samedi 7 mars 2020

Logements insuffisants et démographie en recul, pas réjouissant tout ça !

TRISTE CONSTAT. Non, ce n'est pas une vue de l'esprit. Les prix des logements atteignent des records à Aix. Et cela entraîne un recul démographique. Les familles cherchent à aller habiter dans les communes du Pays d'Aix. Les chiffres à la loupe...

démographie foule - Copie

Les prix pour se loger à Aix sont inaccessibles. D'où un recul démographique car les ménages fuient vers d'autres communes du Pays d'Aix. Les conséquences en sont des déplacements coûteux, la perte de temps, la fatigue et la pollution.
Le Plan local d'urbanisme et le Plan local de l'habitat, dont j'ai souvent parlé ici, ne sont pas à la hauteur des besoins. D'autant moins que ce qui détourne l'envie de vivre à Aix est le prix du foncier, l'insuffisance de construction de logements sociaux publics. Sans compter les ruptures sociologiques entre les moins fortunés et les catégories socio-professionnelles aux revenus plus larges.
Voyez les informations ci-dessous qui donnent une bonne compréhension de la situtation aixoise.

démographie prov 7
(Clic sur l'image pour agrandir)
Chiffres du recensement au 1er janvier 2019 alors que la population croît en moyenne
de 0,30% par an depuis une dizaine d'années en Provence-Alpes-Côte d'Azur

démographie prov 7

démographie logement prov 14

démographie logement prov 14

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 mars 2020

Le patrimoine aixois malmené

REVERS. Aujourd'hui, je propose quelques brèves en images à feuilleter comme un album. Cela permet de se faire une idée plus précise de ce qui justifie le titre. Petit tour de ville, quelques exemples…

Travaux 31

Places comtales : on achève bien (mal) les travaux
La finition du chantier de la résurgence au niveau de la rue Fabrot était attendue. Depuis l'inauguration des places en mai dernier, si beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, comme on dit, on n'en avait encore pas vu goutte au fil des travaux. On peut d'ailleurs en dire tout autant de la terre en bordure des trottoirs inachevés.

travaux fontaine 29
Une fontaine, ça ? Au pire une flaque, au mieux un pédiluve.
(
Photo trouvée sur Facebook)

travaux 4
Trottoir inachevé 

Le patrimoine du cours Mirabeau malmené
On ne peut certes imputer ni la fermerture ni l'incendie de l'établissement à la municipalité. Mais le cours Mirabeau est défiguré et dépouillé de sa majestueuse voûte de feuillage. Il a perdu une grande librairie et les commerces sont de plus en plus livrés aux mêmes grandes enseignes passe-partout qui envahissent les centres-villes de manière uniforme. J'ai mal à notre patrimoine.

DEUX GARCONS 29

DEUX GAR9ONS 23

La bastide Lou Deven en ruines
Des aménagements ont commencé dans le secteur de la Constance au Jas de Bouffan. Il avait été prévu de conserver et de mettre en valeur la vénérable bastide. A l'heure actuelle, elle est totalement en ruines et ressemble à un squelette.

Lou deven 20

Terrasse du Grand Théâtre de Provence : circulez, y a rien à voir 
Je suis intervenu au conseil municipal de février pour demander à Maryse Joissains de faire le point sur la réouverture de la terrasse au public. Eh bien, ce n'est pas pour demain, si demain il y a. Le cahier des charges prévoyait pourtant bien que le délégataire pouvait utiliser les espaces pour des activités de restauration. On ira donc manger ailleurs. Ma question : "Je ne m'attacherai qu'à un seul point. Celui de la terrasse. Elle a été rendue inaccessible. Or dans le rapport, on rappelle que les espaces de restauration faisaient partie des activités annexes dont devait s'occuper le délégataire qui pouvait les sous-déléguer. Pouvez-vous nous indiquer s'il est prévu de rouvrir ces espaces au public ?"

