mardi 16 octobre 2018

Conseil de territoire : Règlement de comptes à droite

Qui aurait dit qu'une simple intervention de remerciement de ma part au maire de La Roque d'Anthéron allait provoquer une règlement de comptes au sujet d'un poste de vice-président de la métropole ? Résultat immédiat, on a alors assisté au grand déballage de quelques basses manœuvres politiques à droite. Récit...  

CT 18 11
La séance s'est déroulée dans la salle de réception du château Saint-Hilaire (cave vinicole)

Après quatre mois sans séance du Conseil de territoire, celle de jeudi à Coudoux s'annonçait longue, avec 144 rapports et plus de 11.000 pages (oui, vous avez bien lu). En fait, elle n'aura duré qu'un peu plus de deux heures car beaucoup de sujets n'étaient présentés que pour avis. Je me suis dit qu'on pouvait donc parler d'autre chose.
J'ai alors tenu à remercier publiquement devant tous les élus et les fonctionnaires Jean-Pierre Serrus, maire de La Roque d'Anthéron, pour l'excellent travail qu'il avait produit sur le dossier de la mobilité, enjeu prioritaire et essentiel au niveau de la métropole.
La raison ? Un événement politique inattendu a eu lieu lors du départ de Jean-Claude Gaudin aussitôt remplacé par Martine Vassal. Cette dernière avait assuré que tous les vice-présidents seraient reconduits ainsi que leurs délégations. Surprise au moment du dépouillement des votes, un seul d'entre eux n'a pas retrouvé ses fonctions, Jean-Pierre Serrus, un candidat s'étant présenté contre lui et l'ayant battu de quelques voix.
L'explication est simple. Serrus a rejoint En Marche après avoir été Les Républicains. Il y a donc eu une menée de ce dernier parti pour reconquérir le siège.
Mon intervention au conseil, juste pour dire ma considération à Serrus, a provoqué des prises de parole qui se sont transformées en règlement de comptes.
La Provence de samedi en a fait une restitution très fidèle.
Tout le monde aura compris qu'en arrière-plan se profilent les échéances électorales, que la bataille est lancée et que personne n'est prêt à céder un pouce sur ses positions. En tous cas, ces échanges ont largement occulté les sujets de l'ordre du jour. Avec le recul, je me dis que mon pétard aura eu au moins pour conséquence de révéler de basses manœuvres et des vérités qui divisent mes camps adverses. 

CT 18 11

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 12 octobre 2018

Maryse Joissains verse une fois de plus dans la vulgarité

Interrogée le 24 septembre par La Provence sur sa lourde condamnation et sur la réaction exprimée par les élus de Démocratie pour Aix, Maryse Joissains s'est laissée aller à un propos d'une vulgarité sans nom. Le sujet est revenu au conseil municipal du 28. Echange vif entre elle et moi... 

joissains dessin - Copie

Cela a commencé avec l'interview de rentrée de Maryse Joissains dans La Provence du 24 septembre. Au sujet de sa condamnation, le journaliste rappelle que l'opposition, en l'occurrence Démocratie pour Aix dont je suis membre, avait déclaré que la maire d'Aix devrait faire preuve de décence. Sa réponse, toute en élégance, a fusé : "J'emm… l'opposition".
La suite s'est passée au conseil municipal quelques jours après. En réplique à une de mes interventions qui n'a pas dû lui plaire, Maryse Joissains a lâché : "Tout ce qui est excessif est ridicule". J'ai aussitôt renvoyé la balle : "Il n'y a pas de puanteurrs dans l'opposition. C'est moins vulgaire que vos propos dans la presse !" Tollé général des élus de la majorité qui se sont sentis aussi piqués au vif que la maire.
Est-il nécessaire en politique comme dans bien d'autres domaines de recourir à l'insulte et au mépris pour tenter d'être crédible ? Maryse Joissains est hélas une habituée des paroles à l'emporte-pièce et des propos blessants gratuits qui rabaissent le niveau des débats. Fallait-il rester silencieux face à une attaque indigne de la plus haute fonction municipale ?
Il me revient en mémoire quelques phrases bien frappées pour caractériser un tel comportement. "Ce que nous appelons vulgarité, c'est souvent le naturel", "La vulgarité, ça ne s'improvise pas. On est vulgaire. On naît vulgaire. C'est une infirmité de l'âme", "Le vulgaire est ignoble quand il raille, et ridicule quand il juge". "Une vulgarité révoltante dans les manières se trouve souvent réunie à l'exercice d'une autorité quelconque".

joissains interview prov 24

CM 41 28

CM 41 28

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 10 octobre 2018

Impôts locaux : La Provence de dimanche cite mon précédent article

Comment Maryse Joissains fait les poches des Aixois en faisant croire qu'elle n'a pas augmenté les impôts locaux...

impôts prov 7

Je remercie La Provence qui, dans son édition de dimanche, a fait un large écho à mon précédent article. J'y indiquais que la municipalité se vante de ne pas avoir augmenté les impôts directs. J'ai démontré qu'il n'en était rien car elle se rattrape insidieusement et fortement sur les taxes et tarifs divers des services au public. C'est toujours utile à savoir pour les personnes qui ne consultent pas forcément mon blog.

