lundi 4 juin 2012

Aide-mémoire pour dégager Marine Joissains

joissains memoires aix

La députée Marine Joissains ne mérite pas d'être réélue. Pas seulement à cause de ses plus récents propos qui ont tant scandalisé. Mais aussi parce que, malgré deux mandats consécutifs, son bilan parlementaire est nul, archi-nul. Quant à son bilan municipal, dont j'ai largement parlé ici depuis plusieurs années, il n'est pas plus positif dans l'ensemble. Et on ne comprendrait pas que les électeurs ne lui en fassent pas payer les premières conséquences d'ici quelques jours.  
Ce sont là déjà au moins deux raisons suffisamment déterminantes que chaque électeur de la 14e circonscription se doit d'avoir à l'esprit et de prendre en compte politiquement et moralement au moment décisif de mettre son bulletin dans l'urne. Il serait en effet inconcevable de se laisser envahir par une sorte d'amnésie qui viendrait tout à coup amnistier les incuries et les dommages qui ont émaillé ces onze années de mandat d'action politique irresponsable et inadaptée aux véritables besoins de la population aixoise.
Oui, je l'affirme, impossible d'oublier les entêtements et les contre-décisions, les coups de force et les échecs dans de nombreux domaines. Les bilans de Joissains ne valent guère mieux que ceux de Sarkozy.
Les outrances des dernières déclarations tombent finalement à point pour rappeler que le danger n'est pas loin de voir de funestes connivences se développer et se nouer ouvertement avec les tenants de l'extrême-droite pour tenter de conserver encore quelques bribes de pouvoir. Il faut donc empêcher d'entériner un tel pacte qui aurait de désastreux résultats pour la démocratie locale.
J'aime cette phrase de bon sens : "Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre". Il n'est jamais bon d'avoir la mémoire courte.
A propos de mémoires, lisons cet article du Ravi paru en mai à propos de certains agissements de Marine Joissains.

logo ravi bon
Mémoires d'Aix

Même si on est loin de la "grande époque", recours et procédures se multiplient dans le paysage aixois. Revue de détail
Maryse Joissains, poursuit, imperturbable, sa campagne. Droite dans ses bottes, la 
députée-maire UMP d'Aix-en-Provence affiche son soutien aux nostalgériques venus manifester à l'ombre de la Rotonde (à croire que le rond-point Bigeard est trop petit) et accorde, magnanime, la gratuité dans les transports en commun pour les plus... de 70 ans.
Et quand La Provence l'interroge sur le recours de l'ancien conseiller municipal d'opposition (PRG) Lucien-Alexandre Castronovo contre les largesses dont avait bénéficié son mari en tant que directeur de cabinet, elle parle de "péripétie".
Pourtant, l'affaire est à l'instruction au Conseil d'Etat et la décision de la plus haute juridiction administrative viendra clore un dossier qui, depuis sept ans, n'en finit pas de rebondir. Fin 2008, le tribunal administratif condamne la ville d'Aix. Le salaire d'Alain 
Joissains n'aurait pas dû dépasser, en tant que contractuel, 90% de l'indice le plus élevé dans la hiérarchie des effectifs municipaux. Or, de 2001 à 2008, au lieu de toucher, au maximum, 307.972 euros, il en aura reçu 475.778 ! Fin 2011, la cour administrative d'appel vient casser la condamnation. "Elle a estimé qu'en tant qu'ancien conseiller municipal, et accessoirement citoyen et contribuable aixois, je n'avais pas intérêt à agir en justice, déplore Alexandre Castronovo. Ce qui est aberrant !"
Emblématique : si la mairie s'appuie sur le témoignage de deux adversaires de l'ancien conseiller municipal (une transfuge de gauche passée dans l'équipe Joissains et le socialiste Jacques Agopian ayant gardé une dent contre Castronovo depuis les cantonales de 2008), l'ancien prof d'anglais a vu une solidarité financière s'organiser spontanément, couvrant 20% des dépenses qu'il a dû engager pour se faire représenter par un avocat. Il se souvient d'ailleurs qu'en 2008, "l'opposition avait voté contre la décision de la mairie de faire appel de la condamnation". Ainsi, l'écolo et occitan aixois Hervé Guerrera soutient
"évidemment la démarche" de Castronovo.
D'autant qu'en ce moment, même si on est loin de la "grande époque", les nuages s'amoncellent pour Maryse Joissains. Ainsi, l'opposition a engagé un recours contre la vente de l'ancien office de tourisme. En cause ? Alors que les acheteurs potentiels devaient s'engager à préserver le bâtiment, la mairie a finalement décidé que, pour en faire un "Apple Store", l'heureux gagnant allait avoir le droit de le détruire, se voyant octroyer en prime une partie de la voie publique autour ! Autre dossier en souffrance : la future (-ex ?) polyclinique Rambot. Commentaire de Guerrera :
"On assiste là aux errements habituels de la municipalité : la vente des "bijoux de famille" quitte à sacrifier le patrimoine aixois et une gestion urbaine ne misant que sur l'étalement alors qu'on en connaît déjà toutes les limites"...
En attendant, voulant faire disparaître autant les bidonvilles que ses occupants, Joissains ne veut
"plus un seul Rom dans [sa] commune", a-t-elle tonné dernièrement dans La Provence, toujours prête à caresser dans le sens des urnes son électorat le plus réac. Généreuse avec la famille et les vieux, sévère avec les gueux, et, attentive, toujours, aux questions immobilières, comment qualifier autrement cette gestion sinon de sarkozyste ?                       Sébastien Boistel
  
