jeudi 27 avril 2017

Conseil municipal : Maryse Joissains accumule les revers de sa politique

Chaque séance publique du conseil municipal réserve son lot de surprises et de revers. Et pas vraiment glorieux pour la majorité. Ferme rappel à l'ordre de la justice, recadrages précis du préfet, décisions renversantes ! Petit tour d'horizon ici...

hôtel de ville salle des etats de provence - Copie

En l'absence de Maryse Joissains, le dernier conseil municipal a été présidé par le premier adjoint.
Dans mes précédents articles (voir ci-dessous), j'ai évoqué trois thèmes qui ne sont pas à la gloire de la municipalité. Et c'est peu dire.
Le refus sans motif valable de la majorité d'examiner la question orale dûment déposée que notre groupe Démocratie pour Aix présentait pour demander à la maire de condamner les nombreuses provocations et exactions de l'extrême-droite à Aix.
La décision de la cour administrative d'appel qui a rejeté le recours obstiné de la Ville qui avait choisi de vendre illégalement les parkings publics.
Et le camouflet venu du préfet pour l'égalité des chances certifiant que les subventions aux associations de quartiers ne posaient aucun problème, contrairement à ce que prétendait une élue frontiste qui voulait les en priver en embarquant Maryse Joissains dans ce délirant procès en haine et en racisme.
Comme c'est le cas à chaque séance, un grand nombre de délibérations de routine ont été votées. Mais nous avons accroché la mairie sur plusieurs autres sujets.
De nouveau, le Plan local d'urbanisme pour un avenant qui soi-disant précise des adaptations mais qui ne nous paraissent pas modifier l'économie générale du PLU qui est peu ambitieuse. Que ce soit pour les constructions de logements, les déplacements ou l'environnement. Nous avons voté contre.
On a appris qu'une trentaine d'infiltrations d'eau de pluie ont été détectées depuis l'ouverture il y a dix ans du Grand Théâtre de Provence. La Ville doit maintenant gérer ce problème par elle-même puisqu'elle a voulu rapatrier le bâtiment jusque-là confié à l'ex-communauté du Pays d'Aix pour le soustraire à la métropole. A cause de ce transfert, auquel nous étions opposés, et des garanties d'assurance qui laissent peu de temps pour agir, la mairie doit traiter le dossier en urgence.
Est aussi revenu le débat sur les rythmes scolaires qui, à Aix, sont loin d'être à la hauteur pour la qualité des activités proposées aux enfants et dont se plaignent pas mal de parents. Nous avions pourtant dès le départ alerté et insisté sur la nécessité de considérer cette réforme avec sérieux : donner du sens et du fond aux animations et non pas se contenter de proposer de l'occupationnel.
Pour ma part, je suis intervenu sur plusieurs dossiers que je développerai bientôt, l'emplacement de la foire annuelle aux manèges, les compteurs Linky et une subvention très contestable à l'association des commerçants.

CM 29 31

CM 29 31

"Refus de la mairie d'une motion contre l'extrême-droite !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/04/04/35130993.html
"Vente illégale des parkings : Maryse Joissains perd aussi en appel !"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/04/13/35156216.html
"Aides aux associations : Maryse Joissains et frontistes recadrés par le préfet"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/04/07/35138814.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 20 avril 2017

Dans le Ravi d'avril : Oui aux urnes, non aux casseroles !

une ravi 150

Finie la rigolade. On les a tous vus et entendus, les m'as-tu-vu, les grandes gueules, les j'ai-un-destin, les haineux, les voleurs, les minuscules, les fantaisistes. Et les dix recalés qui n'entreront ni à l'Elysée ni dans l'Histoire. Mieux vaut donc réfléchir avant qu'on nous explique ce qui s'est passé dans les urnes à notre aveuglant insu.
Le Ravi lance l'alerte dans sa grosse enquête du mois, histoire de tirer les portraits des candidats aux mains sales et aux projets de casse sociale. Une bonne occasion de rafraîchir la mémoire à ceux qui s'apprêteraient à s'abstenir, à voter nul ou à se laisser rouler à coups de marchandises avariées et nocives. Une fois de plus, hélas, on ne votera peut-être pas pour les meilleurs mais pour faire en sorte d'éviter les pires.
Eh bien, soit. Mais puisque nous avons droit à la parole, prenons-la, ne la gaspillons pas pour ne pas être ahuris par les surprises, les mauvaises.
Au sommaire d'avril aussi, des articles sur les inconduites d'élus pris les mains et la langue entière dans les pots de confiture, comme par exemple à Saint-Raphaël et à Istres. Et puis la drôle de façon dont certains maires dirigent leur conseil municipal, comme à Pertuis pour ne citer que lui.
A l'issue de l'élection présidentielle, on rira sans doute moins. Alors, ne restons pas couché, c'est la position des vaincus et... des morts.

