mardi 23 décembre 2014

Le blog se re-pause en attendant 2015

blog pause 4

Mon blog m'a gentiment prévenu. Pas question que je ne lui octroie pas sa petite pause de fin d'année. Chic ! Ça tombe bien, c'est aussi le temps de la mienne. Alors, hein, j'aurais bien mauvais cœur à vous faire venir ici tous les jours pour rien. Mais, si l'humeur vous titille, vous pouvez continuer à consulter le blog pour tout, il y a matière. 
La reprise est fixée à début janvier. D'ici là, permettez-moi, chers amis, de vous souhaiter de délectables réjouissances. Mais ne faites quand même pas ce que je ne ferais pas, ce qui vous laisse en fait... tout champ libre !

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 19 décembre 2014

Le Ravi de décembre relève les bras mais a aussi besoin de notre soutien !

Une RAVI 124 en grand

Y a-t-il cadeau plus approprié et plus utile en cette fin d'année que de se procurer le Ravi ?
S'il n'est sorti que ce jeudi au lieu de l'habituel premier vendredi du mois, ce n'est pas pour faire plaisir au sapin du calendrier. Non, c'est parce qu'il traverse un moment désagréable pour tenter de se maintenir. Le mensuel ne vit pas de la publicité mais de l'effort conjoint de son équipe et de ses lecteurs pour lui assurer une parution régulière.
Il est édité par une association, La Tchatche. Ses fonds disponibles étant faibles et fragiles, elle a dû passer devant le tribunal d'instance qui a accepté de la placer en redressement judiciaire (lire l'édito sur le site). Résultat, elle peut donc continuer à imprimer ses joyeuses pages.
Dans le cadre de ce statut, qui sera provisoire, espérons-le, le Ravi peut encore relever les bras. Mais cela va se faire en modifiant un peu sa pagination, une façon de réduire pour un temps les dépenses de fabrication.
Cela n'affectera en aucune manière la qualité des informations. Il est donc plus que jamais nécessaire et pressant d'apporter un soutien à ce journal original qui secoue les branches quand d'autres nous les servent en bûches sans sève. On pourra d'ailleurs le vérifier sans peine avec ce numéro 124 de décembre (pour s'abonner, voir aussi sur le site).
On y trouve un article sur la mise en question du pluralisme des médias et un autre sur l'économie sociale et solidaire. Puis, pour éclairer notre lanterne citoyenne, le Ravi a établi le palmarès des élus cumulards de notre région (100 élus sont ainsi impitoyablement passés au grill) - le non cumul est un sujet qui me tient à cœur -, et une analyse sur les risques politiques majeurs que font courir les poussées de l'extrême-droite pour les échéances électorales de 2015, départementales et régionales, en particulier en Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Il faut lire aussi le compte-rendu, en forme de contrôle technique de la démocratie, minute par minute, du conseil d'arrondissement de Marseille où un frontiste dirige la mairie, démonstration révélatrice sur les méthodes employées.
Enfin, comme je le répète à chaque parution, les brèves, les beaux dessins et l'humour sont un régal qui apporte un contrepoint revigorant aux nouvelles parfois bien cafardeuses.

Le sommaire de décembre :
http://www.leravi.org/spip.php?article1920
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/pages/le-Ravi/129098087994
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 15 décembre 2014

La Constance : Quand Maryse Joissains a besoin de mobiliser sa claque...

