prévisionnels. Des travaux aux résultats performants grâce à quelques outils on ne peut plus scientifiques.
Exaspéré depuis mes premières dents par la crétinerie de marabouts annonçant une énième fin du monde, forcément imminente et donc immanente, j'ai entrepris d'apporter le démenti le plus formel à toutes leurs calembredaines.
Bien m'en a pris. Les résultats sont là. Intangibles et incontestables.
Ouste les prédictions de peur ! Et place aux prévisions de liesse !
Ces aboyeurs de cataclysme destructeur et de panique générale, tels des apprentis sorciers, ont une fois de trop prétendu pouvoir extrapoler pour interpréter des glyphes piochés sans discernement dans un calendrier du code maya. Et c'est là que se niche le canular originel. Quel dangereux amateurisme !

 calendrier maya 2012

Or donc, c'est en France qu'il fallait aller chercher les bases d'un contexte tellement flagrant aux yeux de beaucoup. Et susceptible de provoquer un événement qui ferait une unique victime mais des millions d'heureux.
En effet, comment ne pas s'apercevoir que la seule vraie prévision qui a toutes les chances de se concrétiser est programmée pour s'accomplir dans exactement 127 jours. Par voie de conséquence, la portée historique de cet énorme boum salutaire ne pourra qu'annihiler toutes craintes extravagantes assorties ou non de menaces imaginaires d'extinction funeste ultérieure. 
Et oui, voyez-vous, si, au lieu de s'auto-flageller avec des prédictions d'apocalypse et des désastres sans appel, ces givrés du bulbe avaient au moins seulement eu la curiosité de s'intéresser à notre gentil pays ! Non, leur égarement obsessionnel et maladif les aura même empêchés de déduire qu'ici, par exemple, en cette année 2012, les deux nombres les plus significatifs à ne pas confondre seront le 92 et le 19, l'un maléfique, l'autre bénéfique. Aucun mystère là-dedans. Chacun pourra en trouver la clef et en vérifier la pertinence d'ici peu.
Pour qui s'est infligé, même distraitement, un écran de télévision hier soir à l'heure où il est pourtant prudent de s'épargner tout risque digestif rédhibitoire, il était aisé de repérer en arrière-plan de l'image un indice emblématique à jamais cadenassé au personnage, le bling bling arrogant de gyrophares ressemblant à des clignotants de cause perdue que le pompier incendiaire en chef tentait compulsivement de dissimuler sous des airs de sauveur de tous les mondes.
Pour finir, j'ajouterai amicalement ceci à votre intention. Semblant conforter ainsi le sens de mes déductions politiques, mes tables de calcul m'ont amené à penser qu'il est également plus que vraisemblable qu'une abondance de jours heureux personnels et collectifs est dès lors inéluctablement promise à tous les lecteurs fidèles de ce blog.
Alors, histoire de contribuer et veiller à ma manière à l'exécution des événements annoncés de l'année, les parutions reprendront leur cours dès cette semaine.

Les vœux 2012 en diaporama
(les images défilent en boucle toutes seules)
voeux 2012 gif

Posté par CASTRONOVO à 00:01 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 16 décembre 2011

