vendredi 7 octobre 2016

Aix : Ces platanes qu'on abat ! De quoi monter aux arbres !

Contestation et mobilisation contre l'abattage massif de platanes encore sains à l'occasion des travaux de requalification des trois places du centre d'Aix. Les opposants ont obtenu par voie de justice la désignation d'un expert indépendant qui oblige Maryse Joissains à tenir compte de son avis...

arbres 3 places 30
Des arbres abattus pour les travaux sur la place des Prêcheurs 

La requalification des trois places Prêcheurs-Verdun-Madeleine, prévue pour durer deux ans et demi, ne fait pas l'unanimité. Elle est contestée par les riverains, des associations et les commerçants non sur sa nécessité mais sur les modalités. Suite à la présentation du projet en réunions publiques, la tension et la pression sont montées progressivement de plusieurs crans depuis juillet.
En parallèle, l'annonce, faite sans aucun dossier à l'appui, de la création d'un parking de 300 places sur quatre niveaux entièrement enterrés sous le cours des Arts et métiers, une idée farfelue qui a toujours été considérée comme infaisable à cause de la nature même des sous-sols (racines d'arbres, écoulement d'eau et fragilité des bâtiments qui bordent la voie), a donné lieu à des échanges musclés quand il s'est agi d'envisager l'abattage de la quasi-totalité des arbres. En recul, Maryse Joissains a ensuite proposé que le parking se ferait finalement sous le parc Rambot.
Cette autre solution risque elle aussi de connaître des rebondissements, en particulier d'ordre juridique, car le parc Rambot ést le résultat d'un legs établi par testament en 1858 par Gustave Rambot, capitaine de cavalerie, et ne peut en aucun faire l'objet 
en tant que "jardin public d'agrément" d'un changement de vocation ou de destination.
Pour les trois places, les opposants, très mobilisés y compris en plein mois d'août, ont obtenu un report du début des chantiers passant du 5 juillet au 29 août. En cause là aussi, l'abattage des arbres qui, selon deux expertises, seraient soudainement tous malades. Une troisième analyse commandée par la mairie a conclu qu'il y en avait finalement beaucoup moins. 
Face à ces revirements discordants, les opposants insatisfaits ont manifesté leur colère et ont exigé une véritable expertise indépendante en s'adressant directement au tribunal administratif. Ce dernier leur a donné raison. Maryse Joissains se voit ainsi contrainte de se plier à cette décision (voir ci-dessous)

CM 25 23
Manifestation contre le platanicide sur la place de la mairie
avant le conseil municipal du 23 septembre 2016

Ces deux cas ne sont pas isolés. Un peu partout dans la ville, des arbres ont été abattus parfois en dépit du bon sens. Ainsi, place de l’église à Puyricard, des arbres centenaires ont été sacrifiés alors que les troncs montrent des espèces parfaitement viables. Route des Alpes, des dizaines de troncs ne laissent apparaître aucune lésion vraiment dangereuse. Au Félibre à Encagnane, la construction d'une résidence a détruit des dizaines d'espèces alors que le projet aurait pu être mené dans la concertation et en évitant des coupes inutiles. Voies Malherbe, Victor Hugo, De Lattre de Tassigny, des Poilus, les souches d’arbres coupés repartent du pied sans entretien et en contradiction totale avec le Plan local d'urbanisme qui prévoit de remplacer les arbres disparus.
Vu que les lésions des platanes sacrifiés ne justifiaient en rien leur abattage, que jamais des solutions curatives n’ont été cherchées pour sauver des arbres centenaires et que les expertises de la mairie ne recherchent que la dangerosité, là encore, nous avons demandé qu'un expert indépendant soit nommé pour dire, au terme d’analyses contradictoires quels sont les platanes à vraiment abattre et surtout quels moyens sont à mettre en œuvre pour préserver tous ceux qui pourront l’être ! Il faut mettre un terme à la logique de destruction irréversible. Stop au platanicide !
 

platanes Place mairie B 14
Platane malade abattu place de l'Hôtel de Ville 

platanes Puyricard 3 août 2016
Platane sain abattu Puyricard

platane qui refleurit e
On ne peut combattre la nature !

