jeudi 3 décembre 2009

Perquisitions et élections sèment un vent de panique

Petit rattrapage pour qui aurait raté l'édito de Jean-Laurent Bernard hier matin sur France Bleu Provence. Intéressant.

logo_france_bleu_provenceBonjour.

L'avalanche judiciaire qui semble menacer une partie non négligeable de la vie publique en Provence a semé un joli vent de panique dans l'ensemble de la classe politique. Les descentes de police pour saisir des documents et du matériel informatique ne signifient pas qu'il y a culpabilité, mais au moins enquête. Ni vous ni moi n'avons l'habitude d'être réveillés par des fonctionnaires assermentés qui viendraient retourner nos logements en emportant avec eux des éléments potentiellement troublants.

Et lorsque certains élus balaient d'un revers de main ces perquisitions arguant qu'elles ne signifient rien, ils oublient un peu vite qu'elles ne sont pas banales. Elles sont même extra ordinaires. Au sens premier du mot.

Dans des entreprises, des mairies, conseil général ou communauté urbaine, les juges fouillent depuis des mois d'un bout à l'autre de la région. Le Parti socialiste et l'UMP serrent les dents en espérant passer à travers les gouttes. On peut aussi être dubitatif devant cette brusque accélération de la machine judiciaire, les élections approchent, souhaitons juste que la sacro-sainte indépendance de la justice ne soit pas calquée sur le rythme électoral.

Ensuite, sauf si les personnes qui font l'objet d'une surveillance sont totalement innocentes, celles et ceux qui se savent plus ou moins dans l'illégalité, pour rester pudique, prennent forcément des précautions. Et en plus, tout se sait.

Donc, les téléphones sur écoute et autres disques durs d'ordinateurs ne sont pas une découverte. Pourtant les enquêteurs semblent y trouver des indices, des preuves qui permettent année après année de faire tomber des tricheurs ou des truands.

L'omerta qui fait l'unanimité dans la classe politique régionale depuis le début de cette démonstration de force judiciaire témoigne moins d'un malaise que d'une espèce d'autoprotection. Se garder d'accabler son adversaire. Pas forcément par crainte de se retrouver un jour dans la position de l'arroseur arrosé, mais tout simplement parce que si la justice fait tomber un concurrent, inutile d'en rajouter, seul le résultat compte en politique.

Bonne journée. 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 14 novembre 2009

Crise de la presse : "Le Ravi" ne veut pas rater Noël

une_ravi_ori_68Crise assez généralisée de la presse, médias contrôlés par quelques grands groupes, publicité envahissante, gratuits, essor d'Internet : il reste donc très peu de place pour les petits, les indépendants, les singuliers.

Pour tenter de réagir à la chute des ventes et aller à la pêche aux lecteurs, journaux et magazines, nationaux et régionaux, ont aussi investi la toile. Las, sans grande imagination puisque leur contenu est à peu de choses près le même que celui de la version papier.

Or, ce qui fait problème, c'est le nombre d'informations prédigérées en amont par les agences de presse qui sont reprises telles quelles ou presque par les journaux sur un même mode formaté. Le résultat est que cette uniformisation peine à séduire efficacement. On peut d'ailleurs constater le même phénomène pour les télés et les radios, ce qui n'incite certainement pas le public              (Clic sur l'image )         à aller se procurer des journaux qui feraient doublons.

En face, au prix d'énormes efforts, quelques sites pionniers - de qualité - tentent de trouver un espace et de se distinguer en créant leurs propres outils et un style personnel pour traiter l'information sous un nouveau jour. Certains rencontrent un succès de fréquentation grâce à un lectorat avide d'originalité. C'est le cas par exemple de Mediapart, Arrêt sur images, Rue89, Bakchich…

Et puis, il y a l'autre presse, celle qui veut garder son entière liberté en refusant la publicité. Dans cette catégorie, le modèle absolu est le Canard enchaîné. Dans la même veine, mais à un niveau local, des initiatives souvent menées par des bénévoles essaient de se frayer courageusement un chemin.

