lundi 1 août 2011

Les gros dossiers retoqués de Maryse Joissains

 Decaux aix ysope

En matière de marchés publics ou de délégations de service public et de projets annoncés qui sommeillent, Maryse Joissains n'a-t-elle pas de chance ou doit-on y voir un problème d'incompétence ?
Faisons un petit tour d'horizon sur quelques sujets importants parce que vitaux pour Aix et le Pays d'Aix. Et commençons par un rappel.
Nul n'ignore que le Plan de déplacements urbains (PDU) de la Communauté du Pays d'Aix lancé en 2005 a été annulé en 2008 par le tribunal administratif de Marseille. Depuis, on nous dit que la CPA travaille à un nouveau plan qui pourrait incessamment voir le jour et nécessiter une décennie pour en connaître les effets.
Certes, des mesures ont été lancées, telles celles du pôle d'échanges du Plan d'Aillane, de l'ouverture de parkings-relais, de la mise en place de quelques nouveaux couloirs de transports en commun. Et des propositions ont été avancées pour les déplacements dans certains quartiers, mais, dans l'ensemble, l'absence du document validé de référence ne suscite que des aménagements au coup par coup. Il n'y a qu'à voir l'exemple du projet démesuré de la gare routière, qui avait pourtant été voté, et qui a dû être revu à la baisse.
Autre document, qui lui n'a pas été contesté puisqu'il n'existe pas, le Plan local d'urbanisme (PLU) d'Aix, annoncé pour fin 2010, est toujours à l'étude, 11 ans après le vote de la loi Solidarité et renouvellement urbain (SRU) qui en a institué l'obligation. Là aussi, le développement de la commune s'opère par une série de modifications partielles successives du Plan d'occupation des sols en vigueur. On assiste donc à des constructions comme parachutées en dehors de toute logique globale.
Ici, l'exemple le plus significatif est sans doute celui du projet d'implantation de la polyclinique Rambot à Pont de l'Arc dans un environnement naturel et paysager (Le Montaiguet) qui, selon le Plan d'aménagement et de développement durable (PADD) présenté en 2009 après celui de 2006, devait être préservé.
Le pilotage à vue est tellement évident que, dans le même secteur sud, diverses constructions décidées selon le même principe d'opérations de circonstance sont en cours de réalisation avant même que ne soient résolues ou en tout cas améliorées les voies de désserte et de délestage intra et inter quartiers.
On le voit, la prise en compte et le traitement de tous ces éléments sont essentiels pour un développement matrîsé et cohérent du territoire de la ville et, au-delà, de la communauté d'agglomération.

(Clic sur les images pour agrandir)
(Clichés pris quelques jours avant le démontage des installations)
V'hello, une affaire qui ne roule plus après nous avoir roulés
V'hello 1 LACV'hello 2 LAC
V'hello 3 LAC

Autres avanies qui concernent le domaine public, le double échec des contrats signés avec JC Decaux. Le dispositif V'hello a révélé le fiasco d'une opération engagée en 2006 pour 13 ans, qui avait été présentée comme exemplaire car associée au renouvellement du mobilier urbain, mais qui a coûté cher à la Ville et qui va entraîner de gros frais pour rupture unilatérale par la municipalité 5 ans après. Aix est la seule grande ville a avoir fait ce rétro-pédalage faute d'avoir tenu compte des avertissements répétés de certains élus de l'opposition.
L'autre contrat avec Decaux, celui relatif à la signalisation à vocation touristique, commerciale et industrielle votée en 2004, a finalement été annulé par le Conseil d'Etat en mai dernier. Les magistrats reprochent à la Ville d'avoir passé une délégation de service public alors qu'elle aurait dû engager une procédure de marché public.
Entre dossiers retoqués par les tribunaux, dossiers mal préparés et projets urgents qui traînent, comment peut-on si souvent commettre de telles fautes dont les conséquences financières pèsent lourdement sur les budgets ?
                                                                                            A suivre...