NB
:
 J'ai le plaisir de rappeler aux lecteurs du blog et à tous ceux qui me font l'amitié de soutenir ma démarche que mon recours en Conseil d'Etat a été officiellement déclaré parfaitement recevable. Et qu'il est donc bien actuellement à l'instruction par les hauts magistrats. 

logo rue89 bis
Marine Joissains vue par des lecteurs de Rue89 : du gratiné...
http://www.rue89.com/2012/05/10/aix-en-provence-vous-nous-avez-dresse-le-portrait-de-votre-maire-232062

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Le Ravi de juin déshabille les candidats...

une ravi 97A la veille de ce premier tour des législatives, le numéro de juin du Ravi est celui qu'il faut se procurer, tout de suite. Comme le résume l'accroche de sa grande enquête (neuf pages), "le Ravi déshabille - âge, sexe, profession, bilan... - les députés sortants et les candidats à leur succession". Le mensuel appuie là où ça fait mal : les champions du cumul, les pros de la politique, les héritiers, les parachutés, les arapèdes, les cancres, la palme du parti anti-parité, les ratages de la diversité... Un régal d'analyses fouillées et décalées et un festival de coups de griffe qui laisseront des traces. On l'aura compris, cette parution fait la part belle à la politique et enjambe le second tour. Pour le reste, ce Ravi ne délaisse pas pour autant ses autres rubriques : brèves, échos de communes de la région, portraits, interviews, annonces et dessins. A ne pas rater non plus le tour d'horizon des casinos dont celui d'Aix.
Alors, faites vos jeux. (Clic sur l'image)

Le sommaire du n° 97 de juin :
http://www.leravi.org/spip.php?article1310
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 31 mai 2012

