jeudi 2 août 2018

L'esprit et la lettre d'un jugement

Maryse Joissains a publié sur le site de la mairie un "message à la population" commentant en détail sa condamnation par le Tribunal correctionnel à un an de prison avec sursis et dix ans d'inéligibilité. En vertu de la loi sur le droit d'expression de l'opposition, nous avons demandé, et obtenu hier, de faire connaître dans les mêmes conditions de publication le point de vue de notre groupe Démocratie pour Aix. Explications...

DPA Réponse à MJM site mairie 1

Actualisation 5 août 15h00 : la presse en parle (voir plus bas)
On le sait, le 18 juillet, le Tribunal correctionnel de Montpellier a rendu son verdict à l'encontre de Maryse Joissains. S'attendant à sa condamnation, le matin même, elle a tenu une conférence de presse dans son bureau, entourée de nombre de ses élus, justifiant ses actes et annonçant qu'elle faisait appel.
Dans la foulée, le site internet de la mairie a publié un "message à la population" signé par la maire dans la rubrique "Ma mairie/Politique". Elle y rapporte les faits dans un style direct non sans en faire cependant une interprétation aussi unilatérale que personnelle.
Notre groupe Démocratie pour Aix aurait dû être contacté pour donner notre position. Cela n'a pas été le cas. Nous avons donc écrit en recommandé à Maryse Joissains, directrice de la publication, pour qu'elle se confome à la loi qui prévoit le même droit d'expression pour l'opposition. Nous avons exigé qu'il en soit ainsi sous huitaine sous peine de saisir la justice.
Ce mercredi après-midi, la mairie s'est exécutée avant même l'expiration du délai que nous avions fixé et a mis en ligne l'intégralité de notre texte à côté de celui de Maryse Joissains. Les Aixois peuvent donc savoir maintenant la teneur de notre opinion sur cette affaire qui a vu la maire d'Aix condamnée à un an de prison avec sursis et dix ans d'inéligibilité pour "détournement de fonds publics" et "prise illégale d’intérêt".
Après cette mise au point, il est temps de mettre mon blog en pause jusqu'en septembre et de souhaiter à mes lecteurs de profiter au mieux de leurs congés, dans l'attente des rendez-vous de la rentrée qui ne seront pas moins chauds. 

DPA réponse à MJM 23

DPA réponse à MJM site mairie 1

Nous avons aussi lancé un appel au Premier ministre...

DPA lettre EB à E 

"En attendant le verdict sur le sort de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/07/16/36562174.html
"La condamnation et l'honneur perdu de Maryse Joissains" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/07/24/36577768.html

Actualisation du 5 août
DPA Joissains correctionnelle marseillaise 3

DPA Joissains correctionnelle Prov 5

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 juillet 2018

La condamnation et l'honneur perdu de Maryse Joissains !

Maintenant, avec la lourde condamnation de Maryse Joissains, les Aixois doivent se poser des questions. Le système familial et clanique a été mis au jour et puni. De surcroît, la maire d'Aix est non seulement une mauvaise gestionnaire mais elle est devenue aussi la maire des riches et des triches. Faisons le point et prenons le temps de tout lire...

joissains correctionnelle ravi marsactu
(Merci au mensuel le Ravi)

