samedi 18 janvier 2014

Appel à souscription pour aider à sauver le Montaiguet

C'est volontiers que je relaie cet appel urgent à souscription des Amis du Montaiguet pour les aider à poursuivre leurs actions en justice contre les risques de saccage... 

montaiguet pont de l'arc les bornes

MONTAIGUET EN DANGER !
Sauvons la qualité de vie du Pont de l’Arc jusqu’à Luynes


APPEL A SOUSCRIPTION

L’association Les Amis du Montaiguet et du Pont de l’Arc a été créée en 2008 par des citoyens indépendants. Convaincus de la nécessité de préserver ce massif et la coupure verte entre Aix et Luynes, ils se mobilisent pour sauver ce véritable poumon pour une ville au bord de l’asphyxie. Le dernier Conseil municipal du 18 novembre 2013 énonce fièrement que "le calibrage du futur Plan Local d’Urbanisme (toujours en cours d’élaboration) s’est fait selon un principe d’équilibre, notamment entre le développement urbain et les espaces naturels et agricoles. Cette ambition se traduit très concrètement par le fait de maintenir les ¾ de la commune en espaces agricoles ou naturels".
Notre association voudrait que de telles déclarations "se traduisent très concrètement" pour le Montaiguet et la coupure verte entre Aix et Luynes ! Nous sommes d’accord… Alors, pourquoi nous battons-nous ?
Parce que nous étudions les dossiers, les décisions, la réalité, et que nous voyons se dessiner tout le contraire, en l’absence de véritable PLU et de vision d’ensemble.
Voilà pourquoi, depuis 5 ans, nous avons alerté les Aixois sur :
- la menace de mitage des espaces naturels et agricoles,
- les projets, sans vision d’ensemble, conduisant à une urbanisation incontrôlée,
- l’aggravation exponentielle de la circulation pour l’ensemble du quartier du Pont de l’Arc, de la RD8N et de Luynes,
- la perte de la qualité de vie que cela implique pour les habitants des quartiers sud, du Pont de l’Arc jusqu’à Luynes… mais aussi pour tous les amoureux des paysages aixois.
Mais nous ne nous contentons pas de paroles.
Nous sommes passés aux actes en assumant ce combat devant les tribunaux.
Nous avons attaqué devant le Tribunal la révision de POS (Plan d’Occupation des Sols) des Bornes, où est projetée la construction d'une mégaclinique, car elle est entachée de nombreuses irrégularités.
Cela entraînerait inéluctablement - en dépit des allégations officielles - l’urbanisation de tout le secteur (bétonnage, voiries nouvelles, circulation impossible, destruction de terres agricoles en zone AOC Palette, pollution accrue…).
Nous nous battons depuis ces cinq années, sans aucune subvention.
Nous avons résisté aux séductions... et aux intimidations (assignations réclamant des dommages et intérêts démentiels aux requérants).
Confiants dans le bien-fondé de notre cause, nous poursuivons notre action devant le Conseil d’Etat. Mais cela coûte très cher.
Nous savons que l’issue de ce combat est emblématique. Alors, va-t-on donner droit au recours de citoyens bénévoles voulant préserver un environnement naturel, face à l’administration et à des intérêts privés aux moyens financiers considérables ?
Aidez-nous pour :
- défendre la qualité de vie que vous aimez,
- préserver l’équilibre entre vie citadine et campagne provençale,
- exiger que soit vraiment respecté ce qui vous attache, de manière unique, à la ville d’Aix.
Souscrivez !
Par chèque à : Amis du Montaiguet et du Pont de l’Arc, Les Ecureuils, 1209 avenue Fortuné Ferrini, 13090 Aix-en-Provence (Un reçu vous sera adressé.) Contact : 04.42.27.43.40
Toute contribution, de la plus généreuse à la plus modeste, sera consacrée à nos frais juridiques.

montaiguet aix massifs

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

jeudi 16 janvier 2014

Maryse Joissains convoquée par le juge Rivet le 31 janvier

Après la garde à vue de décembre, une autre épreuve attend Maryse Joissains. Cette fois, elle est convoquée par le juge Rivet en personne le 31 janvier. Quel suspense ! 

