guerini medve arbois bakchich

Cette fois-ci, que va bien pouvoir déterrer le juge Charles Duchaine du plateau de l'europôle de l'Arbois ?
Il a déjà beaucoup enquêté à Marseille. Il a biné les terrains de la décharge de La Ciotat. Il a humé les pestilences de l'Etang de Berre. Et il a récemment fouillé dans les autorisations de créations de maisons de retraite en Pays d'Aix. Avec tous les résultats que l'on sait, dont des dizaines de mises en examen.
Voilà maintenant qu'il entreprend d'aller défricher un nouveau gros morceau, celui du technopôle d'Aix. En cause dans ce dossier, un autre marché public pour lequel Alexandre Guérini aurait eu une influence décisive.
Alexandre Guérini, Alexandre Medvedowsky, Jean-Louis Aubert, Olivier Sana
Après une série de perquisitions menées en février, le juge passe cette semaine à l'étape au-dessus, les auditions de témoins.
Trois viennent d'être annoncées. Aujourd'hui même, celle de Jean-Louis Jaubert, directeur de l'établissement de 2006 à 2010. Jeudi, celle d'Olivier Sana, directeur actuel. Et, vendredi, celle d'Alexandre Medvedowsky, président depuis 1998.
Et alors ? Et bien, le juge Duchaine veut comprendre comment une société liée au banditisme a pu remporter un marché de travaux publics sur le site en 2007. Le magistrat est convaincu qu'Alexandre Guérini a fait pression pour que le contrat de l'ancien directeur soit prolongé d'une année alors qu'Alexandre Medvedowsky avait décidé de le licencier.
Quel intérêt pouvait avoir Alexandre Guérini à conserver l'homme en place ?
Ce blog a déjà relaté cette affaire en décembre dernier. J'avais tenté de montrer que les influences sur les marchés pouvaient avoir eu un certain rapport avec des contreparties visant à soutenir des ambitions politiques. Les détails sont dans l'article en lien ci-dessous.
Maintenant, poursuivons avec d'autres éléments récents eux aussi en relation avec les affaires.
Jean-Noël Guérini
Toujours dans sa nouvelle stratégie de risposte, Jean-Noël Guérini a publié coup sur coup deux communiqués.
Le premier, la semaine dernière, en forme de lettre ouverte intitulée "Je demande des comptes !". Sa teneur est la même que celle de sa dernière conférence presse.
Le second date d'hier et s'intitule "Que la vérité éclate !". Il y reproduit trois courriers adressés respectivement au ministre de la justice, au ministre de l'intérieur et au directeur général de la gendarmerie nationale. Ces trois lettres reprennent les questions qu'il dit se poser sur les dysfonctionnements des services de l'Etat enquêtant sur son cas. Il dit attendre des réponses claires de leur part. Pas sûr qu'ils les obtiennent. Mais il aura essayé.
Bernard Squarcini
Suites aux informations parues dans la presse et le concernant, Bernard Squarcini a lui aussi réagi pour nier les accusations portées contre lui. Le directeur de la DCRI rejette en bloc toute idée de favoritisme à l'égard d'un de ses fils qui aurait bénéficié d'une conséquente augmentation de salaire par l'entremise de Jean Noël Guérini. Des écoutes téléphoniques semblent pourtant démontrer l'inverse. La justice fera le tri.
Patrick Mennucci
Un autre cas commence à faire parler de lui, celui de Patrick Mennucci au sujet des conditions d'accès à un emploi au sein de Treize Développement dont il a été le salarié pendant plusieurs années. Evidemment, sa réaction n'a pas tardé. Contacté par Bakchich, Patrick Mennucci a répondu : "Mais j'ai fait acte auprès du président de la SEM, Antoine Rouzaud et de Jean-Marc Nabitz. J'ai les diplômes qu'il faut pour occuper ce genre d'emploi. Si on me demande des explications je les donnerai avec plaisir." Là encore, seul le juge, s'il le décide, pourra l'interroger.
Renaud Muselier
Enfin, sans doute motivé lui aussi par la tactique de la contre-attaque face aux soupçons liés aux activités d'avocate de son épouse au sein de Habitat Marseille Provence, c'est au tour de Renaud Muselier de se fendre d'une lettre ouverte au ton ironique publiée hier et adressée à François Hollande, et, hasard des hasards, à quelques heures du meeting de ce dernier au Dôme à Marseille, à quelques mètres du conseil général. Sur quoi ? Sur les affaires Guérini et le laisser-faire du parti socialiste. A le lire, on laverait plus blanc à l'UMP, histoire peut-être de chasser les mauvaises odeurs à tout prix. 
Comme les astronomes, les juges n'ont certainement pas fini de découvrir de nouvelles galaxies, qu'elles soient géantes ou naines. 

"Les Guérini, Medvedowsky et les dessous de l'Arbois" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/12/14/22961146.html

"L'Arbois qui cache la forêt" :
http://www.bakchich.info/L-Arbois-qui-cache-la-foret,13142.html

Les trois lettres de Jean-Noël Guérini : "Que la vérité éclate !"
http://www.jn-guerini.fr/2012/03/13/jean-noel-guerini-%C2%AB-que-la-verite-eclate-%C2%BB/

La contre-attaque des Squarcini :
http://www.laprovence.com/article/a-la-une/contre-attaque-des-squarcini-dans-laffaire-guerini

Bakchich évoque le cas de Patrick Mennucci :
http://www.bakchich.info/france/2012/03/12/les-recommandes-de-guerini-61217

La lettre ouverte de Renaud Muselier à François Hollande :
http://www.renaudmuselier.fr/lesite/index.php/accueil/item/378-lettre-ouverte-%C3%A0-m-fran%C3%A7ois-hollande