joissains correctionnelle canard 25

A l'entendre, vous l'avez sans doute entendue, Maryse Joissains n'a rien fait de mal. Ce qu'on lui reproche ne serait que le fait d'un complot monté contre elle qu'elle affirme venir directement d'un prétendu cabinet noir de François Hollande ! Tiens, ça rappelle étrangement Sarkozy et Fillon… qui n'ont jamais pu apporter la moindre preuve. Non, les accusations dont elle est l'objet et qui lui ont valu finalement le 18 juillet un an de prison avec sursis et dix ans d'inéligibiilté sont parfaitement établies et relèvent de ses errements en tant que maire.
Lors de sa conférence de presse tenue le jour même, entourée d'une escouade de ses élus au visage endeuillé, elle n'a pas hésité à prendre un ton bravache pour revendiquer son innocence qu'elle dit pouvoir prouver en appel par sa relaxe pure et simple et à crâner en annonçant que rien ne la retiendra pour être de nouveau candidate. Il n'y a plus qu'à la croire. Peut-être un message adressé à ceux qui lui font allégeance aveuglément ou qui bénéficient de favoritisme ou de clientélisme.
Comme on dit familièrement, quand on est cuit, on n'est plus cru. Et je le dis comme je le pense : je ne trouve pas indécent de me réjouir parce que ce qui est indécent c'est d'avoir commis des actes passibles des tribunaux. Hélas pour elle, le gros arbre cache une immense forêt. La défense de Maryse Joissains est extraordinaire. Ses justifications sont en carton. La promotion de son chauffeur aurait été validée par les syndicats. Rien n'est plus faux. Ces derniers avaient seulement fait droit à son inscription sur la liste des employés promouvables. En aucun cas, il n'ont cautionné la décision de faire passer son chauffeur de la 43e place à la première, par favoritisme. C'est ce qu'avait établi le jugement du Tribunal administratitf qui avait annulé cette promotion et que le Conseil d'Etat a confirmé de manière cinglante.
Le recrutement d'une personne pour s'occuper des chats est aussi de son fait alors qu'il n'entrait pas dans les compétences de l'ex-Communauté d'agglomération de pourvoir à un tel poste. Belle défausse de sa part lorsque les faits la confondent !
Pour les Aixois, une autre question se pose. Qui va payer les frais d'avocats de Maryse Joissains ? A ma connaissance, aucune délibération du conseil municipal n'a été été présentée l'autorisant à bénéficier d'une prise en charge par le budget. Autre question : agit-elle encore en tant que maire, puisqu'elle est condamnée à ce titre, ou en tant que personne privée ? Mystère, qui sera à clarifier.
Mauvaise gestionnaire, Maryse Joissains est aussi la Maire des riches et des triches
Comme je ne cesse de le répéter désormais, le procès qui vient d'avoir lieu n'est pas un moment isolé. Les pratiques de la famille Joissains remontent à loin. J'ai été parmi les premiers lanceurs d'alerte en 2005 au sujet du contrat illégal annulé d'Alain Joissains. Un cas figure inédit à Aix qui a mis en cause deux maires, un ancien et l'actuelle qui avaient signé ensemble les arrêtés de nomination. Belle prise illégale d'intérêts ! Par pure plaisanterie, parce qu'il faut sourire de temps en temps, je dis qu'il faudra attendre au moins mille ans pour qu'un cas semblable puisse se reproduire !
La condamnation d'Alain Joissains lorsqu'il était maire entre 1978 et 1983 ainsi que l'affaire du contrat auraient pu leur servir d'exemple. Eh bien non, ils ont bel et bien récidivé. Cela montre qu'il s'agit bien d'un système de ce que je n'hésite pas à appeler un clan.
Au cours de sa conférence, pour tenter de se refaire un blason, Maryse Joissains a aussi répété que sa gestion de la mairie était excellente. Elle a même exhibé des diplômes sur son bureau pour illustrer ses propos. Tout le monde sait que ces gratifications sont faites pour flatter les égos des maires qui les prennent pour des trophées alors qu'ils ne sont qu'en chocolat. C'est un peu comme ces enseignes ou ces médias qui s'autoproclament tous numéro un de quelque chose face à la concurrence.
Dernière information en date, sentant les effets catastrophiques de sa condamnation, Maryse Joissains vient d'adresser deux messages très sauve-qui-peut, un aux personnels de la mairie se parant de blanches vertus ("très chers salariés") et un autre à la population affirmant vouloir continuer sa mission dans "le respect du contribuable et de l’argent public". Y a-t-il quelqu'un qui pourrait me prêter des mouchoirs ? 
Enfin, comment ne pas regarder de plus près quelques exemples du bilan de cette gestion qui dure depuis dix-sept ans ? 
Pour mémoire, 
* Aix ville de justice est devenue une ville de procès souvent perdus contre les syndicats lors du mouvement de intermittents, les SDF qui ne trouvent pas de places d'hébergement d'urgence, les personnels municipaux qui ne se plient pas aux ordres politiques, la presse (Le Nouvel Observateur) qui dénonce sa gestion de la Ville en 2007, l'annulation du contrat d'Alain Joissains pour dépassement de salaires, 475.778 euros au lieu de 307.972 euros, soit un bonus de 167.806€ (35,27% de trop).
* Une gestion familiale et clanique aggravée avec la promotion ahurissante du chauffeur en catégorie A, le recrutement des enfants du chauffeur et d'amis personnels, une lettre de Maryse Joissains sur papier à en-tête de la Ville aux élus de sa majorité pour soutenir une action privée de sa petite-fille, gratuité de location de salle (soit 5735 euros HT) accordée à Martine Vassal pour sa tournée de propagande politique à l'occasion du bilan de ses trois ans à la tête du département.
* OPAC Pays d'Aix Habitat : en 17 ans, Maryse Joissains a recruté pas moins de sept directeurs en en ayant licencié successivement six, une gestion catastrophique épinglée par la Mission interministérielle d'inspection du logement social (Miilos)) et l'obligation de rembourser 3,2M€ aux locataires au titre d'un trop perçu de charges, une insuffisance de construction de logements sociaux, pénalité de 1,1 M€ par an.
* Fiasco des V'hello : installation du système obligeant la Ville à payer une redevance à la société JCDecaux alors que dans toutes les autres communes c'est la société qui leur en verse une. Résultat : disparition des vélos par rupture unilatérale du contrat par la Ville et obligation de verser à JCDecaux 1,9M€.
* Surcoûts pour Aix en bus : mise en place du nouveau réseau de transports en commun suite au changement de délégataire qui a provoqué la colère des usagers qui n'ont pas supporté de voir leur réseau de lignes, d'arrêts, d'horaires et de fréquences complètement désorganisé et inadapté. Ce n'est qu'après coup et dans l'urgence que Maryse Joissains a tenté de consulter la population et les CIQ pour apporter des retouches. Réseau qui, à l'heure actuelle, n'est pas encore satisfaisant. Le surcoût des dysfonctionnements 28M€ a été contesté par un citoyen qui fait annuler par le Tribunal administratif cette compensation illégale qui aurait dû bénéficier à Keolis.
* Des coups politiques et des choix hasardeux : tentative avortée de vente des parkings publics aixois pour 65M€, tentative avortée de vente de l'Office Pays d'Aix Habitat à la Sacogiva pour 38M€, rapport sévère de la Chambre régionale des comptes en 2017 sur les "errements" de la Ville (Caumont, Office de tourisme, gestion des personnels municipaux), annulation de la part gratuite de l'eau fournie depuis plusieurs décennies par le Canal de Provence.
Moralité : il faudra bien qu'un jour ou l'autre on s'attaque à assainir cette mairie de fond en comble.

En attendant le verdict sur le sort de Maryse Joissains :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/07/16/36562174.html

Revue de presse

Joissains correctionnelle condamnée prov 19Joissains correctionnelle condamnée prov 19Joissains correctionnelle condamnée prov 19Joissains correctionnelle condamnée prov 19

joissains correctionnelle condamnation conf DPA prov 20joissains correctionnelle condamnation conf DPA prov 20DPA lettre EB à Ejoissains correctionnelle MJM réagit prov 21

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 16 juillet 2018

En attendant le verdict de mercredi sur le sort de Maryse Joissains...

Le verdict du procès de Maryse Joissains sera connu mercredi. Et c'est dans ce contexte inédit que se tient aujourd'hui la dernière séance du conseil municipal avant la pause estivale. Pour patienter, j'ai pensé utile de regrouper quelques informations qui en disent suffisamment long sur les manquements aux lois perpétrés depuis près de quarante ans par la famille régnante. Je vous invite à lire jusqu'au bout pour découvrir les ultimes surprises. Cela vaut le coup...
Ne pas rater non plus mon nouvel article très prochainement.

