lundi 19 mars 2012

Marseille : Forum mondial ou coup d'épée dans l'eau ?

forum eau marseille 14
(Clic sur l'image pour agrandir)
Une installation grand public à la gare Saint-Charles :
une surprenante cascade d'eau animée jour et nuit
pour accompagner le forum

On tourne le robinet et l'eau coule à flots. Mais, sauf en cas de panne, qui s'étonne de ce geste si banal, si machinal ? L'eau, c'est comme pour l'air qu'on respire, on y pense rarement. Ce qui nous paraît normal ne l'est pas pour de grosses centaines de millions d'individus. Cette eau, nous l'avons et nous la payons. Eux, n'ont ni l'eau ni l'argent pour en bénéficier. Pourtant, l'eau est un droit humain.
Le Forum mondial de l'eau s'est tenu jusqu'à hier à Marseille. En a-t-on fait un aussi grand battage que le moindre fait divers qui tient lieu d'information à la une ? Une telle manifestation n'est-elle que celle de spécialistes ou d'experts ? Ne devrait-elle pas faire l'objet d'un traitement permanent afin de soulever les consciences ?
L'eau est un bien commun, précieux et vital. Elle n'a pas à être une marchandise à profits pour multinationales. Les chiffres sont effrayants. Plus de huit millions d'êtres humains meurent aujourd'hui des suites de maladies liées à l'eau. Près d'un milliard de personnes n'ont pas accès à l'eau potable et plus de 2.4 milliards ne disposent pas d'une eau saine. 

 forum eau marseille

Et là, à Marseille, de nombreux chefs de gouvernement, de ministres et plusieurs milliers de congressistes en provenance de 140 pays ont participé au forum. L'objectif des participants était d'inscrire dans la déclaration finale "un droit à l'eau et à l'assainissement". On nous dit que les débats ont été sérieux et responsables. Mais il n'en serait sorti une fois de plus que de nouvelles bonnes intentions... qui risquent d'attendre plusieurs décennies pour être suivies d'un quelconque progrès effectif.
C'est la raison pour laquelle, à l'initiative d'associations et d'ONG vigilantes, un contre-forum s'est tenu en même temps pour combattre la foire expo commerciale autour de l'eau. Pourquoi la gestion de l'eau ne serait-elle pas nationalisée comme un service public et ainsi soustraite des mains des transnationales privées qui l'ont accaparée ?
Il est quand même paradoxal que les prix du gaz et de l'électricité soient identiques sur le territoire et que celui de l'eau varie selon le mode de gestion public ou privé de chaque commune.
Voilà quelques réflexions de simple bon sens que m'inspire l'événement planétaire de Marseille.

forum eau marseille 14
(Clic sur chaque image pour agrandir)
forum eau marseille 14

logo ravi bon
Eau rage, eau désespoir !

http://www.leravi.org/spip.php?article1261
Un prix de l'eau très opaque
http://www.leravi.org/spip.php?article1271

Le forum alternatif


Ouverture du forum alternatif de l'eau (Marseille) par LCM

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 mars 2012

Guérini "très satisfait" de la levée de son immunité !