Un expert indépendant missionné 

Grâce à un recours des associations, un expert près la Cour d'appel d'Aix-en-Provence et du Tribunal administratif de Marseille a été désigné avec pour mission :
"1. de procéder à toutes constatations relatives à l’état phytosanitaire des arbres des places Verdun, Prêcheurs et Madeleine à Aix-en-Provence ;
2. de déterminer les causes et l’étendue des dommages susceptibles d’intervenir à leur encontre, pendant la durée des travaux de requalification des trois places Verdun, Prêcheurs et Madeleine à Aix-en-Provence ;
3. de suivre à cette fin l’évolution de ces arbres durant toute la durée du chantier."

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 3 octobre 2016

Conseil municipal : L'aérodrome d'Aix-Les Milles bientôt géré par la Ville ?

Bonne nouvelle pour les défenseurs du cadre de vie proche de l'aérodrome d'Aix-Les Milles. Il y a une semaine, le conseil municipal a adopté à l'unanimité le principe d'une prise en main directe par la Ville. A l'initiative, notre groupe Démocratie pour Aix... 

aérodrome carte - Copie
Zone concentrique d'impact des nuisances

Oui, c'est une bonne nouvelle pleine d'espoir. Pour mémoire, c'est notre groupe Démocratie pour Aix, par la voix d'Edouard Baldo, qui avait posé question orale en mai dernier pour pousser la municipalité à prendre position pour récupérer la gestion directe du site.
Nous avions relayé le combat que nous estimons légitime et fondé du Collectif de danger aérodrome Aix-Les Milles (CD2A) en détaillant les conditions et les possibilités pour qu'il en soit ainsi.
Maryse Joissains a accepté de recevoir le président et les membres du bureau de l'association, tout en faisant étudier le cadre d'une initiative municipale par les services juridiques. Une délibération reprenant intégralement nos propositions a donc été présentée vendredi dernier en séance publique.
Nous sommes satisfaits de cette prise en compte. Il y a en effet urgence à agir avant que des requins commerciaux ne s'empressent de mettre la main sur un bien avec lequel ils pourraient faire leurs petites affaires tout en ne s'embarrassant d'aucun scrupule. Une gestion publique permettrait plus sûrement de protéger les riverains des nuisances sonores et polluantes tant au sol qu'en vol.
Vendredi, au cours d'une réunion publique d'information dans la salle des fêtes des Milles, le CD2A est revenu sur toutes les étapes de la procédure. Malgré les avancées encourageantes du dossier, il continue à mobiliser ses adhérents toujours plus nombreux jusqu'à l'aboutissement de ce combat. Un combat qui n'est pas seulement celui d'une minorité géographique mais aussi de tous les Aixois et même au-delà car les dommages causés par un non respect de la réglementation actuelle touchent un périmètre très vaste dans le Pays d'Aix.
Inutile d'imaginer ce qu'il pourrait advenir si un opérateur privé surtout motivé par le profit devait être aux commandes de l'aérodrome.

La question orale de notre groupe qui a donné lieu à un débat :
http://democratiepouraix.fr/2016/07/25/quelles-initiative-pour-laerodrome-daix-les-milles/

La délibération du conseil municipal est ICI

aérodrome CM 23

aérodrome CM 23

"Aérodrome des Milles: Une pétition contre les nuisances…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/03/32306076.html

aérodrome Réunion CD2A

Le site de CD2A :
http://danger.aerodrome.aix.monsite-orange.fr/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 29 septembre 2016

Conseil municipal : Première avancée contre les compteurs Linky

La séance de rentrée du conseil municipal a été l'objet d'échanges parfois âpres sur des sujets importants inscrits à l'ordre du jour. Parmi eux, le dossier sur les compteurs Linky qu'ErDF veut imposer alors qu'ils ne sont pas obligatoires. Maryse Joissains a fait une avancée suite aux propositions du groupe Démocratie pour Aix. Récit...