Joissains ravi de platre 119 - Copie

Est-ce fait exprès ou non ? La dernière séance du conseil municipal avant la pause estivale a lieu aujourd'hui, à deux jours du verdict qui sanctionnera Maryse Joissains. Le conseil avait initialement été fixé au 20 juillet. Il a été avancé de quatre jours. Je n'en tire aucune conclusion de cause à effet mais je n'en pense pas moins.
La réunion de ce lundi est moins chargée qu'en cours d'année mais cela se comprend. Les gros dossiers, budget primitif et compte administratif ayant déjà été présentés et âprement débattus, il ne reste plus qu'à voir le budget supplémentaire, une affaire courante habituellement inscrite en juillet.
Mais revenons à l'événement majeur de cette semaine. Le délibéré attendu à l'encontre de Maryse Joissains, mise en examen le 8 avril 2014, une semaine après avoir été réélue, et qui a comparu devant le tribunal correctionnel de Montpellier le 14 mai dernier.
Les réquisitions sont lourdes : 18 mois de prison dont 9 avec sursis et une peine de 10 ans d'inéligibilité. Le procureur avait indiqué que les accusations de détournement de fonds publics et de prise illégale d’intérêts pour lesquels la maire d’Aix est poursuivie sont "parfaitement caractérisées".
Pour le représentant du ministère public, ils sont "d’une gravité extrême, car ils sont le contraire de la probité attendue d’un élu". Comment ne pas rire, un vrai gag, quand on entend Maryse Joissains faire la morale en préconisant le "respect de l'argent public" ?
Il est inconcevable que tout cela soit rayé d'un trait pour relaxer Maryse Joissains. Cette dernière pourra faire appel pour retarder toute exécution de la sentence. Mais son image est désormais bien abîmée.
Dans la même famille, l'ex-maire Alain Joissains fut lourdement condamné dans les années 80. Plus tard, nouvelle déconvenue pour lui, son contrat de directeur de cabinet entre 2001 et 2008, signé par Maryse Joissains elle-même, fut définitivement annulé par l'arrêt du 2 février 2015 rendu par le Conseil d'Etat (à ma demande après une décennie de procédures).
Voici maintenant la maire actuelle à son tour sous le coup de la justice pour d'autres faits graves. Face à tant de turpitudes, de cynisme et d'indécence, à chacun de s'interroger et de se faire son idée pour savoir s'il est encore acceptable de faire confiance à des élus de cette sorte.
Pour être complet sur cette saga familiale, je porte à la connaissance des lecteurs qu'Alain Joissains n'a toujours pas remboursé les 476.000 euros qu'il a indûment encaissés et que des procédures sont en cours. J'ajoute que le Conseil d'Etat avait condamné globalement la Ville d'Aix et Alain Joissains à me verser 3.000 euros pour mes frais d'avocat. Il a fallu que j'insiste fortement auprès de la mairie pour que l'on me verse la première moitié. Et trois ans après la décision en ma faveur, Alain Joissains ne s'était toujours acquitté de sa dette. J'ai donc évoqué l'affaire publiquement au conseil municipal. Et miracle, j'ai obtenu mon dû. Mais quelle n'a pas été ma surprise de voir que c'est Maryse Joissains qui m'a adressé un chèque tiré de son compte personnel me disant qu'elle le faisait à la place d'Alain Joissains ! Ce qui montre à quel point ils ont partie liée. J'en suis encore estomaqué !

Rappel des épisodes 
"18 mois de prison dont 9 avec sursis et 10 ans d'inéligibilité pour Joissains"
: http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/05/15/36405164.html
"Exclusif : Le Conseil d'Etat annule la promotion du chauffeur de Joissains" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/06/04/36458495.html
"Contrat illégal annulé d'Alain Joissains : Je demande le remboursement total !" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/12/22/35978244.html
"Et maintenant Maryse Joissains pistonne aussi sa petite-fille !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/05/21/36420679.html"

joissains correctionnelle prov 15

Joissains correctionnelle Montpellier prov 27

joissains correctionnelle ravi 163 juin 2018

joissains correctionnelle canard 16

Bravo Monsieur Alain Capus !
joissains correctionnelle capus prov 5

joissains canard 9

sophie joissains alain collaborateur sénat prov 26

CM 35 13

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 9 juillet 2018

Evolution d'Aix : Les vrais chiffres désavouent les intox de Maryse Joissains

On dit que l'on peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres, surtout s'ils sont délibérement présentés de manière orientée ou partielle. J'en ai assez d'entendre les manipulations à visées politiciennes de Maryse Joissains pour vanter sa gestion. Les données officielles puisées aux meilleures sources permettent de rétablir une image plus conforme à la réalité de ce qu'est Aix. En voici quelques exemples sur la démographie, les loyers, les taxes et leurs évolutions. Les faits sont les faits...

statistiques démographie évolution
(Clic sur l'image pour agrandir)

Il y a un bon moment que je souhaitais produire cet article pour faire le point en regroupant un certain nombre de données claires concernant notre ville. Car j'en ai un peu assez d'entendre des présentations orientées. La démographie, les taxes, les loyers et leurs évolutions sont souvent l'objet de manipulations à visées politiciennes. La municipalité de Maryse Joissains abuse d'une propagande cherchant à justifier sa prétendue bonne gestion.
Or, les faits sont là. Les chiffres annuels produits par l'Insee et les organismes unanimement reconnus contredisent certaines affirmations péremptoires et répétées de l'équipe municipale. Ils rétablissent le plus objectivement possible les données et fournissent ainsi une image plus conforme à la réalité.
Voici quelques exemples, vérifiés à la source, de ce que les Aixois devraient savoir et garder en tête.
Chacun pourra ensuite se faire sa propre idée…
* Population totale d'Aix (Insee 2017) :
145.160 habitants (dont près de 3000 étudiants) 
Résidences secondaires : 3613
* Profil des habitants :
"L’Aixois type" est jeune (les 15-29 ans représentant 27% de l’ensemble de la population) et c’est une femme (53,19% de la population, 52,48% sur la tranche 15-29). Mais il est à noter qu'Aix a le coefficient de vieillissement le plus élevé de la région après Menton (source PLU) ! 
Aix stagne, les villages grandissent

statistiques démographie évolution
(Clic sur l'image pour agrandir)

D'où le fait que la population d’Aix stagne (+0,9%) et que les villages du pays aixois sont devenus des villes à part entière. Car les familles avec enfant notamment et les salariés qui ne trouvent pas où se loger à prix raisonnable y migrent pour le cadre et/ou le coût de la vie. Certaines communes explosent démographiquement comme Cabriès (+12,53%) et Ventabren (+13,84%).
Les Pennes-Mirabeau, Gardanne et Pertuis dépassent les 20.000 habitants, avec respectivement 21.680, 20.126 et 20.050. Bouc-Bel-Air continue son ascension avec +4,56%, soit 14.667 habitants. Rousset enregistre +7,10% et sa voisine Trets +6,25% franchissant les 11.000 habitants. Le Puy-Sainte-Réparade (+4,48%), la Roque-d’Anthéron (+5,84%) et Peyrolles-en-Provence (+6%) atteignent, toutes les trois, les plus de 5000 habitants
. La contrepartie est qu'il n'est pas toujours simple pour les communes de prendre en compte ce boom démographique et d’avoir les moyens d’y répondre en termes de services publics et d’aménagement du territoire.

