Maryse Joissains a finalement permis à l'extrême-droite de constituer un groupe avec trois élus au lieu de cinq au sein du conseil municipal. Mais certains élus n'ont pas suivi. Récit...  

CM 7 30

"Comme tu ne m'as pas saluée, Alexandre, je ne sais pas si je vais te donner la parole…".
La séance du conseil municipal post-estival de lundi a débuté comme ça, juste après l'appel rituel du nom de chaque élu(e). Bon, Maryse Joissains semblait enjouée à ce moment-là et a voulu faire un trait d'humour lorsque j'ai levé la main en préambule des débats.
De fait, je n'ai pas été empêché de dire ce que j'avais prévu de dire non sans avoir répliqué "madame la maire, vous connaissez pourtant mon sens de la diplomatie, ma courtoisie et mon élégance !". Exclamations et rires dans la salle.
Ma demande était motivée suite au constat de la non mise à l'ordre du jour du gros document retraçant le bilan social 2013 (gestion globale des personnels municipaux) que la maire avait promis d'inscrire pour cette rentrée. Le débat aura donc lieu lors d'une prochaine séance.
Et puis, au fil des cinq heures qu'aura duré la séance, le ton a parfois changé, il s'est même envenimé lorsque l'un ou l'autre d'entre nous a soulevé des questions qui gênent les Joissains ou qui font mal.
L'ordre du jour était copieux avec pas moins de 94 délibérations. Disons qu'une bonne moitié était ce que l'appelle des questions d'ordre qui ne posent aucun problème eu égard à leur aspect administratif ou technique.
En revanche, lors des réunions préparatoires du conseil par notre groupe Démocratie pour Aix, nous avions sélectionné quelques dossiers qui nous paraissaient devoir être mis en avant. Et c'est ce que nous avons fait en nous répartissant les interventions.
Celui qui a vraiment fait monter le ton a été le vote de l'article 2 du règlement intérieur qui abaissait le nombre d'élus à trois au lieu de cinq pour pouvoir constituer un groupe politique au sein du conseil. Cette modification ne concernait que le groupe d'extrême-droite.
Avec la fougue qu'on lui connaît, Hervé Guerrera a tiré à boulets rouges. La réaction de la majorité n'a pas tardé en défense dudit groupe, même si la maire et certains de ses proches ont affirmé ne pas cautionner les idées du FN.
Par parenthèse, jusqu'à présent, on a vu ces trois élus ne prendre la parole qu'une ou deux fois par séance sans jamais aller au fond des dossiers ni faire de propositions et voter toutes les délibérations de la majorité sans objections. Et ce fut encore le cas lundi soir avec remerciements appuyés pour l'autorisation accordée par Maryse Joissains.
A noter cependant que le vote à bulletin secret a réservé une surprise puisque la délibération n'a été validée qu'à 33 voix (donc les 3 FN) contre 20. Il y a donc eu une douzaine d'élus de la majorité qui ont fait défaut. Nous nous sommes sentis moins seuls, si l'on peut dire.
Enfin, pour l'anecdote, le bulletin de vote distribué en séance ne comportait que deux cases "Pour" et Contre". J'ai fait observer que ce n'était pas légal puisqu'il manquait la case "Abstention". "On ré-imprime les bulletins, a réagi Maryse Joissains, je ne veux pas que quelqu'un s'avise de me traîner devant le tribunal administratif". Je ne vois vraiment pas qui pourrait être ce quelqu'un…
Dans un tout prochain article, je vous raconterai la passe d'armes entre Edouard Baldo et Maryse Joissains au sujet du contrat d'Alain Joissains. Et là, la maire a explosé…
                                                                                                                                     A suivre…
                                     
La délibération modifiant le règlement intérieur est ICI