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire d'avril :

http://www.leravi.org/spip.php?article2708
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 13 avril 2017

Vente illégale des parkings : Maryse Joissains perd aussi en cour d'appel !

Nouvelle déconvenue pour Maryse Joissains qui voulait vendre les parkings à la Semepa pour ne pas les transférer à la métropole alors que la loi l'y oblige. La cour administrative d'appel a rejeté son recours pour cause d'inaliénabilté de biens publics et absence d'appel d'offres. Une fois de plus, ce sont les Aixois qui paieront pour ces procès prévisiblement perdus d'avance... 

parking méjanes - Copie

Encore un procès perdu ! Pour une mauvaise cause ! Aux frais des Aixois ! La cour administrative d'appel de Marseille, saisie par Maryse Joissains après un premier camouflet au tribunal administratif, a statué. Non, les parcs de stationnement couverts ne peuvent pas être vendus par la Ville à la Semepa. Ils sont inaliénables en tant que bien public du domaine public. Pour le dire autrement, ils ont été payés par les Aixois et ils leur appartiennent.
Autre moyen juridique retenu par les juges, la délégation de service public conférée à la Semepa ne peut rendre cette dernière propriétaire des parkings qu'elle gère au nom de la Ville. Et quand bien même elle l'aurait pu, il aurait fallu procéder à un appel d'offres.
Double faute donc de la part de Maryse Joissains qui ne s'embarrasse guère de ne pas respecter le droit alors que nous l'avions prévenue en conseil municipal.
Comme on le sait, dans un premier temps, 
au nom d'un combat obstiné, elle avait cherché à s'opposer à l'avènement de la métropole par diverses procédures toutes jugées inopérantes. Perdu ! Puis, s'évertuant à ruser, elle avait rapatrié des équipements culturels et sportifs jusque-là gérés par l'ex-communauté du Pays d'Aix et qui auraient pu rejoindre la métopole.
Enfin, nouveau coup de force, elle a voulu faire obstruction au transfert des parkings et de l'office HLM Pays d'Aix habitat à la nouvelle institution. Là, le bras de fer était plus difficile car ces transferts sont obligatoires au regard des compétences accordées à Aix-Marseille-Métropole par les textes législatifs. Le préfet s'en est mêlé sans attendre et a mis en œuvre des recours tendant à l'annulation de toutes les décisions prises par la Ville : déclassement des parkings, résiliations des délégations de service public et saisines des tribunaux. Perdu encore une fois et sur toute la ligne pour Maryse Joissains !
Va-t-elle persister dans son entêtement en allant en cassation ? Ce ne serait pas surprenant de sa part. Pourquoi se gêner, n'est-ce pas ? Sauf que l'issue sera la même et que ce serait encore avec l'argent des Aixois !    

parkings prov 7

La saga de la vente ratée des parkings…

"Vente des parkings aixois : Par ici, les mauvaises (bonnes) affaires" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/28/32413696.html
"Vente des parkings : Maryse Joissains sévèrement retoquée par le préfet"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/01/24/34841947.html

Rappel : Aixois, ne riez pas trop, c'est vous qui payez ! 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/02/27/34985684.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 7 avril 2017

Aides aux associations : Maryse Joissains et frontistes recadrés par le préfet

Comme partout en France, Aix ne faisant pas exception, les élus frontistes ont une obsession, celle de vouloir priver certaines associations de quartiers de subventions. Leur méthode ? User de prétextes délirants et nauséeux cachant mal leur haine et leur racisme. Hélas, mais cela devient une habitude, Maryse Joissains dit "comprendre" leurs points de vue. Bonne nouvelle, le préfet vient de les recadrer en confirmant son soutien aux associations visées...  