Le taux de la taxe d'habitation : 

statistiques démographie TH
(Clic sur l'image pour agrandir)

Ce phénomène explique aussi le départ vers des communes voisines.  
Le niveau des loyers et évolutions : 

statistiques démographie loyers niveau

Aix l'une des villes les plus onéreuses de France ! A cause de la forte pression du privé et de l'insuffisance de construction de logements sociaux publics, Aix paie des pénalités chaque année (1,1 million d'euros en 2017 !).
Les logements vacants : 

statistiques démographie attentes logement

Le niveau de vie : 

statistiques démographie niveau de vie
(Clic sur l'image pour agrandir)

Revenus des ménages : 

statistiques démographie revenus ménages

L'ISF à Aix :

statistiques démographie ISF

L'Impôt sur la fortune (avant sa tranformation récente en IFI, Impôt sur la fortune l'immobilière) est l'un des rares indicateurs de richesse en France : payé l’an passé par 63.123 foyers parisiens, contre 4472 à Lyon, 3821 familles à Marseille, 1872 à Aix, 347 à Avignon, 205 à Gap, 193 à Arles ou encore 127 à Allauch.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 4 juillet 2018

Le comité de feux de forêt exaspéré par ses moyens techniques inadaptés !

Préserver la forêt doit être l'affaire de tous. Les pompiers font tout ce qu'ils peuvent. Mais les citoyens doivent aussi respecter des règles strictes dans les espaces boisés. Les bénévoles du comité communal de feux de forêt m'ont fait part des problèmes techniques aberrants qui les empêchent d'accomplir efficacement leurs missions. A leur demande, j'ai donc interpellé la municipalité. Etat des lieux et conseils pratiques pour éviter les risques d'incendie...

CCFF photo

En été plus qu'en toute autre saison, il est indispensable que chaque citoyen soit pleinement responsable chaque fois qu'il met les pieds dans un espace naturel boisé. Sinon, le pire n'est pas loin car la moindre imprudence peut dégénérer.
Notre région est particulièrement vulnérable à cause des fortes chaleurs et des actes irréfléchis commis par l'homme au mépris des règles élémentaires de prévention et de protection qu'il convient de suivre. Ce manque de respect n'est pas que le fait des promeneurs, il est aussi hélas celui des habitants en milieu forestier qui s'affranchissent du débroussaillement pourtant obligatoire autour de leurs maisons.
Devoir appeler les pompiers, c'est déjà faire le douloureux constat que l'on a fait fi des dangers potentiels pouvant toucher tout milieu fragile dans les espaces forestiers. La lutte contre les incendies, qui se fait sous l'autorité du SDIS 13 (Service départemental d'incendie et de secours) est toujours un drame et les professionnels que sont les pompiers en paient parfois un lourd tribut en vies humaines.
Pour exercer la vigilance et le cas échéant agir en amont dès qu'une fumée suspecte a été détectée, il y a aussi les membres volontaires et bénévoles des comités communaux de feux de forêt qui se dévouent pour assurer des patrouilles quotidiennes de surveillance à bord de leurs véhicules munis d'une citerne et donner l'alerte en cas de départ de feu. Le CCFF d'Aix compte plus d'une centaine de personnes, souvent des retraités, reconnaissables à leur tenue orange.
Je suis intervenu au conseil municipal, à leur demande, pour faire part des problèmes qu'ils rencontrent chaque été et de plus en plus depuis quelques années (lire les tracas et les carences ci-dessous). La mairie m'a répondu qu'elle allait prendre en compte leurs doléances. Et désigner une personne référente pour essayer d'anticiper tout ce qui peut être évité.
Les problèmes sont surtout d'ordre technique. Et sans des véhicules ou des matériels en bon état ou de marche, les missions des bénévoles perdent évidemment de leur efficacité. Aux dernières nouvelles, des améliorations ont été notées suite aux dysfonctionnements que j'avais répertoriés. 

CCFF prov 6

Mon intervention au conseil municipal de septembre dernier

Ma question porte sur les moyens matériels du CCFF d'Aix qui couvre 4 secteurs correspondant à nos 4 grands massifs. La saison estivale, qui dure 90 jours, a connu de multiples incendies et départs de feu plus ou moins importants en cet été 2017. Elle a été rude tant pour notre environnement que pour les membres du CCFF. Des bénévoles, dont chacun connaît le dévouement, m'ont fait part des problèmes qu'ils ont rencontrés pour accomplir cet été les missions qu'ils acceptent de remplir quotidiennement au service de la surveillance des secteurs forestiers et de la protection des populations.
Ils tirent un bilan, je cite, "grave", parce que, outre les missions sur le terrain, ils sont confrontés à devoir gérer les problèmes au cours même de la saison.
Quelques exemples :
- Sur 12 véhicules, seule la moitié est en état de fonctionnement.
Le dernier acquis fait suite à la délibération du conseil municipal du 10 novembre 2016.
L'avant-dernier l'avait été 5 ans auparavant.
- La moyenne d'âge kilométrique des véhicules est de 18 ans pour ces engins travaillant en milieu sévère (poussière, tout-terrain…).
- Plusieurs immobilisations de véhicules ont empêché leur disponibilité sur le terrain. Les délais sont trop longs pour l'entretien ou la réparation de pannes à répétition de certains véhicules.
- 3 semaines pour changer un émetteur-récepteur et réparer un embrayage
- 11 mois d'immobilisation pour changer 2 pneus, le véhicule ayant été rendu avec 2 pneus neige (!), il est donc inconduisible
- 5 semaines d'immobilisation d'un véhicule pour changement de 4 pneus 
- attente de 3 semaines pour l'immobilisation d'un véhicule pour révisions d'embrayage et un ressort d'amortisseur manquant.
En outre :
- un changement de 2 roues motrices a rendu un véhicule inutilisable et il a fallu le ramener au garage
- un poste radio était grillé, rendant les communications impossibles 
- une demande a été faite pour mise à disposition de filtres d'air qu'il faut changer très souvent et pas dans l'attente de chaque vidange.
Dans ces conditions, certains bénévoles parlent de démission car ils disent qu'ils ne peuvent pas poursuivre correctement et efficacement leur mission. Les cadres hésitent même à recruter dans les conditions actuelles.
Pour rappel, ils sont 120 (qui assurent par groupes et à tour de rôle les rotations horaires), et deux tiers ont entre 60 et 80 ans.
En cette fin de saison, les cadres espèrent un sursaut pour que le parc auto soit entretenu pendant les 9 mois à venir afin d'assurer la prochaine saison sans problèmes.
Voilà leurs doléances et je ne doute pas que vous aurez à coeur de les étudier pour apporter les meilleures solutions possibles.