Contrat d'A. Joissains : Mon pourvoi en Conseil d'Etat

 conseil detat

Comme je m'y étais engagé ici même en juin dernier, je souhaite faire aujourd'hui un point de situation sur l'affaire du contrat d'Alain Joissains recruté d'abord comme collaborateur puis avec la fonction de directeur de cabinet de Maryse Joissains pendant sept ans.
En mai 2005, alors que j'étais encore conseiller municipal, j'avais contesté la légalité de ce contrat et de ses avenants datés de 2001 et 2002.
En octobre 2008, le Tribunal administratif de Marseille validait ma requête et annulait le contrat et les avenants, allant ainsi dans le sens des conclusions formulées à l'audience par le rapporteur public.
En décembre 2008, la municipalité d'Aix faisait voter une délibération autorisant Maryse Joissains à faire appel de la décision.
En juin 2011, la Cour administrative d'appel de Marseille annulait le jugement du Tribunal administratif, alors même que le nouveau rapporteur public avait émis des conclusions en tous points semblables à celles du tribunal trois ans auparavant.
La Cour d'appel motivait son arrêt principalement sur la base de deux points. Selon elle, dans cette affaire, je n'aurais pas eu un intérêt suffisant à agir pour contester le contrat en n'invoquant que ma seule qualité de conseiller municipal. Par ailleurs, je n'aurais pas soutenu que les décisions ayant permis la signature de ces actes (les pièces contestées) ont été prises en méconnaissance des compétences du conseil municipal.
N'acceptant pas un tel raisonnement, ne traitant d'ailleurs pas du fond du dossier, à savoir l'illégalité du contrat pour dépassement indiciaire salarial non conforme aux lois régissant la fonction publique territoriale, j'ai aussitôt décidé de saisir le Conseil d'Etat dans le délai légal de deux mois.
L'introduction de ce pourvoi s'est déroulée en deux étapes. D'abord, en août, par le dépôt d'un mémoire synthétique à titre conservatoire, puis, en octobre par un mémoire complémentaire détaillé en défense.
Le dossier est désormais dans sa phase d'analyse par les magistrats du Conseil d'Etat. Comme on l'aura compris, ma détermination ne m'a jamais quitté. Et c'est la raison pour laquelle j'ai choisi d'aller jusqu'au bout et de soumettre à l'examen du plus haut niveau juridictionnel cette affaire qui touche à la fois au droit fondamental, à l'éthique républicaine et à la morale publique. 
La Ville d'Aix a maintenant dû être informée de ma démarche, ou ne saurait tarder à l'être, par notification par la haute juridiction. Disposant du contenu du dossier, elle sera alors amenée à répondre en développant ses arguments.
Pour cette phase, l'instruction et l'issue du pourvoi ne devraient pas souffrir des mêmes durées excessives ou dilatoires que pour les deux procédures précédentes. L'on me dit que cela pourrait ne prendre que quelques mois.
A mes yeux, l'affaire que j'ai portée devant les juridictions administratives est importante car elle représente un cas d'école qui pourrait donner lieu à une jurisprudence sur le respect des lois de la fonction publique territoriale et sur les droits des élus. S'agissant de l'attente d'un jugement au caractère inédit, sans être exagérément optimiste, je demeure cependant confiant dans la décision qui pourrait être rendue.

Note personnelle

Je veux ici remercier ceux qui m'ont conseillé et guidé pour le choix de mon avocat au Conseil d'Etat.
Depuis le début de mes démarches, et plus particulièrement dès le lendemain de l'arrêt surprenant de la Cour d'appel, j'ai reçu de nombreux coups de fil, mails et mots d'encouragement. Ces soutiens me touchent beaucoup dans le cadre de cette affaire que je mène depuis plus de six ans, d'abord sans avocat pendant plus de cinq ans, puis avec avocat juste quelques semaines avant le passage en Cour d'appel.
Comme on peut s'en douter, cela a nécessité un double investissement, en temps et en dépenses personnelles conséquentes (5.000 euros).
A ma grande surprise et sans avoir même songé à solliciter quiconque, certaines personnes m'ont dit partager le sens de mon action, convaincues de son caractère d'intérêt général, public et citoyen. Et m'ont spontanément proposé de m'aider en contribuant aux frais selon leurs moyens.
A ce jour, la somme récoltée par chèques, déposée en toute transparence sur un compte bancaire spécifique, avoisine 15% du total engagé.
Encore un sincère merci à chacun et à tous ceux qui souhaiteraient aussi participer (me contacter par mail en cliquant en haut à gauche sous ma photo).

