jeudi 26 septembre 2019

Bilan de mandat : Qu'a fait la mairie de l'argent des Aixois ?

L'heure du bilan du mandat est arrivée. A l'occasion du débat sur le compte administratif, je suis intervenu au conseil municipal pour rappeler quelques vérités qui ne plaisent pas à Maryse Joissains sur ses choix politiques, que je ne partage pas...

CM 47 28

En juin, la municipalité a présenté le compte administratif de l'année 2018. Ce document est sans doute le plus important à connaître car il retrace de manière très détaillée les résultats des choix de l'équipe majoritaire. Nous ne sommes donc plus sur les prévisions et les modifications du budget en cours d'année dans lequel les recettes et les dépenses varient au gré de l'exécution des décisions.
Le compte administratif est le document qui agrège le budget primitif et le budget suppémentaire et offre par conséquent l'image la plus complète de l'emploi de l'argent public.
Un document annexe obligatoire fournit en autres la totalité des informations réelles sur la fiscalité, l'état des emprunts et des remboursements et de la dette, le patrimoine mobilier et immobilier de la commune, l'état des effectifs municipaux, la liste des toutes les associations et structures ainsi que les montants des subventions accordées. Un vrai régal pour moi.
Cette année, puisque nous sommes dans la dernière ligne droite de la fin du mandat, au lieu de rentrer dans la cuisine des chiffres, j'ai préféré intervenir pour faire apparaître le bilan que je tire des politiques menées par Maryse Joissains. On ne sera pas surpris de mes critiques…
Je vous propose deux moyens d'en prendre connaissance : soit par le texte, soit par la bande son.

compte-administratif

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document) 

CM 47 28

CM 47 28

CM 47 28

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 septembre 2019

Quelques brèves qui piquent : Commerce, logement, Arena

Les brèves ont l'avantage d'aller droit eu but. En voici un lot assez parlant sur trois sujets, la grande braderie, le logement et l'Arena...

aix en commerce braderie 6
(Clic sur l'image pour agrandir)
Misère de la grande braderie rue des Cordeliers
Braderie 

Début septembre, j'ai tenu à aller vérifier si la dénommée grande braderie du centre-ville avait fait mieux que celles des années précédentes qui étaient très riquiqui. J'en ai parlé à plusieurs reprises, photos à l'apppui. Les organisateurs de l'association Aix en commerce (qui n'a plus de subvention de la mairie depuis que j'avais relevé son inefficacité) indiquaient que 90 commerces (sur quelque 400 !) devaient participer. J'ai été pris d'un doute en parcourant les rues. La rue Papassaudi comptait 15 participants, le record. Mais les rues des Cordeliers (4), Chabrier (2) et Méjanes (7) faisaient peine à voir.

aix en commerce braderie 6
(Clic sur l'image pour agrandir)
Rue Chabrier

aix en commerce braderie 6
(Clic sur l'image pour agrandir)
Rue Méjanes 

Logement
En décembre dernier, lors de la présentation du budget primitif 2019, l'adjoint aux finances avait indiqué que le montant de la pénalité pour carence de logements sociaux était de 606.082 euros, soit, selon lui, en baisse par rapport à l'année précédente. Quel miracle avait pu ainsi se produire ? Eh bien, il n'y a pas eu de miracle. Le taux de logements sociaux n'a pas varié, s'établissant hélas toujours à 19,90%, donc bien inférieur aux 25% de la loi SRU. En juillet, le document du compte administratif précisait qu'il avait fallu ajouter 161.400 euros. Total : 767.482 euros. 

logements sociaux 19,9% prov 24

Arena 
Ici et là, La Provence reprend sympathiquement quelques-unes des phrases de blog. Surtout lorsqu'elles font un peu mal. 

