jeudi 2 décembre 2010

Alexandre Guérini mis en examen et en prison

guerini_alex___CopieC'est donc tard hier soir qu'Alexandre Guérini a été mis en examen puis écroué aussitôt pour "détournement de fonds publics, recel et blanchiment, abus de biens sociaux, trafic d'influence, corruption active et détention d'un chargeur de pistolet Glock". Le suspense sur son sort est allé crescendo comme dans un scénario à la Hitchcock. Pourtant, en juillet dernier encore, il s'insurgeait contre tous les racontars qui n'auraient visé qu'à l'impliquer dans cette horrible saga sur des marchés publics présumés frauduleux liés au traitement de déchets. Il réclamait alors d'être entendu par le juge Charles Duchaine.
Voici ce qu'il déclarait dans une longue interview au Nouvelobs
"Je demande qu'on arrête cette chasse à l'homme, cette guerre des nerfs dangereuse, et qu'on m'entende enfin. […] Moi, ce que je peux vous dire, c'est que je suis victime d'une extraordinaire cabale qui vient de loin. […] Je suis un homme qui subit une forme de lapidation pu­blique. […] Je suis soumis à une lente tor­ture, les yeux bandés. […] Je n'ai jamais ni surfacturé ni trempé dans aucune ma­gouille." 
Après de nombreuses perquisitions et de longues enquêtes, prenant son temps, le juge l'aura donc interrogé quand bon lui a semblé. Le résultat est tombé tard hier soir après deux journées de garde à vue.  
Hier également, avant le cas particulier d'Alexandre Guérini, six autres personnes avaient aussi été mises en examen. 
D'abord, Jeannie Peretti, sa compagne, qui a très récemment pris le relais à la tête de ses sociétés, Michel Karabadjakian, directeur général adjoint chargé de la propreté à la communauté urbaine de Marseille, plus Mireille Duval et Christophe Bringuier, deux fonctionnaires de la Communauté d'agglomération d’Aubagne. 
Enfin, dans la journée, Philippe Rapezzi, proche d'Alexandre Guérini, longtemps à la tête de SMA Environnement, et Daniel Pinna, directeur général des services de l'Agglomération d'Aubagne jusqu'en 2009. 
Réagissant à ces dernières 48 heures, dans des propos rapportés par La Provence, Jean-Noël Guérini a expliqué : "Il reste mon frère, mais lui c'est lui, moi c'est moi. Le conseil général n'est en rien concerné par les affaires." Par ailleurs, le président du Conseil général, mais aussi secrétaire de la fédération du Parti socialiste, a laissé entendre qu'il s'exprimerait plus longuement avant fin décembre. 
Note personnelle :
A vrai dire, l'affaire devenue publique aujourd'hui n'a pas dû surprendre ceux qui, dans des bribes de conversations en coulisses du monde politique, fronçaient les sourcils, faisaient la moue ou s'interrogeaient à voix basse lorsque quelqu'un, le connaissant ou pas du tout, prononçait le nom d'Alexandre Guérini. Intrigues et magouilles, disaient certains. Rumeurs et médisance, rétorquaient d'autres. 
En tout cas, pendant plusieurs années, alors que j'étais encore élu, alors que je n'ai jamais rencontré le personnage, j'ai souvent entendu dire à son sujet tout et son contraire sans que quiconque puisse justifier quoi que soit en bien ou en mal. Désormais, les choses semblent faire leur chemin en direction d'une réalité plus tangible. 

 Un excellent article à relire :
logo_nouvelobs
La saga des Guérini vue par le Nouvelobs (en décembre 2009)
http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/12/22/16239927.html
 
        
Et aussi l'article du Canard enchaîné :
(Clic sur l'image pour agrandir)

canard_guerini_alex_1
  
Pour d'autres articles sur l'affaire Guérini,
voir les nombreux liens dans mon billet d'avant-hier 30 novembre.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 30 novembre 2010

Marseille : Alexandre Guérini en garde à vue

guerini_bakchich_26
En marge du dossier des déchets,
Bakchich faisait aussi état vendredi de désaccords politiques
entre Jean-Noël Guérini et Eugène Caselli

MERCREDI 14h00 : Alexandre Guérini sera déféré devant le juge Charles Duchaine cet après-midi. Sera-t-il lui aussi mis en examen ? Attente.
                           -------------------------------------------
EN SOIREE : Après deux journées d'auditions et de gardes à vue, quatre mises en examen ont été prononcées.

