Voir début du dossier jeudi 23 avril, puis lundi 4 mai et mardi 5 mai

         

Nouvelle grande affluence à la deuxième réunion publique hier en fin d'après-midi à Beisson où les habitants ont activement participé au débat sur le devenir de leur quartier. Le collectif qui s'est mis en place a proposé le lancement d'une pétition qui sera envoyée à la mairie et surtout à Fadela Amara, secrétaire d'Etat à la politique de la ville.

D'ores et déjà, les organisateurs sont en train de collecter tous les documents sur le projet qui était prévu dans le cadre de la rénovation urbaine et les différentes étapes qui ont mené à la situation de panne actuelle. Ils comptent ainsi constituer un dossier pour ouvrir le dialogue et obtenir des explications claires sur les décisions prises ou à prendre par la mairie.

La réunion d'hier a été un véritable exercice de démocratie directe où bon nombre de personnes se sont engagées à prendre des responsabilités pour que rien ne se fasse sans eux. D'autres réunions sont envisagées d'ici peu pour que le débat soit mis sur la place publique.

Le collectif sait que ce qui s'est dit hier sera sûrement rapporté en haut lieu par une ou deux personnes venues en service plus ou moins commandé. En attendant les prochaines réunions, pour éclairer un peu plus le contexte de ce qui motive les habitants de Beisson à agir, je publie ci-après une déclaration de Fadela Amara et un article du Canard enchaîné qui ne peut qu'interroger sur le sort réservé au plan banlieues.

Une déclaration de Fadela Amara le 19 juin 2008 qui laisse rêveur

La secrétaire d'Etat chargée de la politique de la Ville, Fadela Amara, affirme que les mesures du plan Banlieues, qui sera présenté dans la journée, sont "solides", applicables en l'état et qu'elles "fer(ont) changer les choses rapidement", dans un entretien au quotidien gratuit Métro. Au total, "au moins un milliard d'euros" lui seront consacrés, précise-t-elle.

Elle évoque aussi une "politique de la ville sur mesure, clairement orientée vers les citoyens des quartiers sensibles", et dont l'ambition est "de faire des quartiers populaires le vivier de l'élite de demain". "C'est l'ensemble du gouvernement qui s'investit en faveur des banlieues", se félicite-t-elle, notant que "jusqu'à la dernière minute, des ministres ont rajouté des mesures".

L'interview compète ici :

http://www.metrofrance.com/x/metro/2008/06/19/o7NMf7RKIKbo/index.xml

Fadela Amara contredite par Le Canard enchaîné…

canard_16

(Clic sur l'image pour agrandir)

L'article du Canard enchaîné du 16 juillet 2008