jeudi 20 décembre 2018

Des choix budgétaires 2019 qui pénalisent encore les Aixois !

La séance du conseil municipal de lundi a hélas confirmé ce que je dénonce depuis longtemps. Maryse Joissains se targue de ne pas avoir augmenté les impôts locaux directs depuis 17 ans. Mais, dans la même période, la hausse des tarifs des services publics au quotidien a été très importante, 27,10%. Les surprises ne manquent pas. Explications, à lire jusqu'au bout...

CM 42 9

CM 42 9

LE BLOG REPRENDRA EN JANVIER.
Ce qui est trompeur dans cette affaire, c'est que pour les impôts locaux, nous recevons chaque année la feuille d'imposition. En revanche, ce que nous payons chaque jour pour bénéficier des services ne figure sur aucun document destiné aux citoyens. C'est donc plus sournois et nous n'y prêtons pas forcément la même attention que pour l'avis des impôts.
Après le rapport d'orientations budgétaires en novembre pour 2019, le budget primitif a été présenté lundi. Les dossiers sont intéressants à plus d'un titre. Ils fournissent des données sur la situation au niveau national, principalement les éléments de la loi de finance définie par le gouvernement. On peut ainsi mesurer l'impact des mesures affectant les collectivités territoriales, taxes, aides de l'Etat, compensations en fonction de la taille des communes.
Par exemple, en comparaison avec certaines années précédentes, on ne parle plus de baisse des dotations de l'Etat aux collectivités mais on signifie aux collectivités qu'elles doivent limiter l'évolution de leurs dépenses. Contrairement à d'autres collectivités qui s'adonnent à des dérives insupportables, Aix n'est pas vraiment concernée.
Mais cela veut-il dire que la gestion aixoise est vertueuse comme l'affirment Maryse Joissains et son adjoint aux finances ? Ma lecture est évidemment différente. J'y vois surtout une vision comptable plutôt qu'une vision véritablement politique et prioritaire de ce que doit faire une collectivité au service de la population. Tant en termes du quotidien qu'en termes de préparation prospective. 
Pour les étapes successives de la disparition de la taxe d'habitation, l'Etat s'est engagé à la compenser à l'euro près. Ce qui me préoccupe plus c'est le chiffre de 40% de foyes fiscaux exonérés de la TH qui, à mon avis, est révélateur du nombre de familles en difficulté voire en souffrance. Je prône donc des efforts pour ne pas laisser tomber ces foyers dans des situations encore plus difficiles. C'est un choix qui relève d'une volonté politique.
Des tripotages faits en douce... 
Car il y a bien la vie quotidienne des Aixois. Que fait-on pour eux ? Par exemple, pour le logement. La Ville continue de payer des pénalités au titre de l'insuffisance de construction de logements sociaux, encore 606.082 euros cette année. C'est une dépense dont on aurait pu se dispenser et utiliser autrement si le Plan local d'urbanisme avait été prévu et conçu pour rattraper les carences.
Par ailleurs, comme je l'ai signalé dans de précédents articles, la Ville a conclu une transaction avec le Canal de Provence sous prétexte de déplacer la station de potabilisation de Saint-Eutrope. Cela faisant, la Ville a perdu définitivement l'avantage de la gratuité perpétuelle d'une partie de l'eau fournie et a reçu en échange 14 millions d'euros. Or, cette opération ne se renouvellera plus. C'est une mauvaise affaire, on le voit déjà en 2019. Ce sera donc un nouvel impôt déguisé pour les Aixois.
Pour poursuivre dans le même sens, j'ai été très étonné de découvrir une ligne dite "remboursement de contentieux" à hauteur de 1.330.000 euros. On n'a pas su répondre à ma question.
Poursuivons avec les cessions de biens patrimoniaux communaux. La mairie veut vendre l'iimmeuble Gayaud/Verdun, là où l'on aménage les trois places, à la SPLA pour 2.600.000 euros ? Pour y faire quoi et pour qui, d'ailleurs ? Le projet est dans le flou. Ne pourrait-on profiter de conserver cet immeuble pour du logement social permettant de diversifier la mixité sociale (personnes âgées, personnes handicapées, jeunes couples, étudiants…) ? 
Alors, gagnants ou perdants les Aixois ?
Plus largement, en ce qui concerne les grandes lignes du Budget primitif 2019, les seules nouveautés sont celles qui résultent des transferts de compétences avec la Métropole. Je n'ai vu aucune innovation significative dans les choix de la municipalité qui puissent s'assimiler à une prise en compte plus forte des attentes et des besoins des Aixois. Tiens, dernier exemple, la mairie semble se réjouir des économies liées à la modification des rythmes scolaires à hauteur de 372.000 euros. Là encore, n'aurait-on pas pu les investir pour l'accueil des enfants dans les centres aérés au lieu d'en fermer deux ? 
Au même conseil municipal figurait le recueil des tarifs des services publics (voir le recueil intégral ci-dessous). Pour 2019, comme depuis 17 ans, l'augmentation sera de nouveau de 3% en moyenne alors qu'en parallèle sur la même durée l'inflation moyenne est de 1,40%. Une fois de plus, les hausses les plus pénalisantes sont celles qui sont liées au quotidien des Aixois : seniors, culture, espace public, locations de salles municipales, caveaux, documents d'urbanisme pour le grand public.
Je me suis donc livré à un exercice simple à caractère pédagogique. J'ai établi une correspondance entre les taux fiscaux (rappelez-vous la propagande de la campagne d'affichage récente "Vos impôts n'ont pas augmenté depuis 22 ans") et les taxes et droits divers. Eh bien, sur 17 ans, en euros constants, la hausse de ces derniers est de 27,10% ! Ne pas oublier non plus les sacrifices dus à la baisse régulière, parfois à la hache, des subventions aux associations qui exercent pourtant pour beaucoup d'entre elles un rôle de service public.
En conclusion, je livre ce tableau récapitulatif qui, je l'espère, fera encore mieux comprendre que l'argent qu'on fait semblant de ne pas prendre dans la poche droite des Aixois est repris dans la gauche…