Le projet d'urbanisation du plateau naturel de la Constance a été présenté une dernière fois il y a quelques jours. Maryse Joissains avait mobilisé sa claque pour tenter de contrecarrer les opposants. Récit...

constance google
Ceci est le plateau naturel de la Constance visé par l'urbanisation
(Clic sur l'image pour agrandir)
 

Il était une fois, et il est toujours, un beau plateau situé à l'Ouest d'Aix. Paul Cezanne venait y peindre notamment des vues de Sainte-Victoire immortalisées sur des toiles qui figurent dans les plus grands musées du monde. Ce vaste plateau fait l'objet d'un projet d'urbanisation qui risque fort d'engloutir à tout jamais les multiples richesses naturelles, agricoles et patrimoniales qui constituent son identité. Maryse Joissains a décidé de faire un sort à ces 100ha en y programmant une opération de bétonnage.
La réunion publique d'information, abusivement appelée réunion de concertation, qui a eu lieu il y a quelques jours a été la triste occasion d'entendre la confirmation que l'espace encore assez intact de la Constance fera les frais d'un changement irréversible.
Sachant que des contestations existent, la municipalité avait bourré la salle en faisant venir sa claque, des personnes que nous n'avions jamais vues au cours des cinq réunions précédentes. Elles ont pourtant pris la parole pour dire tout le bien qu'on leur avait demandé de dire. Elles ont applaudi mécaniquement comme les chauffeurs de salle en intiment l'ordre au public complice dans les studios des émissions de télévision. J'avais rarement constaté pareille manipulation dans des réunions de ce type.
Il y a eu aussi des questions émanant d'opposants, bien plus argumentées que les témoignages ou les compliments téléphonés des mobilisés.
En préambule, la maire d'Aix a prononcé quelques mots pour rappeler l'importance de cette opération et s'est un peu embrouillée en annonçant la projection d'un film alors qu'il s'agissait d'un diaporama. Mais bon, ce n'est pas grave.
Ce sont ensuite les techniciens qui ont tour à tour apporté leurs lumières. Le scénario était bien écrit puisque plusieurs élus de la majorité ont pris "spontanément" le relais pour enfoncer le clou et vanter la pertinence du projet.
On nous a précisé que la Salle de musiques actuelles et le Pôle numérique se feraient sur des terrains déjà propriétés de la Ville et que le reste de l'urbanisation suivrait le calendrier (sur 15 ans) une fois le Plan local d'urbanisme adopté : 3.500 logements, 8.000 m² de commerces et services et 67.000 m² d'activités tertiaires.
Selon les principes exposés, et pour anesthésier un peu plus les heureux invités-malgré-eux, tout serait déjà prévu : les voiries, les transports, la préservation agricole, la lutte contre le bruit et la pollution de l'air et le respect du patrimoine, les promesses de cadeaux de fin d'année tombant par hottes entières sur un public ébahi qui découvrait ce soir-là tant de choses auxquelles il ne s'était pas intéressé jusque là. Et cerise plastronnant fièrement sur le plateau, histoire de compléter la félicité ambiante, le projet fera l'objet d'un concours international. Dormez, braves gens, vous êtes déjà aux portes du paradis.

Précisions :
En 1996, la municipalité de Jean-François Picheral avait pris la décision, dûment validée par le préfet, de créer une Zone d'aménagement différé sur le secteur de la Constance. Une ZAD est en quelque sorte une précaution salutaire ayant un but anti-spéculatif afin d'éviter que des terrains nécessaires à la réalisation d'un projet d'aménagement public soient renchéris lors de l'annonce d'un projet. La durée de la ZAD avait été fixée à 14 ans. De fait, elle est caduque depuis 2010.
Le maire de l'époque, et jusqu'à l'élection de Maryse Joissains en 2001, avait eu le souci de préserver le plateau, sans pour autant, contrairement à ce que laisse entendre la maire actuelle, avoir envisagé ou défini un quelconque projet d'urbanisation tel que le propose Maryse Joissains.
Il faudra donc que le PLU et le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) soient votés et non contestés pour que le bouleversement de la Constance devienne irréversible. Ces deux documents sont encore en phase d'élaboration pour une validation qui n'aura pas lieu dans le meilleur des cas avant fin 2015, à quelques mois ou semaines de l'entrée en vigueur de la Métropole. Suivez mon regard...

