vendredi 9 novembre 2012

Non à tout cumul de mandats !

logo marianne république française

C'est aujourd'hui que l'ancien premier ministre Lionel Jospin remet le rapport de la commission de rénovation et de déontologie de la vie publique.
Ce document est le résultat du travail accompli à la demande de François Hollande visant à faire des propositions sur plusieurs thèmes. Cette première étape sera suivie dès mardi prochain d'une audition de Lionel Jospin par la commission des lois de l'Assemblée nationale.
Le débat sera alors vraiment ouvert jusqu'à la validation d'un projet de loi par le conseil des ministres puis d'une présentation et d'un vote par les députés et les sénateurs. Les délais ne pourront aller au-delà de mars prochain sachant que, pour qu'elle puisse s'appliquer, la loi devra être entérinée et décrétée au moins un an avant les élections municipales. 

16h00 : Actualisation : Voir plus bas le rapport complet 

Voici les thèmes de travail de la commission Jospin : 
1. Election présidentielle : 
* parrainage des candidats 
* financement de la campagne 
* expression des candidats dans les médias 
* articulation du calendrier des élections législatives avec celui de l'élection présidentielle 
2. Statut juridictionnel du chef de l'Etat 
3. Cour de justice de la République
4. Ministres : cumul des mandats
5. Parlementaires : cumul des mandats
6. Mode de scrutin des élections législatives et sénatoriales 
7. Déontologie et conflits d'intérêts pour : 
* les parlementaires 
* les membres du Gouvernement et les collaborateurs des cabinets ministériels 
* les titulaires de certains emplois supérieurs de l'Etat 

La tâche de la commission est copieuse, c'est le moins que l'on puisse dire.
Vu le chamboulement que les futures décisions vont provoquer dans les mauvaises habitudes de certains élus, nul doute que les réactions seront nombreuses. Cela a déjà bien commencé. Et l'on va entendre les rouspéteurs, les outrés, les anti-tout, bref, tous ceux qui regardent d'abord leurs intérêts avant de se demander quels bénéfices la consolidation de démocratie peut en tirer.
Comme on peut s'y attendre, la plupart des grosses empoignades porteront sur le thème du cumul des mandats. Or, ce n'est pas faire de l'anti-parlementarisme ou de la démagogie que d'affirmer qu'une grande majorité de citoyens ne supportent plus les cumulards et sont favorables à une clarification du rôle des élus.
Pour ma part, je suis adepte de mesures radicales allant jusqu'à l'interdiction totale de tout cumul. Autrement dit, je suis pour le mandat unique, quel qu'il soit, à tous les niveaux. Ayant été moi-même été élu, et un temps adjoint au maire d'Aix, on ne me fera jamais croire que l'on peut mener de front plusieurs mandats à la fois.
L'honnêteté commande de l'admettre. La réalité montre qu'un élu ne peut pas être totalement assidu partout, participer à toutes ses obligations et connaître ou étudier sérieusement tous les dossiers. Celle ou celui qui prétend le contraire se moque du monde.
Certains, et ils sont nombreux à le clamer par peur de perdre leurs avantages de tous ordres, mettent en avant l'idée saugrenue, et à mes yeux irrecevable, qu'un parlementaire qui cumule une fonction locale serait plus efficace grâce à un ancrage de terrain. La bonne blague ! La France est l'une des dernières, sinon la dernière des grandes démocraties à autoriser cette confiscation des pouvoirs par quelques-uns.
A les suivre, cela signifierait que les parlementaires qui ne cumulent pas seraient des incapables et même des nuls. Or, il y a déjà des élus qui n'exercent qu'une seule fonction et, ce n'est pas un hasard, la plupart du temps, ce sont eux qui sont plus présents et les plus actifs. Que l'on sache, dans les pays européens où le cumul est totalement banni, les élus n'en produisent pas moins un bon travail et leurs pays ne s'en portent pas plus mal.
D'ailleurs, mais j'ignore si la commission y a songé, il serait souhaitable que les règles changent également pour l'indemnisation des élus. Au lieu de privilégier un système de retenue non dissuasive des indemnités seulement en cas d'absences répétées, il paraîtrait plus judicieux de ne rémunérer les élus qu'au prorata de leurs présences effectives et complètes aux convocations, réunions, commissions et séances des assemblées entrant dans le cadre de leurs obligations. Pour sûr, le nombre d'imposteurs et de fumistes diminuerait illico.
J'ose encore espérer que la grande réforme annoncée ira le plus loin possible et en profondeur, au risque de devoir attendre encore longtemps une autre occasion d'assainir et de rénover utilement et moralement nos institutions plutôt sclérosées.

La commission Jospin
(Cliquer aussi sur les onglets)
http://www.commission-rdvp.gouv.fr/index.html

Le rapport Jospin (version intégrale)
http://www.commission-rdvp.gouv.fr/Rapport_Commission_RDVP.pdf

cumul des mandats en france

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

mercredi 7 novembre 2012

Avec Obama réélu, Il est deux fois en Amérique !

obama 2012 president

Le grand événement historique de 2008 s'étant reproduit en ce soir du 6 novembre, il faudrait maintenant s'aviser de tourner une autre version du fameux film "Il était une fois en Amérique".
Déjouant toutes les prévisions sondagières le donnant à 50/50, Barack Obama a très nettement réussi sa réélection à la présidence des Etats-Unis. Avec ce nouvel arc-en-ciel d'espoir, on pourra peut-être respirer un peu mieux pendant encore quatre autres années.

