lundi 9 mai 2016

Des cérémonies d'hommage aux serviteurs de la liberté et du bien public

Ne jamais oublier ! Celles et ceux qui ont œuvré au service du bien public, celles et ceux qui ont donné leur vie pour nos libertés. Les cérémonies de commémoration et de reconnaissance sont là pour nous les rappeler et nous servir d'exemples... 

LAC auberge de jeunesse Jo Tognellini 29
Dénomination de l'Auberge de jeunesse Jo Tognellini 
(Clic sur l'image pour agrandir)

Vendredi 29 avril, un émouvant hommage a été rendu à notre ami Jo Tognellini, fondateur de l'Auberge de jeunesse du Jas de Bouffan, dont il fut aussi l'inlassable directeur pendant près de trente-cinq ans et disparu il y a trois ans. Son nom a été donné à ce bel établissement en présence de Dija Tognellini, son épouse qui était investie à ses côtés de manière efficace tout au long de cette longue aventure. 
Jo était une personnalité marquante au caractère entier et pétri d'humanisme et un acteur engagé au service d'une solidarité concrète. Je l'ai bien connu dans le cadre des partenariats associatifs qui nous liaient et qu'il avait à cœur d'entretenir au sein du quartier du Jas et au-delà. Nous étions donc présents pour exprimer notre reconnaissance et notre affection à ce couple exemplaire. 

Hommage aux Déportés et Fusillés place des Martyrs de la Résistance
(Clic sur l'image pour agrandir)LAC 8 mai 2016 Résistants A

Samedi après-midi, une première cérémonie organisée par l'Union locale des anciens combattants et victimes de guerre a eu lieu place des Martyrs de la Résistance en mémoire de celles et de ceux, souvent très jeunes, qui ont servi la France et Aix pendant le second conflit mondial. Des noms inscrits sur la plaque ont été donnés à des rues de notre ville et ce n'est que justice.
Etonnamment, mais c'est surtout très choquant, la municipalité refuse d'associer l'ULAC aux cérémonies de commémoration du 8-Mai.  

Cérémonie du 71ème anniversaire de la Victoire
(Clic sur l'image pour agrandir)LAC 8 mai 2016 A

Hier, en matinée, la cérémonie officielle du 8-Mai s'est déroulée place Jeanne d'Arc devant le momunent dédié aux Morts pour la Patrie. Sous-préfet, corps d'armée, élus, anciens combattants et public étaient nombreux pour marquer de manière solennelle le 71ème anniversaire de la Victoire. Sonnerie aux morts, Chant des Partisans et Marseillaise ont rythmé ces moments d'hommage toujours poignants.
Pour ne jamais oublier ! 

Hommage à Monique Bernard, une bienfaitrice

Au conseil municipal du 2 mai, avec l'accord de Maryse Joissains, j'ai eu l'occasion de rendre hommage à Monique Bernard, une grande personnalité qui nous a quittés fin mars à l'âge de 82 ans après une vie particulièrement bien remplie grâce à un tempérament fort et déterminé.
Elle avait mené une carrière d'institutrice. Et son sens du service public au sein de l'Education nationale était empreint d'un grand dévouement.
En 1990, elle avait créé l'association ASPPA, avec l'objectif de développer l’accès du plus grand nombre d’enfants et de jeunes du Pays d’Aix, aux richesses locales, régionales et européennes en matière d’art, de sciences dans leur rapport à l’art, et de patrimoine.
Pour ce faire, elle avait mis en place toute une stratégie active auprès des écoles, de l'Ecole d'art et de structures dont la Fondation Vasarely. Ses initiatives et ateliers multiformes (arts visuels, arts du bâti, arts de l’écrit, arts vivants) ont très vite bénéficié de la reconnaissance de la Ville et du Rectorat et lui avaient permis d'entrer dans les dispositifs de la Politique de la Ville centrée sur les quartiers sensibles.
Pour mémoire, elle était également membre active du conseil d'administration de l'Auberge de jeunesse. Enfin, et non des moindres, avec un groupe de quatre personnes issues de l'enseignement public, dont j'étais, nous avions imaginé et mis en place le Conseil municipal des adolescents qui en est à sa 12ème promotion.
Il y a deux décennies, elle avait été profondément affectée par la disparition d'un de ses fils tout juste âgé d'une trentaine d'années.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 3 mai 2016

Aérodrome et nouveaux compteurs électriques, deux dangers en débat

Au conseil municipal d'hier, Edouard Baldo et moi-même avons interrogé Maryse Joissains sur deux sujets : les dangers liés à l'évolution en cours du statut de l'aérodrome d'Aix-Les Milles et ceux des nouveaux compteurs électriques Linky, appareils mouchards qu'ERDF veut imposer dans tous les foyers. Mieux vaut s'y prendre à l'avance pour ne pas tomber dans le piège...

aérodrome aix avion
(Clic sur l'image pour agrandir)