"Non au Zac'cage du plateau de la Constance !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/11/27/31041364.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 décembre 2014

PDU : De gros retards à rattraper... et des objectifs encore insuffisants

Se déplacera-t-on vraiment mieux dans 10 ans ? C'est l'objectif affiché du projet de Plan de déplacements urbains qui a été présenté la semaine dernière en réunion publique. Mais de gros doutes subsistent sur ses effets réels...

PDU AUPA annonce

Poursuivons aujourd'hui avec un autre des thèmes lourds censés structurer et développer la mobilité dans nos territoires. La semaine dernière, s'est tenue une nouvelle réunion publique au sujet du Plan de déplacements urbains intercommunal, que l'on nous avait encore une fois annoncée comme une réunion de concertation. Il est plus vrai de dire qu'il s'agit d'une réunion d'information générale.
Le projet de PDU avait déjà été présenté il y a un an. Mais l'intégration en janvier 2014 des communes de Gardanne et de Gréasque dans la Communauté du Pays d'Aix a nécessité quelques ajustements. Et c'est cette mouture revue qui a fait l'objet de la rencontre organisée au centre de congrès qui était loin d'être complet. J'avais compté environ sept dizaines de personnes, nombre que La Provence a aussi estimé à 70. Mais l'essentiel n'est pas vraiment là.
En deux heures, en l'absence de Maryse Joissains, nous avons eu droit à une vidéo anesthésiante dans laquelle elle insistait sur l'importance des enjeux environnementaux. Puis, à un diaporama avec cartes et chiffres commentés par des techniciens. Et enfin, à des propos liminaires par des élus.
Le débat proposé avec la salle a duré une heure. Une douzaine d'intervenants ont posé des questions, en très grande majorité pour des demandes d'explications et des observations sur ce qu'ils estiment être des oublis ou des incohérences du projet. C'était leur droit de le faire puisque le PDU en est encore au stade de l'élaboration, sachant que l'enquête publique officielle serait ouverte en septembre et le vote par la CPA envisagé en décembre 2015.
Des points importants ont été soulevés par le public, portant notamment sur l'insuffisance des moyens à mettre en œuvre pour lutter plus efficacement contre le bruit et la pollution atmosphérique dus à la circulation automobile, sur la demande de limitation de la vitesse à 90 km/h sur la portion Sud de l'autoroute A8 (comme cela a été fait sur l'A51), sur le projet de tracé initial Jas de Bouffan / Malacrida du Bus à haut niveau de service (BHNS) dont la ligne a récemment été réduite de 2 kms avec terminus au Krypton (passant de 9,3 kms à 7,3), ou encore sur les liens entre déplacements et urbanisme.
A mon avis, même si des progrès ont été enregistrés grâce à des mesures prises malheureusement de manière cosmétique ces dernières années, on ne peut oublier le fiasco des V'Hello, le gâchis du réseau d'Aix en bus toujours pas satisfaisant (avec un surcoût de 28 M€) et les records vertigineux répétés de pollution ! Les retards demeurent tellement importants que le PDU risque fort de ne pas être aussi radieux que l'on veut bien nous le faire croire. 
A noter : 
- Dans le cadre de la modernisation de la ligne ferroviaire Aix-Marseille, une réunion publique a eu lieu fin novembre pour discuter de la création d'une halte à Luynes.
- Le premier projet de PDU de 2005 avait été annulé en 2008 par le Tribunal administratif.
- Le nouveau projet de 2013 avait reçu un avis favorable lors de l'enquête publique mais avait été assorti de nombreuses réserves.
- Le coût du PDU est estimé à 445 M€ d'investissement et à 757 M€ de fonctionnement entre 2015 et 2025.