(Clic sur l'image pour agrandir)
v'hello le point 9

"V'hello Maryse Joissains cherche des rustines..." :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/05/09/21089227.html
"V'hello : Le coûteux rétro-pédalage de Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/04/18/20919470.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 29 juillet 2011

Les urnes des primaires et les autres du PS 13

 guerini canard sceau 27

D'un côté les urnes, de l'autre les poubelles. Cela se passe dans le Var. Mais aussi à Marseille avec une demande de contrôle de l'élection du premier secrétaire de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône.
Hier, à la Seyne-sur-mer, ville gagnée à l'arrache en 2008 par la gauche, a eu lieu la simulation "grandeur nature" du vote pour la primaire. Six bulletins, un nombre équivalent à celui des candidats validés, avaient été disposés sur la table. L'urne était transparente. Ce n'est pas toujours le cas.
Bref, les médias ont filmé l'arrivée d'Harlem Désir, secrétaire national par intérim du parti socialiste, qui s'est réjoui de cet exercice, surtout après que la Cnil a estimé avoir obtenu toutes les garanties demandées.
La veille, Le Canard enchaîné publiait un article sur les malodorants démêlés de la décharge de Bagnols-en-Forêt, une affaire rocambolesque mais non moins juteuse qui ressemble à celle de La Ciotat qui cause tant de soucis à Alexandre Guérini.
On le voit, on ne s'embarrasse pas. Dans ce milieu, les manœuvres politiques et la recherche de profits marchent souvent ensemble.
Et puis, il y a ce communiqué d'hier du collectif Renouveau PS 13 qui conteste les conditions qui ont vu l'élection de Jean-David Ciot au poste de premier secrétaire. Le Canard ne s'est pas privé d'en faire une brève piquante.
Or donc, le collectif réclame un contrôle à la commission des conflits en s'adressant directement à Harlem Désir. Les griefs sont développés dans un document qu'on pourra lire ci-dessous. On peut supposer qu'il ne signale pas la totalité des observations qui ont été faites et que le collectif en garde un peu pour étayer plus longuement ses arguments... si toutefois une suite est donnée à cette requête.

Les bulletins des six candidats soumis à la simulation du vote
PS bulletins simulation vote

 (Clic sur chaque image pour agrandir)
guerini canard 27
guerini canard 27

logo renouveau PS 13
(Clic sur l'image pour agrandir)
renouveau PS 13 communique 28

L'intégralité du communiqué par ce lien :
=> Renouveau_PS_13 Communique_28

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 juillet 2011

Agopian, sans morale et... complice des Joissains

 ago joissains provence 15

"Le singe qui monte au cocotier doit avoir le cul propre." Peut-on faire plus clair pour caractériser un certain Jacques Agopian ?
Pour ce qui me concerne, je me suis toujours astreint à tenir compte des leçons de morale, mais, là, certainement pas de celles de quelqu'un qui n'en possède pas le moindre échantillon sur lui.
Retour donc sur les propos de Jacques Agopian dans La Provence en réaction à mon article révélant sa collusion avec Alain Joissains.
* A la question posée par le titre à la une, "Jacques Agopian joue-t-il un double jeu avec les Joissains ?", ma réponse est OUI. Et tout le prouve.
* "Jacques Agopian nie l'échange de bons procédés" : Alors, pourquoi est-il allé pactiser avec Alain Joissains au lieu de venir me dire les choses en face ?
* "Ce n'est pas un témoignage de moralité pour Alain Joissains" : Et c'est comme ça que des personnes ayant eu à passer devant les tribunaux s'estiment toujours les plus qualifiées pour s'ériger en parangons universels de vertu.  
* "Les attestations, je ne les ai marchandées contre rien" : Rien qu'un peu. Car, au moment où il a produit la première, il avait obtenu, d'avril 2008 à juillet 2009, un poste de vice-président de la Communauté du Pays d'Aix, au tarif peu lucratif de 2.712,41 euros mensuels pour une délégation bidon dont les résultats ont marqué tous les esprits par leur vacuité.

