mardi 10 novembre 2015

Métropole : Fiasco pour Maryse Joissains, cocorico pour Jean-Claude Gaudin

Ambiance surréaliste hier matin au palais du Pharo pour la séance d'ouverture de la métropole Aix-Marseille-Provence ! Comme elle l'avait annoncé, Maryse Joissains a fait son impayable tour de piste et a ensuite quitté la salle. Les amis de Jean-Claude Gaudin ont pris la relève et l'ont fait élire président. Pour un scénario jamais vu, c'est vraiment du jamais vu...

joissains gaudin métropole victoire

Où en étions-nous au juste ? Ah oui, ça me revient tout à coup, Maryse Joissains déclarait vouloir ouvrir puis immédiatement clore la séance d'installation de la métropole. Et elle l'a fait ! C'était sans compter sur quelques huées, de sévères critiques venant de son propre camp politique, suivies de son départ du palais du Pharo, estimant sa mission divine achevée… et de la reprise en main de la séance par le deuxième doyen de l'assemblée et les élus qui n'avaient pas quitté les lieux.
Cette parade était-elle déjà prête en sous-main ? Toujours est-il que c'est ainsi que Jean-Claude Gaudin a pu être élu président. Un scénario à rebondissements sans doute jamais vu. Même si elle s'en défend en essayant de retourner l'attaque ("C'est une défaite de Gaudin !") Maryse Joissains a bel et bien perdu son pari de faire ajourner l'officialisation de la métropole.
Par son attitude obstructive, elle a réussi à se mettre à dos les Marseillais, mais pas que, pas mal d'élus du Pays d'Aix et du département. Cela faisant, elle a terni encore un peu plus son image en s'obstinant à jouer les matamores jusqu’àu-boutistes, entachant aussi dans son sillage la réputation des habitants de sa communauté d'agglomération.
Victoire toutefois relative donc pour Jean-Claude Gaudin. Et énorme fiasco pour Maryse Joissains, ce qui démontre qu'elle était minoritaire alors que son pifomètre lui faisait penser le contraire.
Si la maire d'Aix considère avoir été "urbaine", comme elle l'a dit à propos de son discours, et en donnant la parole à la salle (échanges houleux), sa nature est vite ressortie par tous ses pores.
Petit florilège de son vocabulaire tout en élégance et raffinement :
* Alors que la présidente de l'agglomération du pays d'Aubagne avait empoigné le micro en lui disant "Je suis dans l’obligation de constater que tu ne veux pas appliquer l’ordre du jour. Je demande donc à Guy Tessier de venir à la tribune.", Maryse Joissains, excédée, le lui a arraché en lâchant "Oh, tu veux des coups ?".
* A la sortie, devant les caméras : "Si on va sur moi avec une kalachnikov, je vais pas prendre le fleuret moucheté".
* Puis, toujours fine : "Quand je suis huée parce que j’ai dit non, je trouve que c’est pathétique. Ce sont des méthodes de voyous."
* Et vendredi déjà : "Nous ne sommes pas des peigne-culs." […] "Je suis ravie de ne pas me les geler demain en restant à la porte." […] "Je compte ouvrir la séance sans fioritures, sans combat, sans bordel."
* Et encore : "Là dessus, on lui dit [à Gaudin] que son entourage a fait des conneries et qu’il est bien obligé de se mettre au niveau des autres présidents d’EPCI en venant à la réunion."
* Dimanche : "Moi, j’irai lundi quoi qu’il arrive. Ceux qui ne veulent pas venir, qu’ils prennent leurs responsabilités, qu’ils se mettent ’les couillettes au frais'."
Une chose est sûre, et c'est bien déchirant pour sa postérité et pour l'humanité entière, ce lundi, Maryse Joissains a aussi définitivement gâché son ultime chance d'entrer un jour à l'Académie française !

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

lundi 9 novembre 2015

Métropole : Réunion d'installation ce lundi... mais le cirque continue !