Toute la nuit, le site de CNN a projeté en direct
au sommet de l'Empire State Building
les images de la progression des résultats
aux couleurs des deux candidats.
  
Capture d'écran à 3h00 (heure française)

obama CNN empire  
Capture d'écran à 5h20

obama CNN empire state

Posté par CASTRONOVO à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 6 novembre 2012

Le blog a 6 ans… et il continue !

blog 6 ans capture

Lorsque j'ai ouvert ce blog il y a déjà six ans, j'étais encore élu et mon idée était de rendre compte des séances du conseil municipal d'Aix. Mais, très vite, j'ai abordé d'autres sujets politiques y compris nationaux. Pour varier la production, j'ai aussi traité des thèmes plus légers.
Au début, je ne pensais pas que cela allait durer car je voyais pas de mal de blogs disparaître, peut-être par lassitude ou tout simplement par manque de temps de leurs auteurs. Ce qui m'a personnellement poussé à continuer, c'est le constat que le nombre de visiteurs progressait sans cesse. J'avais scrupule à interrompre à mon tour cette aventure qui m'amusait pas mal. Pourtant, jusqu'en 2008, j'étais en pleine activité professionnelle et élective.
Depuis, et jusqu'à aujourd'hui, je dispose d'un peu plus de disponibilité pour publier des articles à un rythme régulier. Je ne peux pas dire que la quantité de lignes écrites chaque jour représente un sorte de labeur même si cela prend un peu de temps et nécessite attention, précision et vérification de tous les instants. C'est justement ce qui me passionne. Oui, j'aime rédiger et l'exercice est enrichissant.
Comme chacun peut le percevoir, mes textes ne s'adressent pas qu'à des férus de politique. Pour cela, je m'attache toujours à faire en sorte que mes phrases soient accessibles au plus grand nombre et, autant que faire se peut, dans un langage direct et clair tout en évitant les tournures formatées et les clichés journalistiques pour lesquels je n'ai moi-même jamais eu aucune attirance, pas même lors des années où j'étais correspondant de presse. Avec le recul, je me dis que c'est peut-être ce qui motive aussi les visiteurs venant aux nouvelles chaque jour.
Maintenant, je voudrais vous faire part de quelques détails qui ne laissent pas de me surprendre.
Et d'abord ceci. Le blog n'est pas fréquenté que par des internautes locaux. Le tableau de bord des connexions montre que les visiteurs viennent de toute la France. Plus étonnamment, on lit aussi le blog depuis la Belgique et, grâce à des outils de traduction instantanée pas toujours performants, depuis quelques pays comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Grèce, la Turquie, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Quelques fois, j'ai même eu la surprise de repérer des visites de Japonais !
Ensuite, mais c'est surtout le cas de néo-visiteurs, le blog enregistre un nombre impressionnant de pages lues d'affilée comme s'il s'agissait pour eux de rattraper un retard. Et je ne parle même pas des visiteurs qui se connectent longuement entre trois et cinq heures du matin pour ingurgiter d'un trait des dizaines de pages !
Autre surprise, de nombreux médias nationaux et internationaux me contactent via le blog pour obtenir des précisions ou des éléments d'information pouvant leur servir à alimenter articles ou reportages. Des exemples de contacts ? Complément d'enquête de France 2, Capital de M6, la rédaction de France 3 Provence Alpes, Le Nouvel Observateur, le Ravi, Radio Zinzine, et le grand journal allemand Die Zeit.
Pour conclure, je vous livre quelques chiffres qui en diront plus long sur la nature de ce blog. Au jour de ces six ans d'ancienneté, j'ai comptabilisé la mise en ligne de 1.710 articles y compris celui-ci, l'emploi de près de 290.000 mots constitués de 1.600.000 caractères espaces non compris. Mais qu'on se rassure, le clavier n'a pas encore réussi à engourdir mes doigts.
Voilà pour aujourd'hui. Mais avant de mettre un terme à cette livraison un peu particulière, qu'il me soit permis une nouvelle fois de remercier cordialement toutes celles et tous dont la fidélité des visites et des commentaires m'encourage à poursuivre cette aventure qui dépasse déjà toutes mes espérances.