Le site officiel pour consulter la carte de niveau de danger mise à jour quotidiennement : 
http://www.ancien.paca.gouv.fr/files/massif/index.php

CCFF carte A

CCFF carte B

Conseils : protéger la forêt contre les incendies 
CCFF conseil détails A
CCFF conseil détails B

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 juin 2018

Maryse Joissains fait un cadeau de faveur à Martine Vassal : 5.375 euros !

Vous avez dit favoritisme ? A la mairie d’Aix, les exemples ne manquent pas. Ils sont même pratiqués au grand jour. Le dernier en date est un cadeau de 5.375 euros d'argent public fait à Martine Vassal pour la faire profiter d'une gratuité de location du centre de congrès afin qu'elle puisse y faire sa propagande politique partisane. Récit de ces affaires entre bonnes copines...

CM 39 11

Pour mémoire, il y a eu l'extravagant contrat illégal de l'ex-directeur de cabinet se voyant octroyer un salaire dépassant de 30% la limite autorisée par la loi et que j'ai fait annuler au bout de dix années de procédures. Il y a eu la promotion express du chauffeur qui vaut à Maryse Joissains sa comparution en correctionnelle. En mai, il y a eu cette lettre à en-tête de la Ville signée par Maryse Joissains invitant ses collègues élus à aller encourager, en toute affection familiale et pour vingt euros par personne, sa petite-fille à une soirée pourtant parfaitement privée.
Le dernier exemple en date, comme je l’ai dit dans un précédent article, a été l’octroi d’une gratuité de location de salle, pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit du centre de congrès, à Martine Vassal qui avait organisé une réunion publique le 13 avril pour tirer son auto bilan de trois ans à la tête du conseil départemental.
Sa tournée de deux mois comportait dix réunions de ce type allant d’Aix à Marseille, de Salon à Istres, de Tarascon à Aubagne et Marignane. Un vrai spectacle, juste comme ça, pour dire tout le bien qu’elle pense de son action et, au passage, d’elle-même, car elle est tellement formidable dans sa fonction ! Si cela n’est pas une promotion politique en bonne et due forme, qu’est-ce que c’est alors ?
Maryse Joissains, émue par une si belle prestation, a décidé de lui faire un cadeau pour alléger sa dépense de location. La délibération du conseil municipal du 11 juin indique : "La demande de gratuité qui vous est présentée d'un montant de 5.375 euros HT correspond uniquement aux frais locatifs, les prestations techniques d'un montant de 6.144 euros TTC étant prises en charge par le CD13".
Habituellement, ce genre de mesure est plutôt réservé à des associations à caractère humanitaire, à des structures de proximité ou à des entités œuvrant pour le bien public en dehors de toute considération politique. A noter ici que depuis plusieurs années leurs subventions sont revues à la baisse mettant ainsi en péril leurs actions et parfois leur existence.
Pour le cas de Martine Vassal, le scandale est dans le parti pris de favoriser une propagande partisane avec de l’argent public. Cette générosité a de quoi interroger. Car le département dispose d’un misérable budget annuel de 2,7 milliards ! Et sa présidente actuelle, bien instruite des pratiques électoralistes de son prédécesseur - qui a mal fini - cherchant à s’attirer les "bonnes" faveurs des maires, ne manque pas de les choyer à coups d'aides financières.
La tournée de la présidente ne s'arrête pas là. Une association intitulée les "Amis de Martine Vassal", comme le précise un élu départemental, "a pour but de faire vivre les idées et les valeurs qui rassemblent notre famille politique autour de la présidente". Peut-on être plus clair sur la coloration politique ? Cette association organise des réunions régulières "cocktails dinatoires" sous des signes qui ne trompent pas, je cite : "convivialité, retrouvailles, rencontres, partage et engagement". Comme c'est beau !
Tiens, d'ailleurs, le prochain banquet "aïoli" a lieu ce samedi 30 juin à Cuges-les-Pins. La précédente réjouissance s'était déroulée en février au port de la Pointe Rouge. Tarif : dix euros par personne. Une de mes proches connaissances me glisse à l'oreille qu'un tarif aussi bas ne peut pas couvrir à lui seul la totalité des dépenses de logistique pour ce qui ressemble à une véritable manifestation-spectacle avec podium, sonorisation, éclairages, tables, chaises, décorations, guirlandes… Mais combien ça coûte ? Et qui paie tout ça ? Mystère.
En revanche, il n'est pas difficile de comprendre quelle stratégie personnelle sert tout ce manège. Jean-Claude Gaudin a écrabouillé une à une toutes les prétentions de ceux qui se voyaient déjà sur son trône de la mairie de Marseille. Mais il semble épargner Martine Vassal qui ne cesse de lui faire des cadeaux sonnants et trébuchants avec l'argent du département pour colmater son budget bien mal en point. Elle est donc en meilleure position que d'autres concurrents de son parti. D'autant qu'elle vise la présidence de la métropole en 2020 et qu'elle pourrait aussi, si le gouvernement fusionne métropole et département, devenir la grande patronne à plumes de la nouvelle entité.
Là, il n'y a pas mystère pour deviner son calcul. On apprend en effet qu'elle vient de commander son propre sondage pour savoir si elle a bien une tête de futur calife. Sa grande copine Maryse Joissains va en pleurer de joie !

CM 39 11

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 15 juin 2018

La gestion de Maryse Joissains avec ses pratiques, anomalies et injustices

Lundi, l'ordre du jour du conseil municipal était bien chargé. La séance a duré quatre heures ! Le morceau principal était le compte administratif 2017. Sur ce sujet comme pour d'autres, j'ai relevé les pratiques, les anomalies et les injustices qui signent la gestion au coup par coup de Maryse Joissains. Tour d'horizon, exemples à l'appui...

