mardi 11 janvier 2011

Pour sûr, le Ravi de janvier a bouffé du Canard

une_ravi_81Pour mijoter leur numéro de janvier (2,80€), nos amis du Ravi ont mangé du Canard ou de l'explosif. Toujours est-il qu'ils n'auront pas raté le lancement vigoureux de l'année.
Ce mois-ci, une enquête originale établit "le palmarès 2011 des villes à fuir en Paca", hors des sentiers battus des sondages faisandés dont on nous gave à longueur d'année.
On trouvera également un portrait satirique d'Alexandre Guérini, magistralement rédigé par un pseudo expert psychiatre. Un régal.
Et puis, pêle-mêle, on se délectera de la rubrique "Le ravi de plâtre" attribué à Maryse Joissains, du compte-rendu d'un croquignolet conseil municipal à Bollène dont la maire est l'épouse de celui d'Orange, et d'une bonne raclée d'autres articles tout aussi réjouissants accompagnés de beaux dessins.
Voilà, fin de promo pour cette fois et on court vite l'acheter.

Le sommaire du n° 81 de janvier 2011 :
http://www.leravi.org/spip.php?article1075
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Clinique du Montaiguet : L'enquête à ne pas rater

montaiguet_ravi_81_joissains_janvier_2011
(Clic sur l'image pour agrandir)
Brève parue dans le Ravi de janvier

Dernier rappel pour participer à l'enquête publique sur les installations classées pour la protection de l'environnement portant sur l'implantation de la méga-clinique du Montaiguet. Il ne reste donc que quatre petits jours jusqu'à vendredi inclus pour aller déposer avis et observations.
Le dossier et le registre d'enquête sont consultables au service urbanisme, 12 rue Pierre-et-Marie-Curie, de 8h00 à 12h15 et de 13h30 à 16h30. Le commissaire enquêteur tiendra personnellement sa dernière permanence vendredi 14 janvier de 9h00 à 12h00.

Pour d'autres informations sur le sujet, voir le lien ci-dessous :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/12/20/19919799.html
Le site de l'association des Amis du Montaiguet et du Pont de l'Arc :
http://www.montaiguet-pontdelarc.com/page5.php

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 10 janvier 2011

Edgar Morin : "Les nuits sont enceintes"

morin_1992_aix

On le sait, ce blog se veut plutôt factuel, direct et vulgarisateur. Mais, aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, faisons une exception avec ce texte plus réflexif d'Edgar Morin publié par Le Monde le 8 janvier 2011.
Quelques minutes suffisent pour le parcourir et se nourrir du point de vue d'un homme qui tâche de mettre en correspondance tout ce qui bouleverse le monde. En bout de lecture, on s'aperçoit qu'il n'est pas difficile d'accès, même si l'expression semble parfois abstraite et marquée d'un style inhérent à l'auteur, sociologue et philosophe.
Il me plaît à rappeler ici que j'ai eu l'occasion de rencontrer Edgar Morin lors d'une de ses multiples visites à l'Ecole d'Art d'Aix qui, en 1992, s'ouvrait précisément à ce moment-là à la pluridisciplinarité des enseignements et des pratiques sous la direction novatrice de l'ami Jean Biagini.
J'avais eu le plaisir d'interviewer Edgar Morin pour le journal qui s'appelait encore Le Provençal et dont je fus correspondant pendant six ans. C'est à cette occasion que j'ai pris la photo ci-dessus. Je retiens de cette rencontre exceptionnelle le souvenir d'un humaniste remettant sans cesse sa pensée sur le métier pour essayer de dégager des chemins vivables pour chacun au sein de la communauté des hommes.

Edgar Morin : "Les nuits sont enceintes"