LAC CM DPA

Jour et horaire inhabituels pour la séance publique de rentrée du conseil municipal qui s'est déroulée vendredi dernier en matinée. L'ordre du jour comportait 84 rapports, soit 732 pages. Quelques dossiers ont été âprement discutés : le devenir de l'aérodrome des Milles, les compteurs Linky, le rapprochement des sociétés HLM, des décisions d'infractions, le rapport annuel d'activités des crèches, la proposition de création d'un parking sous la parc Rambot, l'abattage des platanes…
Notre groupe Démocratie pour Aix a interpellé Maryse Joissains sur tous ces sujets.
A noter que des manifestations pour diverses causes directement liées à ces thèmes ont eu lieu sur la place de l'Hôtel de Ville avant l'ouverture de la séance.
Je publie aujourd'hui mon intervention sur les compteurs Linky ainsi qu'une revue de presse.
Je reviendrai sur d'autres dossiers prochainement.

"Aérodrome et compteurs Linky, deux dangers en débat" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/05/03/33755546.html

CM 25 23CM 25 23linky 2
Carte des collectifs anti-Linky
linky carte collectifs anti linky au 18 septembre 2016

REVUE DE PRESSE

CM 25 23

CM 25 23CM 25 23

CM 25 23CM 25 23

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 24 septembre 2016

Rentrée politique animée : Démocratie pour Aix répond à Maryse Joissains

La rentrée politique ne déçoit pas. Maryse Joissains y est allée de ses déclarations insensées. Décidé à ne pas laisser passer de tels discours, notre groupe Démocratie pour Aix a tenu à répliquer point par point au cours d'une conférence de presse. Revue...   

DPA conf presse prov 23

Il y a une semaine, La Provence a consacré deux pages à la rentrée politique. Plusieurs propos de Maryse Joissains n'ont pas manqué de faire réagir. Notamment ceux faisant référence au journaliste d'extrême-droite, condamné pour racisme, qui déverse ses analyses nauséabondes dans des livres et sur les ondes.
Interrogée aussi sur les affaires judiciaires dans lesquelles elle et son entourage sont impliqués, la maire d'Aix a fait des déclarations insensées marquées par le mensonge, le déni de justice et l'aveu de vol d'argent public.
Ne pouvant laisser passer de tels discours, notre groupe
Démocratie pour Aix a tenu à riposter par une conférence de presse que nous avions initialement programmée pour présenter la sortie de notre propre magazine rétablissant des vérités face à celui du bilan auto-satisfait de la mairie édité aux frais des Aixois dans un hors-série du magazine municipal. Nous avons donc répliqué point par point aux sujets traités par la presse la semaine précédente.
On trouvera ci-dessous une sélection d'articles qui en rendent compte. Chacun pourra se faire son opinion…

REVUE DE PRESSE

Déclarations de Maryse Joissains

DPA interview MJM prov 17DPA interview MJM prov 17

Pour lire le magazine de Démocratie pour Aix :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/09/20/34342639.html

DPA conf presse prov 23DPA conf presse prov 23DPA conf presse prov 23DPA conf presse prov 23DPA conf presse prov 23DPA conf presse marseillaise 23DPA conf presse marseillaise 23DPA conf presse marseillaise 23

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 septembre 2016

La riposte de Démocratie pour Aix au magazine bisounours de la mairie

Maryse Joissains assure sa propagande à sens unique avec l'argent des Aixois en bafouant le droit d'expression de l'opposition. Nous avons donc décidé de publier sur nos fonds propres un contre-bilan pour rétablir quelques douloureuses vérités que la mairie cache aux Aixois. Il est disponible ici...

DPA mag couvertures comparées
(Clic sur l'image pour agrandir)
Couvertures comparées du magazine, celui de la mairie et celui de notre groupe