Après de nombreux numéros de cirque, la réunion d'installation de la métropole aura lieu ce lundi. Armée de grenades, Maryse Joissains se jettera de son trapèze pour entrer en piste. Le hic, c'est qu'on ne sait pas quelle sera la chute du spectacle...   

joissains gaudin métropole dessin

Aura lieu, n'aura pas lieu, aura lieu, n'aura pas lieu ? Pile ou face ? Aura lieu ! L'annonce a été faite hier juste après 20h. Après de multiples rebondissements, finalement, la séance d'installation de la métropole se tiendra ce lundi. Mais, vu le micmac tragi-comique de ces derniers jours, quelle tournure prendra-t-elle ? On ne sait pas. Résumons. 
Agissant comme la loi le lui permet, la présidente de la communauté d'agglomération d'Aubagne avait convoqué l'assemblée. Puis, vendredi, le tribunal administratif de Marseille faisait droit à la requête du maire d'Eguilles qui contestait la répartition du nombre des élus pour certaines communes et suspendait les deux arrêtés du préfet. Alors que Maryse Joissains se réjouissait en compagnie d'élus du Pays d'Aix, Jean-Claude Gaudin maintenait la convocation qui, elle, n'avait pas été annulée.
Aussitôt, bronca de la maire d'Aix et de ses collègues du pays d'Aix qui voulaient boycotter la séance faute de base juridique ! Elle disait même qu'elle avait envisagé d'aller à Marseille pour ouvrir la séance en tant que doyenne mais qu'elle en prononcerait immédiatement la fermeture. Vous suivez ?
Jean-Claude Gaudin prenait contact avec la ministre Marylise Lebranchu qui l'encourageait à tenir bon. Pourtant, une heure après, il renonçait à maintenir la réunion et demandait à la présidente d'Aubagne d'annuler la convocation. Concomitamment, le gouvernement informait qu'il allait saisir le Conseil d'Etat, une procédure qui pourrait ne pas aboutir avant quinze jours. Vous suivez toujours ?
A ce moment-là, l'affaire semblait close. C'était sans compter encore sur la capacité de retournement de Maryse Joissains qui déclarait vouloir maintenir la séance et que, s'il le fallait, elle irait s'exprimer jusque devant la porte du palais du Pharo si la salle n'était pas ouverte. Bigre ! Armée de piolets, de sabres et de grenades, peut-être ?
Enfin, autre entrave imaginée par le maire d'Eguilles, un recours sous la forme d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). De quoi retarder un peu plus la mise en place de la plus grande métropole de France. Et tout ça à cause de jeux pervers de pouvoirs entre élus… de droite qui sont "amis" dans le même parti !

NB : France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur retransmet en direct ce lundi à 9h50

L'ordonnance du tribunal administratif du 6 novembre annulant les deux arrêtés du préfet 
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

La question prioritaire de constitutionnalité du 6 novembre du maire d'Eguilles 
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 novembre 2015

Le préfet répond à Maryse Joissains : Vous dites n'importe quoi !

Le préfet a répliqué sèchement avec rappel du droit à la lettre fantasque de Maryse Joissains demandant des audits sur la ville de Marseille. Un second camouflet qui fait mal ! 

joissains métropole préfet F3 4

Dans mon article de mardi, j'avais bien précisé, juste par logique, que Maryse Joissains faisait mauvaise route en écrivant au préfet pour réclamer des audits sur la ville de Marseille. Ce dernier lui a répondu en remettant une seconde couche après celle de début octobre. Et ça fait mal !
Sa réplique est d'autant jubilatoire qu'il a rappelé, comme je l'ai fait, que l'initiative en forme de baroud d'erreur de la maire d'Aix n'a aucun fondement juridique. Terrible constat et gros camouflet pour l'ex-avocate et ex-députée, deux fonctions qui supposent un minimum de connaissances en droit.
On a appris ce mercredi soir, alors que la séance inaugurale de la métropole aura lieu lundi (diffusion en direct à 9h00 sur France 3), que Maryse Joissains avait finalement rencontré Jean-Claude Gaudin. Je pense que ce maire a été bien brave, comme on dit dans notre parler ensoleillé méditerranéen, de lui accorder un entretien après tant d'incartades et de salissures lancées à la face des Marseillais.
Dernière ânerie proférée par Maryse Joissains dans son interview sur France 3 hier soir : "Moi, j'ai pas augmenté les impôts depuis 20 ans !" Rappel : euh... elle a été élue en 2001 !

