mardi 1 décembre 2015

Répartition des sièges à la métropole : Au Conseil constitutionnel de décider

La métropole risque de prendre du retard. Le Conseil d'Etat a fait savoir hier qu'il renvoyait au Conseil constitutionnel la question de la répartition des sièges. Les juges des deux juridictions ne disposent plus que d'un mois pour résoudre le problème. Quelle que soit l'issue du bras de fer engagé, les délais pourraient s'avérer très insuffisants pour installer la métropole le 1er janvier...

conseil d'état façade

C'est vendredi, mais l'information n'a été rendue publique qu'hier dans la matinée, que le Conseil d'Etat a finalement décidé de renvoyer au Conseil constitutionnel la question de la conformité à la Constitution des dispositions relatives à la répartition des sièges.
Si, pour les hauts magistrats du Conseil d’Etat, le système général de répartition des sièges au sein des organes délibérants des établissements publics de coopération intercommunale est bien conforme à l’exigence de représentation essentiellement démographique, c'est-à-dire à la proportionnelle et au plus fort reste, il juge en revanche que cette disposition particulière, qui prévoit un système d’attribution de sièges supplémentaires à certaines communes membres (c'est le cas de Marseille) propre à la métropole d’Aix-Marseille-Provence, pose une question sérieuse au regard du principe d’égalité devant le suffrage.
Dès lors, l’arrêté du 1er septembre 2015 signé conjointement par les préfets des Bouches-du-Rhône, du Var et de Vaucluse ayant été pris en application de ces dispositions,
“il y a lieu de surseoir à statuer sur les conclusions de la requête de la commune d’Aix-en-Provence tendant à l’annulation pour excès de pouvoir de cet arrêté, jusqu’à ce que le Conseil constitutionnel ait tranché la question prioritaire de constitutionnalité”, a établi la juridiction administrative suprême.
Cela veut dire que le Conseil constitutionnel devra se prononcer d’ici trois mois sur la conformité à la Constitution des dispositions législatives critiquées.
On le comprend donc, la date du 1er janvier prévue pour l'installation opérationnelle de la métropole sera dépassée. Sauf si le Conseil constitutionnel considère que, pour éviter un vide juridique, il est impératif de traiter le dossier dans la plus grande urgence afin que le Conseil d'Etat puisse à son tour de nouveau statuer définitivement avant le 31 décembre. Une véritable course contre la montre qui paraît hélas être bien mal engagée.
Dans l'hypothèse d'une validation des contestations des réquérants qui réclament une répartition plus équitable des sièges, il faudrait alors que chacune des 92 communes convoque son conseil municipal (la loi oblige un délai de cinq jours francs) pour procéder à une nouvelle élection de tous les conseillers métropolitains. Dans le cas contraire, qu'on ne peut exclure, celui d'une fin de non recevoir des plaintes, les délais seraient malgré tout difficiles à tenir avant la fin de l'année.    

La décision intégrale du Conseil d'Etat :
http://www.conseil-etat.fr/Decisions-Avis-Publications/Decisions/Selection-des-decisions-faisant-l-objet-d-une-communication-particuliere/CE-27-novembre-2015-commune-d-Aix-en-Provence-et-autres

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 novembre 2015

Aux régionales, stoppons la sinistre progression de l'extrême-droite !

A défaut de prédire les résultats exacts des élections, les sondages montrent cependant de jour en jour une inquiétante progression de l'extrême-droite. Les électeurs mesurent-ils assez les conséquences d'un tel choix ? Eclairage sur la nébuleuse fascisante...

FN chimulus

Peut-on faire confiance aux sondages et qu'en penser finalement ? Sont-ils exacts, pondérés ou trafiqués par ceux-là mêmes qui les produisent et qui nous les bombardent à tirs massifs continus ? Si oui, dans quel but ? Comment savoir s'ils sont totalement objectifs et opérés en toute indépendance ? On aimerait le croire. Sont-ils fiables ? Influencent-ils les électeurs ? Ces questions, nous nous les posons à chaque veille de scrutin. 
L'expérience montre qu'au soir des résultats il est souvent arrivé qu'ils se sont trompés et pas que sur les petites largeurs. Pour ma part, la seule chose que j'en retiens, c'est que, à défaut de donner des pourcentages annonçant les scores précis des gagnants et des perdants, ils indiquent certainement des tendances. Ainsi, ce qui ressort des derniers en date, c'est la progression inquiétante des intentions de vote pour l'extrême-droite.