C'est le cas du Ravi qui a maintenant six années d'existence et qui se débat pour pérenniser ses 28 pages mensuelles. Il ne coûte que 2,80 euros. Par comparaison, en termes de prix, un quotidien régional acheté tous les jours revient à 30 euros par mois.

Personnellement, ayant toujours aimé m'informer, j'achète pas mal de journaux, les plus différents possibles. Voilà pourquoi je soutiens aussi le Ravi chaque mois sur mon blog. Le n° 68 de novembre est sorti depuis quelques jours. Le sommaire est très fourni, avec des articles toujours bien fouillés et des dessins joyeusement incisifs. C'est vraiment l'information autrement. On peut vérifier ci-dessous.

Le sommaire du n° 68 :

http://www.leravi.org/spip.php?article838 

Le site :

http://www.leravi.org/ 

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 octobre 2009

Une pétition de soutien pour Radio Zinzine d'Aix

zinzine_radio_libreDepuis 1998, Radio Zinzine Aix (association "Aix-Ensemble") offre un relais de l’expression sociale et culturelle des acteurs citoyens du Pays d’Aix. Depuis septembre 2003, elle occupe des locaux rue de la Molle, gracieusement mis à disposition par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône.

Brusquement, en septembre 2009, le CG13 a ordonné à la radio de quitter les lieux sans proposer d’autres locaux pour continuer à assurer cette mission. La diversité et la qualité des programmes ont toujours été au service de l’expression démocratique et citoyenne du Pays d’Aix et de la région PACA.

La décision du Conseil Général signe l’arrêt de mort de Radio Zinzine à Aix, ainsi que le licenciement de son dernier salarié. Cette décision est incompréhensible !

Signer la pétition, c'est soutenir la seule radio libre d’Aix-en-Provence afin qu’elle dispose de locaux sur Aix-en-Provence, lui permettant de poursuivre ses activités.

Adresse de la pétition :

http://www.lapetition.be/en-ligne/sauvons-radio-zinzine-aix-en-provence--5230.html

Le site de Radio Zinzine (Aix 88.1 FM) :

http://www.radiozinzineaix.org 

Posté par CASTRONOVO à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Le Ravi" refuse de baisser les bras…

une_ravi_67"Le Ravi" est un mensuel combatif. Le n° 67 d'octobre (2,80€) le prouve encore une fois. Universités, élections régionales et de très nombreux sujets sont au menu de ce mois-ci. Il est essentiel de se le procurer ainsi que les suivants car, pour survivre, l'association qui tient ce journal à bout de bras a besoin de lecteurs mais aussi de dons, aussi minimes soient-ils. On trouvera ci-dessous le lien qui permet d'apporter un soutien à cet organe de presse indépendant sans pub et sans concession qui traite l'information comme nulle part ailleurs. Merci pour eux.

   

une_ravi_67_soutien

(Clic sur l'image pour agrandir)

Le sommaire du n° 67 d'octobre :

http://www.leravi.org/spip.php?article838 

Le site et le bulletin de souscription :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 25 septembre 2009

"Le Ravi" de septembre raconte les élections d'Aix

"Le Ravi" de septembre revient sur la rocambolesque période électorale de l'été et son épilogue (provisoire ?). J'en profite pour dire à mes chers visiteurs que ce n°66 est encore en vente en kiosque (2,80€) et qu'il est essentiel de se le procurer ainsi que les suivants car l'association qui tient ce journal à bout de bras a besoin de lecteurs mais aussi de dons, aussi minimes soient-ils, pour survivre. On trouvera plus bas le lien qui permet d'apporter un soutien à cet organe de presse sans pub qui nous régale d'informations au ton décapant. Merci pour eux.