GTP 2

L'ancienne sous-préfecture transformée en logements
La municipalité a été incapable d'acquérir l'ancienne sous-préfecture pour en faire un lieu public. C'est donc le privé qui va transformer les locaux en 32 appartements que ne pourront occuper que des gens fortunés. Ça c'est une vrai politique sociale !

sous préfecture 28

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 26 février 2020

Crèches : Les personnels et les enfants, victimes de la mauvaise gestion

PIQÛRE. Les crèches vont-elles mieux ? J'ai posé la question au dernier conseil municipal. Un reportage de France 3 montre que rien n'a changé malgré les engagements de la mairie et du délégataire d'améliorer l'accueil des enfants et la gestion des conditions de travail des personnels. Il n'y a qu'à voir la vidéo que je diffuse dans cet article. Informez-vous...

CM 52 14

Deux informations récentes m'ont fourni les raisons de revenir sur la situatiion des crèches. On devait examiner le compte-rendu de la commission des services publics locaux qui est une instance de consultation. On y évoquait le rapport sur les crèches pour l'année 2018. Déjà, avec un an retard, difficile de suivre l'évolution des choses au plus près et temps réel.
Voilà pourquoi il faut insister pour en savoir plus. C'est ce que j'ai fait en interrogeant Maryse Joissains sur le suites qui devaient être données notamment aux problèmes soulevés par les personnels au sujet de la gestion des ressources humaines par le délégataire, "Les Petits chaperons rouges" (voir les liens ci-dessous pour le résumé des faits).
Comme par coïncidence, le 5 février, l'émission Pièces à convictions de France 3 diffusait un reportage de dix minutes tourné à Aix (voir la vidéo ci-dessous). Par honnêteté, je dois dire que j'avais été contacté par la journaliste pour lui adresser des documents, ce qui'il y a de plus officiel et public, relatifs à la gestion des crèches. A savoir, délibérations du conseil municipal, rapport annuel du gestionnaire et données chiffrées.
Les images montraient des cas d'enfants déboussolés et d'employées désarmées face aux contraintes imposées par le gestionnaire. Comment cela est-il possible ? Eh bien, disons que le monde des crèches est devenu une affaire de commerce où il faut faire du profit plutôt qu'un service public qui doit répondre aux besoins des familles.
On trouvera ci-dessous le texte de mon intervention et la version enregistrée par mes soins lors de la séance du conseil municipal du 14 février et la vidéo de France 3. Prenez quelques instants pour vous rendre compte que tout ceci se passe bel et bien à Aix où l'on nous vante à coups de propagande assommante et anesthésiante la gestion prétendument exemplaire de la mairie. Je n'ai qu'une chose à dire : en mars, il va falloir bien réfléchir avant de voter.

Tout sur le feuilleton des crèches :
"Les personnels des crèches n'ont pas la pêche et le font savoir" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/01/29/37056859.html
"
Crèches  : Les personnels en souffrance réclament une meilleure gestion" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/07/08/37485149.html
"
Crèches : Suite à mon interpellation, le président répond sur sa gestion" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/09/11/37625186.html

Le texte de mon intervention

Une première remarque d'abord : ce rapport porte sur l'année 2018 car, nous dit-on, il n'y a pas eu de réunion de la commission en 2019. Pouvez-vous nous en donner l'explication ?
Ce compte-rendu aborde 4 délégations de service public : le Pasino, le GTP, la Fourrière et les Crèches. Mais je souhaite n'aborder ici que la DSP des crèches. Pour le GTP, j'y reviendrai lors du rapport 07.04.
Vous vous rappelez les échanges que nous avons eus il y a quelques mois sur la gestion du délégataire. Suite à cela, il avait pris des engagements pour réduire les problèmes soulevés par le personnel notamment au sujet de la gestion des ressources humaines. 
Je suppose que vous avez continué à veiller à l'exécution des mesures que le PDG avait promis de mettre en place. Mais j'ai plus qu'un doute sur l'amélioration de la gestion.
Je ne sais pas si vous avez vu le reportage diffusé à la télévision le 5 février sur les crèches en France. Ce reportage comportait une séquence de 10 minutes sur le fonctionnement de certaines crèches d'Aix.
On y découvre des scènes édifiantes de laisser-aller voire de situations inacceptables. Que ce soit sur la sécurité des enfants avec pas mal d'incidents ou les conditions de travail des personnels. On a appris par exemple qu'il n'y a pas un nombre suffisant d'employées pour s'occuper des enfants qui risquent le danger à chaque instant. On constate aussi que du matériel fait défaut, par exemple, des draps sont déchirés, il manque des gants jetables et donc on utilise du papier.
La journaliste a sollicité l'avis de la présidente du Haut conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge, qui est aussi psychologue et psychanaliste, à qui ont été montrées les images tournées à Aix. Elle fait observer que ces crèches ne sont pas organisées en fonction des enfants mais des adultes qui les encadrent. Ces adultes sont obligés de naviguer d'une section d'âge à l'autre. Il y a trop d'enfants par adulte. Il en découle une instabilité des liens entre eux et les enfants, ce qui est préjudiciable au bien-être des enfants. 
L'équipe de tournage a voulu contacter le PDG (Jean-Emmmanuel Rodocanacchi) qui n'a pas répondu. Idem pour la mairie qui a refusé toute interview. Et enfin, par prudence, les employées sollicitées n'ont pas souhaité témoigner à visage découvert par peur d'être licenciées. 
Voila ce que ce reportage a mis en lumière. Je pense qu'il va falloir vraiment se préoccuper de ce qui se passe dans nos crèches.