Tous les éléments de la procédure :
Jugement du Tribunal administratif,
Arrêt de la Cour administrative d'appel
et explications

http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/06/14/21393622.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 14 décembre 2011

Les Guérini, Medvedowsky et les dessous de l'Arbois

guerini medve ravi 90

Les affaires des frères Guérini sont une grande nébuleuse de nébuleuses. On a beau chercher à enfouir, tout ou presque finit par remonter à la surface.
Voici maintenant qu'apparaissent aussi des éléments d'un volet qui s'élargit au site de l'Arbois, là où est implanté ce que l'on a appelé jusqu'ici l'Europôle et qui a muté en Technopôle de l'environnement Arbois Méditerranée.
Deux articles récents livrent quelques informations sur les relations et l'influence d'Alexandre Guérini dans la gestion de la structure, et sur les menées politiques qui ont eu cours entre les deux frères et Alexandre Medvedowky, président toujours en titre du pôle. Ces articles tentent de reconstituer le fil des contacts entre divers protagonistes depuis 2007.
Outre le rappel nécessaire de la place stratégique de Treize Développement, la société d'économie mixte qui dépend directement du conseil général des Bouches-du-Rhône pour l'aménagement des infrastructures, ils s'interrogent sur certains enjeux de pouvoir en interne et sur des contreparties en forme d'appuis pour des conquêtes politiques.
C'est ainsi qu'un éclairage sur les dessous d'un épisode électoral semble confirmer des faits qui se sont déroulés lors de la période particulière qui a vu l'élection municipale aixoise de 2008 annulée et suivie un an après par un nouveau scrutin.
J'avais relaté ici l'étrange réunion des Milles qui avait vu la désignation d'Alexandre Medvedowsky alors même que, jusqu'à la dernière minute, tout le monde donnait André Guinde comme tête de liste.
Voici ce que j'écrivais moi-même le 24 juin 2009 :
"Après l'annonce d'André Guinde de vouloir mener la nouvelle liste, un vigoureux bras de fer, agrémenté de joyeuses menaces et de doux chantages, a eu lieu entre Jean-Noël Guérini et Eugène Caselli, le premier soutenant Guinde, le second Medvedowsky.
Ce n'est que quelques heures avant l'assemblée générale socialiste des Milles que la décision a penché en faveur de Medvedowsky, Guinde l'apprenant sur place et recevant un rocher de trois tonnes sur la tête. Guinde s'est alors posé la question de sa participation à la future liste.
Pour mémoire, en juin 2007, Guinde était venu expliquer, dans toutes ses largeurs, à la toute première réunion publique de Michel Pezet et de Jean-François Picheral pourquoi il lui était vraiment impossible d'aller avec Medvedowsky en mars 2008. A l'automne, sur injonction de Guérini, il a rejoint celui qu'il avait vilipendé (le mot n'est pas trop fort) durant l'été.
C'est le même Guinde qui vient de plier l'échine en ravalant ses rêves éphémères. Le PS est uni et apaisé, assène-t-on aux Aixois. C'est à voir. Car c'est un PS aixois incomplet qui fait liste commune avec le MoDem, lui-même moins fourni en personnalités que l'an dernier."

L'article du Ravi paru en novembre recolle les morceaux des retournements de situation qui ont vu la désignation d'Alexandre Medvedowsky malgré sa défaite de l'année précédente. L'article de Bakchich, paru également en novembre, retrace, quant à lui, le tableau en forme de forêt noire qui entoure le plateau de l'Arbois. 
Libre aux lecteurs d'en tirer leurs propres conclusions.  