 ago pistes cyclables

* "J'ai simplement été animé par l'animosité que j'ai envers cet animal" : Que peut valoir de traiter quelqu'un d'animal si celui qui s'y aventure a des comportements de gredin ?
* "Castronovo est tout autant un adversaire politique que les Joissains" : Le ton guerrier ne sied jamais aux petits plantons sans scrupules.
* "Il m'a fait perdre les cantonales en mars 2008 en provoquant une primaire à gauche au premier tour et en n'appelant pas à voter pour moi au second" : Depuis quand est-il interdit d'être candidat ? Quelle qualité détient Agopian pour qu'on doive obligatoirement lui demander la permission ? Non, Agopian a perdu la cantonale, comme il l'avait déjà perdue en 2001, à cause de sa personnalité qui ne passe pas.
* Les attestations, c'était pour "emmerder" Castronovo : On notera ici l'élégance notoire du verbe...
* La journaliste note : "Après avoir porté avec abnégation les bidons d'Alexandre Medvedowsky...". Allusion perfide à la profession d'Agopian, l'expression est aussi bien troussée que parlante.
Comme beaucoup, j'entends moi aussi dire que l'individu se sent pousser l'ambition d'être le futur candidat à l'élection municipale de 2014. Divers témoignages me font comprendre qu'il pourrait avoir d'abord à s'expliquer devant les militants socialistes sur ses agissements complices mis au grand jour. Mais s'il devait parvenir à ses fins en employant les mêmes méthodes indignes et brutales, sûr que les électeurs continueraient à préférer Maryse Joissains.

(Clic sur l'image pour agrandir)
ago joissains provence aix 15

Florilège... 
"L'élu Jacques Agopian au secours d'Alain Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/07/08/21565612.html
"Cantonale Aix-Centre : notre communiqué" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/03/13/8303225.html
"Agopian, menteur et malhonnête" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/03/13/8307588.html

Les écrits restent...
(Clic sur l'image pour agrandir)
ago condamne 29

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

lundi 25 juillet 2011

PS 13 : Les anomalies de l'élection de Jean-David Ciot

 PS 13 enveloppe CG13 vote PS
Pourquoi cette enveloppe ne fait-elle pas rire celui qui l'a reçue ?
La réponse est dans la vidéo en fin d'article...

Il y avait deux mainmises sur la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône, celles des frères Guérini, maintenant il y en aura trois. Propos ironique de réfractaire à l'élection de Jean-David Ciot au poste de premier secrétaire.
Au lendemain du vote, on découvre un peu plus le détail des résultats. Au niveau départemental, dans les sections marseillaises censées pourtant être les plus fournies, la participation a été faible. A l'évidence, le fait que Jean-David Ciot soit un candidat hors Marseille a dû jouer dans la meilleure mobilisation des sections extérieures.
Si au Puy-Sainte-Réparade, dont il est le maire, le candidat a recueilli une sorte de plébiscite, il en est tout autrement à Aix-en-Provence où la contestation a donné de la voix sans lui en attribuer beaucoup. "L'inconnu" Guillaume Guerre y a totalisé 25 voix contre 30 à Ciot. Il faut cependant relativiser car, entre la fronde anti-Guérini des Aixois, le retrait de la candidature de Patrice Poli plus que dégoûté et le boycott préconisé par le collectif Renouveau PS 13, la participation est restée à un niveau plancher, avec seulement 74 votants sur 285 inscrits.
Au plan départemental, Ciot a obtenu 89% des suffrages contre 6% pour Guerre. Le site du PS 13 annonce la participation de 3147 militants, sans livrer le nombre total de militants à jour de leur cotisation pouvant voter et en occultant carrément le score du concurrent. Le site Renouveau PS 13 fait un autre constat : "On a vu 20% de votants au mieux. On se retrouve avec 47% de participation."
Cela voudrait dire que le nombre d'adhérents réels serait autour de 6.700, alors que circulait le nombre de 9.000. De toute façon, même avec 47%, cela fait moins d'un militant sur deux aux urnes. A noter qu'il sera difficile de refaire un point de la situation lors de la primaire d'octobre car le vote sera ouvert aussi bien aux militants encartés qu'aux sympathisants qui ne le sont pas.
A l'occasion du vote de jeudi, diverses critiques ont été formulées au sujet des conditions d'organisation et de préparation du scrutin. Certains ont exprimé leur mécontentement sur la précipitation à le mettre en route quinze jours seulement après la publication du rapport Richard. Ce qui, de fait, laissait à l'équipe "sortante" les mains libres pour y procéder selon le même système contesté et, par conséquent, sans mise en application des préconisations du rapport.
Quelques belles phrases livrées par Jean-David Ciot sur le site de la fédération après son élection. A méditer, si possible sans pouffer.
"Mes chers camarades, nous nous engageons ainsi collectivement dans une phase de rénovation qui fera école à travers la France. Ce vote vient confirmer les conclusions de la commission Richard laquelle n’a pas manqué de reconnaître la qualité de notre gestion. 
Aujourd'hui, il nous reste à poursuivre le travail de rénovation engagé depuis près de 10 ans avec Jean-Noël GUERINI, l’ensemble des élus et des responsables politiques du département et qui porte déjà ses fruits.
Notre fédération peut devenir un modèle. Ce sera peut-être l’un de nos objectifs, une fois la feuille de route rédigée avec la collégialité dans l’unité et la transparence."
Et puis, il y a aussi eu des détails tout à fait surprenants. L'un des plus choquants a été relevé sur France 3 par l'un des représentants de Renouveau PS 13. Il a reçu sa convocation sous enveloppe et affranchissement du Conseil général !
A Aix, les enveloppes de ce vote, qui, rappelons-le, est un vote interne au parti socialiste et non un scrutin constitutionnel, étaient des enveloppes officielles estampillées République française, sans doute récupérées lors de dernières élections. Il y a là franchement un mélange de genres du plus mauvais effet.
D'ailleurs, à Aix, on n'est plus à cela près. Ce vote, qui concernait la vie interne du parti socialiste, a été organisé dans les locaux municipaux de la rue du Puits-Neuf mis à disposition par la Ville pour l'exercice exclusif des activités du groupe des élus de l'opposition. Voilà d'ailleurs ce qu'on trouve quand on cherche la domiciliation du PS aixois... Bien anormal tout ça.