Marine Joissains roule droit vers l'extrême-droite

joissainsNicolas Sarkozy battu. On ne l'entend plus, on ne le voit plus. Et on s'en aperçoit ! Quel repos pour les yeux et les oreilles ! 
Dans 10 jours, plus exactement dans 17 jours, le bonus serait de réserver le même sort à l'encore députée Marine Joissains.
Car, après tout, en voilà au moins deux qui se ressemblent pas mal par les comportements démagogiques, les bouffonneries permanentes et les discours extêmes. (Voir gag plus bas)
Mardi, au début du conseil municipal, Joissains a franchi un autre pas vers le gouffre.
L'opposition avait en effet décidé de poser une question orale liée aux propos outranciers et indignes du maire au soir même de l'élection de François Hollande. A la demande d'excuses de la gauche, Joissains a refusé de répondre, validant de fait ses propos délirants ternissant l'image et la renommée d'Aix, des propos qui ont suscité de très nombreux commentaires négatifs sur notre ville dans toute la France. 
En signe de condamnation, l'opposition a logiquement décidé de quitter la salle du conseil. L'équipe de Joissains s'en est réjouie en applaudissant et en ricanant de manière aussi imbécile que peu respectueuse. Quelques-uns de ses supporters garnissant les bancs du public ont lancé des apostrophes au moment du départ des élus sans que Joissains n'empêche un instant la claque de manifester alors que le maire seul détient le pouvoir de faire respecter l'ordre aux séances du conseil.
Joissains n'en est pas à son premier essai. Dès lors, la question qu'il convient de se poser est la suivante. Comment admettre que ce type de dérives farcesques puisse durer encore longtemps ? Et bien voilà, les législatives vont permettre d'y mettre un premier coup d'arrêt. En tout cas, espérons-le.
Après ce temps, arrivera enfin celui de l'élection municipale qui pourra parachever le boulot en chassant aussi Joissains de la mairie. La chose est réalisable, comme elle l'a été pour l'ex-président que ses partisans disaient imbattable.
D'ailleurs, ceux qui ont regardé l'émission La voix est libre de samedi dernier sur France 3 ont pu observer que, confrontée à Jean-David Ciot (PS) et à deux autres candidates dans la 14e circonscription, Marine Joissains semblait filer un ton plus bas, craignant sans doute le risque de dilapider un peu plus son crédit électoral.
On l'a bien vue, par exemple, tenter de justifier certains de ses choix en termes de politique du logement, mais les répliques de ses concurrents de gauche l'ont cernée qui faisaient valoir que la gestion d'une ville nécessite une vision globale, objectif qu'elle n'a jamais eu.
A l'issue de ce débat télévisé, on pouvait même se demander quelles pouvaient bien être finalement les différences entre elle et la candidate du FN tant elles ont semblé partager les mêmes positions et les mêmes solutions.
A vrai dire, rien d'étonnant dans tout cela. L'attitude de Joissains décrite plus haut et la collusion plus ou moins tacite entre l'UMP et le FN ne datent pas d'hier. C'est d'ailleurs ce que j'ai exposé à la journaliste de La Provence, Alexandra Ducamp, qui m'a interrogé sur les épisodes politiques qui ont marqué la vie aixoise depuis plusieurs décennies (voir extrait de l'article ci-dessous).
Si Aix ne veut pas continuer à s'illustrer comme le laboratoire où s'expérimente le pire, la première étape pour dégager Joissains au plus vite passe par les urnes législatives. L'assainissement, c'est dès maintenant !

INFO 17h00 : Gros cafouillage 
Le logo du FN sur la page d'accueil du site de la mairie d'Aix !
joissains logo FN
Lire l'article de La Provence :
http://www.laprovence.com/actu/politique-en-direct/le-logo-du-fn-sur-la-page-daccueil-du-site-de-la-mairie-par-erreur
  
Les collusions entre la droite et l'extrême-droite à Aix :
Extrait de l'article de La Provence 
(Clic sur l'image pour agrandir)
joissains lac provence 28

L'article intégral :
 
http://www.laprovence.com/article/legislatives-2012/collusion-entre-droite-et-extreme-droite-aixoises-aux-legislatives-mythe-o

Clash au conseil municipal d'Aix :
http://www.laprovence.com/article/a-la-une/clash-au-conseil-municipal-daix-lopposition-sen-va-la-majorite-applaudit

Le début du conseil municipal du 29 mai
logo aix city local news
Vidéo diffusée par le site Aix City Local News :

http://www.citylocalnews.com/aix/2012/05/29/coup-de-theatre-l-opposition-quitte-le-conseil-municipal-suite-a-une-altercation-avec-maryse-joissains

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 29 mai 2012

La députée Joissains végète au fond de l'Assemblée

Maryse Joissains (UMP) 505e sur 577 députés !
(Clic sur chaque image pour accéder à chaque tableau plein écran 
et clic sur les chiffres pour connaître le détail activité par activité)

A quoi a servi Marine Joissains à l'Assemblée nationale depuis dix ans ? A rien ! Au fil des sessions parlementaires, son classement ne s'est jamais vraiment amélioré. Et la dérisoire progression enregistrée au cours de ces douze derniers mois n'est que pure apparence. Ce n'est en fait que le minimum imposé par le règlement de l'assemblée pour éviter les sanctions financières appliquées depuis 2010 pour absences répétées. Et encore, les retenues ne concernent que les seuls travaux en commissions. Pour le reste, rien. Il faut donc cibler les activités et se montrer là où il faut pour s'assurer de ne pas perdre le moindre euro.
La démonstration est établie, le constat de carence de Joissains est accablant. Sur l'ensemble de cette législature, sur 577 députés, Joissains figure lamentablement au 505e rang. Quel bilan ! Quel talent ! Quelle réussite !
Malgré toutes ses dénégations et son auto-glorification permanente, son rôle à l'assemblée n'aura été qu'une triste imposture. Il est donc temps de lui retirer toute confiance pour représenter Aix et le pays d'Aix à Paris. Car un nouveau mandat n'arrangerait certainement rien. Bien au contraire, il perpétuerait et aggraverait une inactivité fort dommageable aux intérêts des électeurs et des habitants de notre territoire. 
Par comparaison, examinons deux exemples de députés figurant au somment du classement.