joissains convocation devant le juge blog MJM

"Si le juge a pris la décision de me laisser partir sans aucune charge, je ne vois pas pourquoi il changerait d'avis." Ça, c'était avant. Ou, plus exactement, les 26 et 27 décembre, en réaction à sa garde à vue. Or, avant-hier, le 14 janvier, Maryse Joissains a décidé de prendre les devants en annonçant elle-même sur son blog de campagne qu'elle était bel et bien convoquée par le juge Marc Rivet le 31 janvier, s'étonnant que la convocation soit arrivée à la mairie et non pas à son domicile.
Précisons-le tout de suite, avoir à se présenter devant un juge ne veut pas dire obligatoirement risquer une mise en examen. Mais, si, comme le dit Maryse Joissains, "ce dossier se déglonfle comme une baudruche, je sors sans inculpation", le juge doit sans doute avoir encore quelques questions à lui poser sinon des éclaircissements à lui demander.
Encore une fois, c'est la règle dans une procédure qui fait suite à l'ouverture d'une information judiciaire. Et cela n'est pas forcément le signe que la personne entendue sera mise en cause, même s'il est des cas où, après audition par les enquêteurs de la police judiciaire, l'affaire trouve une conclusion immédiate écartant ainsi toute poursuite.
Il n'empêche. On ne peut que s'interroger sur ce besoin du juge d'approfondir les tenants et les aboutissants du dossier concernant Maryse Joissains.
Cette dernière a publié un long billet étalant un ensemble de détails sur ce qui lui est reproché et ses multiples explications pour justifier les circonstances et la clarté des décisions afférentes aux quatre dossiers qui lui ont valu d'être placée en garde à vue. Pour la première fois, les Aixois en apprennent un peu plus sur le déroulement des faits, en tout cas, tels que Maryse Joissains a tenu à les développer.
La justice a-t-elle une autre vision des choses ? Nul ne le sait. Sauf si l'on s'en tient au fait que l'information initiale a été ouverte pour "trafic d'influence et détournement de fonds publics". Et que c'est peut-être ce qui a pu pousser le juge à formuler une autre interprétation ou, dans le cas contraire, à vérifier s'il pouvait se satisfaire des dires de Maryse Joissains.

joissains canard 15

Toujours est-il que la maire d'Aix et présidente de la Communauté du Pays d'Aix continue d'affirmer et de répéter, comme l'a rapporté Le Figaro du 10 janvier dans un article intitulé "la maire sortante est minée par les affaires et les dissidences", qu'on l'aurait prise pour cible : "à quelques semaines des municipales, ça sent le montage politique à plein nez !"
Et d'accuser en vrac sur son blog, "c'est le fruit d'une vengeance", d'un anonyme mais aussi de son ancien directeur général des services de la CPA, dont elle livre le nom, qu'elle a licencié, de ses adversaires politiques et de deux candidats au moins, non nommés, qui auraient "annoncé qu'une bombe allait faire exploser Joissains".
Mais la phrase la plus inquiétante et même la plus grave est assurément celle-ci : "Seul un parti pris, contre un élu de la république, pourrait justifier la poursuite d’une procédure initiée par un plaignant anonyme (les méthodes de Vichy) et les déclarations d’un ancien contractuel de la CPA". Ce qui sous-entendrait que, selon Maryse Joissains, la justice serait partiale à son égard et, qui sait, aux ordres politiques pour lui porter préjudice.
Maryse Joissains veut se défendre et se battre, c'est son droit. Mais arguer, comme elle l'assure dans Le Figaro, qu'elle serait une cible parce "je suis la seule à avoir les compétences pour gérer cette ville dans la rigueur et la probité", c'est à l'évidence un argument peu susceptible de tenir la route juridiquement parlant. Quant à ses accents pathétiques d'auto-célébration, une chose paraît sûre : les urnes parleront bientôt.
D'ici fin janvier, a-t-elle ajouté, "j'attends avec sérénité la convocation du juge". Souhaitons-le lui. Mais, selon ce que sera l'issue de ce rendez-vous marseillais, peut-être a-t-elle déjà envisagé d'aller, comme elle l'a souvent fait pour des causes perdues, manifester bruyamment ceinte de son écharpe sous les fenêtres du juge…

