jeudi 23 décembre 2010

Jean-Noël Guérini, une interview en langue de chêne

guerini_crayonInterrogé le lendemain de la mise en détention de son frère, Jean-Noël Guérini avait annoncé qu'il s'exprimerait avant la fin de l'année. Il l'a fait ce 18 décembre dans une interview d'une page à La Provence. Et quelle interview ! On a beau chercher des explications, rien ! Même pas des copeaux !
Autant l'homme de l'ombre, Alexandre Guérini, use couramment d'un langage délié, autant le président du CG13, l'homme qui prend la lumière, est adepte de la langue de chêne massif quand ce n'est pas du muet et sans signes. A le lire, on se dit alors qu'il ne s'est rien passé, que la justice fait fausse route, que la presse raconte n'importe quoi et qu'il n'y a plus qu'à circuler.
Pourtant, voici ce qu'en disait encore Le Canard enchaîné il y a quinze jours…

canard_guerini_clan_8
(Clic sur l'image pour agrandir)

Un très bon article sur le site Marsactu :
http://www.marsactu.fr/2010/12/18/affaires-jean-noel-guerini-parle-enfin-mais-pour-ne-rien-dire/
L'interview intégrale de Jean-Noël Guérini sur son blog
(avec les seuls commentaires de ses supporters !) :
http://www.jn-guerini.fr/2010/12/18/pas-plus-aujourdhui-quhier-je-ne-rougis-de-porter-le-nom-de-guerini/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

Affaire Guérini : La droite n'est pas à l'abri non plus...

canard_guerini_a_droite_aussi_22
 
(Clic sur les images pour agrandir)

Dans l'affaire Alexandre Guérini, on cite maintenant les noms de personnalités d'envergure nationale, et même plus. Aux premiers rangs desquels, Henri Proglio, son bon copain, ex-patron de Véolia et désormais à EDF. Et Patrick Ouart, ex-conseiller justice de Nicolas Sarkozy, membre du conseil d'administration du groupe Suez. Du beau monde qui s'agite toujours lorsqu'il s'agit de livrer la bataille des marchés de l'eau ou du traitement des ordures.   

 bakchich_guerini_patrick_ouart_17

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 décembre 2010

De Peynier à Aix, la droite extrême est à l'œuvre…

peynier_1
 
(Clic sur l'image pour agrandir)
Les médias et les blogs en ont parlé

Postures équivoques, comportements sournois, phrases crapoteuses, la confusion des esprits est entretenue à dessein. Depuis trois ans, on mêle tout, immigration et criminalité, identité nationale et citoyenneté. Et maintenant laïcité et occupation.
L'extrême droite, mais aussi des ministres en exercice, prétendent ainsi parler au nom de l'ensemble d'un pays qui serait silencieux mais n'en penserait pas moins. Dans l'espoir, bien sûr, de ramener des électeurs égarés, en caressant sans honte les instincts les plus vils de l'être humain.
Notre région n'est pas exempte, loin s'en faut, de ces ignominies plus ou moins ouvertement exprimées. Faut-il rappeler encore que dans les années 80, Jean-Claude Gaudin lui-même fit une alliance avec le FN et en lui confiant plusieurs vice-présidences pour gouverner le conseil régional.
Ces dernières années, et récemment encore, comment ne pas signaler les opinions outrageantes, allant parfois jusqu'à faire l'objet de propositions de lois, émanant d'Eric Ciotti, de Christian Estrosi, de Lionnel Luca ou de Thierry Mariani. Ce dernier n'a-t-il pas lancé un Collectif de la Droite populaire réunissant 35 députés dont 5 des Bouches-du-Rhône, parmi lesquels, Richard Mallié et Maryse Joissains, avec l'ambition affichée de concurrencer l'extrême droite sur son terrain visqueux.
Ici, en pays d'Aix, le démarchage se fait plus perfide car les initiatives s'opèrent derrière des masques. Avant cette fin d'année, je veux donc revenir aujourd'hui sur quelques faits qui, pour isolés qu'ils paraissent, sont pourtant bien constitutifs d'un ensemble clairement identifiable.