arena prov 8
Et petite cerise… 

blog absentéisme des élus prov 18

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 septembre 2019

Le Ravi de septembre sur les bancs de l'école

une ravi 176

Ecoles en péril ? Oui ! Et ce n'est pas une vue de l'esprit. Il ne s'agit pas que des établissements mal en point de Marseille. Au-delà de cela, mais faisant partie intégrante des mesures urgentes à prendre, il faut s'attaquer aux inégalités sociales, aux disparités territoriales urbaines et rurales, à l'accompagnement adapté à chaque enfant, et j'en passe.
L'enquête du Ravi est éclairante sur les constats et les diagnostics établis de longue date. Et pose la question cruciale : y a-t-il ou pas une volonté politique pour agir efficacement et donner à tous les élèves les mêmes chances pour s'épanouir et réussir ? Prenez le temps de lire le tableau du mensuel. Edifiant !
Il y a aussi pas mal d'articles politiques sur les inconduites de certains élus et les manœuvres en vue des élections municipales de mars prochain. Ne perdez pas votre temps à écouter les chaînes d'info en continu avec les bavardages en boucle des commentateurs ou des prétendus experts qui ne représentent qu'eux-mêmes.
Le Ravi ne tartine pas. C'est du concentré et cela nous fait économiser du temps. Il va droit au cœur des sujets, tant pis si ça fait mal à certains. Recommandation spéciale pour la dernière page traçant un portrait cocasse de Patrick de Carolis, candidat à Arles malgré son casier judiciaire. Je ne vous dis que ça…

Pour soutenir ou faire un don : 
www.okpal.com/leravi
Pour s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?article1188

Le sommaire de septembre :
http://www.leravi.org/spip.php?article3290
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 16 septembre 2019

Le vrai signal de la rentrée, c'est quand la reprise ne peut plus être remise...

On sait que c'est vraiment la rentrée lorsqu'on constate que l'agenda se remplit peu à peu et parfois même beaucoup. Aujourd'hui, petit florilège de mes périples aux quatre coins de la ville. Souvenirs, émotions et une première pour moi... 

Assogora 15
(Clic sur l'image pour agrandir)
Hier, Assogora sur le cours Mirabeau 

A y réléchir après coup, les congés d'été n'offrent que peu de répit. En tout cas, c'est le sentiment que l'on a de la vitesse à laquelle le temps passe quand on peut profiter d'une période de recul. D'autant que l'agenda se remplit de nouveau sans attendre.
Pour ma part, le 21 août, j'ai assisté au 75ème anniversaire de la Libération d'Aix qui fut cette année sans doute l'une des plus réussies.

LAC Libération 21
(Clic sur l'image pour agrandir) 

Dès la première semaine de septembre, c'était déjà la rentrée pour la commission d'appel d'offre qui a lieu tous les quinze jours. J'ai aussi assisté à l'inauguration du terrain de jeux pour enfants aux Floralies et au dévoilement émouvant d'une plaque au siège du club Handisport aixois pour rendre hommage à son président Charles Weiss et à son trésorier Jean-Marc Mariani disparus récemment.

handisport 5
(Clic sur les images pour agrandir)
Je suis en veston bleu à droite
handisport 5

Ce weekend, les associations aixoises ont fait le plein dans la ville. Vendredi dernier, c'était à Puyricard. Et le dimanche à Pont de Béraud. Ce samedi, c'était au tour de Luynes où j'étais avec mon ami Edouard Baldo. Idem hier, où nous avons déambulé pendant quatre heures alors qu'un public nombreux avait envahi le cours Mirabeau pour la traditionnelle présentation annuelle des activités associatives.
Dira-t-on jamais assez le rôle et le dévouement des bénévoles qui animent la vie sociale en proposant une grande diversité d'initiatives dans tous les domaines. Et qui permettent les rencontres, les échanges et de donner du corps à la vie citoyenne. Je suis moi-même issu de ce monde-là. Et cela me réjouit de constater que, si la relève n'est pas toujours facile, l'esprit de l'investissement et du partage demeure fort.  
Enfin, en forme de clin d'œil, pour me rendre en centre-ville, j'ai pu étrenner mon premier déplacement à bord de l'Aixpress. Et ça aussi, c'était plutôt chouette. 