guerini immunite france 3 15

Il s'est dit serein mais il s'est assez vite énervé.
L'annonce hier de la levée de son immunité parlementaire semble avoir mis Jean-Noël Guérini sur des ressorts.
Invité en direct sur le plateau du journal de 19h00 de France3 Provence Alpes pour une séquence qui aura duré plus de six minutes, il a commencé par cette phrase étonnante au ton faussement réjoui : "Je suis très satisfait de cette décision car je suis un citoyen comme un autre". Puis, ne manquant pas moins d'estomac, il s'est dit d'accord "avec la proposition de François Hollande qu'aucun élu ne doit être protégé".
Après avoir répété ses habituels arguments de défense, Guérini a insisté pour lire trois phrases du communiqué du bureau du Sénat "parce que les médias risquent d'estrapoler (sic) sur la levée de l'immunité". Trois phrases qui usent effectivement du conditionnel et qui seraient selon lui en sa faveur, martelant encore "Je suis innocent, je ne suis pas accusé de corruption ni d'enrichissement personnel. Il y a un véritable complot politique contre ma personne".
En conclusion, Jean-Noël Guérini a joué un dernier coup de violon : "Si aujourd'hui je souhaite être immunisé contre quelque chose, c'est bien la rumeur, la bêtise et la désinformation qui permettent à certains d'instruire sur la place publique des procès à charge, au mépris du fonctionnement serein de la justice". On est bien sûr prié de croire tout ce qu'il dit.
Les réactions ont été multiples, à gauche et à droite. C'est Martine Aubry qui a tiré le plus vite. "Le Sénat a pris la bonne décision en levant l'immunité parlementaire de Robert Navarro et de Jean-Noël Guérini, qui va permettre à la justice de travailler en toute transparence."
La prise de postion la plus sévère est sans conteste celle du collectif de militants de Renouveau PS13 qui a publié un communiqué et une lettre adressée à Jean-Noël Guérini lui demandant sa démission.
A droite, sur la chaîne LCM, Yves Moraine, le président du groupe UMP au conseil municipal de Marseille, est venu faire la morale avec beaucoup de mauvaise foi. Or, avant de donner des leçons de bonne conduite, son camp ferait mieux de regarder dans ses écuries bien garnies d'affaires et de condamnations de ses élus et de personnalités nationales.
Un internaute méticuleux a dressé un annuaire impressionnant d'une centaine de procédures ayant touché et touchant encore toute la droite, sans compter les innombrables “non lieu” ou “affaires classées sans suite” par la bienveillance de certains magistrats. (Lire par ce lien les deux commentaires rédigés sous le pseudo "Saab".)

http://www.bfmtv.com/le-senat-leve-l-immunite-parlementaire-de-actu24810.html

Le communiqué officiel du Sénat

"Le Bureau du Sénat a examiné aujourd’hui les demandes de levée d’immunité parlementaire des sénateurs Robert Navarro et Jean-Noël Guérini. Il a tenu à rappeler qu’il n’est compétent pour examiner ni le fond des dossiers, ni l’exactitude des faits, ni la procédure suivie par le juge.
Il doit se prononcer au vu des éléments contenus dans la requête, et d’eux seuls, à condition que la demande indique précisément les mesures envisagées ainsi que les motifs évoqués. Le Bureau a tenu à rappeler que la présomption d’innocence bénéficie aux parlementaires comme à n’importe quel citoyen.
S’agissant de M. Guérini, le Bureau a décidé d’accéder à la demande du juge d’instruction dès lors qu’elle apparaîtrait nécessaire pour le contraindre à assister aux actes programmés.
S’agissant de M. Navarro, le Bureau a décidé d’autoriser, s’il était mis en examen, la mesure du cautionnement prévue au 11° de l’article 138 du code de procédure pénale. Les délibérations du Bureau comme la requête des juges sont couvertes par le secret de l’instruction".

logo renouveau PS 13
Le communiqué de Renouveau PS13 :

http://renouveaups13.blogspot.com/2012/03/suite-la-levee-dimmunite-parlementaire.html

La lettre de demande de démission :
https://docs.google.com/file/d/0ByEiYrMzRwvdNC1lc0taZDRTSU9JazNicmVjZkswdw/edit


le Sénat lève l'immunité de Guérini et de Navarro par ITELE

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 15 mars 2012

Guérini dépouillé de son immunité parlementaire

guerini moi cest moi ravi 82 - CopieURGENT 16h00 :
Ne vont plus lui rester que les yeux pour pleurer.
En tout cas, Jean-Noël Guérini ne va pas être content.
C'était inéluctable. Et donc attendu. Le Sénat, à majorité de gauche et à dominante socialiste, a levé cet après-midi son immunité parlementaire de sénateur sur demande du juge Charles Duchaine.
Guérini avait bien tenté lors de sa dernière conférence de presse de laisser croire qu'après son audition au tribunal la requête du juge était devenue sans objet. Le bureau du Sénat en a décidé autrement. Et voilà que l'élu se retrouve désormais dépouillé de son bouclier protecteur.
Il pourra se consoler, son collègue, Robert Navarro, sénateur de l'Hérault, a subi le même sort, lui qui risque aussi d'être mis en examen. Nul doute que l'un comme l'autre vont continuer à clamer leur innocence et à crier au harcèlement. 