L'affaire du buste de la discorde à Peynier
peynier_14

Mi-septembre, comme l'ont fait certains blogs, la presse, la télévision et des radios, j'avais rapporté la controverse née de l'inauguration du buste d'un ancien sénateur-maire de Peynier, un homme au passé trouble pendant l'Occupation.
Ce jour-là, côte à côte, se trouvaient entre autres Jean-Claude Gaudin, Maryse Joissains et Christian Burle, maire de Peynier et suppléant de Maryse Joissains. La population locale ne s'est pas déplacée pour ce qui devait être un hommage symbolique à Vincent Delpuech.
Défendant la vie et l'œuvre de Jean Zay, ministre de l'éducation et de la culture de 1936 à 1939, résistant abattu par des miliciens en 1944, l'Association Jean Zay en Provence, Pédagogie, Mémoire et Histoire avait récusé cette initiative. Depuis, l'association a été assignée par le maire de Peynier et la famille Delpuech à comparaître devant le tribunal correctionnel pour "diffamation" !
Etrangement, aucun des médias et blogs (dont le mien) qui avaient relayé l'information n'a été inquiété, si l'on peut dire les choses ainsi. Si tous ces relais sont extérieurs à Peynier, il n'en est pas de même pour un blogueur citoyen de ladite commune qui avait critiqué le même événement. Et qui pourrait lui-même être l'objet potentiel d'intimidations si l'on en croit les propos d'un adjoint au maire rapportés par la presse. Bravo la liberté d'expression.

Maryse Joissains sur la ligne du Front

S'agissant du positionnement politique de Maryse Joissains, les exemples d'écarts qui ne doivent certainement rien au hasard se multiplient. Son adhésion au Collectif de la Droite populaire ne fait qu'entériner un parcours tendant à l'extrême.
Sa présence à Peynier aux côtés de son suppléant à l'Assemblée nationale n'a rien de fortuit non plus. Prenant la parole, Maryse Joissains a réécrit l'Histoire en attribuant des vertus à Vincent Delpuech : "à un moment trouble de la République, il a continué à exercer ses fonctions dans l'honneur". Drôle de sens de l'honneur pour quelqu'un qui a voté les pleins pouvoirs à Pétain.
En comparaison, à Aix, il y a quelques semaines, sciemment aucun élu de son bord n'était présent à la Cité du livre lors de la venue de Stéphane Hessel.
La Provence rapporte que, au conseil municipal de novembre, elle a déclaré à ce sujet : "Il y a des personnes qui ne sont pas souhaitables dans une ville à un certain moment. Hessel est tout sauf un modéré." Quand on connaît le parcours de ce résistant, qui a participé à la rédaction de la Déclaration des droits de l'homme aux côtés de René Cassin, on se dit que, décidément, Maryse Joissains a la mémoire borgne et l'hommage tristement sélectif.
Plus tôt, en mars, à l'occasion d'une évocation historique sur l'Algérie au Pasino, elle a fait citoyen d'honneur, un chanteur d'extrême droite.
Enfin, pour l'instant serait-on tenté de dire, il y a un mois, on apprenait que la Semepa avait recruté Damien Bariller comme directeur de la communication. Ce n'est pas un inconnu. Il a été conseiller municipal FN d'Aix de 1995 à 2001 (aléa de la répartition des places, il était mon voisin de table au conseil municipal !), puis a rejoint la formation politique de Bruno Mégret. L'épouse de ce dernier l'a engagé à la mairie de Vitrolles.
Pour mémoire, à Aix, sa récente nomination à la Semepa n'est une première. Dans les années 70-80, la mairie de l'époque avait recruté comme directeur général Dominique Gajas, cadre du FN, tête liste à l'élection municipale de 1983. Lors de l'alternance entre 1989 et 2001, il ne l'est plus. En 2001, Maryse Joissains le fait revenir comme consultant.
La boucle est donc presque bouclée. Concernant le cas de Maryse Joissains, il n'est pas inutile de rappeler tous ces faits et effets.  

"Gaudin va-t-il honorer un collaborateur ?" :
http://boulesteix.blog.lemonde.fr/2010/09/01/gaudin-va-t-il-honorer-un-collaborateur/

"Droite extrême : Joissains, Gaudin et leurs copains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/09/15/19066424.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 20 décembre 2010

Clinique du Montaiguet : L'enquête d'impact continue

massifs_boises_aixois
(Clic sur l'image pour agrandir)
Les massifs boisés aixois, un patrimoine à sauvegarder