PDU AUPA Carte
La plaquette PDU 2015-2025 de l'Agence d'urbanisme du Pays d'Aix
http://www.aupa.fr/sites/default/files/plaquette%20PDU%202015-2025%20CPA.pdf?passed=1

Mon article de 2013 :
"PDU : Maryse Joissains aussi véloce qu'un escargot muni d'un frein !" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/06/18/27454936.html

Et aussi en 2014 :
"Et maintenant, un Bus à haut niveau de service en marche arrière…"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/10/28/30846950.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 3 décembre 2014

Pays d'Aix : Quand les chiffres parlent vrai, il y a de quoi s'inquiéter…

Depuis 2006, Aix et le Pays d'Aix régressent régulièrement et à grands pas : démographie en baisse, logements insuffisants, emploi en recul. Les statistiques sont impitoyables...

SCOT stats
(Clic sur l'image pour agrandir)

Ce tableau regroupe trois grands indicateurs montrant les évolutions de la démographie, du nombre de logements et de celui des emplois créés par périodes allant de 5 à 9 ans. Elles coïncident peu ou prou aux diverses municipalités qui se sont succédé. Même si l'intercommunalité n'a été mise en place qu'en 2000, les données présentées ici correspondent bien toutes au territoire du pays d'Aix.
Ces données significatives ont été compilées dans un document en trois parties établi par l'Agence d'urbanisme du Pays d'Aix (AUPA) et son Observatoire des dynamiques territoriales (ID20). Elles ont été divulguées et commentées lors de la réunion publique d'information sur le projet de Schéma de cohérence territoriale (SCOT) qui s'est tenue mi-novembre.
L'histogramme que j'ai reconstitué est très parlant.
Alors que la démographie a toujours connu une évolution très marquée, allant jusqu'à doubler entre les années 60 et le milieu des années 2000, elle subit depuis 2006 une chute spectaculaire pour n'atteindre plus que 157 habitants de plus en 5 ans. Les dernières statistiques de l'Insee ont d'ailleurs confirmé que, lors du plus récent recensement, la Ville d'Aix a enregistré une perte d'habitants au profit de plus petites communes de la Communnauté du Pays d'Aix.
Sans surprise, cette dégringolade est principalement imputable à la difficulté de se loger, à cause d'un nombre global de constructions en baisse, des prix du foncier et des loyers très élevés et d'une offre de transports collectifs très insuffisante.
Pour ce qui concerne les créations nettes d'emplois, on peut également observer une réduction due à ces mêmes causes et, à partir de 2008, aux effets de la crise. Pourtant, jusqu'ici, l'on nous disait que, contre vents et marées, le Pays d'Aix avait su se maintenir à un niveau supérieur à ceux des Bouches-du-Rhône et de la région. Or, il est regrettable de noter que l'avance qui a longtemps prévalu pour assurer un développement dynamique s'effrite de plus en plus fortement et ne laisse pas d'inquiéter.
Au vu de ces données, je ne peux éviter de répéter que l'absence depuis 2001 de documents tels que le Plan local d'urbanisme et le Plan de déplacements urbains et l'insuffisance du Plan local de l'habitat, que l'on nous présente seulement maintenant, auront porté de bien mauvais coups à notre territoire. Et c'est la population qui en supporte les conséquences directes.

SCOT construction neuve

SCOT construction évolution

SCOT construction prov 26

Population à Aix

SCOT population

SCOT population 2

Les 3 documents sur le site de l'AUPA :
Partie 1 :
http://www.aupa.fr/sites/default/files/ID20%20-%20Partie%20I%20-%20Dec%202013.pdf?passed=1
Partie 2 :
http://www.aupa.fr/sites/default/files/ID20%20-%20Partie%20II%20-%20Oct2014%20FINAL.pdf?passed=1
Partie 3 (nouveau) :
http://www.aupa.fr/sites/default/files/cwm_fiche/ID20%20-%20Partie%20III%20-%20Octobre%202014.pdf?passed=1

Mes précédents articles (ordre chronologique) :
"Le projet de Joissains ne m'a pas PLU…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/08/04/30356688.html
"SCOT : Le projet de Maryse Joissains est loin du sujet… et loin des sujets" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/11/18/30980257.html 
"Pourquoi le Pays d'Aix perd des habitants et des étudiants" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/11/24/31016914.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 27 novembre 2014

Non au Zac'cage du plateau de la Constance !