Exemples d'articles récents lus par traduction

blog traduit

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

lundi 5 novembre 2012

Le Ravi de novembre, un grand souffle d'esprit sain

une ravi 101(Clic sur l'image pour agrandir)

En France, la loi de 1905 portant séparation des Eglises et de l'Etat a fait ses preuves depuis plus d'un siècle. La laïcité est un principe qui s'impose à tous dans la sphère publique. Les croyances ou les non croyances ne peuvent donc relever que de choix personnels cantonnés au sein de la vie privée de chacun.
Pourtant, les débats sont récurrents lors de périodes d'exacerbations religieuses intégristes comme nous en connaissons par exemple depuis quelques années à propos de l'islamisme. L'affaire des caricatures publiées par Charlie Hebdo en a été une parfaite et vive illustration.
Depuis quelques mois, et surtout à l'approche de la présentation de la loi sur le "mariage pour tous", les prises de position de l'Eglise catholique en particulier suscitent elles aussi de vifs échanges entre ceux qui rappellent qu'il s'agit du mariage civil codifié par la République et les religieux qui estiment pouvoir donner leur avis, voire intervenir directement, pour empêcher la reconnaissance d'une égalité de droit et de traitement de tous les couples qui souhaitent contracter le mariage.
Dans ce contexte, le Ravi de novembre a voulu savoir quel est le poids réel des intégristes et des traditionalistes de quelque obédience qu'ils soient. Il a donc consacré sa grosse enquête mensuelle à un tour d'horizon régional des différentes religions.
Au-delà de cet excellent dossier à découvrir, le sommaire comporte aussi d'autres articles intéressants sur les Roms, le gaz de schiste, la légalisation du cannabis, les difficultés des librairies indépendantes, la visite à Martigues la rouge du paradoxal musée Maurras, et les mécomptes de la gestion Gaudin qui se voit aussi décerner "le Ravi de plâtre" du mois.
Les autres belles surprises sont à dénicher dans les nombreux dessins et brèves qui parsèment les pages de ce n°101 tout en couleur. Moi, j'ai déjà tout lu.

Le sommaire du n°101 d'octobre :
http://www.leravi.org/spip.php?article1371

Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

logo acrimedLe site Acrimed (observatoire des médias) met à l'honneur un bel article du Ravi sur les médias indépendants :
http://www.acrimed.org/article3927.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 31 octobre 2012

PS : Congrès, fédé du 13 et… Guérini

PS fédé 13 ravi 100(Clic sur l'image pour agrandir)

Avant même la tenue du congrès du PS, la fédération des Bouches-du-Rhône avait été appelée à voter pour renouveler sa direction. Jean-David Ciot, signataire de la motion qui a porté Harlem Désir au secrétariat national, a été réélu lors du congrès fédéral aux Pennes-Mirabeau.
Pour autant, la situation de la fédé fait toujours débat car, selon les minoritaires, elle n'aurait pas encore trouvé sa sérénité. C'est le moins que l'on puisse dire, d'autant que Jean-Noël Guérini, redevenu "militant de base" comme il se plaît à le dire, se voit toujours suspecté d'influencer son fonctionnement en coulisses.
De fait, l'encore président du conseil général continue à tenir tête un peu à tout le monde. Y compris en attaquant la presse qui, selon lui, le maltraite plus qu'il ne faut, et en poursuivant aussi Renaud Muselier pour ses déclarations le mettant en cause dans les médias. Il a donc fait voter une délibération visant à faire prendre en charge par l'assemblée départementale les frais occasionnés par ses plaintes en diffamation.
Mais refaisons un tour à la fédé. Voici ce qu'en disait le Ravi dans sa livraison de début octobre.                                                                                A suivre...