Le billet de Maryse Joissains sur son blog le 14 janvier (publicité gratuite) :
http://marysejoissains.com/aix-en-provence/municipales/une-garde-a-vue-sur-des-faits-non-reprochables/

"Les bûches du Canard enchaîné à Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/26/28740888.html
"Ma réaction à la radio sur la garde à vue de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/30/28792679.html
"Le Canard enchaîné pilonne encore Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2014/01/06/28873013.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 13 janvier 2014

Les petites combines d'Alexandre Guérini et d'Henri Proglio

Encore des relents de poubelles. Les protagonistes de cette affaire s'appellent Henri Proglio et Alexandre Guérini que le juge Duchaine soupçonne de combines entre amis

guerini canard 8

Les relents dont il est question ici proviennent encore et encore des collectes des poubelles qui se sont transformées en collectes d'argent pas très propre.
Les informations détaillées produites par Le Canard enchaîné de mercredi dernier, appuyées et développées aussi par le site Backchich, indiquent que le juge Charles Duchaine n'en a pas fini de soulever méthodiquement un à un les couvercles posés par des margoulins pour escamoter les pestilences de leurs combines réciproques.
Dans cette affaire, revient derechef le nom de Guérini, Alexandre. Mais aussi, tiens donc, celui d'Henri Proglio, un homme haut placé, une sorte de protecteur bienfaiteur du précédent.
Avec l'obstination qu'on lui connaît, le juge effectue sans prendre de gants mais avec un masque sur le nez un tri, pour le coup pas sélectif celui-là, dans des amoncellements d'immondices et poursuit inlassablement tel un archéologue chevronné et patient ses fouilles en profondeur pour exhumer le maximum de déchets douteux ensevelis.
Franchement, ce bonhomme ne mérite-t-il pas toute notre admiration républicaine pour la tâche de longue (mauvaise) haleine à laquelle il s'est attelé ? Une tâche salutaire qui vise à rassembler les preuves concordantes et confondantes de magouilles et à désinfecter un ensemble organisé de pratiques frauduleuses et scandaleuses qui ont amené certains protagonistes à conclure de petits et souvent de gros arrangements entre "amis" pour gonfler leurs comptes.
L'argent n'a pas d'odeur, dit-on. Peut-être. Mais les ordures oui.

guerini canard 8guerini canard 8

logo bakchich

http://www.bakchich.info/societe/2014/01/09/proglio-guerini-ou-la-generosite-bien-ordonnee-63018

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 6 janvier 2014

Le Canard enchaîné pilonne encore une fois Maryse Joissains

Depuis sa sortie très spectaculaire de garde à vue, Maryse Joissains accuse tout le monde, oubliant qu'elle est elle-même à l'origine de ses propres déboires...  

