lundi 16 septembre 2013

Assogora, une belle fête annuelle sur le cours Mirabeau

Assogora, c'est la fête annuelle du bénévolat. Hier, le ciel s'est fait plus clément pour accueillir le grand public. J'y ai passé sept heures avec mon ami Edouard Baldo…

assogora 15(Clic sur l'image pour agrandir)
Beaucoup de monde jusqu'en fin d'après-midi pour Assogora sur le cours Mirabeau

Ils sont bénévoles, ils sont courageux. Et, dimanche, ils se sont mouillés dans l'attente d'un soleil moins déserteur. Certes, à cause du report d'une semaine, ils étaient un peu moins nombreux que prévu (environ 300 stands sur les 400 inscrits) pour Assogora, le salon-exposition annuel de la vie associative et du bénévolat sur le cours Mirabeau. Mais ils étaient très majoritairement là, toujours avec la même implication, la même abnégation et le même enthousiasme.
Le public a peu à peu grossi les rangs dès le soleil revenu avant midi. A l'heure de la fermeture, la grande foule déambulait encore sous les platanes. Et, ici et là, des groupes de musiciens et de danseurs évoluaient sous le regard ébahi et les applaudissements des visiteurs. 
Il fallait rendre hommage à tous ces bénévoles, comme je le fais depuis toujours chaque mois de septembre, ayant moi-même été responsable associatif dans plusieurs structures et notamment l'un des membres fondateurs d'Aix-Associations devenu Pays d'Aix-Associations.
C'est ce que j'ai encore fait hier tout au long de la journée, avec mon ami Edouard Baldo. Nous nous sommes arrêtés à plus de trois-quarts des stands s'étirant d'un bout à l'autre du cours, et cela pendant plus de sept heures sans discontinuer. Nous avons ainsi pu dialoguer longuement avec des présidents et des membres d'associations qui nous ont réservé le meilleur des accueils.
L'ambiance fut amicale et la fête fut finalement très chaleureuse. 
Cette concentration annuelle en un même lieu est une chance car elle offre l'occasion unique de pouvoir rencontrer toutes celles et tous ceux qui, par des activités aussi originales et diverses que de bonne qualité, donnent vie à nos quartiers et créent de la solidarité et du lien social, culturel, humanitaire et économique entre les habitants.
A Aix, la vie associative est une vraie richesse. Mais de nombreuses associations nous ont fait part de leurs difficultés à obtenir un local ou des aides suffisantes pour mener à bien tous leurs projets. Malgré cela, ce qui est formidable, c'est de voir toutes ces personnes continuer à faire preuve de pugnacité et de persévérance pour demeurer engagées dans une citoyenneté active et complètement désintéressée. Alors, chapeau bas !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Annonce : Dans mon prochain article, des informations qui vont secouer... 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 13 septembre 2013

Aix en épilogue, avec rentrée choc, c'est pour bientôt…

Amis lecteurs, encore un peu de patience. Le blog reprend bien dans quelques jours. Il vous prépare une vraie rentrée choc, et le mot est faible...

blog clavier LAC - Copie

La reprise des parutions régulières sera effective dans quelques jours. Avec une rentrée de choc, et c'est peu de le dire ainsi. Je réserve en effet à mes lecteurs quelques informations qui me tiennent à cœur et qui ne devraient pas rester sans conséquences.
Cet inhabituel billet d'attente d'aujourd'hui n'est ni un appât ni un coup de communication. Il est juste une forme de courtoisie pour remercier tous les visiteurs qui continuent à fréquenter fidèlement ce site et qui commencent à s'impatienter face à leur écran en constatant que, depuis août, mais pour cause de congés non usurpés (c'est mon avis), les publications ont quelque peu fait le blog buissonnier.
Voilà, c'est dit, c'est promis, le compte à rebours est enclanché…