A Aix-en-Provence, le plateau naturel, agricole et culturel de la Constance (100ha) est sous la menace d'une urbanisation désastreuse. Voici les raisons de s'y opposer… 

constance plan urbanisation projeté
Plan de l'urbanisation projetée des 100ha de la Constance
(Clic sur l'image pour agrandir)

Au risque de paraître insistant voire lourdingue, je reviens une fois encore sur le projet d'urbanisation du plateau de la Constance. Le sujet reste d'actualité puisque la mairie a même programmé une autre réunion publique le 5 décembre.
Pour ma part, avec mes amis du Collectif de défense de la Constance (CODEC), j'ai participé lundi à une distribution de tracts auprès des personnes qui se rendaient au pince-fesses censé auto-célébrer l'obtention du label French tech pour Aix et Marseille.
Pour être aussi clairs que précis, nous réaffirmons que nous ne sommes pas contre les deux projets du Pôle numérique et de la Salle de musiques actuelles, qui répondent à de vraies nécessités. Mais nous n'acceptons pas qu'ils soient parachutés sur le secteur de la Constance comme les têtes de pont d'une urbanisation prévue sur 100ha.
Pour que l'information soit complète et permette à chacun de mieux mesurer les risques irréversibles qui menacent la Constance, je publie ci-dessous le texte intégral du tract.

Article de La Provence du 26 novembre 2014 
CODEC manif 24

CODEC manif 24

Membres du CODEC présents :
Régis Delalande, François Hamy, Lucien-Alexandre Castronovo (élu),
Thomas Metzger, Edouard Baldo (élu) et Hervé Guerrera (élu) 
(NB : Les élus présents le sont à titre individuel et non pas au nom du groupe municipal) 

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

"La Constance : Non à l'urbanisation, oui à la préservation !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/10/20/30799102.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 novembre 2014

Pourquoi le Pays d'Aix perd des habitants et des étudiants...

Quels sont des plus et les moins de la Communauté du pays d'Aix ? Si certains indicateurs sont assez encourageants, d'autres sont plutôt inquiétants, tels ceux de la démographie en général et des effectifs étudiants en particulier qui sont en baisse depuis plusieurs années. Tour d'horizon...

AUPA démogr

En complément de mon article de la semaine dernière, voici, pour ainsi dire, un nouveau regard sur les failles mais aussi les atouts de la Communauté du pays d'Aix. Il s'agit d'une série de documents regroupant des analyses à partir d'une vingtaine d'indicateurs stratégiques en forme de baromètre donnant une photographie de notre société locale.
Les informations compilées et présentées dans ces documents sont très instructives à maints égards car "elles croisent des données urbaines, économiques, éducatives, sociales et environnementales, offrant ainsi une lecture la plus précise possible de la réalité du territoire".
On y trouve en particulier la confirmation des problèmes de logement et de transports, de la baisse de la démographie et des effectifs étudiants, sans oublier le signalement bien connu de la mauvaise qualité de l'air.
Vendredi, La Provence y a consacré un article très synthétique. Mais on peut prendre connaissance des deux parties complètes de l'étude sur le site de l'Agence d'urbanisme du pays d'Aix (AUPA) qui sont en lien ci-dessous. Ces documents méritent toute notre attention. Chacun pourra ainsi se faire sa propre opinion.
En tout cas, la mienne est que l'avenir de notre territoire ne pourra trouver son salut que dans la prise en compte globale du fait métropolitain, seul apte à mutualiser les compétences, les moyens et les retombées en termes de développement, d'équilibre, de cohésion et de solidarité. 