Une enquête publique très importante se déroule en ce moment, même si on ne trouve pas l'information sur le site de la mairie d'Aix. Il s'agit donc de ne pas la manquer, surtout en cette période de trêve, qui n'a peut-être pas été choisie par hasard puisque la date initiale de fin était fixée au 29 décembre. C'est pourquoi une demande de prolongation jusqu'au 14 janvier a été obtenue par les défenseurs du Montaiguet.
Cette enquête publique ICPE (Installations classées pour la protection de l'environnement) porte sur l'impact du projet d'implantation de la méga-clinique Rambot au sein du massif Sud de la ville.
Pour tous ceux qui ont à cœur de sauvegarder ce site, c'est l'occasion de participer au débat et de relayer l'information. Tout se passe au service de l'urbanisme selon les horaires de permanence. On peut consulter le dossier sur place, puis déposer un avis sur le registre et aussi rencontrer le commissaire enquêteur ou lui adresser un courrier.
On pourra d'abord lire les deux documents en lien ci-dessous sur l'avis de la préfecture et le résumé non technique de l'impact. Face à ces présentations quasi idylliques, il est plus que jamais nécessaire de faire observer un certain nombre de points qui plaident pour un rejet du projet :
à augmentation du problème de la circulation déjà existant à ce jour,
à aucun respect de l’architecture locale (zone de bastides du XVIIIe siècle),
à aucun respect de la Nature,
à disparition de terres cultivées de proximité, malgré les préconisations du Grenelle de l’environnement,
à problèmes de nuisances sonores, pollution visuelle, pollution lumineuse,
à atteinte inévitable à l’espace boisé classé, déjà en partie déclassé par la révision de POS, notamment pendant les travaux,
à bouleversement de l’hydrographie locale (nappe phréatique, puits),
à urbanisation en cours entre les quartiers du Pont de l’Arc et Luynes, au coup par coup, sans vision globale car absence de PLU (projets immobiliers de La Grassie, de La Guiramande, lotissement Rétro 25, quartier Malouesse, PAE Rempelin, Plan Campus, etc.),
à cette avancée irréfléchie du béton et du nombre de véhicules impliquera de futures voies, le tout portant une atteinte irrémédiable à la coupure Aix-Luynes, précieux poumon vert pour une ville asphyxiée, le Montaiguet est "la colline des Aixois".
à coût des infrastructures pour les contribuables alors que le profit de l’opération est privé…
à on n’a tenu aucun compte des objections levées par les particuliers, les CIQ, les associations, lors de l’enquête publique précédente sur la révision simplifiée de POS qui déclasse espaces naturels et cultivés uniquement pour satisfaire les porteurs de ce projet.
à éventuellement, montrer la majesté du site naturel avec des clichés, inciter le commissaire à venir voir le site.

(Clic sur l'image pour agrandir)
L'avis d'enquête
montaiguet_pr_fecture

Pour les personnes ou associations qui ne peuvent pas se déplacer aux heures de permanence du commissaire enquêteur, il est recommandé de déposer son avis sur le registre.
Pour les personnes qui ne peuvent pas du tout se déplacer, l'association des Amis du Montaiguet et du Pont de l'Arc se propose d'aller déposer à leur place leur courrier (même bref) destiné au commissaire enquêteur et de le coller au registre. Ce courrier doit parvenir impérativement au plus tard avant le vendredi 14 janvier à l'association (04.42.27.43.40).
Qu'on se le dise : l'affaire n'est pas close, il est encore possible d'agir.

Les deux documents à consulter par clic sur chaque lien :
L'avis de l'autorité environnementale 
Le résumé non technique de l'impact

Tous mes articles sur le projet se trouvent à la rubrique "Pont de l'Arc", colonne à droite du blog.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 17 décembre 2010

Alexandre Guérini, droit au but avec des mots choisis

gros_motsC'est simple comme un coup de fil. Sauf, si on est écouté, sans encore s'en douter. Dans toute affaire délicate, on prend bien sûr quelques précautions de langage. Surtout en privé. On ne sait jamais, hein. Et il arrive que, question syntaxe, on ne soit pas aussi prévenant. Après tout, hein, chacun fait comme il veut.
Or, voilà que les écoutes téléphoniques des conversations d'Alexandre Guérini révèlent chez lui une verdeur bien... ordurière. C'est ça. Notamment quand il n'est pas content de certaines personnes ayant des responsabilités.
"Ma façon de m'exprimer me désavantage, reconnaît-il lors de sa garde à vue, parce que je vais droit au but et sans fioriture." Sûr qu'au football, avec des attaques aussi calibrées, on lui attribuerait sans conteste le titre de meilleur buteur.
Pour l'instant, la justice ne lui pas permis de retrouver son terrain de jeu.
En revanche, hier, un de ses très proches amis, Philippe Rapezzi, chef d'entreprise, qui avait été écroué comme lui début décembre, a été remis en liberté sous caution tout en restant mis en examen pour "complicité d'abus de biens sociaux, détournement de biens publics et recel de détournement de fonds publics."
Merci à Bakchich pour l'article ci-dessous.