FN babouse

FN Charb

Les électeurs qui se prononcent pour elle le font-ils par ras-le-bol, sans se préoccuper des idées et des mesures contenues dans les programmes, ou épidermiquement et par défaut contre toutes les autres formations ?
Ont-ils vraiment et suffisamment conscience de ce qu'un tel "choix" peut mettre en danger dans leur vie quotidienne et des conséquences notamment concernant leurs droits fondamentaux et leurs libertés individuelles ?
Réfléchissent-ils à la forme de pouvoir autoritaire qui s'emparerait de l'Etat ? Qui replierait la France sur elle-même ? Qui exacerberait la haine des autres en réduisant à néant les indispensables relations avec le monde extérieur, européen et international ?
Notre pays a bâti sa longue histoire sur des principes intangibles, le droit, la liberté et la solidarité, et sur des valeurs universelles qui ont prospéré dans de nombreuses démocraties.
Le contexte difficile que nous rencontrons ne peut en aucune manière être un prétexte pour brader voire détruire ce qui fait notre force, notre modèle républicain et notre mode de vie chèrement acquis.
En ce jour d'hommage national dû à toutes les victimes des attentats, j'invite donc les visiteurs du blog à analyser d'un peu plus près la véritable nature mortifère de ceux qui se camouflent derrière leur image pour inoculer le poison de leur propagande populiste.

(Document en deux parties, clic sur chacune d'elle pour agrandir)FN galaxie AFN galaxie B

Plus de détails sur les catégories répertoriées sur la carte :
http://lahorde.samizdat.net/2015/09/28/cartographie-de-lextreme-droite-francaise-mise-a-jour-2015/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 novembre 2015

La métropole devant le Conseil d'Etat : Une partie de poker râleur ?

Les recours contre la métropole sont dans les mains du Conseil d'Etat qui devra dire s'ils sont fondés. S'ils sont rejetés, Aix-Marseille-Provence pourra démarrer. S'ils étaient acceptés, un vide juridique mettrait pour un temps en péril l'existence de la nouvelle collectivité. Détails...

joissains gaudin métropole pourboire

La question qui fait le titre mérite d'être posée. Après le grand cirque survenu lors de la convocation de la séance inaugurale de la métropole Aix-Marseille-Provence du 9 novembre qui a vu Jean-Claude Gaudin élu président alors que Maryse Joissains avait clos la séance, divers recours en forme de menaces ont été déposés par des maires pour contester l'existence même de la métropole ainsi que sa légitimité et les opérations de vote qui se sont déroulées suite à la suspension des deux arrêtés du préfet.
Bref, tenter de voir clair dans ce grotesque et triste micmac, c'est comme essayer de compter des grains de sable dans le noir.
Hier matin, le Conseil d'Etat avait à répondre en audience publique à l'éventuelle validité d'une question prioritaire de constitutionnalité relative au nombre et à la proportion des sièges accordés aux communes composant la future métropole. Entre autres griefs, des maires du pays d'Aix ont considéré que les leurs étaient insuffisamment représentées et que Marseille avait été trop bien servie.
Le rapporteur public, qui émet un avis, a préconisé que la QPC soit transmise au Conseil constitutionnel. Mais la décision ferme des magistrats du Conseil d'Etat n'interviendra que d'ici deux à trois semaines (c'est une moyenne). Cela nous amène vers la première décade de décembre, soit à un peu plus de deux semaines de l'entrée en vigueur de la métropole.
Si la requête du maire de Cabriès est rejetée, le Conseil d'Etat reprend la main et aura le dernier mot. Et le problème sera presque résolu. Si elle est acceptée, un nouveau délai, ne pouvant excéder trois mois, s'ouvre au Conseil constitutionnel pour examiner la QPC. Et là, le 1er janvier sera largement dépassé. Tout le processus de démarrage de la métropole serait instantanément gelé et cela créerait donc un vide juridique entre la disparition des six intercommunalités au 31 décembre et leur absorption effective par la métropole.
De facto, quel que soit le sort décidé par le Conseil constitutionnel, en toute logique, il faudrait alors une autre loi du gouvernement pour redonner légalement vie à la métropole.
Voilà en substance la quadrature du cercle à résoudre. Mais ce n'est pas fini pour autant. Le Conseil d'Etat aura aussi à statuer sur les autres recours des maires (Aix, Eguilles, Pertuis, Trets) portant sur la forme juridique contestée de la séance inaugurale. Mais ils les a globalement jugés "pas sérieux" et a proposé d'en rejeter trois sur les quatre.
Ces recours tiennent-ils la route ou sont-ils "seulement" des moyens de pression qui ressemblent à une partie de poker pour faire capoter la création de la métropole ? On se souvient que le maire de Pertuis avait lancé "nous sommes déterminés à faire péter le système !".
Quelle que soit la nature des visées, fondées ou tactiques, des râleurs, on pourra juger ensuite si leurs démarches auront été in fine fructueuses ou vaines, judicieuses ou irresponsables, pertinentes ou bien, comme j'ai tendance à le penser, plutôt politicardes et vénales. 