Posté par CASTRONOVO à 16:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

François Hollande à Marseille, comme un air de mai 81

hollande marseille 14
(Clic sur l'image pour agrandir)

Deux heures à l'avance sur le parvis du Dôme de Marseille. Des milliers de gens en attente. Et un soleil méditerranéen qui embrase l'atmosphère à l'unisson. Puis, c'est le top départ pour envahir la grande salle. Et déjà de grosses dizaines d'affiches, de fanions et de drapeaux. Et des cornes de brume. Comme au stade. Il règne une ambiance fournaise des grands jours. 8.000 personnes sous la coupole du Dôme et 4.000 à l'extérieur.
Une impressionnante salle de presse avec plusieurs dizaines de journalistes et de reporters devant leurs ordinateurs. Des caméras et des micros partout. Pour les directs sur les chaînes de télé et de radio.
Marseille fait une ovation aux premiers intervenants. Christophe Malavoy dit son engagement et moque Gérard Depardieu. Deux pointures précèdent le moment fort du meeting, Michel Vauzelle et Jean-Marc Ayrault. Le public est bouillant.
Et c'est l'entrée triomphale de François Hollande, sous des acclamations à tout rompre au point qu'il peine à faire entendre sa voix. Il salue Marseille, la ville de tous les peuples et de toutes les couleurs. Il en connaît tous les besoins. Il parle aux Marseillais et aux Provençaux. Il leur adresse des messages de soutien.
Commence alors un discours enflammé de 100 minutes qui déroule les idées de son programme. Porté par l'enthousiasme de la foule, sa voix se casse un peu mais il tient bon. Il égrène sa conception de la République fondée sur l'éthique, la laïcité, l'humanisme. Il parle avec ses tripes. Mais pas de paroles haineuses. Rien que des paroles de respect et d'affection. Ça change d'un certain autre.
Une envie de vérité et de justice. Une envie de convaincre et de rassembler. Une envie d'en découdre pour le 22 avril et le 6 mai. Dans cette campagne électorale, quelque chose est en train d'advenir, un souffle libérateur et populaire, un parfum d'espérance. Comme un air de mai 81.
Voir l'homme qui marche vers l'Elysée me réjouit. Hier, je n'ai pas ménagé mes mains pour le faire savoir.  