joissains et ses mouchoirs

Non, et encore mille fois non, contrairement à tout ce que prétend Maryse Joissains, ses multiples déboires ne sont pas un coup politique en forme de complot monté de toutes pièces contre elle à l'approche de l'élection municipale.
Par exemple, au sujet du contrat illégal annulé d'Alain Joissains, on ne peut pas dire que la date a été calculée puisque mon action en justice a été entamée en 2005 !
Pour la convocation à la brigade financière de Marseille et la garde à vue de Maryse Joissains, la logique s'impose là aussi d'elle-même. C'est la promotion de son chauffeur décidée par elle en juin dernier qui a déclenché l'information judiciaire. En conséquence, la maire d'Aix et présidente de la Communauté du Pays d'Aix n'a qu'à s'en prendre à elle-même.
Or, elle, qui se plaint en geignant que sa garde à vue ait pu être divulguée et reprise par tous les médias avant son arrivée sur place, se permet toutes les outrances : "Tout le monde m'a mis un couteau dans le dos".
Et d'accuser en vrac, et sans la moindre preuve, une chaîne de télévision, le gouvernement, un élu de son camp, mais aussi "La personne qui a fait la dénonciation anonyme ne peut être qu'un de mes adversaires politiques. Ils sont tous supects d'avoir rédigé cette lettre anonyme pour m'éliminer, je vais aller sur le terrain, je vais tous les démolir".
Et d'y aller de ses déclarations ahurissantes : "Cela me rappelle l'Occupation", rien que ça ! Et "Il serait bon qu'on se penche sur le salaire de tous les hauts-fonctionnaires...", Dans ce cas, est-ce que cela inclurait également la rémunération abusive d'Alain Joissains ?
Le Canard enchaîné s'est emparé avec joie de l'affaire et vient de produire un deuxième article. Est-ce l'amorce d'un feuilleton hebdomadaire calqué sur celui de la famille Balkany ?

"C'est ma mise à mort, cela me rappelle l'Occupation" :
http://www.laprovence.com/article/actualites/2684051/maryse-joissains-en-garde-a-vue-a-leveche.html

joissains brigade canard 31

joissains ravi janvier 2014

Article intéressant sur les déconvenues du nouveau Conservatoire de musique :
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/01/03/les-mauvais-plis-du-conservatoire-d-aix-en-provence_4342511_3246.html

"Ça remue chez Joissains au sujet des étranges promotions" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/23/28723730.html
"Les bûches de Noël du Canard enchaîné à Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/26/28740888.html
"Ma réaction à la radio sur la garde à vue de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/30/28792679.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 30 décembre 2013

Ma réaction à la radio sur la garde à vue de Maryse Joissains

France Bleu Provence m'a invité dans ses studios pour recueillir mon avis suite à la garde à vue de Maryse Joissains. L'interview a été diffusée dès dimanche matin...

LAC 24

Mon interview enregistrée vendredi après-midi dans les studios de France Bleu Provence devait passer dans le journal de ce lundi matin mais la station en a anticipé la diffusion dès dimanche.
J'avais été contacté par le journaliste Laurent Grolée pour réagir à la nouvelle de la convocation et de la garde à vue de Maryse Joissains à la brigade financière de Marseille.
La radio régionale souhaitait recueillir mon avis sur les méthodes de gestion de la mairie. L'entretien hors antenne a duré près d'une demi-heure dont une partie enregistrée d'environ six minutes, libre ensuite au journaliste d'en sélectionner le passage lui paraissant être le plus significatif.
Pour être plus complet sur la teneur de l'entretien, j'indique que j'ai aussi évoqué les multiples facettes de la longue histoire politique de la famille Joissains à Aix avec les déboires judiciaires d'Alain Joissains lorsqu'il était maire dans les années 80 et l'annulation récente de son contrat abusif et illégal de directeur de cabinet. Mais aussi la série inédite par le nombre impressionnant de personnes souvent recrutées par Maryse Joissains elle-même d'abord présentées comme de grands professionnels aux vertus exceptionnelles puis placardisées ou carrément virées sans ménagements dans divers services ou directions des administrations municipale, para-municipale et communautaire. Sans oublier tous les coûteux procès perdus, tous les gros dossiers foireux, ratés ou non aboutis. Et, comble suprême de l'inexcusable, l'inconvenant florilège des outrances verbales de Maryse Joissains qui ont mis à mal l'image de la Ville depuis plus de douze ans.
Je garde en réserve pour un prochain article mes commentaires sur les déclarations ahurissantes de Maryse Joissains commises à la chaîne et spectaculairement tant à sa sortie de garde à vue que lors de sa conférence de presse du lendemain.

Ecoutez les 30 premières secondes puis à partir de 2'45".