PS 13 adresse 

logo france 3 prov alpes - Copie
Le reportage de France 3 du 22 juillet 2011 :
"PS 13 : sur de nouvelles bases"
(2'20")
http://provence-alpes.france3.fr/info/ps-13--sur-de-nouvelles-bases-69771563.html?onglet=videos&id-video=MARS_1460505_220720110901_F3

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 22 juillet 2011

Election au PS 13 : Ciot bat Chirac mais pas Guérini !

 Guerini victoire Ciot coup de pouce

Hourra ! Quelle surprise ! Jean-David Ciot a été élu avec 88% des suffrages ! C'est mieux que Jacques Chirac, mais moins bien que Jean-Noël Guérini qui, lui, l'avait été à l'unanimité, car sans concurrent, les courageux ayant préféré se mettre sous la table.
Or donc, le "nouveau" premier secrétaire de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône a réuni 2.645 voix contre 190 à Guillaume Guerre, l'unique candidat qui lui faisait face. Il y a eu 139 abstentions et 109 bulletins nuls sur les quelque 9.000 militants appelés à voter.
Dans l'attente des résultats détaillés, il faut d'ores et déjà noter que moins d'un tiers des militants s'est déplacé. Jean-David Ciot n'aura donc attiré qu'un peu moins de 30% des voix. L'abstention massive s'explique-t-elle entre autres par l'appel au boycott lancé par le collectif Renouveau PS 13 ? En tout cas, ce dernier va s'en prévaloir et le clamer haut et fort. Et il aura sans doute raison de le faire.
Mais il y a aussi probablement des militants non inféodés qui, dégoûtés par l'affaire touchant Alexandre Guérini et le climat empoisonné qui règne à la fédération sous le joug des méthodes contestées de Jean-Noël Guérini, n'auront pas voulu cautionner celui qui passe désormais officiellement pour le pantin de son maître, au cabinet duquel il travaillait d'ailleurs encore récemment au conseil général.
Les critiques ont été nombreuses sur les conditions de ce vote qui intervient à peine quinze jours après la publication du rapport Richard sur les dysfonctionnements de la fédé 13. La direction intérimaire a refusé d'organiser des débats pour que les candidats puissent expliquer leurs points de vue et leurs intentions. D'où, après le retrait de Patrice Poli, la seule présence du jeune Guillaume Guerre qui n'a pas pu convenablement la mener.
Les urnes vont être rangées, les promesses refaites et cette kermesse est dite. Et hop, à la prochaine, pour ceux qui voudront bien être sur le pont pour la primaire d'octobre... Mais, là aussi, ça promet...
A Aix, les socialistes anciens adeptes de Ségolène Royal, puis d'Arnaud Montebourg (tous deux pourtant en course), puis, ou en même temps on ne sait plus, de Vincent Peillon en pincent désormais un maximum pour François Hollande.
Ils se disputent même pour savoir qui a dit "preums". Et qui a par conséquent la qualité, la légitimité, pour mener le comité de soutien au niveau départemental. Et qui se ferait bien voir. Et qui serait bien vu. Et qui peut prétendre à la casquette de chef pour... les municipales. Etc., etc.
Bon, je ne vais pas vous faire l'article là-dessus. Hier, La Provence s'est déjà dévouée pour m'épargner le job.