Gilles Carrez (UMP) 2e sur 577 députés

Jean Mallot (PS) 4e sur 577 députés

Tous les députés sur l'ensemble de la législature 2007-2012 : 
http://www.nosdeputes.fr/synthesetri/1

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 25 mai 2012

L'ex-directeur de Medvedowsky mis en examen

medve ravi de platre avril 2012 ravi 95 - CopieNouveau joli bond en avant dans l'enquête du juge Charles Duchaine sur divers dossiers de l'Arbois, établissement public dont le principal financeur est le conseil général des Bouches-du-Rhöne.
On s'en souvient, après une série de perquisitions menées sur le site de l'europôle aixois, une dizaine de personnes avaient été entendues les unes après les autres, mi-mars.
Parmi elles, Alexandre Medvedowsky, président de l'europôle, Olivier Sana, actuel directeur, et Jean-Louis Jaubert, son prédécesseur.
C'est précisément ce dernier qui, après une garde à vue de 48 heures, a donc été mis en examen ce jeudi pour "atteinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics"
Comme le rappelle aujourd'hui La Provence, cette nouvelle mise en examen porte sur l'attribution et l'exécution d'un marché confié à une entreprise de BTP contrôlée par le grand banditisme.
(Lire aussi mon autre article de ce jour sur un autre protagoniste lié aux frères Guérini)

logo leravi
Le Ravi de plâtre d'avril pour... Alexandre Medvedowsky

Chaque mois, le mensuel régional décerne son ravi de plâtre. En avril, c'est Alexandre Medvedowsky qui l'a décroché.
La saga judiciaire "Guernica" qui colle aux basques de Jean-Noël Guérini et d'une partie du PS des Bouches-du-Rhône vient d'accoucher d'un nouveau personnage. Cette fois, le casting est aixois, en la personne d'Alexandre Medvedowsky.
Ce haut fonctionnaire, associé d'un influent cabinet d'intelligence ESLNetwork, candidat malheureux par deux fois à la mairie d'Aix-en-Provence - en 2008 et 2009 lors d'élections partielles - est également président du technopôle de l'Arbois.
Entendu courant mars par les douaniers marseillais, les enquêteurs et le juge Duchaine semblent s'intéresser à la gestion de cet établissement public financé par le Conseil général et la Communauté d'agglomération du Pays d'Aix.
En novembre dernier, le Ravi pointait déjà les relations ambiguës de l'énarque avec Alexandre Guérini et les soupçons sur le rôle de ce dernier dans les deux investitures municipales successives de "Medve". Des soupçons aujourd'hui étayés par plusieurs articles de La Provence ainsi que par la publication d'écoutes téléphoniques sur marsactu.fr.
En renonçant à la promotion d'un de ses collaborateurs à la tête du technopôle, les Guérini's Brothers auraient facilité son investiture de 2009. Des accusations qui n'ont pas du tout plu à l'intéressé qui, dans un commentaire publié sur le site d'information marseillais, annonce la saisie du procureur "de ces faits constitutifs d'un délit contre ceux qui veulent porter atteinte à mon honneur". "Medve" juge le scénario "absurde", estimant "naturel et "logique" d'avoir été investi après avoir mené campagne un an plus tôt. Même après l'avoir perdue... C.C.

"Les Guérini, Medvedowsky, Mennucci et Muselier..." :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2012/03/14/23754663.html

"Alex Guérini et Alex Medvedowsky en connivence ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2012/03/21/23816450.html

"Medvedowsky récuse toute connivence avec Guérini" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2012/03/23/23832848.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Guérini - Squarcini, affaire classée ?