Le script de l'interview

Laurent Grolée : La maire d'Aix-en-Provence soupçonnée de clientélisme…
Anaïs Crouzet : Maryse Joissains placée en garde à vue jeudi. La justice reproche à l'élue UMP d'avoir promu son ancien chauffeur au plus haut grade de la fonction publique et d'avoir fait embaucher les enfants de ce dernier dans des services de la municipalité ou de la Communauté du Pays d'Aix. Aucune charge n'a été retenue contre elle, ce qui lui fait dire qu'elle n'a ni violé ni enfreint aucune règle, aucune loi. Mais à trois mois des élections municipales, cet épisode judiciaire soulève une nouvelle fois la question de la collusion potentielle entre un mandat d'élu et des intérêts particuliers. Pour Alexandre Castronovo, ancien conseiller municipal aixois, Maryse Joissains privilégie une gestion familiale de la politique. Il répond à Laurent Grolée…
Lucien-Alexandre Castronovo : Il y a une réunion familiale autour d'elle et elle défend ces intérêts-là, puis elle l'élargit à un cercle d'amis. C'est le mari, c'est la fille, c'est les gens très proches qui sont dans sa vie courante. Maintenant, on parle du chauffeur. Mais il y a également sa petite-fille. Voilà, c'est ça la réunion qu'il y a autour d'elle. Moi je parle de favoritisme, c'est-à-dire qu'elle a un regard plus sentimental, plus personnel, plus amical vis-à-vis d'un certain nombre de personnes qui sont autour d'elle. Le clentélisme, ça veut dire que l'on place des gens pour de la rémunération. Alors il y a de ça mais en même temps c'est fait d'abord avec du sentiment et ensuite il y a effectivement la situation réelle qu'on découvre qui est qu'une personne a bénéficié d'un service, a bénéficié d'une aide, d'un soutien, d'un appui, tout ce qu'on veut.
Anaïs Crouzet : Alexandre Castronovo engagé sur la liste socialiste d'Edouard Baldo à Aix-en-Provence.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 26 décembre 2013

Les bûches de Noël du Canard enchaîné à Maryse Joissains

Le Canard enchaîné envoie des bûches de Noël à Maryse Joissains. La maire d'Aix est convoquée par la police judiciaire. Maintenant, la hotte est pleine...

joissains LAC et le Canard

Actualisation 19h00 : Maryse Joissains est sortie de sa garde à vue (voir plus bas)
Actualisation 12h00 : Maryse Joissains en garde à vue (voir plus bas)

Cela aurait pu ne pas casser trois pattes à un caneton. Mais là, il semble que ce soit du lourd. Il y avait bien une rumeur qui circulait dans ce sens. Et voilà qu'à quelques heures du réveillon, Le Canard enchaîné envoie ses bûches et y va de son gros scoop.
Maryse Joissains serait convoquée dans les prochains jours au siège de la police judiciaire.
Le contexte est celui du clientélisme, alimenté par la surprenante promotion de son chauffeur et les révélations faites par une séquence du magazine Envoyé spécial de France 2 sur les passe-droits et les arrangements divers en famille et entre amis.
Vient donc s'ajouter maintenant le cas d'un jeune homme dont le patronyme n'est pas tout à fait inconnu en mairie, et pour cause.
Au passage, ce qui me réjouit, l'hebdomadaire satirique cite également l'affaire du contrat illégal d'Alain Joissains. Cette fois-ci, on peut presqu'affirmer que la hotte est pleine… de jouets cassés.
D'un autre côté, dans son style inimitable, c'est Jean-Claude Gaudin qui vole dans les plumes de Maryse Joissains en s'en prenant à ses déclarations au sujet de la Métropole.
Que de cadeaux en même temps !
Acualisation 19h00 : Gueule en farine
Maryse Joissains est sortie de garde à vue en fin d'après-midi. Elle est en colère et annonce qu'elle ne va pas se laisser faire. Et bien, on va suivre tout ça.
Actualisation 12h00 : 
Gueule de bois
C'est donc confirmé. Depuis ce matin, Maryse Joissains se trouve dans les locaux de la brigade financière à l'hôtel de police de Marseille. Elle fait l'objet d'une garde à vue. (source : France 3 Provence-Alpes)

joissains canard 24

Jean-Claude Gaudin : Maryse Joissains devrait m'embrasser !