(Clic sur l'image pour agrandir)
PS aix primaires

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

mardi 19 juillet 2011

Fédé PS13 : Dégoûté, Patrice Poli n'est plus candidat

poli retrait
Pour lire le communiqué de presse,
clic sur le lien
=> Retrait_de_la_candidature_Patrice_Poli

13h00 : Voir plus bas la mise à jour avec l'appel au boycott de "l'élection" par Renouveau PS 13.
Mon article d'hier visait donc juste. Car, c'est clair, la rénovation de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône attendra. Un des deux candidats en concurrence avec Jean-David Ciot pour le poste de premier secrétaire s'est retiré.
Dans son communiqué de presse qui commence sur un ton ironique, l'aixois Patrice Poli dit tout haut ce qu'il a sur le cœur, contrarié qu'il est par un certain nombre de constats.
Entre autres déceptions, le refus de la fédé d'organiser dans les sections des débats entre les candidats, "militants chut, passez votre chemin, il n'y a rien à débattre", "démocratie aux abonnés absents", "élection muette sous la forme d'une pré-désignation". "La direction actuelle, pilotée depuis le Conseil général, fait la démonstration éclatante que les pratiques dénoncées sont toujours en cours." "Les rapports Montebourg et Richard ont loupé l'essentiel."
Un vrai taillage en pièces. Qu'a-t-il donc bien pu se passer pour dénoncer de tels blocages ?
Dans La Provence de samedi, Jean-David Ciot disait ne pas être étonné par les candidatures aixoises : "Je les subodorais. Au moins, glissait-il, on ne pourra pas nous taxer d'hégémonie. Les contestataires vont au bout de leur logique et on verra ce qu'ils représentent réellement".
Ben, c'est raté, car c'est précisément contre cette hégémonie et le verrouillage de la fédé que pestent ces militants qui veulent simplement que soient respectées les règles de base du débat.
Alors, combien y aura-t-il de votes blancs ou d'abstentionnistes ? Va-t-on voir Ciot proclamé à la soviétique, sans véritables concurrents ? M'est avis que la rénovation est en effet mal barrée.

(Clic sur les images pour agrandir)
guerini ciot poli provence 16
renouveau PS 13 19