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 9 septembre 2013

Le Ravi de septembre s'attaque à la corruption

une ravi 110

Le Ravi fait sa rentrée. Et de belle manière, avec un gros dossier consacré à la corruption. Autant dire à un énorme pavé puisque notre région est l'une des plus touchées en matière de malversations en tous genres qui gangrènent la vie publique. Affairisme, marchés publics truqués, pots de vin, grand banditisme, réseaux mafieux et clientélisme en sont les plaies les plus courantes.
Cette grande enquête de six pages permet à chacun de se faire enfin une idée précise des pratiques et des dérives que la justice elle-même a parfois bien du mal à établir et à sanctionner.
Un n° 110 du Ravi à ne pas manquer ! En bonus, une foule d'articles et de dessins agissant comme des contrepoids ironiques et drôles à une information désespérante.
Répétons-le, le Ravi est un journal indépendant qui n'existe que par ses lecteurs. Sa rédaction lance donc un nouvel appel urgent pour pouvoir poursuivre sa parution.
Appréciant la presse libre, j'encourage tous les visiteurs de mon blog à s'abonner au Ravi, ou à l'acheter chaque mois en kiosque, et à le soutenir en faisant un don (déductible).

Tous les détails sont ici : 
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire du n° 110 de septembre :
http://www.leravi.org/spip.php?article1562
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/pages/le-Ravi/129098087994
Le site du Ravi : 
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 19 août 2013

Affaires immobilières de la Semepa en 2007 : J'ai reçu ça…

Mon billet sur les affaires immobilières de 2007 de la Semepa a fait réagir son ancien président, Henri Doglione, ex-adjoint à l'urbanisme de Maryse Joissains. Ci-dessous, sa mise au point et mes commentaires...  

logo semepa

Cela ne s'était encore jamais produit mais il y a quelques jours, le 9 août exactement, j'ai reçu via le blog une demande de mise au point pour mon article publié fin juillet. Dans lequel je rappelais l'embrouille et le copinage qui avaient entouré en 2007 deux ventes immobilières de la Semepa qui devaient profiter à un footballeur de renom, Marcel Desailly, et à la compagne de l'ancien adjoint aux sports de Maryse Joissains, Gilbert Zozor.
Je relevais aussi que ce dernier et l'ancien adjoint à l'urbanisme, Henri Doglione, alors président de la Semepa, n'étaient plus sur la liste municipale de Maryse Joissains de 2008. Et je m'étonnais enfin de la réintégration relativement récente d'Henri Doglione au sein du conseil d'administration de la société en tant que vice-président.
Comme mon blog n'exerce jamais de censure, c'est bien volontiers que j'accepte de publier cette mise au point, in extenso et sans la moindre retouche pour en laisser les lecteurs juger par eux-mêmes. Mais ce courrier appelle cependant quelques commentaires de ma part.
* Henri Doglione signale qu'en décembre 2007, "il avait dû s'absenter pour un séjour à l'étranger de plus d'un mois". Et que c'est par conséquent en son absence que "le conseil d'administration de la Semepa a procédé à l'attribution des deux biens" en question. De fait, comme on pourra le voir sur la délibération du conseil municipal reproduite ci-dessous, c'est l'adjoint aux finances, Gérard Bramoullé, qui en était rapporteur.
Henri Doglione précise que la recherche d'acquéreurs a été diligentée par la direction de la réhabilitation de la société. Je n'en doute aucunement. Il ajoute que la proposition des ventes a été régulièrement faite au conseil d'administration par son directeur sous l'autorité du directeur général. Je n'en doute pas non plus.
Est-ce à dire qu'Henri Doglione n'était pas au courant de ces transactions ? Lui l'affirme. Mais, comment se fait-il qu'on ne l'ait pas au moins informé sur les conséquences d'une telle décision présentée devant le conseil municipal ? Car, même absent, il restait président de la Semepa et, à ce titre, en portait en droit toute la responsabilité. D'autant que, même si la délibération était rapportée par un de ses collègues, elle était faite en son nom. Ne dit-il pas d'ailleurs que c'est sous son "impulsion que la Semepa est devenue une des SEM les plus importantes et les plus performantes de la Région, reconnue comme telle au plan national".
Personnellement, je n'ai pas le souvenir qu'à la séance du conseil municipal du 17 décembre 2007 qui que ce soit ait annoncé qu'à cause de son absence Henri Doglione ne participait pas au vote, qu'il ait donné ou non un pouvoir à Gérard Bramoullé.
* Concernant son retour à la Semepa en tant que vice-président, Henri Doglione précise que c'est le conseil d'administration qui le lui a proposé sans qu'il en ait fait la demande. Soit. Mais, comment ne pas s'interroger sur cette opportunité.
* Henri Doglione croit bon de dire que "l'annulation des deux attributions a eu pour conséquence de priver la Semepa de ces ventes et il aura fallu attendre trois ans pour trouver enfin de nouveaux preneurs". Cette assertion est contredite par une décision du conseil municipal du 23 juin 2008 (dont il ne faisait plus partie) qui a entériné la vente d'au moins un des deux biens.
* Henri Doglione réfute l'idée d'avoir été évincé en 2008 de la liste de Maryse Joissains. Il pose que "c'est lui et lui seul qui a décidé de se retirer". C'est son droit de donner cette version. Il n'empêche, et comme je l'ai rapporté, l'adjoint aux sports et lui-même n'y figuraient plus, et c'est ce que tout le monde a compris.
* Enfin, dans sa conclusion, Henri Doglione note ceci :
"Vous auriez pu également avoir un léger regret sur le fait que le champion du monde Desailly, qui avait choisi de s’établir à Aix ait, écœuré par le comportement de quelques aixois à son égard, décidé d’aller s’installer ailleurs. Discrimination raciale, discrimination sociale ? Votre habituelle perspicacité vous aidera sans doute à trouver la réponse."
Monsieur Henri Doglione, que veut dire cette insinuation interrogative de "discrimination raciale ou sociale" ? Monsieur Marcel Desailly ou vous-même, avez-vous quelques preuves ? Si oui, y a-t-il eu dépôt de plaintes ? Si non, comment pouvez-vous vous laisser aller à user de ce mode de justification irresponsable et indigne ? 