joissains canard 11

Sur le thème de la métropole : (par ordre chronologique)

"Maryse Joissains sabote la métropole, les Aixois paieront les pots cassés !":
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/10/02/32714700.html
"Métropole : Joissains perd encore des soutiens"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/10/09/32748678.html
"Quand Joissains insulte, Gaudin catapulte"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/10/30/32852012.html
"Maryse Joissains aime tancer tout le monde… sauf elle-même !"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/03/32872985.html
"Le préfet répond à Joissains : Vous dites n'importe quoi !"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/05/32883274.html
"Réunion d'installation de la métropole ce lundi… mais le cique continue !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/09/32900964.html
"Fiasco pour Joissains, cocorico pour Gaudin"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/10/32905988.html
"Métropole : Comme pour l'intercommunalité, non, ce n'était pas mieux avant"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/12/32914487.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 12 novembre 2015

Métropole : Comme pour l'intercommunalité, non, ce n'était pas mieux avant

La communauté du Pays d'Aix vivra aujourd'hui son avant-dernière séance avant l'arrivée de la métropole. N'en déplaise à ceux qui défendent leurs propres petits intérêts, la mue qui est en marche ne diffère pas de celle qu'ils récusaient à la création des intercommunalités et qu'ils cherchent maintenant à glorifier pour tenter de s'accrocher aux diverses faveurs de leur trône qui se dérobe. Explications...

métropole historique CPA prov 9
L'historique de la création des intercommunalités
(Clic sur l'image pour agrandir) 

Actualisation 22h00 : Maryse Joissains a refait son show (voir plus bas)
Aujourd'hui, avant-dernière séance publique de la Communauté du Pays d'Aix avant son absorption par la Métropole Aix-Marseille-Provence le 1er janvier. A l'ordre du jour, 35 rapports comportant 650 pages. Mais sans doute aussi la suite prévisible des longues tirades rageuses, vaines et pathétiques de Maryse Joissain. Et quelques échanges piquants entre elle et les maires qui, lundi, après son départ, ont choisi, ne lui en déplaise, de rester jusqu'au bout au palais du Pharo pour participer ou simplement assister à l'élection de Jean-Claude Gaudin. J'ai hâte d'entendre les règlements de compte…
J'ai évoqué plusieurs fois, notamment au cours de ces derniers mois, que ceux qui se sont élevés contre l'idée de la métropolisation ont usé jusqu'à l'abus des mêmes arguments infondés, des mêmes critiques à l'emporte-pièce et des mêmes fausses peurs à caractère populiste que ceux qui s'opposaient à l'arrivée des intercommunalités.
Il a fallu près de dix ans pour mettre place et roder les structures et en mesurer l'intérêt et les bienfaits. Les contestataires et les plus frileux d'hier en sont devenus les plus ardents défenseurs en retournant leur veste, sans jamais l'avouer, car, au fil du temps, ils ont fini par être convaincus que la mutualisation des moyens avait du sens 
et de beaux yeux et qu'on pouvait la regarder en face sans crainte.
J'étais élu et présent au moment de la création de la première communauté de communes du pays d'Aix qui en comptait 6 seulement. D'année en année et jusqu'à ce jour, ce n'est quand même pas un hasard si 28 autres l'ont rejointe pour former une grande agglomération. 
Pourquoi donc maintenant bouder ou pourfendre, pour ne pas dire plus, l'avènement de cette métropole qui est finalement une nouvelle étape visant à renforcer intelligemment le processus et nos territoires en pariant sur un développement maîtrisé et solidaire et à rendre de meilleurs services à la population ? 
Il me plaît de penser que les prochaines générations (y compris d'élus) sauront peu à peu s'emparer de cette chance et reconnaître à leur tour qu'il était vital d'oser être visionnaire pour ne pas se rabrougrir. 