(Clic sur chaque partie de l'image pour agrandir)
Pour un meilleur confort de lecture, j'ai découpé le texte en deux parties
bakchich_guerini_pistonne___Copie___Copiebakchich_guerini_pistonne___Copie___Copie__2_

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

jeudi 16 décembre 2010

Les mauvaises manières de "monsieur Lagarde"

 ravi_giocanti_dessin

Les affaires sont les affaires. Voici un article béton publié par Le Ravi de décembre sur un cas d'espèce où l'on croise une personnalité de haut vol…

Avec l'appui des cadors locaux, Xavier Giocanti fait de juteuses affaires, mais ne veut pas que ça s'ébruite.

Compagnon de Christine Lagarde (ministre des Finances depuis 2007) et ami d'enfance du député UMP Renaud Muselier, Xavier Giocanti a des manières qui ne sont pas à la hauteur de ses illustres fréquentations. Pour preuve, il a refusé de répondre au Ravi ! Un manque de tact que le collectif Cap au Nord et l'association Comptoir de Mourepiane ont également pu apprécier.
Depuis juin, ils s'opposent à la construction de bureaux au pied de la colline de Mourepiane, à l'entrée de L'Estaque (16e arr.). Un projet avec vue sur la mer porté par Résiliance, la société marseillaise de ce quinqua spécialiste, ça ne s'invente pas, d'opérations immobilières de défiscalisation. Petit plus : le statut de ZAC (Zone d'aménagement concertée) du secteur qui offre de juteux abattements fiscaux aux futurs acquéreurs. "Ce ne sont pas des enfants de chœur. Ils cherchent à imposer des relations individuelles, il y a des pressions, c'est épuisant", témoigne Cap au Nord, qui propose de son côté l'aménagement "d'un espace public sur le dernier espace libre du quartier."
"Les pressions" ont débuté dès la découverte du permis de construire, en juin. A sa demande de recours gracieux adressée à Jean-Claude Gaudin, vendeur de la principale parcelle du terrain et toujours aussi prompt à signer un permis de construire (le Ravi n° 79), malgré un sol instable et la présence d'une plante protégée, le collectif reçoit une réponse de… Résiliance, qui était en copie. Par l'intermédiaire de ses avocats, monsieur Lagarde formule, de manière à peine voilée, des menaces de demande d'indemnisation.
L'automne ne l'a pas rendu plus sympathique. Début octobre, les collectifs tombent cette fois sur un avis d'enquête publique portant sur la modification de la ZAC. Lancée discrètement par la Communauté urbaine de Marseille (compétente en la matière) du socialiste Eugène Caselli, elle promet également de jolis cadeaux à Xavier Giocanti : la suppression d'un chemin gênant et la possibilité de faire passer son projet de 9.000 à 14.000 m² en augmentant la hauteur de construction de 14 à 21 m. A 2.600 euros le m², la culbute est tellement alléchante que, curieusement, l'homme d'affaires a déjà anticipé la modification dans sa communication. Une anticipation tout à fait légale selon les services de MPM, qui ne dit par contre rien de ses propres motivations…
Plus véhéments, les collectifs obtiennent début novembre de Samia Ghali, sénatrice-maire PS du secteur et vice-présidente de la CUM, l'organisation d'une réunion publique. Invité, l'entrepreneur y fait bonne figure. Mais reste très entreprenant. "Samia Ghali a pris parti contre la surélévation et Xavier Giocanti s'est incliné, poursuit Cap au Nord. Mais deux semaines plus tard, il nous a invités à le rencontrer. Il nous a demandé de céder sur un étage contre l'aménagement de la falaise et l'entretien du chemin. Alors qu'on ne compte plus les bureaux à louer dans le secteur, leur intention était de nous prouver l'intérêt économique évident du projet pour la zone. Ils voulaient aussi créer un climat de confiance, car ils ne veulent pas que l'on fasse du bruit, qu'il y ait des articles dans les journaux."
Loupé !                                                                   Jean-François Poupelin

Et sur Bakchich : "Les petites affaires de monsieur Lagarde" :
http://www.bakchich.info/Les-petites-affaires-de-Monsieur,12174.html
Et puis ceci :
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/08/04/le-compagnon-de-christine-lagarde-condamne-a-rembourser-des-subventions-europeennes_1395481_823448.html

Mon article du 5 novembre 2010 :
"Le Canard enchaîné et le petit cabanon de Muselier" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/11/05/19519459.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 15 décembre 2010

Quand Alexandre Guérini aide des proches à se loger

guerini_alex_logement_HLM
(Clic sur l'image pour agrandir) 

Toujours plus de révélations… Pas même le temps de finir de lire tout ce qui s'écrit que de nouveaux documents surgissent des placards.
Hier, Bakchich a mis en ligne de nouvelles informations. Y figure une partie de la transcription des écoutes téléphoniques dont Alexandre Guérini a fait l'objet. Il s'agit ici d'une conversation avec la directrice de cabinet du président de l'office HLM départemental 13 Habitat dans le but de placer des proches. Résultat : appel reçu cinq sur cinq et logement attribué, contrat de location à l'appui.

