jeudi 23 mai 2013

Les nouveaux tours de farce de Maryse Joissains (2)

Déjà douze ans de mandat et Maryse Joissains en est encore à commettre de graves fautes de gestion. Quelques autres exemples qui secouent…

Joissains - Copie

Pour répondre à la demande générale, voici la suite en trois exemples du florilège de farces et attrapes produites par Maryse Joissains. Ce sont là les plus récentes d'une longue liste qui a commencé dès les premiers mois de son entrée en fonction.
Si au moins elles pouvaient être les dernières. Mais qu'elles le soient ou qu'il s'en ajoute d'autres, de toute façon, on ne se privera pas d'en reparler d'ici peu lorsque le temps de l'élection municipale sera venu. Il sera alors difficile à Maryse Joissains de nier toutes ces évidences ou d'esquiver la réalité de son bilan catastrophique et la responsabilité entière qu'elle porte.
Un 7e directeur à l'OPAC
Pays d'Aix Habitat est sans conteste le domaine où Maryse Joissains aura excellé le plus dans son manque de discernement pour assurer un bon fonctionnement de l'office. Car il n'y a sans doute nulle part ailleurs un organisme qui aura vu le déflié de six directeurs chassés les uns après les autres.
Et, depuis quelques semaines, un septième vient d'être recruté après l'éviction d'une personne qu'on nous présentait pourtant comme une vraie professionnelle. A ce rythme, et à dix mois de l'élection municipale, personnellement, je ne serais étonné d'en voir surgir un huitième. 

Budget explosé pour le Centre de congrès 
A l'origine, les travaux de rénovation du Centre de congrès du boulevard Carnot ne devaient coûter que 2 millions d'euros. Interrogée au vol par l'opposition, la municipalité a fini par livrer l'information et admettre qu'à l'heure actuelle la dépense atteint déjà 7 millions, soit un peu plus de trois fois la mise de départ. On est confondu par un tel sens de la prévision ! 
Lourd surcoût pour les bus 
Lors de la réorganisation du réseau de bus qui, rappelons-le, avait été menée sans concertation en amont et provoque toujours de graves problèmes de fonctionnement, Maryse Joissains avait affirmé que les frais occasionnés par les ajustements demandés par la population seraient pris en charge par le délégataire Keolis et ne coûteraient pas un centime à la collectivité.
On me murmure à l'oreille que, là encore, contrairement à ce que prétendait Maryse Joissains, elle en serait à devoir débourser quelque deux ou trois millions d'euros pour tous les ratés. Elle ne pourra plus dire
"circulez, il n'y a rien à voir"… 

OPAC nouveau directeur 13

La première partie publiée mardi :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/05/21/27205783.html#c55935514

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 21 mai 2013

Les nouveaux tours de farce de Maryse Joissains (1)

Déjà douze ans de mandat et Maryse Joissains en est encore à commettre de graves fautes de gestion. Quelques nouveaux exemples qui secouent…

joissains baratin bleu

En voulez-vous encore ? Car, vu les tonnes de ratages engrangés, on peut dire que le choix est assez vaste et qu'il suffit tout simplement de demander. Parce que douze ans, et bientôt treize de mandat de maire n'auront pas suffi à Maryse Joissains pour apprendre enfin à éviter de grossières fautes de gestion.
Or donc, en complément de tous les cas majeurs déjà recensés par ce blog depuis plusieurs années, voici un nouveau florilège de bévues qui illustre à merveille son inaptitude à gouverner et dont elle aura du mal à se vanter.
La pollution fait tousser Joissains
Dans la tribune de l'encore majorité publiée dans le magazine municipal de mai-juin, Maryse Joissains s'énerve quand on lui parle de la pollution à Aix. Elle conteste les chiffres qui classent notre ville comme l'une des plus polluées de France et s'en prend à tout le monde, aux experts, aux élus d'opposition et, par voie de conséquence, à tous ceux qui mettraient en doute les efforts qu'elle prétend avoir accomplis pour endiguer le fléau.
Son argument : Marseille est beaucoup plus atteinte. Sauf que… Aix n'a toujours pas de Plan de déplacements urbains digne de ce nom. Et que notre ville demeure classée en 9e position parmi les grandes villes les plus polluées de France. Dis, tonton, pourquoi tu tousses ?
Odeurs d'arnaque à la station d'épuration
Odeurs d'arnaque au sujet des travaux de réalisation de la nouvelle station d'épuration de la Pioline. La Ville veut se défendre en justice pour engagements non respectés par le groupement d'entreprises ayant obtenu le marché.
A l'époque où ce contrat a été passé (en 2008), j'étais membre de la commission d'appel d'offres et je me souviens d'avoir attiré l'attention sur certains éléments du dossier qui me paraissaient discutables. J'avais notamment posé des questions sur la valorisation effective des technosables (les boues retraitées et recyclées pour un autre usage, par exemple en technique routière ou dans la fabrication du béton).
La station a finalement été inaugurée en 2010 et ce n'est qu'au conseil municipal d'avril dernier que la Ville s'aperçoit de certains manquements graves au contrat. A quand un assanissement de la situation ? 
                                                                                                                   A suivre…