Maryse Joissains a refait son show

La séance de la CPA a été relativement courte, une heure et quart. Et c'est à la fin que Maryse Joissains a souhaité rendre compte des événements du 9 novembre. Avec d'abord une prise de parole d'une demi-heure suivie pendant une autre demi-heure des réactions des seuls maires qui, comme elle, ont déposé des recours, ce qui a chaque fois été commenté par la présidente qui a raconté toutes les péripéties intervenues au palais du Pharo.
Elle a notamment admis que toute sa stratégie a consisté à pousser au blocage de la métropole et qu'elle va continuer à s'y employer. Elle s'est plaint du climat de violence qu'ont fait régner des élus marseillais à l'encontre de ceux du Pays d'Aix. A l'entendre, elle n'aurait été ni la cause ni la provocatrice à l'origine de la pagaille de la matinée.
A mon étonnement, l'atmosphère de cette séquence à la CPA n'a pas été agitée et n'a pas fait apparaître les désaccords entre certains élus communautaires de la majorité qui étaient restés à Marseille au lieu de suivre Maryse Joissains lorsqu'elle a quitté la salle. Pourquoi ? Parce que ce soir ils ont préféré rester silencieux sans doute pour ne pas être montrés du doigt. Ah ! que c'est beau le courage ! 

Un rappel qui mérite d'être fait...

métropole historique CPA prov 9

métropole historique CPA prov 9métropole historique CPA prov 9

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 10 novembre 2015

Métropole : Fiasco pour Maryse Joissains, cocorico pour Jean-Claude Gaudin

Ambiance surréaliste hier matin au palais du Pharo pour la séance d'ouverture de la métropole Aix-Marseille-Provence ! Comme elle l'avait annoncé, Maryse Joissains a fait son impayable tour de piste et a ensuite quitté la salle. Les amis de Jean-Claude Gaudin ont pris la relève et l'ont fait élire président. Pour un scénario jamais vu, c'est vraiment du jamais vu...