En 2010, la planète a continué sa course folle propulsée par le moteur aux trois visages mondialisation-occidentalisation-développement qu'alimentent science, technique, profit sans contrôle ni régulation.
L'unification techno-économique du globe se poursuit, sous l'égide d'un capitalisme financier effréné, mais elle continue à susciter en réaction des "refermetures" ethniques, nationales, religieuses, qui entraînent dislocations et conflits. Libertés et tolérances régressent, fanatismes et manichéismes progressent. La pauvreté se convertit non seulement en aisance de classe moyenne pour une partie des populations du globe, mais surtout en immenses misères reléguées en énormes bidonvilles.
L'occidentalisation du monde s'est accompagnée du déclin désormais visible de l'Occident. Trois énormes nations ont monté en puissance ; en 2010, la plus ancienne, la plus peuplée, la plus économiquement croissante, la plus exportatrice intimide les Etats d'Occident, d'Orient, du Sud au point de susciter leur crainte d'assister à la remise d'un prix Nobel à un dissident chinois emprisonné.
En 2010 également, pour une première fois, trois pays du Sud se sont concertés à l'encontre de toute influence occidentale : Turquie, Brésil et Iran ont créé ce sans précédent. La course à la croissance inhibée en Occident par la crise économique se poursuit en accéléré en Asie et au Brésil.
La mondialisation, loin de revigorer un humanisme planétaire, favorise au contraire le cosmopolitisme abstrait du business et les retours aux particularismes clos et aux nationalismes abstraits dans le sens où ils s'abstraient du destin collectif de l'humanité.
Le développement n'est pas seulement une formule standard d'occidentalisation qui ignore les singularités, solidarités, savoirs et arts de vivre des civilisations traditionnelles, mais son déchaînement techno-économique provoque une dégradation de la biosphère qui menace en retour l'humanité.
L'Occident en crise s'exporte comme solution, laquelle apporte, à terme, sa propre crise. Malheureusement, la crise du développement, la crise de la mondialisation, la crise de l'occidentalisation sont invisibles aux politiques. Ceux-ci ont mis la politique à la remorque des économistes, et continuent à voir dans la croissance la solution à tous les problèmes sociaux. La plupart des Etats obéissent aux injonctions du Fonds monétaire international (FMI), qui a d'abord partout prôné la rigueur au détriment des populations ; quelques-uns s'essaient aux incertitudes de la relance.