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

lundi 23 décembre 2013

Ça remue chez Joissains au sujet des étranges promotions

Descente de la brigade financière dans les services ressources humaines à la mairie et à la CPA, recours en justice contre la promotion du chauffeur de Maryse Joissains, ça remue...

joissains omar arrêtés CM 17 décembre 2013

Cela mérite d'être noté. Il y a au moins une personne qui a eu le courage de contester par voie juridique la surprenante promotion il y a six mois du chauffeur de Maryse Joissains. Il s'agit d'un représentant syndical SDU-FSU qui siège à la commission administrative paritaire à la mairie d'Aix mais qui a engagé une procédure en son nom propre.
Dans la liste des arrêtés pris par Maryse Joissains et présentée pour information à la séance du conseil municipal du mardi 17 décembre, on apprend que la Ville veut se défendre dans l'instance l'opposant à Alain Capus.
On sait par ailleurs que la brigade financière a effectué au moins deux descentes à Aix, en juin et en octobre, car elle s'intéresse de près aux ressources humaines et aux mouvements concernant une dizaine d'employés qui ont pu avoir lieu tant dans les services de la Ville que dans ceux de la Communauté du Pays d'Aix. La gestion de certains personnels suscite en effet depuis un bon moment nombre d'interrogations dont le magazine Envoyé spécial de France 2 s'est fait l'écho il y a un mois.
"On veut m'assassiner", avait lancé Maryse Joissains. Mais non, mais non. Ce n'est pas un crime de recourir aux juridictions qui ont pour rôle de vérifier si des manquements au droit ont pu être commis.
Preuve s'il en est, c'est ce que j'ai moi-même entrepris dans l'affaire du contrat illégal annulé de directeur de cabinet d'Alain Joissains alors que Maryse Joissains prétendait aussi que toutes les dispositions légales avait été parfaitement respectées lors de l'établissement dudit contrat.
On ne s'étonnera donc pas que je me réjouisse pleinement de constater que d'autres citoyens ne s'en laissent pas conter non plus et agissent en conséquence.

L'arrêté de promotion du chauffeur de Maryse Joissains
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

"La scandaleuse promotion du chauffeur de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/04/16/26936233.html

"Envoyé spécial : Dix minutes qui font mal à Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/11/22/28486707.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mardi 17 décembre 2013

Les marchés du centre-ville cherchent encore leur juste place !

La question des marchés du centre-ville n'est toujours pas résolue. Et les chalets de Noël n'y aident pas. Depuis douze ans, les forains se sentent bafoués par la mairie...

marché cours 19 octobre 2013 004

Comme chaque année, cette période de fêtes amène des milliers de promeneurs, et d'acheteurs, dans nos rues centrales. Raison de plus pour s'interroger encore une fois sur le fonctionnement chaotique de ce commerce en plein air. Je sais bien, on ne peut pas toujours décider ce que l'on veut. Mais il faut au moins essayer pour décider ce que l'on peut.
Voilà plus de dix ans que les marchés du centre-ville sont contraints à un nomadisme mettant en péril des emplois des forains qui, dans le froid, sous le vent ou la pluie, assument avec courage d'animer places et rues pour le plus grand bonheur des clients et des touristes.
Et comment les a-t-on traités jusqu'à aujourd'hui ? Avec mépris ! Sans les écouter vraiment. Les obligeant à manifester périodiquement leur mécontentement. Bien sûr, il existe des contraintes : les grands procès au palais de justice, les mesures de sécurité imposées par la loi, la nécessaire cohabitation avec les commerces traditionnels et les multiples manifestations événementielles en tous genres, et la répartition des places des stands dans les divers lieux possibles jusqu'au cours Mirabeau.
Or, ces déménagements successifs et perpétuels ont pour conséquence de casser les habitudes et de désorienter la clientèle qui finit par délaisser ces marchés si chers à nos cœurs. 
On a encore en mémoire les coups de colère et de désespoir qui ont amené les forains à barrer le cours et à ne pas déballer leurs marchandises pour protester contre leurs pertes de revenus. La presse s'en fait régulièrement l'écho.