logo ravi bon
Medvé, l'homme qui gagnait toujours à perdre

Nom : Medvedowsky. Prénom : Alexandre. Surnom : Medvé.
Signe particulier : perdant récidiviste. 
Atout majeur : Alexandre Guérini.
Point faible : Alexandre Guérini.
Mois après mois, l'enquête du juge Duchaine révèle des surprises. Comme la lecture de quelques SMS envoyés par Alexandre Medvedowsky, conseiller général PS de Peyrolles-en-Provence (13), au mauvais moment à la mauvaise personne : son ami Alexandre Guérini.
Côté pile, Medvé est un homme d'affaire. Il dirige un cabinet d'intelligence économique (comprenez lobbying), ESL&Network, très influent dans les plus hauts cercles du pouvoir, du Kremlin à l'Elysée. Côté face, c'est un politique, leader très contesté du PS aixois depuis que Jean-François Picheral l'a accusé publiquement de trahison (Cf Ravi n°44, septembre 2007). De cet épisode peu glorieux, la gauche à Aix ne s'est jamais vraiment remise depuis 2001 : scissions, guerre froide et coups bas...
En 2007, des sommets sont atteints. Michel Pezet raconte : "Jean-Noël Guérini m'a dit "que penses-tu d'Aix pour les municipales ?" J'étais partant mais après quelques mois, il m'annonce qu'il y aura finalement un référendum car Medvé veut se présenter. Entre temps, 200 cartes sont entrées dans sa section comme par miracle. J'ai décidé d'aller jusqu'au bout sans participer à ce référendum trafiqué d'avance."
Précisons qu'à cette époque, aucune carte n'entrait sans l'aval d'Alexandre Guerini, membre très influent de la commission des adhésions du PS 13. Une candidature dissidente plus tard, Pezet et ses colistiers reviennent blanchis de la commission des conflits à Solférino. "J'ai plaidé sur la forme puisqu'on nous avait traîné là pour des questions de formes", précise un brin ironique l'avocat marseillais. Et Medvé perd les élections de 2008.
En 2009, rebelote. Élections annulées sur un recours du candidat Modem et, contre toute attente, alors qu'André Guinde espère voir sa fidélité à Jean-Noël récompensée, Medvé obtient le label PS.
Depuis deux ans, les rumeurs vont bon train sur cette investiture surprise. Aujourd'hui, des SMS glanés dans l'épais dossier Guernica - qui vaut aux frères Guérini d'être mis en examen pour "association de malfaiteurs" - nous éclairent. En effet, dès mai 2009, les téléphones d'Alexandre Guérini étaient sur écoute. On y trouve entre autres des messages échangés avec Medvé autour d'une préoccupation commune, la mairie d'Aix. "Il paraît que Guinde fait chier...", écrit Medvé à Alex Guérini le 11 juin 2009. Aussitôt, Monsieur Frère lui répond "Laisse-moi faire". Rassuré, Medvé enchaîne "C'est pour ça que je t'envoyais texto !! Merci de ton aide".
Ce même jour, dans La Provence, des élus du sérail affirment qu'André Guinde est favori, qu'il sera candidat à Aix. Mais fidélité ne vaut pas fraternité dans le système Guérini. Le lendemain, à la surprise générale, Eugène Caselli annonce à 300 militants stupéfaits l'investiture d'Alexandre Medvedowsky. Guinde pleure, des
militants crient au scandale mais les jeux sont faits, la paire d'Alex sort toujours vainqueur.
Qu'est-ce qui lie les deux hommes si ce n'est un prénom ? L'Europôle de l'Arbois dont Medvé est président où des marchés suspects ont été attribués aux amis d'Alexandre Guérini ? Proglio, Frémont, ces noms qu'on cite proche de l'un comme de l'autre ? Il ne fait pas de doute que leur côté pile est à l'unisson. Quant au côté face ? Le 18 juin, Alexandre Guérini faisait une proposition spontanée à Medvé : "Qd peut-on se voir et me dire ce dont tu as besoin pour la campagne ? Bises." Le lendemain, ils sirotaient un apéro dans le très prolétaire café de la Rotonde à Aix pour y discuter gros sous...                                          Pierre-Julien Bouniol
Note : Alexandre Medvedowsky n'a pas souhaité répondre à nos questions.

logo bakchich
L'Arbois qui cache la forêt  

Excellent article de Xavier Monnier
http://www.bakchich.info/L-Arbois-qui-cache-la-foret,13142.html

guerini medve arbois bakchich

Municipale 2009 : "Centrifuge et centripète sont sur un b..."
http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/06/24/14188273.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 décembre 2011