Mon article du 29 juillet
"Joissains inaugure des bouts de trottoirs mais pas que…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/07/29/27741488.html

(Pour une lecture plein écran, clic sur le rectangle en bas à droite de chaque document)
La mise au point d'Henri Doglione 
 Extrait de la délibération n° 77 du conseil municipal du 17 décembre 2007  Les articles de presse des 19 et 20 décembre 2007 

Trois articles de La Provence 

=> 7 janvier 2008 : Zozor et Desailly ont renoncé à leur acquisition :
http://www.laprovence.com/article/actualites/20574/gilbert-zozor-et-marcel-desailly-ont-renonce-a-leur-acquisition.html
=> 2 juin 2008 : La vérité de Doglione sur les affaires de la Semepa : 
http://www.laprovence.com/article/actualites/23754/aix-la-verite-dhenri-doglione-sur-les-affaires-de-la-semepa.html
=>24 juin 2008 : Le conseil municipal met fin à la saga Zozor-Desailly : 
http://www.laprovence.com/article/edition-aix-pays-daix/23810/le-conseil-municipal-met-fin-a-la-saga-zozor-desailly.html 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 9 août 2013

Municipale 2014 : Maryse Joissains incendie Bruno Genzana !

Les désamours brûlants entre Maryse Joissains et Bruno Genzana se poursuivent par de nouvelles hostilités incendiaires. Et le feu n'est pas près de s'éteindre…

