C'est avec surprise et plutôt brutalement que des parents ont appris mi-octobre que les deux centres aérés qui accueillent leurs enfants vont fermer fin décembre. Ils se sont alors aussitôt mobilisés pour lancer l'alerte. Je les ai rencontrés à leur demande pour les mettre en relation directe avec Maryse Joissains lors du conseil municipal de novembre. Récit des épisodes de ce dossier urgent...

CM 42 9

C'est un peu par surprise et plutôt brutalement que des parents ont appris que les deux centres aérés des Fenouillères et de Puyricard qui accueillent leurs enfants vont fermer fin décembre. Je les ai rencontrés à leur demande et ils m'ont fait part de leurs vives inquiétudes à la découverte de la décision de cette fermeture en cours d'année scolaire.
Les parents sont en désarroi car ils considèrent qu'il y a là rupture de continuité du service public. Ils ont immédiatement lancé une pétition sur internet qui a déjà recueilli près de 500 soutiens. Comment en est-on arrivé là ? Petit retour en arrière.
En 2015, la mairie octroyait une subvention devant couvrir six mois jusqu'en décembre 2015 au bénéfice des deux ALSH "La Petite Troupe" (école de la Beauvalle) et Les Petits Mousses" (école Brémond) qui étaient alors gérés comme tous les autres par l'association "Les Petits chaperons rouges". Or, ces deux structures qui n'étaient pas adossées à des centres sociaux avaient été sorties du dispositif. Un marché avait été lancé pour une gestion spécifique et séparée.
J'avais émis des réserves à la commission d'appel d'offre dont je suis membre sur le traitement de ce dossier en exprimant ma crainte de la disparition future de ces deux entités. Je m'en étais également étonné au conseil municipal, et, pour cette raison, mon goupe Démocratie pour Aix n'avait pas pris au vote pour bien signifier que la pleine responsabilité en incomberait à la majorité.
Quoi qu'il en soit, le marché avait été passé pour trois ans avec une association, "Loisirs, Education et citoyenneté grand Sud". Le problème est que la centaine de parents concernés avaient inscrit leurs enfants pour toute l'année scolaire sans qu'on les informe de la fermeture le 31 décembre 2018. Ils m'ont indiqué qu'en dehors d'un courriel laconique de l'association gestionnaire le 17 octobre, ils n'ont pas été tenus au courant par la mairie et qu'ils n'ont eu aucun contact avec l'élue à l'éducation pour exposer leurs souhaits.
Que demandent les parents ?
A court terme, pouvoir maintenir l'accueil de leurs enfants aux centres aérés au moins jusqu'à juin. A plus long terme, en tant que jeunes parents, ils souhaitent la pérennisation de ces accueils de proximité et à taille humaine. Ils ont découvert que la Ville envisageait de recaser les enfants dans d'autres centres existants. Mais cela compliquerait voire entraverait les parents dans leur emploi du temps professionnel et familial à cause de l'éloignement et de la distance géographique, sans compter la perte de temps pour les déplacements.
Une délégation de parents était présente sur la place de la mairie et j'ai eu l'occasion de la présenter à Maryse Joissains à son arrivée. Juste avant le début de la séance du conseil municipal, avec l'élue à l'éducation, nous avons improvisé une réunion dans une autre salle pour cibler le problème et essayer de proposer des solutions alternatives. Ensuite, la maire a accepté de donner la parole à un représentant des familles en préambule de l'ordre du jour après m'avoir autorisé à faire un rappel global et historique de la situation.
Au cours de cet exposé, j'ai aussi expliqué qu'il n'est pas certain que les autres lieux d'accueil puissent faire face à un surnombre d'enfants. De surcroît, pour le cas des quartiers sud en particulier, d'ici peu, les choses pourraient être difficiles car les centres de repli sont déjà saturés et cela pourrait s'aggraver du fait de l'arrivée de nouvelles familles au sein des constructions qui se développent dans le secteur. 
Maryse Joissains a pris des engagements pour résoudre le problème. A l'heure actuelle, des contacts ont été établis avec le service de l'éducation mais rien de concret n'a encore été validé. En saurons-nous plus au conseil municipal du 17 décembre ? Cela devient urgent à la veille des vacances scolaires et surtout pour qu'il n'y ait pas de rupture de l'accueil des enfants en janvier.

La carte des centres aérés
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le carré de flèches en bas à droite du document)

CM 42 9CM 42 9
Les alertes dans la presse

CM 42 9

CM 42 9