Jean-Noël Guérini mercredi sur les écrans de TMC

 guerini ravi sur TMC

Ceux qui conserveraient encore ne serait-ce qu'un brin d'inclinaison pour Jean-Noël Guérini pourront, si le cœur leur en dit, le voir en direct mercredi à 23h20 sur TMC (groupe TF1).
On devrait s'amuser un peu vu qu'il est l'invité du saltimbanque aux manières si raffinées qu'est Christophe Dechavanne, qui crache par terre dès la première seconde de l'émission (véridique).
Et, pour couronner le tout - c'est le cas de le dire - l'autre hôte de marque n'est rien moins que la sérénissime Geneviève de Fontenay Miss France Stéphanie de Monaco !
A part ça, la justice poursuit son travail, plus discrètement. Cette semaine, ce sont les services du SDIS (Service départemental d'incendie et de secours) qui ont été perquisitionnés. La Chambre régionale des comptes avait rendu un rapport mettant en lumière des dysfonctionnements qui n'ont rien à envier à certaines facéties des affaires Guérini, marchés, recrutements, etc.
Et puis, ici et là, on découvre encore des pépites d'informations qui viennent s'ajouter aux nombreux tomes déjà compilés sur les relations entretenues par les divers protagonistes liés directement ou indirectement aux deux frères.
Dernièrement, Eugène Caselli a décidé de se constituer partie civile au nom de Marseille Provence Métrople dans le cadre du dossier de l'incinérateur de Fos pour cause de surcoûts afférents à sa construction. On y cite le nom d'Alexandre Guérini qui serait intervenu en sous-main ainsi que celui de Jean-Marc Nabitz qui est suspecté d'avoir voulu jouer sur deux tableaux avec deux casquettes différentes, un vrai conte vespasien.
Comme à son habitude, le Canard enchaîné nous régale de ses coups de bec, sans oublier la droite. En voici deux qui ont dû faire plaisir aux illustres personnages qui y sont épinglés.

guerini canard 7
(Clic sur les images pour agrandir)
guerini canard 16

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 10 décembre 2011

Débat à Aix : 2013 capitale désenchantée... ou non ?

ravi aix 9
(Clic sur l'image pour agrandir)
De gauche à droite :
Claire Antognazza, Jean Bonfillon, Daniel Hermann,
Michel Gairaud, Jean-François Chougnet et Nicolas Maisetti
(Saurez-vous deviner qui est le personnage sur le dessin ?)
(Photo perso LAC - Bon, je sais, ce n'est pas du Doisneau... mais ce reportage est dédié en exclusivité mondiale à mes lecteurs toujours si compréhensifs !)

"La programmation sera dévoilée le 12 janvier." C'est Jean-François Chougnet, directeur de Marseille Provence 2013, qui l'a annoncé hier soir. Cela s'est passé à Aix au cours du débat (le second du genre après celui d'octobre 2010 à Marseille) organisé par le mensuel le Ravi en collaboration avec le site Mediapart au théâtre Antoine Vitez installé au sein même de la faculté de lettres.
Un rien provocateur, l'intitulé du débat, "2013 capitale désenchantée ?", invitait à passer en revue le champ des interrogations, entre critiques et accrocs, entre doutes et déceptions. La salle était pleine d'un public plutôt averti parmi lequel avaient pris place des porteurs de projets, candidats à l'événement et en attente de réponses ou dépités d'être ou de se sentir écartés du processus.
En forme de clin d'œil, la séance a débuté par la projection d'une courte et sympathique vidéo sur l'activité du journal. Puis, pendant une heure, interrogés de façon incisive par Michel Gairaud, rédacteur en chef du Ravi, les invités à la tribune ont développé leurs analyses sur de nombreux aspects pendant que la salle se régalait de dessins humoristiques collant au débat projetés sur grand écran.
Pour essayer de faire la lumière sur les divers épisodes survenus depuis l'origine même de l'opération, ils ont devisé sur la méthode, le fonctionnement et les budgets de l'association porteuse. Ils ont rappelé les exigences, les coups de gueule et les couacs. Et même les désistements de certaines collectivités. Ils sont aussi revenus sur le concept de mutualisation des initiatives et des moyens, ainsi que sur la démarche de métropolisation de l'action culturelle associant des territoires.
Des critiques ont été émises sur les retards de Marseille en termes d'infrastructures poussant l'adjoint marseillais à la culture, Daniel Hermann, à tenter de rectifier cette façon de voir.
Le délégué à la culture de la Communauté du Pays d'Aix, Jean Bonfillon (Sophie Joissains n'était pas là), a cherché à convaincre, tout en propos mesurés, que les prises de position en zigzag de Maryse Joissains devaient être distinguées du fond, Aix étant bel et bien finalement un partenaire à part entière du projet 2013.
Quant à l'adjointe arlésienne à la culture, Claire Antognazza, elle a regretté que sa ville n'ait pu intégrer Avignon capitale 2000 et s'est donc réjouie de sa participation à MP2013.
Un autre intervenant, Nicolas Maisetti, universitaire à la Sorbonne travaillant sur le thème de l'internationalisation de Marseille, a également été invité en tribune pour fournir quelques éléments d'analyse vus de l'extérieur.