guerini squarcini bakchich 

Hier, le site Bakchich a mis en ligne une information exclusive et... étonnante.
L'enquête préliminaire qui visait les relations entre Bernard Squarcini et Jean-Noël Guérini pour recel et trafic d'influence a été classée. Ce dossier tentait de faire la lumière sur un échange de bons services entre les deux hommes. Squarcini était soupçonné d'avoir renseigné Guérini sur une enquête le concernant, en échange de l'aide au recrutement de son fils au conseil général par Guérini.
Ce qui est frappant dans ce classement sans suite, c'est que si Guérini avait bien été entendu par le juge, Squarcini et son fils, eux, n'avaient fait l'objet d'aucune convocation. Etrange. On en saura sans doute davantage plus rapidement.
Par ailleurs, le nouveau gouvernement envisage de remplacer Bernard Squarcini et Frédéric Péchenard, les deux chefs de la police et du renseignement nommés par Nicolas Sarkozy. La décision était attendue au conseil des ministres de mercredi mais elle ne figurait pas encore à l'ordre du jour.
On ignore ce que fera le premier. En revanche, le second pourrait se voir confier la délégation interministérielle à la sécurité routière. C'est peut-être pour cela qu'a été inventée l'expression "circulez, y a rien à voir".
(Lire aussi mon autre article de ce jour sur la mise en examen de l'ex-directeur d'Alexandre Medvedowsky)

logo bakchich
Guérini / Squarcini, affaire classée ?
http://www.bakchich.info/france/2012/05/24/guerinisquarcini-affaire-classee-61385
  
L'audition de Guérini début mai sur le fils Squarcini

  

Le fisc a réclamé 520.000 euros à Alexandre

Pour mémoire aussi, début mai, le fisc réclamait pas moins de 521.000 euros (dont 80% de pénalités en raison de la découverte d'une "activité occulte") à Alexandre Guérini car le contrôle d'une de ses sociétés à La Ciotat a confirmé un "montage artificiel".

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 mai 2012

Ça canarde aussi à droite contre Marine Joissains

joissains contestee 4Revenons aujourd'hui encore sur Marine Joissains et ses scandaleux propos au soir du second tour, puis dans les jours qui ont suivi. Relevons d'abord que sa proximité et sa collusion affichées avec l'extrême droite lui ont valu les critiques au demeurant logiques de toute la gauche.
Voilà maintenant qu'elle reçoit également des tirs venant de son propre camp, au moins localement.
Deux candidats de droite se sont déclarés plus ou moins par surprise sur la 14e circonscription dont elle est l'élue depuis dix ans. Et ces deux candidats ont leurs raisons de s'en prendre à celle qu'ils ont un temps adorée.
L'un n'est autre que Michel Boulan, maire de Châteauneuf-le-Rouge, vice-président de la Communauté du Pays d'Aix, qui n'en est pas à sa première vengeance, après avoir été plusieurs fois malmené et mis à l'écart par Joissains. Il ne la nomme plus mais la désigne comme "député sortant". Feu !
Première salve. Il demande à l'UMP de lui retirer son investiture et de l'exclure. "Ce qui s’est passé au soir de la présidentielle et le lendemain avec le recours en annulation a ridiculisé les électeurs UMP."
Deuxième salve. Il condamne les mamours dangereux avec le FN. "Je ne veux pas qu’Aix devienne le laboratoire de ce rapprochement contre nature qui ruinera les objectifs de renforcement de l’UMP."
Troisième salve. Mieux vaut tard que jamais, Boulan ouvre enfin les yeux et dresse le bilan de son inactivité parlementaire : "Joissains n’a pas un seul texte de loi à son nom en deux mandats."
Quel sera le poids de Boulan qui se présente avec l'étiquette du Nouveau centre, le parti d'Hervé Morin qui vient pourtant de rentrer la tête basse au bercail de la maison-mère de droite ? Peut-être une poignée de voix, mais une poignée de voix qui pourrait suffisamment réduire le résultat de Joissains aux deux tours.
L'autre candidat, totalement inattendu, lui, s'appelle Philippe Neveu, l'ex-directeur général des services de la CPA, viré par Joissains au bout de 18 mois, et toujours en procès contre elle. Il fait irruption dans la campagne en se présentant sous les couleurs très droitières des amis de Charles Pasqua.
La législative tombe à point - l'occasion a sans doute fait le larron - pour que cette personne, qui a débuté au milieu des années 80 à l'UDF, est passée ensuite pour un proche de l'UMP et maintenant au RPF (Rassemblement pour la France fondé par Charles Pasqua), ait eu envie de se venger, dans le but évident de faire chuter son ancienne patronne. Sa notoriété électorale est nulle mais il se contenterait bien de quelques petites dizaines voire centaines de voix pour affaiblir lui aussi le score de la sortante.
Nous allons donc assister les 10 et 17 juin à un combat intra droite où la pitié ne sera pas de mise.
Et Marine Joissains dans tout ça ? Ah, elle doit avoir l'air malin avec ses jugements à l'emporte-pièce sur François Hollande dont elle a dit qu'il "n'était pas légitime", qu'il était "un danger pour la République", qu'il était "ridicule" et manquait de "prestance". Notons cependant, au passage, qu'elle était d'ailleurs dans le même ton que celui des Copé et autres fantasques cartomanciens qui avaient dénigré Hollande qui n'avait jamais gouverné et qui n'était pas connu à l'international. Des arguments crétins et sans fondement qui ont été balayés puisque, qu'ils le veuillent ou non, Hollande a été élu président.
Va-t-elle, et vont-ils, renier ces mesquineries maintenant que le nouveau président a été accueilli et reconnu de la meilleure façon dès ses premiers déplacements à l'étranger ? Même des organes de presse de droite ont bien été obligés de réviser leurs calembredaines bassement électoralistes.
Conclusion, ça va donc canarder sec au sein de la droite jusqu'au 17 juin et surtout après leur défaite à la présidentielle et, d'ici peu, celle des législatives avec des règlements de comptes qui les mettront en pièces. Oui, car la gauche aura aussi la majorité à l'asemblée nationale.
Je vous parlerai bientôt aussi du policé député UMP Christian Kert qui n'a pas été en reste pour approuver les propos tordus de sa collègue Marine Joissains. "Le chef doit assumer toutes les responsabilités, même celle de rompre la monotonie du quotidien. Et ça, Maryse sait très bien le faire." Ben voyons !
PS : Histoire de rire un peu, qui a des nouvelles de Claude Allègre ?