Le journal de France 3 Provence-Alpes du 4 novembre 2015 
Pour le sujet sur la métropole, aller directement à 5'30" (jusqu'à 8'00")


Les deux camouflets du préfet

métropole préfet prov 3

joissains métropole préfet prov 4

joissains métropole préfet prov 4

"Maryse Joissains aime tancer tout le monde… sauf elle-même !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/11/03/32872985.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 3 novembre 2015

Maryse Joissains aime tancer tout le monde... sauf elle-même !

Pour la métropole, elle demande au préfet des audits sur la gestion de la ville Marseille alors qu'elle n'y est pas habilitée. Et pour créer son Conseil des étudiants aixois, elle se passe des règles de transparence démocratique. Délirant...

joissains propagande - Copie

Oui, et alors ? me direz-vous. Quel rapport y a-t-il entre ces deux sujets ?
Alors que le 9 novembre s'ouvre la séance inaugurale de la métropole Aix-Marseille-Provence, la récente lettre de Maryse Joissains au préfet montre qu'elle aura essayé de faire feu de tout bois pour contester jusqu'à l'absurde le bien-fondé de sa création. Dans cette missive largement diffusée, elle s'aventure à demander au représentant de l'Etat de lancer plusieurs audits sur la gestion de la ville de Marseille, une gestion qu'elle décrit comme étant calamiteuse.
Cela faisant, soit elle confond les fonctions des institutions, soit elle en ignore encore vraiment tout ! Car ce type d'audits ne peut relever au mieux que de la ville elle-même, donc en interne, ou au pire que de la Chambre régionale des comptes dont c'est le rôle, en externe.
A peine arrivée à la mairie en 2001, Maryse Joissains avait lancé des audits sur la gestion du maire précédent, comme par hasard à quelques mois des élections cantonales, histoire de faire un peu de bruit dans les urnes. Pour ceux qui l'auraient oublié, aucun de ces audits n'avait révélé quoi que ce soit de litigieux et la maire nouvellement élue avait laissé tomber en n'y donnant aucune suite.
On peut aussi se demander comment elle réagirait si une collectivité voisine s'avisait de vouloir venir mettre son nez dans sa propre gestion d'Aix. Voilà pourquoi Maryse Joissains se décrédibilise au plus haut point. En est-elle seulement consciente, prise dans le maelstrom de sa propre hystérie ?
L'autre sujet concerne la mise en place d'un Conseil des étudiants aixois, censé recueillir leur opinion et leur permettre de s'engager dans la vie citoyenne de la ville. Or, pour siéger dans ce CEA, les étudiants devaient faire acte de candidature et seules les trente premières pourraient en faire partie. Outre le fait qu'ont été totalement écartées les instances représentatives réellement élues des étudiants qui siègent notamment dans les universités, il m'a été rapporté sous le sceau de la confidence que le recrutement des membres du Conseil n'aurait pas été tout à fait neutre. Un tri a-t-il été opéré en amont et, si oui, par qui ? Mystère.
Alors, on le voit, pour les leçons de bonne conduite, la mairie actuelle ne peut franchement pas se poser en exemple.    