BHNS 15
(Clic sur l'image pour agrandir)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 11 septembre 2019

Crèches : Suite à mon interpellation, le président répond sur sa gestion

Les grosses chaleurs de l'été n'ont pas fait fondre l'actualité. Pour preuve, le rebondissement dans le dossier des crèches dont les personnels exprimaient leur souffrance et que j'avais évoqué au conseil municipal. Pas vraiment content, le président des Petits Chaperons rouges s'est fendu d'une lettre réponse au maire, reconnaissant de fait des "couacs" dans la gestion des ressources humaines. Mais à part cela, tout irait bien. C'est encore à voir... 

crèches lettre devesa en-têtes

La pause estivale n'a pas recouvert de sable l'actualité. Et, dans le cas présent, la question sociale. Ainsi, l'affaire des crèches a connu un rebondissement. Après mon intervention au conseil municipal de juin où j'ai fait part des revendications des personnels mécontents de la gestion des ressources humaines (voir lien ci-dessous), le président national de la société Les Petits chaperons rouges, délégataire, n'a pas eu l'air d'apprécier que cela soit évoqué publiquement et en détail.
A la parution du compte-rendu de La Provence le lendemain même, il m'a téléphoné à mon domicile en se procurant mon numéro privé. Mais bon. Qu'avait-il à me dire ?
Il constestait les informations dévoilées au conseil municipal. Il en a profité pour dénigrer ses propres employées et minimiser les problèmes qu'elles rencontraient. Voyez-vous ça. J'ai évidemment répondu point par point. Il m'a alors proposé une rencontre et de me rappeler pour m'indiquer ses disponibilités. Ce que j'ai accepté. Mais, mais… il n'a jamais donné suite pour ce rendez-vous.
Au conseil municipal de juillet, j'ai donc tout raconté sur ce manque de manière. Et voilà que fin juillet, l'adjointe à l'éducation me transmet un courrier de ce monsieur. Elle m'indique qu'il a finalement préféré répondre par écrit à la mairie, d'où son absence de rappel, et sans excuse à mon endroit. J'ai lu la lettre de ce monsieur avec beaucoup d'attention. Or, mis devant les faits, il a bien été obligé de reconnaître plus que des couacs dans sa gestion (à consulter par le lien ci-dessous).
On notera qu'il s'adresse à la maire d'Aix en ajoutant "Chère Maryse". Je ne veux pas spéculer sur le sens ou la portée de cette familiarité incongrue mais on pourrait…

"Crèches : Les personnels en souffrance réclament une meilleure gestion" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2019/07/08/37485149.html

La lettre réponse du président est ICI

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 septembre 2019

Suzanne Picheral : Une grande âme et une grande dame nous a quittés

Nous garderons longtemps dans nos cœurs l'image douce et le sourire bienveillant de Suzanne Picheral qui nous a quittés dans la discrétion qui était à la fois sa nature et sa force. Souvenirs, souvenirs d'une grande âme et d'une grande dame d'Aix... 

Suzanne Picheral E 15

Elle était la gentillesse et la bienveillance. Elle restera ainsi car nous gardons dans nos cœurs son sourire et sa bonne humeur. Suzanne, épouse de l'ancien maire et ami Jean-François Picheral vient de prendre le chemin de l'éternité. Emplie d'humanité, elle donnait de son temps aux plus fragiles et n'hésitait pas à se joindre aux bénévoles lors d'événements qui leur étaient consacrés à l'exemple des soutiens à la Croix-rouge ou à l'enfance.
Je l'ai personnellement vue plusieurs fois dans les quartiers se joindre aux organisteurs qui distribuaient les petits cadeaux de Noël aux gosses et donner en toute simplicité le coup de main lors de remises de récompenses aux sportifs. Elle avait d'ailleurs longtemps présidé le plus grand club d'escrime d'Aix. Toujours au côté de Jean-François sans jamais se mettre en avant. Cette attitude modeste et retenue lui a valu une large reconnaissance méritée de la population car elle était à l'écoute de toutes et de tous.
Pendant les deux mandats de Jean-François, j'ai eu le bonheur de la côtoyer en particulier lors des visites de quartier du samedi matin et aussi pendant les campagnes électorales où sa presence était appréciée. Beaucoup de personnes venaient la saluer respectueusement parce qu'elles connaissaient sa disponibilité et son dévouement de chaque instant. Suzanne était une grande âme et une grande dame.
Suzanne, aujourd'hui, nous sommes tristes et pensons très fortement à Jean-François et à votre famille. Ton souvenir ne nous quitte pas et nous le partageons avec toutes celles et tous ceux qui t'ont connue.

suzanne picheral B

suzanne prov 4

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]