CM 29 31
Prise de connaissance de la lettre du préfet en plein conseil municipal
(merci à Gaëlle Lenfant pour la photo)

Le fonds de commerce électoral de l'extrême-droite dans toutes les collectivités où elle a des élus repose entre autres sur la mise en cause des subventions à certaines associations de quartiers.
Ces structures, tout comme les centres sociaux avec lesquels elles nouent des partenariats, réalisent pourtant un travail remarquable auprès des populations qui connaissent des difficultés et des situations de précarité de tous ordres : recherche d'emploi, accompagnement social, découvertes culturelles, aide aux femmes, alphabétisation, aide à la scolarité, citoyenneté, loisirs…
Elles sont dûment reconnues par l'Etat et les collectivités locales notamment dans le cadre des projets de ce qu'on appelle la politique de la ville. Elles sont agrées et, ce qui est normal, soumises comme toutes autres associations à des contrôles et tenues de fournir le bilan de leurs activités. A Aix, ces structures existent et sont identifiées depuis de longues années. Elles ne posent aucun problème.
En décembre, mais ce n'était pas la première fois, une élue frontiste, 
guidée comme à son habitude par son obsession pathologique contre tout ce qui a trait de près ou de loin à des dispositifs en faveur de la solidarité et de la cohésion sociale, avait demandé la parole et déroulé des propos délirants.
Au passage, il faut savoir que cette personne, qui ne se distingue dans aucun autre domaine significatif, vote les yeux aussi fermés que l'esprit l'ensemble des délibérations présentées par la majorité.
Elle avait
 donc interpellé Maryse Joissains pour faire supprimer les subventions auxdites associations. La maire les avait alors suspendues mais avait fini par les accorder et avait écrit au préfet pour connaître son point de vue. La réponse circonstanciée est arrivée il y a quelques jours validant le soutien entier de l'Etat.
Pourquoi et comment Maryse Joissains a-t-elle pu se laisser embarquer dans un procès aussi orienté que nauséeux livré par une élue frontiste dont elle ne peut ignorer les habituels objectifs haineux à l'encontre d'associations de proximité ? Pour avoir la réponse, je vous invite à lire ou à relire ce que j'écrivais en décembre dernier
(voir lien ci-dessous).

La lettre du préfet délégué pour l'égalité des chances

CM 29 31CM 29 31
"Nausée : Quand Maryse Joissains s'aligne sur l'extrême-droite !"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/12/23/34720501.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 4 avril 2017

Conseil municipal : Refus de la mairie d'une motion contre l'extrême-droite !

En l'absence de Maryse Joissains au conseil municipal de vendredi, le premier adjoint a refusé d'examiner le question orale de notre groupe Démocratie pour Aix demandant le vote d'une motion contre les nombreuses provocations et exactions de l'extrême-droite à Aix. Nous n'en resterons pas là...  

CM 29 31

Même avec ses 83 rapports inscrits (80+3) à l'ordre du jour, le conseil municipal de vendredi n'a pas été long, deux heures et demie. Et pas aussi houleux qu'en février. Maryse Joissains, souffrante, a été remplacée par son premier adjoint. Nous n'en avons pas moins bataillé sur certains dossiers.
Au mépris du droit, Gérard Bramoullé a décidé de renvoyer notre question orale à la prochaine séance alors que nous avions règlementairement informé la mairie. Pourtant, nous voulions parler d'un sujet d'actualité, les diverses provocations d'extrême-droite et les agissements graves et répétés de l'Action française, une dizaine notamment depuis quelques temps à Aix. Nous demandions le vote d'une motion pour condamner toutes ses violences.
Face au refus du premier adjoint d'examiner notre question, nous avons décidé de ne pas en rester là et de donner les suites juridiques qui conviennent à ce manquement à la loi. 

CM 29 31

CM 29 31

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 mars 2017

Pour la retransmission vidéo des séances du conseil municipal !