ravi_joissains_revient_sept_2009

(Clic sur l'image pour agrandir)

Le sommaire du n°66 de septembre :

http://www.leravi.org/spip.php?article838 

gif_fleche_rougeLe site et le bulletin de souscription :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 juillet 2009

Lettre ouverte aux socialistes par Edwy Plenel

logo_mediapartLe 9 juin dernier, Edwy Plenel, qui anime le site Mediapart, publiait une longue lettre ouverte aux socialistes. En voici quelques extraits qui me paraissent dire quelques vérités et pouvoir avoir à bien des égards des points communs avec les mœurs locales. A lire de toute urgence.

Peut-être est-il trop tard, et cette lettre inutile. Je vous ai écoutés depuis dimanche soir : les mêmes mots désolés, les mêmes phrases d'attrition, le même lamento qu'aux soirs de vos échecs de 2002 et de 2007, ces élections présidentielles supposées imperdables. Mots vides, phrases creuses, refrains artificiels auxquels, depuis le temps, nous ne pouvons plus croire. Car sans doute les retrouverait-on, identiques, aux soirs de vos cinglants revers législatifs de 1986 et de 1993. C'est une vieille manie : les soirées de défaites électorales, vous vous souvenez soudain de vos électeurs. Quand vous les perdez…

Puis vous revenez à vos affaires, sans rien changer de vos habitudes, manoeuvres d'appareil, divisions intestines, rivalités personnelles. Avec la conviction tranquille qu'un retour de balancier vous assurera, de nouveau, places, postes, réseaux. Comme si vous étiez définitivement la seule alternance possible à la droite et naturellement les propriétaires des suffrages qui vont avec. Comme si vous n'aviez pas à les reconquérir. Comme s'ils vous revenaient de droit, telles des brebis égarées trouvant forcément le chemin du bercail. Procès d'intention, direz-vous. Non, simple constat logique : si vous pensiez vraiment le contraire, vous auriez agi autrement depuis 2007, voire depuis 2002. Vous vous seriez ressaisis, vous n'auriez pas privilégié vos détestations plutôt que vos solidarités, vous ne vous seriez pas écharpés comme des chiffonniers, vous n'auriez pas truqué vos propres votes de congrès, vous n'auriez pas offert ce spectacle lamentable à Reims, vous ne vous seriez pas repliés sur vous-mêmes en ces temps d'urgence sociale et démocratique, bref vous auriez pensé à parler à celles et ceux sans lesquels vous n'êtes politiquement rien, plus rien : vos concitoyens, vos électeurs.

Quel droit ai-je à vous apostropher ainsi ? Justement, celui d'être, comme des millions d'autres Français, l'un de vos électeurs, fidèle et constant. J'ai beau parfois la juger avec sévérité, puisque confronté dans mon travail de journaliste à ses incohérences ou à ses impostures, la gauche reste ma famille, de coeur et d'esprit.

La gauche ? Sans l'idéaliser, je veux dire par là cette conviction élémentaire que, derrière tout désordre, il y a une injustice, quand conservateurs et réactionnaires choisiront l'injustice plutôt que le désordre. Or, depuis votre congrès d'Epinay en 1971, depuis la dynamique unitaire qui a suivi, depuis qu'ainsi, vous avez définitivement ravi au Parti communiste la première place, vouloir que la gauche gouverne le pays oblige à voter pour vous, par-delà la diversité des gauches françaises.