AUPA D

AUPA encadré

Les documents sur le site de l'AUPA :
Partie 1 :

http://www.aupa.fr/sites/default/files/ID20%20-%20Partie%20I%20-%20Dec%202013.pdf?passed=1
Partie 2 :
http://www.aupa.fr/sites/default/files/ID20%20-%20Partie%20II%20-%20Oct2014%20FINAL.pdf?passed=1

Mon précédent article :
"SCOT : Le projet de Maryse Joissains est loin du sujet… et loin des sujets" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/11/18/30980257.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 18 novembre 2014

SCOT : Le projet de Maryse Joissains est loin du sujet... et loin des sujets

Présenté en réunion publique, le projet du Schéma de cohérence territoriale manque en fait de... cohérence avec les besoins réels de la population. Notamment en matière de logement, de transports et d'environnement. Récit... 

SCOT 2014 B

"Où se loger ? Comment se déplacer ? Où travailler ? Où consommer ?"
Ce sont des questions auxquelles tout un chacun est confronté dans sa vie courante. Seulement voilà, nul ne peut y répondre dans son coin sans croiser ces interrogations et sans se soucier du contexte plus vaste où l'on vit. C'est le rôle de la Communauté du pays d'Aix d'en fixer le cadre et les grandes lignes. On appelle cela le Schéma de cohérence territoriale.
Un projet existait déjà il y a peu, mais qui n'avait pas été validé par un vote définitif. En janvier 2014, la CPA qui comptait 34 communes en a accueilli deux nouvelles, Gardanne et Gréasque. Le projet de SCOT a donc été remis en chantier pour l'adapter.
Le 12 novembre, une réunion publique a eu lieu à Puyricard pour présenter le diagnostic territorial modifié qui inclut désormais les deux entrées. Cette phase de la procédure est tout à fait normale et prévue par la loi.
Que retirer de cette présentation ? Le diagnostic dresse un état des lieux exhaustif avec les points forts et les points faibles, atouts et handicaps à prendre en compte pour assurer le développement du Pays d'Aix pour les 20 prochaines années. Diverses pistes de travail sont proposées comme cela avait été le cas à Aix pour le Plan local d'urbanisme. Ce document est une base de données et d'hypothèses qui, avant d'être applicable, devra encore être soumis à l'enquête publique et aux avis des personnes qualifiées et associées et de l'Etat.
S'il est intéressant d'imaginer le futur de nos territoires, voire de le rêver, en revanche, le constat des réalités actuelles est inquiétant dans certains aspects primordiaux tels que le logement, les transports ou l'environnement au sens large. Et ce ne sont pas les ambitions trop timorées affirmées dans le document qui permettront d'avancer.
Lors de la réunion publique, il faut le préciser, rien n'a été caché sur ces réalités. Et, même si un tel exercice est toujours frustant, le public a pu poser quelques questions. L'impression générale, c'est aussi la mienne, est que le SCOT, qui se situe au-dessus du PLU, lui ressemble fortement par l'insuffisance des politiques envisagées, en particulier pour les logements et les transports.
D'ailleurs, une enquête de l'Insee présentée hier dans La Provence a corroboré le ralentissement et l'inadéquation de ces politiques menées entre 2006 et 2011 face aux besoins réels de la population aixoise. Deux points majeurs en illustrent les conséquences. Dans la période, la ville a perdu 2.000 habitants (du jamais vu !), principalement des étudiants et des jeunes actifs, et les résidences secondaires et les habitats vacants progressent au détriment des résidences principales.
Ces constats ne doivent rien au hasard. Il s'agit bien du résultat des choix opérés par l'exécutif de la CPA et celui de la Ville d'Aix tous deux dirigés par Maryse Joissains.
Pour conclure, j'ajouterai que, si après plus d'une décennie d'inaction, l'on a vu Maryse Joissains subitement forcer le pas pour présenter les projets du SCOT et du PLU, c'est simplement par calcul politicard. Tout le monde a compris qu'elle tente de les faire voter coûte que coûte avant l'entrée en vigueur en 2016 de la métropole qu'elle conteste. Le délai se réduit de jour en jour et il n'est pas dit que, même en cas d'adoption fin 2015, ces projets ne soient pas suspendus au dépôt probable de recours devant les juridictions.
P. S. : Parmi les élus présents, ceux de Démocratie pour Aix : Edouard Baldo, Noëlle Ciccolini-Jouffret, Jean-Jacques Politano, Lucien-Alexandre Castronovo, Hervé Guerrera et Michèle Einaudi.