L'enregistrement de mon intervention

Le reportage en question

CM 52 14

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 20 février 2020

Les Aixois vont-ils voter pour Maryse Joissains condamnée ?

Suite à l'arrêt de la cour de cassation dévoilé hier, et en ces circonstances, la seule question qui vaille est : les Aixois vont-ils encore voter pour Maryse Joissains ? Les scandales d'abus et de dévoiement de l'exercice d'un pouvoir politique seraient-ils devenus ainsi banalement les conditions préalables et qualifiantes pour solliciter les suffrages ?

joissains memoires aix - Copie - Copie

Le pourvoi formé par Maryse Joissains contestant sa double condamnation a été en partie exaucé, celle relative à son inéligibilité. En revanche, la cour a confirmé que les délits ayant entraîné sa condamnation sont établis pour "prise illégale d'intérêts" et "détournement de fonds publics".
Concernant l'autre volet de l'arrêt, la haute juridiction demande que la peine complémentaire d'inéligibilité soit dûment motivée et formulée. En effet, la loi qui rend obligatoire cette peine ne date que de 2017 et ne peut en aucun cas être appliquée rétroactivement pour des actes commis antérieurement, en l'occurrence en 2013 pour ce qui est reproché à la maire d'Aix.
Le droit étant le droit, impossible de l'interpréter autrement en cherchant à le contourner par d'habiles artifices. Conséquence directe et pratique de l'arrêt, Maryse Joissains peut donc être candidate à l'élection municipale de mars.
Mais l'affaire ne s'arrête pas là avec la décision d'hier. La maire devra de nouveau comparaître devant la cour d'appel de Montpellier qui devra justifier sur quelles bases l'inéligibilité peut être prononcée ou non.
Jusque-là, cela ouvre à Maryse Joissains la possibilité de déposer sa candidature pour voir son mandat de maire renouvelé si les électeurs se prononcent dans ce sens.
Il n'en reste pas moins que se pose pour eux la question d'accepter et donc de valider le fait qu'une élue condamnée définitivement mérite d'être reconduite. Les Aixois, en tout cas ceux qui pourraient continuer à lui accorder leur confiance sans la sanctionner, feront-ils fi de l'image qui est donnée de la ville en considérant que ce n'est pas grave ? Si tel était leur choix, une telle situation serait-elle acceptable alors que, face aux scandales d'abus et de dévoiement de l'exercice d'un pouvoir, les citoyens réclament de plus en plus des candidats et des élus à la conduite exemplaire ?
Pour ma part, je le dis tout net, si Maryse Joissains devait être réélue dans ces conditions, ses électeurs deviendraient les complices directs d'un coup porté à l'éthique et aux valeurs républicaines en affaiiblissant la démocratie. 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

vendredi 7 février 2020

Places comtales : L'énorme surcoût de l'opération est-il bien légal ?