CM 39 11

La séance publique du conseil municipal de lundi a duré quatre heures car il y avait 106 délibérations à l'ordre du jour. Je suis intervenu une bonne dizaine de fois comme on peut le lire ci-dessous.
Le plus gros dossier portait sur le compte administratif de l'année 2017 qui donne une vision complète de la politique qui est menée. J'ai essayé de montrer que les choix de la municipalité ne sont pas exempts de contradictions et qu'ils continuent de favoriser surtout les plus nantis.
Comme chaque année, le budget est fabriqué à partir d'expédients et de mesures décidées au coup par coup. Celui de 2017 n'a pas échappé à cette façon singulière de pratiquer : hausse des taxes et droits divers, braderie du patrimoine immobilier communal, mauvaise transaction avec le Canal de Provence qui va entraîner tôt ou tard une augmentation du prix de l'eau, réduction des aides aux associations... 
Autre constat notable : les réalisations prévues au budget tant en investissement qu'en fonctionnement peinent à dépasser les 73% dans un cas et les 55% dans l'autre. Ce qui est très étonnant, c'est que dans l'ancienne communauté du pays d'Aix (devenue conseil de territoire), les taux sont au-dessus de 80%. Or, c'est aussi la même équipe, Maryse Joissains et Gérard Bramoullé, qui la dirige. Alors, pourquoi ces différences ? Mystère.
J'ai aussi émis des doutes sur la gestion de l'Office de tourisme d'Aix qui dépense 66% de son budget en masse salariale. C'est beaucoup. Il va falloir chercher ce qui cloche.
Enfin, j'ai vivement critiqué la gratuité, que je trouve indécente, pour location de salle qui a été accordée à Martine Vassal venue faire sa tournée politique sous le prétexte de présenter son bilan de trois à la tête du département.
Hélas, ainsi va notre ville encore aux mains d'une municipalité déconsidérée aussi par les affaires.

 
Interventions LAC
sur les surprenantes décisions de Maryse Joissains 

(Clic sur la vignette pour accéder au document)

DPA réunion préparation CM 6

CM 39 11CM 39 11

CM 39 11

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 juin 2018

Réunion-débat mercredi 13 juin : Aixois, où va vraiment votre argent ?

DPA réunion débat 13

Savez-vous vraiment d'où vient l'argent du budget municipal et ce qu'on en fait ?
Il nous paraît important d'en connaître les tenants et les aboutissements pour se faire une idée complète des choix qui sont opérés chaque année en votre nom.
Cette réunion-débat vise à permettre à un large public de disposer et de s'emparer d'informations précises et vérifiées qui nous concernent directement au quotidien.
Alors, notez bien ce rendez-vous unique et n'hésitez pas à en parler et à relayer cette invitation autour de vous et à vos contacts. Venez assister en nombre à cette séance à caractère inédit à Aix. D'autant que cet événement tombe en pleine actualité puisque ce lundi est présenté au conseil municipal le compte administratif de l'année 2017.
Le groupe Démocratie pour Aix sera très heureux de vous accueillir à notre siège pour ensuite en débattre avec vous. L'entrée est libre.

DPA réunion débat prov 8

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 4 juin 2018

Exclusif : Le Conseil d'Etat annule la promotion du chauffeur de Joissains

Le 25 mai 2018, le Conseil d'Etat a rendu son arrêt définitif annulant la promotion éclair du chauffeur de Maryse Joissains. Une nouvelle fois, justice est faite à l'encontre des pratiques de favoritisme qui ont cours à la mairie d'Aix. Prochain épisode, le 18 juillet, cette fois avec les peines qui seront prononcées suite aux réquisitions de 18 mois de prison dont 9 avec sursis et 10 ans d'inéligibilité par le tribunal de grande instance. 

joissains alain sophie omar

Vroum vroum, fait encore la voiture de fonction ! Même s'il aura fallu cinq ans pour connaître l'épilogue qui a notamment renvoyé Maryse Joissains en correctionnelle et dont la décision du délibéré est annoncée pour le 18 juillet.
Le 25 mai, le Conseil d'Etat a tranché, lançant encore un autre gros parpaing en pleine figure à Maryse Joissains. L'arrêt rendu est un chef-d'œuvre, que dis-je, une pépite qui honore le droit (ci-dessous le texte intégral de l'arrêt).
La promotion du chauffeur de madame la maire est définitivement annulé. Les magistrats rejettent tous les arguments, et il y en a des fantaisistes, ainsi que toutes les requêtes de la Ville d'Aix qui tentaient de justifier un tel acte empreint pourtant d'abus manifeste de pouvoir et de favoritisme exercé en dépit des lois.
Ce sont d'ailleurs ces mêmes lois sur la Fonction publique territoriale datant de 1984 qui m'avaient permis de faire annuler le contrat illégal de l'ex-directeur de cabinet, Alain Joissains.
Alors, pourquoi avoir récidivé ? A croire que Maryse Joissains, ex-avocate et mettant toujours en avant ses compétences de juriste, ne sait jamais tirer les leçons des procès perdus. La voilà une fois de plus contrainte de respecter la loi et de se soumettre aux règles.
Ah, c'était bien la peine de faire appel sur appel pour retarder le verdict et de gaspiller l'argent des Aixois en frais inutiles tant l'issue désormais connue était prévisible. Si ces mauvais jeux me rendent triste pour l'image même de notre ville, je ne le suis absolument pas pour les sanctions prononcées que je trouve méritées. Morale : on ne peut toujours traficoter impunément.

"La scandaleuse promotion du chauffeur de Maryse Joissains !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/04/16/26936233.html

 

conseil d'état image

L'arrêt intégral du Conseil d'Etat daté du 25 mai 2018
(en gras, les passages essentiels)

Conseil d'État 
N° 408614    
ECLI:FR:CECHS:2018:408614.20180525 
Inédit au recueil Lebon 
8ème chambre jugeant seule
Mme Emmanuelle Petitdemange, rapporteur
M. Romain Victor, rapporteur public
HAAS ; SCP THOUVENIN, COUDRAY, GREVY, avocats
Lecture du vendredi 25 mai 2018

REPUBLIQUE FRANCAISE

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Vu la procédure suivante :

M. Alain Capus a demandé au tribunal administratif de Marseille d'annuler pour excès de pouvoir l'arrêté du 29 mai 2013, par lequel la maire d'Aix-en-Provence a nommé M. Omar Achouri en qualité d'attaché territorial stagiaire ainsi que la décision implicite de rejet résultant du silence gardé par la maire d'Aix-en-Provence sur sa demande du 17 juin 2013 tendant au retrait de cette nomination et à une nouvelle saisine de la commission administrative paritaire après détermination des critères permettant d'évaluer la valeur professionnelle des agents mis à la disposition des organisations syndicales. Par un jugement n° 1306484 du 22 décembre 2014, le tribunal administratif de Marseille a annulé ces deux décisions.

Par un arrêt n° 15MA00980 du 27 décembre 2016, la cour administrative d'appel de Marseille a rejeté l'appel formé par la commune d'Aix-en-Provence contre ce jugement.