En juin, la mairie a publié un numéro du magazine municipal intitulé Horizon 2020 (suivez mon regard, l'année des prochaines élections municipales !). On y découvre une propagande à sens unique sur 24 pages, toutes à la gloire de Maryse Joissains.
A aucun moment, l'opposition n'a été informée de cette publication et nous ne l'avons appris qu'une fois imprimée. Nous n'avons pas eu le droit de nous exprimer, contrairement à ce que prescrit la loi.
Face à cet empêchement et à la présentation idyllique des sujets traités, notre groupe Démocratie pour Aix a décidé de produire un contre-bilan reprenant la quasi-totalité des projets et des dossiers (voir le document en fin d'article).
Pour bien fixer les choses et les idées, je rappelle que le magazine municipal est payé par les Aixois. Le nôtre comporte 12 pages et a été entièrement financé sur nos fonds propres.
Nous avons commencé à le diffuser en milieu de semaine dernière via les réseaux sociaux et sur les marchés de la ville. Il est aussi disponible sur notre site et sur Facebook (voir liens ci-dessous).
Notre magazine fait le point sur quelques vérités toujours bonnes à dire quand il s'agit de rétablir la réalité de faits que la mairie voudrait cacher aux Aixois. Nous y exposons nos prises de positions, nos propositions et le résultat de nos interventions au conseil municipal. Nous vous en faisons juges.
Ne pas hésiter à partager et à faire circuler auprès de vos amis et de tous vos contacts.

LAC mag DPA 17
(Clic sur l'image pour agrandir)
Samedi matin, Edouard Baldo, Gaëlle Lenfant, Charlotte de Busschère, Hervé Guerrera
et moi-même étions en divers points des marchés du centre-ville

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré fléché en bas à droite du document)
Magazine Démocratie pour Aix septembre 2016



Notre magazine est aussi disponible ici : 
http://democratiepouraix.fr/2016/09/13/horizon-2020-le-triste-bilan-de-notre-ville/ 
Notre site d'information Démocratie pour Aix : 
http://democratiepouraix.fr/ 
Notre site Facebook : 
https://www.facebook.com/democratiepouraix/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 septembre 2016

Sur France 3, le poing au sujet des affaires judiciaires des Joissains

Après Marianne, c'est au tour de France 3 de s'intéresser aux affaires judiciaires de la mairie. La chaîne régionale a souhaité recueillir mon avis sur les suites données à l'arrêt du Conseil d'Etat ayant annulé le contrat illégal d'Alain Joissains signé par Maryse Joissains... 

LAC France 3 14

C'est surpris, sans l'être tout à fait, qu'après l'article du magazine Marianne j'ai également été contacté par France 3 Provence Alpes pour une interview à propos de l'affaire du contrat de directeur de cabinet d'Alain Joissains signé par Maryse Joissains et annulé définitivement par un arrêt du Conseil d'Etat le 2 février 2015 en ma faveur après dix années de procédures devant cinq juridictions.
Le journaliste, Jean-François Giorgetti, spécialiste des affaires judiciaires sur la chaîne régionale, a voulu enquêter sur plusieurs dossiers impliquant la mairie. Il a notamment souhaité faire le point sur les suites données. Pour ce qui concerne mon action, il a cherché à savoir où en était l'exécution de la sentence qui devait intervenir dans un délai de trois mois. Je lui ai donc expliqué qu'elle n'était à l'heure actuelle, soit 19 mois après, que très partiellement accomplie. En effet, seule la moitié de la somme de mes frais m'avait été remboursée par la mairie en août de l'an dernier, et encore, sur mon insistance auprès des services. Alain Joissains, lui, ne m'a toujours pas versé l'autre moitié.
Pour ce qui est de la restitution de la totalité de ses salaires indûment perçus, 476.000 euros brut, il a contesté devant le tribunal administratif un premier titre de recette du Trésor public établi sur la base de calculs des services municipaux ne s'appuyant que sur la seule différence divisée par deux (!) entre les salaires qu'il aurait dû recevoir si la loi avait été respectée et ceux qu'il a réellement perçus.
Depuis, l'affaire a viré au cocasse. Devant ce refus, Maryse Joissains a pris un arrêté pour soi-disant défendre les intérêts de la Ville contre lui ! Mais, cela n'est qu'une pantalonnade de plus car le contrat et ses avenants étant annulés, et donc réputés n'avoir jamais existé, c'est bien l'ensemble de tout ce qu'a empoché Alain Joissains qui doit être rendu aux Aixois. Trois euros par habitant, quand même ! 
En ayant assez de ce petit jeu, ce début août, j'ai saisi le préfet par lettre recommandée pour l'informer de ces faits et lui demander instamment d'agir pour mettre un terme à ces effets aussi peu respecteux de la chose jugée que dilatoires. J'attends la réponse…