joissains gaudin métropole victoire

Où en étions-nous au juste ? Ah oui, ça me revient tout à coup, Maryse Joissains déclarait vouloir ouvrir puis immédiatement clore la séance d'installation de la métropole. Et elle l'a fait ! C'était sans compter sur quelques huées, de sévères critiques venant de son propre camp politique, suivies de son départ du palais du Pharo, estimant sa mission divine achevée… et de la reprise en main de la séance par le deuxième doyen de l'assemblée et les élus qui n'avaient pas quitté les lieux.
Cette parade était-elle déjà prête en sous-main ? Toujours est-il que c'est ainsi que Jean-Claude Gaudin a pu être élu président. Un scénario à rebondissements sans doute jamais vu. Même si elle s'en défend en essayant de retourner l'attaque ("C'est une défaite de Gaudin !") Maryse Joissains a bel et bien perdu son pari de faire ajourner l'officialisation de la métropole.
Par son attitude obstructive, elle a réussi à se mettre à dos les Marseillais, mais pas que, pas mal d'élus du Pays d'Aix et du département. Cela faisant, elle a terni encore un peu plus son image en s'obstinant à jouer les matamores jusqu’àu-boutistes, entachant aussi dans son sillage la réputation des habitants de sa communauté d'agglomération.
Victoire toutefois relative donc pour Jean-Claude Gaudin. Et énorme fiasco pour Maryse Joissains, ce qui démontre qu'elle était minoritaire alors que son pifomètre lui faisait penser le contraire.
Si la maire d'Aix considère avoir été "urbaine", comme elle l'a dit à propos de son discours, et en donnant la parole à la salle (échanges houleux), sa nature est vite ressortie par tous ses pores.
Petit florilège de son vocabulaire tout en élégance et raffinement :
* Alors que la présidente de l'agglomération du pays d'Aubagne avait empoigné le micro en lui disant "Je suis dans l’obligation de constater que tu ne veux pas appliquer l’ordre du jour. Je demande donc à Guy Tessier de venir à la tribune.", Maryse Joissains, excédée, le lui a arraché en lâchant "Oh, tu veux des coups ?".
* A la sortie, devant les caméras : "Si on va sur moi avec une kalachnikov, je vais pas prendre le fleuret moucheté".
* Puis, toujours fine : "Quand je suis huée parce que j’ai dit non, je trouve que c’est pathétique. Ce sont des méthodes de voyous."
* Et vendredi déjà : "Nous ne sommes pas des peigne-culs." […] "Je suis ravie de ne pas me les geler demain en restant à la porte." […] "Je compte ouvrir la séance sans fioritures, sans combat, sans bordel."
* Et encore : "Là dessus, on lui dit [à Gaudin] que son entourage a fait des conneries et qu’il est bien obligé de se mettre au niveau des autres présidents d’EPCI en venant à la réunion."
* Dimanche : "Moi, j’irai lundi quoi qu’il arrive. Ceux qui ne veulent pas venir, qu’ils prennent leurs responsabilités, qu’ils se mettent ’les couillettes au frais'."
Une chose est sûre, et c'est bien déchirant pour sa postérité et pour l'humanité entière, ce lundi, Maryse Joissains a aussi définitivement gâché son ultime chance d'entrer un jour à l'Académie française !

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

lundi 9 novembre 2015

Métropole : Réunion d'installation ce lundi... mais le cirque continue !

Après de nombreux numéros de cirque, la réunion d'installation de la métropole aura lieu ce lundi. Armée de grenades, Maryse Joissains se jettera de son trapèze pour entrer en piste. Le hic, c'est qu'on ne sait pas quelle sera la chute du spectacle...   

joissains gaudin métropole dessin

Aura lieu, n'aura pas lieu, aura lieu, n'aura pas lieu ? Pile ou face ? Aura lieu ! L'annonce a été faite hier juste après 20h. Après de multiples rebondissements, finalement, la séance d'installation de la métropole se tiendra ce lundi. Mais, vu le micmac tragi-comique de ces derniers jours, quelle tournure prendra-t-elle ? On ne sait pas. Résumons. 
Agissant comme la loi le lui permet, la présidente de la communauté d'agglomération d'Aubagne avait convoqué l'assemblée. Puis, vendredi, le tribunal administratif de Marseille faisait droit à la requête du maire d'Eguilles qui contestait la répartition du nombre des élus pour certaines communes et suspendait les deux arrêtés du préfet. Alors que Maryse Joissains se réjouissait en compagnie d'élus du Pays d'Aix, Jean-Claude Gaudin maintenait la convocation qui, elle, n'avait pas été annulée.
Aussitôt, bronca de la maire d'Aix et de ses collègues du pays d'Aix qui voulaient boycotter la séance faute de base juridique ! Elle disait même qu'elle avait envisagé d'aller à Marseille pour ouvrir la séance en tant que doyenne mais qu'elle en prononcerait immédiatement la fermeture. Vous suivez ?
Jean-Claude Gaudin prenait contact avec la ministre Marylise Lebranchu qui l'encourageait à tenir bon. Pourtant, une heure après, il renonçait à maintenir la réunion et demandait à la présidente d'Aubagne d'annuler la convocation. Concomitamment, le gouvernement informait qu'il allait saisir le Conseil d'Etat, une procédure qui pourrait ne pas aboutir avant quinze jours. Vous suivez toujours ?
A ce moment-là, l'affaire semblait close. C'était sans compter encore sur la capacité de retournement de Maryse Joissains qui déclarait vouloir maintenir la séance et que, s'il le fallait, elle irait s'exprimer jusque devant la porte du palais du Pharo si la salle n'était pas ouverte. Bigre ! Armée de piolets, de sabres et de grenades, peut-être ?
Enfin, autre entrave imaginée par le maire d'Eguilles, un recours sous la forme d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). De quoi retarder un peu plus la mise en place de la plus grande métropole de France. Et tout ça à cause de jeux pervers de pouvoirs entre élus… de droite qui sont "amis" dans le même parti !