Par un pourvoi sommaire, un mémoire complémentaire et un nouveau mémoire, enregistrés les 3 mars 2017, 6 juin 2017 et 26 avril 2018 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat, la commune d'Aix-en-Provence demande au Conseil d'Etat : 
1°) d'annuler cet arrêt ;
2°) réglant l'affaire au fond, de faire droit à son appel ;
3°) de mettre à la charge de M. Capus.la somme de 3 500 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative. 

Vu les autres pièces du dossier ;

Vu :
- la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 ;
- le décret n° 87-1099 du 30 décembre 1987 ;
- le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mme Emmanuelle Petitdemange, maître des requêtes, 
- les conclusions de M. Romain Victor, rapporteur public.

La parole ayant été donnée, avant et après les conclusions, à Me Haas, avocat de la commune d'Aix-en-Provence et à la SCP Thouvenin, Coudray, Grevy, avocat de M. Capus.

Considérant ce qui suit :

1. Il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que M. Achouri a été inscrit sur la liste d'aptitude établie après avis de la commission administrative paritaire de la commune d'Aix-en-Provence du 11 avril 2013 puis nommé attaché territorial stagiaire par arrêté de la maire du 29 mai 2013. M. Capus, éducateur territorial des activités physiques et sportives figurant sur la liste des candidats susceptibles d'être promus attaché territorial soumise à cette commission, a demandé à la maire d'Aix-en-Provence de retirer l'arrêté de nomination de M. Achouri et de saisir à nouveau la commission administrative paritaire. M. Capus a saisi le tribunal administratif de Marseille de la décision implicite de rejet née du silence gardé sur sa demande.

Par jugement du 22 décembre 2014, celui-ci a annulé l'arrêté du 29 mai 2013. La commune d'Aix-en-Provence se pourvoit en cassation contre l'arrêt du 26 décembre 2016 par lequel la cour administrative de Marseille a rejeté l'appel qu'elle avait formé contre ce jugement.

2. Pour demander l'annulation du jugement qu'elle attaquait, la commune d'Aix-en-Provence soutenait notamment que le tribunal administratif avait à tort écarté la fin de non-recevoir qu'elle avait soulevée devant lui, tirée du défaut d'intérêt donnant qualité pour agir à M. Capus. La cour ne s'est pas prononcée sur ce moyen, qui n'était pas inopérant. Par suite, son arrêt doit être annulé.

3. Il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de régler l'affaire au fond en application des dispositions de l'article L. 821-2 du code de justice administrative. 

Sur la fin de non-recevoir tirée du défaut d'intérêt pour agir de M. Capus :

4. Les fonctionnaires appartenant à une administration publique ont qualité pour déférer à la juridiction administrative les nominations illégales faites dans cette administration, lorsque celles-ci sont de nature à leur porter préjudice en retardant irrégulièrement leur avancement ou en leur donnant pour cet avancement des concurrents qui ne satisfont pas aux conditions exigées par les lois ou règlements. M. Capus, éducateur territorial des activités physiques et sportives qui figurait, fût-ce en 75ème position, sur la liste des 168 agents susceptibles d'être promus dans le cadre d'emplois des attachés territoriaux soumise à la commission administrative paritaire, avait vocation à être nommé dans ce cadre d'emploi. Il justifiait ainsi, contrairement à ce que soutient la commune, d'un intérêt lui donnant qualité pour demander l'annulation de la nomination de M. Achouri. Par suite, la fin de non-recevoir opposée par la commune d'Aix-en-Provence doit être écartée.

Sur le fond :

5. Aux termes de l'article 39 de la loi du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale : "En vue de favoriser la promotion interne, les statuts particuliers fixent une proportion de postes susceptibles d'être proposés au personnel appartenant déjà à l'administration ou à une organisation internationale intergouvernementale, non seulement par voie de concours, selon les modalités définies au 2° de l'article 36, mais aussi par la nomination de fonctionnaires ou de fonctionnaires internationaux, suivant l'une des modalités ci-après : / (...) 2° Inscription sur une liste d'aptitude établie après avis de la commission administrative paritaire compétente, par appréciation de la valeur professionnelle et des acquis de l'expérience professionnelle des agents".

Aux termes de l'article 3 du décret du 30 décembre 1987 portant statut particulier du cadre d'emplois des attachés territoriaux : "Le recrutement en qualité d'attaché intervient après inscription sur les listes d'aptitude établies : / (...) 2° En application des dispositions du 2° de l'article 39 de [la] loi [du 26 janvier 1984]".

Aux termes de l'article 5 du même décret : "Peuvent être inscrits sur la liste d'aptitude prévue au 2° de l'article 3 ci-dessus : / 1° Les fonctionnaires territoriaux qui justifient de plus de cinq années de services effectifs accomplis en qualité de fonctionnaire territorial de catégorie B en position d'activité ou de détachement ; / 2° Les fonctionnaires territoriaux de catégorie B qui ont exercé les fonctions de directeur général des services des communes de 2 000 à 5 000 habitants pendant au moins deux ans (...)".

Aux termes de l'article 1er de ce décret : "Les attachés territoriaux constituent un cadre d'emplois administratif de catégorie A au sens de l'article 5 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 susvisée. / Ce cadre d'emplois comprend les grades d'attaché, d'attaché principal, de directeur territorial.".

Aux termes de l'article 2 du même décret : "Les membres du cadre d'emplois exercent leurs fonctions sous l'autorité des directeurs généraux des services des départements et des régions, des secrétaires généraux ou secrétaires des communes ou des directeurs d'établissements publics et, le cas échéant, des directeurs généraux adjoints des départements et des régions, des secrétaires généraux adjoints des communes, des directeurs adjoints des établissements publics ou des administrateurs territoriaux en poste dans la collectivité ou l'établissement. / Ils participent à la conception, à l'élaboration et à la mise en oeuvre des politiques décidées dans les domaines administratif, financier, économique, sanitaire, social, culturel, de l'animation et de l'urbanisme. Ils peuvent ainsi se voir confier des missions, des études ou des fonctions comportant des responsabilités particulières, notamment en matière de gestion des ressources humaines, de gestion des achats et des marchés publics, de gestion financière et de contrôle de gestion, de gestion immobilière et foncière et de conseil juridique. Ils peuvent également être chargés des actions de communication interne et externe et de celles liées au développement, à l'aménagement et à l'animation économique, sociale et culturelle de la collectivité. Ils exercent des fonctions d'encadrement et assurent la direction de bureau ou de service".