Feu

Non, franchement, n'est-elle pas vraiment parfois un peu trop aimable avec tout le monde Maryse Joissains ?
Voilà qu'en plein mois d'août une déclaration incendiaire des siennes, digne d'un amour vache qui fâche, est déposée à même le paillasson de son ex-adjoint et ex-allié Bruno Genzana. Ce n'est pas la première fois que l'encore maire d'Aix s'adonne avec tant de grâce à ce genre d'effusion sentimentale. Il faut dire que c'est le nouveau prétendant à la mairie qui a d'abord allumé la mèche de ces feux de l'amour.
En juillet, il n'avait pas hésité à passer au lance-flamme la légendaire pyromanie de son ancienne idole qui avait brûlé toute chance d'être prise au sérieux dans le débat sur la métropole, dossier auquel lui-même n'est pourtant pas moins opposé. "Elle a délibérément choisi la stratégie de la chaise vide. Le résultat est sans appel, nous avons perdu sur toute la ligne, c'est un zéro pointé pour Maryse Joissains."
Il y a trois jours, échauffée par l'incendie volontaire de son concurrent, la gardienne des causes perdues a pris son appareil en main et a arrosé tout azimut. L'épaisse fumée répandue vaut son pesant de cendres.
Maryse Joissains fustige d'abord Bruno Genzana pour ses "années d'éclipse et de solitude", puis le traite tout aussi allègrement de "candidat permanent à toutes les élections aixoises, grâce à de solides protections". Bon, là, c'est bien visé.
Elle lui reproche aussi de tergiverser et de ne pas être clair sur la proposition d'alliance entre eux deux pour "empêcher la ville d'Aix d'être à nouveau gérée par les socialistes". Maryse Joissains se croit encore en 2001.
Au passage, elle s'offusque aussi des critiques que lui adresse son concurrent sur la perte de son siège de députée et sur "un hypothétique rapprochement avec l'extrême-droite". Pourtant...
Versant alors quelques bidons d'essence sur les braises, elle va direct à la question qui tue : "Mais pour qui roule donc monsieur Genzana ?" Et se fait un plaisir de rappeler "quelques amères vérités sur ce monsieur". Car, poursuit-elle de son feu, "s'il a la mémoire courte, j'ai quant à moi la mémoire rapide". Euh... moi, pas comprendre charabia. Quoi ? "Longue", "intacte", ou alors "bien revancharde", c'est ça 
Elle impute donc son cuisant échec à l'élection législative à un candidat parasitaire à la fois UMP et Nouveau centre, ami de Genzana, qui avait une suppléante centriste mais élue depuis 2009 sur la liste de l'opposition de gauche et qui a finalement rejoint l'équipe municipale en février dernier, Maryse Joissains n'étant jamais à un paradoxe près. 
De même, elle met en cause Jean-Louis Borloo qui, avec la bienveillance de Jean-Claude Gaudin, protègerait Bruno Genzana qui convoite la législative de 2017. Pour mémoire "rapide", signalons que Jean-Louis Borloo était venu soutenir Maryse Joissains en juillet 2009 lors de la municipale partielle organisée suite à l'annulation de celle de 2008. Soit dit en passant, on se demande bien comment Sophie Joissains, copine du Jean-Louis Borloo protecteur de Bruno Genzana, va justifier sa présence sur la liste municipale de Maryse Joissains.
Métropole et extême-droite
Sur le projet de la métropole, elle accuse Bruno Genzana qui
"pas une fois, ne nous a rejoints dans notre combat, prompt qu’il était, en bon petit soldat, à donner en exemple le maire de Marseille…", le même Jean-Claude Gaudin qui avait pourtant apporté sa "solide protection" pour faire élire Sophie Joissains au sénat.
Sur son positionnement politique, Maryse Joissains réfute qu'on la confonde avec l'extrême-droite car elle prétend avoir soulevé les thèmes de l'insécurité et de l'immigration bien avant le parti extrémiste. Mais, pour mémoire "rapide" aussi, afin de s'attirer les faveurs de quelques suffrages salvateurs, elle n'a cessé, depuis qu'elle est élue, de toujours donner en coulisses des gages, avec recrutement à la clé, à des personnes notoirement connues pour avoir appartenu au bord extrême
.
Suite à ces "mises au poing", pour Maryse Joissains, le doute n'est plus permis :
"Genzana ne roule que pour lui". Et là, la démonstration mérite citation (et mes commentaires) :
"Son but, depuis des années, a toujours été de se faire élire sans efforts, laissant faire "le boulot" aux autres car chacun sait qu’il lui est très difficile de lire et d’apprécier un dossier puis surtout d’avoir le courage de prendre une décision.
La mairie d’Aix ne l’intéresse pas car le travail essentiel d’un maire, ce n’est pas seulement assister aux inaugurations, c’est les préparer en amont par une étude longue et approfondie de dossiers qui conduiront à une prise de décision forte car elle engage l’avenir de la Ville
(la forte mémoire "rapide" de Maryse Joissains défaille quand il s'agit de tous ses fiascos !).
Ce qui intéresse monsieur Genzana, c’est obtenir une investiture UMP-UDI (rêvée de puis tant d'années) aux législatives de 2017 
(je confirme, c'est ce qu'il m'a laissé entendre).
Enfin, on multiplie sur les blogs les photos de sa personne. Et là, on dépasse Dieu qui est, dit-on, omnipotent et omniscient. Monsieur Genzana a soudain le don d’ubiquité, il est présent sur les photos, en boucle, partout à la fois, voire en plusieurs endroits 
(je le lui ai dit très récemment, ajoutant même que je le trouvais un peu poseur).
Il se dédouble en autant de clônes que lui permet son égo mais le ridicule ne tuant pas…
Ah, rendons grâce à ce miraculeux agenda du maire – connu d’élus proches de monsieur Genzana – qui lui permet de se tenir au courant des inaugurations aixoises et d’être auprès du premier magistrat mais surtout près du ruban. Malheureusement il n’y a qu’une paire de ciseaux mais heureusement le photographe est obligé de cadrer le maire et… monsieur Genzana.
Bref, à trop vouloir inaugurer les chrysanthèmes, on en devient ridicule, surtout lorsque l’on ne connaît aucun des dossiers aixois ou du Pays d’Aix
(c'est vrai que Maryse Joissains a de quoi faire la leçon, elle qui s'y connaît si bien en dossiers qu'elle ne connaît pas !).
Décidément, monsieur Genzana, vous rendez l’accord de second tour de plus en plus difficile."
Tout cela est fort aimable, oui, mais de là à déjà évoquer les chrysanthèmes... 
NB : Dans les phrases citées, j'ai corrigé les fautes et certaines absences de ponctuation.