13h00 : On apprend ce matin que huit personnes demeurent en garde à vue : Alexandre Guérini et des fonctionnaires et hauts fonctionnaires des collectivités locales citées ci-dessous.
                           -------------------------------------------

Grand coup coup d'accélérateur de la justice hier à Marseille dans le cadre de l'enquête sur les marchés publics liés au tri des déchets. Une enquête qui avait démarré en février 2009 sur la base d'une lettre anonyme faisant état d'anomalies et de pratiques dévoyées. Deux mois après, le juge Charles Duchaine avait ouvert une information judiciaire
pour "atteinte à la liberté d'accès et à l'égalité des candidats dans les marchés publics, trafic d'influence et détournement de fonds publics".
Hier donc, le juge
a voulu entendre une vingtaine de personnes. Parmi elles, de hauts fonctionnaires de collectivités locales, Conseil général, Communauté urbaine de Marseille et Communauté d'agglomération d'Aubagne. Toutes ont été mises en garde à vue à l'exception de deux proches de Jean-Noël Guérini qui ont été entendus comme témoins assistés et sont repartis libres.
Bien sûr, cette nouvelle étape n'a pas manqué de faire grand bruit. Et pour cause, un nom emblématique se détache du lot, celui d'Alexandre Guérini. A l'évidence, la publicité avait été organisée puisque les journaux et les médias prévenus étaient bien présents sur les lieux stratégiques des interpellations.
guerini_vautubi_rePlusieurs sites diffusaient déjà il y a quelques jours la parution d'annonces légales où l'on apprenait qu'Alexandre Guérini avait quitté les présidences des sociétés qu'il avait créées (ci-contre, l'une d'entre elles), sans doute parce qu'il pressentait ce qui s'est passé hier.
Pour spectaculaire que soit la cueillette d'hier, il serait injuste de focaliser l'attention sur cette seule actualité.
En effet, les problèmes posés par ces marchés remontent à bien plus loin.
Comme on pourra s'y référer dans un de mes précédents articles, déjà en décembre 2007, dans un long rapport d'observations définitives sur la gestion des déchets portant sur la période 2002 à 2004, la Chambre régionale et territoriale des comptes avait analysé la situation et produit de nombreuses remarques (voir des extraits au lien n° 3 ci-dessous)
A l'époque, le président de Marseille Provence Métropole était... Jean-Claude Gaudin.
C'est peut-être ce qui explique sa discrétion qui confine au mutisme. Tant il est vrai que, dans ce genre d'affaire, un retour de bâton n'est jamais exclu...

Tous mes articles : (du plus ancien au plus récent) 
1. "La justice met le nez dans les poubelles de Guérini"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/12/01/15989416.html
2. "L'affaire qui fait trembler le système Guérini" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/12/04/16025245.html
3. "Quand la justice fouille les poubelles marseillaises"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/12/07/16057775.html
4. "La ruée vers l'ordure… de Marseille à la Côte d'Azur" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/01/22/16614717.html
5. "Interview exclusive d'Alexandre Guérini au Nouvelobs"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/07/07/18521038.html
6. "Renaud Muselier répond à Alexandre Guérini" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/07/16/18593047.html