La délibération sur la station d'épuration
Clic ici

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 15 mai 2013

Mairie 2014 : Edouard Baldo engage le débat sur le logement

Edouard Baldo, candidat à la mairie en 2014 propose vendredi 17 mai un grand débat public sur le logement à Aix. Un moment fort à ne pas rater…

baldo conf presse 8 avril 2013 baldo - Copie (2)
(Clic sur l'image pour agrandir)
Lors de la conférence de presse d'annonce de candidature

La campagne pour l'élection municipale de mars 2014 est lancée. A gauche et pour l'opposition, Edouard Baldo a été le premier à déclarer sa candidature (voir lien vidéo plus bas).
Pas un jour sans qu'il ne sillonne la ville à la rencontre des Aixoises et des Aixois, sur le terrain, dans les associations, dans les entreprises et dans toutes les institutions représentatives.
Cela faisant, son projet, dont il a déjà fixé les grands axes, s'enrichit de propositions directement recueillies auprès des habitants et prend forme par le dialogue engagé avec eux.  
Ce vendredi, un autre moment public fort est programmé avec un débat qui portera sur le thème du logement à Aix où il y a tant à faire en ce domaine bien malmené par la municipalité sortante.
Une telle démarche ne peut évidemment être menée isolément sans la prise en compte de toutes les questions liées à l'urbanisme, aux déplacements, à l'environnement et à l'économie.
C'est pourquoi Edouard Baldo s'attachera à replacer la réflexion et les propositions dans le cadre d'une vision globale, dynamique et équilibrée de l'ensemble des secteurs de la ville.
En matière d'habitat, comme pour tous les autres domaines,
 c'est par la détermination et la mise en œuvre d'une ferme volonté politique qu'un maire peut faire avancer les choses et répondre ainsi aux attentes des familles qui ont le plus grand mal pour se loger. 
Je ne peux que recommander à toutes les personnes qui veulent s'informer et débattre de ne pas rater ce rendez-vous essentiel pour l'avenir d'Aix.

baldo annonce débat logement

Une vidéo de 3'32" de la conférence de presse d'annonce de candidature
http://www.anonymal.tv/webtv/videos/?vid=852

logo anonymal tv

Le site de la télé locale Anonymal 
http://www.anonymal.tv/webtv/

Le blog d'information d'Edouard Baldo :
(à mettre dans vos favoris) 
http://edouardbaldo2014.fr/

"Mairie 2014 : Edouard Baldo, seul candidat de l'éthique" : 
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/03/22/26708859.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 13 mai 2013

Maryse Joissains, maire-la-vertu… seulement pour les autres

Maryse Joissains en donneuse de leçons qu'elle n'applique pas elle-même. Elle en a encore fait la démonstration en public samedi matin...