Et ça, c'est dans Charlie Hebdo...
joissains charlie 16

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 21 mai 2012

Marine Joissains et Maryse Le Pen, sœurs jumelles...

 joissains marine

Une occasion à ne surtout pas rater en juin, celle de dégager enfin Marine Joissains en la rendant illégitime lors de la législative. Vu son bilan, ses prises de position honteuses et ses frasques en tous genres, elle mérite d'être sortie comme l'a été Nicolas Sarkozy notamment pour avoir osé caresser de trop près la flamme de l'extrême droite.
On devrait constater sans délai si elle s'obstine encore à le soutenir et si elle s'en vante toujours autant en faisant apparaître en gros caractères la mention "avec Nicolas Sarkozy" sur ses affiches et ses documents de campagne.
Ce sera là un vrai signe. Car, si elle le fait, elle aura du mal à son tour à faire figure de possible vainqueur. Si elle ne le fait pas, elle montrera qu'elle n'agit qu'au gré du vent et, en réalité, pour ses propres intérêts.
En lui ôtant son siège de parlementaire, les électeurs feraient là un premier acte de salubrité publique. Le second pourrait s'en trouver facilité à brève échéance pour que les Aixois la dégagent également de la mairie à l'élection municipale de 2014. L'enjeu mérite qu'on y réfléchisse bien d'ici juin.
Rappelons-nous. Déjà, lors des élections municipales de 2008 et de 2009, la curieuse absence de listes de l'extrême-droite n'avait pas manqué de susciter des interrogations. Et pour cause. On a ensuite appris, par exemple, qu'elle avait donné son accord pour le recrutement d'un ancien FN, puis MNR, devenu villieriste, pour occuper la fonction de directeur de la communication à la Semepa.
Cette leçon vaut avertissement. Et il ne faudra pas se tromper. Si Joissains est battue à la législative, elle n'aura plus aucun scrupule, pour tenter de s'accrocher à son poste de maire, à surenchérir sans limite. D'ailleurs, s'il fallait encore s'en convaincre, il n'y a qu'à reprendre la liste de gages qu'elle a obligeamment fournis à la droite extrême chaque fois que l'occasion s'en est présentée, comme je l'ai plusieurs fois écrit. 