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 30 octobre 2015

Métropole : Quand Maryse Joissains insulte, Jean-Claude Gaudin catapulte

Dans son combat perdu contre la métropole, Maryse Joissains a encore fait dans l'outrance jusqu'au ridicule. La riposte cinglante de Jean-Claude Gaudin et des élus marseillais n'a pas tardé. Comble final de cette guerre picrocholine : en tant que doyenne des présidents des intercommunalités, c'est elle qui prononcera le discours d'ouverture de la séance inaugurale...

joissains gaudin métropole

Vouloir défendre une cause est une chose. Mais franchir le stade de l'outrance jusqu'au ridicule en est une autre.
Comme à son habitude, en cherchant à se distinguer (euh… ce mot n'est peut-être pas si approprié dans le cas présent) et à revendiquer un rôle de combattante permanente extrême, Maryse Joissains a fini par voir ses foucades se retourner contre elle.
Elle fait voter une décision de création d'une petite métropole dans le périmètre de la communauté du Pays d'Aix, et accessoirement et surtout autour de sa personne (je vous ai raconté ça il y a quelques jours), elle se prend en pleine figure le rappel de la loi par le préfet en personne. Non, il est impossible d'appartenir à deux collectivités de même nature en même temps.
Ayant proclamé depuis longtemps, en large et en travers, surtout en travers, qu'elle était soutenue par la quasi-totalité des maires du département et qu'elle avait leur confiance, elle vient de se faire voler dans les plumes entre autres par Jean-Claude Gaudin, du même parti que le sien, après sa lettre de cinq pages bourrée de déclarations incontinentes et insultantes contre les Marseillais.
Le maire de Marseille n'a pas retenu sa langue pour la remettre à sa place : "Je n’aime pas les excès quand ils s’approchent même de la vulgarité quand rien n’a été vérifié avant d’annoncer certaines choses. Je suis surpris de ces propos, je n’ai pas voulu entrer dans la polémique, je trouvais que cela était inutile." D'autres élus, eux aussi du même parti, ont pris le relais. Ainsi Roland Blum, son premier adjoint : "Qui est cette dame ? Ce n’est pas en insultant des populations que l’on résout des problèmes". Et puis, Martine Vassal, présidente du département : "Il y a une loi. Il faut arrêter de vouloir nous opposer les uns aux autres, il faut arrêter de vouloir opposer Marseille à Aix. Nous avons besoin de toutes les communes. Aujourd’hui, je pense que nous avons le devoir de résultat, c’est-à-dire le devoir de réussir cette métropole."
Au conseil municipal de Marseille de lundi, les élus de gauche aussi ont envoyé leurs bouquets d'orties pour condamner les propos belliqueux et indignes de la maire d'Aix.
Maryse Joissains est toute furie dehors également contre les élus qui la lâchent depuis ses incartades mais aussi à cause de l'habileté roublarde de la bête politique qu'est Gaudin qui a entrepris une tournée dans les communes pour rencontrer deux tiers des maires en tête à tête et les convaincre d'abandonner leur soutien stérile aux entreprises de Joissains.
Hier, alors que Gaudin est assuré d'être élu président de la métropole, un autre candidat s'est déclaré. Il s'agit de Gaby Charroux, maire communiste de Martigues, qui a jusqu'ici été partisan de la burlesque fronde orchestrée à grands tambours par Maryse Joissains. 
La prochaine étape va donc être intéressante à suivre. Avec un beau dilemme cornélien en perspective : le 9 novembre, jour de la mise en place de la nouvelle collectivité, la maire d'Aix votera-t-elle pour Gaudin ou pour Charroux ? 
Mais le morceau le plus comique sera sans nul doute celui de l'ouverture historique de la séance avec le discours de l'aérienne Maryse Joissains qui aura le privilège de s'y coller en tant que doyenne d'âge des présidents des six intercommunalités. La scène risque d'être épique !

Le livret officiel pour comprendre Aix-Marseille-Provence Métropole :
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 22 octobre 2015

Aérodrome : Forte mobilisation face aux dangers du changement de statut !