6. D'une part, il ressort des pièces du dossier qu'une liste de 168 agents de la commune d'Aix-en-Provence remplissant les conditions pour être promus attaché territorial a été soumise à la commission administrative paritaire qui s'est réunie le 11 avril 2013 et que, lors des débats, la maire a précisé que M. Achouri, qui figurait en 50ème position du classement opéré par cette liste sur la base de la valeur professionnelle et l'ancienneté des agents, méritait une promotion "au regard des heures de travail fourni et de ce qu'il a subi lors de la précédente municipalité, même s'il ne figure pas en début de liste".

D'autre part, il ressort de la fiche de poste de M. Achouri que ce dernier était chargé de missions, relevant habituellement de la catégorie C, consistant à conduire les élus sur différents sites, à entretenir et nettoyer son véhicule, à organiser les déplacements du maire, à assurer la logistique liée à ces déplacements et à renseigner les administrés durant ses déplacements, alors que les fonctions des deux agents dont l'inscription sur la liste d'aptitude a été débattue au cours de la réunion de la commission du 11 avril 2013 consistaient respectivement en la direction d'un service comprenant 50 agents et en la gestion des relations institutionnelles et financières avec les crèches, gérant notamment un budget annuel de 6 millions d'euros ainsi qu'une délégation de service public concernant environ 400 personnes.

Il résulte de ce qui précède qu'en inscrivant M. Achouri sur la liste d'aptitude établie à la suite de la commission administrative paritaire puis en procédant à sa nomination dans le cadre d'emploi des attachés territoriaux, alors même que ce dernier contribuerait ainsi qu'il est soutenu, dans l'exercice de ses missions, à la bonne coordination entre les services de la commune, la maire de la commune d'Aix-en-Provence a commis une erreur manifeste d'appréciation de la valeur et de l'expérience professionnelle de l'intéressé au regard des dispositions de l'article 39 de la loi du 26 janvier 1984. Il résulte de ce qui précède que la commune d'Aix-en-Provence n'est pas fondée à soutenir que c'est à tort que, par le jugement attaqué, le tribunal administratif de Marseille a prononcé l'annulation de l'arrêté attaqué. 

7. Il y a lieu, dans les circonstances de l'espèce, de mettre à la charge de la commune d'Aix-en-Provence la somme de 3 000 euros à verser à M. Capus au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative. Ces dispositions font obstacle à ce qu'une somme soit mise à ce titre à la charge de M. Capus qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante.

D E C I D E :
--------------
Article 1er : L'arrêt de la cour administrative d'appel de Marseille du 27 décembre 2016 est annulé.
Article 2 : La requête présentée par la commune d'Aix-en-Provence devant la cour administrative d'appel de Marseille est rejetée.
Article 3 : Les conclusions de la commune d'Aix-en-Provence présentées au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative sont rejetées.
Article 4 : La commune d'Aix-en-Provence versera à M. Capus la somme de 3 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.
Article 5 : La présente décision sera notifiée à la commune d'Aix-en-Provence et à M. Alain Capus.
Copie en sera adressée à M. Omar Achouri. 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 28 mai 2018

Ce qui se passe en coulisses depuis le procès de Maryse Joissains...

"L'autorité territoriale, c'est moi !", a revendiqué Maryse Joissains devant les juges du tribunal correctionnel. Or, c'est justement à cause des manquements à la nature même de sa fonction que les magistrats ont fondé leurs reproches et requis de lourdes peines. Que retiendra le délibéré du 18 juillet ? Ambiance dans les coulisses de la mairie et revue de presse détaillée...

joissains correctionnelle prov 15

Il faudra attendre jusqu'au 18 juillet pour connaître les peines qui seront réellement retenues contre Maryse Joissains suite à sa comparution devant le tribunal de grande instance de Montpellier le 14 mai.
Il ne me paraît pas possible qu'elle soit relaxée car les faits reprochés sont avérés, quoi qu'en dise encore la maire d'Aix qui sur un ton pseudo monarchique a revendiqué : "L'autorité territoriale, c'est moi !".
Les réquisitions sont lourdes : 18 mois de prison dont 9 avec sursis, et 10 ans d'inéligibilité. On ne voit pas comment le très prochain jugement pourrait effacer tout ça.
Dans une interview à La Provence, Maryse Joissains dit tout assumer. Mais, se victimisant, elle se plaint d'avoir subi "une instruction à charge". Etrange façon pour une juriste de présenter les choses ! C'est pourtant bien le principe quand on est traîné devant un tribunal, non ? Elle met en avant le fait qu'il n'y a pas eu d'enrichissement personnel. Il n'aurait plus manqué que ça, tiens !
Elle crie au complot, comme font tous ceux qui essaient de rejeter leurs fautes sur d'autres. François Fillon avait inventé qu'il détenait les preuves qu'il y avait un "cabinet noir" à l'Elysée. Elle n'est pas loin de recourir aux mêmes imputations.
En interne, à la mairie, la contre-offensive en forme de sauve-qui-peut semble s'organiser. En parallèle, sa fille, Sophie Joissains, a publié un long texte sur sa page Facebook pour plaider en faveur de sa mère et peut-être pour elle-même pour ne pas hypothéquer son envie de la remplacer au cas où. En coulisses, des élus, dont certains m'en ont fait la confidence, l'ambiance est au doute et à l'option lâchage si tout devait tourner à la catastrophe.
Maryse Joissains essaie de donner le change en affirmant qu'elle a le soutien de 85% des maires et des élus territoriaux et municipaux. Là encore, c'est à voir si j'en crois ceux qui sont venus glisser à mon oreille qu'ils n'admettent pas les dérives de la maire d'Aix et qui prennent leurs distances. Désormais plus nombreux que ceux qui étaient venus me féliciter pour tout ce que j'avais entrepris pour faire annuler le contrat illégal d'Alain Joissains car ils trouvaient que l'ex-directeur de cabinet avait gravement failli à la probité.
Maryse Joissains a beau jongler avec 
les interprétations, les faits sont là, incontestables. Que sortira-t-il du délibéré de la mi-juillet ? Quelles en seront les conséquences politiques ? Toujours est-il que nombre d'ambitieux se voient déjà jouer les premiers rôles pour tenter de prendre la succession. Et là, ça promet de belles empoignades entre "chers amis" bien sûr.

Revue de presse du 15 au 20 mai 2018 (qui inclut la réaction d'Edouard Baldo)

joissains correctionnelle verdict La Provence 15 mai 2018 Ajoissains correctionnelle verdict La Provence 15 mai 2018 BJoissains correctionnelle prov 19

Joissains correctionnelle prov 19
joissains correctionnelle prov 20

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]