joissains casse bilan

Incorrigible. Samedi matin, au Jas de Bouffan, Maryse Joissains s'est une fois de plus laissée aller à dire n'importe quoi. Prenant la parole après des représentants des Antillais du Pays d'Aix, à l'occasion de la Commémoration de l'abolition de l'esclavage, elle a truffé son discours de deux phrases qui ne m'ont guère plu, au point que j'ai lancé "c'est scandaleux !" auprès des personnes qui se trouvaient à côté de moi. 
Soulignant que l'Histoire devait se transmettre, notamment par l'école, elle s'est permis de sous-entendre que les enseignants n'accomplissent pas ce travail parce que, selon elle, maintenant, ils s'attaquent à la République. Ben voyons ! 
Mais d'où tient-elle cela ? Est-ce possible ? Que veut dire cette façon démagogique et grotesque de généraliser "les enseignants" ? Moi, cela m'a choqué. A double titre. Comme citoyen et en tant qu'ancien professeur ayant respecté scrupuleusement toutes les lois de la République et ayant exercé mon métier avec le souci pédagogique constant de rappeler les règles de la loi commune aux plus jeunes. 
Pour ma part, je peux attester que tout au long de ma carrière je n'ai jamais rencontré ni côtoyé d'enseignants qui bafouaient ou dénigraient les principes républicains. 
S'improvisant ensuite en quelque sorte en maire-la-vertu, Maryse Joissains s'est transformée en donneuse de leçons, non sans cynisme et culot. Quand on sert la République, "on ne doit pas chercher à obtenir de petits avantages personnels". A cet instant, certains regards de personnes présentes se sont croisés. 
J'imagine que, comme moi, chacun avait en tête les récentes décisions concernant l'étonnante promotion de son chauffeur. Mais aussi l'affaire du contrat illégal de directeur de cabinet d'Alain Joissains qu'elle avait elle-même signé. 
Autrement dit, Maryse Joissains est-elle bien placée pour recommander aux autres de s'abstenir de faire ce qu'elle fait ?
Pour moi, la question vaut déjà réponse.

joissains canard 9

Le 3 mai à 8h, Maryse Joissains était interrogée en direct sur France Bleu Provence. Ecoutez ses explications à propos de sa scandaleuse déclaration sur l'illégitimité de François Hollande, sur sa façon nauséabonde de secouer les tapis contre ses adversaires politiques et sur le cas de son chauffeur…

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

vendredi 10 mai 2013

La saga des frères Guérini, un vrai scénario de film palpitant !

Coppola n'est pas libre pour porter à l'écran la saga des affaires Guérini. Pourtant, le cinéma dispose là d'un scénario qui ferait exploser le nombre d'entrées…

guerini padrino

Peut-on encore compter un jour sur un cinéaste à la hauteur du talent d'un Francis Ford Coppola pour porter à l'écran la palpitante saga des frères Guérini ? Car il faudra bien là aussi au moins trois longues parties pour couvrir la totalité des éléments répertoriés dans l'enquête menée par le juge Charles Duchaine.
En tirant un premier fil, le magistrat marseillais n'imaginait peut-être pas les grosses pelotes qui allaient venir avec. Certes, les affaires qui sont reprochées à Jean-Noël et Alexandre Guérini ne tournent pas autour de mœurs scabreuses ou de tueries. Pourtant, même si elles touchent à des magouilles sur des marchés publics ou au rôle occulte de personnages bien peu recommandables et liés pour certains au grand banditisme, elles n'en ont pas moins été assimilées par le juge à des menées à "caractère mafieux".
Pour résumer les plus récentes péripéties, les deux frères ont été entendus par les gendarmes et Charles Duchaine lui-même. Alexandre s'est vu signifier une nouvelle mise en examen et Jean-Noël est mis sous pression judiciaire constante.
En même temps, ne reculant jamais devant rien, ce dernier a demandé et a réussi à obtenir que le paiement de certains de ses frais de justice soit supporté par le Conseil général.
Cette décision a été contestée et des pétitions ont été lancées pour dénoncer ce qui est considéré comme un abus alors même que la loi permet cette prise en charge.
Et puis, il y a toujours les récriminations récurrentes sur le rôle politique de Jean-Noël Guérini et les pressions qu'il exercerait encore, que ce soit au CG ou dans l'ombre du parti socialiste. A ce sujet, on lira avec intérêt l'interview de Michel Pezet publiée il y a peu dans le Figaro.
Alors, à quand le film ?