Que peut-il bien se passer en conseil municipal pour qu'une séance publique comme celle d'hier après-midi dure au total plus de quatre heures ? Eh bien, par exemple, avant l'ordre du jour pré-établi par la maire, les élus d'opposition sont autorisés, selon les modalités précises fixées par le règlement intérieur, à interroger la municipalité sur des sujets d'intérêt communal qui concernent directement les Aixois. 
De la sorte, ces questions permettent à l'opposition d'introduire des débats qu'elle a elle-même choisis. C'est ainsi que, ce lundi, notre groupe Démocratie pour Aix a déposé deux questions orales, l'une portant sur le devenir de l'aérodrome d'Aix-Les Milles dont le statut pourrait changer d'ici peu pour plusieurs années, et l'autre sur l'installation prochaine des compteurs électriques Linky qualifiés d"intelligents" (mais à vrai dire pas tant que ça) par ERDF dans tous les foyers.
Alors, au fait, pourquoi ces questions ? Lors de nos permanences, des citoyens viennent nous faire part de leurs problèmes, de leurs préoccupations et de leurs propositions. Notre rôle d'élus est aussi d'en être les porte-voix.
C'est dans ce cadre qu'Edouard Baldo est intervenu pour rappeler le contexte de la situation actuelle de l'aérodrome et les conditions négatives dans lesquelles il risque d'évoluer si la mairie ne saisit la perche d'en réclamer la gestion. Il faut savoir que le site fait depuis plusieurs mois l'objet d'un appel d'offres visant à concéder une délégation de service public qui échapperait à l'Etat et à la Direction générale de l'aviation civile au bénéfice d'un prestataire qui aurait les mains libres pour faire un peu ce qu'il veut.
Or, les riverains, très mobilisés depuis des années et plus récemment au sein d'un nouveau collectif, ne veulent pas que l'aérodrome s'agrandisse et autorise un surcroît de vols diurnes et nocturnes causant déjà pas mal de nuisances sonores et polluantes et de risques d'insécurité.
Pour se faire entendre des autorités compétentes, ils ont constitué de solides dossiers pour mener leur bataille avec détermination auprès des collectivités et des tribunaux.
Nous avons donc, comme nous l'avions déjà fait tant au conseil municipal qu'à l'ex-Communauté du Pays d'Aix, interpellé Maryse Joissains pour qu'elle prenne en main le dossier.
L'occasion d'agir maintenant est toute trouvée car la loi qui classait Aix-Les Milles au rang des aéroports d'intérêt national a été modifiée et va permettre de déclasser Aix pour l'inscrire à celui d'intérêt local. Cet amendement ouvre deux possibilités inédites : la Ville d'Aix ou la Métropole peuvent à présent jouer leur partition, pleinement si elles le souhaitent.
Au cours des échanges, Maryse Joissains, maire et vice-présidente d'Aix-Marseille-Provence, a reconnu, mais avec des nuances et des précautions, qu'elle examinerait les avantages et les inconvénients d'un tel changement. Par notre entremise, le débat est relancé sur le statut de l'aérodrome et la protection de ses riverains.
J'ai moi-même posé la seconde question orale relative au compteur électrique que l'on veut nous imposer alors qu'il n'est pas obligatoire et dont on peut par conséquent refuser l'installation chez soi. En la matière, la responsabilité juridique du maire est entière pour laisser ERDF procéder à la diffusion de ces compteurs ou bien pour décider par délibération d'en interdire le déploiement sur la commune. A ce jour, 135 communes ont déjà voté une délibération de refus.
Pour répondre à mon interpellation, Maryse Joissains a invité deux techniciens d'ERDF à venir exprimer leur avis sur le sujet. Sans surprise, ils ont évidemment vanté le nouveau dispositif de mesure et de contrôle de la consommation. Découvrant le problème, la maire s'est cependant engagée, avant de se positionner, à faire étudier sérieusement le dossier et à rendre compte de ses conclusions.
J'y reviendrai prochainement car le dossier est complexe et nécessite une présentation détaillée de tous les bienfaits, mais surtout des méfaits sinon des dangers, que ces compteurs peuvent entraîner pour la santé, la sécurité et l'économie. 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 29 avril 2016

Le BHNS d'Aix, un bus à haut niveau de sévices ?

Le projet du Bus à haut niveau de service, désormais nommé l'Aixpress, a été présenté dans le cadre de quatre grandes réunions publiques. De très nombreuses informations ont été livrées à la population visiblement séduite. Mais le BHNS suffira-t-il pour résoudre tous les problèmes de circulation et de stationnement ? Et à quel prix ? J'ai assisté aux réunions...

