mardi 20 juillet 2010

Portrait d'élites : Aujourd'hui, Maryse Joissains

 joissains_portrait

Dans la presse, à la radio, en propos divers, par petites touches ou à grands coups de pinceau, Maryse Joissains ajoute régulièrement de nouvelles couches à son portrait. 
ŸHier matin, elle répondait aux questions de France Bleu Provence.
Le budget d'ITER devient une bombe à retardement.
Pendant la campagne des régionales, en accord avec le souhait des écologistes, Michel Vauzelle avait déclaré qu'il ne verserait que la somme déjà décidée, sans augmentation.
Maryse Joissains s'en était indignée : "Ces propos sont graves car ils traduisent une volonté de ne plus investir dans le nucléaire ce qui risque non seulement de nuire à notre territoire, mais surtout d'entraîner la déconsidération de nos partenaires internationaux".
Or, qu'a-t-elle dit hier ? Elle a indiqué qu'elle avait été reçue à Paris au sujet du financement à compléter. Le gouvernement a appris par les autorités européennes que l'enveloppe initiale globale nécessitait un gros ajustement à la hausse mais que, pour l'instant, les collectivités locales ne seraient pas sollicitées. Et l'Etat et les partenaires internationaux seulement devraient mettre de l'argent frais.
Sur ce point, Vauzelle n'a donc pas failli puisqu'il a répété que la participation régionale actée serait honorée. Joissains ne s'est toutefois pas avancée sur sa décision en cas de nouvel appel financier.
Ÿ Dans une interview à La Provence, Jean-Claude Gaudin "se félicite de la décision du Conseil d'Etat" sur la validation de l'élection municipale d'Aix.
Puis, interrogé sur la protestation des maires contre la réforme des collectivités locales, il s'emporte : "Cette grève me paraît tout aussi scandaleuse que celle des joueurs de l'équipe de France".
Joissains n'a pas suivi cette grève "mairies fermées". Mais elle s'est déplacée, à juste titre, jusqu'à Paris pour manifester avec de nombreux élus de la CPA. Pourquoi, là, Gaudin ne trouve-t-il rien à redire ?
Ÿ Une autre information, peu mise en avant, signale que Joissains a rejoint, avec 35 députés UMP le tout nouveau collectif Droite populaire créé par Thierry Mariani.
Les prises de position et certains propos de Mariani, coutumier de dérives vers l'extrême de la droite, ne semblent pas troubler plus que cela l'esprit de Joissains.
De toute évidence, ce mouvement est bien une tentative de parade pour contrer l'extrême droite lepeniste qui pourrait arracher nombre d'électeurs s'estimant "trompés" par le sarkozysme (23% aux élections régionales en PACA).
Pour ceux qui l'ignoreraient, il existe déjà une Nouvelle Droite populaire, classée nationaliste.
En somme, si l'on comprend bien, jusqu'en 2012, c'est : sauvons les meubles et à fond le populisme ! 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

dimanche 18 juillet 2010

Déjà 17.000 signatures pour l'appel de Mediapart

logo_mediapartIl ne faut qu'une petite poignée de secondes pour signer l'appel lancé par le site Mediapart réclamant une justice indépendante dans les affaires Bettencourt.
Samedi en fin de soirée, 17.000 personnes avaient déjà signé depuis la mise en ligne il y a quatre jours seulement. Alors que de nouveaux faits sortent du silence chaque jour, il faut donc continuer à faire grimper le nombre de pétitionnaires et faire circuler l'information via les carnets d'adresses personnels et les réseaux.
   
19h00 : Plus de 20.000 signataires… dont deux innocents aux mains pleines qui tentent de faire feu de tous bois… de justice !

 petition_faceties

On signe ici :
http://www.mediapart.fr/club/blog/la-redaction-de-mediapart/140710/lappel-pour-une-justice-independante-et-impartiale

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

vendredi 16 juillet 2010

La lute contre l'iletrisme, ces urgeant !

Vous savez quoi ? Hier après-midi, j'ai failli frôler le double claquage des petits ET des grands muscles zygomatiques. Allez, je vous raconte. Mais je préviens, je vais railler.
Je suis allé faire un tour, rapide, sur les blogs UMP aixois. Le premier, celui de l'adjoint de la Duranne. Il est content, mais alors tout content, qu'on ne revote pas. A la fin de son message, il renvoie à des liens d'articles de presse et au site de son maire député préféré. Je me dis pourquoi pas.
Là, dans la rubrique "Opinion du député" (à droite, ils ont horreur du féminin pour une femme), apparaît un petit texte très incantatoire intitulé "Mobilisation générale contre l'illettrisme".