Vaudeville rose à la fédé du PS13

Rénovation contestée, clientélisme dénoncé…
Plongée dans une fédération épuisée par ses tensions mais sommée de désigner son nouveau secrétaire fédéral.
Un an après la visite d'Alain Richard, dépêché après le rapport accusateur de Montebourg sur les pratiques de la fédération des Bouches-du-Rhône, l'ombre de Jean-Noël Guérini, président du Conseil général et ancien homme fort du PS, plane toujours. A quelques semaines du congrès départemental, le 20 octobre, qui verra l'élection du nouveau secrétaire fédéral, les esprits s'échauffent. Les chemins de la rénovation auraient été saupoudrés "de poudre aux yeux" selon Marie-Arlette Carlotti, ministre des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion.
Dans un courrier adressé à Martine Aubry et signé par la majorité du conseil fédéral collégial mis en place après le rapport Richard, des militants socialistes de l'association Renouveau PS13 qualifient d'"arnaque" la rénovation de la fédération des Bouches-du-Rhône engagée depuis juin 2011. Ils constatent l'absence de mise en œuvre des recommandations du rapport Richard. "Les clefs de notre fédération restent entre les mains du Conseil général", déplorent-ils. Ils ont obtenu de la première secrétaire sur le départ qu'Alain Fontanel, déjà chargé de la rénovation des fédérations de l'Hérault et du Pas-de-Calais, vienne faire une nouvelle inspection à Marseille dans les prochaines semaines.
Les dés sont pipés ?
"Le recours à Solférino est devenu systématique pour ne pas dire pathologique", déplore Jean-David Ciot, le premier fédéral sortant. Candidat à sa propre succession, le maire du Puy-Sainte-Réparade et tout nouveau député, qui revendique sa matrice "guérinienne", se pose en garant de la rénovation. "80% des recommandations du rapport ont été réalisées ou sont en voie de l'être".
"Sur les dix préconisations du rapport Richard, une seule a été mise en place, la collégialité !"
, rétorque, ironique, Joël Canicave, lui aussi candidat au poste de premier secrétaire. "Je ne comprends pas pourquoi au sein de la collégialité, ce sont ceux qui ont voulu la rénovation qui cherchent à empêcher son application, s'agace le conseiller général Alexandre Medvedowsky. Comprenne qui pourra !" "Paris validera ou pas le processus, je reste serein et garant de la pluralité", conclut Jean-David Ciot.
"Les dés sont pipés, affirme Pierre Orsatelli, membre de Renouveau PS13. La principale collaboratrice du président du CG13, Magali Lefrançois, exerce à la fois la fonction de secrétaire générale de la fédération et celle d'attachée parlementaire de Jean-Noël Guérini !"
"Il y a plus grave encore,
ajoute Annick Boët, également candidate déclarée pour diriger la fédé. Magali Lefrançois a accès au fichier Rosam et donc à la liste de tous les militants du 13." "Faux !, s'insurge Ciot. Je suis le seul, avec la secrétaire, à avoir les codes du fichier."
Des ambitions hétéroclites
Difficile de comprendre l'importance de la bataille pour la conquête de la fédération sans avoir à l'esprit 2014 et les municipales. En cas de primaires, le rôle du premier secrétaire est moindre. "Tous n'en veulent pas à Marseille, analyse Jean-David Ciot. Patrick Mennucci (NDLR : député-maire d'arrondissement) les réclame, Marie-Arlette Carlotti est réticente et Eugène Caselli (NDLR : Président de la communauté urbaine marseillaise) les craint car il a un problème de légitimité." Tous les trois, opposants à Jean-Noël Guérini, défendent la candidature de Joël Canicave. Mais ils peinent à réunir les conditions d'une alternative.
La collégialité n'a donné lieu qu'à la mise en perspective d'une "union" forcée et démentie par la réalité du quotidien, résumée par cette étonnante confession d'une opposante à Guérini :
"Le succès de Guérini est d'abord celui d'un type qui fait de la politique au milieu du consensus mou d'opposants aux ambitions hétéroclites." De quoi ajouter de la confusion à une situation déjà cryptée ! Jacques Pilhan, conseiller en communication, disait qu'en politique "être une cible, c'est con, mais être une cible immobile, c'est encore plus con". Alors Guérini bouge, visite et rassure. Et si l'opposition se cherche, Guérini sait encore causer dans le creux de l'oreille des élus.
Résultat : le retournement du maire de Rousset, qui avait signé la motion de Carlotti, puis s'est rallié à celle de Ciot après un chèque de 3,8 millions d'euros d'aide du Conseil général pour sa commune.
"On observe un certain... reflux", trompettent même les proches de Guérini. Certains militants qui espéraient un "retour sur investissement" pour leur opposition, ont du vague à l'âme. "Guérini, c'était quand même une garantie contre les coups durs, rage un militant, dont le fils est au chômage depuis peu. Les autres, on n'existe pas pour eux. Moi j'ai collé pour les élections, Carlotti, elle est devenue ministre, moi ma vie, elle n'a pas changé." Plus que jamais, les clés de la rénovation sont entre les mains du juge Duchaine.                                                                                   Rafi Hamal

Mon précédent article :
"PS : Un congrès convenu mais utile" : 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2012/10/29/25448580.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 29 octobre 2012

PS : Un congrès convenu mais utile

ps congrès rose

Une fois l'élection présidentielle passée, quelles peuvent être les audiences des congrès, conventions, batailles internes ou autres vrais ou faux débats des partis politiques ? Que peut bien retenir un électeur, même intéressé, des grands discours des uns et des autres. A en juger par les chiffres minables du passage sur France 2 des deux candidats de l'UMP à la conquête du poste de calife, l'engouement semble avoir déserté les téléspectateurs.
De même, quel impact peut avoir eu le congrès du PS de ce dernier weekend sur ceux qui ont regardé les quelques secondes diffusées dans les journaux télévisés ou qui ont suivi en partie ou intégralement (comme je l'ai fait) la retransmission sur la Chaîne parlementaire ?
Le désintérêt, le détachement ou l'indifférence trouvent sans doute leur origine dans l'idée que les jeux essentiels en termes électoraux ayant été faits en mai et juin, il n'était plus aussi crucial de consacrer trop de son temps à des débats sans possibilités de choix ou de sanctions pouvant influer ou décider de l'avenir jusqu'à une prochaine échéance capitale. Or, c'est là l'erreur. Qu'on ait opté pour un camp ou pour l'autre, voter le jour dit ne suffit pas. C'est précisément durant toute la période entre deux élections que tout se joue. C'est ce qui m'a toujours passionné, souvent jusqu'à la soif de n'en perdre aucune goutte.
Maintenant, revenons au congrès de Toulouse. Des surprises de fond, il n'y en a pas eu ou si peu. On avait certes bien compris que tout avait été réglé bien avant : la désignation du nouveau secrétaire national du parti et la teneur des discours de soutien indéfectible adressés au président de la République, au premier ministre et à l'ensemble du gouvernement.
Certains orateurs, par trop zélés, n'ont pas hésité à en faire au-delà du nécessaire et du suffisant en s'exposant dans des allégeances qui laissaient entrevoir les ficelles. L'unanimité affichée semblait un peu factice, surtout quand on sait tout ce que la bataille de la primaire avait dégorgé d'inimitiés, de critiques mutuelles et de mots assassins entre les divers courants.
C'est la règle, m'objectera-t-on. Je ne conteste pas le besoin de se montrer unis après les affrontements, surtout après avoir regagné le pouvoir. Ce que j'ai un peu de mal à admettre, ce sont les excès d'éloges et de lèche qu'on a entendus de la part de certains ministres ou responsables du parti, de ceux qui cherchent à bien se faire voir, de ceux qui sont encore en attente d'une place ou de ceux qui espèrent se faire connaître pour assouvir une ambition.
A mon avis, de tous les discours prononcés ces trois jours, peu ont emprunté des chemin nouveaux ou iconoclastes.
Selon moi, la prise de parole la plus originale et la plus démarquée a été celle d'Emmanuel Maurel, dont la motion avait atteint 13%, qui a osé rappeler avec un allant grinçant quelques vérités parfois escamotées. Sa parole était directe, vive et rafraîchissante.
L'intervention de Martine Aubry était, quant à elle, très offensive et sans fioritures, créant ainsi une forme de surprise alors qu'elle quittait sa fonction. Peut-être a-t-elle voulu faire comprendre qu'il fallait encore compter avec elle pour un éventuel rôle au poste de premier ministre lorsque le temps s'y prêtera.
Enfin, la troisième personne qui a détonné, c'est Harlem Désir, qu'on disait sans charisme et quelque peu moutonnier. On l'a vu s'emporter jusqu'à trop hurler et puis, s'en rendant compte, redescendre d'un ton, tout en continuant à lancer des attaques en formules bien calibrées contre la droite. Son discours a été pugnace et argumenté pour défendre les projets et l'action du gouvernement.
Alors, disons-le, même si ce congrès post-électoral n'a pas semblé vibrer comme les meetings de la campagne électorale, il aura au moins eu son utilité pour riposter aux invectives sinon à la démagogie de l'opposition.
                                                                                                      A suivre…