NB : France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur retransmet en direct ce lundi à 9h50

L'ordonnance du tribunal administratif du 6 novembre annulant les deux arrêtés du préfet 
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

La question prioritaire de constitutionnalité du 6 novembre du maire d'Eguilles 
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 novembre 2015

Le préfet répond à Maryse Joissains : Vous dites n'importe quoi !

Le préfet a répliqué sèchement avec rappel du droit à la lettre fantasque de Maryse Joissains demandant des audits sur la ville de Marseille. Un second camouflet qui fait mal ! 

joissains métropole préfet F3 4

Dans mon article de mardi, j'avais bien précisé, juste par logique, que Maryse Joissains faisait mauvaise route en écrivant au préfet pour réclamer des audits sur la ville de Marseille. Ce dernier lui a répondu en remettant une seconde couche après celle de début octobre. Et ça fait mal !
Sa réplique est d'autant jubilatoire qu'il a rappelé, comme je l'ai fait, que l'initiative en forme de baroud d'erreur de la maire d'Aix n'a aucun fondement juridique. Terrible constat et gros camouflet pour l'ex-avocate et ex-députée, deux fonctions qui supposent un minimum de connaissances en droit.
On a appris ce mercredi soir, alors que la séance inaugurale de la métropole aura lieu lundi (diffusion en direct à 9h00 sur France 3), que Maryse Joissains avait finalement rencontré Jean-Claude Gaudin. Je pense que ce maire a été bien brave, comme on dit dans notre parler ensoleillé méditerranéen, de lui accorder un entretien après tant d'incartades et de salissures lancées à la face des Marseillais.
Dernière ânerie proférée par Maryse Joissains dans son interview sur France 3 hier soir : "Moi, j'ai pas augmenté les impôts depuis 20 ans !" Rappel : euh... elle a été élue en 2001 !

Le journal de France 3 Provence-Alpes du 4 novembre 2015 
Pour le sujet sur la métropole, aller directement à 5'30" (jusqu'à 8'00")


Les deux camouflets du préfet

métropole préfet prov 3

joissains métropole préfet prov 4

joissains métropole préfet prov 4

"Maryse Joissains aime tancer tout le monde… sauf elle-même !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/03/32872985.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 3 novembre 2015

Maryse Joissains aime tancer tout le monde... sauf elle-même !

Pour la métropole, elle demande au préfet des audits sur la gestion de la ville Marseille alors qu'elle n'y est pas habilitée. Et pour créer son Conseil des étudiants aixois, elle se passe des règles de transparence démocratique. Délirant...