MJM_illettrisme_1

L'enseignant linguiste que j'ai été ne peut que saluer tant de hardiesse. Oui, mais voilà. A deux pages de là, on trouve ça :

MJM_illettrisme_3

Pas joli joli… Et puis, incorrigible mauvais esprit que j'aime faire pour d'exprès, opérant un ultime retour en arrière vers le blog de l'élu prescripteur, je n'ai pu m'empêcher de me briser aussi les mâchoires avec ça :

MJM_illettrisme_2

Bon, d'aucuns estimeront, peut-être, qu'il n'y a pas de quoi faire son malin en Bescherelle. Oui, peut-être, en effet. Mais moi, ça me rend hilare. Et consterné à la fois.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - Commentaires [8] - Permalien [#]

Renaud Muselier répond à Alexandre Guérini

Tu pues. Non, c'est toi qui pues. Après les propos d'Alexandre Guérini dans Le Nouvel Observateur il y a quinze jours, voici la riposte signée Renaud Muselier parue hier dans le même magazine. Un droit de réponse qui n'est pas mentionné en tant que tel, mais c'est tout comme.

logo_nouvelobs

Le coup de gueule de Renaud Muselier

"Je n'utilise jamais la dénonciation ou la rumeur"

Publié le 15 juillet - Le député UMP de Marseille nie catégoriquement être l'auteur de la lettre anonyme qui est à l'origine des ennuis judiciaires d'Alexandre Guérini, frère du président PS du conseil général

Après les propos calomnieux de M. Alexandre Guérini publiés par "Le Nouvel Observateur" du 1er juillet, je tiens à vous faire part de ma totale surprise et de ma profonde indignation face à de telles accusations sans fondement formulées par M. Guérini. Je démens catégoriquement être l'auteur de la lettre anonyme adressée à M. le Procureur de la République de Marseille en novembre 2008 et qui serait à l'origine des ennuis judiciaires et média­tiques de M. Guérini. De par mon éducation et ma tradition familiale, je ne puis souffrir de telles accusations diffama­toires. Mon grand-père, l'amiral Muselier, a donné la croix de Lorraine à la France libre, mon père a été déporté à Dachau et les membres de ma famille ont tous été décorés pour faits de résistance. Vous comprendrez ainsi que je n'utilise jamais la dénonciation, la rumeur ou la menace dans ma vie publique comme privée. Je ne vais pas commencer aujourd'hui avec M. Guérini.
Il m'attaque par voie de presse après m'avoir menacé physi­quement devant témoin, il y a quelques semaines. Son compor­tement révèle une perte totale de sang-froid et de dignité. J'ignore si M. Guérini se sent visé par l'information judiciaire pour "at­teinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics, trafic d'influence, détournement de fonds publics, corruption, prise illégale d'intérêt, blanchiment, faux et usage de faux et abus de biens sociaux" pourtant ouverte contre X. J'ignore aussi s'il se sent visé par les perquisitions qui ont eu lieu au siège de plusieurs sociétés spécialisées dans les dé­chets et dans les locaux du conseil général et de la communauté urbaine (CUM).
En revanche, il est bien au courant des perquisitions qui ont eu lieu au siège de sa société et à son domicile, ainsi que de l'in­carcération des dirigeants de la société Queyras, société gestion­naire de déchets, dont il affirme être très proche. Ces faits expliquent la "nervosité" de M. Guérini. Mais rien ne peut jus­tifier sa calomnie à mon égard. En revanche, alerté par des mem­bres de la commission d'appel d'offres, j'ai demandé des explications en conseil de communauté le 9 novembre 2009 concernant la passation de certains marchés. J'ai demandé la création d'une commission d'enquête interne. J'ai demandé la suspension de la délégation du vice-président en charge de la gestion des déchets. J'ai remis un exemplaire du livre "Gomorra" pour illustrer les conséquences d'un tel système. J'ai rappelé que les Marseillais n'accepteront jamais une telle dérive. Personne ne peut remettre en cause une telle démarche républi­caine. Pour autant, rien n'a été fait par le président socialiste de la CUM. La police et la justice n'ont pas eu sa passivité.
Durant les quinze années pendant lesquelles j'étais en respon­sabilité en tant que président d'EuroMéditerranée et premier ad­joint au maire de Marseille, nous n'avons jamais été l'objet d'au­cune perquisition. Le sens de mon engagement politique est d'améliorer la vie des Marseillais et de faire de Marseille une grande ville moderne. Oui, j'ai une opposition viscérale et de fond à l'encontre de tous ceux qui déshonorent la ville de Marseille en violant les lois sur les marchés publics. Oui, les Marseillais, tout comme moi, veulent connaître la vérité et sa­voir si des marchés publics ont été truqués, et si oui par qui. Le reste n'a que peu d'importance. Oui, j'ai une opposition politique avec M. Jean-Noël Guérini, candidat malheureux contre moi aux élections municipales de Marseille en 2008. Non, M. Alexandre Guérini n'est pas un adversaire politique, ni personnel, ni judiciaire. Je ne le connais pas et je ne tiens pas à le connaître.
   