Le site de Bakchich qui retrace la saga :
http://www.bakchich.info/Alexandre-Guerini-en-garde-a-vue,12528.html
Les articles sur le site Marsactu :
(avec une excellente infographie dans le second lien)
http://www.marsactu.fr/2010/11/29/marseille-alexandre-guerini-des-fonctionnaires-du-cg13-et-de-mpm-en-garde-a-vue/
http://www.marsactu.fr/2010/11/29/marches-publics-les-liaisons-dangereuses/
http://www.marsactu.fr/2010/11/25/en-plaine-tempete-mediatico-judiciaire-alexandre-guerini-demissionne-de-la-direction-de-lensemble-des-ses-entreprises/
L'article de La Provence :
http://www.laprovence.com/article/region/coup-de-filet-dans-laffaire-des-dechets-plusieurs-gardes-a-vue-dont-alexandre-guerini

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 novembre 2010

Joissains pour un cadeau fiscal aux écoles privées

Joissains_loi_ecoles_privees
(Clic sur l'image pour agrandir)

La proposition de loi ci-dessus est assez récente. Elle a été déposée sur le bureau de l'Assemblée nationale par 80 députés de droite dont des cosignataires comme Maryse Joissains, Christian Kert et quelques autres députés de chez nous.
(Merci aux internautes qui me l'ont signalée.)
Ce texte vise ni plus ni moins à instaurer le principe d'une exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties. Ah, mais pour qui, au fait ? Ben... pour les écoles privées. Au passage, même si les instigateurs de cette démarche ne le disent pas ouvertement, il s'agit en fait pour eux de promouvoir cette forme d'enseignement.
Plusieurs remarques. 
L'exposé des motifs démarre très fort. Il se veut à la fois indiscutable et positif. Selon tous ces députés, "il est incontestable que les écoles privées rendent des services extrêmement appréciables aux communes sur lesquelles elles sont implantées et à celles qui sont dépourvues d'établissements publics".
"Incontestable" ? "Services extrêmement appréciables" ? Mouais, ça dépend pour qui. Et d'abord, d'où sort cette soi-disant belle unanimité ?
Pour des parlementaires qui, par pur principe républicain, devraient n'être qu'au service de l'intérêt général de la population, on attendrait plutôt une demande de soutien et de création d'écoles publiques gratuites et laïques. Une fois encore, comment ne pas voir dans cette initiative en faveur du secteur privé une relation directe avec la réduction des moyens du service public de l'éducation, notamment par la suppression massive de postes d'enseignants.
L'autre prétexte avancé par ces députés pour justifier le bien-fondé de la proposition de loi se nicherait également dans les économies budgétaires que font les collectivités locales grâce à l'existence d'établissements privés sur leurs communes. Sous-entendu, le dégrèvement de cette taxe pénalisante reviendrait moins cher en termes de dépenses pour les communes ou les intercommunalités.
Enfin, le texte prétend introduire un principe fondé sur la liberté de choix pour les communes qui le souhaiteraient. C'est une blague. On verrait immédiatement toutes les mairies de droite foncer sur l'occasion.
Quant au sort des établissements privés, la proposition ne prévoit pas de mesure universelle d'exonération. Chacun devra en faire la demande selon son désir. Au cas où cette proposition de loi passerait, il n'est pas vraiment sorcier de parier qu'il ne leur faudrait pas plus de 24 heures pour flairer la bonne affaire et formaliser illico presto leurs prétentions au bonus.
Après avoir célébré tous les avantages que la proposition de loi apporterait, les cosignataires réservent une autre surprise, mais pour l'Etat cette fois. En effet, l'article 2 demande que les pertes de recettes des collectivités soient compensées par un relèvement de la dotation globale de fonctionnement versée annuellement par l'Etat.
Et, imaginons l'hypothèse, si l'Etat était tenté de faire une mauvaise grimace, pour le convaincre, il est encore proposé d'habiller le tout d'une apparence vertueuse en y adjoignant la création d'une taxe additionnelle sur la vente du tabac.
Bel enfumage, non ?
Question : sommes-nous là encore dans le cadre de la Loi de 1905 ?