joissains le pen

Cette fois-ci, dès la défaite de Nicolas Sarkozy et en vue de la législative, Marine Joissains a déjà ouvertement franchi le pas du cousinage effectif avec l'autre Marine. Les deux semblent bien s'entendre et se répondre avec force amabilités.
A peine Joissains a-t-elle déclaré "Les valeurs qu'a Marine Le Pen, je les ai toujours défendues" que cette dernière s'est empressée de lui dérouler la banderole de bienvenue en disant avec gourmandise qu'elle pensait qu'il y a des "gens bien à l'UMP" et qu'elle estimait la députée maire-maire d'Aix "sincère" dans ses propos. Ce qui l'a amenée de facto et sans surprise à se déclarer "ouverte à la discussion". Seul bémol, elle a fait mine de rejeter tout accord avec l'UMP pour écarter "ceux qui apparaissent comme ayant les dents qui rayent le parquet et qui ne sont là que pour garder leur siège, je regarderai aussi ce qu'ils ont voté par le passé".
Mais difficile de se fier à cet excès de pudeur quand on entend tout de suite après qu'elle pourrait ouvrir la porte à des discussions "au cas par cas" pour celles et ceux qui s'affranchiraient préalablement de l'UMP. Ce qu'a fait Marine Joissains en déclarant qu'elle se veut indépendante de son parti, quand ça l'arrange. Sur cette base, elle pourrait bien être, elle qui a déjà fait assidument ses classes au sein de la droite populaire, la pionnière qui reniera, piétinera et souillera sans vergogne les valeurs républicaines.

(Clic sur l'image pour agrandir)
joissains canard 16

Qui a honte de Marine Joissains ?
Lit-elle ce qui s'écrit sur sa page Facebook ?
A l'évidence, soit son site n'est pas tenu à jour,
soit il échappe totalement à son contrôle...
http://www.facebook.com/pages/Maryse-Joissains-Masini/31029824660

Humour de droite...
http://www.facebook.com/humourdedroite/posts/10150938362754610?comment_id=23898901&offset=0&total_comments=35

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 18 mai 2012

Hollande : Mon gouvernement, c'est maintenant !

hollande gouvernement
(Clic sur l'image pour agrandir)

Obsédé compulsionnel et permanent de la culture du chiffre, Nicolas Sarkozy s'était enquis aussi, martelait-il, de vouloir noter ses ministres tous les trois mois. Face à l'ineptie de la mesure, il avait vite abandonné sa trouvaille et ne s'en était plus gargarisé. Et on a vu le résultat : frasques diverses, suspicions, mises en examen, démissions. Pour la gaudriole, on pourrait même s'étonner de comment il se fait que certains soient encore en liberté. François Hollande en a judicieusement tiré toutes les leçons. Dès hier donc, pour son premier conseil des ministres, il a fait signer à chaque membre une charte de déontologie.
Son contenu vient en expliciter en quelque sorte le vade mecum que chacun doit avoir en tête en permanence tel un aide-mémoire, un règlement intérieur ou un rappel à loi. Ce n'est pas inutile sachant que, si les sanctions encourues en cas de manquement ne sont pas énoncées dans ce document, l'arsenal juridique est plutôt bien fourni pour les faire appliquer.
D'aucuns y verraient déjà comme une marque déplacée d'infantilisation. Au regard de toutes les magouilles et de toutes les inconduites révélées au cours des années passées, on ne peut, bien au contraire, que se féliciter que l'obligation d'éthique soit affirmée au vu et au su de tous dès le premier jour du quinquennat.
Même si personne n'est jamais vraiment sûr d'être à l'abri de commettre un jour un impair, parce que la nature humaine est ainsi faite, cela pourra sans doute éviter d'avoir à réparer les dommageables et détestables conséquences en tous genres qui grangrènent la vie politique et publique.
J'ai observé la composition du premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault. Au-delà même des personnalités qui le composent, je trouve que François Hollande a bien respecté ses engagements de campagne en termes de la vision qu'il se fait de l'Etat et des objectifs politiques qu'il se propose de mettre en œuvre.

