jeudi 13 mars 2008

Cantonale Aix-Centre : Notre communiqué

Mercredi

N'étant pas présents au second tour de l'élection cantonale Aix-Centre, nous avons décidé d'un commun accord de rester neutres sur l'issue du scrutin et de ne donner aucune consigne de vote. En conséquence, nous laissons les électeurs qui nous ont fait confiance au premier tour, et que nous remercions chaleureusement, libres de leur choix. Toute récupération frauduleuse, écrite ou verbale, par quelque candidat que ce soit, d'un pseudo soutien de notre part sera démentie et poursuivie.

                                                                            Danielle RUMANI-ELBEZ

                                                               Lucien-Alexandre CASTRONOVO

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

lundi 3 mars 2008

Canton Aix-Centre : Les feux de l'humour

Tract_BD_leger

(Clic sur l'image pour agrandir)

Les 9 et 16 mars, pour deux tiers des électeurs, il y aura deux élections : la municipale et la cantonale. Deux cantons sont renouvelables, Aix-Centre et Aix-Nord. A Aix-Centre, ma collègue Danielle Rumani-Elbez et moi-même sommes candidats, respectivement comme titulaire et remplaçant.

Depuis plusieurs semaines, nous avons largement mené campagne sur tout le canton. Cette semaine encore, nous serons présents sur le terrain. A cet effet, nous avons décidé d'innover et de distribuer un tract en forme de bande dessinée.

Nous remercions Jérôme Presti pour la création des magnifiques dessins que vous pouvez découvrir ici. Je vous invite à en savourer tous les détails !

A côté des propos sérieux expliquant notre engagement à servir les Aixois, nous avons aussi choisi l'humour pour faire passer notre message. Cela ne plaira pas forcément à nos deux concurrents mais nous ne doutons pas qu'ils sauront apprécier leurs propres caricatures au même titre que la nôtre.

(Clic sur l'image pour agrandir)

Tract_Profession_de_foi_leger

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 11 février 2008

Canton Aix-Centre : Notre campagne "décolle"...

Encagnane_Danielle_et_Lucien_Alexandre

(Clic sur l'image pour agrandir)

Danielle Rumani-Elbez, Lucien-Alexandre Castronovo

vendredi soir à Encagnane

Danielle Rumani-Elbez et moi-même avons décidé d'être sur le terrain, rien que sur le terrain, pour aller à la rencontre des habitants. Contrairement à nos concurrents qui n'existent et ne se montrent que par répétition de photos sur les murs, nous avons choisi de ne pas gaspiller nos fonds dans une bataille d'affichage stérile.

La population se dit franchement dégoûtée par la débauche d'affiches collées, aussitôt recouvertes par d'autres. En ce qui nous concerne, nous attendrons patiemment l'ouverture officielle de la campagne électorale pour utiliser les panneaux réglementaires mis à notre disposition.

Vendredi et samedi, nous avons allègrement parcouru les marchés, les rues et les immeubles. Puis, nous avons réuni des amis à divers endroits du canton et notamment à Encagnane. Rien de mieux que le contact direct.

Un grand merci à tous les amis qui nous accompagnent et à toutes les personnes qui se mobilisent spontanément à nos côtés.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 7 février 2008

Canton Aix-Centre et "Aix à venir" : Nos rendez-vous

Invitations aux Rencontres publiques

Danielle RUMANI-ELBEZ et Lucien-Alexandre CASTRONOVO

Candidats dans le canton Aix-Centre

avec

Michel PEZET et Jean-François PICHERAL

Liste "Aix à venir"

Jeudi 7 février à 19h00

Salle des Fêtes, Puyricard

Vendredi 8 février à 18h00

Brasserie le Mansard, Encagnane

Samedi 9 février à 13h00

Bar Le Tourbillon, Saint-Eutrope

et à 19h00

Bar du Palais, Place des Pêcheurs

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 février 2008

Canton Aix-Centre : Notre premier document…

tract_canton_rectotract_canton_verso

(Clic sur chaque image pour agrandir et lire)

      

Les règles de candidature pour les élections cantonales ont un peu changé. Dès cette année, sur le modèle des législatives, chaque titulaire doit faire équipe avec un remplaçant du sexe opposé.