Dans les deux derniers gros paragraphes du texte, Renaud Muselier s'envoie de pleins bouquets de fleurs pour vanter le bilan de son action politique internationale, nationale et locale depuis 1993. Je vous épargne ces moments de grande grâce.

L'article "Alexandre Guérini accuse Renaud Muselier" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/07/07/18521038.html

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 15 juillet 2010

Mediapart : Appel pour une justice indépendante

logo_mediapartDans le cadre des affaires Bettencourt, le site Mediapart a lancé hier 14 juillet une pétition pour réclamer la mise en œuvre d'une instruction indépendante et impartiale.
Etant complètement d'accord avec cette pétition, j'ai donc signé sans hésitation (mon nom est classé n°2826). J'encourage chacun à prendre connaissance de l'appel, à soutenir cette démarche pour défendre les libertés démocratiques et à faire circuler l'information.

appel_14_juillet_2010_mediapart
On signe ici :
http://www.mediapart.fr/club/blog/la-redaction-de-mediapart/140710/lappel-pour-une-justice-independante-et-impartiale

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Edwy Plenel défenseur du journalisme d'investigation

Cigares, jet privé, permis de construire illégal, embauche du fils, embauche de l'épouse, hébergement des frères, cumul des fonctions, cumul retraite indemnités ministérielles, enveloppes, chevaux… Arrêtons là le catalogue. Comment a-t-on su tout ça ? Grâce à la presse. Celle qui y va franco. Celle qu'il faut donc soutenir.
On pourra lire ci-après une interview d'Edwy Plenel, ancien journaliste au Monde et désormais président du site Mediapart. Au vu des événements en cours, pas de doute, ses actes et ses paroles ne font qu'un. Le combat pour la liberté d'informer n'est jamais acquis. Il doit être pratiqué au quotidien. Il en va de même pour la nécessité d'une justice qui ne soit pas aux ordres.

(Clic sur chaque image pour agrandir)
Pour une meilleure lecture,
j'ai découpé le document en deux parties égales
plenel_0
plenel_2

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 juillet 2010

Municipale d'Aix : Pas de nouvelle annulation

URGENT : 15h00
Dépêche publiée par La Provence sous la signature d'Alexandra Ducamp

joissains__baratin___CopieLe Conseil d'État vient de rejeter le recours en annulation de l'élection de Maryse Joissains. La députée-maire UMP d'Aix-en-Provence est donc confirmée dans son fauteuil.
Le 5 juillet, le rapporteur public avait conclu au rejet de la requête formée par Alexandre Medvedowsky (PS), tout en recommandant l'annulation de 45 voix, ramenant l'écart de 187 à 142 suffrages.

Posté par CASTRONOVO à 15:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Sarkozy, les riches, les niches et... le caniche

sarkozy_france_2

Pour savoir ce qu'a vraiment dit Sarkozy à Pujadas, voir l'article d'hier.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clinique du Montaiguet : La contestation grossit...