(Clic sur l'image pour agrandir)
hollande marseille 14


Discours de Marseille le 14 mars par francoishollande

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 14 mars 2012

Les Guérini, Medvedowsky, Mennucci et Muselier

guerini medve arbois bakchich

Cette fois-ci, que va bien pouvoir déterrer le juge Charles Duchaine du plateau de l'europôle de l'Arbois ?
Il a déjà beaucoup enquêté à Marseille. Il a biné les terrains de la décharge de La Ciotat. Il a humé les pestilences de l'Etang de Berre. Et il a récemment fouillé dans les autorisations de créations de maisons de retraite en Pays d'Aix. Avec tous les résultats que l'on sait, dont des dizaines de mises en examen.
Voilà maintenant qu'il entreprend d'aller défricher un nouveau gros morceau, celui du technopôle d'Aix. En cause dans ce dossier, un autre marché public pour lequel Alexandre Guérini aurait eu une influence décisive.
Alexandre Guérini, Alexandre Medvedowsky, Jean-Louis Aubert, Olivier Sana
Après une série de perquisitions menées en février, le juge passe cette semaine à l'étape au-dessus, les auditions de témoins.
Trois viennent d'être annoncées. Aujourd'hui même, celle de Jean-Louis Jaubert, directeur de l'établissement de 2006 à 2010. Jeudi, celle d'Olivier Sana, directeur actuel. Et, vendredi, celle d'Alexandre Medvedowsky, président depuis 1998.
Et alors ? Et bien, le juge Duchaine veut comprendre comment une société liée au banditisme a pu remporter un marché de travaux publics sur le site en 2007. Le magistrat est convaincu qu'Alexandre Guérini a fait pression pour que le contrat de l'ancien directeur soit prolongé d'une année alors qu'Alexandre Medvedowsky avait décidé de le licencier.
Quel intérêt pouvait avoir Alexandre Guérini à conserver l'homme en place ?
Ce blog a déjà relaté cette affaire en décembre dernier. J'avais tenté de montrer que les influences sur les marchés pouvaient avoir eu un certain rapport avec des contreparties visant à soutenir des ambitions politiques. Les détails sont dans l'article en lien ci-dessous.
Maintenant, poursuivons avec d'autres éléments récents eux aussi en relation avec les affaires.
Jean-Noël Guérini
Toujours dans sa nouvelle stratégie de risposte, Jean-Noël Guérini a publié coup sur coup deux communiqués.
Le premier, la semaine dernière, en forme de lettre ouverte intitulée "Je demande des comptes !". Sa teneur est la même que celle de sa dernière conférence presse.
Le second date d'hier et s'intitule "Que la vérité éclate !". Il y reproduit trois courriers adressés respectivement au ministre de la justice, au ministre de l'intérieur et au directeur général de la gendarmerie nationale. Ces trois lettres reprennent les questions qu'il dit se poser sur les dysfonctionnements des services de l'Etat enquêtant sur son cas. Il dit attendre des réponses claires de leur part. Pas sûr qu'ils les obtiennent. Mais il aura essayé.
Bernard Squarcini
Suites aux informations parues dans la presse et le concernant, Bernard Squarcini a lui aussi réagi pour nier les accusations portées contre lui. Le directeur de la DCRI rejette en bloc toute idée de favoritisme à l'égard d'un de ses fils qui aurait bénéficié d'une conséquente augmentation de salaire par l'entremise de Jean Noël Guérini. Des écoutes téléphoniques semblent pourtant démontrer l'inverse. La justice fera le tri.
Patrick Mennucci
Un autre cas commence à faire parler de lui, celui de Patrick Mennucci au sujet des conditions d'accès à un emploi au sein de Treize Développement dont il a été le salarié pendant plusieurs années. Evidemment, sa réaction n'a pas tardé. Contacté par Bakchich, Patrick Mennucci a répondu : "Mais j'ai fait acte auprès du président de la SEM, Antoine Rouzaud et de Jean-Marc Nabitz. J'ai les diplômes qu'il faut pour occuper ce genre d'emploi. Si on me demande des explications je les donnerai avec plaisir." Là encore, seul le juge, s'il le décide, pourra l'interroger.
Renaud Muselier
Enfin, sans doute motivé lui aussi par la tactique de la contre-attaque face aux soupçons liés aux activités d'avocate de son épouse au sein de Habitat Marseille Provence, c'est au tour de Renaud Muselier de se fendre d'une lettre ouverte au ton ironique publiée hier et adressée à François Hollande, et, hasard des hasards, à quelques heures du meeting de ce dernier au Dôme à Marseille, à quelques mètres du conseil général. Sur quoi ? Sur les affaires Guérini et le laisser-faire du parti socialiste. A le lire, on laverait plus blanc à l'UMP, histoire peut-être de chasser les mauvaises odeurs à tout prix. 
Comme les astronomes, les juges n'ont certainement pas fini de découvrir de nouvelles galaxies, qu'elles soient géantes ou naines. 

"Les Guérini, Medvedowsky et les dessous de l'Arbois" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/12/14/22961146.html

"L'Arbois qui cache la forêt" :
http://www.bakchich.info/L-Arbois-qui-cache-la-foret,13142.html

Les trois lettres de Jean-Noël Guérini : "Que la vérité éclate !"
http://www.jn-guerini.fr/2012/03/13/jean-noel-guerini-%C2%AB-que-la-verite-eclate-%C2%BB/

La contre-attaque des Squarcini :
http://www.laprovence.com/article/a-la-une/contre-attaque-des-squarcini-dans-laffaire-guerini

Bakchich évoque le cas de Patrick Mennucci :
http://www.bakchich.info/france/2012/03/12/les-recommandes-de-guerini-61217