taubira ministre 

En dehors du devoir d'exemplarité, deux priorités ont particulièrement retenu mon attention : l'éducation et la justice. La première parce qu'elle a été au cœur de ma vie professionnelle et que je sais donc que l'école est à la base de tout. La seconde parce qu'elle est la condition essentielle inhérente à la République, celle qui permet de traiter les citoyens en êtres égaux devant la loi, en droits et en devoirs.
C'est pourquoi j'éprouve un sentiment de satisfaction de voir que le ministère de la justice a été attribué à Christiane Taubira, une femme qui saura se faire respecter et qui est une garantie de premier ordre pour donner à la justice un visage humain.
J'ai eu l'occasion de le relater ici à plusieurs reprises, mon engagement politique et ma vie d'élu local m'ont amené à rencontrer Christiane Taubira. D'abord, en 2002, lorsqu'elle était la candidate du Parti radical de gauche à l'élection présidentielle. Puis, en 2004, lors d'une conférence qu'elle était venue donner à la salle des Etats de Provence en mairie d'Aix-en-Provence sur le thème "les femmes et la laîcité" devant un public nombreux et conquis par sa finesse d'esprit, sa culture, son énergie et son art oratoire.
Son caractère bien trempé ne peut et ne pourra laisser personne indifférent. Avec la nomination méritée de Christiane Taubira à cet éminent poste de combat, je me délecte à l'avance des querelles idéologiques et habituellement virulentes que les Eric Zemmour et autres extrémistes de droite ne manqueront pas de lui faire dès qu'elle aura investi pleinement sa fonction. Connaissant son goût pour la riposte calibrée, je suis convaincu que ses réponses sauront alors les remettre à leur place. Bonus, du coup, l'exercice aura pour conséquence de faire apparaître la pertinence républicaine de son action.
PS : Bonheur. Comme il est reposant de ne plus voir la tête de Nicolas Sarkozy tous les jours sur tous les écrans !

Le départ du couple Sarkozy vu par les Guignols
(Clic sur les images pour agrandir)
sarko depart 1sarko depart 2

Christiane Taubira : Le respect de la République :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2007/01/31/3856638.html

Christiane Taubira à Aix en 2004 : "Les femmes et la laîcité" : 
http://www.observatoirelaicite13aix.org/pdf/taubira_femlaicite.pdf

Le parcours de Christiane Taubira :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Christiane_Taubira

Le blog de Christiane Taubira sur Mediapart :
http://blogs.mediapart.fr/blog/christiane-taubira

La charte de déontologie des membres du gouvernement
(à lire plein écran, bouton rectangle en bas à droite)

Portrait de Christiane Taubira, ministre de la justice


En 2007 déjà, les réactions déchaînées d'Eric Zemmour...


Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mercredi 16 mai 2012

François Hollande président, c'est maintenant !

hollande president 7 

Le vrai début du changement, c'était hier. François Hollande a débarrassé Nicolas Sarkozy à la fois du pouvoir et de l'Elysée.
Et l'on pourra, si l'on veut lui chercher quelque chicane, ergoter sur la hâte du nouveau président de la République à dégager l'ancien au perron du palais. Ou sur sa posture l'ayant conduit à ne lui adresser que ses "vœux pour la nouvelle vie qui s'ouvre à lui", après avoir salué et louangé brièvement mais sans ambages tous ses prédécesseurs.
Après tout, hier encore, Nicolas Sarkozy n'a-t-il pas osé ruser une dernière fois, avec la même absence de scrupules que celle qui a décrédibilisé son quinquennat, en convoquant sa claque par mail et sms pour l'applaudir et le pleurer à la chinoise lors de son départ de la cour de l'Elysée ?
Tout, lors de cette longue journée républicaine d'investiture, a laissé apparaître les styles totalement opposés entre l'arrivant et le sortant. Chaque image parlait plus que n'importe quelle démonstration. Et tant pis pour ceux qui n'avaient vu en François Hollande qu'un homme sans caractère et sans charisme. S'ils n'ont pas été convaincus hier qu'ils se sont trompés sur toute la ligne, à mon avis, s'ils ont un peu de courage et d'objectivité, ils auront très vite l'occasion de le découvrir.
Personnellement, à chacune des cérémonies du jour, j'ai eu le sentiment que l'air semblait déjà devenir un peu mieux respirable. J'ai entendu des mots très chers à mon esprit et à mes convictions : justice, laïcité, école, confiance, exemplarité... Et même éloge du beau !
C'est la seconde fois en tant qu'adulte et citoyen que j'éprouve cette satisfaction de constater qu'en République il ne paraît pas vain d'espérer que la vie publique et politique ne méprise plus l'éthique et le respect.
J'ai suffisamment observé des élus de tous temps, de tous lieux, de tous bords et à tous les niveaux pour pouvoir désormais flairer, sans plus trop me méprendre, l'authenticité et l'honnêteté des uns ou la fausseté et la vilenie des autres.
Aujourd'hui, je n'hésite pas à me réjouir de voir une personne telle que François Hollande s'installer à la présidence de la République française.

hollande president 6
  
hollande president premier jour
  
Depuis hier, le site officiel de l'Elysée a été actualisé ! A voir...

logo elysee
http://www.elysee.fr/

 sarko hollande gagnésarko perdusarko porte sortiehollande president ouste sarkohollande president 5sarko donné lilianesarko changement

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]