montaiguet_fete_10Battons le fer pendant que l'été est chaud. Samedi a donc eu lieu une opération information sur le projet d'implantation de la polyclinique Rambot à flanc du Montaiguet. Plus d'une centaine de personnes ont répondu à l'invitation du Collectif Sud-Aix. Elles ont été acccueillies pendant près de cinq heures dans le cadre champêtre de la superbe bastide de La Félicité (image) datant du 18e siècle, au cœur même de la zone menacée.
L'après-midi n'a pas été que musical. Il a aussi et surtout permis de mobiliser plus largement sur les risques irréversibles que contient le projet de parachutage de l'établissement médical privé dans un environnement à ce jour encore assez bien préservé.
Etaient présents des élus municipaux écologistes, des présidents de Comités d'intérêts de quartiers ainsi que des citoyens soucieux de s'informer sur les divers aspects liés à la modification du Plan d'occupation des sols décidée par la municipalité.
Documents et plans à l'appui, les membres du Collectif ont fourni toutes les explications nécessaires sur la partie qui se joue en termes d'urbanisme, d'environnement et de patrimoine. Ce sont d'ailleurs ces enjeux qui ont motivé les nombreuses procédures engagées auprès des tribunaux pour contester le transfert de la polyclinique sur ce secteur.
Bilan de ce weekend : la mobilisation s'est encore amplifiée.
A noter que Radio Zinzine a recueilli divers témoignages d'organisateurs et de participants, comme elle l'avait fait il y a quelques jours au cours d'une émission d'une heure consacrée à Aix.
Le journal La Marseillaise a quant à lui publié hier une pleine page sur l'événement de samedi. Voici une sélection de trois points de vue.  

Martine Coste, porte-parole du Collectif Sud-Aix :
Les conséquences de l'implantation de cette clinique sont importantes : la destruction partielle d'un des principaux poumons verts de la ville et la régressison des terrains agricoles dont les terres vinicoles de l'AOC Palette. Par ailleurs, l'installation ne prend pas en compte le secteur et rien n'est prévu en termes d'infrastructures. ce qui pourrait laisser place à certains promoteurs immobiliers et donc à une urbanisation anarchique et déséquilibrée. A cela, il faudrait rajouter la problématique des transports et comptabiliser entre 4.000 et 10.000 véhicules supplémentaires par jour sur la route des Milles, un axe déjà fortement saturé.
Gonzague de La Fresnaye, propriétaire de la bastide :
J'ai choisi de me battre contre cette implantation car pour moi la préservation des campagnes aixoises est une cause à laquelle je crois. Voilà pourquoi j'ai pris l'initiative d'ouvrir ma demeure aujourd'hui, tout comme je le fais chaque année pour les journées du patrimoine. La ville d'Aix est inséparable de sa campagne. Notre ville est par ailleurs très attractive pour les trousistes : grâce à son architecture certes mais aussi grâce à son cadre naturel. Si l'on continue des projets de la sorte, la ville d'Aix perdra son charme. Je ne suis pas contre une urbanisation mais je suis contre une urbanisation non réfléchie et anarchique. Aujourd'hui, en venant ici, les gens se rendent compte que ça vaut le coup de se battre. C'étati un bon moyen de les sensibiliser, je crois.
Lucien-Alexandre Castronovo, ancien élu municipal :
Mon rôle dans cette affaire est avant tout d'amplifier le mouvement contestaire. Etant donné les fonctions que j'ai occupées auparavant, je suis un soutien pour le Collectif. Devant une municipalité qui ne prend pas en compte le Plan local d'urbanisme d'après la loi de 2000 et qui modifie le POS à son gré afin de satisfaire des intérêts financiers, nous devions réagir. Qui plus est, cette opération risque d'entraîner une urbansiation chaotique entre Aix et Luynes, une urbanisation non pensée où les flux de déplacements vont s'intensifier. Le Collectif s'est donc mobilisé au premier trimestre 2010 en portant plusieurs recours devant le tribunal administratif afin de faire annuler la délibération du conseil municipal.

Pour écouter l'émission de Radio Zinzine du 8 juillet :
(politique aixoise, clinique…)
http://dl.free.fr/poogwZNNF
Le site de la radio :
http://radiozinzineaix.free.fr/