Et le public met MP2013 en question(s)...
Ensuite, pendant une heure aussi, la parole a été donnée à la salle qui ne s'est pas privée via une bonne dizaine d'interventions de livrer points de vue argumentés et questions aiguisées. Tour à tour, les personnalités de la tribune ont répondu mais, il faut bien le dire, sans vraiment parvenir à satisfaire le public.
Un des exemples les plus frappants a été celui, même si quelques progrès ont été faits dans ce domaine, de la notion d'insuffisance de concertation et de manque d'écoute de l'association MP2013 vis-à-vis des candidats au projet.
Une autre observation a porté sur la nature quasi mystérieuse des critères qui prévaudront pour établir la sélection des porteurs de projets. Ce qui était clair, en revanche, c'est qu'il n'y aura pas que des gagnants. Il est prévu d'établir trois catégories : les labellisés avec financements, les labellisés sans financements et les écartés.
Une autre inquiétude majeure a été soulevée par deux personnes du public, à savoir, la pérennisation de l'acquis après 2013. Car, selon les personnes présentes, la perception actuelle de MP2013 est plutôt celle de la mise sur orbite d'un événement à un coup.
Certains d'entre eux vont jusqu'à redouter que la vision économique et comptable prépondérante du projet favorisant l'artillerie des gros équipements ne semble tournée que vers la venue de touristes. Ce qui a pour conséquence d'escamoter les initiatives locales des petites structures qui travaillent d'arrache-pied sur le fond et sur le long terme auprès des populations.
Jean-François Chougnet a rappelé que le budget global de MP2013 est de 90 millions d'euros, 75 venant des collectivités et 15 des parrainages privés. Daniel Hermann a ajouté que les contributions financières des collectivités sont spécifiques à l'événement et ne proviennent pas d'un quelconque prélèvement assassin sur les dotations habituelles versées aux associations et aux structures existantes qui demeurent inchangées.
Cela n'a visiblement pas suffi à les rassurer, leur préoccupation étant résumée en une formule : fin décembre 2013, la parenthèse de l'année capitale se refermera et on continuera comme avant. Jean Bonfillon, plus optimiste, a préféré conclure en substance par cette phrase : "Je suis convaincu que MP2013 est sur la bonne voie". On ne demande qu'à voir.

NB : L'équipe du Ravi mobilisée au grand complet a assuré une captation de la soirée. Dans quelques jours, le temps d'effectuer le montage vidéo et son, le rédacteur en chef promet de mettre cet intéressant débat en ligne. A surveiller donc.