joissains propagande - Copie

Oui, et alors ? me direz-vous. Quel rapport y a-t-il entre ces deux sujets ?
Alors que le 9 novembre s'ouvre la séance inaugurale de la métropole Aix-Marseille-Provence, la récente lettre de Maryse Joissains au préfet montre qu'elle aura essayé de faire feu de tout bois pour contester jusqu'à l'absurde le bien-fondé de sa création. Dans cette missive largement diffusée, elle s'aventure à demander au représentant de l'Etat de lancer plusieurs audits sur la gestion de la ville de Marseille, une gestion qu'elle décrit comme étant calamiteuse.
Cela faisant, soit elle confond les fonctions des institutions, soit elle en ignore encore vraiment tout ! Car ce type d'audits ne peut relever au mieux que de la ville elle-même, donc en interne, ou au pire que de la Chambre régionale des comptes dont c'est le rôle, en externe.
A peine arrivée à la mairie en 2001, Maryse Joissains avait lancé des audits sur la gestion du maire précédent, comme par hasard à quelques mois des élections cantonales, histoire de faire un peu de bruit dans les urnes. Pour ceux qui l'auraient oublié, aucun de ces audits n'avait révélé quoi que ce soit de litigieux et la maire nouvellement élue avait laissé tomber en n'y donnant aucune suite.
On peut aussi se demander comment elle réagirait si une collectivité voisine s'avisait de vouloir venir mettre son nez dans sa propre gestion d'Aix. Voilà pourquoi Maryse Joissains se décrédibilise au plus haut point. En est-elle seulement consciente, prise dans le maelstrom de sa propre hystérie ?
L'autre sujet concerne la mise en place d'un Conseil des étudiants aixois, censé recueillir leur opinion et leur permettre de s'engager dans la vie citoyenne de la ville. Or, pour siéger dans ce CEA, les étudiants devaient faire acte de candidature et seules les trente premières pourraient en faire partie. Outre le fait qu'ont été totalement écartées les instances représentatives réellement élues des étudiants qui siègent notamment dans les universités, il m'a été rapporté sous le sceau de la confidence que le recrutement des membres du Conseil n'aurait pas été tout à fait neutre. Un tri a-t-il été opéré en amont et, si oui, par qui ? Mystère.
Alors, on le voit, pour les leçons de bonne conduite, la mairie actuelle ne peut franchement pas se poser en exemple.    

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 30 octobre 2015

Métropole : Quand Maryse Joissains insulte, Jean-Claude Gaudin catapulte

Dans son combat perdu contre la métropole, Maryse Joissains a encore fait dans l'outrance jusqu'au ridicule. La riposte cinglante de Jean-Claude Gaudin et des élus marseillais n'a pas tardé. Comble final de cette guerre picrocholine : en tant que doyenne des présidents des intercommunalités, c'est elle qui prononcera le discours d'ouverture de la séance inaugurale...

joissains gaudin métropole

Vouloir défendre une cause est une chose. Mais franchir le stade de l'outrance jusqu'au ridicule en est une autre.
Comme à son habitude, en cherchant à se distinguer (euh… ce mot n'est peut-être pas si approprié dans le cas présent) et à revendiquer un rôle de combattante permanente extrême, Maryse Joissains a fini par voir ses foucades se retourner contre elle.
Elle fait voter une décision de création d'une petite métropole dans le périmètre de la communauté du Pays d'Aix, et accessoirement et surtout autour de sa personne (je vous ai raconté ça il y a quelques jours), elle se prend en pleine figure le rappel de la loi par le préfet en personne. Non, il est impossible d'appartenir à deux collectivités de même nature en même temps.
Ayant proclamé depuis longtemps, en large et en travers, surtout en travers, qu'elle était soutenue par la quasi-totalité des maires du département et qu'elle avait leur confiance, elle vient de se faire voler dans les plumes entre autres par Jean-Claude Gaudin, du même parti que le sien, après sa lettre de cinq pages bourrée de déclarations incontinentes et insultantes contre les Marseillais.
Le maire de Marseille n'a pas retenu sa langue pour la remettre à sa place : "Je n’aime pas les excès quand ils s’approchent même de la vulgarité quand rien n’a été vérifié avant d’annoncer certaines choses. Je suis surpris de ces propos, je n’ai pas voulu entrer dans la polémique, je trouvais que cela était inutile." D'autres élus, eux aussi du même parti, ont pris le relais. Ainsi Roland Blum, son premier adjoint : "Qui est cette dame ? Ce n’est pas en insultant des populations que l’on résout des problèmes". Et puis, Martine Vassal, présidente du département : "Il y a une loi. Il faut arrêter de vouloir nous opposer les uns aux autres, il faut arrêter de vouloir opposer Marseille à Aix. Nous avons besoin de toutes les communes. Aujourd’hui, je pense que nous avons le devoir de résultat, c’est-à-dire le devoir de réussir cette métropole."
Au conseil municipal de Marseille de lundi, les élus de gauche aussi ont envoyé leurs bouquets d'orties pour condamner les propos belliqueux et indignes de la maire d'Aix.
Maryse Joissains est toute furie dehors également contre les élus qui la lâchent depuis ses incartades mais aussi à cause de l'habileté roublarde de la bête politique qu'est Gaudin qui a entrepris une tournée dans les communes pour rencontrer deux tiers des maires en tête à tête et les convaincre d'abandonner leur soutien stérile aux entreprises de Joissains.
Hier, alors que Gaudin est assuré d'être élu président de la métropole, un autre candidat s'est déclaré. Il s'agit de Gaby Charroux, maire communiste de Martigues, qui a jusqu'ici été partisan de la burlesque fronde orchestrée à grands tambours par Maryse Joissains. 
La prochaine étape va donc être intéressante à suivre. Avec un beau dilemme cornélien en perspective : le 9 novembre, jour de la mise en place de la nouvelle collectivité, la maire d'Aix votera-t-elle pour Gaudin ou pour Charroux ? 
Mais le morceau le plus comique sera sans nul doute celui de l'ouverture historique de la séance avec le discours de l'aérienne Maryse Joissains qui aura le privilège de s'y coller en tant que doyenne d'âge des présidents des six intercommunalités. La scène risque d'être épique !