morin_id_es

Mais partout le pouvoir de décision est celui des marchés, c'est-à-dire de la spéculation, c'est-à-dire du capitalisme financier. Presque partout les banques, dont les spéculations ont contribué à la crise, sont sauvées et conservées. Le marché a pris la forme et la force aveugle du destin auquel on ne peut qu'obéir. La carence de la pensée partout enseignée, qui sépare et compartimente les savoirs sans pouvoir les réunir pour affronter les problèmes globaux et fondamentaux, se fait sentir plus qu'ailleurs en politique. D'où un aveuglement généralisé d'autant plus que l'on croit pouvoir disposer des avantages d'une "société de la connaissance".
Le test décisif de l'état de régression de la planète en 2010 est l'échec de la personne la plus consciente de la complexité planétaire, la plus consciente de tous les périls que court l'humanité : Barack Obama. Sa première et modeste initiative pour amorcer une issue au problème israélo-palestinien, la demande du gel de la colonisation en Cisjordanie, s'est vu rejeter par le gouvernement Nétanyahou. La pression aux Etats-Unis des forces conservatrices, des évangélistes et d'une partie de la communauté juive paralyse tout moyen de pression sur Israël, ne serait-ce que la suspension de l'aide technique et économique. La dégradation de la situation en Afghanistan l'empêche de trouver une solution pacifique au conflit, alors qu'il est patent qu'il n'y a pas de solution militaire. L'Irak s'est effectivement démocratisé, mais en même temps s'est à demi décomposé et subit l'effet de forces centrifuges. Obama résiste encore aux énormes pressions conjuguées d'Israël et des chefs d'Etat arabes du Moyen-Orient pour intervenir militairement en Iran. Mais la situation est devenue désespérée pour le peuple palestinien.
Tandis qu'Etats-Unis et Russie établissent en 2010 un accord pour la réduction des armes nucléaires, le souhait de dénucléarisation généralisée, unique voie de salut planétaire, perd toute consistance dans l'arrogance nucléaire de la Corée du Nord et l'élaboration probable de l'arme nucléaire en Iran. Si tout continue l'arme nucléaire sera miniaturisée, généralisée et privatisée.
Tout favorise les montées aux extrêmes y compris en Europe. L'Europe n'est pas seulement inachevée, mais ce qui semblait irréversible, comme la monnaie unique, est menacé. L'Europe, dont on pouvait espérer une renaissance de créativité, se montre stérile, passive, poussive, incapable de la moindre initiative pour le conflit israélo-palestinien comme pour le salut de la planète. Pire : des partis xénophobes et racistes qui prônent la désintégration de l'Union européenne sont en activité. Ils demeurent minoritaires, comme le fut pendant dix ans le parti nazi en Allemagne que nul dans le pays le plus cultivé d'Europe, dans le pays à la plus forte social-démocratie et au plus fort Parti communiste, n'avait imaginé qu'il puisse accéder légalement au pouvoir.
La marche vers les désastres va s'accentuer dans la décennie qui vient. A l'aveuglement de l'homo sapiens, dont la rationalité manque de complexité, se joint l'aveuglement de l'homo demens possédé par ses fureurs et ses haines.
La mort de la pieuvre totalitaire a été suivie par le formidable déchaînement de celle du fanatisme religieux et celle du capitalisme financier. Partout, les forces de dislocation et de décomposition progressent. Toutefois, les décompositions sont nécessaires aux nouvelles compositions, et un peu partout celles-ci surgissent à la base des sociétés. Partout, les forces de résistance, de régénération, d'invention, de création se multiplient, mais dispersées, sans liaison, sans organisation, sans centres, sans tête. Par contre, ce qui est administrativement organisé, hiérarchisé, centralisé est sclérosé, aveugle, souvent répressif.
morin_introduction
L'année 2010 a fait surgir en Internet de nouvelles possibilités de résistance et de régénération. Certes, on avait vu au cours des années précédentes que le rôle d'Internet devenait de plus en plus puissant et diversifié. On avait vu qu'il devenait une force de documentation et d'information sans égale ; on avait vu qu'il amplifiait son rôle privilégié pour toutes les communications, y compris celles effectuées pour les spéculations du capitalisme financier et les communications cryptées inter-mafieuses ou inter-terroristes.
C'est en 2010 que s'est accrue sa force de démocratisation culturelle qui permet le téléchargement gratuit des musiques, romans, poésies, ce qui a conduit des Etats, dont le nôtre, à vouloir supprimer la gratuité du téléchargement, pour protéger, non seulement les droits d'auteur, mais aussi les bénéfices commerciaux des exploitants des droits d'auteur.
C'est également en 2010 que s'est manifestée une grande force de résistance informatrice et démocratisante, comme en Chine, et durant la tragique répression qui a accompagné l'élection truquée du président en Iran. Enfin, la déferlante WikiLeaks, force libertaire ou libertarienne capable de briser les secrets d'Etat de la plus grande puissance mondiale, a déclenché une guerre planétaire d'un type nouveau, guerre entre, d'une part, la liberté informationnelle sans entraves et, d'autre part, non seulement les Etats-Unis, dont les secrets ont été violés, mais un grand nombre d'Etats qui ont pourchassé les sites informants, et enfin les banques qui ont bloqué les comptes de WikiLeaks. Dans cette guerre, WikiLeaks a trouvé des alliés multiples chez certains médias de l'écrit ou de l'écran, et chez d'innombrables internautes du monde entier.
Ce qui est remarquable est que les Etats ne se préoccupent nullement de maîtriser ou au moins contrôler "le marché", c'est-à-dire la spéculation et le capitalisme financier, mais par contre s'efforcent de juguler les forces démocratisantes et libertaires qui font la vertu d'Internet. La course a commencé entre le désespérant probable et l'improbable porteur d'espoir. Ils sont du reste inséparables : "Là où croît le péril croît aussi ce qui sauve" (Friedrich Hölderlin), et l'espérance se nourrit de ce qui conduit à la désespérance.
Il y eut même, en 1940-1941, le salut à partir du désastre ; des têtes de génie sont apparues dans les désastres des nations. Churchill et de Gaulle en 1940, Staline qui, paranoïaque jusqu'aux désastres de l'Armée rouge et de l'arrivée de troupes allemandes aux portes de Moscou, devint en automne 1941 le chef lucide qui nomma Joukov pour la première contre-offensive qui libéra Moscou. C'est avec l'énergie du désespoir que les peuples de Grande-Bretagne et d'Union soviétique trouvèrent l'énergie de l'espoir. Quelles têtes pourraient surgir dans les désastres planétaires pour le salut de l'humanité ? Obama avait tout pour être une de ces têtes, mais répétons-le : les forces régressives aux Etats-Unis et dans le monde furent trop puissantes et brisèrent sa volonté en 2010.
Mais le probable n'est pas certain et souvent c'est l'inattendu qui advient. Nous pouvons appliquer à l'année 2011 le proverbe turc : "Les nuits sont enceintes et nul ne connaît le jour qui naîtra."