"Main basse sur les marchés publics": 
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/marseille-main-basse-sur-les-marches-publics_1247119.html

"Les dessous de la fortune d'Alexandre Guérini" :
http://anticor13.over-blog.com/article-les-dessous-de-la-fortune-d-alexandre-guerini-par-l-fessard-114916383.html

Le patrimoine déclaré de Jean-Noël Guérini
(D'aucuns en doutent eu égard à sa longue carrière) :

http://www.rue89.com/2013/04/09/patrimoine-politiques-course-a-transparence-241307

 

guérini patrimoine personnel

Sur les élus qui font payer leurs frais de justice par leurs collectivités :
http://www.rue89.com/2013/04/11/santini-guerini-les-autres-quand-les-elus-font-payer-leurs-frais-justice-a-collectivite-241389

(Clic sur l'image pour agrandir)
guerini canard 27

 

L'interview de Michel Pezet dans le Figaro :
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/04/02/01016-20130402ARTFIG00384-affaires-guerini-un-conseiller-general-explique-les-recettes-de-jean-noel.php

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 7 mai 2013

Maryse Joissains n'échappera pas à sa fin de règne...

Un troisième mandat pour Maryse Joissains ? Face à l'opposition, elle devra aussi affronter une forte scission dans son camp et une liste d'extrême-droite. Ambiance…

joissains ravi 106 NB

On me demandait récemment mon avis pour savoir si, en se présentant une troisième fois à l'élection municipale, Maryse Joissains ne risquait pas de vouloir faire le mandat de trop. Ma réponse n'a pas tardé : "Mais, des mandats, Maryse Joissains en a déjà fait deux de trop ! Et puis, quand on regarde les cinquante dernières années, on constate qu'aucun maire n'a réussi à accomplir la passe de trois. Et donc, elle ne fera pas exception."
Plus que le résultat de la loterie électorale, il y a pire la concernant. Son bilan est très contesté jusque dans ses propres rangs politiques et au sein même de son équipe. Certains élus sortants, en bisbille avec elle, s'apprêtent à la lâcher pour rejoindre une autre liste de droite qui pourrait inclure Jean Chorro et Bruno Genzana. L'hypothèse d'une primaire de premier de tour se profile, histoire de mesurer qui peut dominer l'autre.
Il y aura donc des déchirements, des critiques et des coups qui feront mal. Et même en cas de fusion pour un second tour, une addition forcée de façade ne garantirait plus le succès d'une union susceptible de rassembler complètement les deux camps sans dégâts.
Sans compter que, contrairement aux élections précédentes, un autre motif pourrait jouer un rôle décisif : la présence d'une liste d'extrême-droite qui, même minoritaire, voudra cette fois obtenir quelques sièges au conseil municipal et rognera donc une partie de l'électorat de la droite sortante et affaiblira d'autant son score.
A mon avis, alors que les trois derniers scrutins municipaux de 2001, 2008 et 2009 se sont soldés par des duels au second tour, il est fort probable que celui de 2014 se dispute au minimum en triangulaire entre l'opposition, la droite et l'extrême-droite.

La fin de règne vue par le Ravi (n° 106 d'avril)
Logo RAVI baseline

Maryse Joissains, future ex… ?