Deux articles intelligents (et drôles) sur le congrès

logo bakchich

http://www.bakchich.info/france/2012/10/26/nuances-de-rose-61873

logo rue89 bis

http://www.rue89.com/rue89-politique/2012/10/27/toulouse-le-retour-de-royal-et-le-croque-monsieur-socialiste-236574

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 26 octobre 2012

Les frères Guérini et le vaisseau bleu mal embarqués

guerini maisons retraite

Le changement d'heure, c'est ce weekend. C'est aussi l'heure du congrès national qui se tient à Toulouse, ville totem s'il en est pour le parti socialiste. Les surprises seront rares. Tout semblé plié, comme on dit. Pourtant, dans les coulisses, hors micro, les congressistes en mal de conflits pourraient s'adonner à de passionnants échanges sur les affaires et autres joyeusetés qui touchent certaines fédérations. Au premier rang desquelles évidemment celle de nos Bouches-du-Rhône, toujours aussi féconde en discordes.
En arrière-plan du congrès, c'est une autre actualité qui se charge de remettre les projecteurs sur des rebondissements en tous genres. Et, en particulier, sur ceux qui mêlent les combines et le rôle indirect ou occulte que l'on prête à Alexandre Guérini dans certaines affaires et les imputations d'influence ou de complaisance que l'on attribue à Jean-Noël Guérini agissant au conseil général et à la fédération socialiste du 13.
Après le dossier des maisons de retraite, et rien que ces dix derniers jours, les épisodes tant affairistes que politiques n'ont pas manqué d'être rapportés par la presse. On a reparlé de marchés publics concernant plusieurs collèges avec la garde à vue de deux cadres du CG13. Ces marchés auraient bénéficié de coups de main d'Alexandre Guérini, ce que laissent supposer des écoutes téléphoniques.
Dans la même veine, six autres gardes à vue de cadres du CG13 et de 13 Habitat ont été menées par les gendarmes au sujet de marchés de gardiennage et de sécurité attribués sous la surveillance du même Guérini. Réaction de Jean-Noël Guérini, s'abritant derrière son administration : "Je tranche mais je ne gère jamais les dossiers en direct".
Et, comme si cela ne suffisait pas au tangage du "vaisseau bleu" du département, une autre enquête prometteuse risque de charger la barque déjà bien lourde des déconvenues. On a en effet appris que, suite à une perquisition au CG13, la justice avait ouvert une enquête préliminaire sur la gestion d'espaces nautiques gérés par le conseil général. En cause, des soupçons de favoritisme et de trafic d'influence concernant des délégations de service public.
Côté saga politique, Jean-Noël Guérini déclare à qui veut encore l'entendre qu'il est redevenu un simple "militant de base". On l'a d'ailleurs vu voter en tant que tel dans sa section à l'occasion du vote sur les motions pour la désignation du premier secrétaire national du PS. En revanche, il ne s'est pas montré au congrès fédéral de samedi dernier aux Pennes-Mirabeau.
"Je ne veux plus de responsabilité, je ne serai même pas au conseil fédéral ni au bureau, je reviens à la base." Or, certains persistent à dénoncer le faux retrait de Jean-Noël Guérini qui continuerait à tirer les ficelles, en particulier auprès d'élus encore dans son giron et de certains militants redevables de services désintéressés tels que subventions, emplois ou logements.
A ce rythme, la fin du système Guérini ne semble pas encore devoir toucher à sa fin.
Une prochaine fois, je vous parlerai du gros numéro de cirque de "Coco et Fifi" de l'
UMP, dignes descendants du maître Sarko. On rigolera peut-être plus. Et puis non finalement, ils ne méritent pas d'être à l'honneur sur ce blog.