BHNS

Quatre réunions publiques, pompeusement qualifiées d'"ateliers urbains", ont eu lieu sur deux semaines dans différents quartiers de la ville. A chaque étape, des informations spécifiques étaient livrées sur la portion du BHNS affectant le secteur concerné : dans l'ordre, Encagnane, Ouest (Jas de Bouffan), Centre (centre-ville) et Facultés pour le sud-est.
J'ai assisté à la première. Et à l'ultime qui s'est déroulée hier soir à la faculté de droit. Je n'ai pas pu me rendre à la deuxième car j'étais retenu par d'autres obligations et à la troisième car au même moment la mairie avait programmé une autre réunion publique en vue de la requalification globale des places des Prêcheurs, Verdun et Madeleine. J'y reviendrai dans un prochain article.
Pour le BHNS, ayant été membre du jury devant sélectionner l'opérateur du projet, j'avais pour ainsi dire le devoir supplémentaire d'être aux rendez-vous.
Pour chaque réunion, un même rituel a été installé : présentation du projet avec une vidéo montrant le tracé virtuel complet, détails sur le secteur du jour et échanges avec la salle. J'ai été étonné d'observer que les deux réunions les plus fréquentées ont été celles d'Encagnane et du centre-ville. Il y a eu moins de monde au Jas de Bouffan et à la faculté.
Que retenir de tout cela ? On le sait, le BHNS parcourra un tracé de 7,2 km en 19 stations en 30 minutes avec une fréquence de passage toutes les 7 minutes en heures de pointe (la moyenne actuelle des bus du réseau Aix en bus est de 8 minutes) allant de Saint-Mitre, à l'ouest, jusqu'au parc Krypton, au sud-est.
A l'origine, le projet envisageait un parcours de 9,3 km, reliant le Jas de Bouffan à l'entrée de la route de Nice. Mais il a ensuite été amputé pour deux raisons : prolongement vers Saint-Mitre et terminus ramené au Krypton, tout en restant traversant d'ouest à est. Et à chaque bout de ligne, il est prévu un parc relais, celui de l'ouest étant à construire grâce à l'économie réalisée sur les 2 km supprimés.
Je ne suis pas intervenu lors de la première réunion mais je l'ai fait hier soir car je vis dans le secteur sud concerné par le passage du bus le long de l'avenue Robert-Schuman. J'ai donc exposé ceci.
D'abord, mon regret du raccourcissement du parcours car le tracé initial me semblait mieux répondre à l'entrée et à la sortie au niveau de la route de Nice pour les milliers de personnes venant travailler à Aix par là. Ensuite, j'ai insisté sur les problèmes de circulation et de stationnement dans les quartiers des facultés et limitrophes, sans oublier celui d'Encagnane, particulièrement saturé et soumis à une extrême pollution. Les Aixois savent qu'une partie très étendue du sud d'Aix est quotidiennement encombrée et que les bouchons sont permanents aux heures de pointe.
Des prix hors de prix ?
Des facteurs aggravants risquent d'amplifier ces phénomènes. Par exemple, l'augmentation prévisible du nombre d'étudiants dans le cadre du Plan Campus qui sera plus attractif que les anciens bâtiments. Par ailleurs, la suppression totale de plusieurs centaines de places de stationnement sur voirie le long de l'avenue des Belges, du boulevard Victor-Hugo, de l'avenue Maurice-Blondel (entre la gare SNCF et le Rectorat) et surtout de l'avenue Robert-Schuman ainsi que de l'avenue Gaston-Berger va faire reporter la recherche de places un peu plus jusqu'au Pigonnet - c'est déjà le cas avec les étudiants qui vont à leurs cours dans les divers sites universitaires et les nombreux salariés qui immobilisent gratuitement leurs véhicules toute la journée pour aller à leurs lieux de travail en bus ou en car -, et cela va provoquer une saturation complète de l'ensemble du secteur sud.
Autre fait porteur de nuages, la nouvelle sous-préfecture située à l'angle des avenues Pierre-Brossolette et Winston-Churchill ouvre officiellement le 3 mai mais aucun stationnement public n'a été prévu en son sein. J'ai récemment rencontré le sous-préfet qui m'a dit, un rien sardonique à l'égard de la municipalité "Mais voyons, cher monsieur, il paraît qu'il y a le parc Krypton qui va passer de 300 à 900 places". Sauf que 600 places de plus seront loin d'absorber celles qui seront supprimées.
Le BHNS et les tarifs très réduits du parc Krypton sauront-t-ils convaincre les habitués de la bagnole ? Rien n'est moins sûr quand on sait que les prévisions d'augmentation de fréquentation des transports collectifs pour les dix prochaines années, comme cela est indiqué dans le Plan de déplacements urbains (PDU), se limitent à un timide 5%.
Enfin, j'ai interrogé les personnalités à la tribune sur le coût de ce BHNS dont la seule dépense annoncée est actuellement évaluée à 84 millions d'euros hors taxe. Ma question portait sur le nombre de bus électriques nécessaires pour assurer le service et le prix à payer pour cette flotte de matériels roulants. J'ai eu bien du mal à le leur faire dire. Finalement, on m'a indiqué qu'il fallait tabler sur dix à douze bus de 75 places et que, dans la meilleure des hypothèses,
 le prix minimum total serait d'environ 1,5 million d'euros. Pour ne fâcher personne, je n'ai pas eu l'outrecuidance de rappeler que la plupart des projets, quels qu'ils soient, finissent souvent par des surcoûts dépassant les enveloppes initiales. Pour mémoire, en 2015, le BHNS était estimé d'abord à 60 millions puis à 66…