CM 43 17

(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

CM 42 9

CM 42 9

"Aixois, où va vraiment votre argent ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/09/28/36713548.html
"Impôts locaux" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/10/10/36765362.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 décembre 2018

De tout un peu sur les kiosques, les parkings, le commerce et le patrimoine

Je livre ici en vrac quelques informations en forme de brèves qui peuvent en dire plus long et que je ne veux en aucun cas laisser passer, chacune ayant son propre intérêt : kiosques à journaux, fréquentation des parkings, association Aix en commerce et vente du patrimoine. Voyez plutôt…

parking méjanes - Copie

Kiosques à journaux
Il y en a huit en tout. Deux sont fermés, l'un situé à l'angle de la rue Jacques de La Roque en direction du parking Pasteur, l'autre au bout de la rue d'Italie à l'angle du boulevard du Roi René. La Ville a décidé de les déplacer. Bonne nouvelle, l'un des deux va enfin pouvoir remédier à l'absence totale de marchand de journaux à Pont de l'Arc depuis quelques années.
Fréquentations des parkings
Les rapports annuels de gestion des parkings ont été présentés au conseil municipal. On y trouve des mines d'informations concernant leur fréquentation. 
* Rotonde : on constate que la fréquentation est en légère augmentation pour 2017 par rapport à 2016 (+1,50%).
Pour les autres parkings, on note un maintien de la fréquentation sur l'ensemble du périmètre. Les parcs-relais commencent à être connus et ont leur utilité pour les gens venant travailler à Aix ainsi que pour les étudiants.
Commentaires sur la variation des fréquentations :
* Bellegarde : en hausse en 2017, on peut penser que la fermeture des Trois places au stationnement a favorisé cette fréquentation.
* Cardeurs: le taux de remplissage reste important.
* Carnot : stable.
* Méjanes : on remarque une augmentation.
* Mignet : stable malgré les travaux de voirie importants à proximité.
* Pasteur : en baisse constante depuis plusieurs années malgré une rotation toujours importante.
* Signoret : il s'agit d'un parc d'abonnés qui accueille aussi quelques clients horaires lorsque le parking Bellagarde est complet.