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

lundi 18 juillet 2011

Guérini, Aubry, Hollande et le vote de la Fédé PS 13

guerini canard 13

La fédération socialiste des Bouches-du-Rhône a-t-elle guéri ? Le rapport Richard a-t-il contenté tout le monde ? Pas sûr.
D'un côté, Jean-Noël Guérini s'est dit pleinement satisfait. Il n'avait pas grand-chose à se reprocher, avait-il seriné. Et voilà que maintenant il revendique avoir toujours voulu anticiper les changements qu'on lui préconise.
Dans une interview à La Marseillaise mardi dernier, il a osé ceci.
Quelle est votre réaction sur le contenu du rapport de la commission présidée par Alain Richard ?
"J’ai voulu cette commission. Dans ses conclusions, Alain Richard propose un contrat de rénovation qui s’applique à notre fédération comme, d’ailleurs, à l’ensemble des fédérations socialistes. Depuis longtemps, je suis préoccupé par un certain nombre de chantiers de rénovation proposés, comme la taille des sections, les rapports entre le PS et les institutions, la vie démocratique. Je l’ai déjà dit : le parti doit se refonder. C’est pourquoi je suis heureux que la fédération des Bouches-du-Rhône soit le laboratoire de ce renouveau.
Qui soutiendrez-vous pour diriger la fédération ?
J’apporte mon soutien à Jean-David Ciot. Il s’agira de mettre en place une direction collégiale qui reflètera la diversité qui s’exprime dans le parti.
Comment avez-vous vécu ces quatre mois d’enquête ?
Avec courage, avec patience et avec espoir. Le tapage de Montebourg ne nous a pas aidés quelques jours avant les cantonales. C’est un Rastignac qui parle aux caméras comme Narcisse soucieux de sa seule image. Il a été un allié objectif de la droite et les réserves qu’il a émises sur le rapport Richard ne l’honorent guère. Quant à ses porte-valises locaux, leur ressentiment est inversement proportionnel à leur représentativité." 
D'un autre côté, jeudi dernier, Martine Aubry a livré son sentiment à La Provence.
Quel est votre regard sur la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône qui vient de faire l'objet d'une commission d'enquête interne et d'un rapport ? 
"Certains mélangent le fonctionnement de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône et une affaire judiciaire qui concerne le frère de Jean-Noël Guérini, président du Conseil général, et qui doit être traitée par la justice. En ce qui concerne la fédération des Bouches-du-Rhône, j'ai confié à Alain Richard, dont tout le monde reconnaît l'intégrité et le sérieux, le soin d'analyser ce fonctionnement. Il a mis le doigt sur certains dysfonctionnements comme des sections trop importantes ou animées par des salariés du Conseil général. Il a fait des propositions sur un contrat de rénovation que les leaders socialistes de la fédération ont accepté. Cela va nous servir pour d'autres fédérations. La fédération des Bouches-du-Rhône est très active et populaire, il fallait des fonctionnements différents et une organisation différente. Mais il faut arrêter de jeter en permanence un voile négatif sur ce qu'elle est."
Comme disait l'autre, il n'y a donc "pas mort d'homme". Et vogue la galère.
Le son est bien différent à Renouveau PS 13. Voici ce qu'on trouve sur leur site.

(Clic sur chacune des trois parties pour agrandir)
renouveau PS 13 12
renouveau PS 13 12
renouveau PS 13 12

Et puis on a appris en dernière minute que deux candidats aixois, Patrice Poli et Guillaume Guerre, vont tenter leur chance à l'élection pour le poste de premier secrétaire de la fédération.
Ils sont favorables à la candidature de François Hollande alors que Jean-David Ciot et Jean-Noël Guérini, qui jouent aux énigmatiques, voteront, pas de doute, pour Martine Aubry. Une histoire de prêtés et de rendus, quoi.
Il suffit de lire ces quelques lignes du Canard enchaîné de mercredi pour s'en convaincre : ça joue du pipeau et du trombone à coups pas vraiment lisses.

(Clic sur les images pour agrandir)
guerini canard 13 
   
guerini canard 13 

La profession de foi de Patrice Poli est ICI.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mercredi 13 juillet 2011

Vive la république Guérini des Bouches-du-Rhône !