Le tracé virtuel du BHNS

Un excellent document complet du tracé détaillé quartier par quartier 
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré à flèches en bas à droite du document)

"Et maintenant un BHNS en marche arrière…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/10/28/30846950.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 22 avril 2016

Conseil de territoire : Hi hi, Maryse Joissains larguée par les siens !

La deuxième réunion du Conseil de territoire du Pays d'Aix d'hier a changé la donne. Au fil des divers rapports budgétaires à voter sur décision du Conseil de métropole, on a vu des maires vouloir maintenant défendre leurs seuls intérêts communaux au sein de la nouvelle institution. Ils ont donc peu à peu largué Maryse Joissains qui semble désormais isolée dans sa contestation. Récit...

métropole saint-cannat

Hier, a eu lieu la deuxième séance publique du Conseil de territoire du Pays d'Aix. Avec à l'ordre du jour, 33 rapports dont 25 pour avis et les autres pour décision. Le distinction n'est pas sans importance. Les premiers concernent des sujets de fond et émanent directement du Conseil de métropole qui en est le décideur et consulte ensuite les élus territoriaux. Les seconds permettent à ces derniers de voter sur des sujets de forme.
Plusieurs rapports portaient sur les budgets annuels distincts : d'abord budget primitif, puis budgets aménagement, transports, élimination des déchets, assainissement. Désormais, comme la loi le prévoit, c'est le Conseil de métropole qui en assure la gestion. Or, Maryse Joissains a proposé de rendre des décisions et non des avis sur deux délibérations relatives à des subventions culturelles et sportives. Elle a pris là un risque juridique qui peut se retourner contre elle.
Autre moment de trouble, cinq délibérations pour avis ont été retirées de l'ordre du jour. Elles devaient valider l'affectation des résultats 2015 issus des comptes administratifs dans les domaines énumérés ci-dessus.
La présidente et son adjoint aux finances ont voulu signifier qu'ils n'étaient pas d'accord avec la gouvernance métropolitaine et surtout pour faire pression sur Jean-Claude Gaudin. Le hic, c'est que le Conseil de métropole doit se réunir le 28 avril pour fixer et voter son premier budget avant la date limite légale du 30 avril. Y aura-t-il blocage du processus ? On en saura plus à ce moment-là.
Ces dernières escarmouches des opposants à la métropole sont censées manifester de la méfiance. Mais c'est peine perdure car la loi est là et a bien commencé à s'appliquer.
Le gros morceau qui a clos la réunion a porté sur les conséquences fiscales de l'entrée du Pays d'Aix mais aussi des cinq autres intercommunalités dans la métropole. Gérard Bramoullé a tenu un discours apocalyptique pour prévenir contre la hausse des impôts, tout en reconnaissant que les taux de la fiscalité allaient être lissés, c'est-à-dire étalés, pour être harmonisés sur une douzaine d'années afin d'en amortir la portée. C'est prévu dans la loi. Mais non, il fallait faire peur et tenter de rallier les maires au point de vue de Maryse Joissains.
Plusieurs d'entre eux ont d'ailleurs pris la parole. Et l'on s'est aperçu qu'il n'y a plus vraiment unanimité pour continuer à protester contre la métropole. D'un côté, ceux qui se sont alliés à des maires hors le Pays d'Aix pour s'aligner sur Jean-Claude Gaudin. De l'autre, ceux qui ont proposé de voter contre ou de s'abstenir jeudi prochain à Marseille. Une autre catégorie n'a pas exprimé d'avis aussi tranchés, ce qui laisse penser qu'ils agiront en leur propre nom.
Le vote contre et l'abstention ont donné lieu à des discussions surréalistes et même comiques. Peut-on voter contre ou s'abstenir au risque de devoir subir des représailles de Marseille ? Faut-il voter pour en expliquant que l'on n'est pas d'accord ? Dilemme infernal pour des élus très majoritairement de droite : choisir de se positionner ou non en opposition dans son même camp.
Un maire, celui d'Eguilles, qui avait lancé les recours contre l'Etat et la loi métropolitaine, a fini par admettre que, quelle que soit l'attitude adoptée, Jean-Claude Gaudin détient la majorité et que son budget sera de toute façon voté.
Mais ce qu'il ressort de ces discussions, c'est qu'à l'issue de la soirée d'hier Maryse Joissains a perdu la main. On peut même dire qu'elle est carrément larguée, car il n'y a plus de cohésion autour d'elle, chaque maire voulant jouer sa propre partie pour défendre ses seuls intérêts communaux.
La partie de poker est pratiquement terminée. Et tout le monde devrait rentrer dans le rang d'ici peu.

métropole bilan Laurent Théry prov 15métropole bilan Laurent Théry prov 15

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 19 avril 2016

Budget : Non, Maryse Joissains, les vessies ne sont pas des lanternes !