Edgar Morin, sa biographie, son œuvre :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edgar_Morin

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 7 janvier 2011

Alexandre Guérini, HLM pour lui et pour ses proches

logo_13_habitat_texteLes connaissances, les proches ou les bons copaings d'Alexandre Guérini qui comptaient sur lui pour obtenir un logement social sur de simples claquements de doigts de sa part vont désormais devoir aller chercher ailleurs.
Ce ne serait après tout qu'un peu de justice rendue finalement aux milliers de demandeurs sans aucun appui à l'intérieur du système.

A l'office départemental 13 Habitat (ex-OPAC Sud), qui se targue pourtant sur son beau site  internet de suivre des procédures éthiques et d'avoir des références solides (clic sur l'image pour agrandir), les cas désespérés n'ont pas toujours été prioritaires. Loin s'en faut.
A quoi s'ajoutent d'autres milliers de dossiers curieusement égarés ou en attente inexpliquée qui cumulent eux aussi les années de retard avant traitement si traitement survient.

En revanche, certains vernis n'ont pas ces misérables soucis (voire scrupules) pour bénéficier d'un logement accordé en accéléré par l'entremise d'un Alexandre Guérini agissant sans aucune fonction officielle au sein de l'organisme.
Ces faveurs-là vont probablement décroître puisque notre homme a quitté à la fois sa villa personnelle et son HLM transmis de père en fils pour rejoindre les quelques mètres carrés d'une cellule de Luynes.
Le système qui a fonctionné jusqu'à présent à Marseille et dans le département n'est pas isolé. Ces mauvaises façons existent dans beaucoup d'autres offices.
A Aix-en-Provence, par exemple, on connaît également de jolis cas de favoritisme sur intervention plus ou moins discrète ou coup de pouce connivent d'élus. On n'y a certes jamais entendu parler de liens avec le banditisme mais la pratique n'en demeure pas moins parfaitement illégale au regard des critères à respecter en matière d'attribution.

Dans un article fouillé, le site Médiapart apporte un nouvel éclairage sur le rôle occulte joué par Alexandre Guérini dans l'octroi généreux de logements sociaux à des personnes pas franchement dans le besoin. Je vous laisse le découvrir.

(Clic sur chaque image pour agrandir)
guerini_mediapart_HLM_partie_1
guerini_mediapart_HLM_partie_2guerini_mediapart_HLM_partie_3guerini_mediapart_HLM_partie_4
Le site Médiapart :
http://www.mediapart.fr/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 6 janvier 2011

Clinique du Montaiguet : Attention, dangers !

montaiguet_circulation
(Clic sur l'image pour agrandir)
Entre autres nuisances gravissimes pour le secteur Sud,
la circulation serait considérablement alourdie
par le projet de la polyclinique Rambot

La préfecture elle-même a dû en convenir. Les délais initiaux de l'enquête publique sur les installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) portant sur le projet d'implantation de la méga-clinique du Montaiguet étaient trop courts et surtout mal calés sur la période creuse de fin d'année.
Les défenseurs du site ont obtenu une prolongation jusqu'au 14 janvier. Ce n'est pas rien. D'autant que la municipalité aixoise ne se gêne pas de communiquer à tout-va sur sa soi-disant politique de préservation de l'environnement. Beaucoup de grandes phrases contredites par des oukases du type polyclinique brutalisant l'harmonie naturelle et patrimoniale, via une modification opportuniste du Plan d'occupation des sols menée hors vision d'ensemble en l'absence d'un véritable Plan local d'urbanisme.
Laisser faire serait sacrifier le cadre de vie et renoncer par là même à un art de vivre. Il est encore temps de faire savoir au cours de cette enquête publique que nous ne sommes pas d'accord en déposant nos avis et observations.  
Le dossier et le registre d'enquête sont consultables au service urbanisme, 12 rue Pierre-et-Marie-Curie, du lundi au vendredi jusqu'au 14 janvier, de 8h00 à 12h15 et de 13h30 à 16h30.
A noter que le commissaire enquêteur tiendra personnellement deux permanences supplémentaires, les vendredis 7 et 14 janvier de 9h00 à 12h00.
Pour d'autres informations sur le sujet, voir le lien ci-dessous :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/12/20/19919799.html
Le site de l'association des Amis du Montaiguet et du Pont de l'Arc :
http://www.montaiguet-pontdelarc.com/page5.php 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 5 janvier 2011