Il est gros, il est beau. Mais quand on réclame "Métamorphose d'une ville", les 76 pages que Maryse Joissains, la maire UMP, s'est payée pour promouvoir son action depuis 2001, à l'hôtel de ville, on nous rétorque : "Nous sommes en période préélectorale, nous n'avons donc plus le droit de le distribuer." Heureusement, début mars, il était encore disponible sur le site web... C'est qu'à Aix, on se fait un point l'honneur à marcher dans les clous. Et qu'importe si l'opposition estime que, dans un supplément du journal municipal ayant de surcroît coûté plus de 50.000 euros, elle aurait dû avoir son mot à dire.
Après son vrai-faux recours contre l'élection de Hollande et la perte de son siège de députée, Maryse Joissains vient de se prendre deux tuiles sur le crâne. Début mars, le Conseil constitutionnel a invalidé ses comptes de campagne aux dernières législatives. La commission ad hoc a tiqué en constatant qu'elle avait transféré sur son compte de campagne 30.000 euros provenant de son compte destiné à percevoir son indemnité représentative de frais de mandat. Or, celle-ci, destinée à "couvrir des dépenses liées à l'exercice du mandat de député", rappelle le Conseil constitutionnel, "ne saurait être affectée au financement d'une campagne électorale". Si l'ex-députée n'a pas été déclarée inéligible, elle ne bénéficiera pas du remboursement de ses frais.
Linge sale
Toujours en mars, le Conseil d'Etat porte un nouveau coup de massue. Fin 2008, la justice administrative avait jugé qu'Alain Joissains, en tant que directeur de cabinet de son épouse de 2001 à 2008, n'aurait dû toucher "que" 307.972 euros au lieu des 475.778 effectivement perçus. Fin 2011, la cour d'appel a annulé cette décision, jugeant que Lucien-Alexandre Castronovo, ancien conseiller d'opposition à l'origine de la procédure, n'était pas fondé à agir ! Le Conseil d'Etat vient de casser l'arrêt de la cour d'appel, renvoyant à un nouveau procès. De quoi remplir d'aise Castronovo et voir Alain Joissains dénoncer dans La Provence un "coup politique", rappelant qu'en 2001, l'opposition n'avait rien fait sinon s'abstenir et qu'il avait, grand seigneur, renoncé à son chauffeur : "Je n'aime pas être trimbalé comme un paquet de linge sale."
Du linge qu'il vaut mieux laver en famille. Or, au-delà de la candidature pour l'UDI (Union des démocrates et indépendants) de Bruno Genzana ou des problèmes de santé qui font que Maryse
Joissains ne pourra compter sur son adjoint aux finances, il y a, nous confirme-t-on à l'UMP, "un problème" entre le maire et son premier adjoint. "Il y a chez les Joissains de l'affolement, de la précipitation, commente Hervé Guerrera, conseiller d'opposition EELV. D'où, c'est nouveau, l'organisation de réunions dans les quartiers. Peut-être pour faire oublier qu'elle s'est fait huer par des salles entières face à sa gestion catastrophique de la refonte des transports publics ? Alors, certes, ça sent la fin de règne. Mais les Joissains ont de la ressource." Notamment du côté de l'extrême-droite... même si le FN a assuré qu'en 2014, il aura, contrairement à 2008, un candidat à Aix.
Ultimatum et bourde
De fait, l'opposition à Aix est loin d'être unie - en témoigne la récente scission menée par le socialiste Jacques Agopian - et la multiplication des candidatures ne serait-ce qu'au PS n'augure rien de bon pour les primaires, la mise sous tutelle de la fédération du PS 13 ajoutant un peu plus d'incertitude (d'autant que l'un de ceux l'ayant demandée n'est autre que... l'Aixois Michel Pezet). Pour Jean-David Ciot, jusque-là patron de la fédé, "il y a sur Aix une usure du pouvoir mais, en face, il n'y a pas de leader naturel"Et celui qui a battu Maryse aux législatives d'assurer qu'il n'a "objectivement pas" à se présenter. Jusqu'à quand ? Car, si EELV et le Front de Gauche ne veulent pas participer aux primaires, Alexandre Medvedowsky (PS), François-Xavier de Peretti (Modem), Christian Maraninchi (PRG) et Stéphane Salord (Génération écologie) ont posé un ultimatum : "Si l'on veut gagner, il faut que l'on soit unis le plus largement possible. Alors, soit les primaires sont ouvertes à toutes les forces d'opposition et nous y participerons, soit nous désignerons d'ici juin notre candidat." 
Comme nous le dit un soutien de l'avocat socialiste Edouard Baldo, candidat à la candidature faisant campagne sur "l'éthique" (alors que Ciot vient d'être mis en examen...) : "On ne pourra uniquement miser sur le rejet de Joissains" Reste que la gauche pourra toujours compter sur leurs bourdes. Dernière en date ? Sophie, la fille de, vient de se distinguer avec, d'après Alternatives économiques, "la proposition de loi la plus stupide" du Sénat : elle veut imposer aux étudiants à la fac de préparer en parallèle "une formation diplômante type BEP ou CAP" ! C'est vrai que, dans sa famille de juristes, un peu de "compta" ne ferait pas de mal.
                                                                                                           Sébastien Boistel
NB (de moi) : Le Parti socialiste a réservé aux seules formations politiques de la majorité présidentielle la possibilité de concourir aux primaires à Marseille et à Aix.  