Encore deux exemples qui illustrent de manière éclatante les choix budgétaires inconséquents de Maryse Joissains. Double peine pour les Aixois : fortes hausses de tarifs tous azimuts et réductions vertigineuses de moyens pour les écoles. Suite et fin provisoire du tour d'horizon...

DPA visuel 1 mars 2016 hausses bon

Il fallait bien au moins user de cette expression pour traduire la façon dont la mairie répond à certaines questions que nous posons au conseil municipal au nom des Aixois. Ainsi, deux exemples d'apparence mineure par rapport au volume des finances de la ville nous ont été servis le 29 mars.
Lors de mon intervention sur le budget primitif 2016, j'ai fait part de mon grand étonnement à propos d'une ligne de la section investissement portant sur des travaux annuels dans les cimetières. La somme inscrite se monte à 410.000 euros. J'ai donc rappelé que, lors du conseil de février, la municipalité avait décidé d'augmenter fortement les prix des prestations funéraires. Je m'attendais donc, comme on me l'avait affirmé pour justifier les hausses des tarifs, à ce que des améliorations importantes soient opérées grâce aux nouvelles recettes attendues.
Par curiosité, j'ai recherché le montant affecté sur la même ligne dans le budget 2015. Et surprise, il était de 767.778 euros ! Il y a donc une baisse de la dotation de 87% d'une année sur l'autre alors que, dans le même temps, on applique une élévation plus que vertigineuse des tarifs, ce qui ne s'était pas vu depuis longtemps. Allez comprendre.
Seconde illustration, et non moindre, celle du poste rénovation des écoles qui entre dans les politiques annuelles de programmation de travaux et d'équipements des établissements publics, hors aides du conseil départemental aux communes pour travaux de proximité.
Dans le budget 2016, la somme inscrite est exactement de 137.937 euros. Maryse Joissains s'était fait un plaisir de détracter Jean-Claude Gaudin pour le mauvais état des écoles marseillaises, ajoutant qu'elle avait toujours eu, elle, la préoccupation d'améliorer régulièrement celles d'Aix. Elle avait aussi déclaré que la réforme des rythmes scolaires revenait très cher et qu'il fallait rendre payantes les activités quand d'autres communes ont opté qui pour des tarifs modestes qui pour la gratuité.
Là encore, j'ai recherché le montant des travaux annoncé pour l'exercice 2015 : 500.000 euros. D'une année à l'autre, la baisse atteint 262% ! Voilà comment on traite, il est plus juste de dire maltraite ou sacrifie, l'éducation à Aix.
J'en ai fait l'observation. L'adjoint aux finances m'a répondu, ne riez pas, qu'au budget supplémentaire de juin priorité serait donnée aux écoles. Dans son exposé général, le même élu venait pourtant de dire que, vu l'état des finances de cette année, le budget supplémentaire serait quasi nul. Voilà le sens de l'expression "essayer de faire prendre des vessies pour des lanternes"…  

DPA visuel 2 mars 2016

Tous mes articles sur le budget

"Budget 2016 : Maryse Joissains décide de pénaliser les Aixois au quotidien !"
: http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/02/04/33317994.html

"Budget : Joissains  fait de mauvais choix… mais accuse l'Etat et la métropole !" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/04/04/33614271.html

"Crise du logement à Aix : L'irresponsabilité politique de Maryse Joissains" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/03/14/33510746.html

"Forte hausse des tarifs funéraires : Bientôt, il ne fera plus bon mourir à Aix !"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/02/16/33377252.html

"Budget : Hausse des tarifs funéraires à Aix"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/03/03/33457831.html

"Budget : Pénalité de 1,1M€ pour carence de logements sociaux" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/04/08/33636551.html

"Vente des parkings aixois : Par ici les bonnes (mauvaises) affaires…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/28/32413696.html

"Budget : Risque de coup de frein juridique sur la vente des parkings ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/04/12/33654153.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 15 avril 2016