L'aérodrome des Milles va changer de statut et sa gestion va passer dans le privé. Le collectif de riverains se mobilise en force pour alerter et informer la population aixoise sur les dangers de nuisances accrues. Récit...

aérodrome Réunion 24
(Clic sur l'image pour agrandir)
Sur le côté gauche de la salle, Edouard Baldo, Hervé Guerrera et Lucien-Alexandre Castronovo à la réunion du collectif 

La bataille s'accélère ! Le collectif citoyen "Danger aérodrome des Milles" (CD2A) l'a fait savoir en force il y a peu devant cette fois près de 150 personnes venues s'informer directement et soutenir sa démarche dans la salle des fêtes.
Pendant deux heures, diaporama à l'appui, le président a exposé de manière claire tous les aspects de ce que les riverains redoutent maintenant un peu plus : l'extension du site et l'aggravation des nuisances sonores et visuelles. Cette mobilisation renouvelée et accrue trouve son sens du fait du lancement d'une procédure de délégation de service public à l'initiative de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) qui a la main haute sur l'évolution de l'aérodrome. Les craintes viennent de la teneur même du cahier des charges qui en confie la gestion à un délégataire privé.
Le public présent a pu poser de nombreuses questions auxquelles les membres du collectif ont apporté tous les éclaircissements possibles en l'état actuel du dossier. Edouard Baldo, Hervé Guerrera et moi-même étions là en auditeurs libres pour mesurer les impacts qu'une augmentation du nombre d'aéronefs et des conditions de trafic pourraient signifier en termes de bruit, de pollution et de gêne redoublée pour la population pas seulement milloise mais aixoise toute entière.
Pour se faire entendre, le collectif a saisi le tribunal administratif et écrit au ministère de l'environnement en joignant une pétition de 1.300 signatures sur papier et de 500 via son site internet dédié. Nul doute que cette lutte pour préserver la quiétude et la santé publique connaîtra d'autres épisodes.

aérodrome marseillaise 28
(Clic sur l'image pour agrandir) 
Le président et les membres du bureau du collectif

Mon précédent article sur le même sujet : 
"Aérodrome : Une pétition contre les nuisances en vol et au sol"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/03/32306076.html

(Cet article est en deux parties, clic pour agrandir)aérodrome marseillaise 28aérodrome marseillaise 28

aérodrome Prov 4

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 octobre 2015

Clinique du Montaiguet : Le projet sous perfusion... avec de l'argent public !

La CPA et la Ville d'Aix octroient une garantie d'emprunt de 25M€ au projet d'implantation de la clinique privée au Montaiguet alors que les recours ne sont pas encore tous purgés. Cet engagement à rembourser, le cas échéant, avec de l'argent public est non seulement risqué juridiquement mais aussi pour tous les contribuables. Explications...

montaiguet feu 24
(Clic sur l'image pour agrandir)
Le site du lieudit Les Bornes prévu pour la polyclinique 
et où une partie du terrain avait subi un incendie en 2006 

Où en est le projet de construction de la polyclinique du Montaiguet ?
Alors que la pose de la première pierre a maintes fois été annoncée comme imminente, le terrain situé au lieudit Les Bornes n'a encore rien vu surgir. Et pour cause. Depuis sept ans, de nombreux recours ont été introduits en justice pour contester l'implantation de ce méga établissement sur une partie de la colline au sortir du quartier de Pont de l'Arc.
Les procédures engagées par l'association des Amis du Montaiguet ont commencé en 2008. Certaines ont été étrangement réfutées par les tribunaux. Il en reste cependant encore une au moins qui a été déclarée recevable le 25 septembre au Conseil d'Etat. Elle concerne le permis de contruire modificatif accordé par la Ville d'Aix. Même arrivée à ce haut niveau de juridiction, il n'est pas dit qu'elle soit la conclusion du dossier car, à ce stade, le Conseil d'Etat n'est pas tenu de se prononcer sur le fond. Il faudrait encore patienter pour un renvoi de l'affaire devant la cour administrative d'appel. 
Il pourrait donc y avoir d'autres étapes plus ou moins longues à franchir. Mais ce point de situation n'est pas le seul motif de cet article.
En effet, lors de la séance publique de la communauté du Pays d'Aix du 10 octobre, une délibération était à l'ordre du jour qui demandait aux élus d'autoriser une garantie d'emprunt de 13.750.000 euros sur 22 ans en faveur de la polyclinique, auxquels s'ajouterait une autre garantie de 11.250.000 euros à voter par la Ville d'Aix, sans doute le 16 novembre. Total : 25M€ !
La délibération précisait que le porteur du projet, la SCI Les Bornes, qui a un actif négatif, compte principalement sur des emprunts à hauteur de 50M€ auprès d'un pool bancaire pour un budget de réalisation de 68,7M€. Un gros crédit donc.
Je suis intervenu en conseil pour m'étonner de l'inscription de cette délibération à l'ordre du jour et de cette proposition de garantie de la CPA alors que tous les recours ne sont pas purgés et qu'existe donc un risque juridique et financier pour la CPA.
J'ai aussi posé une question pour savoir si la somme d'1,5M€ que la Ville d'Aix a avancée pour les travaux d'aménagement de l'accès au site a été remboursée par la polyclinique qui devait prendre cette dépense à son compte. Pas de réponse.
Voilà donc un dossier qui manque autant d'assise juridique que de clarté et qui pourrait coûter cher aux contribuables.