marche textile aix

J'en ai rencontrés quelques-uns. J'ai pris le temps de discuter avec eux. Tous sont plein de bonne volonté. Leur exigence, m'ont-ils dit, est d'abord celle d'être reçus en mairie comme des citoyens à part entière, représentatifs d'un métier qui concourt à l'économie locale, pas d'être promenés comme des moins que rien. Lorsqu'ils obtiennent un rendez-vous, ajoutent-ils, c'est souvent sans le maire, et donc quasiment toujours sans solution acceptable pour eux.
Est-il si difficile de convoquer une table ronde avec tous les partenaires concernés ? Pourquoi ces volte-face de la mairie, pourquoi ces retours en arrière qui invalident des situations chaque fois remises en question ? Pourquoi cette dispersion géographique qui scinde et éloigne les uns des autres les divers types de marché ? N'est-il pas possible une fois pour toutes de s'accorder sur une solution où chacun y met du sien et où tout le monde y gagne ?
On le voit bien, chaque année, au moment des fêtes, avec l'occupation permanente du cours par les chalets, le problème connaît un regain d'acuité qui exacerbe les dissensions.
Pour finir, une remarque personnelle à propos des chalets. Nul ne contestera que leur présence crée une atmosphère attractive, même si je déplore une ambiance malheureusement plus proche de celle d'une grosse fête foraine que de celle d'un fin spectacle féerique. Mais, que l'on ne s'y méprenne pas, loin de moi l'idée de vouloir leur suppression.
En revanche, si, comme j'en ai fait l'expérience, vous vous êtes vous aussi enquis, ne serait-ce que pour étancher une simple curiosité primitive, d'aller flâner de baraque en baraque le long du cours pour tenter d'y dénicher quelques authentiques produits de Provence, vous avez sûrement vous aussi remarqué, partout, sur, sous, devant et derrière les étals, les abondants dépotoirs de brimborions de mauvais goût et autres décharges garnies de mille foutaises ou chinoiseries aussi infâmes qu'inutiles, adjugés à l'arnaque souriante, mais sans honte ni gêne aucune et parfois au prix fort. Pauvre charte de qualité !

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)

marché antiquaires prov 9

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

vendredi 13 décembre 2013

Friture à l'huile bouillante de Joissains contre Genzana & Co

Maryse Joissains traite Bruno Genzana et le beau-fils de Jean Chorro d'incompétents et de nuls. Et tout ça dans un langage poissard à souhait...

joissains maryse - Copie - Copie - Copie

(Clic sur l'image pour agrandir)