CM 8 29

 

Sur les mêmes affaires, l'article de Marianne :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/09/09/34298786.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 9 septembre 2016

L'article de Marianne sur les casseroles judiciaires des Joissains

Fin août, l'hebdomadaire Marianne a publié un long article sur les "affaires" aixoises touchant Maryse Joissains et son plus proche entourage. La diffusion de ce numéro a connu un gros succès. Je le publie aujourd'hui à l'intention de ceux qui ne l'auraient pas eu entre les mains et pour ceux qui souhaitent le relire et peut-être le conserver…  

Marianne capture complète

C'est via mon blog pas encore en pause estivale que le journaliste de Marianne, Guillaume de Morant, m'a contacté. Il m'a indiqué qu'il écrit actuellement un livre, à paraître en novembre, sur la corruption en France concernant plusieurs domaines, politique, économie, sport…
Etant intéressé par ma longue bataille relative à l'annulation du contrat de directeur de cabinet de Maryse Joissains, il m'a proposé de venir me rencontrer à Aix début août. A ma demande, mon ami Edouard Baldo était également invité à se joindre à ce rendez-vous.
L'entretien a duré trois pleines heures pendant lesquelles nous avons fait un tour d'horizon de la gestion de la mairie et particulièrement sur les "affaires" qui ont fait ou font encore l'objet de procédures devant les tribunaux.
On peut maintenant lire ci-dessous le compte-rendu qui a été publié dans la semaine du 26 août. Selon mes informations et les témoignages qui me sont parvenus, le magazine a connu un beau succès en kiosque auprès des Aixois, de la région... et même au-delà, au niveau national !

Le texte intégral de l'article est ICI
Marianne_Aix

marianne provence 2

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 2 août 2016

Le Point... et les virgules sur les grands dossiers aixois

Les grands dossiers aixois à la une du magazine Le Point. De belles enquêtes qui vont au fond des sujets, loin des habituels clichés de cartes postales servis aux touristes. On pourra lire les points de vue de Maryse Joissains et ceux de mon groupe Démocratie pour Aix. Plongée...

Le Point 16 juin 2016 C

Ce n'est pas la première fois que la presse nationale vient plonger au cœur de la vie aixoise. Et ce n'est pas seulement pour nos fontaines. Elle cherche à savoir s'il n'y a pas aussi quelques dossiers sous des eaux moins pures.
Je vous ai parlé du numéro spécial Aix qu'a publié courant juin le magazine Le Point. Il est le résultat d'une véritable enquête qui n'a pas donné lieu aux habituels clichés en forme de cartes postales qu'on peut lire ici et là lorsque certains journalistes, tous médias confondus, semblent pris de paresse et se contentent de recopier les dépliants de l'Office de tourisme.
Non, un grand reporter est venu passer plusieurs jours dans notre bonne ville pour recueillir de nombreux avis sur des dossiers brûlants. Il s'est fait accompagner par un photographe de renom travaillant pour une agence qui fournit régulièrement le journal.
Comme on pourra aisément s'en rendre compte dans les cinq bonnes pages que j'ai sélectionnées, les dossiers ont été traités avec sérieux et le reporter a tenu à rencontrer les personnes qui font l'actualité. Maryse Joissains a eu droit à son interview. Dans notre groupe Démocratie pour Aix, Edouard Baldo, Charlotte de Busschère, Hervé Guerrera et moi-même avons aussi eu l'occasion de nous entretenir longuement avec notre visiteur.
Les grands sujets retenus sont bien ceux qui suscitent actuellement d'âpres discussions et controverses au sein du conseil municipal et dans toute la ville : la requalification des trois places Prêcheurs, Verdun et Madeleine, l'urbanisation de la Constance et le Bus à haut niveau de service.
L'intérêt de la confrontation des points de vue, qui s'inscrit dans le débat démocratique normal, permet à chacun de se forger sa propre opinion. Je vous laisse donc à la découverte et à la lecture des pages ci-dessous.