Nous sommes étonnés de constater que d'autres candidats pour le canton Aix-Centre n'aient produit leurs affiches qu'avec leur seul visage alors que les noms de leurs remplaçantes sont connus. Pourvu qu'elles ne soient pas déjà... en désaccord avec eux ! Ou, on ose à peine l'imaginer, ce sont peut-être leurs photographes qui ont mal... cadré les portraits, qui sait ?

Quoi qu'il en soit, Danielle et moi avons décidé de figurer ensemble sur tous nos documents. C'est quand même plus sympathique, non ?

NOS PROCHAINES RENCONTRES AVEC LES HABITANTS

------- Encagnane -------

Vendredi 8 février à 18h au bar "Le Mansard"

------- Quartiers Nord -------

Samedi 9 février à 14h30 au café-restaurant "Le Tourbillon"

------- Centre-ville -------

Samedi 9 février à 19h au "Bar-tabac du Palais"

------- Permanence tous les jours -------

Local de campagne, Place Romée de Villeneuve, Encagnane

Téléphone : 06.88.23.67.64

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 15 janvier 2008

Canton Aix-Centre : Notre conférence de presse (2)

conference_de_presse_cantonale_aix_centre

(Clic sur l'image pour agrandir)

Michel Pezet, Danielle Rumani-Elbez,

Lucien-Alexandre Castronovo et Jean-François Picheral

Ci-dessous, les deux derniers principaux extraits de notre conférence de presse du 12 janvier, à Encagnane, pour annoncer notre candidature à la cantonale d'Aix-Centre des 9 et 16 mars 2008.

Intervention de Michel Pezet

Lorsque Marc Egloff avait été désigné à l'élection cantonale, c'était en 1988, j'étais responsable du parti socialiste au niveau départemental. A l'époque, c'est après une concertation avec Jean-François Picheral que nous avions décidé qu'il devait être le candidat dans le cadre de l'ouverture des socialistes vers d'autres formations politiques. Si la politique est faite d'idées, elle est aussi faite de personnes.

En 2002, Danielle Rumani-Elbez a fait un très beau score aux élections législatives dans une situation particulièrement difficile. Et donc, pour faire de la politique, il faut avoir le cuir épais. Aujourd'hui, ce canton a été désigné pour un candidat socialiste. Peut-on désigner un candidat sans la moindre discussion ? Je crois que non.

Tous les partis doivent se poser des questions sur leur état. Dans quel état est le parti socialiste ? Dans quel état est le parti communiste ? Comme est le parti radical de gauche ? Comment est la gauche généralement ?

Nous avons en face de nous une machine extravagante, la machine de Sarkozy, qui mêle tout, qui essaie de démontrer qu'il peut être à gauche mais qui cale complètement par exemple sur le pouvoir d'achat et sur les différentes réformes qu'il veut faire. C'est une machine qui fait changer les repères de la gauche et de la droite. Il joue son jeu et il sait ce que c'est que la politique.

Et nous, qu'est-ce qu'on fait ? On va continuer à croire qu'on peut, comme ça, jouer chacun dans son bastion, réfléchir et avoir quelques idées ? Ou bien on va tout mettre à plat ? C'est ça la grande confrontation dans laquelle on est. Est-ce qu'on peut continuer à faire semblant ? Va-t-on continuer à chanter les grandes lunes ? Ou bien est-ce que la gauche doit se réunir et réfléchir sur tout ça ? Et on va s'étonner ? On va nous faire des coups de discipline à laquelle personne ne croit ?

Qu'il soit très clair, jamais, pas plus Jean-François Picheral que moi-même, ou que les camarades socialistes qui sont avec nous, nous n'avons été convoqués devant la moindre commission. Et il est clairement établi qu'il n'y a pas la moindre exclusion. Pourquoi y a-t-il de la confusion partout ? Pourquoi ? On manque de bases, de réflexion et d'humilité pour mettre tout le monde autour de la table.

Au lendemain de l'élection présidentielle, on n'a pas tiré les conséquences de notre chute. Il faut se demander ce qui se passe dans cette société, quels sont les problèmes auxquels les gens veulent que nous répondions et que nous ne répondions pas par de vieilles lunes. Nous sommes dans cette vision de la chose, y compris localement et dans ce canton.