http://www.leravi.org/spip.php?article1520

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 3 mai 2013

Contrat d'Alain Joissains : Maryse Joissains se risque en appel

Maryse Joissains s'entête encore à défendre le contrat illégal de directeur de cabinet d'Alain Joissains. Manie, méthode Coué ou choix pour retarder l'heure du verdict ? 

hôtel de ville joissains appel

Quoi de neuf sur le dossier du contrat de directeur de cabinet d'Alain Joissains ? On se souvient que le 25 février le Conseil d'Etat a cassé en ma faveur le jugement de la Cour administrative d'appel du 7 juin 2011 et a renvoyé l'affaire à la même Cour mais devant une autre chambre.
Lundi, Maryse Joissains a fait voter par le conseil municipal une nouvelle délibération l'autorisant à poursuivre son action en justice et à en faire supporter les frais aux Aixois.
A vrai dire, je ne m'attendais pas à autre chose et je l'avais anticipé en prenant moi-même la précaution de recourir à mon avocat pour signifier mon intention de soutenir mon argumentation, en tous points constante depuis ma toute première requête au Tribunal administratif en 2005 et jusqu'au Conseil d'Etat.
Le greffe de Marseille a fixé des délais qui ne peuvent pas être dépassés. Comme je le disais dans un précédent article, le prochain jugement pourrait ne pas prendre autant de temps qu'au cours des étapes antérieures. La Ville doit donc produire un mémoire pour essayer de convaincre la Cour que son appel était justifié. Or, le Conseil d'Etat a rejeté sa recevabilité puisque entre le Tribunal administratif et la première Cour d'appel, aucun fait nouveau ne permettait à la Ville d'interjeter appel. J'attends donc avec sérénité de voir sur quel artifice la Ville cherchera à s'appuyer pour tenter d'emporter l'adhésion de la nouvelle chambre. Je répliquerai à ce moment-là.

CAA CM 29 avril 2013 Prov 2

Mais revenons au conseil municipal. Pour la présentation de la délibération, Maryse Joissains est sortie de la salle et a laissé Jean Chorro officier à sa place. Quant à Sophie Joissains, elle n'a assisté qu'à quelques délibérations et a quitté le conseil juste avant que ne soit abordée l'affaire du contrat. Elle n'est plus revenue, même pas pour présenter la seule délibération dont elle était le rapporteur, et n'a laissé aucun pouvoir pour qu'un autre élu puisse voter à sa place.
Contradiction cocasse, le compte-rendu de sa délibération précise qu'elle est "excusée sans pouvoir" (autrement dit, elle est absente) mais indique en même temps que "Mme Sophie Joissains donne lecture du rapport". Y aura-t-il un élu quelque peu aguerri pour relever ce tour de passe-passe ?
A la fin de la présentation du dossier sur le contrat par le premier adjoint, plusieurs conseillers municipaux d'opposition ont pris la parole pour demander au maire d'arrêter les frais, d'admettre que la cause est vaine et qu'il faut rendre l'argent indûment perçu.
Jean Chorro n'a rien voulu entendre. Sans doute déstabilisé, le pourtant délégué aux affaires juridiques a bizarrement déclaré "on verra bien et s'il faut rembourser, nous rembourserons". Erreur : ce n'est pas la Ville qui doit rembourser mais Alain Joissains.
Tous les élus de l'opposition ont donc voté contre. Et je les en remercie. A son retour dans la salle du conseil, Maryse Joissains a fait son petit commentaire en lâchant "ce procès, on va le gagner". Méthode Coué ? Ou expertise d'une ancienne avocate qui a déjà perdu plus d'un pari en s'entêtant ainsi ?

joissains sophie CM 29

La délibération du conseil municipal sur l'affaire du contrat d'Alain Joissains : 
Clic ici 

Mon précédent article sur le même sujet :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/04/08/26870868.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 29 avril 2013

Maryse Joissains a mangé à la table... de Bernard Tapie !