En avril, le Ravi se découvre de fil en fil

une ravi 139

Quel printemps en France et dans notre région ? En avril, le Ravi prend soin de se découvrir de fil en fil en proposant de nouveau 24 pages tout en annonçant un hors-série pour bientôt.
Il en profite aussi pour mettre une grosse loupe sur les médias libres et alternatifs qui refusent d'emprunter les sentiers battus par l'AFP.
Alors que la métropole prend enfin ses marques, le mensuel consacre un grand article aux écoles marseillaises qui ont tant été décriées pour leur mauvais état. Ce mois-ci, d'ailleurs, nous avons droit au compte-rendu de la séance plénière du conseil métropolitain qui a intronisé le maire de Marseille et qui a un peu plus mis au pas Maryse Joissains, quoi qu'elle en dise. 
On trouve aussi un dossier de cinq pages sur le thème du travail et sans de langue de bois.
Le Ravi aime aller au contact direct des habitants pour écouter et recueillir les opinions dans leur diversité. Sans filtre, c'est forcément décapant.
Enfin, pour ne pas être dupe du battage éhonté par tous les médias à chaque sortie d'un livre ou d'un album des copains dont on n'a que faire ou d'un film présenté soi-disant comme le dernier grand chef-d'œuvre à ne pas manquer mais qui n'est qu'un navet de plus pour gogos, il faut lire la coupe en règle de Marseille qui racle les fonds marins vaseux de la rade phocéenne pour nous servir les clichés les plus racoleurs de la cité.

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire d'avril :

http://www.leravi.org/spip.php?article2314
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 avril 2016

Budget : Risque de coup de frein juridique sur la vente des parkings ?

Surprise au conseil municipal, le rapport sur la vente des parcs de stationnement à la Semepa a été reporté. A part une annonce sibylline sur la nécessité de s'assurer encore de quelques détails techniques du dossier, aucune autre justification n'a été fournie aux élus. Y aurait-il donc un risque qui pourrait compromettre cette cession à 65 millions d'euros ? Récit...

parking carnot - Copie

Il arrive que l'on apprenne en pleine séance publique que des rapports ont été retirés de l'ordre du jour. Pour les sujets mineurs qui ne posent aucun problème de fond, ce n'est pas grave. Cela peut être parce que la rédaction du rapport n'est pas totalement satisfaisante ou n'a pas été suffisamment développée.
Parfois, en revanche, la raison est plus lourde. Par exemple, lorsque, entre sa rédaction et le moment du vote, sont apparues des difficultés qui modifient la portée des décisions.
C'est ainsi qu'au dernier conseil municipal une délibération à forte résonnance et aux conséquences non encore cernées a soudain été reportée. Elle était relative à la vente des parcs publics de stationnement. Le principe avait été confirmé en juillet 2015 d'étudier l'offre de rachat par la Semepa qui en assure la gestion par voie de délégations de service public.
A ce moment-là, il avait été prévu que les élus seraient ultérieurement informés de toutes les modalités et options de cession qui, aux dires de l'adjoint aux finances répondant à une de mes questions, devrait rapporter à la ville quelque 65 millions d'euros sur cinq ans, un moyen d'alimenter les caisses de la ville, mais aussi présenté comme une protection contre une éventuelle mainmise de la métropole.
Nous avions fait observer que, outre notre désapprobation ferme et totale concernant cette grosse vente de biens publics à part entière, après celles d'autres nombreux biens immobiliers appartenant aussi au patrimoine des Aixois et bradés au privé, nous étions très sceptiques quant à la faisabilité juridique de l'opération. Maryse Joissains avait tenté de rassurer en déclarant que tous les aspects seraient analysés mais qu'a priori il ne devrait pas y avoir d'obstacle majeur.
Le rapport inscrit au conseil municipal du 29 mars portait donc sur "l'acceptation de l'offre chiffrée de la Semepa et l'homologation du projet de résiliation des DSP". Tout semblait par conséquent censé avoir été vérifié pour engager ladite vente. Mais non, en fait, la maire ayant alors annoncé que subsistaient encore quelques soucis techniques à régler.
Erreurs ou contradictions dans le corps de la rédaction ? Précautions trop courtes ou faibles tout à la hâte de vouloir boucler l'affaire ? Point(s) de légalité douteux et risques juridiques en cas de recours ? Aucune explication n'ayant été fournie, on n'en a pas su plus.
J'ai bien ma petite idée là-dessus mais il serait hasardeux de ma part de l'exposer en détail ici sachant qu'un rapport reporté ne peut être considéré comme étant public. Mais je ne manquerai pas d'y revenir, notamment si le dossier est remis dans le circuit lors du prochain conseil le 2 mai.
                                                                                                                          A suivre…

"Vente des parkings aixois : Par ici les bonnes (mauvaises) affaires…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/28/32413696.html

"Budget : Joissains  fait de mauvais choix… mais accuse l'Etat et la métropole !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/04/04/33614271.html

"Budget : Pénalité de 1,1M€ pour carence de logements sociaux" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/04/08/33636551.html

"Crise du logement à Aix : L'irresponsabilité politique de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/03/14/33510746.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 8 avril 2016

Budget : Pénalité de 1,1 million d'euros pour carence de logements sociaux !