 marianne au secours

Ainsi va le flux de l'actualité. Le dépôt des candidatures aux primaires de gauche se clot aujourd'hui. Les sondages distillent leurs pronostics hippiques sans pouvoir évidemment dire qui décrochera le pompon.
En arrière-plan, aucun institut ne se soucie de mesurer l'aversion des électeurs qui pourrait les détourner d'un vote quand il s'agit de savoir s'il faut ou non faire confiance à des personnes sans figure.
Rien qu'ici, au sud de notre Provence, les raisons ne manquent pas. L'affaire Alexandre Guérini et les pratiques décriées de la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône qui infestent l'atmosphère pourraient causer bien des torts au sein même de la gauche.
On voit comment se rangent déjà les pour et les contre Jean-Noël Guérini. D'un côté, ceux qui, comme lui, vont soutenir Martine Aubry. De l'autre, ceux qui rejoignent François Hollande. Pas besoin de préciser que les motifs des uns et des autres, en tout cas pour les personnes en vue, ne relèvent pas forcément d'un choix idéologique tant ils sont calqués sur des calculs de positionnement.
Et cela va continuer ainsi au moins jusqu'en octobre. Pour peu que la justice vienne encore faire une bonne farce à ceux qui se croient tranquilles en mettant un énième charivari. Une certaine autocratie buccorhodanienne pourrait alors vaciller avec chef et vassaux.
La publication du rapport Richard n'a toujours pas calmé les esprits. Arnaud Montebourg n'a pas vraiment digéré "la clémence" à l'égard de Jean-Noël Guérini, votée à 26 voix sur 27 par la direction nationale. "On peut commettre des erreurs à l’unanimité", a-t-il jugé. "C’est la défaite du parti de lui avoir donné une victoire alors que les faits sont d’une extrême gravité, alors que pour cinquante fois moins la fédération de l’Hérault a été mise sous tutelle. C’est une défaite pour l’honneur du PS."
Pour Montebourg, "le guérinisme c’est de l’affairisme. Tout cela va apparaître pendant la campagne présidentielle". Il se dit aussi "inquiet que le PS soit solidaire d’élus dont les liens avec le grand banditisme apparaissent".
Pour le moment, il se dit aussi préoccupé sur le plan interne : "Je souhaitais que les primaires soient mises à l’abri du système Guérini, Jean-Noël et Alexandre. Je poserai la question à la Haute Autorité chargé de veiller sur ces primaires. Je suis désolé, il y a un système affairiste au sein du parti socialiste qui n’a rien à voir avec le socialisme. Nous devons éloigner le parti socialiste de ces pratiques, de manière à protéger l’honneur collectif".
Ambiance garantie. Avec un prolongement immédiat : Jean-Noël compte déposer une nouvelle plainte en diffamation contre Arnaud.
Et vive la république des Bouches-du-Rhône !
Allez, levons un verre et allons lire cette petite sélection d'articles bien charpentés.

Bing sur la gauche ! 
logo marsactu
http://www.marsactu.fr/2011/07/07/plongee-dans-la-tambouille-du-ps13-avec-les-poetes-de-solferino/
logo bakchich
http://www.bakchich.info/PS-les-Ravis-de-Marseille,12920.html
logo rue89
http://www.rue89.com/2011/07/11/le-systeme-guerini-decortique-et-mis-en-cause-213638
logo france bleu provence 2
(Clic sur l'image pour agrandir )
edito jean laurent bernard 6
Et bing sur la droite ! 
http://www.bakchich.info/Gaudin-le-silence-du-maire,12925.html
(Clic sur l'image pour agrandir)
edito jean laurent bernard 29
Et pour finir, une parodie plutôt bien vue…