DOSSIER : J'ai déjà plusieurs fois fait le point sur le chantier des places comtales. Mais comme il y a du nouveau, je vais expliquer de quoi il s'agit. Non, ce n'est pas à propos du projet qui attend toujours ses finitions. C'est au sujet de son coût qui s'est singulièrement alourdi, et pas qu'un peu, de 15 à 20 millions, au risque de poser un problème juridique. Récit...

Travaux 6
(Clic sur l'image pour agrandir)
Le plan des places comtales

A l'origine, en 2015, le coût estimé sur la fiche opérationnelle des travaux était de 15.360.000 euros TTC. En décembre 2018, il a été actualisé à 18.019.350 euros TTC par un avenant n°1.
Ce mois de décembre, par un avenant n°2, le montant atteint 19.879.899,04 euros TTC pour prendre en compte comme à chaque fois notamment les nouveaux éléments demandés par la maîtrise d'œuvre et des ajouts proposés par Maryse Joissains, et dont certains émanaient des associations.
Les dépassements financiers s'avèrent substantiels. Or, la jurisprudence en matière de marchés publics permet certes une augmentation mais elle ne peut se situer au-delà de 15%. C'est pourquoi déjà au conseil municipal de juillet, à la demande de l'adjoint président de la commission d'offres, que j'ai appuyé en tant que membre aussi, la délibération avait été retirée pour examen plus approfondi.
En conséquence, par deux fois, le dossier de cet avenant n°2 était revenu à la CAO. Mais là encore, après discussion sur sa teneur, le rapport d'analyse avait été retiré. Lors de la séance de la CAO du 6 décembre, ce dossier est réapparu dans l'objectif de le faire figurer ensuite à l'ordre du jour du conseil municipal du 16 décembre. Et c'est là que ça se gâte.
Car, si des ajustements ont été nécessaires au fil de l'exécution du chantier, notamment pour le taux de rémunération de la maîtrise d'œuvre qui a été augmenté de 10,25%, l'avenant est plus problématique pour le montant définitif des travaux eux-mêmes qui passe de 10.332.600 euros HT à 12.399.120 HT, soit une augmentation de 22,75%, compte tenu, dit le rapport, du fait que "plusieurs éléments dans la vie de l'opération sont survenus".
Tout cela conduit à porter désormais le coût total de l'opération (tout compris, maîtrise d'œuvre, travaux et avenants) à près de 20 millions d'euros TTC eu égard aux relèvements successifs. On en a vu en effet la traduction directe sur les places comtales.
Alors, certes, la CAO du 6 décembre a bien donné un avis qui est obligatoire lorsqu'un avenant de ce type dépasse 5% du montant du marché initial. Mais, à cette séance de la CAO, à cause des risques juridiques possibles que cet avenant pouvait comporter, j'ai émis un vote d'abstention.
Pourquoi ? Parce qu'il est clairement établi que l'augmentation de 22,75% du marché initial incluant les avenants n°1 et n°2 dépasse largement la barre des 15% communément autorisés. Et que le second avenant me paraît encore plus sujet à caution et pourrait être contesté par le contrôle de légalité voire par le tribunal administratif.
Une satisfaction à titre personnel quand même dans cette affaire. Après les discussions qui ont eu lieu au conseil municipal, Maryse Joissains a fini par retirer une fois de plus le rapport. Mais que va-t-il se passer ensuite ? Et comment résoudre ce problème que certains n'ont pas vu venir ? Bonne chance à ceux qui vont devoir s'y coller...

CM 51 16

CM 51 16

(Clic sur les images pour agrandir)Travaux 31
La fontaine toujours pas achevée le 31 janvier 2020

Travaux 31
Les noms de tous les ouvriers, entreprises et élus sont gravés sur les contre-marches

"Les places comtales inaugurées en mai… mais toujours pas finies !" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/10/22/37712960.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 3 février 2020

Mise en examen effective pour l'adjoint à l'urbanisme Alexandre Gallèse

Loi des séries dans l'équipe de la majorité sortante. Suite à sa garde à vue, Alexandre Gallese a été mis en examen. Leçon immédiate tirée par l'adjoint à l'urbanisme, il quitte la liste de Maryse Joissains où il figurait en quatrième position. Défense de persifler, c'est encore l'image d'Aix qui en prend un sacré coup !