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 26 novembre 2010

La Provence renvoie Christian Kert à ses aigreurs

kert_provence_25
(Clic sur l'image pour agrandir)

Mercredi, j'ai parlé du billet du blog de Christian Kert qui règle sèchement son compte à Bruno Genzana qui s'est mis en tête de lui piquer sa place.
Alors, hier, ça n'a pas loupé. La Provence a renvoyé à ses aigreurs le député qui s'est aussi hasardé à cingler la presse locale en l'accusant de parti pris.
Voilà, maintenant, on attend la suite de la part du "pauvre Bruno" si cordialement fracassé par son ex-collègue. Car, disons-le net, il ne serait point héroïque de se dérober à pareilles estocades.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 novembre 2010

Kert canarde Genzana qui veut lui piquer sa place

kert___Copie 

Ça couvait depuis 2009. Il en aura donc mis du temps pour se fâcher et se lâcher. Mais, c'est fait. Dans un billet diffusé lundi sur son blog, Christian Kert, qu'on sent furieux, canarde sec Bruno Genzana. Bon, c'est vrai que, pour réagir ainsi, il a quand même fallu qu'il en vienne à être directement concerné par les agissements de son ex-collègue. Explications.
Le découpage de la carte électorale a redessiné l'ancienne 11e circonscription qui s'étendait de Salon à Aix-Ouest. Elle est désormais scindée en deux nouveaux périmètres qui font de Salon et du pays salonais la 8e circonscription, et de la partie aixoise et limitrophe la toute neuve 11e. Or, Kert veut conserver cette dernière pour se rapprocher d'Aix. Et Genzana revendique aussi ce territoire.
Lors des municipales de 2008, Maryse Joissains avait évincé Genzana de sa liste et il était allé se faire réélire conseiller municipal sur la liste de François-Xavier de Peretti avec Stéphane Salord.
Puis, surprise, une de plus, en 2009, pour l'élection municipale partielle provoquée par l'annulation de la précédente, on a vu Genzana retourner pathétiquement au bercail de Joissains et rejoindre le Nouveau centre dès fin 2008.
Le troc était à ces conditions : il ferait la campagne électorale mais sans figurer sur la liste et il obtiendrait une place éligible aux régionales. Il a donc été élu en mars dernier à la région. Enfin, Joissains l'avait assuré de son soutien en s'engageant par écrit auprès d'Hervé Morin pour qu'il puisse se présenter aux législatives à la faveur dudit découpage qui a créé une circonscription concomitamment enlevée à Marseille.
Depuis, en raison des rivalités patentes entre Kert et Genzana, Joissains semble moins convaincue malgré le fait que ce dernier lui colle à la trace et la flagorne à tout-va avec des accents déchirants. Il l'a ainsi congratulée d'avoir été réélue maire et s'est même flatté, voyez-vous ça, de l'avoir fait gagner.
Plus récemment, Genzana a encore lui-même raccourci sa laisse pour féliciter Joissains d'avoir voté contre la réforme territoriale parce qu'elle "a été fidèle jusqu'au bout dans ses convictions" (si, si, c'est le zigzagant Genzana qui a dit ça). Au passage, il a évidemment regretté le vote pour de Kert qui, lui, "a renié son engagement pris auprès des maires du Pays d'Aix" (si, si, c'est l'ondoyant Genzana qui a dit ça).
Comme on dit au Canard enchaîné, "trop de cirage tue la brosse à reluire".
Cerise sur le râteau, lors de la réélection du secrétaire de la 11e circonscription par les militants UMP, Genzana a cru bon d'ironiser sur le petit score de Kert, 122 voix sur 1.182 inscrits, ce qui selon lui tendrait à démontrer que le député pourrait trébucher aux prochaines législatives et devait donc lui concéder sa place. Rien n'est pourtant moins sûr car Kert se prévaut de l'encouragement adressé en public par Alain Marleix, secrétaire d'Etat aux collectivités locales encore en fonction il y a peu, lors de sa visite à Aix.
Voilà donc à peu près résumée la situation actuelle qui a poussé Kert à activer la bombarde contre celui qui, pour se placer, tente de vous assécher les glandes lacrymales en affirmant avec grandiloquence ne jamais dévier de ses convictions alors même qu'il y contrevient en permanence.  