Le livret officiel pour comprendre Aix-Marseille-Provence Métropole :
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 22 octobre 2015

Aérodrome : Forte mobilisation face aux dangers du changement de statut !

L'aérodrome des Milles va changer de statut et sa gestion va passer dans le privé. Le collectif de riverains se mobilise en force pour alerter et informer la population aixoise sur les dangers de nuisances accrues. Récit...

aérodrome Réunion 24
(Clic sur l'image pour agrandir)
Sur le côté gauche de la salle, Edouard Baldo, Hervé Guerrera et Lucien-Alexandre Castronovo à la réunion du collectif 

La bataille s'accélère ! Le collectif citoyen "Danger aérodrome des Milles" (CD2A) l'a fait savoir en force il y a peu devant cette fois près de 150 personnes venues s'informer directement et soutenir sa démarche dans la salle des fêtes.
Pendant deux heures, diaporama à l'appui, le président a exposé de manière claire tous les aspects de ce que les riverains redoutent maintenant un peu plus : l'extension du site et l'aggravation des nuisances sonores et visuelles. Cette mobilisation renouvelée et accrue trouve son sens du fait du lancement d'une procédure de délégation de service public à l'initiative de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) qui a la main haute sur l'évolution de l'aérodrome. Les craintes viennent de la teneur même du cahier des charges qui en confie la gestion à un délégataire privé.
Le public présent a pu poser de nombreuses questions auxquelles les membres du collectif ont apporté tous les éclaircissements possibles en l'état actuel du dossier. Edouard Baldo, Hervé Guerrera et moi-même étions là en auditeurs libres pour mesurer les impacts qu'une augmentation du nombre d'aéronefs et des conditions de trafic pourraient signifier en termes de bruit, de pollution et de gêne redoublée pour la population pas seulement milloise mais aixoise toute entière.
Pour se faire entendre, le collectif a saisi le tribunal administratif et écrit au ministère de l'environnement en joignant une pétition de 1.300 signatures sur papier et de 500 via son site internet dédié. Nul doute que cette lutte pour préserver la quiétude et la santé publique connaîtra d'autres épisodes.

aérodrome marseillaise 28
(Clic sur l'image pour agrandir) 
Le président et les membres du bureau du collectif

Mon précédent article sur le même sujet : 
"Aérodrome : Une pétition contre les nuisances en vol et au sol"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/03/32306076.html

(Cet article est en deux parties, clic pour agrandir)aérodrome marseillaise 28aérodrome marseillaise 28

aérodrome Prov 4

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]