Le texte intégral de Maryse Joissains :
http://marysejoissains.com/aix-en-provence/municipales/mais-pour-qui-roule-donc-monsieur-genzana/

"A Aix, la droite extrême à l'œuvre…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/12/21/19931415.html

Tout sur les pérégrinations politiques de Bruno Genzana :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/12/10/index.html

(Clic sur l'image pour agrandir)

joissains lac provence 28

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 5 août 2013

Maryse Joissains, experte en saccage du patrimoine

Maryse Joissains a bradé du patrimoine immobilier public. Maintenant, elle veut aussi saccager des sites cézanniens. Voilà deux autres bonnes raisons pour la virer... 

constance site remarquableLe remarquable site cézannien de la Constance
(Clic sur l'image pour agrandir)

Parmi les grands dossiers qui seront au cœur de l'élection municipale, nul doute que l'urbanisme et le patrimoine culturel occuperont une place déterminante et feront encore débat pour savoir quel candidat sera le plus apte à les maitrîser. En douze ans, l'équipe municipale sortante n'a pas beaucoup brillé pour l'élaboration du Plan local d'urbanisme, qui n'existe toujours pas à l'heure actuelle. Quant à la sauvegarde du patrimoine cézannien, les inquiétudes sont fortes.
Deux projets parmi d'autres, dont j'ai déjà parlé ici même, font l'objet de contestations de la part des défenseurs acharnés de l'héritage culturel de la ville.
Le premier est celui de l'annonce insensée de l'urbanisation à grande échelle du majestueux plateau de la Constance sur 
le chemin de Valcros entre les deux autoroutes. Le site a été l'un des lieux où Paul Cézanne aimait à se rendre pour peindre ses toiles de Sainte Victoire. Le maître en produisit plusieurs dizaines. Des associations s'opposent à la fois à la mutilation de ce site et à sa disparition sous le béton qui boucherait la pureté de la vue sur la montagne. 
Il y a bien eu des réunions publiques organisées par la mairie mais rien n'y a fait, les personnes présentes n'ont pas été convaincues par les explications données par les élus. 
Récemment, l'association de Sauvegarde des paysages cézanniens voulait faire découvrir les richesses du lieu à l'adjointe au patrimoine. Celle-ci fit faux bond et sans avertir alors qu'elle avait bien donné son accord pour participer à la visite. Plus cavalier, on ne fait pas. L'adjoint à l'urbanisme, quant à lui, prétend que la bataille des défenseurs n'est "qu'agitation, que prétexte politicien". Plus lamentable, on ne fait pas non plus.
Le second dossier est celui du Terrain des peintres situé à proximité du chemin des Lauves, pas loin de l'atelier Cézanne. Un permis d'agrandissement a été délivré par la mairie à la maison de retraite mitoyenne. La conséquence en serait l'édification d'une véritable muraille entre le site et la vue exceptionnelle de Sainte Victoire qui a permis à Cézanne d'immortaliser plusieurs autres de ses chefs-d'œuvre connus dans le monde entier et qui font la renommée internationale de notre ville.
L'échéance électorale venue, qu'elle s'en défausse ou pas, Maryse Joissains ne pourra s'exonérer de ses responsabilités et des conséquences de son inaction et de son laisser-saccager. Nous le lui ferons savoir.