Aixois, en 2016, vous allez payer 1,1 million d'euros de votre poche. Aix vient en effet de se voir notifier par le préfet une lourde pénalité pour insuffisance de construction de logements sociaux. Je vous avais prévenus...

logement

Lors du conseil municipal, dans la délibération sur le budget primitif, un paragraphe inédit est apparu dès le début de la présentation à la rubrique des nouvelles charges à inscrire. Le préfet a notifié à la Ville une pénalité de 1,1 million d'euros pour insuffisance de constructions de logements sociaux.
Rappelez-vous. Aix se targuait d'être vertueuse avec ses 19% lorsque la barre était encore fixée à 20%. J'ai toujours affirmé que c'était même un peu moins car l'augmentation du nombre de constructions privées avançait plus vite que celui des logements publics, ce qui mécaniquement déséquilibrait le taux légal à atteindre. Or, depuis la loi Alur, ce taux est passé à 25%.
Comme je l'avais expliqué lors de divers débats sur le logement, j'avais émis de gros doutes sur les programmes de construction et la difficulté à atteindre les taux requis, le Plan local de l'habitat et le Plan local d'urbanisme étant peu ambitieux non seulement pour les années à venir mais également pour rattraper les énormes retards accumulés depuis quinze ans.
La lourde sanction est maintenant tombée et Aix va devoir débourser une somme… qui aurait pu servir à construire du logement social. Notre ville est désormais frappée comme d'autres communes du Pays d'Aix et du département pour carence manifeste en matière de logement social.
Cette politique de droite qui privilégie l'habitat pour ménages à revenus moyens ou élevés n'est pas une surprise, les municipalités touchées faisant sciemment le choix de payer des pénalités plutôt que de construire pour les familles aux revenus modestes.
Pour rappel aussi, l'ex-Communauté du Pays d'Aix avait mis en place un système de remboursement de ces pénalités aux communes qui se sentaient en quelque sorte encouragées à traîner de la truelle ou à ne produire aucun effort. Et comme un malheur n'arrive jamais seul, on a appris cette semaine que Christian Estrosi avait lui aussi décidé de prendre le contrepied de la majorité régionale précédente en supprimant les sanctions envers les communes récalcitrantes. Or, curieux hasard parmi les heureux hasards, Nice, dont il est toujours le maire, est une des communes les plus carencées ! 
Outre l'irresponsabilté de ces mesures, l'insuffisance de logements sociaux a des conséquences graves dans plusieurs domaines de l'économie. Les ménages ont du mal à louer ou à acheter à cause des prix inaccessibles. Des entreprises qui souhaitent s'installer à Aix ne peuvent le faire car leurs salariés n'ont pas les moyens de faire face aux loyers pratiqués. Celles qui le font voient leurs employés aller chercher un toit dans les petites communes environnantes, ce qui entraîne des pertes d'argent et de témps pour leurs déplacements, l'alourdissement du trafic routier et l'aggravation des taux de pollution.
Résumons. Pour la première fois, mais il y en aura hélas d'autres, Aix va devoir payer des pénalités qui n'amélioreront pour autant en rien les conditions de vie quotidienne des habitants.
                                                                                                                        A suivre…

CM 21 B 29

CM 21 B 29

CM 21 B 29

CM 21 B 29

"Crise du logement à Aix : L'irresponsabilité politique de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/03/14/33510746.html

"Budget : Joissains  fait de mauvais choix… mais accuse l'Etat et la métropole !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/04/04/33614271.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 avril 2016

Budget : Joissains fait de mauvais choix... mais accuse l'Etat et la métropole !

Le budget primitif 2016 a été présenté au conseil municipal. Maryse Joissains accuse l'Etat et la métropole de réduire les moyens, alors que ce sont surtout les mauvais choix de sa politique municipale qui pénalisent les Aixois... 