gallese titre

Dans un communiqué publié le jour même, Alexandre Gallese minimise la portée des accusations portées à son encontre en précisant : "La justice n'a retenu que des délits formels pour ma participation à des délibérations de 2013 qui seront analysées et discutées dans le cadre de la procédure à laquelle j'ai désormais accès. Aucun soupçon d'enrichissement personnel, ma probité n'est absolument pas remise en cause, aucun délit de corruption n'a été retenu (...) On me reproche sur 12 ans des irrégularités formelles, anciennes de près de 7 ans qui expliquent cette mise en cause judiciaire que je conteste."
Il a évidemment le droit de livrer sa version mais il a été mis en examen pour "trafic d’influence" et "prise illégale d’intérêts". Faut-il rappeler que Maryse Joissains a entre autres été condamnée en appel pour le second motif. Cela ne paraît pas négligeable pour la justice.
Par ailleurs, Alexandre Galles se dédouane en mettant en avant un motif de satisfaction, à savoir le fait que "La justice n’a pas jugé nécessaire d’interdire la poursuite du mandat d’élu en charge de l’urbanisme de la ville d’Aix-en-Provence, ce qui démontre le bien fondé de ma présomption d’innocence". Disons que c'est de bonne guerre. Mais ce n'est pas le rôle d'un juge d'instruction de retirer son mandat à un élu, cette mesure ne pouvant, le cas échéant, être que la conséquence d'une condamnation pénale si elle devait être prononcée à l'issue d'un procès.
Dans le cadre de la même affaire, plusieurs perquisitions et saisies ont été effectuées au sein de la direction de l'urbanisme. C'est ce qui a sans doute eu pour effet de mettre en garde à vue d'autres personnes. D'ailleurs, un promoteur a également été mis en examen pour le seul chef de trafic d'influence par le juge d'instruction, dont l'enquête se poursuit. Y a-t-il d'autres ramifications qui pourraient inquiéter d'autres promoteurs ou architectes ou même viser, qui sait, d'autres élus municipaux responsables des organismes de constructions tels que la SEMEPA et la SPLA ?
A mon humble avis, c'est la mise à plat complète du dossier qui permettra de le dire, sachant que les investigations ne sont pas achevées. 

La chronologie de l'affaire détaillée est à lire ici :

Octobre 2013 :
"Que se passe-t-il au service de la police de l'urbanisme ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/10/09/28181702.html
Octobre 2019 : 
"Alexandre Gallèse soupçonné de trafic d'influence"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/03/04/37138760.html
Janvier 2020 :
"Garde à vue pour l'adjoint à l'urbanisme Alexandre Gallèse" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2020/01/30/37983886.html

gallèse mis en examen prov 1 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 30 janvier 2020

Garde à vue pour l'adjoint à l'urbanisme Alexandre Gallèse

On a appris qu'hier matin Alexandre Gallèse, adjoint à l'urbanisme d'Aix, a été placé en garde à vue. Mais est-ce vraiment une surprise ? Pour ma part, je dirais que cela paraissait prévisible à cause des soupçons de "prise illégale d'intérêts" et de "trafic d'influence" pesant sur lui après les perquisitions menées dans les locaux du service de la rue Pierre et Marie Curie. Cette affaire qui intervient en période électorale s'ajoute l'imminence de la décision de la cour de cassation qui scellera le sort de Maryse Joissains. Dans ces conditions, pourra-t-elle gagner son pari d'être de nouveau candidate ?

urbanisme rue pierre et marie curie
L'ancienne adresse de la direction de l'urbanisme rue Pierre et Marie Curie