Pour signer la pétition de sauvegarde du Terrain des peintres : http://www.petitions24.net/petition_pour_la_sauvegarde_du_terrain_des_peintres_aix_en_pce

Deux articles parus ces derniers jours
(Clic sur les images pour agrandir)

constance prov 25

terrain des peintres courrierdaix 3

Posté par CASTRONOVO à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 juillet 2013

Joissains inaugure des bouts de trottoirs mais pas que…

De plus en plus fort ! Maryse Joissains inaugure des bouts de trottoirs. Et repeint en blanc l'adjoint à l'urbanisme qui avait magouillé à la Semepa. Eh oui, 2014 approche !

De mieux en mieux ! Ou plus exactement, de pire en pire ! Et qu'on n'aille pas dire que c'est moi qui exagère lorsqu'il s'agit de constater les faits et gestes de Maryse Joissains. Voici en effet deux événements qui, pour n'être pourtant pas liés l'un à l'autre, n'en relèvent pas moins de l'étrange façon qu'a la maire pour encore quelques mois d'exercer sa fonction.
L'un est rapporté par La Provence dans son édition de samedi. A l'occasion de la série soutenue de visites de rattrapage de Maryse Joissains dans plusieurs quartiers - l'approche de l'élection municipale n'étant pas étrangère à cette opportune frénésie -, le journaliste n'a pu s'empêcher de traiter avec ironie sa plus récente sortie au Jas de Bouffan.
Pour se montrer dans ce quartier, la maire n'a rien trouvé de mieux comme prétexte que d'aller y inaugurer des morceaux de trottoirs !
On peut toujours ricaner. Mais en 2004, Maryse Joissains avait inauguré une seconde fois le pont de la Beauvalle sur l'Arc, un pont réalisé par la municipalité à laquelle j'appartenais et mis en service depuis 2000, date où j'étais encore le maire du quartier concerné. 

joissains inaugure les trottoirs 28

L'autre événement concerne une personne qui s'était fait remarquer dans une drôle d'affaire. Fin 2007, Henri Doglione, alors adjoint à l'urbanisme et président de la Semepa, avait fait passer au conseil municipal une délibération qui sentait l'embrouille et le copinage à plein nez.
Pour résumer l'histoire, la société d'économie mixte vendait, d'une part, un terrain à prix d'ami au footballeur Marcel Desailly et, d'autre part, un appartement en centre-ville à la conjointe de l'élu aux sports, Gilbert Zozor, grand copain du footballeur.
Comme à son habitude, Maryse Joissans avait prétendu n'être au courant de rien mais avait été obligée de faire annuler ces arrangements. A l'élection municipale de 2008, les deux élus furent écartés de la liste, preuve que la faute était grave.
Or, surprise, revoilà Henri Doglione, l'ami de toujours, réintégré en bonne place ! Et où, s'il vous plaît ? Ben, au sein même du conseil d'administration de la Semepa, voyons. Ah bon ? Et à quel titre et pour quelle fonction, s'il vous plaît aussi ? Ben, comme vice-président, pourquoi se gêner, hein ? A ce train, il ne serait pas étonnant qu'on le retrouve aussi sur la liste Joissains pour mars 2014, au moment où d'autres élus commencent à déserter le trottoir de la maire sortante.

Toute l'affaire Semepa Doglione Desailly de décembre 2007 à janvier 2008

21 déc. : http://castronovo.canalblog.com/archives/2007/12/21/index.html
22 déc. : http://castronovo.canalblog.com/archives/2007/12/22/index.html
27 déc. : http://castronovo.canalblog.com/archives/2007/12/27/index.html
8 janv. : http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/01/08/index.html
9 janv. : http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/01/09/index.html 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mercredi 24 juillet 2013

Métropole votée, Maryse Joissains un peu plus cabossée…

La loi sur la métropole Aix-Marseille a été votée hier. Le raffut à la Don Quichotte de Maryse Joissains n'a servi qu'à lui faire perdre ses grandes illusions et son restant de crédit...