Cette responsabilité que vous revendiquez auprès de nous, nous donne donc quelques droits sur vous, et d'abord celui de vous parler franchement. Pour vous dire que les partis sont mortels, qu'aucune étiquette n'est éternelle et que les idéaux n'ont pas d'écurie assignée. […]

Car le résultat électoral du 7 juin 2009 n'est pas un accident, mais une confirmation : celle de votre incapacité collective à vous réinventer un avenir, un projet, une vision. Contrairement aux commentaires convenus, ce n'est pas l'opposition déterminée à Nicolas Sarkozy qui a été sanctionnée dans les urnes, mais votre impuissance à incarner une opposition crédible. Abstentionnistes massifs - dont, pour l'essentiel, la jeunesse et les classes populaires, et électeurs écologistes, dont, notamment, le socle urbain et diplômé de votre électorat, ont sanctionné, par leur absence ou par leur vote, vos divisions, vos faiblesses et vos silences. L'affirmer, ce n'est aucunement diminuer le mérite des listes Europe Ecologie qui ont suscité l'adhésion par contraste avec vos manques. L'unité des différences, l'originalité du projet, le souci du monde et le souffle de démocratie étaient en effet de leur côté, pas du vôtre. […]

Pendant que les écologistes travaillaient, vous vous disputiez. Non pas sur les idées, tant les divergences sont au fond minimes entre vous, mais sur les personnes. […] La sanction électorale dont vous faites l'objet vient de loin. Elle frappe de longues fainéantises et d'anciens renoncements. […]

Alors, que faire ? La réponse vous appartient, et je n'ai aucune recette en magasin. Je pressens seulement que si vous continuez comme avant, sans sursaut ni vision, vous serez perdus. Jusqu'ici, vous viviez dans le confort de vos fiefs municipaux, départementaux et régionaux. Après tout, vous pouviez digérer l'échec national si vous restiez maîtres des territoires. A un an des élections régionales, l'alarme de ces élections européennes annonce la fin de cette illusion.

Les Verts, que n'obnubile pas la présidentielle, pensent déjà aux régionales, avec la cohérence, le dynamisme et le systématisme qu'ils viennent de prouver. Et ils n'ont aucune raison de se dissoudre dans un front opportun dont vous auriez soudain le souci, après avoir joué en solitaires. Pas plus sans doute que les gauches de la gauche qui préféreront se rapprocher avant de se tourner vers vous. Hier, vous avez dominé et instrumenté la gauche plurielle, plutôt que vous ne l'avez animée et fédérée. Aujourd'hui, vous ne pouvez penser la réanimer artificiellement sur la base de votre propre faiblesse. […]

Ma sévérité est à la mesure de mon attente. Je ne crois pas à la politique du pire. Les crises ne sont pas forcément salvatrices. Elles peuvent accoucher aussi bien de régressions terribles, avec l'installation durable de pouvoirs orwelliens mâtinés de télé-réalité, répétant sans cesse à des peuples anesthésiés et désinformés : ayez peur, ayez bien peur, ayez surtout peur, et laissez-moi m'occuper tout seul du reste. De tout le reste. Et, par-dessus tout, de l'argent et de la puissance, ces deux adversaires éternels de l'espérance progressiste. C'est ce cauchemar qu'il nous faut faire fuir, tous ensemble.

Merci de m'avoir lu jusqu'à la fin.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 9 juillet 2009

Le Ravi fête l'été avec un cahier de vacances

une_ravi_65Le n° 65 de juillet-août du "Ravi" (2,80€) vient de sortir en forme de cahier de vacances. Avec beaucoup d'imagination, le mensuel nous entraîne à jouer avec l'actualité en nous proposant tests, QCM et devinettes. Sans oublier la campagne électorale aixoise avec, un CV, une interview et un visage bien caricaturé d'un candidat dont je tairai le nom (à lire, si possible avant le premier tour). Et aussi, un point de vue iconoclaste sur le sens des grandes expos estivales et un exercice scolaire, désopilant et bien imité, consistant à compléter les espaces vides du fameux tract (si, vous savez bien de quoi il s'agit) en choisissant les bonnes réponses parmi plusieurs citations. Et puis, entre autres gourmandises, régal suprême, des dessins toujours aussi marrants et caustiques.