Une sélection de très bons articles

guerini ports canard 24

logo libe marseille

Jean-Noël Guérini : "Je serai sans états d'âme"
http://www.libemarseille.fr/henry/2012/10/jean-no%C3%ABl-gu%C3%A9rini-je-serai-sans-%C3%A9tats-d%C3%A2me.html

L’affaire Guérini met le cap sur les ports
http://www.libemarseille.fr/henry/2012/10/laffaire-gu%C3%A9rini-met-le-cap-sur-les-ports.html

logo bakchich

Guérini la sardine qui bouche le port
http://www.bakchich.info/france/2012/10/24/guerini-la-sardine-qui-bouche-les-ports-61867

logo marsactu new

Mignard : "C'est l'heure de vérité pour Jean-David Ciot"
http://www.marsactu.fr/politique/jp-mignard-cest-lheure-de-verite-pour-jean-david-ciot-29173.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 24 octobre 2012

Les baïonnettes d'Obama contre Romney

obama romney caricature(Clic sur l'image pour agrandir)

Les débats télévisés sont clos, place aux derniers meetings.
La troisième confrontation entre Barack Obama et Mitt Romney s'est déroulée à l'Université de Lynn à Boca Raton en Floride. Et elle a été assez rude pour le candidat républicain. Le président sortant ne l'a aucunement épargné sur le thème de la politique étrangère (disons plutôt la façon très américaine de la voir comme, par exemple, avec une absence totale de mention de l'Europe) où il a l'avantage de l'expérience engrangée en quatre ans de mandat.
Les thèmes officiels du débat portaient sur le rôle des États-Unis dans le monde, la guerre en Afghanistan et la relation avec le Pakistan, les changements au Proche-Orient et le nouveau visage du terrorisme et les relations avec la Chine.
A vrai dire, ce dernier débat de 96 minutes n'a pas toujours été à la hauteur avec une redondance de lieux communs, des explications imprécises et des passages hors sujet lorsque les candidats sont revenus sur des questions économiques déjà traitées dans les précédents débats.
Les échanges ont cependant permis à Barack Obama de ne pas mâcher ses mots. Il a présenté son adversaire comme étant incompétent et indécis en politique étrangère, n'hésitant pas à dire que son adversaire est "nul" en ce domaine. Il n'a pas manqué d'agiter son trophée de guerre, l'élimination de Ben Laden. Cela faisant, Barack Obama a tenté de peaufiner son image d’homme de paix, et de président économe qui a mis fin à la guerre d'Irak après une décennie de guerres coûteuses.
Et puis, il y a eu ce moment cinglant où, sans avoir l'air d'y toucher, il moque le côté vieillot de Mitt Romney en lui précisant que le temps "des chevaux et des baïonnettes" est fini, lorsque celui-ci s'attaque aux baisses d'effectifs et de moyens de l'armée américaine. Le président n'est pas allé jusqu'à lui parler de flèches, de catapultes ou de gourdins mais son attaque était déjà suffisamment ironique et assassine comme ça.
Ce débat sur la politique étrangère est une figure imposée à chaque élection présidentielle. Il arrive souvent en dernier à la veille du scrutin. Le sortant y trouve toujours un moyen habile de faire la différence avec un novice.

obama sondage CNN 22(Clic sur l'image pour agrandir)

De plus, comme le montrent les sondages réalisés à chaud, Barack Obama a marqué des points et cela peut jouer en termes de dynamique finale.
CBS News indique que 53% des téléspectateurs estiment qu'Obama a remporté le débat, 23% que c'est Romney qui l'a remporté, les 24 % restants estiment qu'il y a match nul. CNN donne Obama gagnant avec 48% contre 40% pour Romney. Un sondage Public Policy Polling auprès des électeurs de 11 Etats susceptibles de basculer donne l'avantage au président, 53% contre 42% pour Romney.

obama mots utilisés

Au premier débat, les deux candidats étaient cantonnés debout derrière un pupitre. Au deuxième, on leur avait fourni des tabourets avec une totale liberté de mouvements. Lundi, on leur a donné l'occasion d'être assis dans de confortables fauteuils placés dans la courbe d'une table en forme de demi-lune face à l'unique journaliste chargé de poser les questions et d'animer la soirée.
Pour cet ultime débat, diffusé sur 11 chaînes américaines, toujours en présence d'un public trié sur le volet et sommé de ne pas manifester la moindre réaction, Barack Obama avait choisi de porter une cravate bleue et Mitt Romney une cravate rouge, les couleurs de leurs partis respectifs comme lors du premier débat.
Certains médias, soucieux de pousser l'analyse formelle et technique des trois confrontations, sont allés jusqu'à calculer le nombre total de mots prononcés : 17.177 le 3 octobre, 18.979 le 16 et 17.908 le 22. Voilà des statistiques qui, même si elles sont fiables et font la joie de leurs initiateurs, n'apportent strictement rien à la campagne électorale et n'auront aucun impact sur le résultat final de l'élection qui se jouera le 6 novembre. Une élection qui, selon mon petit doigt, verra la réélection de Barack Obama.