Tout nouveau patron de presse, Bernard Tapie invite des élus à sa table pour parler affaires. Mal en point pour sa réélection, Maryse Joissains a accepté de partager un repas avec lui…

tapie ravi provence

Se sont-ils fait la bise ? De quoi ont-ils parlé ? N'ont-ils abordé que les questions d'entrées publicitaires légales qu'apportent les collectivités locales à la presse régionale ?
Difficile d'imaginer que la politique ne s'est pas aussi invitée à la table lors des repas, qui n'ont pas dû durer que dix courtes minutes, que Bernard Tapie a partagés il y a une dizaine de jours en tête à tête et tour à tour avec Eugène Caselli, Jean-Claude Gaudin, Maryse Joissains et Jean-Noël Guérini.
Et d'abord, pourquoi ces quatre élus ? Là, l'explication paraît claire puisqu'ils dirigent tous des collectivités importantes qui font souvent appel aux médias pour annoncer divers marchés publics lancés en leur nom.
Les lecteurs des quotidiens locaux l'ignorent peut-être, parce que ces dépenses sont rarement publiées en détail, mais les collectivités engagent des sommes considérables pour faire paraître ces insertions obligatoires (environ 4 euros la ligne).
Bernard Tapie, dont le sens du commerce est bien connu, dit vouloir développer l'impact de La Provence et donner ainsi un coup de fouet à sa diffusion. On comprend donc pourquoi il a entrepris de rencontrer une à une les têtes politiques.
Mais, dans ce genre de discussions, on serait bien naïf de penser que les prises de contact ne reposent que sur la simple vérification que les collectivités continueront à alimenter les recettes. De manière tacite ou plus explicite, les parties abordent aussi le rôle que la presse peut jouer le cas échéant pour cajoler ou pour ménager les édiles surtout dans les périodes électorales.
Or, il faut le préciser, ce ne sont pas les journalistes qui sont en cause mais les lignes éditoriales définies par leurs hiérarchies placées sous l'influence des proprétaires des titres. Il suffit de voir, par exemple, le contenu rédactionnel du Figaro pour prendre la mesure de l'orientation politique qu'impose son patron Serge Dassault. 
En acceptant de rencontrer Bernard Tapie, Maryse Joissains, se sachant en difficulté pour sa réélection, a sans doute voulu tester elle aussi les intentions du nouveau patron de La Provence à son égard. Consciente du péril qui la guette, elle avait d'ailleurs pris les devants en usant, et abusant, des moyens de communication de la Ville et du Pays d'Aix pour faire sa propagande pré-électorale aux frais des contribuables… 

joissains tapie canard 24

logo marsactu new
Tapie fait sa tournée des grands-ducs :
http://www.marsactu.fr/politique/guerini-gaudin-caselli-tapie-fait-sa-tournee-des-grands-ducs-30960.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 22 avril 2013

Marsactu a frappé : Aix, la ville qui n'avait pas de plan…

Aix en plan, ou plutôt sans aucun plan ! Ni PLU, ni PDU et un PLH à revoir. Marsactu publie les terribles résultats de l'autopsie…

Hotel Ville scandaleux

Les habitués de ce blog n'ignorent pas que Maryse Joissains ne fait jamais rien comme les autres. Et quand elle fait quelque chose, elle le fait mal. Marsactu publie aujourd'hui un article sur le mal profond qui frappe Aix. Pas de Plan local d'urbanisme, pas de Plan de déplacements urbains et Plan local de l'habitat en panne. Pour mener son enquête, le site m'a interrogé sur la (non) politique qui sévit à Aix et en Pays d'Aix au désespoir des habitants. Je vous laisse découvrir les résultats de l'autopsie…

logo marsactu new
http://www.marsactu.fr/politique/aix-en-provence-la-ville-qui-navait-pas-de-plan-30953.html

Posté par CASTRONOVO à 13:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 16 avril 2013

La scandaleuse promotion du chauffeur de Maryse Joissains !