métropole vote solennel du 23

Hier, l'Assemblée nationale a adopté par 294 voix contre 265 le texte de loi sur la modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles. Pour nous, cela signifie que la création de la métropole Aix-Marseille-Provence est désormais actée pour une mise en œuvre opérationnelle en janvier 2016.
Depuis un an, les débats, les protestations et les bouderies ont occupé une grande place dans l'actualité et les discussions politiques. Avec, d'un côté, les partisans d'une réforme nécessaire pour l'organisation rationnelle des pouvoirs et la mutualisation des moyens. Et, de l'autre, les tenants d'un certain immobilisme préconisant des formes moins globales de gouvernance.
Ça, c'est la présentation qui a été faite et répétée par les uns et par les autres, à l'envi et à longueur de discours. En fait, ce qui n'a pas toujours été ouvertement dit, c'est que la ligne de partage des deux camps cache d'autres motifs.
Les premiers sont favorables à une avancée radicale et plus efficace du mode de fonctionnement au service d'objectifs communs tels, par exemple, que le dynamisme économique, les politiques des transports et de l'habitat. Les seconds jouent sur les mots en affirmant n'avoir rien contre une métropolisation pourvu qu'elle soit limitée à quelques domaines. Autrement dit, oui à des retouches cosmétiques mais pas plus.
Et pourquoi donc cela ? Petite piqûre de rappel : comment ont été créées les intercommunalités ? Exactement sur le principe des métropoles avec transferts massifs de compétences obligatoires jusque-là communales vers un supra-organe unique chapeautant des dizaines de communes. C'est d'ailleurs là une des nombreuses incohérences et contradictions dans le raffut permanent mené à la Don Quichotte par Maryse Joissains qui n'a jamais trouvé abusif ou choquant le fait de faire endosser à la Communauté du Pays d'Aix plusieurs dossiers municipaux de compétences purement facultatives pour s'épargner les dépenses afférentes.
J'en viens maintenant à l'une des raisons sous-jacentes, qui ne concerne pas le fond même de la réforme mais qui, selon moi, peut éclairer le sens de ces manifestations de fronde qui ont réuni une centaine de maires, de droite et de gauche, du département. Je vise bien sûr la peur pour certains de se voir privés de prérogatives et de parcelles de pouvoir, la peur de perdre des situations installées comme si chacun en était propriétaire à vie et non locataire par bail à durée forcément déterminée.
Et bien, je le dis ici comme je le pense, et parce que les deux choses vont ensemble, je suis favorable à la métropole et à la limite du cumul des mandats. Et qu'on ne vienne pas me dire que la loi votée hier créant une nouvelle institution va augmenter le nombre d'élus. La vérité est que la métropole en comptera beaucoup moins puisque les intercommunalités disparaîtront.
Avez-vous lu les propos toujours aussi fanfarons de Maryse Joissains publiés début juillet dans le magazine municipal ? "Je ne cesserai pas mon combat", se risque-t-elle, cherchant sans doute à entretenir encore un peu l'illusion pour ses électeurs de 2014. Ben non, la loi est passée et la partie est terminée. Ce qui expliquerait peut-être cette tentative d'ouverture de parachute avec ces paroles déjà un peu moins belliqueuses de Maryse Joissains publiées dans La Provence à quelques heures du vote d'hier.

joissains métropole prov 23

Ma série d'articles sur la métropolisation

Volet 1 : "La métropolisation, un mariage pour tous ?" : 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/02/04/26324166.html  
Volet 2 : "La métropolisation, un mariage pour quoi ?" 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/02/05/26332114.html
Volet 3 : "La métropolisation, un mariage pour qui ?" : 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/02/06/26340993.html 
Volet 4 : "La métropolisation, un mariage avec qui ?" : 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/02/07/26352489.html
Volet 5 : "Métropolisation : Philippe Langevin dit oui au mariage" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/02/08/26360249.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 19 juillet 2013

Le plateau de la Constance en danger d'urbanisation

Le plateau de la Constance où Cézanne a peint risque d'être mis à mort par un projet délirant d'urbanisation. Grande colère dans les réunions publiques de la mairie... 

constance paysages cézanniens
(Clic sur l'image pour agrandir)
Paul Cézanne a peint de nombreux tableaux depuis le plateau de la Constance