La lettre ouverte de Renaud Muselier à François Hollande :
http://www.renaudmuselier.fr/lesite/index.php/accueil/item/378-lettre-ouverte-%C3%A0-m-fran%C3%A7ois-hollande

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 12 mars 2012

"Aidez-moi !" : Sarkozy a appris... à implorer

sarko villepinte baudry 1

Me croirez-vous cette fois encore ? Hier, je me suis re-re-forcé à regarder tout le meeting de Nicolas Sarkozy à Villepinte. J'ai choisi la chaîne parlementaire car il n'y a pas de publicités et c'est quand même plus sérieux que les chaînes dites d'info qui vous salissent l'écran avec des incrustations toujours bourrées de fautes rédigées par des illettrés.
Bon, ça c'est fait mais là n'est pas l'essentiel.
Je dis toujours à ceux qui ne vont pas ou jamais voter qu'ils perdent alors le droit d'ouvrir leur bouche pour critiquer. Pour ma part, je ne rate jamais un scrutin. Et c'est la raison pour laquelle je me gave d'informations. Autant savoir à quelle sauce on pourrait être mangé.  
Hier, donc, affluence gigantesque pour ce meeting, avec, ne chipotons pas plus, au moins un million de personnes, selon le modeste Jean-François Copé, dans une salle qui ne peut contenir qu'un maximum de 30.000 places assises et 10.000 debout, selon les chiffres de la police du modéré Claude Guéant.
On se serait cru à l'une de ces facétieuses assemblées générales d'actionnaires d'entreprises du CAC 40 qui votent les yeux fermés pour l'augmentation des revenus et des bonus de leurs dirigeants dont ils n'ont pas encore découvert le hold-up, Nicolas Sarkozy étant bien le seul à s'en être comiquement étonné il y a à peine quelques jours.
Aux premiers rangs, juste à portée de l'estrade, les caméras estampillées UMP ont régalé les téléspectateurs d'une enfilade de têtes (trop) connues parmi lesquelles un chanteur laï-laï-laï, un acteur menhirien, une guitariste susurreuse et l'épouse reconnaissante d'un ex-président condamné.
Avant le discours du principal orateur, l'organisation avait poussé sur la scène quelques soutiens exemplaires du candidat. Et d'abord, les trois rebelles en carton qui ont ravalé leurs bombes pour regagner la niche à coups de laisse, Christine Boutin, Hervé Morin et Frédéric Nihous, suivis par un condamné bordelais, Alain Juppé.
Un grand moment fut celui de l'homme qui tique du visage autant que son maître, qui lui écrit des discours, qu'on voit tout le temps à la télé et qui pète les plombs quand on n'est pas d'accord avec lui, le rampant Henri Guaino. Le gag du jour lui revient. Déjà discrédité en voulant jouer les Malraux des hommages aux morts, il commit un lapsus linguae d'une force coluchienne, confondant l'usine Photowatt avec Photoshop. Nul doute qu'il pourra maintenant s'enorgueillir enfin d'une postérité bien méritée qui fera le bonheur des bêtisiers de fin d'année pendant un siècle.
Ce dimanche, l'élément de langage à l'ordre du jour était le rassemblement de la famille droitière. Et pas mal extrême droitière. Bon, il manquait bien un Jean-Louis Borloo pas encore remis de ses prétentions fracassées et une Rama Yade pas invitée à cause du déclenchement récent de son neurone de lucidité.
Oublions les fantômes, ils finissent toujours par revenir. Sous les lumières très tricolores du cercle blanc central, on a vu défiler les trois meilleurs amis du monde, les ambitieux Jean-François Copé, Alain Juppé et François Fillon qui se haïssent au carré et qui s'entredéchireront encore plus au lendemain de la raclée du 6 mai pour prendre la place du chef.
Enfin, est apparu le matamore, qui cette fois n'aurait pas changé mais aurait appris et compris, nous a-t-il répété. Dur à croire. Pas la peine de raconter le reste tout en haine et invectives, oui, tout ça pour ça, vous le trouverez dans la presse.
Dans tout ce bla-bla, il y a eu deux petits joyaux quand même. Nicolas Sarkozy a commencé son discours avec un nostalgique "Je me souviens de ce mois de mai où les Français m'ont choisi". Il l'a conclu en lançant ce misérable appel au secours : "J'ai besoin de vous ! Aidez-moi !" sous-entendant sans doute "sinon je me souviendrai de ce mois de mai où les Français ne m'auront pas choisi".
Quant à moi, dimanche prochain, j'irai sûrement humer un air moins rance. 