Qui a peur des caméras au conseil municipal ? Ne serait-ce pas démocratique de diffuser les séances via internet afin de permettre aux Aixois d'être mieux informés ? Maryse Joissains qui proclame que notre ville est en pointe dans le développement du numérique semble en être encore au temps du cinéma muet...

CM 29 31

Le conseil municipal se réunit demain matin à 10h30 pour une nouvelle séance avec 83 rapports à l'ordre du jour. Les Aixois n'en sauront que quelques échos que la presse relate assidûment. Mais est-ce vraiment assez pour comprendre comment sont prises les décisions et quelles conséquences auront les choix et la gestion de la municipalité sur leur vie quotidienne ?
Aix proclame être en pointe dans le développement du numérique. Hic. Alors, pourquoi ne pas accepter, à l'heure de l'information totale en direct ou en différé, que les séances du conseil municipal soient elles aussi largement accessibles à la population sur le site de la mairie ou via les réseaux sociaux ?
Près de chez nous, Marseille, les Pennes-Mirabeau, Martigues, Istres le font depuis plusieurs années. Mais aussi Paris et Lyon. Et la commune d'Issy-les-Moulineaux a été la pionnière en 1997.
Notre groupe Démocratie pour Aix s'y était engagé pendant la campagne électorale de 2014. Nous avions fait le constat que le public aixois assiste peu aux séances. Et rares sont les exceptions qui sont surtout liées à l'examen d'un sujet majeur.
Depuis quelques mois, la situation s'est aggravée. Maryse Joissains a en effet décrété que les séances n'auraient plus lieu à 18 heures mais à 10 heures, moment où de nombreux citoyens sont absorbés par leurs activités quotidiennes. Loin de moi l'idée que la municipalité ne veuille pas mettre sur la place publique la teneur des échanges parfois vifs. Mais on ne peut exclure que certaines vérités émanant des débats soient douloureuses à entendre par la majorité. Je ne relève pas cet argument tout à fait par hasard. Il n'y a qu'à lire le magazine municipal pour se rendre compte que, à part les deux pages réservées à l'opposition, les 46 autres font la part belle (façon Pravda ?) à une présentation idyllique (version Disney ?) de la politique municipale. Cela nous a d'ailleurs contraint à éditer, à nos frais, un contre-bilan (voir lien ci-dessous).
 

CM 28 3
Méprise vénielle de la journaliste sur mon prénom qui fait un peu trop empereur comme ça...

Notre magazine est toujours disponible ici : 
http://democratiepouraix.fr/2016/09/13/horizon-2020-le-triste-bilan-de-notre-ville/

Notre site d'information Démocratie pour Aix :
http://democratiepouraix.fr/

Notre site Facebook :
 

https://www.facebook.com/democratiepouraix/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 27 mars 2017

Logement social : Maryse Joissains moins ambitieuse que la métropole !

Combien de logements sociaux faut-il construire pour satisfaire les besoins ? Le débat s'est de nouveau invité au conseil de territoire de jeudi. Alors que la métropole vise un programme plus ambitieux, le Pays d'Aix rechigne malgré ses 19 communes carencées sur 36. Quel est le sens de cette frilosité ? Maryse Joissains s'insurge contre la gestion métropolitaine des aides à la pierre accordées par l'Etat et la non récupération des pénalités sanctionnant les mauvais élèves...      