CPA 10 8

La délibération est => ICI 

montaiguet CPA prov 10

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 15 octobre 2015

Joissains préfère la vulgarité de comptoir à la bienséance républicaine

S'il existait un diplôme gratifiant tout à la fois le respect républicain, la conduite exemplaire et l'élégance verbale, Maryse Joissains ne serait pas admise à concourir ! Illustration...

joissains casse bilan

Il y a une semaine, lors de la séance publique de la communauté du Pays d'Aix, la présidente, mais aussi maire d'Aix, s'est une fois de plus, de trop, singularisée devant les maires, les conseillers et les fonctionnaires, dans une de ses répliques à l'emporte-pièce qui ne la rachètent pas.
Piquée au vif par ma collègue Gaëlle Lenfant qui s'étonnait de son absence à la cérémonie officielle organisée au mémorial des Milles pour laquelle le président de la République avait fait le déplacement, elle a emprunté un ton rageur et s'est laissée aller à des débordements oratoires sans nom. 
Ayant d'abord mis en avant l'excuse d'une bronchite et d'une extinction de voix, elle a fini par étaler ses vraies motivations, empreintes de haine et de justifications politiciennes.
Sur la forme, en employant des termes d'une vulgarité de comptoir. Et sur le fond, en manquant en tant qu'élue à la tradition républicaine pratiquée à l'égard de la fonction présidentielle alors même que dans son intervention elle demandait qu'on respecte la sienne.
Son comportement, qui méconnaît le raffinement, ne date certes pas de mai 2012 où elle s'était allée à nier la légitimité de l'élection de François Hollande, tout en s'en prenant à son physique. "J'aurais aimé un président qui ait plus de prestance et pas qu'il agite ses petits bras", avait-elle lâché dans une interview. Il est bien connu que son président préféré, lui, a de la prestance, un vocabulaire châtié et n'agite jamais ses bras et ses épaules.
Depuis son accession à la mairie d'Aix, on en avait entendu d'autres aussi vertes et pas mûres, pas seulement dans les apartés mais aussi dans des réunions publiques et au conseil municipal. Vu son osmose avec Nicolas Sarkozy, ce n'est sûrement pas auprès d'elle qu'on apprendrait la sobriété des propos, la maîtrise du langage et l'éthique républicaine. 