sarko villepinte chimulus

sarko villepinte chimulus 2

sarko villepinte

sarko villepinte baudry 2

sarko impasse sarkozy

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 8 mars 2012

Sarkozy dans la tempête, Hollande dans la conquête

sarko pinocchio

L'artillerie lourde est de sortie. La campagne électorale est lancée, rythmée par le matraquage de sondages quotidiens. Dans 59 jours, la France aura son nouveau président de la République.
Les candidats sont partout, dans les médias, dans les meetings et sur le terrain. Mais il n'est pas toujours aisé de trier le vrai du faux dans leurs déclarations. Les coups d'esbroufe ne sont jamais loin. La vigilance est donc de mise pour qui veut se faire l'idée la plus juste sur les propositions et les actes.
Pour le sortant Nicolas Sarkozy, c'est l'heure tragique du bilan. Pour le postulant François Hollande, c'est le temps attendu de la conquête. Pour les autres candidats, c'est le moment espéré d'un score honorable ou redouté d'un score minable.
En l'état des tendances actuelles, il semble bien se profiler un duel final classique droite gauche. Mais à ce stade, rien n'est encore joué, une élection présidentielle réservant souvent son lot de surprises imprévisibles.
Sans mystère, ce blog se veut résolument de gauche et n'a jamais revendiqué une fausse neutralité. Aujourd'hui encore, l'auteur propose d'aller jeter un œil sur des éléments concernant le quinquennat finissant, des éléments qui peuvent avoir leur importance pour cerner les enjeux de l'élection. Ensuite, à chacun le soin de se forger son propre jugement sur ce qu'il conviendrait d'en déduire.

(Clic sur les images pour agrandir)
PS bilan sarko dettes part 1PS bilan sarko dettes part 2

D'autres infographies tout aussi intéressantes
et notamment celle sur "5 ans de scandales" :
http://www.parti-socialiste.fr/riposte/infographies

Le bilan de Nicolas Sarkozy vu par L'Express :
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/dossier-nicolas-sarkozy-le-vrai-bilan-2007-2012_1075283.html

sarko pole emploi
 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mardi 6 mars 2012