La garde à vue de l'adjoint à l'urbanisme, Alexandre Gallèse, est la conséquence des investigations qui se déroulent depuis deux ans au sein de la direction de l'urbanisme de la ville. Rappelez-vous, dès 2013, j'avais évoqué que l'ambiance semblait se dégrader. Puis, en mars 2019, j'avais raconté comment une perquisition des locaux avait fait jour à des soupçons de "prise illégale d'intérêts" et de "trafic d'influence" pesant sur l'adjoint au sujet de marchés publics en échange de dons pour son association politique.
La phase de l'enquête ouverte hier avec une nouvelle perquisition en est le prolongement judiciaire logique.
D'aucuns pointeront sans doute que la date choisie pourrait ne pas être anodine dans le contexte et à moins de cinquante jours du premier tour de l'élection municipale. Mais peut-on se plaindre que la justice suive son cours ?
Il faut ajouter qu'Alexandre Gallèse fait partie de la liste annoncée par Maryse Joissains qui elle-même est en attente de la décision de la cour de cassation qui se prononcera le 19 février sur son inéligibilité ou pas. Le télescopage de ces événements avec la date limite de dépôt des candidatures le 27 février va créer un sac de nœuds pour la maire sortante. Comme peut-elle s'en sortir ? Là est toute la question.    

La chronologie de l'affaire détaillée est à lire ici : 
2013 : 
"Que se passe-t-il au service de la police de l'urbanisme ?"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/10/09/28181702.html 
2019 : 
"Alexandre Gallèse soupçonné de trafic d'influence"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/03/04/37138760.html

gallèse en garde à vue prov 30

 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 24 janvier 2020

Visite privilégiée à la salle des musiques actuelles

Guidé par le directeur et gestionnaire du lieu, j'ai eu le privilège de visiter une heure durant la Salle des musiques actuelles en long et en large, la SMAC, désormais nommée 6Mic. Par son audace et sa fonctionnalité, l'édifice est impressionnant. Reportage... 

SMAC 20
(Clic sur l'image pour agrandir)

La salle des musiques actuelles dans le secteur de la Constance a été inaugurée le 9 janvier. Ce genre de tralala ne m'intéresse pas beaucoup. Aussi ai-je décidé de visiter le lieu au calme. Une heure durant, le directeur et gestionnaire, par ailleurs ami, m'a servi de guide professionnel pour me faire découvrir les 5000 m² de l'équipement dressé sur un terrain de 15.000 m². Un bâtiment audacieux de 11 mètres de haut à 17 millions d'euros conçu avec effet falaise et aspect rocheux en béton par le duo Rudy Ricciotti et Jean-Michel Battesti.
L'édifice et ses installations intérieures répondent aux dernières avancées technologiques. La sécurité est partout présente pour une bonne fonctionnalité. C'est franchement impressionnant !
Outre le grand hall central d'accueil, les divers bureaux administratifs, les loges et les nombreux studios de répétition et d'enregistrement, ce qui sera vu par le public ce seront les deux salles de concerts. Une contenant 430 places assises et 560 debout ou 2000 tout debout grâce aux sièges rétractables. L'autre 250 places à 800 debout. Une équipe de 18 employés permanents est déjà à l'œuvre car le concert de la soirée d'ouverure est programmé pour le 6 mars.
Le seul hic, c'est le nombre très insuffisant de places de stationnement, quelque 200. Mais le directeur m'a indiqué qu'il est question d'occuper bientôt un espace libre à proximité qui serait aménagé en terrain stabilisé.
La SMAC s'appelle désormais 6Mic, nom énigmatique au demeurant mais qui évoquerait une ambiance volcanique avec la jonction d'un raccourci du mot micro.

(Clic sur les images pour agrandir) 
SMAC 25
Encore en travaux quelques semaines avant

 

SMAC 20
Aménagments terminés

SMAC 20
Une partie de la structure

SMAC 20
La grande salle

SMAC 20
La petite salle

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 17 janvier 2020

Gros plongeon du coût de la rénovation de la piscine Plein ciel du Jas !

Rénover une piscine vieillissante, c'est bien. Encore faut-il en maîtriser le coût. Celle du Jas de Bouffan est un vrai cas d'école sur le flou qui caractérise les marchés publics lorsqu'on passe un avenant hors norme. Est-ce pourtant bien légal ? Lisez ce qui suit... 