Je ne peux même pas vous en faire une petite devinette puisque le titre a déjà annoncé les gros bouillons de la friture.
Tous les candidats à l'élection municipale ont été invités à s'exprimer individuellement devant les caméras de la télé Anonymal dont les studios sont au Jas de Bouffan. L'initiative est louable et belle parce qu'elle est citoyenne et impartiale.
Chacun s'est ainsi vu offrir en toute liberté un format d'une vingtaine de minutes d'écran. Une candidate s'est contentée de 15 minutes, deux candidats ont tenu la durée allouée, un a atteint 25 minutes et deux candidates ont dépassé 30 minutes.
Dans sa sagesse, l'équipe d'Anonymal a cependant considéré qu'il ne fallait pas faire de coupes et a diffusé l'intégralité de chaque interview sur un principe d'égalité de traitement, les questions, une dizaine, étant pratiquement identiques et dans le même ordre pour tous.
Pourquoi vous raconté-je cela ?
Un, j'ai visionné toutes les vidéos sans exception. Mais, je dois avouer que ma curiosité n'a pas été sans souffrance. Enfin, vous l'avez compris, je dirais surtout à cause d'une.
Deux, le franc-parler de Maryse Joissains est certes bien connu de tous. Avec elle, on sait à quoi s'attendre, alors qu'il n'est pas interdit de dire les choses avec élégance et surtout sans vulgarité. Or, une fois encore, elle a été la seule personne à avoir usé d'un vocabulaire disons relâché, notamment lorsqu'elle a évoqué un de ses anciens adjoints, Bruno Genzana, désormais candidat sur son propre nom, et un membre proche de la famille de son premier adjoint, Jean Chorro, dont elle dit qu'il voulait le lui imposer précisément comme le prochain premier adjoint.
Pour vous en rendre témoin, j'ai re-visionné la vidéo en notant textuellement quelques-unes de ses paroles poissardes qui possèdent tous les stigmates pour ne pas déparer dans la tonitruante et pathétique collection accumulée depuis bientôt 13 ans. Les voici :
"Bruno Genzana est nul, nul, nul ! Pour moi, ce n'est pas quelqu'un de compétent du tout, il n'a absolument pas la compétence de gérer une ville, ni rien d'autre d'ailleurs. Il a trahi souvent."
"Le beau-fils de Jean Chorro n'a pas de qualités particulières, d'abord, il n'a pas de qualités humaines, sauf si aujourd'hui il sourit à tout le monde, ah aujourd'hui j'embrasse tout, il sourit à tout le monde, bientôt il y en a un qui va embrasser le cul d'un singe, c'est lamentable. Ceux qui n'ont pas de compétences particulières, je ne vois pas ce qu'ils viendraient foutre dans ma liste."
Au premier tour de mars prochain, on ne devrait pas manquer de bien s'amuser, surtout si les deux candidats font alliance et déclarent, la main sur le cœur, puis dans les bras l'un de l'autre, qu'ils sont après tout de la même famille politique, que leurs projets sont finalement compatibles et que les électeurs peuvent bien leur faire aveuglément confiance encore un mandat puisque la répulsion réciproque de ces vrais grands amis d'avant-hier devenus véritables grands ennemis d'hier a soudainement viré à l'histoire d'amour. Oh, le beau conte défait !

logo anonymal tv

Le site d'Anonymal, c'est ici :
http://www.anonymal.tv/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

vendredi 6 décembre 2013

Contrat annulé de Joissains : J'ai reçu ça du Conseil d'Etat…

Le Conseil d'Etat m'informe du pourvoi de Maryse Joissains qui conteste ma victoire en appel annulant le contrat illégal d'Alain Joissains. Ça risque de chauffer pour eux !

conseil d'état image

Je l'attendais. Je m'y attendais. C'est arrivé. Hier, j'ai reçu la lettre du Conseil d'Etat m'informant officiellement sur "l'existence d'un pourvoi en cassation" émanant conjointement de la Ville d'Aix-en-Provence et d'Alain Joissains dans l'affaire du contrat que j'ai fait annuler.
Je l'ai expliqué dans mon article de lundi, à ce stade, le Conseil d'Etat ne peut aller au-delà du rappel du déroulement de la procédure, et en premier lieu l'examen minutieux de la recevabilité du recours formulé par Maryse Joissains et autorisé par un vote du conseil municipal.
D'ici peu, nous saurons donc s'il y a admission ou pas.
Pour ma part, j'ai encore en réserve quelques autres voies implacables pour me faire entendre. Mais, en l'état du dossier, je n'entrevois pour l'instant aucune raison juridiquement fondée pour que la contestation de l'arrêt rendu le 17 octobre par la Cour administrative d'appel de Marseille en ma faveur puisse prospérer plus avant.
Je pense que cette dernière requête de Maryse et d'Alain Joissains à quelques mois de l'élection municipale est surtout la marque d'un entêtement pathétique visant à camoufler encore un peu leurs arrangements avec la loi. Quoi qu'il en soit, j'invite tous les Aixois à se poser des questions sur la nature même du jeu auquel se livre le duo avec l'argent public, le nôtre.
Pour la suite, je vous tiendrai au courant.

CE 2 lettre CE 3

"Contrat annulé : Maryse et Alain Joissains au bord de la falaise" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/12/02/28565429.html

 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [4] - Permalien [#]