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 8 décembre 2011

Forains du textile : La réunion avec la mairie a foiré !

 marche textile aix

Comme on pouvait s'y attendre, faute d'accord, la réunion qui s'est tenue hier après-midi en mairie, suite aux demandes accompagnées de manifestations des forains du textile il y a quinze jours, n'a donné aucun résultat.
Selon le communiqué que Maryse Joissains avait fait paraître à ce moment-là, "Cette phase de concertation débutera le 7 décembre avec les représentants des commerçants, des riverains, des forains, des CIQ…".
Sur la base de cet engagement, les forains avaient accepté de suspendre leur mouvement et misaient sur cette réunion pour faire part de leurs revendications et essayer de trouver un compromis.
Comme je l'avais subodoré dans mon article du 28 novembre, il était illusoire d'imaginer que, compte tenu des délais restants pour la présence des chalets sur le cours Mirabeau, leur cohabitation avec les stands des forains serait autorisée.
Dès lors, il ne restait donc plus qu'un point réel à l'ordre du jour : le retour du marché sur le cours le mardi.
Or, toute modification du protocole existant fixant les dates et lieux pour la tenue des marchés doit obligatoirement passer par le vote d'une délibération du conseil municipal. Au mieux, laissait-on entendre, ce ne pourrait être que celui de janvier.
Alors, que s'est-il passé hier ? Selon la mairie, "A l’issue des discussions, il est apparu qu’aucun consensus ne s’est dégagé entre les forains du marché textile, du marché à la brocante et des maraîchers". Et la Ville d'ajouter que, en l'absence de Maryse Joissains qui se trouvait à Paris, quatre élus étaient présents, dont Jules Susini, ainsi que "des représentants de la fédération de l’industrie hôtelière, du syndicat de commerçants APACA, et des CIQ Mazarin et Cœur de ville".
Bel effort, pourrait-on dire. Seulement voilà, sur instruction du maire, qui était tenue au courant des discussions, "il a été décidé d'élargir la concertation à l'ensemble des CIQ centre-ville ainsi qu'aux commerçants sédentaires". Comment comprendre qu'une réunion de ce type, au demeurant programmée suffisamment tôt, n'ait pas prévu cette forme de concertation plus complète ? N'était-ce finalement qu'un artifice de plus pour retarder encore la résolution des problèmes ?
"Une prochaine réunion aura lieu en janvier", annonce la mairie sans précision de date. On voit mal comment le conseil municipal pourrait ensuite éventuellement se prononcer courant janvier pour répondre aux demandes des forains.
Les manifestations vont-elles reprendre ? En tout cas, échaudés comme ils le sont, les forains semblaient y penser puisque, par précaution, un préavis d'opération escargot avait été déposé en sous-préfecture pour une possible nouvelle action immédiate.

"Aix : La nouvelle révolte des forains du textile" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/11/28/22828891.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 7 décembre 2011

Marseille Provence 2013 : Le Ravi fait l'événement !

une ravi 91 largeLe Ravi consacre un gros dossier de 6 pages à Marseille capitale européenne de la culture, l'événement de 2013. Au même moment, on apprend cette semaine que les parrainages financiers ont franchi un pas. Mais, ce qui est en question, ce sont l'organisation globale du projet, sa marche à pas forcés et les débats cahotiques sur les enjeux. En toute logique, la parution de décembre remet donc le paquet pour sérier les problèmes et propose aussi d'en discuter en public à Aix ce vendredi 9.
Comme chaque début de mois, le Ravi nous offre un sommaire riche en informations et en brèves travaillées et présentées sous un jour différent de celui des autres médias, le tout agrémenté de beaux dessins.
A lire aussi, l'interview de Jean-David Ciot, en pleine actualité avec le fonctionnement de la fédération PS départementale et les surprises liées aux investitures pour les législatives.

L'annonce du débat qui aura lieu
ce vendredi 9 décembre à 19 heures à Aix

Un an avant Marseille Provence 2013,
le Ravi et Mediapart enquêtent
sur ce qui cloche dans les coulisses
de la Capitale européenne de la culture à Aix, Arles, Marseille...
(Clic sur l'image pour agrandir)
ravi debat marseille capitale aix 

Le sommaire de décembre :
http://www.leravi.org/spip.php?article1209
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]