Virtuose de la pratique du favoritisme, Maryse Joissains vient d'offrir une promotion taillée sur mesure à son chauffeur, en s'affranchissant une fois de plus du respect des règles et de l'éthique...

joissains alain sophie omar

L'information circulait déjà ici et là depuis quelques temps. J'en avais moi-même entendu parler de façon insistante. Connaissant bien la façon de fonctionner de Maryse Joissains dans certaines instances s'occupant du personnel de la mairie, j'ai pensé que cette info semblait plausible.
Hier, c'est le site Marsactu qui a tiré le premier en publiant un article sur le sujet après enquête minutieuse.
A dix mois de l'élection municipale, Maryse Joissains vient d'offrir à Omar Achouri, son chauffeur en titre depuis des années, une promotion en dehors de toute règle administrative en le faisant passer par-dessus la liste des candidats au poste mieux placés.
A l'origine, simple employé de catégorie C, ce chauffeur, préposé aux œuvres latérales politiques auprès du maire, a obtenu son élévation en catégorie A au grade d'attaché territorial, bénéficiant de la sorte d'un bond de son indice salarial de 50%.
Comme le rappelle Marsactu, cette personne officiait également jusqu'en 2012 comme attaché parlementaire de Joissains. L'ex-députée ayant raté sa réélection, il fallait bien trouver à son auxiliaire à tout faire une autre source de compensation pour la perte de ses indemnités. Tour de passe-passe donc, et c'est la mairie qui paiera la différence grâce à la promotion par voie interne dudit chauffeur.
La commission administrative paritaire qui a validé la décision est normalement composée de représentants de l'administration municipale et d'élus à part égale avec des représentants des syndicats. Depuis que Maryse Joissains est maire, tout y verrouillé et la CAP fonctionne comme une chambre d'enregistrement quelle que soit la décision à valider, chacun y ayant un intérêt bien compris fait d'arrangements réciproques.
Pour mémoire, en 2005, comme je l'ai plusieurs fois raconté ici, le précédent directeur des ressources humaines avait été liciencié par Maryse Joissains, selon ses dires, pour "perte de confiance". C'était évidemment un énorme mensonge. En réalité, ce DRH avait refusé à plusieurs reprises de se soumettre aux injonctions politiques non conformes aux lois de fonction publique territoriale. Ce fonctionnaire avait saisi la justice pour licenciement abusif. Il a gagné toutes les manches jusqu'au Conseil d'Etat qui a obligé la mairie à lui payer la reconstitution financière de sa carrière. Ce précédent, le droit rien que le droit, aurait dû servir de leçon à Maryse Joissains. Et bien, non. 
Avec cette affaire de promotion complaisante de son chauffeur, Maryse Joissains n'en est donc pas à son premier diktat de favoritisme. Les lecteurs de ce blog savent, par exemple, quelle longue bataille je mène en justice contre ce même système ourdi et mis en place par Maryse Joissains qui avait recruté dès sa première élection son directeur de cabinet, Alain Joissains, sur des bases excessives illégales de rémunération.
En cette période de débat intense sur la nécessité de transparence de la vie politique et sur l'exigence de respect des lois, voilà une nouvelle manifestation du cynisme de Maryse Joissains qui devra faire réfléchir les électeurs en 2014.

Définition du statut d'attaché territorial

Un attaché territorial est un agent statutaire de la fonction publique territoriale, appartenant à un cadre d'emplois de catégorie A de même nom et comprenant les grades d'attaché territorial, d'attaché territorial principal et de directeur territorial. Il exerce ses missions au sein d'une collectivité territoriale (commune, conseil général, conseil régional) ou dans l'un de ses établissements ; il est appelé à y assurer des responsabilités dans des secteurs très divers, notamment ceux de l’administration générale (ressources humaines, finances, marchés publics...), de l’action sanitaire et sociale, de l’informatique, de l’animation.

logo marsactu newL'excellent article de Marsactu
"La promotion turbo du chauffeur de Maryse Joissains" :
http://www.marsactu.fr/politique/la-promotion-turbo-du-chauffeur-de-maryse-joissains-30901.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [24] - Permalien [#]