parkings fréquentations 2015 à 2017

Association Aix en commerce
J'ai évoqué plusieurs fois ici le cas de l'association Aix en commerce qui était censée animer le centre-ville. Pour cela, elle avait reçu en 2016 une subvention totale de 26.500 euros (voir lien plus bas). Après m'être amplement renseigné sur ses pseudo activités, j'avais dénoncé cette largesse incompréhensible.
Lors de la séance de rentrée du conseil municipal, j'ai une fois de plus interrogé la maire sur le sort de cette association dont le bilan me paraît avoir été nul. Le conseiller municipal délégué au commerce et à l'arrtisanat m'a répondu que la Ville a coupé tout partenariat avec cette structure. Je me suis réjoui que l'on ne gaspille plus cet argent public pour cette association quasi fantomatique.
Vente patrimoine 
Je l'ai assez souvent répété, depuis de longues années, la municipalité vend des éléments immobiliers du patrimoine communal, surtout en centre-ville, pour faire rentrer de l'argent dans les caisses. Entre 2014 et aujourd'hui, les ventes se sont élevées à 54 millions d'euros. Alors que notre ville est carencée en logements sociaux publics et paie des pénalités jusqu'à un million d'euros, j'ai toujours pensé que les immeubles vendus auraient pu être aménagés en logements sociaux pour créer de la mixité sociale pour les personnes âgées, les personnes handicapées, les étudiants et les jeunes ménages. La municipalité préfère débourser des amendes au lieu de faire œuvre utile pour la population. 

ventre patrimoine prov 30

"Les farces à 26.500 euros de l'associaiton Aix en commerce" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/07/31/35520469.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 13 décembre 2018

Dans le Ravi de décembre, l'effondrement de Jean-Claude Gaudin

une ravi 168

Qui a envie de pleurer même un peu sur cette fin de règne ratée de Jean-Claude Gaudin ? En tout cas, pas moi. Son image de maire vient de voler en éclats. A double titre. Il n'a pas pris la mesure des dramatiques événements qui ont touché le quartier Noailles. Et c'est toute sa politique de l'habitat qui est critiquée : immeubles insalubres et populations en déshérence. Rien n'a été pensé ou réalisé pour du logement digne. En revanche, presque tout l'a été pour les quartiers les plus aisés. Ces choix opérés depuis plus de vingt ans lui reviennent maintenant en pleine figure suite au désastre mortel des effondrements de la rue d'Aubagne. Ses "amis" le lâchent et guignent sa succession, ceux-là mêmes qui ne trouvaient rien à redire jusqu'ici. Le Ravi de décembre nous en présente toutes les facettes avec, en prime, les témoignages de plusieurs personnalités qualifiées qui savent de quoi elles parlent.
L'autre grand sujet original concerne le combat spécifique des femmes dans nos contrées du sud où les clichés méditerranéens vont bon train. Ce regard concret et multiple permet ici de remettre quelques idées à leur juste place.
Comme chaque mois, la rédaction répertorie des dossiers au fumet de scandale. Ne pas rater non plus l'article qui démasque la politique culturelle de Renaud Muselier dont les pratiques sont loin de correspondre à ses annonces.    

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de décembre :

http://www.leravi.org/spip.php?article3116
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 6 décembre 2018

Maryse Joissains rejugée un an avant l'élection municipale ? Dégâts en vue !

Maryse Joissains comptait sans doute jouer la montre, comme on dit. On apprend que son procès en appel devrait avoir lieu en mars. Soit bien avant l'élection municipale de 2020 pour laquelle elle avait déclaré qu'elle serait candidate quoi qu'il arrive. Cela reste encore à voir. Les conséquences de la décision de mars pourraient faire exploser sa majorité. Je vous donne mon avis...    