La fable Guérini : Si ce n'est lui, c'est donc son frère

guerini_alex___CopieSûr qu'il aurait été mieux chez lui dans un de ses logis, notamment son logement HLM qu'il a gardé tout en étant propriétaire d'une villa. Alexandre Guérini a bien tenté une deuxième fois d'obtenir une remise en liberté mais la justice a redit non. Cela ne fait que donner crédit à la gravité des faits qui lui sont reprochés même s'il s'en défend.
Qu'aura à dire ou que dira son frère Jean-Noël Guérini lors de sa cérémonie de vœux à la presse vendredi ? Sans doute rien. Il se contentera de lire le texte qu'on aura rédigé pour lui pour qu'il ne s'égare pas. Forcément, car, dans deux mois et demi, il va y avoir des élections cantonales, dont celle de son secteur. Alors, gare à ne surtout pas remuer la moindre petite orange dans la gamelle d'une certaine prison.
Quant à Eugène Caselli, si l'on s'en tient à la couleur muraille de ses vœux à la population lisibles sur le site de MPM, on ne l'imagine pas non plus en rajouter lors de sa rencontre avec les médias la semaine prochaine.
Le seul qui en a dit un peu plus, hier, c'est Michel Vauzelle qui, ayant été traité de jolis noms débordant d'ordures par Alexandre Guérini et Henri Proglio lors d'une conversation sous écoute, a fait sa fête au second en épargnant le premier.
Enfin, pour parfaire ce petit tour d'horizon de début d'année, dans son message vidéo de 90 secondes aux Marseillais, Jean-Claude Gaudin a fait dans le langage œcuménique santonnier. Il devrait réitérer cette performance digne du ravi face à la presse lui aussi dans quelques jours.
En attendant, faisons deux bonnes piqûres de rappel avec ces deux cadeaux placés au pied du sapin.

(Clic sur les images pour agrandir)
Dans Bakchich Hebdo du 24 décembre 2010
guerini_bakchich_resume_24
Sur Médiapart le 25 décembre 2010
(pour un meilleur confort de lecture, j'ai découpé le texte en six parties)
guerini_mediapart_int_gral_part_1guerini_mediapart_int_gral_part_2guerini_mediapart_int_gral_part_3
guerini_mediapart_int_gral_part_4guerini_mediapart_int_gral_part_5guerini_mediapart_int_gral_part_6

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 4 janvier 2011

"Slava's Snowshow", un chef-d'œuvre de magie pure

slava_snowshow
(Clic sur l'image pour agrandir)

Eblouissement garanti, énergie ludique, effets de scène, éruptions envahissantes, musiques sublimes, tout contribue à faire du Slava's Snowshow un chef-d'œuvre de magie pure.
Pour ceux qui n'ont pas vu le spectacle à Aix en novembre, c'est donc le moment de se rattraper. Arte a diffusé vendredi soir une heure de ce prodigieux moment enregistré en 2010 au 
Théâtre Sylvia Montfort (Paris). Il faut se dépêcher de le voir sur le site de la chaîne. Attention, Arte ne propose les vidéos de ses programmes que pour une durée de sept jours après leur passage sur l'antenne.
Et voici comment la chaîne a présenté cette heure de bonheur et d'enchantement.