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 12 juillet 2010

Sarko sur un rafiot et la France à vau-l'eau

gif_sarko_ecope

En cette semaine de fête nationale qui devrait plutôt célébrer notre si chèrement conquise République, il est fort à craindre qu'elle n'ait encore à souffrir une énième montée de honte au front.
Au crépuscule sonné, il va donc paraître sur les écrans de nos salons. Hélas, on connaît déjà par cœur sa sarcauserie. Rictus aux lèvres, il en dira peut-être un peu plus sur le prix de son tube de dentifrice à l'immonde Edwy Plenel à l'interviewer en laisse. Tout secoué par les tiques qui lui décrochent les omoplates, il baragouinera encore, et une fois de trop, ses éléments de langage à ses propres questions.
A la nuit quasi tombée sur une France sabotée et ruinée, le vulgaire, le suffisant, l'arrogant président qui ne le vaut décidément pas bien répètera quel dur boulot il fait, quelle irréprochable République il veut, quelle remarquable politique il fait, quel crapuleux métier la presse fait, quels ingrats citoyens les Français font.
Pour moins que ça, qui n'aurait pas envie de chasser illico le grossier saltimbanque Didier Porte et l'insultant bouffon Stéphane Guillon de France Inter et de faire ami-ami avec le raffiné poète Jean-Marie Bigard ?
Alors, ce lundi soir encore, qu'on se le dise, la télé ressemblera à une courroye de transmission pour verbiage grotesque. 
Faut-il en sourire ? Sur le site du Post, le journaliste Bruno Roger-Petit a éventé par avance et en exclusivité dès samedi l'essentiel de ce que Sarkozy dira sur France 2. On s'y croirait !

De nature généreuse, je vous offre en exclusivité les principales déclarations.
Sur l'affaire : "M'enfin, m'sieur Pujadas ! Vous m'voyez dans un bureau en train d'reçevoir une enveloppe des mains d'une comptab' que j'connais pas ! C'est pas sérieux m'sieur Pujadas ! C'est de la science-fiction ! (…) D'ailleurs, m'sieur Pujadas, elle l'a bien dit la comptab' ! Tout ça, c'est de la romance ! C'est du Balzac ! On se croirait dans les Rougon-Macquart, m'sieur Pujadas !"
Sur le rôle de la justice : "Moi, j'lui fais confiance à la justice. J'ui ai toujours fait confiance. Et je regrette bien, m'sieur Pujadas, que certains ne la respectent plus, la justice m'sieur Pujadas !"
Sur Eric Woerth : "C'est un minisse remarquab', m'sieur Pujadas, remarquab'. Il fait un travail formidab' sur la réforme des r'traites. C'est bien pour ça que le Parti socialisse veut l'abatt'e. Je pense à sa famille, à sa femme, à ses petits enfants innocents, à leurs p'tits yeux bleus... Vraiment, c'est injusse m'sieur Pujadas..."
Sur le PS : "Les socialisses devraient se souvenir de André Salengro et Jean Bérégovoy, m'sieur Pujadas... Et pis, ils devraient se souvenir des vacances à Venise de François Mitterrand, hein ? Moi j'y vais pas à Venise, m'sieur Pujadas... les immeub' sont trop vieux, je suis un homme de mon temps, moi... Et le Concorde ? Hein ? Il prenait pas le Concorde, hein ? Ça devrait les rend'e plus modesses... La calomnie ça tue m'sieur Pujadas..."
Sur Mediapart : "J'connais bien mes amis m'sieur Pujadas... Xavier Bertrand, Nadine Morano, tous mes amis, y zont parlé avec leur cœur, m'sieur Pujadas, sans que j'leur demande... Mais m'sieur Plenel, il a toujours mené des croisades du 17e siécle cont'e les présidents de la Répubique, c'est sa spécialité... Cont'e François Miterrand, cont'e Jacques Chirac... Je me d'mande même comment des responsabs politiques ont pu l'aider, à un moment ou à une aut'e à mener ses campagnes de déstabilisation. Moi, j'ai jamais fait ça m'sieur Pujadas, jamais ! Et moi, je ne céd'rai pas à ces manoeuv'es, m'sieur Pujadas... Jamais !"
Sur internet : "M'sieur Pujadas... Il faut qu'on réfléchisse ensemb'e aux blogs, à twitteure, aux sites... C'est pu possib'e que ce merveilleux engin technologique soit livré à la calomnie, au mensonge, à la manipulation. Internet, c'est pas la liberté de penser, c'est la liberté de salir. Ça peut pu durer. Nous sommes tous en danger, m'sieur Pujadas, et vous le savez bien, vous qu'avez été agressé à cause d'internet... J'ai demandé au Premier minisse un projet de loi afin de préserver la liberté de la presse sur internet... C'est la g'ande leçon que j'ai tiré de tout ça..."

A voir aussi cet époustouflant épluchage
des mises en scène des déplacements présidentiels :
 http://antennerelais.canalblog.com/archives/2010/07/08/18529216.html 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]