Moment d'ironie cinglante (sous-titré en français)

L'intégralité du débat en anglais

La transcription intégrale du débat en français
http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2012/10/23/verbatim-la-transcription-du-troisieme-debat-obama-romney_1779488_829254.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 22 octobre 2012

Tant que le PS n'est ni délivré ni guéri de Guérini...

iznogoud

Enièmes bisbilles et nouveaux remous au parti socialiste alors que les réunions en vue de son congrès, qui se tiendra en fin de cette semaine à Toulouse, se multiplient tant au niveau national que local.
Par la force des choses et les soubresauts récurrents dans les Bouches-du-Rhône, tout est plus compliqué par ici.
Il y a d'abord les graves dysfonctionnements de la fédération départementale dus jusqu'ici à l'omnipotence de Jean-Noël Guérini.
Après l'énorme coup de projecteur jeté sur les graves accusations portées par Arnaud Montebourg, avec, en parallèle, les dizaines d'enquêtes toujours en cours du juge Charles Duchaine sur les affaires mêlant les noms des deux frères Guérini, le rapport Richard préconisait une méthode pour une remise en ordre des pratiques au sein de la fédération. Qu'en est-il aujourd'hui ?
                Mardi 23 octobre : Voir plus bas nouvelle actualisation
D'un côté, il y a tous ceux qui estiment que la rénovation est en marche et jugent que les mesures du rapport ont déjà été majoritairement appliquées. De l'autre, il y a les contestataires qui persistent à dire que tout cela n'est que simulacre au point de réclamer une mise sous tutelle complète de la fédération.
Entre-temps, le calendrier des phases du congrès national devant être respecté, les sections ont été appelées à se prononcer sur les motions qui constitueront la nouvelle direction nationale du PS. Dans les Bouches-du-Rhône, pas de surprise, c'est celle d'Harlem Désir qui sort vainqueur.
Par ailleurs, les sections touchées par l'obligation de partition en raison du nombre de leurs adhérents, comme celle d'Aix par exemple, ont été amenées à voter pour élire leurs secrétaires respectifs. A noter que, après le congrès national, les adhérents de ces sections devront repasser par les urnes pour pouvoir désigner leurs instances et leurs secrétaires comme toutes les sections du pays.
Selon ce qu'on peut en lire dans la presse et même selon les divers propos qui me sont fidèlement rapportés sous le sceau de la confidence, ici, les batailles ne sont pas tout à fait sereines. Pourquoi ?
D'abord à cause du contexte délétère résumé ci-dessus. Ensuite, parce que les ambitions des postulants de maintenant laissent découvrir qu'elles seront aussi celles des candidats déclarés ou non de demain aux municipales. Les calculs valent aussi bien pour Aix que pour Marseille.
Tenir les rênes d'une section, d'une fédération ou du parti, c'est s'assurer des moyens stratégiques pour tenter de faire la pluie et le beau temps lorsqu'il s'agira d'obtenir les investitures. La chose n'est pas nouvelle, tous les partis fonctionnent peu ou prou sur ce mode.
La différence pour notre département, c'est que son cas est assez singulier à plus d'un titre. Il a déjà fait l'objet d'un traitement spécifique au niveau national après la dénonciation de certaines pratiques irrégulières de la fédération. Cela avait d'ailleurs entraîné la désignation des candidats aux législatives par la direction nationale et non par les militants. L'autre aspect compliquant la donne est le non-dit ou le pas-tout-à-fait-dit au sujet du rôle plus ou moins occulte que continuerait à jouer Jean-Noël Guérini, toujours président du conseil général, mais redevenu, selon ses propres mots, "militant de base".
Ces soupçons d'influence sont au cœur de pas mal de discussions tant au sein du CG qu'à la fédération. C'est sans doute le sens caché de la polémique qui a surgi ce weekend, au moment même où se tenait le congrès fédéral aux Pennes-Mirabeau, après la courte lettre adressée à Jean-David Ciot, candidat au poste de secrétaire fédéral qu'il occupe déjà, par Alain Fontanel, secrétaire national aux fédérations, exprimant le point de vue d'Harlem Désir.
En gros, les délégués au congrès seront là aussi désignés par le siège national et non pas par la fédération elle-même. Certains ont vite interprété cette décision comme étant une mise sous tutelle générale de la fédération. Face à la confusion ainsi créée, le même Alain Fontanel a fait marche arrière et a précisé que cela ne concernait que la désignation et la validation des délégués, une démarche censée protéger la fédération en préservant l'objectivité des choix.
Il n'empêche, et quelle que soit la version défendue, cela montre que tout n'est pas encore clair dans le fonctionnement de la fédération.
 