Première partie
Les 3 places et la Constance


Seconde partie
(A signaler ici le mensonge éhonté de Maryse Joissains concernant ma collègue Charlotte de Busschère dont elle prétend qu'elle aurait été sa colistière avant de rejoindre l'opposition. Ce n'est que pure calomnie pour essayer de discréditer une adversaire qui lui donne du fil à retordre.)
Interview de Maryse Joissains et le BHNS

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 juillet 2016

Conditions de vente de l'Hôtel de Caumont : Litige entre l'acheteur et la Ville

Nouveau coup de chaleur dans la gestion municipale. L'acheteur privé de l'Hôtel de Caumont traîne les pieds pour restituer à la Ville les frais qu'elle a payés pour les travaux des façades. Le litige est devant le tribunal administratif et des questions se posent sur les conditions de la vente...

caumont image

Il s'en passe des choses à Aix ! L'ambiance déjà bien chaude lors du conseil municipal de juillet le reste. Et pas seulement à cause de l'été et des premiers congés. Le projet de requalification des trois places Prêcheurs, Verdun et Madeleine est devenu à son tour un sujet hautement brûlant de contestation de la part des riverains, des commerçants et des associations. Résultat, la réunion publique d'information et d'échange avec le public de mardi soir en présence de Maryse Joissains a été houleuse et bouillante. J'y reviendrai, cela vaut son pesant d'ambiance.
Aujourd'hui, je vous propose de jeter un œil sur un dossier qui n'est peut-être pas clos et qui risque de faire monter un peu plus la température. C'est celui de la vente d'un bien appartenant au patrimoine des Aixois à un opérateiur privé, à savoir l'Hôtel de Caumont qui abritait le Conservatoire de musique.
A plusieurs reprises, au conseil municipal, mes collègues et moi-même avons interrogé la municipalité sur le montage financier et les conditions de cession de ce immeuble classé.
En juin, la délibération présentant la liste des arrêtés pris par la maire en comportait un qui faisait état d'un contentieux entre la Ville d'Aix et l'acheteur Culturespaces. La municipalité veut récupérer sa mise qui était une forme d'avance pour les travaux de façade. Or, le nouveau propriétaire ne l'entend pas tout à fait de cette oreille. D'où le litige porté devant le tribunal administratif.

Caumont contentieux CM 20

Le site Marsactu s'y est intéressé et a mené l'enquête en me sollicitant pour obtenir des informations. Je vous laisse donc découvrir cet excellent article publié le 2 juillet 2016 qui retrace la genèse de l'affaire…

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré fléché en bas à droite du document)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 juillet 2016

Chaude ambiance au dernier conseil municipal au sujet de dossiers cruciaux

Chaude ambiance lundi lors de la dernière séance publique du conseil municipal avant la pause estivale. La température est montée à l'occasion de l'examen de plusieurs dossiers qui ont suscité des débats musclés. Explications et revue de presse complète…

