Après la garde à vue de décembre, une autre épreuve attend Maryse Joissains. Cette fois, elle est convoquée par le juge Rivet en personne le 31 janvier. Quel suspense ! 

joissains convocation devant le juge blog MJM

"Si le juge a pris la décision de me laisser partir sans aucune charge, je ne vois pas pourquoi il changerait d'avis." Ça, c'était avant. Ou, plus exactement, les 26 et 27 décembre, en réaction à sa garde à vue. Or, avant-hier, le 14 janvier, Maryse Joissains a décidé de prendre les devants en annonçant elle-même sur son blog de campagne qu'elle était bel et bien convoquée par le juge Marc Rivet le 31 janvier, s'étonnant que la convocation soit arrivée à la mairie et non pas à son domicile.
Précisons-le tout de suite, avoir à se présenter devant un juge ne veut pas dire obligatoirement risquer une mise en examen. Mais, si, comme le dit Maryse Joissains, "ce dossier se déglonfle comme une baudruche, je sors sans inculpation", le juge doit sans doute avoir encore quelques questions à lui poser sinon des éclaircissements à lui demander.
Encore une fois, c'est la règle dans une procédure qui fait suite à l'ouverture d'une information judiciaire. Et cela n'est pas forcément le signe que la personne entendue sera mise en cause, même s'il est des cas où, après audition par les enquêteurs de la police judiciaire, l'affaire trouve une conclusion immédiate écartant ainsi toute poursuite.
Il n'empêche. On ne peut que s'interroger sur ce besoin du juge d'approfondir les tenants et les aboutissants du dossier concernant Maryse Joissains.
Cette dernière a publié un long billet étalant un ensemble de détails sur ce qui lui est reproché et ses multiples explications pour justifier les circonstances et la clarté des décisions afférentes aux quatre dossiers qui lui ont valu d'être placée en garde à vue. Pour la première fois, les Aixois en apprennent un peu plus sur le déroulement des faits, en tout cas, tels que Maryse Joissains a tenu à les développer.
La justice a-t-elle une autre vision des choses ? Nul ne le sait. Sauf si l'on s'en tient au fait que l'information initiale a été ouverte pour "trafic d'influence et détournement de fonds publics". Et que c'est peut-être ce qui a pu pousser le juge à formuler une autre interprétation ou, dans le cas contraire, à vérifier s'il pouvait se satisfaire des dires de Maryse Joissains.

joissains canard 15

Toujours est-il que la maire d'Aix et présidente de la Communauté du Pays d'Aix continue d'affirmer et de répéter, comme l'a rapporté Le Figaro du 10 janvier dans un article intitulé "la maire sortante est minée par les affaires et les dissidences", qu'on l'aurait prise pour cible : "à quelques semaines des municipales, ça sent le montage politique à plein nez !"
Et d'accuser en vrac sur son blog, "c'est le fruit d'une vengeance", d'un anonyme mais aussi de son ancien directeur général des services de la CPA, dont elle livre le nom, qu'elle a licencié, de ses adversaires politiques et de deux candidats au moins, non nommés, qui auraient "annoncé qu'une bombe allait faire exploser Joissains".
Mais la phrase la plus inquiétante et même la plus grave est assurément celle-ci : "Seul un parti pris, contre un élu de la république, pourrait justifier la poursuite d’une procédure initiée par un plaignant anonyme (les méthodes de Vichy) et les déclarations d’un ancien contractuel de la CPA". Ce qui sous-entendrait que, selon Maryse Joissains, la justice serait partiale à son égard et, qui sait, aux ordres politiques pour lui porter préjudice.
Maryse Joissains veut se défendre et se battre, c'est son droit. Mais arguer, comme elle l'assure dans Le Figaro, qu'elle serait une cible parce "je suis la seule à avoir les compétences pour gérer cette ville dans la rigueur et la probité", c'est à l'évidence un argument peu susceptible de tenir la route juridiquement parlant. Quant à ses accents pathétiques d'auto-célébration, une chose paraît sûre : les urnes parleront bientôt.
D'ici fin janvier, a-t-elle ajouté, "j'attends avec sérénité la convocation du juge". Souhaitons-le lui. Mais, selon ce que sera l'issue de ce rendez-vous marseillais, peut-être a-t-elle déjà envisagé d'aller, comme elle l'a souvent fait pour des causes perdues, manifester bruyamment ceinte de son écharpe sous les fenêtres du juge…

Le billet de Maryse Joissains sur son blog le 14 janvier (publicité gratuite) :
http://marysejoissains.com/aix-en-provence/municipales/une-garde-a-vue-sur-des-faits-non-reprochables/

"Les bûches du Canard enchaîné à Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/26/28740888.html
"Ma réaction à la radio sur la garde à vue de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/30/28792679.html
"Le Canard enchaîné pilonne encore Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/01/06/28873013.html