CT 25 28

Au conseil de territoire du Pays d'Aix du 17 octobre, le dossier de rénovation de la piscine Plein ciel du Jas de Bouffan, qui devait rouvrir en novembre 2018, s'est vu adjoindre un avenant annonçant une lourde facture complémentaire à celle du projet initial. Je m'en suis étonné en posant la question sur ce surcoût qui me semblait ne pas répondre au code des marchés publics. La jurisprudence admet généralement un éventuel dépassement plafonné à 15%, pas plus, de l'enveloppe prévue au départ. Mais là, la nouvelle dépense s'élève à 27%. Le dossier indiquait que l'on passait de 4.411.200 euros TTC à 6.091.200 euros TTC, soit une rallonge de 1.680.000 euros TTC. 

CT 25 28

Dès ma question énoncée, remous et panique dans les rangs. Le premier adjoint, adjoint aux finances, affirme d'abord qu'il n'y a pas de problème particulier puisqu'il y a eu des travaux supplémentaires. Puis, sans doute troublé par mon interrogation ou ne connaissant pas assez le dossier : "On va vérifier ça. Ça m'étonnerait que ce ne soit pas régulier."
Intervient alors le directeur général des services pour expliquer que l'on a en fait redéfini le programme initial. Le premier adjoint reprend la parole pour essayer de faire le point : "C'est un nouveau projet." Euh, mais il y aurait donc deux projets distincts ? Alors, pourquoi cumuler les deux dépenses avec une augmentation de 27%, pourcentage ne figurant pas dans le rapport et que j'ai moi-même calculé ?
Intervient ensuite le délégué au sport qui n'éclaire pas plus. "On te donnera la liste des éléments qui ont été ajoutés au prochain conseil de territoire." Suit le sauve-qui-peut de Maryse Joissains : "De toute façon, c'est la métropole ça." "Mais, madame la présidente, dis-je, il faut quand même qu'on s'en préoccupe, c'est sur notre territoire." La confusion est totale dans les esprits, on nage dans le flou. Fin du premier épisode. 

Au conseil de territoire du 28 novembre, j'attendais les explications promises. Rien. J'ai donc de nouveau interpellé les élus. Personne n'avait vraiment vérifié ce que j'avais demandé. Sauf que le délégué au sport a tenté une nouvelle fois de justifier la raison de ce gros surcoût. Notamment par le fait que c'était le choix de la commission d'appel d'offres métropolitaine de ne pas lancer un autre marché par mesure d'économie !
A la fin du conseil, constatant que la situation n'était toujours pas claire, le directeur général des services est venu me voir pour me proposer de m'adresser les détails de toute la procédure (voir ci-dessous). Pour ainsi faire, il a consulté la direction métropolitaine des bâtiments et m'a transmis sa réponse.
Même après la lecture des indications apportées, je ne suis toujours pas convaincu de la régularité de l'avenant au regard du code des marchés publics car les explications développent surtout l'augmentation du forfait définitif de rémunération de l’équipe de maîtrise d’œuvre, c'est-à-dire, le groupement des entreprises chargées du projet, et non pas le taux du surcoût des travaux eux-mêmes qui faisait l'objet de mon interpellation. Pour moi, le doute subsiste.