"Le projet de Joissains ne m'a pas PLU…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/08/04/30356688.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 14 novembre 2014

Etre élu d'opposition est un vrai combat de tous les instants...

Comment exercer au mieux un rôle actif quand on siège dans l'opposition ? D'abord en remplissant pleinement sa fonction. Et en étant présent partout où la loi nous permet de l'être. Mais il faut surtout ferrailler pied à pied. Explications... 

democratieIl y a bien sûr les séances publiques du conseil municipal, et celles de la Communauté du pays d'Aix pour ceux qui en font partie. Depuis l'élection de mars dernier, il y en a déjà eu neuf à la mairie et quatre à la CPA. Ce sont les principaux lieux des débats pour lesquels nous recevons des tonnes de documents que nous étudions en groupe dans tous les détails.
Nous sommes également toujours aux rendez-vous des commissions, comme celles des finances, de l'urbanisme et des appels d'offres. C'est souvent là que l'on dispose en avant-première d'un certain nombre d'informations importantes.
D'autres moyens existent. Les réunions publiques thématiques (imposées par la loi) sont aussi l'occasion de découvrir les grandes lignes des projets et de rencontrer la population. Ainsi, à titre personnel, il y a quinze jours, j'étais à la commission d'appel d'offres. Et mercredi matin, à la réunion préparatoire de la commission du secteur sauvegardé et le soir à la réunion publique présentant le diagnostic du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) qui conditionne tous les autres plans, Plan local d'urbanisme, Plan des déplacements urbains et Plan local de l'habitat. Je n'inclus pas les cérémonies officielles annuelles que nous honorons de notre présence.
Ce très bref tour d'horizon des activités liées à la vie de l'élu m'amène à faire part d'un autre volet, celui de l'ambiance que l'on rencontre ici et là dans les diverses instances de travail que nous fréquentons. En général, elle est plutôt sereine dans les commissions auxquelles participent d'ailleurs les fonctionnaires chargés des dossiers selon leurs fonctions respectives. L'écoute est mutuelle et les échanges de points de vue sont courtois car nous sommes là dans un domaine technique ou administratif plus que politique et antagoniste.
Les prises de position et les votes, accords ou désaccords, se font ensuite au conseil municipal et au conseil communautaire. Comme on peut l'imaginer, c'est au sujet des dossiers fondamentaux que les débats sont souvent vifs et rugueux. Il faut être sans cesse en éveil et sans faiblesse pour faire prévaloir ses arguments.