CPA 10 8

CPA 10 8

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

vendredi 9 octobre 2015

Métropole Aix-Pays d'Aix : Maryse Joissains perd encore des soutiens

Hier soir, la séance publique du conseil communautaire devait se prononcer sur la création d'une métropole réduite à Aix-Pays d'Aix, Maryse Joissains a pu constater que certains de ses soutiens ont refusé de prendre part au vote. Elle en a presque perdu la voix…

CPA 17

Je n'ai pas de boule de cristal. Mais ce que je pressentais est arrivé. Maryse Joissains a encore perdu des soutiens. Sa demande de principe de création d'une métropole Aix-Pays d'Aix n'a pas eu le succès qu'elle escomptait. Hier soir, lors de la séance publique du conseil de communauté, de nombreux maires ont reculé pour ne pas cautionner son initiative qui prend de plus en plus l'eau. Ils ont refusé de participer au vote, la plupart expliquant que c'était trop tard, qu'il aurait fallu s'y prendre avant lorsque les lois sur la métropole Aix-Marseille-Provence n'étaient pas encore entérinées.
Comme je l'ai moi-même fait observer pendant le débat, cette délibération ne tient pas debout. Ni par rapport au code des collectivités territoriales qui ne permet pas d'appartenir en même temps à deux structures à fiscalité propre (la CPA fait déjà partie de la grande métropole). Ni par rapport à la base démographique nécessaire pour créer une métropole, la CPA étant surclassée artificiellement à plus 400.00 habitants. La démarche désespérée de Maryse Joissains est donc absurde.
Certains maires ont aussi pointé l'absence de base juridique pour mener à bien un tel combat. Maryse Joissains avait pourtant monopolisé le micro pour disserter pendant une bonne heure en essayant de rattraper par l'écharpe les récalcitrants ou de faire revenir à elle ceux qui avaient déjà exprimé un refus ou s'étaient absentés à la réunion du bureau de la CPA le 24 septembre. Pour ce faire, elle s'est employée a jouer les grandes scènes du scénario d'Apocalyse Now : la grande métropole sera une catastrophe et ne laissera qu'un champ de ruines.
A flot continu de paroles et de mises en garde annonçant la fin inéluctable du monde, elle a agité tous les spectres du désastre qu'elle imagine : perte de nos pouvoirs, omnipotence de Marseille, fiscalité en hausse, démocratie en berne… et j'en passe. Bref, selon elle, les communes vont disparaître sous le déluge d'une réforme territoriale quasi dictatoriale.
Mais qu'on se rappelle, on entendait les mêmes discours apocalyptiques il y a une quinzaine d'années lorsque furent créées les intercommunalités que beaucoup maintenant voudraient garder. Et pourquoi cela ? Parce qu'elles ont permis du développement économique, de l'équipement, de la solidarité à travers la mutualisation des moyens financiers. C'est exactement ce que veut faire la grande métropole à un échelon plus élevé, comme cela se fait déjà depuis longtemps dans de nombreuses métropoles européennes, afin de mieux servir les citoyens dans tous les domaines : transports, économie, emploi, logement, environnement.
Maryse Joissains a répété à bout de champ que le débat devait dépasser les clivages politiques. Sauf qu'elle n'a pas cessé de fustiger le gouvernement et le président de la République, allant même jusqu'à avouer qu'elle avait refusé d'être présente hier matin au site-mémorial des Milles qui accueillait François Hollande. Facile, n'est-ce pas, de se permettre de faire la leçon républicaine à ses élus quand on conteste le représentant de la fonction suprême du pays.
Maryse Joissains voulait un plébiscite pour gonfler les muscles et donner du poids à son initiative. Elle a récolté une défiance accrue contre son projet, ce qui, à certains moments de la soirée, l'a presque rendue aphone.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

mardi 6 octobre 2015

Le préfet dit : Maryse Joissains n'a pas le droit de créer sa métropole !

Le préfet de région vient de rappeler le droit à Maryse Joissains. Son initiative de création d'une métropole réduite au Pays d'Aix n'a aucune assise juridique. Nouvelle colère inutile en vue ?