Le billet de Christian Kert
(On dirait un vrai faire-part funèbre.
Même la rédaction et la ponctuation ont du mal à s'y faire...)
(Clic sur l'image pour agrandir)
kert_genzana_22

Je ne sais si Christian Kert est un lecteur de mon blog. En tout cas, voici ce que j'écrivais déjà en 2007 et 2008 à propos des virevoltes politiques de Bruno Genzana.

"Nouveau centre d'intérêt pour Genzana" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/12/10/index.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 22 novembre 2010

Nombreuses affaires en justice : Oups, ça déborde !

canard_gu_rini_affaires_17
(Clic sur l'image pour agrandir)

Après les frasques Bettencourt / Woerth, voilà que, depuis quelques jours, c'est l'affaire Karachi et les suspicions de rétro-commissions qui refont surface soulevant remous et remugles.
Côté Sud, ça déborde aussi de partout. Le Canard enchaîné prévoit du gros temps sur le Vieux-Port. La Provence raconte la visite de Sylvie Andrieux chez le juge.
Comme d'habitude, les personnes ayant ou pouvant avoir un lien de près ou de loin avec toutes ces histoires y vont de leurs déclarations d'innocence et gratifient l'opinion publique de pirouettes qu'un enfant de cinq ans n'oserait même pas faire.
Allez, ouste, que la justice aille jusqu'au bout ! Pour tous.

sylvie_andrieux_laprovence_18
(Clic sur l'image pour agrandir)

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 19 novembre 2010

Loi sur les collectivités : Discorde entre les Joissains…

sophie_vote_reforme_territoriale 

Le remaniement gouvernemental a quasiment occulté le vote sur la réforme des collectivités territoriales. Pourtant, si cette loi devait s'appliquer en 2014, les conséquences en seraient graves. Les modifications introduites dans la gestion des collectivités poseront plus de problèmes que de solutions.
Outre le regroupement des conseils régionaux et généraux en une seule structure, le mode de scrutin uninominal généralisé au lieu des scrutins de liste et la redéfinition des compétences vont avoir du mal à s'imposer. On risque également d'y voir encore moins clair sur la fiscalité et les ressources budgétaires émanant notamment de l'Etat.
La nouvelle loi a aussi fortement rabougri les pouvoirs des maires qui ne pourront plus décider souverainement en termes d'occupation des sols, cette compétence devant s'exercer au niveau supérieur de la métropole ou de l'intercommunalité. Bref, on s'achemine vers un imbroglio sans nom.
A ce sujet, la sénatrice Sophie Joissains, qui avait défendu ce point de vue lors de la seconde lecture du projet de loi au Sénat, avait proposé un amendement pour conserver les prérogatives du maire. Sa proposition avait été adoptée. Or, lors de la seconde lecture à l'Assemblée nationale, les députés se sont assis dessus. Le 16 novembre, après l'élaboration de texte final en commission mixte paritaire, l'amendement avait bien sûr disparu. Etonnamment, Sophie Joissains a maintenu son vote pour.
En revanche, depuis le début, la députée Maryse Joissains s'est opposée à cet aspect concernant la maîtrise des sols et a logiquement voté contre, y compris le 17 novembre au moment de l'examen final du projet de loi. L'une comme l'autre sont intervenues au cours des débats dont on trouvera des extraits ci-dessous qui méritent d'être lus.
Pour terminer, il faut signaler que le député Christian Kert a voté pour et que le député Richard Mallié a carrément séché la séance.
A signaler dans la réforme un autre élément qui va probablement en mécontenter quelques-uns et aviver les petits crimes entre amis : la réduction draconienne du nombre de vice-présidents dans les structures intercommunales. Ça promet de belles empoignades picrocholines.
(La mise en ligne de ce billet a été retardée à cause d'un incident technique qui a affecté la plateforme Canalblog.)