CM 21 B 29

Nul besoin d'être équipé d'un boîtier HD pour comprendre le document du budget primitif 2016 présenté au conseil municipal de mardi dernier. Il est la traduction directe du dossier qui a donné lieu au débat d'orientations budgétaires il y a un mois et demi.
Nous avons eu droit de la part de Maryse Joissains et de son adjoint aux finances aux mêmes arguments éculés et archi assénés depuis deux ans. L'enfer budgétaire, c'est forcément les autres, n'est-ce pas. L'Etat qui baisse les dotations aux collectivités territorales (*), même si ce mouvement a commencé dès 2008 sous une autre présidence, suivez mon regard. Et la métropole qui va "ruiner" les communes, sous-entendu surtout Aix, en augmentant les taxes pour homogénéiser la fiscalité. Bref, tout allait très bien avant. Et c'est bien la faute des autres si le budget aixois est maintenant serré.
Je suis intervenu pour rappeler que l'Etat lui-même et la Sécurité sociale participent grandement aux efforts de redressement et de maîtrise des finances et que des compensations ont été décidées pour soutenir l'investissement par les collectivités locales. J'ai ajouté que, face aux postures de repli en village gaulois de Maryse Joissains, au contraire, l'avènement de la métropole est une chance pour les projets structurants au service des transports, de la vie économique et de bien d'autres politiques mutualisées et solidaires qu'il est désormais vital de conduire au sein du grand territoire métropolitain.
A mes yeux, ce qui fait problème, comme je l'avais déjà dit en février, ce sont les choix déséquilibrés et injustes dans les priorisations de la politique communale qui pénalisent pour l'essentiel et en premier lieu les ménages dans leur vie quotidienne.
Par exemple, les hausses supérieures au taux de l'inflation de tarifs dans de nombreux domaines, tant à travers des mesures relevant de l'ex-Communauté du Pays d'Aix que de la Ville elle-même : taxes et tarifs divers, tarifs des prestations funéraires, musées, piscines, bus, ordures ménagères, ou les coupes dans les subventions aux associations alors que la municipalité a lancé des projets pharaoniques tel celui de la construction d'un palais des sports à 67M€ avec de gros doutes sur les cofinancements qu'on ne cesse de nous annoncer mais qui ne sont toujours pas au rendez-vous.
(*) Dans la loi de programmation des finances publiques, l'Etat demande un effort des collectivités territoriales jusqu'en 2017, lui-même et la Sécurité sociale contribuant à cet effort en 2016 à hauteur de 13 milliards contre 3,5 milliards pour l'ensemble des collectivités, plus de la moitié pour les communes, moins pour les départements et les régions (respectivement 31 et 12%). L'Etat et la Sécurité sociale, c'est donc 3,7 fois plus. Dit autrement, c'est 78,125% contre 21,875%. Pour amortir un peu le choc, l'Etat a prévu des mesures de soutien à l'investissement, sachant qu'il est vrai que les collectivités locales investissent 3 fois plus que l'Etat.
                                                                                                                            A suivre…

"Maryse Joissains décide de pénaliser les Aixois au quotidien !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/02/04/33317994.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 1 avril 2016

Métropole : Une plainte européenne de Maryse Joissains qui tourne à la farce

Au conseil municipal de mardi, Maryse Joissains a rejoué le même film contre la métropole. Déboutée et ridiculisée par toutes les juridictions qu'elle avait saisies, elle veut cette fois-ci porter plainte au niveau européen. Rien que ça ! Et si ça ne marche pas, qui sait, elle pourra toujours essayer le Vatican ou Lourdes...

CM 21 B 29

Quand il s'agit d'évoquer la métropole, avec Maryse Joissains, cela donne plusieurs séances de cinéma avec toujours le même film à l'affiche. Elle tourne en boucle pour dire qu'elle est contre alors qu'elle y est entrée et en est devenue vice-présidente.
Au conseil municipal de mardi après-midi, elle a présenté une énième délibération pour s'opposer à ce qui est devenu la loi. Déjà, à celui du 16 mars, elle avait mis à l'ordre du jour deux rapports des plus loufoques. Cette fois-ci, et ce n'est pas parce que le 1er avril approchait, elle a décidé de porter l'affaire au niveau européen. Rien que ça !
Pas entendue, et donc déboutée et ridiculisée par toutes les juridictions qu'elle avait saisies, elle croit pouvoir viser plus haut pour espérer être enfin prise au sérieux, en dépit du risque quasi certain d'élargir son auditoire de ricaneurs à l'échelle de vingt-huit pays.
La farce, car c'en est bien une de plus, de l'ex-avocate est si bidonnante que la délibération demandait de "Décider d'introduire un recours en manquement de l'Etat français devant la Cour de Justice de l'Union européenne, concernant la création de la métropole Aix-Marseille-Provence". Or, une seconde mouture de la délibération qui n'avait pas été envoyée aux élus ni remise en séance mais seulement citée au cours du conseil essayait de rattraper la bévue.
Selon la maire d'Aix, il s'agissait en réalité de saisir "la Commission européenne", ce qui n'est qu'une pantalonnade supplémentaire puisque, rappelons-le, cette instance n'est pas composée de magistrats mais de représentants politiques désignés. Et dont les compétences et missions ne l'autorisent pas à juger en droit, a fortiori sur l'organisation territoriale des états membres.
L'Etat français est régi par la Constitution de la Vème République qui décide de son fonctionnement de façon souveraine et régalienne. Il n'est pas permis à l'Europe de dicter à notre pays ou à tout autre les choix démocratiques de sa définition des territoires. Sinon, ce serait un cas d'ingérence que personne ne pourrait accepter. En conséquence, les moulinets de Maryse Joissains ne sont que des bulles de mousse aussitôt nées aussitôt disparues.
Après le cirque, le cinéma. Et la prochaine fois, grand spectacle de Guignol dans la cour de récréation. Et toujours aux frais des contribuables aixois, bien sûr...
Lundi, suite du compte-rendu du conseil municipal.

La délibération rectifiée est ICI

CM 21 B 29

CM 21 B 29

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]