Guérini crie haro sur la justice et sur Muselier

guerini canard 29"Avec tout ce que vous m'avez mis sur la gueule ! Depuis deux ans et demi, j'en prends plein la gueule !" Ainsi Jean-Noël Guérini a-t-il répondu aux journalistes présents à la longue conférence de presse qu'il a tenue hier après-midi à Marseille, une sorte de séance d'explication qu'il avait lui-même annoncée vendredi dès la fin de son audition par le juge Charles Duchaine.
Dans un premier temps, Jean-Noël Guérini s'est appliqué à faire une lecture quasi scolaire de 14 feuillets par lesquels il s'est attaché à tout contester tout en rappelant qu'il n'a fait l'objet d'aucune accusation d'enrichissement personnel.
En gros, comme pour retourner maintenant la situation à son avantage, il demande des comptes à la justice qu'il estime atteinte de graves dysfonctionnements.
A cette occasion, il dit avoir réitéré sa requête de dépaysement de l’enquête. Pour compléter sa défense, son avocat, Dominique Mattéi, assis à côté de lui, a fourni des explications sur les aspects juridiques de la procédure en cours. Notamment à propos de la décharge du Mentaure, une affaire qui serait désormais sous le coup de la prescription. Belle bravade mais peut-être pas forcément concluante.
Sur la demande de levée de son immunité parlementaire, Guérini a déclaré qu'"elle n'a désormais plus de sens" et qu'elle est donc devenue sans objet et puisqu'il s'est finalement rendu à la convocation fixée par le juge. On verra le 15 mars s'il aura convaincu le bureau du Sénat.
Puis, Guérini s'en est pris avec insistance à ceux qui, selon lui, lui veulent du mal. "Je suis face à un complot politique. Je veux savoir qui est à la manœuvre." Tout le monde comprend, même s'il ne prononce pas son nom, qu'il soupçonne fortement Renaud Muselier d'avoir manigancé contre lui. Attendons la réaction de celui qu'il appelle "mon adversaire politique".
Dans un second temps, les médias locaux et nationaux présents ont pu poser des questions, Mattéi assurant les réponses juridiques sur la procédure en cours, Guérini apportant les réponses politiques.
Interrogé sur une éventuelle mise en minorité lors du vote du budget du conseil général le 23 mars, Guérini a assuré que sa "majorité est solide et il ne manquera pas une voix sur ce vote".
Enfin, à propos d'un sondage réalisé à la demande même du conseil général "en novembre en pleine crise" (Guérini dixit) mais dévoilé récemment, on a appris que, en un an, les "bonnes intentions" sur l'image de Guérini avaient chuté de 60 à 28% avec 61% de "mauvaises opinions". "Moi, je me félicite de ce sondage, je croyais que je devais avoir 2% ou 1% comme Villepin."
Selon La Provence, concernant la gestion de "l'argent confié au Département", le total des "bien géré" n'était plus que de 37% en novembre, deux fois moins qu'en 2008. Conséquence : pour la première fois depuis 1998, une majorité des sondés (55%) considère "qu'il faut, pour les prochaines années, changer en profondeur l'action du CG13".
Conclusion : hier, Jean-Noël Guérini a voulu passer à la contre-attaque médiatique en essayant de démonter les accusations qui lui ont valu une mise en examen, tout en cherchant à renverser la vapeur en évoquant une manipulation et un complot politiques ourdis contre lui et dont le seul but serait de le dégager.
C'était le millième épisode du feuilleton...

logo marsactu
Lire l'excellent article de Pierre Boucaud
(avec des vidéos)
http://www.marsactu.fr/politique/guerini-sonne-la-contre-attaque-au-radisson-27362.html

logo bakchich
Et aussi l'article du moins excellent Xavier Monnier : 
http://www.bakchich.info/france/2012/03/02/guerini-finie-la-bouderie-61195

Le texte intégral de la déclaration de Jean-Noël Guérini :
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le bouton plein écran en bas à droite)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 5 mars 2012

Nicolas Sarkozy candidat du peuple vu par "Groland"

 hollande sarko

Comment un président des riches peut-il se muer en candidat du peuple sans en avoir l'air ? Nicolas Sarkozy tente de le faire croire en simulant un mode de vie qui aurait été sa marque de fabrique sans qu'on ne s'en aperçoive.
Pour en démontrer toute l'inanité, plutôt que mille discours, rien ne vaut une bonne parodie. Groland, summum des farces et attrapes, s'est mis en quatre pour faire œuvre utile de pédagogie (voir la vidéo).
Alors, rions de bon cœur mais en nous posant les bonnes questions.
Après ça, restera-t-il encore des crédules dans la salle ?

 sarko hollande le pre

sarko forte

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

En mars, le Ravi nous met l'eau à la bouche

une ravi 94Cela va faire du bruit. En mars, deux forums mondiaux de l'eau, l'un in, l'autre off, vont se tenir simultanément à Marseille, ville de mer hautement concernée.
Le Ravi plonge sa tête dans ce dossier vital pour les décennies à venir.
Les élections n'étant plus très loin, le mensuel leur consacre plusieurs articles qui feront réfléchir. On trouvera aussi diverses autres rubriques sur la politique et des sujets locaux sur Aix, Pertuis, Istres, Gap et Avignon.
A ne pas rater non plus une riche enquête sur les influences plus ou moins occultes du syndicat FO dans les institutions que sont la Ville de Marseille et sa communauté urbaine.
Enfin, il serait dommage de se priver des autres ravissements du journal que sont les brèves et les dessins qui offrent de souriantes respirations, comme pour nous dire que c'est déjà le printemps avant le printemps.

Le sommaire du n° 94 de mars :
http://www.leravi.org/spip.php?article1260
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]