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 8 juillet 2011

L'élu Jacques Agopian au secours d'Alain Joissains

Il s'est trouvé deux élus, ou plutôt, Alain Joissains a trouvé deux intrépides élus classés à gauche pour lui servir la soupe. 
C'est ainsi que, en cours de procédure devant les tribunaux dans l'affaire du contrat de collaborateur de cabinet, Jacques Agopian et Catherine Silvestre ont produit chacun deux attestations de complaisance à la demande et en défense d'Alain Joissains. 
Puisque cette affaire regarde tous les citoyens, j'ai estimé nécessaire de les informer en mettant certains documents du dossier sur la place publique. 
L'un des points que j'avais soulevés lors de ma requête en annulation du contrat devant le tribunal administratif était qu'en mars 2001, lors du renouvellement du conseil municipal, les élus n'avaient pas eu connaissance de la teneur dudit contrat et notamment du niveau de rémunération d'Alain Joissains qui n'était pas encore directeur de cabinet mais qui allait être recruté comme conseiller spécial de Maryse Joissains. 
Les pièces que l'on pourra parcourir dans la fenêtre ci-dessous en apportent la preuve manifeste. 
Or, les élus Jacques Agopian et Catherine Silvestre ont produit des attestations sur l'honneur, sachant qu'elles les engageaient "pour servir et valoir ce que de droit" et "en pleine connaissance des peines réprimant les faux témoignages"
On pourra aisément constater que ces attestations curieusement rédigées de façon similaire sont mensongères et orientées pour essayer de donner corps à des faits qui ne correspondent pas à la réalité. 
Il est impossible qu'eux deux seulement parmi 55 élus dont 13 de l'opposition aient pu se souvenir que la date qui aurait vu Alain Joissains commencer à exercer ses fonctions de directeur de cabinet eût pu être mars 2001. 
Le contrat initial de conseiller spécial n'a en effet été signé que le 18 Avril 2001, alors que la délibération de création des emplois de collaborateurs n'a été votée (par la seule majorité) que le 17 mai 2001, et que l'avenant le nommant directeur de cabinet n'a été signé que le 23 août 2001. 
En vérité, Jacques Agopian et Catherine Silvestre ont répondu à une commande. Coïncidence ou pas, aucun autre élu de l'opposition ou de la majorité n'a été sollicité pour produire de telles attestations. Alors pourquoi ces deux-là ? 
Mon explication est la suivante. A la date où il avait signé sa première attestation, Jacques Agopian avait obtenu un poste, et les indemnités qui vont avec, de vice-président à la communauté d'agglomération du Pays d'Aix. Et Catherine Silvestre avait été récompensée d'un poste d'adjoint, indemnisé lui aussi, auprès de Maryse Joissains, tel le prix de son passage de gauche à droite. 
Pour leur malheur, et en espérant que le rouge leur restera au front, le tribunal administratif et la cour administrative d'appel n'ont rien retenu de ces témoignages provoqués. En revanche, ces fausses déclarations pourraient leur attirer des ennuis devant un tribunal. 
Au-delà de ces cas de figure, il en est un autre qui n'est pas piqué des vers non plus. Dans sa défense, à plusieurs reprises, Alain Joissains a lui aussi fait preuve d'inventivité, j'ose dire de tromperies. 
Il a ainsi prétendu que j'avais été adjoint au maire sans discontinuer depuis 1983. J'aurais bien voulu mais la réalité est tout autre. Je n'ai été adjoint que pendant six ans et tout le reste du temps dans l'opposition. 
Il a répété comme une marotte qu'en tant que membre de la commission des finances, j'étais censé tout savoir sur sa rémunération. Manque de chance, je n'étais membre que de la commission d'appel d'offres et de délégation de service public. 
Le plus cocasse entre tous a été ce numéro de haute fantaisie qui l'a amené à prétendre que, en tant qu'enseignant, je ne pouvais ignorer le calcul de ses indices de rémunération. Par l'absurde, j'ai fait observer aux magistrats que, s'il en était ainsi, tous les élus non enseignants n'auraient donc pas eu la qualité ou la chance de percer le mystère. Ce qui, de fait, revenait à interroger cette vision baroque : depuis quand et où a-t-on vu qu'on ne peut accéder à la fonction d'élu qu'à la condition d'y attacher la profession de l'élu ? Le boucher, le mécanicien, le sportif, l'infirmière, la magistrate, la chanteuse n'auraient donc aucun droit ? 
Bon weekend.

Le jugement du tribunal administratif du 28 octobre 2008 :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/10/31/11177750.html
L'arrêt de la cour administrative d'appel du 10 juin 2011 :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2011/06/14/21393622.html

La lecture est plus confortable plein écran.
(bouton de gauche en bas) 

contrat joissains pièces du dossier

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

jeudi 7 juillet 2011

Dans le Canard, le chèque de Proglio à Guérini

guerini canard 6
(Clic sur l'image pour agrandir)

C'est encore le Canard enchaîné de cette semaine qui vient nous régaler de ses trouvailles. Le chèque ci-dessus n'est ni virtuel ni de bois. Comme on peut le lire dans l'article, la solidarité bancaire n'est pas un vain mot entre grands comptes bien garnis.
La somme indiquée pourrait à elle seule adoucir les nécessiteuses existences de milliers de personnes. Mais non. L'entraide n'est pas une valeur partagée. Elle n'est que le fruit d'arrangements et de services rendus ou à rendre entre canailles et racailles.

(Clic sur l'image pour agrandir)
guerini canard 6

Tout le monde l'avait bien compris mais cela va mieux en le disant. Il est un autre ordre d'intérêts, pas très glorieux non plus, celui des relations d'amitié ou d'inimitié calculées en contrepartie de faveurs politiques accordées ou non. Cette brève en apporte l'illustration suffisamment parlante.     

(Clic sur l'image pour agrandir)
guerini canard 6

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]