métropole préfet MJM

Actualisation : mercredi 11h30 : voir en fin d'article
A vrai dire, je la pressentais et je l'espérais un peu cette riposte du préfet de région aux loufoqueries de Maryse Joissains sur la création de "sa" métropole naine.
Lors de la longue séance du conseil municipal de la semaine dernière, pendant deux pleines heures, Maryse Joissains avait encore rabâché à l'envi tous ses propos anti bien connus. Et, dans la foulée, elle avait proposé une délibération pour faire entériner cette création sauve-qui-peut en dépit du bon sens et surtout totalement contraire aux lois d'organisation territoriale.
Nous l'avons alertée sur l'infaisabilité intrinsèque de son projet. Notamment à propos de l'argument qu'elle avançait sur les données démographiques qu'elle estimait suffisantes pour justifier en droit sa sécession de la grande métropole Aix-Marseille-Provence qui, elle, entrera bien en vigueur début janvier.
Selon Maryse Joissains et son premier adjoint, le Pays d'Aix compterait maintenant 414.000 habitants, un seuil de 400.000 devant suffire à créer une métropole selon les textes actuels. Mais ce nombre est artificiel car il découle d'une mesure qui autorise à doubler le nombre d'habitants des quartiers dits sensibles relevant de la Politique de la ville, et qui permet de se voir octroyer des moyens financiers supplémentaires. La population en personnes physiques bien réelles atteint en fait le nombre de 380.300.
Elle a ensuite osé se prévaloir de l'exemple de la création de la métropole de Nancy qui, avec ses 250.000 habitants, avait pu voir le jour. Je lui ai fait observer que cette décision avait eu lieu en janvier 2015 avant que les deux nouvelles lois territoriales suppriment cette possibilité. Mais non, poursuivant son jusqu'au-boutisme, Maryse Joissains s'est entêtée dans ses élucubrations, persistant à tordre le droit et les lois à sa façon. Tiens, cela ne nous rappelle-t-il pas aussi d'autres fâcheuses entorses ?

toto

Pouffons encore un peu, voulez-vous ?

Alors, que dit le préfet, d'une façon aussi évidente que "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit." (acte III, scène 1, Dom Juan, Molière), ou encore que "zéro plus zéro égale la tête à Toto" ? 
Eh bien, voici :
"La démarche de Maryse Joissains est contraire à l’article L.5210.2 du code général des collectivités territoriales. C’est un problème de fond. Une commune qui appartient à un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre ne peut faire partie d’un autre. Or, Aix et sa communauté de communes sont dans la Métropole Aix-Marseille Provence selon la loi du 7 août 2015 et son décret d’application du 28 août."

Quand on songe que Maryse Joissains a été avocate mais aussi députée, il y a vraiment de quoi se poser quelques savoureuses questions. 
Pour ma part, j'ai trouvé la déclaration du préfet à la fois très claire et très sobre afin de bien se faire comprendre du grand public. Mais je pense qu'il a très certainement d'autres arguments juridiques à opposer à la maire et aux maires qui l'ont suivie dans ses frasques. 
On voit certains d'entre eux déjà reculer un peu. Lors du bureau de la communauté du Pays d'Aix, le 24 septembre (quatre jours avant le conseil municipal aixois), qui examinait la proposition de création d'une métropole Aix-Pays d'Aix, quelques-uns ont joué aux fantômes. D'autres ont manifesté leurs doutes dans la presse. La baudruche brandie par Maryse Joissains va finir par se dégonfler faute de réserve d'hélium. 
Le prochain épisode aura lieu ce jeudi à la séance publique du conseil de la CPA qui se tiendra à Rognes. Figure encore à l'ordre du jour cette création mais étrangement inscrite à la dernière place, donc en fin de séance. Quel sort lui sera-t-il fait ? Je vous raconterai tout ça ! Avec joie, bien sûr !

Actualisation
Position contrastée des 36 communes et des 36 maires de la CPA avant le 8 octobre

12 communes (sur 36) auront délibéré sur le projet de création d’une métropole Aix Pays d’Aix avant la séance du 8 octobre.
26 maires ont voté favorablement sur ce projet lors de la réunion du bureau du 24 septembre. Un maire s’est abstenu et deux autres n’ont pas pris part au vote. Par ailleurs, 9 maires étaient absents mais 3 d’entre eux avaient donné procuration.

métropole préfet prov 3métropole préfet prov 3

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]