Le sommaire du n° 65 :

http://www.leravi.org/spip.php?article778

Le site (tout beau, tout refait) :

http://www.leravi.org/ 

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 juin 2009

TV7 Provence, la télé locale qu'il nous faut !

logo_TV7_provence

      

Connaissez-vous notre super télé locale ? Installée au cœur même d'Aix depuis plus d'un an, TV7 Provence réalise d'excellents programmes sur tout ce qui se passe à Aix et dans la région, tous diffusés par l'Internet. De nombreuses vidéos proposent des reportages, des interviews et même des débats. Depuis quelques jours, les responsables produisent un effort remarquable pour rendre compte de la campagne électorale aixoise, dans le respect du pluralisme et de l'équité. Afin d'établir une démarche interactive avec les visiteurs, la rédaction autorise les commentaires en réaction à chaque vidéo. Trop sympa TV7 ! Un site à découvrir et à mettre en lien dans vos favoris.

Le site de TV7 Provence :

www.tv7provence.com

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

lundi 15 juin 2009

"Le Ravi", contre les idées reçues

une_ravi_64"Le Ravi" n'° 64 de juin (2,80€) publie un très bon dossier central sur "ces citadins qui rêvent de vert". Mais, il n'y a pas que cela. Comme chaque mois, le journal traite de nombreux sujets dans un style qui fait un sort aux clichés et le bonheur des lecteurs. Dans sa rubrique sur les blogs, il se penche sur le nouveau quotidien "Tribune du Sud" en relevant deux avis trouvés sur le net... dont le mien. Depuis que j'ai donné mes premières impressions sur ce journal, j'ai pu constater une évolution dans la qualité des articles. Tribune du Sud (0,90€) devient percutant et commence à dire ce que d'autres taisent. L'élection municipale d'Aix bénéficie d'un regard différent qui va derrière les apparences.

ravi_64_blog_beautiful

(Clic sur l'image pour agrandir)

Un large extrait de l'article de Rémi Leroux

Le sommaire du n° 64 de juin :

http://www.leravi.org/spip.php?article769

Le site (complètement rénové) :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 2 juin 2009

"Tribune du Sud" donne la parole aux blogueurs

Le nouveau quotidien régional, "Tribune du Sud", est né il y a un peu plus de deux semaines. Pour m'en faire une idée, je l'ai acheté tous les jours. Il me semble que les articles commencent à prendre de l'allure. C'est bien écrit et présenté de manière lisible.

Pour me forger une opinion, je m'astreins à ne pas faire la comparaison avec tout autre quotidien local existant, pour éviter de me dire il y a ceci en plus, il y a cela en moins. Ce qui m'intéresse, c'est l'information et l'angle d'attaque. Pour le moment, on sent une neutralité (politique) et un certain courage à aborder plus au fond des sujets qui peuvent sans doute déplaire dans les sphères de pouvoir.

A ma surprise, il y a quelques jours, en tant que blogueur, j'ai été contacté par la rédaction qui m'a proposé de réagir sur un thème d'actualité. On m'a précisé que le quotidien souhaitait ouvrir et alimenter une rubrique "Tribune des blogs" une fois par semaine afin d'établir un lien entre le journal papier et l'internet.

J'ai accepté de jouer le jeu sans a priori car j'avais la garantie de voir mon article publié sans aucune retouche ou censure. D'autres blogueurs, de sensibilités politiques et de centres d'intérêts différents, ont également donné leur accord. Et, samedi, a paru la première tribune sur une page entière consacrée à nos cinq points de vue sur la loi Hadopi. La rédaction a ensuite mis en ligne sur son site les liens renvoyant à nos blogs respectifs. C'est plutôt sympa.

Voici donc ma contribution telle qu'elle a été publiée.

tribune_hadopi_titre

tribune_hadopi_dessin

tribune_hadopi_LAC

(Clic sur l'image pour agrandir)

Pour découvrir le journal et voir les liens vers les autres blogs, c'est ici :

http://www.tribunedusud.fr/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]