Pourquoi donc tant de candidatures ? Parce qu'on ne réfléchit pas ! Parce qu'on croit que coller des affiches et y mettre sa tête, ça suffit ! Quel est le contenu derrière une tête et des affiches ? C'est quoi aujourd'hui le Conseil général ? Et c'est quoi cette élection ? C'est quand même extraordinaire cette espèce d'autosatisfaction que certains manifestent : "ça me revient", disent-ils. Qu'est–ce qui vous revient ? Si je suis candidat à une élection, c'est pour porter quelque chose. Si nous faisons une liste, c'est parce que nous avons envie que les choses se transforment. Ce n'est pas le pouvoir qui nous anime.

Si cette élection peut déclancher des phénomènes de discussion, alors c'est ce qui nous intéresse. Et c'est ce qui motive notre rencontre avec les citoyens. Eclairons mille lumières et on verra l'unité qu'on pourra refaire après. 

Intervention de Jean-François Picheral

Avant le découpage électoral que nous connaissons aujourd'hui, ce canton était le mien. Jusqu'en 1988, il n'y avait que deux cantons, détenus par Félix Ciccolini au Nord et moi-même au Sud-Ouest et centre. Maintenant, il y en a trois.

Ces quartiers se sont développés grâce à nous deux. Dans les années soixante, pour accueillir les rapatriés à Encagnane et, plus proche de nous, pour loger les nouveaux arrivants aixois.

En 1988, Marc Egloff a été le premier conseiller général du canton centre. Lorsque je suis devenu maire, il m'avait demandé de confier le quartier à Danielle. C'était un quartier difficile car il n'avait pas encore trouvé son équilibre. Le courage et le savoir-faire de Danielle ont fait que ce mandat s'est remarquablement bien passé. Elle est sortie harassée de fatigue de ces six ans d'investissement.

Pour le second mandat, elle a souhaité changer de délégation. Je lui en ai donné une autre encore plus lourde : l'éducation. C'est très difficile à gérer et elle a fait ça de façon tout aussi remarquable. Danielle arrivait à faire des réunions en menant des débats avec les parents d'élèves, avec les directeurs d'école, avec les enseignants. Cela était dû à la sérénité, au sérieux et au bon sens de Danielle. Dans ce quartier, elle est chez elle.

Est-ce qu'on lui a demandé au niveau marseillais si ça l'intéressait d'être candidate éventuellement dans ce canton ? Réponse : non ! Ils ont désigné quelqu'un d'autre. Cà, c'est inadmissible de gaspiller une telle chance.

Alors, si Sarkozy remue le panier, et que nous nous lamentons tellement sur l'état de nos partis de gauche, ne croyez pas qu'aujourd'hui l'ambiance soit euphorique à l'UMP. Si certains ont vite pris le tournant avec Sarkozy, d'autres ont une idéologie et une façon de travailler qui les troublent beaucoup. Il y a un malaise chez eux qui est moins important que chez nous car, chez nous, il est idéologique. Il nous faut un chef. Et on le voit bien avec le débat sur l'Europe et sur les positionnements contradictoires des socialistes. Nous en subissons les conséquences aux échelons de la région, du département et très localement.

Il faut faire comprendre à nos responsables départementaux qu'il y a des gens qui ont un savoir, qui ont fait leurs preuves et nos deux candidats sont des élus remarquables. Par les résultats qu'ils ont obtenus et qu'ils obtiennent aujourd'hui. Il faudra le savoir aux Aixois et je suis très fier que Michel ait fait ce choix de leur demander d'être avec lui pour ce futur combat municipal car ce sont deux Aixois qui savent de quoi ils parlent quand ils interviennent dans le fonctionnement et la vie de cette ville qui mérite de revenir, grâce à eux, dans une gestion saine, honnête, avec de la sérénité.

Quand on voit l'ambiance qu'il y a aujourd'hui dans l'équipe dirigeante sortante, ils s'entretuent, ils se séparent, comment voulez-vous que l'on travaille ? Ces gens ont géré cette ville d'une façon catastrophique et nous allons avoir des difficultés pour la redresser. En 1989, nous avions basé notre campagne municipale sur l'idée "que la ville se lève". Là, il va falloir dire "que la ville se relève !"

Quand on voit les dernières interventions de Joissains sur les HLM, c'est un tissu de mensonges sur quatre pages et cela risque d'être comme ça pendant toute la campagne. Il nous faudra, avec des gens honnêtes et compétents, faire triompher la vérité. Danielle et son suppléant, en dehors du côté affectif que j'ai à leur égard, ont toute leur place au Conseil général et à la mairie.