                                              Slava's Snowshow
Bienvenue dans le monde de Slava Polunin. Fondateur du Licedeï, grand clown russe contemporain, Slava emprunte sa gestuelle à Marceau et à Chaplin. C'est un poète, amoureux du public. "Mes spectacles ont du succès parce que je ne les joue pas, je les vis", dit-il. De Hong-Kong à Sydney en passant par New York, son Snowshow, événement visuel et musical, fait pleurer de joie le monde entier. Ce spectacle où chaque scène a la grâce d'un tableau raconte l'épopée absurde d'un "commando" de quinze clowns au nez rouge. Bulles de savon, tempête de neige, créatures vertes aux longs chapeaux, corde de pendu transformée en fil d'Ariane, esquif en perdition dans une mer agitée, requin improbable pris dans des eaux brumeuses, clowns et public en lutte avec une gigantesque toile d'araignée, vrai-faux entracte, adieux déchirants à un portemanteau… : on n'en finit pas d'égrener les joyaux de cet univers poétique. Quant au surprenant final, chut…

(Clic sur les deux groupes de captures d'images pour agrandir) slava_quatre_photos_A
La vidéo sur Arte :
http://videos.arte.tv/fr/videos/slava_s_snowshow-3615238.html 
slava_quatre_photos_B

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 1 janvier 2011

Des souhaits pour 2011 et déjà un vœu pour 2012 !

voeux_2011_blog
(Clic sur l'image pour agrandir)

Une nouvelle année paraît au calendrier. Que soient remerciés ici, avec gratitude, les amis et les visiteurs, d'un jour ou de toujours, qui prennent le temps de venir lire et parfois commenter les maints billets que j'ai plaisir à publier sur cet écran. L'aventure continue avec d'autres épisodes dans quelques jours. D'ici là, que rien n'empêche quiconque de rêver déjà un peu… plus loin !

 charlie_une_pour_2011

Posté par CASTRONOVO à 00:01 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 30 décembre 2010

"Dinner for one" : Pour passer d'une année à l'autre

dinner_for_one_couleur 

Miss Sophie a toujours eu la fête légère, si l'on peut dire. La revoici, toujours aussi cérémonieuse que gourmande pour son 90e anniversaire en la fausse présence de ses amis disparus. Son très dévoué majordome James est là pour la servir aux grands petits soins et l'honorer avec classe pour un repas de haute tenue.
Tout est donc pour le mieux. Enfin, presque…
Pour ceux qui n'ont jamais vu cette scène, c'est le moment de découvrir une vraie leçon de comédie. Pour ceux qui la connaissent déjà, c'est l'occasion de revivre un grand moment d'hilarité. Dans les deux cas, cela aidera à passer plus allègrement d'une année à l'autre.
(En dédicace spéciale pour l'anniversaire d'une très chère amie qui n'a cependant absolument rien de commun avec Miss Sophie)

La vidéo en version noir et blanc sous-titrée en français :
http://www.dailymotion.com/video/x5zld2_diner-pour-un-humour-anglais 
La version en couleur non sous-titrée :
partie 1 :

http://www.youtube.com/watch?v=eUbEVg5KNt8
partie 2 :
http://www.youtube.com/watch?v=GAUFMWaAb5M&NR=1&feature=fvwp

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 24 décembre 2010

Et si on faisait une petite pause ?

wikio_decembre
(Clic sur l'image pour agrandir)

Allez, je crois qu'il est temps. Mais avant de passer en mode pause, voici encore un peu de prose. Du léger. Avec trois petits clins d'œil.
D'abord, avec le tableau de classements de mon blog portant sur l'activité du mois de novembre et édité par le site Wikio début décembre. Pourquoi le dissimuler, ces nouveaux chiffres ne me laissent pas insensible. Car c'est un peu comme si mon clavier tant mis à contribution se voyait octroyer un bien sympathique accessit.
Mais, cela ne fait pas tout. Aussi, m'en voudrais-je d'omettre de remercier encore tous les lecteurs réguliers ou de passage, et même les visiteurs parfois égarés, qui assurent au blog une audience quotidienne sans cesse croissante. Une progression qui s'explique sans doute aussi par la place plus large faite à des sujets débordant les limites du pays d'Aix.
Ensuite, avec cette brève du Ravi de décembre dont le titre m'a fait sourire.

ravi_moi_sur_MJM_3
(Clic sur l'image pour agrandir)

Enfin, petit retour en arrière de quelques jours avec ce billet caustique d'Alexandra Ducamp, qui a si bien résumé ce que je pense aussi fort qu'elle sur le niveau de ridicule franchi par certains élus.

provence_miss_et_elus_alexandra_ducamp
(Clic sur l'image pour agrandir)

Voilà, maintenant, vous pouvez éteindre votre ordinateur et reprendre une activité normale… jusqu'au prochain billet.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]