(Clic sur chaque image pour agrandir)
Pour un meilleur confort de lecture, les textes sont en plusieurs parties.

Les interventions de Sophie Joissains
sophie_s_nat_art_5_alinea_39_A___Copiesophie_s_nat_art_5_alinea_39_A___Copie__2_

Les interventions de Maryse Joissains
MJM_reforme_collectivites_AMJM_reforme_collectivites_AMJM_reforme_collectivites_AMJM_reforme_collectivites_A

Mes précédents articles sur le même sujet :
(du plus récent au plus ancien)
"Collectivités : Les pirouettes de Sophie Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/07/09/18537718.html
"Collectivités locales : Le jeu de loi des deux Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/06/11/18234082.html
"Loi sur les collectivités : Joissains contre, Kert pour !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/06/09/18200412.html

Posté par CASTRONOVO à 13:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 8 novembre 2010

Marseille 2013 : Le débat du Ravi comme si on y était

ravi_mennucci_pezet_muselier
Dessins de Trax 
http://trax.revolublog.com/

Le débat sur Marseille capitale européenne de la culture organisé le 4 octobre par Le Ravi et présenté par son rédacteur en chef, Michel Gairaud, est maintenant en ligne. Je l'ai écouté dans sa totalité. On y découvre beaucoup d'informations, sans langue bois. Et c'est appréciable.
La première partie rassemble les échanges entre Renaud Muselier (Ville de Marseille), Patrick Mennucci (Conseil régional) et Michel Pezet (Conseil général). La seconde partie ouvre le débat avec le public.
Si l'on veut comprendre le processus et la portée de cet événement qui n'est plus qu'à deux ans de voir le jour, il faut en saisir les difficultés d'organisation tout en s'interrogeant sur les perspectives et l'impact durable, ou non, de cette occasion unique en son genre.
Le site du Ravi propose l'enregistrement sonore du débat et sa retranscription quasi intégrale. Le n° 79 de novembre en donne également un condensé.

"Peut-on miser sur 2013 ?"

ravi_debat_marseille_culture
photo Nathalie Crubézy du Collectif à-vif(s)

L'enregistrement sonore (débat 1h05', questions du public 40') :
http://www.leravi.org/IMG/mp3/le_ravi_peut_on_miser_sur_2013.mp3
La transcription des échanges entre les trois élus :
http://www.leravi.org/spip.php?article1054
Mon précédent article sur le sujet :
"Marseille 2013 : Le Ravi a organisé un débat public" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/10/06/19253476.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 5 novembre 2010

Le Canard enchaîné et le petit cabanon de Muselier

canard_muselier_3
(Clic sur l'image pour agrandir)
L'article du Canard enchaîné du 3 novembre 2010

Renaud Muselier a immédiatement réagi à l'article publié par Le Canard enchaîné ce mercredi. Pour l'offensé, c'est simple, tout est légal. Et on lui chercherait donc des poux là où il n'y a pas de quoi, non mais. C'est en tout cas ce qu'il a répondu au site Marsactu qui a mis en ligne la vidéo de l'interview.
Pour se faire une idée plus complète, on peut lire aussi l'article publié le 16 octobre sur le site de Bakchich qui donne un lien vers le site faisant la promotion de la défiscalisation immobilière à l'île Maurice. A côté de ça, voyez-vous, l'infortunée île déserte d'Arros passerait presque pour un petit cabanon pas plus grand qu'un mouchoir de poche pour milliardaire désœuvrée.
Bref, on en revient tout ému… D'où mon ravissement à relayer la nouvelle.