logement

Le logement est l'une des premières préoccupations des Français qui y consacrent en moyenne 20% de leurs revenus. Dans le parc privé, l’effort des ménages aux revenus modestes peut atteindre 40% des dépenses (43% à Aix).
Grâce aux diverses dispositions mises en place par l'Etat, souligne la Fondation Abbé-Pierre, au regard des niveaux de production fixés dans leur PLH (Programme local de l’habitat), 30 agglomérations ont globalement atteint (et même dépassé) leurs objectifs. Les bilans par territoires sont toutefois plus contrastés : à côté d’agglomérations qui parviennent à des résultats probants (celle d’Orléans a par exemple produit deux fois plus de logements sociaux que ne le prévoyait leur PLH), la dynamique peine à s’enclencher dans des agglomérations comme Mulhouse, Rouen ou Aix-en-Provence où la production reste nettement inférieure aux objectifs des PLH.
L'un des thèmes en débat au conseil de territoire de jeudi aux Pennes-Mirabeau concernait justement la politique en faveur du logement. La délibération pour avis portait sur le changement de dénomination sociale de l'office relevant jusqu'à présent du Pays d'Aix. Il s'appellera désormais Pays d'Aix Métropole Habitat.
On se rappelle que la maire d'Aix avait tenté le coup de force pour vendre l'office à la Sacogiva. Mal lui en avait pris car, malgré ses réquisitoires anti-tout habituels, le préfet a invalidé ce coup d'esbroufe pour cause de rattachement obligatoire inscrit dans la loi à la métropole. Maryse Joissains a donc fait voter à l'unanimité ce transfert en déglutissant de travers.
A la faveur de ce rapport, le maire de Trets, membre de la commission habitat métropolitaine, a fait une intervention pour s'offusquer de la position du préfet reprise par la métropole fixant le nombre de logements sociaux à produire par an à 5.000 au lieu des 4.000 envisagés par les six intercommunalités intégrées. Vent de panique autour de Maryse Joissains qui voit là encore une occasion de pester. Faut-il voter contre ce que propose la métropole ? Ou faut-il laisser courir sous peine d'être minoritaire pour la même délibération qui sera présentée jeudi au conseil métropolitain ?

logement taux logements aix 2016 gouv

En vérité, ce qui découle de cette révision à la hausse du nombre de logements sociaux, c'est la question des douloureuses pénalités que doivent payer les communes carencées qui n'atteignent pas les 20 ou 25% de logements sociaux (19 communes sur 36, dont Aix qui compte 18,91% et se voit frappée d'une pénalité de 1,1 million d'euros en 2016).
L'ex-Communauté d'agglomération avait trouvé une ruse en remboursant à ces communes le montant des sanctions. Cela ne devrait plus être possible avec la métropole. Bataille donc pour récupérer ces sommes pour ne pas les voir partir à Aix-Marseille Métropole. Ce devrait être peine perdue à partir du moment où la gestion des logements sociaux revient intégralement à la métropole.
Finalement, dernier baroud d'honneur, la majorité à voté contre les objectifs métropolitains tandis que divers élus de gauche dont notre groupe Démocratie pour Aix se sont abstenus pour ne pas cautionner ce mauvais procès.
J'ai pris la parole pour signifier quelques faits. En particulier pour rappeler que, lors de chaque débat sur le Plan local de l'habitat (PLH), nous avions dénoncé le sous-demensionnement des ambitions en matière de logements sociaux par rapport aux vrais besoins des habitants. Et que les communes avaient été contraintes par le préfet à signer un contrat de mixité sociale engageant les municipalités concernées à construire du logement social pour réduire ou amoindrir les pénalités.
Le cas de Ventabren dont le maire assiste rarement au conseil de territoire est à cet égard très parlant. Sa commune figure à la place du plus mauvais élève avec 0% de réalisations. Voilà pourquoi je me suis réjoui de l'objectif de 5.000 logements qui fixe une volonté plus forte pour essayer de s'approcher d'une production raisonnable et nécessaire.

logement social carences bdr
(Clic sur l'image pour agrandir)

 CT 8 23

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 20 mars 2017

Mis en examen, Maryse Joissains et François Fillon répondent "et alors ?"

Comme dit François Fillon "et alors ?" Il ne trouve donc rien d'anormal dans sa conduite. Il rejette toutes les accusations sur sa probité mais aggrave encore son cas avec l'affaire des costumes de luxe. Même système de défense pour Maryse Joissains, aussi mise en examen, qui s'estime victime d'un complot et d'un acharnement. Et l'argent public dans tout ça ? 