Lire la première partie ci-dessous à la date de lundi 14 janvier.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 14 janvier 2008

Canton Aix-Centre : Notre conférence de presse (1)

conference_presse_cantonale_aix_centre

(Clic sur l'image pour agrandir)

Michel Pezet, Danielle Rumani-Elbez,

Lucien-Alexandre Castronovo et Jean-François Picheral

Ce samedi 12 janvier, à Encagnane, nous avons tenu une conférence de presse pour annoncer notre candidature à la cantonale d'Aix-Centre des 9 et 16 mars 2008. En voici les principaux extraits.

Danielle Rumani-Elbez, titulaire

Si nous nous présentons, c'est pour enrichir le débat démocratique. Avec nos amis radicaux de gauche et socialistes ici présents, nous n'avons pas été consultés pour l'investiture à gauche. Pour nous, cette élection est en quelque sorte une primaire à gauche. Nous ne menons pas ce combat pour faire perdre notre camp.

Lucien-Alexandre et moi-même considérons que notre candidature est légitime. De 1988 à 1994, ce canton avait vu l'élection de notre ami Marc Egloff pour le Parti radical de gauche. Notre candidature nous semble donc cohérente. Elle s'inscrit dans la continuité de la démarche dans laquelle nous avons aussi choisi de nous engager aux côtés de Michel Pezet et de Jean-François Picheral pour les élections municipales. Par conséquent, pour nous, il n'y a pas de désordre.

En fait, s'il y a désordre, il faudrait peut-être aussi s'interroger et se dire qu'il y a des remises en question fondamentales à prendre en compte. Si les investitures étaient faites de façon plus transparente, et si un minimum d'éthique était respecté, peut-être qu'il n'y aurait pas de foisonnement de candidatures. Je pense que c'est à ce niveau-là que les politiques et la presse devraient poser certains débats.

Maintenant, sans polémiquer, et plus tranquillement, je veux vous dire que, pour nous, la politique, c'est l'affaire de chaque citoyen, dans sa rue, dans son quartier, dans sa ville, et qu'elle ne peut pas rester l'affaire de quelques professionnels. Pour nous, inciter pour que chacun puisse prendre la parole, surtout quand il s'agit de parler de quartier, c'est très important. Cela s'appelle la prise de conscience et de responsabilité.

Notre objectif a toujours été d'aider tous les Aixois et d'améliorer la qualité de la vie. Pour ma part, je crois être une femme soucieuse du respect des personnes, des cultures, des équilibres sociaux et économiques et des traditions. En politique, on ne doit pas se contenter de gérer au jour le jour. La mission de la politique, c'est d'expliquer le présent et de préparer l'avenir, non pas sur le papier ou avec de belles paroles mais dans les réalités les plus concrètes.

Nous avons la connaissance et l'expérience des quartiers concernés par ce canton : Encagnane, Saint-Eutrope et le centre-ville. Nous sommes des élus de terrain. Nous savons quels sont les aspirations et les souhaits et nous allons les recueillir au plus près des citoyens afin de pouvoir ensuite entrer dans l'action aussi bien dans le cadre départemental que dans la continuité des actions municipales. Ce sont là nos motivations pour cette candidature.

Certains vont parler de dissidence. Nous ne nous vivons pas comme des dissidents car nous sommes des radicaux de gauche depuis de longues années ! Et, à l'évidence, nous sommes de plus en plus rejoints par d'autres collègues qui ne se considèrent pas non plus comme des dissidents.

Lucien-Alexandre Castronovo, suppléant

Les gens savent que nous formons un duo de choc depuis longtemps, puisque nous avons travaillé ensemble, sous la municipalité de Jean-François Picheral et notamment dans ce combat difficile qu'ont été les sept années d'opposition à l'équipe municipale actuelle. Le maire sortant nous a qualifiés de "meilleurs opposants". Prenons la formule comme ça, recevoir un diplôme de ce côté-là, c'est presque... un honneur.

Danielle et moi-même, nous avons toujours eu une parole libre, c'est-à-dire sans cloisonnement de la pensée et, comme elle l'a rappelé, pour agir pour tout le monde. Nous n'avons jamais trié les Aixois pour les servir et pour nous préoccuper des difficultés des uns et des autres.