La réaction de Renaud Muselier en vidéo sur Marsactu :
http://www.marsactu.fr/2010/11/04/affaire-de-lile-maurice-renaud-muselier-contre-attaque/
L'article de Bakchich :
http://www.bakchich.info/Les-petites-affaires-de-Monsieur,12174.html
Une île de rêve :
http://www.belleriviere.com/accueil.htm

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 octobre 2010

Un plan campus à donner envie de refaire ses études

fac_lettres_1
Le projet d'extension issu du Contrat Etat / Région 2007-2013

Un gros demi-siècle s'est écoulé depuis la construction de la "nouvelle" faculté de lettres d'Aix succédant aux locaux situés initialement en centre ville. Une simple visite des bâtiments suffit pour constater l'état actuel de son délabrement. Autant dire que les conditions d'études sont peu réjouissantes dans pareil environnement. A quoi s'ajoute un manque de locaux, notamment pour les salles de cours où les étudiants ne trouvent même plus la moindre place.
Du changement est annoncé. Avec, d'une part, les travaux des Contrats de projets Etat / Région et, d'autre part, les rénovations annoncées du Plan campus.
Dans le premier cas, après les investissements de la période 2000-2006, a suivi la mise en œuvre du contrat 2007-2013. Même si c'est seulement en avril dernier qu'a été posée la première pierre de ces travaux d'extension du site Schuman qui comprennent notamment la requalification de l'entrée principale et la remise des bâtiments aux standards internationaux.
Le projet se caractérisera par la construction de deux bâtiments distincts, d'un forum, d'un parc de stationnement de 82 places, d'aménagements extérieurs et d'espaces verts. Le coût total s'élève à 17,2M€ pour une superficie de 64.000 m². L'achèvement est programmé pour décembre 2011.

Les financements des deux contrats de projets Etat / Région
fac_lettres_2_financements_contrats_plan

Autre chose est le Plan campus qui touche 12 sites universitaires nationaux et qui fait l'objet d'une exposition de préfiguration à la Cité de l'architecture à Paris du 28 octobre au 6 décembre. Dans ce cadre, celui d'Aix-Marseille disposera d'une dotation globale de 500M€ fournie par l'Etat, avec pour Aix des participations croisées de l'Etat (125M€), de la Région (36), du Crous (95), de la CPA (36), de la Ville d'Aix (10) et du Département (non encore précisée).

(Clic sur les images pour agrandir)
La vie en couleurs du projet vanté par les architectes
fac_lettres_5___Copiefac_lettres_4___Copie

La première tranche de chantier devrait s'achever fin 2014. Au final, pour le projet d'Aix, il s'agit officiellement de réhabiliter la fac de lettres et la fac de droit, de construire une autre faculté d'économie et de gestion près du Creps après franchissement de l'autoroute, de construire environ 2.000 logements pour étudiants dont 300 sur le campus et de traiter les problèmes de stationnement et de transports en commun.
Tout cela devant se faire pas à pas, le projet définitif nécessitera une autre tranche qui devrait prendre encore quelques années. D'ici là, aura déjà été opéré en janvier 2012 le regroupement des trois universités en une université unique de 70.000 étudiants, ce qui la placerait au troisième rang national.
Défi perso osé : Comme pour le projet de la polyclinique du Montaiguet, j'ai un peu de mal à croire au ramage et au plumage que nous vantent et vendent les architectes. Si toutefois un jour la fac de lettres avait vraiment pareille allure, moi qui y ai fait mes études et même enseigné, je jure que je suis prêt à aller y refaire tout mon parcours universitaire.

Mon précédent article sur le même sujet :
"Plan campus… ou camping ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/04/16/17591773.html
Des documents plus détaillés (et d'autres images) :
L
e dossier Etat / Région 2007-2013 :
http://www.ac-aix-marseille.fr/wacam/upload/docs/application/pdf/2010-04/dp_pose_de_la_premiere_pierre_small.pdf
Le Plan campus : (voir page 15)
http://www.univ-cezanne.fr/fileadmin/Univ_UPCAM/Documents/Actualite/12_dpcampus_du_21e_sciecle.pdf
Le projet universitaire aixois :
(voir pages 19 à 43)
http://www.pres-aix-marseille.fr/Local/pres/dir/marion/generalites_pres/Operation_Campus_dossier.pdf

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]