joissains express 10

Allez, accrochons une suite à mon article de mercredi. Je parlais de certaines similitudes coutumières dans les méthodes de défense de Maryse Joissains et de François Fillon. Ils ont tout bien fait, ils font tout bien. Tout ce qu'ils font est légal, qu'ils disent. Il faudrait donc les croire.
Mais alors pourquoi ces enquêtes ouvertes qui ont entraîné leurs mises en examen respectives ? Ils ont la réponse. C'est forcément le fait de complots organisés par le gouvernement, la justice et les médias visant à les déstabiliser, les salir, les disqualifier, voire les "assassiner", selon leurs propres mots. A Aix, ce seraient les "guignols de l'opposition" qui s'y mettraient aussi.
Ben non. Après les découvertes des turpitudes (le terme est faible) de François Fillon, on vient encore d'apprendre ces derniers jours l'affaire des luxueux costumes offerts par un ami tout ce qu'il y a de plus désintéressé. On a tous vu les vidéos qui mettent les déclarations du candidat à la présidentielle en totale contradiction avec ses soi-disant grands principes, la transparence, la probité, l'intégrité.
Imagine-t-on le général de Gaulle se faire offrir ses képis par un ami ?
Quant à Maryse Joissains, si elle n'est pas en effet mise en cause pour enrichissement personnel, elle n'en a pas moins abusé de son pouvoir pour prendre des décisions favorisant son entourage au mépris de certaines règles.
Par ailleurs, je saisis cette occasion pour rappeler que mes relances adressées au préfet chargé de faire exécuter les jugements restent sans réponse alors qu'Alain Joissains n'a toujours pas remboursé ses salaires à la Ville et ne m'a toujours pas payé mes frais d'avocat que lui impose l'arrêt du Conseil d'Etat annulant son contrat illégal. Les ressources ne lui manquent pourtant pas. Sophie Joissains l'emploie comme attaché parlementaire au sénat et lui verse 3362,90 euros nets mensuels. Vive les cagnottes familiales !

Lisez comment Maryse Joissains et son adjoint aux sports tentent de se défausser…

joissains correctionnelle prov 18joissains correctionnelle prov 18

Fille et... père

sophie joissains alain collaborateur sénat prov 26

"Joissains et Fillon, un air de famille et un vrai Fillonton de mises en eczéma" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/03/15/35049368.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 15 mars 2017

Joissains et Fillon, un air de famille et un vrai Fillonton de mises en eczéma

Maryse Joissains, François Fillon, même combat. La plaie des mises en examen et des postures identiques de défense. Ben oui, quoi, ils n'ont rien fait de mal, tout est légal. C'est forcément un complot institutionnel contre eux, leurs familles et leurs amis. Selon la maire d'Aix, il paraît que l'opposition aixoise s'acharne aussi à lui faire des misères. Voyons cela...

hôtel de ville aix prov blasons - Copie

Aix est sans doute la seule commune ayant enrichi notre devise républicaine
avec les mots générosité et probité.
(Clic sur l'image pour agrandir)

Je dois faire part ici de ma tristesse. Oui, j'ai déchanté. Et ça gratte. Et ça pique. J'avais secrètement espéré une candidature de Maryse Joissains à l'élection présidentielle. La raison est simple. Après avoir soutenu Nicolas Sarkozy, qui traîne une abondante batterie de cuisine, elle n'aurait certainement pas dépareillé au côté du candidat qu'elle soutient, mis en examen hier. Et ne parlons pas d'Alain Juppé condamné. Après tout, elle est elle-même mise en examen depuis plusieurs mois, et désormais renvoyée en correctionnelle. Comme un air de famille ! Tout pour la famille !
La défense de François Fillon consiste à crier au complot et à s'en prendre à une foule d'ennemis dont l'institution judiciaire. Maryse Joissains n'a jamais été en reste dans ces accès de démagogie, voyant des complots partout ("On veut m'assassiner", avait-elle dit un jour !), pourfendant les plus hautes instances judiciaires, le gouvernement, le préfet, se disant chaque fois victime d'une persécution qu'elle ne mérite pas.
Et voici que depuis quelques semaines elle s'enhardit à vouloir faire la leçon de morale à l'opposition au conseil municipal. Pourquoi ?
Cela a commencé après la longue séance thermonucléaire de février. Elle a d'abord adressé à l'ensemble des élus de l'assemblée communale un petit courriel interne s'offusquant d'un soi-disant "déferlement de haine" qu'auraient suscité deux délibérations de l'ordre du jour : la vente ratée des parkings publics et le pourvoi en Conseil d'Etat de la Ville relatif à l'annulation de la promotion du chauffeur par le tribunal administratif et la cour administrative d'appel.
Les échanges entre l'équipe de Maryse Joissains et les élus du groupe
Démocratie pour Aix ont certes été vifs. Mais les insultes sont venues de la majorité alors que nous nous en étions tenus aux arguments juridiques.
A l'évidence, ce courriel sommatif a dû lui paraître insuffisant. Elle en remet une double couche dans le magazine municipal de mars/avril qui sera distribué cette semaine mais déjà accessible sur le site de la mairie. Et que dit Maryse Joissains ? Ou plutôt que redit-elle ? Que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes pour le parc Rambot et le parking prévu en son tréfonds, que les défenseurs des arbres qui s'opposent à l'abattage perdent inutilement leur temps, et qu'aucune faute de droit n'a été commise au sujet des avantages accordés à certains personnels et dont elle devra s'en expliquer devant le juges. Elle n'est pas belle, la ville ?