impots

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 octobre 2018

Le Ravi d'octobre a enquêté sur le vrai quotidien de la prostitution

une ravi 166

Sujet assez sensible ce mois-ci dans le Ravi : la prostitution. Entre clandestinité et visibilité, entre misère et violence, entre lois et pratiques, la réalité n'est guère reluisante. L'enquête n'hésite pas à raconter ce qui se passe au quotidien pour les personnes faisant commerce de leur corps, souvent dans l'insécurité. Plusieurs témoignages directs recueillis par le mensuel viennent éclairer la face sombre de vies cassées et douloureuses. C'est un dossier qui ne peut laisser indifférent. 
Le Ravi nous fait aussi entrer dans les coulisses des grandes manœuvres qui se préparent pour les futures élections, avec ambitions, calculs et coups tordus. Et puis, pêle-mêle, on lit avec intérêt les articles sur les pesticides en Vaucluse, une drôle d'affaire d'accident mortel en navette scolaire à Pourrières, le compte-rendu du procès en diffamation contre le journal pour avoir mis le doigt sur les mécanismes d'une structure varoise impliquant des élus, la mainmise de Pierre Cardin à Lacoste. Et également, quelques vérités sur le régime égyptien s'apparentant à une dictature quasi militaire où la France joue un rôle occulte, et des sujets liés au climat et à l'environnement. 
S'il reste au lecteur un peu de temps, il pourra lire en dernière page le portrait d'un amuseur de télé qui chaque soir anesthésie les cerveaux à grands coups de gaudriole, de grossièretés et de propos débiles et nullards.

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire d'octobre :

http://www.leravi.org/spip.php?article3078
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 3 octobre 2018

Impôts locaux : La propagande mensongère de Maryse Joissains continue !

Nouveau coup de pub en forme de propagande sur les panneaux de nos rues ! La municipalité affiche ce qui ressemble à un slogan de campagne électorale pour vanter la soi-disant gestion vertueuse de la fiscalité locale par Maryse Joissains. Hélas pour les Aixois, la vérité est toute autre. Démonstration...

impôts 2
(Clic sur l'image pour agrandir)
A gauche, propagande de mars dernier, à droite, nouvel affichage d'octobre

Quel culot ! Comme chacun a pu s'en apercevoir, une nouvelle campagne d'affichage vient de fleurir sur les panneaux publicitaires de nos rues. La mairie ne recule devant rien pour asséner des mensonges aux Aixois surtout en usant de l'argent public.
Les affiches livrent un message sans autres arguments que la phrase "vos impôts locaux n'ont pas augmenté depuis 22 ans". Ah bon ? Alors, voyons ce qu'il en est. Maryse Joissains a été élue il y a 17 ans. Les cinq années précédentes, le maire était Jean-François Picheral, qui avait considéré qu'il fallait stabiliser la pression fiscale locale. La raison était que l'économie aixoise se portait bien et qu'elle devait profiter à tous. De la même façon, pour maintenir un équilibre, il avait aussi décidé que les tarifs des services au public ne devaient pas être augmentés. Nous ne sommes plus dans ce cas de figure.
J'interviens souvent au conseil municipal, lors de la présentation des documents budgétaires annuels. Je fais toujours observer que les petites variations à la hausse des impôts locaux directs sont dues aux bases annuelles fixées par l'Etat et non pas aux taux qu'applique la municipalité. On peut donc dire que les impôts locaux n'ont pas bougé. A l'exception d'une seule modification abaissant le taux d'abattement de la taxe d'habitation de 22,85% à 12% à partir de janvier 2016, ce qui a entraîné un supplément à payer pour les contribuables aixois. Voilà pour les faits dont peut se prévaloir la municipalité.
Présenté comme cela, l'effet psychologique des impôts directs semble forcément être moins douloureux parce qu'on peut le vérifier sur les feuilles d'impôts. En revanche, si l'on regarde de plus près, on décèle qu'il y a comme une entourloupe que la propagande se garde bien de mettre en avant.
Depuis plusieurs années, Maryse Joissains et son adjoint aux finances pratiquent systématiquement une politique de récupération via les taxes et tarifs divers des services au public (musées, bus, piscines, cantines scolaires, espace public, locations, ordures ménagères, baisse des subventions aux associations, etc.). Tout cela ne figure sur aucune feuille d'impôts car ces tarifs sont payés au jour le jour de manière diffuse par les Aixois selon leurs propres besoins des services.
Pour savoir ce que cela représente, j'ai procédé à un examen des documents budgétaires. Il est fait obligation à la collectivité de produire chaque année la liste entière des tarifs, qu'ils soient à la hausse, à la baisse, au maintien ou à la gratuité. En 17 ans et en euros constants, nous en sommes autour de 30% d'imposition en plus ! Voilà la vérité ! J'avais, entre autres, cité l'exemple des tarifs des prestations funéraires qui avaient bondi en 2016 jusqu'à un niveau insupportable.
A mon avis, avec toutes mes explications, j'ose espérer que les Aixois ne regarderont plus les nouvelles affiches du même œil…

Depuis 2014… (Infographie : Démocratie pour Aix)

DPA visuel 1 mars 2016 hausses bon

Florilège… (dans l'ordre chronologique)

"Comment Maryse Joissains gère l'argent de la ville…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/03/13/31694725.html

"Forte hausse des tarifs funéraires : Bientôt, il ne fera plus bon mourir à Aix !" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/02/16/33377252.html

"Maryse Joissains vante sa bonne gestion mais la médaille est en chocolat !" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/02/20/36158370.html

"Fiscalité : Maryse Joissains matraque encore sur les impôts indirects" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/03/19/36241243.html

"Aix, où va vraiment votre argent ?" : sujet en 3 parties 
(1) http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/09/21/36710726.html
(2) http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/09/25/36713451.html
(3) http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/09/28/36713548.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]