CT 24 17

La réponse du directeur général des services établie par la métropole

S’inscrivant dans le plan pluriannuel de création et de réhabilitation des piscines du territoire du Pays d’Aix, la restructuration de la piscine Plein Ciel a fait l’objet du vote par le Conseil communautaire d’un programme général le 15 février 2015. Le groupement d’entreprises KEO Ingénierie – ARIES AA GROUP - ECHOLOGOS, est titulaire du marché n° 2015 M 061 relatif aux prestations de maîtrise d’œuvre pour cette restructuration. Ce marché a été notifié le 29 décembre 2015 pour un montant de 359.000€ HT. Ce prix est un forfait provisoire, établi sur la base d’une enveloppe financière prévisionnelle dédiée aux travaux de 2.900.000€ HT fixée dans les pièces du marché. 
Lors des études de Maîtrise d’œuvre confiées au groupement, il a été constaté que le coût prévisionnel des travaux n’a pas été correctement estimé par le maître d’ouvrage vu la complexité de cette réhabilitation et le type de travaux généralement exécutés dans un centre aquatique (coût moyen prévu à la base : 1750€ HT/m² plutôt adapté à du tertiaire complexe).
Le coût prévisionnel travaux revu à la hausse est de 3.917.000 € HT : soit un coût moyen de 2366€ HT/m². 
En effet, le projet prévoit des démolitions, la réhabilitation lourde de 1110m² de bâti existant, une extension de 555m² et des VRD, répartis comme suit :
- démolitions : 180.000€ HT
- réhabilitation lourde : 2.053.500€ HT soit 1850€ HT/m²
- construction neuve : 1.332.000€ HT soit 2400€ HT/m²
- VRD : 400.000€ HT
Afin de poursuivre cette opération, plusieurs scénarios avaient été évoqués et le plus économique a été retenu en comité de pilotage du projet : conserver le marché de maîtrise d’œuvre en place. En effet, résilier le contrat de maîtrise d’œuvre sous loi MOP, aurait induit :
- le coût d’un nouvel appel d’offres (publicité-AMO-personnels…)
- la partie des études déjà réalisées à faire reprendre par la nouvelle équipe,
- l’actualisation des prix sur les prestataires de service, mais aussi sur les travaux à venir (augmentation des indices).
De plus, conserver ce prestataire fait gagner au moins 18 mois (de procédures et d’études) et il est à noter que le forfait définitif de rémunération de l’équipe de maîtrise d’œuvre doit donc être calculé suivant l’article 2.5 de l’acte d’engagement et que ce dernier prévoit un rabais de 10% sur la rémunération globale du maître d’œuvre ; cette clause engendre donc une économie de 46.456€ HT, somme supplémentaire à laquelle aurait pu prétendre le titulaire si l’enveloppe prévisionnelle travaux avait été cohérente dès le départ.
C’est ainsi que le forfait définitif de la maîtrise d’œuvre passe à 10,67% + 15.000€ HT de Diagnostic donc 433.100€ HT, soit une augmentation de 74.100€ HT (seulement au lieu de 120.556€ HT ).
Il n’y a là pas de bouleversement de l’économie du marché ni de la mise en concurrence initiale. C’est pourquoi la Commission d’appel d’offres métropolitaine a approuvé cet avenant représentant une augmentation de 20,60% du marché initial au mois d’avril dernier.
Cette approbation induit celle de l’augmentation des travaux et donc de l’enveloppe financière du projet qui avait été validée lors du Comité de pilotage du 6 mars 2019.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 janvier 2020

Budget primitif 2020 : Pas de vraies réponses aux attentes des Aixois !

C'était le dernier document budgétaire fondamental du mandat. Hélas, il est dans la continuité de choix excluant de vraies réponses concrètes aux besoins des Aixois. Compte-rendu...

CM 51 16

L'équipe sortante a présenté "son" budget primitif pour 2020. Il est dans la continuité des choix opérés depuis près de dix-neuf ans. Si certains indicateurs ne sont pas forcément critiquables en termes de pure gestion comptable, ce qui caractérise la politique menée par Maryse Joissains et son adjoint aux finances, c'est la faiblesse des réponses aux attentes et aux vrais besoins quotidiens des Aixois.
On ne l'ignore pas, au fil des années, j'ai toujours et plus particulièrement insisté sur l'insuffisance criante de constructions de logements sociaux et les déséquilibres de traitement des quartiers par rapport au centre-ville qui capte un gros tiers des financements budgétaires.
Une autre gande injustice est celle de la tarification des services publics qui a vu une hausse annuelle moyenne de 3% que doivent débourser les Aixois chaque fois qu'ils ont recours à ces services. Alors, la propagande prétendant que les impôts locaux n'ont pas augmenté manque de crédibilité car elle est compensée par les ponctions dans la poche de tous les Aixois dès qu'ils ont besoin de faire appel aux services publics communaux.
A quelques semaines de l'élection municipale, il sera du devoir d'une nouvelle majorité de réorienter grandement les choix budgétaires pour remédier enfin aux injustices territoriales, sociales, associatives, culturelles et environnementales. 
Ci-après, le texte de mon intervention et la bande sonore enregistrée par mes soins durant la séance.

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

Le document de tous les tarifs de service public
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

"L'ultime rapport d'orientations budgétaires du mandat" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/12/05/37837921.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]