democratiqueJe dois reconnaître que l'on ne nous limite pas le temps de parole pour objecter, défendre nos opinions et le cas échéant pour émettre des propositions. En revanche, et c'est sans doute ce qui se passe aussi dans d'autres collectivités, certains élus essaient de couvrir notre voix en cherchant à nous déstabiliser par des réflexions intempestives lancées à l'emporte-pièce. Ce parasitage émanant de quelques élus bien identifiés de la majorité, le plus souvent des élus à l'esprit borné et lèche-bottes, nous agace mais ne parvient pas à nous faire taire. Nous l'avons signalé en séance à Maryse Joissains qui leur a demandé de se calmer. Lors du dernier conseil municipal, cela a eu son effet.
Quant à l'ambiance des conseils communautaires, elle est toute autre, on peut même dire exempte d'éclats de voix. D'abord, parce qu'il n'existe pas de groupes d'opposition constitués comme à la mairie et les élus s'expriment par conséquent à titre plus personnel. Ensuite, parce que le système de l'intercommunalité permet aux maires des 36 communes d'être soit vice-présidents, soit/ou membres du bureau. Dès lors, beaucoup de décisions sont souvent prises dans un consensus qui efface les appartenances politiques, droite, gauche et sans étiquette.
Il se trouve que la représentation de la Ville d'Aix comporte six élus d'opposition, issus de notre groupe municipal Démocratie pour Aix, et que nous sommes donc les plus nombreux parmi ceux qui expriment des désaccords en comparaison avec le reste de l'assemblée. Il y a bien quelques maires qui apportent parfois la contradiction ou des nuances dans l'appréciation des dossiers. Mais ce sont nos prises de parole qui sont en rupture avec l'unanimité quasi contrainte.
A la fin de la séance d'octobre, dans les couloirs, deux maires (un de droite et un de gauche) sont venus vers moi pour me faire part de leur agacement. "Il y en a marre. Il faut arrêter d'importer ici vos guerres aixo-aixoises. Ici, il faut mettre la politique de côté et travailler tous ensemble." Or, pour ce qui me concerne, ce soir-là j'étais intervenu sur des dossiers de portée communautaire : les transports, la taxe d'enlèvement des ordures ménagères, la situation financière et les effectifs de la CPA, la métropole et le projet de la salle des musiques actuelles dans le cadre de l'urbanisation du plateau de la Constance.
Le ton de ces deux maires ne m'a pas plus. Ma réplique a été la suivante : "Libre à vous de penser ce que vous voulez. Et même de défendre les intérêtes de vos propres communes quand cela vous arrange. Laissez-moi la liberté de défendre ce pour quoi j'ai été élu. Contrairement à vous, aucune contrepartie financière ne pourra m'en empêcher". C'est dit.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 10 novembre 2014

Le Ravi de novembre fait tomber les masques de l'extrême-droite...

une ravi 123

Plutôt que des discours lénifiants, des propos rébarbatifs mille fois rabâchés ou des théories oiseuses, les journalistes du Ravi sont allés chercher directement sur le terrain divers cas concrets et de multiples témoignages illustrant les pratiques de l'extrême-droite.
Que ce soit sur ses méthodes de gestion des communes gagnées ou sur ses comportements politicards, cette droite-là n'est en réalité pas aussi vertueuse qu'elle voudrait le faire croire à travers sa propagande électorale et tous les médias.
L'enquête de novembre révèle de nombreuses situations de guerres internes, de copinages et d'intérêts personnels, de connivences aussi avec la droite classique. Cette investigation fait utilement tomber les masques en s'appuyant sur des cas précis d'application des outrances des élus FN, comme par exemple dans leurs réunions publiques ou conférences de presse où certains médias sont refoulés à l'entrée.
Il faut lire la page consacrée au compte-rendu de la séance du conseil municipal de Cogolin (Var) pour mesurer comment fonctionne une mairie frontiste.
Autre exemple récent de dérive, pour lequel le mensuel a sollicité ma contribution, celui de l'autorisation accordée par Maryse Joissains aux élus d'extrême-droite du conseil municipal d'Aix pour créer un groupe.
Le Ravi présente aussi un compte-rendu de la réunion de militants UMP qui s'est tenue à Aix dont les propos anti-sociaux n'ont, par certains côtés, rien à envier à ceux de l'extrême-droite.
Alors, un bon avertissement valant mieux que deux, je vous incite à lire ce numéro particulièrement riche en informations introuvables ailleurs. Je veux aussi insister sur la nécessité de faire vivre un journal comme le Ravi dont les moyens financiers sont limités mais qui est vital pour assurer une information indépendante qui porte son regard hors des sentiers battus. On peut lui apporter son soutien en achetant chaque numéro, en s'abonnant ou en faisant un don. Vous ne le regretterez pas.

Un bon article sur le site d'ACRIMED : 
Pourquoi il faut soutenir la presse alternative :
http://www.acrimed.org/article4496.html

 Le sommaire de novembre :
http://www.leravi.org/spip.php?article1895
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/pages/le-Ravi/129098087994
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]