"L'agent Guérini loge la famille Barresi" :
http://www.bakchich.info/L-agent-Guerini-loge-la-famille,12656.html 

Comment faut-il interpréter ce slogan
et ces informations sur le site de 13 Habitat ?
logo_13_habitat_texte

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 décembre 2010

L'affaire Guérini, une bombe à fragmentation ?

canard_guerini_et_alexandre_8
Dessin de Cabu
dans Le Canard enchaîné du 8 décembre 2010

Après de longs mois d'enquête, c'est un missile à frappe chirurgicale qui a fini, il y a douze jours, par atteindre une cible de choix en la personne d'Alexandre Guérini mis en examen et aussitôt envoyé en prison. Hier après-midi, la justice n'a pas été plus tendre avec lui en confirmant sa détention provisoire.
Et voilà que, à peine quelques heures plus tard, sans crier gare, le missile semble s'être soudainement mué en bombe à fragmentation, en tout cas si l'on en juge par les divers éclats qui commencent à se propager.
En effet, dans un nouvel épisode de conséquence, on apprenait qu'Eugène Caselli, président de la communauté urbaine de Marseille, venait de limoger sur le champ son directeur de cabinet depuis deux ans, Frank Dumontel. Celui-là même qui, vendredi matin encore, était confortablement installé à sa droite à la tribune de la séance du conseil communautaire de Marseille.
A l'évidence, la présente disgrâce de Frank Dumontel, par ailleurs mis en examen dans l'affaire des subventions du conseil régional alors qu'il était le directeur de cabinet de Michel Vauzelle, semble directement découler des documents publiés la veille par Le Journal du dimanche.
Cela a paru étonner tout le monde, y compris l'intéressé qui s'est exprimé par voie de communiqué de presse (lisible sur le site Marsactu). Pourtant, certains avaient évoqué des surprises en forme de rebondissements. D'où le faux calme préconisé entre les deux camps droite et gauche, sans doute le signe que d'autres digues pourraient rompre avant peu. Et qu'il vaut mieux se tenir coi en entassant des sacs de sable pour tenter de se mettre à l'abri d'un possible gros paquet de vagues dans le portrait. (Voir aussi plus bas mon second billet du jour sur le même thème.) 

Des articles très intéressants :
Le JDD du 12 décembre 2010 :
http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/Proglio-Guerini-Si-je-peux-vous-etre-de-quelque-utilite-que-ce-soit-242251/
http://www.lejdd.fr/Societe/Justice/Actualite/Ce-que-Guerini-a-dit-aux-gendarmes-241687/?sitemapnews
Le site Marsactu :
http://www.marsactu.fr/2010/12/13/suite-aux-revelations-du-jdd-caselli-debarque-franck-dumontel-son-directeur-de-cabinet/
Le site de Bakchich :
http://www.bakchich.info/Tempete-a-la-communaute-urbaine-de,12654.html

Un autre article de Bakchich Hebdo :
(Clic sur l'image pour agrandir)
bakchich_guerini_alex_10

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Affaire Guérini : C'est l'histoire du fil et de la pelote

canard_guerini_et_muselier_8
(Clic sur les images pour agrandir)

Dans sa livraison de mercredi dernier, Le Canard enchaîné a publié une demi-page sur l'affaire Alexandre Guérini. Sous l'article principal intitulé "Le clan Guérini mis à nu", l'hebdomadaire nous gratifie également de deux encadrés sur d'autres faces cachées du dossier. Morale de l'histoire, si l'on peut dire, quand on tire le premier fil, le risque est grand de voir débouler toute la pelote. C'est à lire…

canard_guerini_et_juge_8

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 décembre 2010

Son appel refusé, Alexandre Guérini reste en prison

guerini_reste_en_prison 

Pas de surprise donc. Comme l'avait requis l'avocat général, la mise en détention provisoire d'Alexandre Guérini est bien confirmée.
Il va falloir que notre brave homme s'habitue au régime d'oranges…

Posté par CASTRONOVO à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]