Le courriel de Maryse Joissains aux élus municipaux (8 février 2017 à 15h13)

CM 28 3

L'édito du Mayse Joissains dans Aix le Mag de mars/avril 

Contrairement aux affabulations de Maryse Joissains, nous, élus du groupe Démocratie pour Aixsommes respectueux des fonctions sans jamais être vulgaires ni incorrects. Dans le cadre du débat que nous souhaitons le plus démocratique possible, nous nous efforçons de faire des propositions mais elles ne sont que très rarement prises en compte. Elle voudrait peut-être que nous validions toutes ses décisions sans ouvrir la bouche, c'est cela ? Non, nous étudions les dossiers en faisant consciencieusement notre travail normal d'élus de l'opposition.
Quant aux procès, pour ne prendre que cet exemple, Maryse Joissains serait mieux avisée de cesser de dépenser l'argent des Aixois dans de longues procédures obstinées perdues d'avance.
Enfin, note cocasse, quelle est sa crédibilité lorsqu'elle "appelle au sens des responsabilités de chacun, à l'apaisement de notre vie politique locale et à ne pas faire naître chez nos concitoyens des peurs et des exaspérations" alors que c'est son propre fonds de commerce électoral permanent et qu'elle abîme ainsi elle-même l'image de notre ville ? 
 

aix le mag mars édito de MJM - Copie

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 10 mars 2017

Le Ravi de mars se glisse dans les coulisses du cinéma et de la politique

une ravi 149

Ne vous fiez pas au titre en une. Le Ravi ne s'est pas tout à coup transformé en Télérama. Non, il diversifie ses enquêtes et celle-ci sur le cinéma est piquante à souhait. Un peu comme lorsqu'on est alléché par les plats du menu et qu'on visite ensuite les cuisines, le constat offre un regard des deux côtés de l'écran, faisant un sort aux pratiques et aux clichés chèrement véhiculés aux amateurs de toile et pointant du doigt les revers dont souffrent la création et la programmation alternatives. Surprises, surprises. 
Le mensuel n'oublie pas la politique. Il taille des croupières à l'extrême-droite. S'intéresse aux "petits" candidats à l'élection présidentielle qui cherchent des parrainages et qui ne les trouvent pas toujours. Revisite les emplois très familiaux des parlementaires. Met la lumière sur le revenu universel face aux inégalités. Sonde le droit au logement opposable. Et jette un œil critique sur les bienfaits et les lenteurs de la métropole. 
Ne pas manquer non plus deux autres rubriques instructives. Un compte-rendu pas piqué des vers du conseil municipal de Nice et un portrait plus vrai que nature d'un humoriste à l'accent marseillais stéréotypé qui roule sa bosse. Mieux vaut être prévenu, Bosso n'est pas d'extraction bobo. Qu'on l'apprécie ou pas, on ne peut donc lui reprocher d'en faire d'énormes tonnes sur les scènes et au cinéma.

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de mars :
http://www.leravi.org/spip.php?article2662
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]