Dans ce canton, il y a une antériorité, la forte présence de Marc Egloff, qui a donné plus que lui-même, y compris jusqu'à sa vie, pour s'occuper de nos concitoyens. Nous voudrions être dignes de sa mémoire. Pour nous, c'est une filiation. Nous relevons le défi d'aller au combat. Ce ne sera pas facile. Mais nous n'allons pas nous mêler aux disputes de part et d'autre de l'échiquier politique parce que ce n'est pas ce qui nous intéresse et ce n'est surtout pas ce qui intéresse nos concitoyens, qu'ils soient ici sur le canton ou sur le reste de la ville.

Alors, qu'est-ce qui nous caractérise ? Ce sont des marques de fabrique très fortes. La première, c'est la justice sociale. La deuxième, c'est le travail de terrain. Et la troisième, j'insiste, c'est la morale politique, qui a malheureusement quitté pas mal d'élus et de personnes qui ont des responsabilités. Nous voudrions restaurer cette morale politique.

Nous pouvons mettre au défi qui que ce soit de trouver le moindre écart de conduite de la part de Danielle et de moi-même. Nous pensons pouvoir représenter dignement la population de ce secteur au Conseil général, dans ses prérogatives de l'action sociale et sanitaire, de l'environnement, du sport, de la culture… et dans toutes les actions au plus près de nos concitoyens.

Voilà ce que je voulais dire. Et il me semble que c'est suffisant pour poser un acte de candidature et expliquer le sens de notre démarche, que nous voulons démocratique. Nous voulons nous mesurer à l'électorat. Nos idées n'ont jamais muté. Ce sont les comportements qui doivent s'adapter aux réalités modernes. Les gens attendent que les élus soient à la hauteur de la tâche qu'ils leur confient. Et nous attendons que les électeurs nous suivent, qu'ils puissent prendre conscience de la différence qu'il y a entre les diverses candidatures.

Il y a actuellement un éparpillement. J'ai bien l'impression que certains cherchent des postes. Ce n'est pas notre but, nous voulons des responsabilités au service de nos concitoyens. Nous n'avons jamais été avares de notre temps et nous allons y consacrer toutes nos energies.

Demain, les interventions de Michel Pezet et de Jean-François Picheral

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 12 janvier 2008

Cantonale Aix-Centre : Nous sommes candidats

aix_centre_vu_du_ciel

(Clic sur l'image pour agrandir)

Aix centre : photo personnelle prise à bord d'un Cessna

Le sens de notre candidature

Les 9 et 16 mars 2008, les élections cantonales pour le Conseil général des Bouches-du-Rhône se dérouleront en même temps que les municipales.

Pour notre ville, deux cantons sont renouvelables : Aix-Nord et Aix-Centre.

Elus conseillers municipaux radicaux de gauche, Danielle Rumani-Elbez et moi-même avons décidé de nous déclarer candidats, respectivement comme titulaire et suppléant, dans le canton d'Aix-Centre.

Au terme d'une mûre réflexion et d'une analyse partagée et soutenue par de nombreux amis, ma collègue et moi avons estimé que notre candidature ne manquait pas de légitimité pour défendre nos idées comme il est normal que d'autres défendent les leurs.

Créé en 1988, le canton d'Aix-Centre avait été conquis avec pugnacité par notre ami Marc Egloff, toujours présent dans nos mémoires. Notre décision se fonde donc à la fois sur une antériorité et une filiation politiques. C'est pourquoi, Danielle et moi souhaitons mettre notre expérience, notre travail et notre honnêteté au service des habitants dans la lignée politique de notre prédécesseur.

Citoyens libres, nous nous engageons dans cette démarche démocratique pour porter haut, et avec la même détermination, nos messages de justice sociale, de solidarité, d'humanisme, de morale politique et de défense des valeurs républicaines.

Nous nous adressons à l'ensemble des électrices et des électeurs aixois pour qu'ils puissent retrouver à travers nos personnes des représentants intransigeants avec l'intérêt général. Nos concitoyens peuvent compter sur nous pour toujours agir dans le sens du bien commun, sans exclusive et en toute transparence.

Dans les prochaines semaines, nous continuerons d'aller à la rencontre des habitants et d'être à leur écoute. Nous développerons nos objectifs et nous formulerons nos propositions d'actions.

Nous avons la ferme résolution de faire se lever une espérance et d'obtenir la confiance de nos concitoyens, en harmonie avec notre participation à l'équipe municipale conduite par Michel Pezet et Jean-François Picheral.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]