CM 24 18

Si à ce conseil municipal précédant la pause estivale l'ordre du jour ne paraissait pas aussi chargé que d'habitude avec 71 rapports dont beaucoup n'étaient que des affaires courantes, la séance a cependant duré quelque cinq heures à cause de dossiers cruciaux sur lesquels nous sommes en total désaccord avec la majorité.
De gros frais de contentieux
J'ai ouvert le premier avec la présentation du budget supplémentaire. En soi, même s'il était initialement annoncé à hauteur de deux millions d'euros, il a été ajusté à quatre. Il ne représente en fait qu'entre 0,7 et 0,8% du budget global annuel. Ce qui fait problème, et je l'ai fait observer une fois de plus, c'est cette nouvelle provision en dépenses de 529.000 euros contre seulement 108.000 euros en recettes pour faire face aux affaires en contentieux.
J'ai affirmé que, sur une année pleine, le coût tourne autour d'un million. Face à cette évidence, Maryse Joissains et son adjoint aux finances prétendent que ce serait moins de 200.000. Il faudra me fournir des arguments pour prouver que je me trompe. Je veux bien admettre que, lorsque la Ville est attaquée devant les tribunaux, elle doit se défendre. Mais pourquoi s'obstiner à poursuivre certaines procédures dont on voit bien qu'elles seront vaines et qu'elles font perdre de l'argent inutilement ?
Amende amère pour la Ville à cause du nombre insuffisant d'enlèvements par la fourrière
Dans le même esprit, j'ai fait remarquer que la Ville va encore une fois devoir payer à la Semepa qui gère la fourrrière automobile une "amende" de 270.000 euros (l'an dernier, elle était de 71.900 euros) pour insuffisance d'enlèvements de véhicules en contravention. La convention qui lie la Ville et la Semepa contient une garantie d'activités qui prévoit cette compensation si ce cas se présente. Un seuil de carence avait été fixé trop haut pour l'application de cette garantie. Il avait donc été abaissé à un nombre inférieur de véhicules en infraction.
Or, voilà que la pénalité due cette année par la Ville est quasiment quatre fois plus forte. Alors, où est le problème ? N'est-ce pas celui des réquisitions en recul effectuées par la société d'économie mixte qui, faut-il le rappeler, sont le plus souvent sollicitées par la Ville sous la responsabilité des élus ? Tout cela demande des éclaicissements et j'attends les explications avec curiosité d'autant que la municipalité a décidé de vendre à la Semepa la totalité des parkings qui avaient été payés par les Aixois.
Requalification de trois places et abattage massif d'arbres
Sont venus ensuite les autres gros morceaux et ce sont mes collègues qui ont ferraillé. La requalification des trois places Prêcheurs-Verdun-Madeleine, qui est contestée par les riverains, les associations et les commerçants
 non sur sa nécessité mais sur les modalités, a fait monter d'un cran la vivacité des débats. En parallèle, l'annonce, faite sans aucun dossier à l'appui, de la création d'un parking de 300 places sur quatre niveaux entièrement enterrés sous les Arts et métiers, projet qui a toujours été considéré comme infaisable à cause de la nature même des sous-sols (racines d'arbres, écoulement d'eau et fragilité des bâtiments qui bordent la voie), a donné lieu à des échanges musclés quand il s'est s'agi d'envisager l'abattage de la quasi-totalité des arbres (56 sur 57).
On nous affirme que, selon deux expertises, ces arbres seraient soudainement tous malades. Drôle de coïncidence quand même, non ? N'est-ce pas plutôt un écran de fumée pour mieux faire passer le projet de requalification des trois places qui perdront tout le stationnement sur voirie ? Il faut savoir que ce projet devrait être achevé en 2019. Oui, mais, construire un parking dans des conditions aussi difficiles, si toutefois cela se fait, prend au minimum cinq à six ans.
Deux poids, deux mesures pour les chalets et les manèges ?
Est revenue aussi sur le tapis la gestion des chalets de Noël et des manèges au sujet du déséquilibre énorme des tarifs entre les deux, les seconds ne payant que des sommes quasi dérisoires alors qu'ils occupent largement plus d'espace que les premiers. Deux poids, deux mesures ? Pourquoi ? Quels sont les critères et pourquoi et pour qui ces faveurs ?
L'extrême-droite et ses délires haineux contre les subventions aux associations
Enfin, la température a atteint son paroxysme lorsqu'il a été question de la mise en place d'une charte de la laïcité censée conditionner et garantir l'attribution de subventions aux associations et en particulier à celles pourtant parfaitement reconnues relevant du cadre du contrat de ville mené notamment par l'Etat, la Région et la Ville.
Lors du conseil municipal de juin, une élue d'extrême-droite s'était insurgée contre certaines structures au prétexte qu'elles ne respecteraient pas une neutralité politique. Mais le vrai motif est qu'elles sont surtout des associations de terrain œuvrant au service de populations en difficulté. On a alors entendu des propos haineux, violents et outranciers. Nous avons riposté vertement et regretté que, malgré le protestations d'élus de sa majorité soutenant ces associations, Maryse Joissains se laisse entraîner dans ce piège que l'extrême-droite tend dans toutes les collectivités où elle siège et qui en fait son fonds de commerce populiste. 

CM 24 18CM 24 18

CM 24 18

CM 24 18

CM 24 18

CM 24 18

CM 24 18

La minute de silence à la mémoire des victimes de Nice

CM 24 18

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]