Une réunion très tumultueuse ! Une de plus ! C'en est devenu une sale habitude à Aix. Tristesse, colère et incompréhension. La faute à la municipalité qui n'a jamais su, ou voulu, engager un vrai dialogue avec les habitants lorsqu'il s'agit de débattre sur un projet. Pourtant ce ne sont pas les interlocuteurs de qualité qui manquent dans notre ville.
Lors de la seconde réunion qui s'est tenue il y a quelques jours au Jas de Bouffan pour échanger les points de vue sur le projet pharaonique d'urbanisation du plateau de la Constance, le ton a vite tourné à la fureur.
Cela a commencé par un honteux exposé de propagande électorale de trente minutes par l'élue au patrimoine qui a parlé de tout sauf du projet qui était à l'ordre du jour. Ce qui a provoqué l'impatience et l'agacement du public.
Puis, ce fut au tour de l'adjoint à l'urbanisme de déverser un diagnostic, non sans quelques mots méprisants voire agressifs à l'égard de l'assistance et qui ont choqué plus d'une personne.
Quand la parole fut enfin donnée à la salle au bout d'une heure, des représentants de comités de quartiers et des urbanistes n'ont pas hésité à dire leur mécontentement de voir que la mairie programmait en fait le saccage de tout un secteur sous des prétextes d'urbanisation.
Pourquoi saccage ? Comme on le sait, ce secteur est en effet constitué d'un patrimoine naturel, architectural et culturel important. C'est un poumon vert pour les Aixois qui abrite des bastides provençales de renom et Paul Cézanne y est venu des dizaines fois pour coucher sur la toile ses tableaux de Sainte Victoire.
Sans surprise, car le sujet fait l'actualité depuis quelques mois, une longue controverse sur le sort de la bastide Lou Deven dégradée s'est engagée entre ses défenseurs et ceux qui en nient la valeur patrimoniale.
Nombre d'intervenants dans le public ont évoqué les problèmes qu'engendrerait une modification conséquente et irrémédiable des lieux : encombrements de circulation, difficultés de desserte par transports en commun, pollution. Tout le contraire de la présentation que soutient la mairie de Maryse Joissains, qui promet monts et merveilles !
Dès lors, la conclusion de la salle fut : "il faut abandonner ce projet !".
Le président de l'association Sauvegarde des paysages de Cézanne, par ailleurs expert reconnu en foncier, s'éleva contre cette méthode dévoyée de concertation proposée qui, à ses yeux, mais l'avis était largement approuvé par le public, ressemble plus à de l'enfumage qu'à une écoute attentive des souhaits de la population. Il préconisa de vraies réunions de travail autour d'une table pour étudier sérieusement tous les aspects du projet, regrettant que ces réunions publiques ne soient jusqu'ici que des simulacres.
Et dire que deux autres réunions du même genre sont encore prévues en septembre et octobre. Espérons que personne ne viendra avec des pots de peinture ou de goudron... 

(Clic sur l'image pour agrandir)

constance prov 13

A propos de la bastide Lou Deven 

Un document très important pour comprendre ce qui est en jeu :  
(Pour une lecture plein écran, clic sur le rectangle en bas à droite du cadre)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 16 juillet 2013

Les Joissains ne perdent rien pour attendre…

Pour tenter de s'exonérer de leurs excès, Maryse Joissains et son clan croient malin de s'en prendre à ma personne et à mon honneur. Pleurera bien qui... 

Hotel Ville scandaleux

Je pensais pouvoir publier aujourd'hui la suite de l'article de vendredi au sujet des manœuvres indignes de Maryse Joissains et de son clan à mon encontre. Mais, la procédure sur le contrat illégal de directeur de cabinet d'Alain Joissains étant devant la Cour administrative d'appel, j'ai préféré demander conseil à mon avocat. Je suis dans cette attente mais je ne manquerai pas à mon devoir de vous informer sans tarder.

D'ici là, il est toujours possible de jeter un œil à la mise en ligne du dossier de L'Express sur son site et de lire ou relire mon précédent article.

 La maire d'Aix, virtuose de la pratique du favoritisme
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/la-maire-d-aix-en-provence-virtuose-de-la-pratique-du-favoritisme_1266528.html

"L'Express canarde Maryse Joissains et son clan" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/07/12/27623925.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]