Joissains correctionnelle appel prov 30

En général, les délais de la justice sont parfois longs. L'avantage est que les justiciables peuvent compter sur les garanties d'un procès équitable. L'inconvénient est que la peine est souvent trop éloignée de la commission des faits reprochés. Cela a été le cas jusqu'ici pour l'affaire concernant Maryse Joissains. Il a fallu quatre ans pour boucler l'instruction et aboutir à un passage au tribunal correctionnel en mai de cette année. Le jugement a été rendu en juillet. Comme elle en a le droit, la maire d'Aix a contesté les peines qui lui ont été infligées.
On apprend maintenant que son appel devrait être traité en mars prochain. Soit huit mois seulement après la décision en première instance. A mon avis, il n'y a probabblement rien à soulever sur la première condamnation car le travail a été fait de la manière la plus complète possible dès le début. Les magistrats de la cour d'appel n'ont pour ainsi dire qu'à s'inspirer de ce qui a été établi et reprendre in exenso tous les motifs déjà examinés.
Quels points de droit n'auraient pas été respectés susceptibles de donner à Maryse Joissains l'occasion de trouver des arguments pour sa défense ? Aucun. Alors qu'elle prétend obtenir ainsi sa relaxe, elle a elle-même admis certaines fautes révélées par l'enquête initiale. Il paraît donc logique que le délai soit relativement court pour rejuger l'affaire et ne pas prolonger inutilement l'attente d'une décision au-delà de l'échéance municipale de 2020, éteignant ainsi tout espoir de Maryse Joissains d'envisager une nouvelle candidature.
Les deux seules vraies questions à se poser sont les suivantes. La condamnation sera-t-elle alourdie ou allégée ? L'arrêt sera-t-il suspensif ou pas ? Les conséquences sont différentes. Dans le premier cas, Maryse Joissains peut continuer à exercer sa fonction de maire si elle se pourvoit en cassation. Dans le second, elle devra quitter l'Hôtel de Ville et rentrer chez elle. Ce serait un bouleversement institutionnel car déjà en coulisses les divers prétendants au pouvoir de son équipe se voient tous endosser l'écharpe suprême. Ce serait une bataille d'égos, que dis-je, une tuerie.
Il faut savoir qu'en cas d'empêchement défintif du maire d'exercer ses fonctions en cours de mandat, il est procédé, pour le temps restant avant le terme du mandat, à une élection du maire en interne par le conseil municipal sans nécessité de recourir au suffrage populaire. Plus que quelques mois à patienter pour savoir si nous allons assister à une fin de règne.

"Fin du suspense ! Maryse Joissains sera jugée au printemps…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/01/29/36091592.html
"En attendant le verdict de mercredi sur le sort de Maryse Joissains"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/07/16/36562174.html
"La condamnation et l'honneur perdu de Maryse Joissains !"
:
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/07/24/36577768.html

Joissains correctionnelle appel prov 30Joissains correctionnelle appel prov 30

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 3 décembre 2018

Soulagement : L'accueil des deux centres aérés prolongé jusqu'en juillet

Promis à une fermeture inéluctable, les deux centres aérés vont pouvoir continuer à accueillir les enfants. Une solution est en vue pour prolonger le marché jusqu'à fin juillet. Les parents ont bataillé dur pour faire entendre raison à la mairie...

crèche activités

Après une période d'incertitude et d'angoisse, il semble que le problème de la fermeture des deux centres aérés, La Petite Troupe (Beauvalle) et Les Petits Mousses (Puyricard), soit en passe de trouver une solution. Les représentants des parents étaient sortis dépités et même en colère à l'issue de la première réunion avec les services. On leur avait opposé une fin de non recevoir.
Une semaine plus tard, lors d'une seconde rencontre, l'horizon s'est quelque peu éclairci. La mairie a accepté de prolonger jusqu'en juillet prochain le contrat qui doit se terminer le 31 décembre.
J'en ai eu la double confirmation, d'une part, par les parents eux-mêmes, d'autre part, par l'inscription à l'ordre du jour de la commission d'appel d'offre de vendredi d'un rapport intitulé "Avenant de prolongation du marché". 
Mais beaucoup de temps a été perdu. Nous avions proposé plusieurs solutions : soit création d'une régie directe par la mairie, soit relance d'un nouveau marché sur la base du précédent, soit prolongation par avenant du marché échu. On nous avait opposé l'infaisabilité juridique de ces trois options. C'est à croire que l'on n'avait pas étudié de manière sérieuse et à fond toutes les possibilités offertes par le code des marchés publics.
Quoi qu'il en soit maintenant, on s'achemine enfin vers la bonne voie. Ce qui permettra aux enfants et aux parents de ne pas avoir à subir une rupture de continuité de l'accueil dans les deux centres aérés. Face à cette avancée, les parents, qui se sont fortement mobilisés, semblent plutôt rassurés. Il sera temps ensuite d'envisager la situation pour les années suivantes.

Les épisodes de la crise :
"Fermeture de deux centres aérés :Des parents et des enfants en désarroi"

http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/11/23/36860423.html
"Fermeture de deux centres aérés : La mairie se fiche-t-elle des familles ?" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/11/27/36897165.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]