Les dangers pour la santé sont partout. Les alertes en tous genres, principe de précaution ou faits avérés, diffusées tous les jours par les médias nous en apportent la preuve. Les stades ne sont pas épargnés à cause des revêtements synthétiques contenant des billes de caoutchouc qualifiées de toxiques pour les joueurs. Illustration avec le cas du stade de rugby Maurice-David au Jas de Bouffan...

CM 45 22

Aujourd'hui, je veux simplement traiter le cas des revêtements des stades aixois. Vous avez peut-être vu l'excellent reportage d'Envoyé spécial en février 2018. La question se pose aussi à Aix. C'est ce qui m'a amené à interroger la mairie sur le gazon synthétique de rugby du stade Maurice-David.
Un ami, parent d'un jeune garçon inscrit dans une équipe, m'a contacté pour me dire son inquiétude. Le revêtement est-il composé de matières dangereuses ? Les enfants, mais aussi les adultes, sont-ils susceptibles d'être affectés par les frottements réguliers de leur corps avec le sol lors des entraînements ou des matchs ?
Ce qui pose question en effet, c'est la présence de granulats en catoutchouc provenant de morceaux de pneus recyclés. Après plusieurs analyses, la prise conscience semble se faire pour considérer qu'il faut trouver des solutions ne présentant aucun risque. Mais les synthétiques nouvelle génération coûtent cher et l'on ne peut raisonnablement tous les remplacer en même temps.
Au conseil municipal de mars, je me suis adressé à l'adjoint au sport pour en savoir plus sur les initiatives de la mairie. Il m'a assuré qu'il allait tenir compte des problèmes rencontrés un peu partout dans les installations sportives de la ville en les traitant au cas par cas. Désormais, les nouveaux tapis contiennent des billes en caoutchouc naturel encapsulées.
Les avantages sont les suivants : outre la sécurité, leur durée de vie passe de 10 à 15 ans et nécessite moins d'arrosage, ce qui permet d'économiser l'eau.
Selon l'élu, la priorité va d'abord aux terrains les plus fréquentés. Par exemple, le taux est plus élevé au stade Carcassonne qu'aux Milles ou à Luynes. Au stade Maurice-David, c'est le terrain B qui fera l'objet d'un nouveau revêtement. C'est d'ailleurs suite à une réclamation d’une équipe sénior que la Fédération française de rugby a suspendu ce terrain pour des questions de toxicité. Ce qui fait que, tant que le terrain ne sera pas praticable, les utilisateurs s’entraînent maintenant soit sur le terrain C (herbe) soit au Val de l’Arc (herbe également).
En conclusion, il est difficile de se plaindre de la sensibilisation de la mairie pour améliorer les conditions de jeu, surtout pour les enfants. Reste à savoir si un plan de rénovation des gazons sera établi et si un calendrier est à l'étude pour que cela ne s'étale pas trop dans le temps. 

Le reportage d'Envoyé spécial de France 2 du 22 février 2018