Mardi 23 octobre : Nouvelle actualisation
http://www.marsactu.fr/politique/guerre-epistolaire-a-la-federation-ps-des-bouches-du-rhone-29138.html

Lundi 22 octobre 12h00 : Actualisition

logo france bleu provence(Clic sur l'image pour agrandir)
edito jean laurent bernard 22

logo liberationhttp://www.liberation.fr/politiques/2012/10/19/a-peine-elu-desir-repart-a-l-assaut-de-guerini_854503

logo marsactu newhttp://www.marsactu.fr/politique/la-federation-ps-13-nest-bien-evidemment-pas-mise-sous-tutelle-29133.html
http://www.marsactu.fr/politique/guerini-nest-plus-au-ps-mais-il-vote-encore-29121.html

Le point de vue de Renouveau PS13 :

logo renouveau PS 13http://renouveaups13.blogspot.fr/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 19 octobre 2012

Fiasco des bus : Comment Joissains nous roule…

aix en bus nouveau réseau

"Mais moi je ne suis pas une spécialiste des transports. S'ils sont mauvais ces pseudo experts, j'y suis pour rien."
Maryse Joissains n'est pas une spécialiste des transports, ça on s'en doutait un peu beaucoup, non ? Mais oser chercher à se dédouaner sur le compte des techniciens, voire sur celui de la direction de Keolis, pour une décision qui a été validée par la maire d'Aix et présidente de la Communauté du Pays d'Aix, c'est un peu lâche. Surtout venant d'elle qui s'était vantée quelques mois avant d'avoir conclu un bon contrat de délégation de service public, moins cher, plus performant avec plus de services et même plus écologique.
On connaît bien cette méthode : le succès c'est moi, l'échec c'est les autres. Mais dans cette affaire de restructuration ratée du réseau de bus, ça ne marche pas. Ce qui fait dire à certains : "Pourquoi avoir changé un modèle qui fonctionnait ?" D'où la persistance de la colère exprimée dès la mise route à l'essai du nouveau réseau en juillet. Et qui s'est amplifiée à la rentrée de septembre, notamment lors de la première réunion publique tenue à l'Hôtel de Ville en présence de Maryse Joissains.
Même scénario à celles de Puyricard mi-septembre et début octobre. Et, même forte rouspétance lors de la réunion qui s'est déroulée aux Milles il y a trois jours. Le constat est là, il ne s'agit en aucune façon de sautes d'humeur sporadiques ou de protestations minoritaires mais bel et bien d'une insatisfaction profonde et d'un mécontentement généralisé.
Alors, comment pourrait-on croire un instant que la concertation avait été menée suffisamment et avec sérieux avant le démarrage du nouveau réseau ? C'est ce qu'avait pourtant prétendu Maryse Joissains. En fait, il ne s'agissait tout au plus que d'une simple enquête effectuée par un institut de sondage à la demande de Keolis. Là encore, les faits sont têtus. Puisqu'il a fallu que le maire lance ces réunions publiques à la rentrée pour écouter ce que les usagers et les comités d'intérêts de quartiers avaient besoin d'exprimer.

(Clic sur l'image pour agrandir)

aix en bus courrier daix 13

On apprend que plus de 50 CIQ ont été rencontrés en quelques semaines et qu'ils seront encore consultés pour prendre leur avis sur le projet reformulé qui sera rendu public le 20 octobre. Maryse Joissains avait fixé cette date-butoir pour la fin des perturbations, "J'espère que ce sera réglé pour le 24". Elle va la dépasser. Elle précise maintenant : "J'espère que tout sera mis en place dans les trois semaines. Mais s'il faut plus de temps, je prendrai plus de temps…" Pas trop quand même car ça urge.
Selon Maryse Joissains, la dernière réunion publique qui était prévue le 24 octobre au Jas de Bouffan sera reportée au 30 octobre. C'est à ce moment-là que seront présentés les détails du projet retouché immédiatement applicable.
Il faudra beaucoup de pédagogie, même en période de vacances scolaires, pour faire ingurgiter les énièmes changements de numéros de lignes, de trajets, d'arrêts et d'horaires de bus aux milliers de voyageurs qui ont déjà suffisamment perdu leurs repères.
Dernier point, Maryse Joissains avance que les modifications ne surcoûteront pas un euro à la CPA. Cela reste à vérifier. C'est sans doute exact pour les embauches supplémentaires qui renforceront le personnel des chauffeurs.
En revanche, juridiquement parlant, la délégation de service public fixait un cahier des charges précis sur l'application de la refonte du réseau. Ce qu'a accompli
Keolis est donc conforme aux dispositions signées. Or, c'est Maryse Joissains elle-même, en tant que présidente de la CPA, qui demande de chambouler le contrat convenu initialement. Normalement, le délégataire aurait tout lieu de contester qu'on lui fasse supporter toute dépense ne correspondant pas aux clauses prévues.
Aux Milles, avec son habituel sens de la modestie, Maryse Joissains a minimisé la portée de ce qu'il faut bien appeler un autre fiasco pour se glorifier ainsi :
"C'est le seul bug en dix ans, on a tout réussi".
Les Aixois en général et les lecteurs de ce blog en particulier savent depuis un bon moment déjà que le catalogue de ses "réussites ratées" déborde malheureusement d'exemples.

Le site d'Aix en bus publie communiqué sur communiqué…
http://www.aixenbus.fr/

Petit historique des bus aixois, pour les Aixois et les nouveaux Aixois
http://aix.marseilletransports.com/?page_id=212

"Joissains nous prend pour des buses ou quoi ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2012/10/01/25223040.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]