Ah, c'est sûr que ça change du magazine bisounours de la ville ! Ce mois-ci, Maryse Joissains s'y lamente sur l'air de la calomnie contre les journalistes et en particulier contre le reportage de Complément d'enquête du 8 mars. Elle serait la victime désignée de délateurs comme aux heures sombres de l'Histoire. Il n'y aurait donc rien de vrai dans tout ce qui a été décrit ? Voici les détails de ce nouvel épisode qui réserve quelques surprises qui me font bien plaisir...

CM 36 1
Maryse Joissains interviewée à la fin du conseil municipal du 1er février
Oui, je sais, c'est un brin espiègle de ma part mais je n'ai pas pu résister à capter ce moment !

S'estimant avoir été victime de mauvaises manières, Maryse Joissains parle de "procédés d'intimidation", de "mises à mort médiatiques odieuses planifiées et si partisanes qu'elles en sont tronquées et falsifiées". Oui, figurez-vous, elle est très en colère contre la journaliste qui a réalisé le reportage de France 2 dans le numéro de Complément d'enquête du 8 mars. Ah ah !
Alors, la journaliste a-t-elle fabulé ? Euh, à Aix et alentour, tout le monde, y compris les personnes qui préfèrent fermer les yeux ou absoudre, sait ce qui se passe à la mairie depuis belle lurette. Tous les faits rapportés dans l'émission l'ont été preuves à l'appui.
Tous les passages devant les tribunaux, notamment pour les procédures que j'ai engagées pendant dix longues années, ont-ils été inventés ? Et les déboires d'Alain Joissains, dans les années 80 au temps il était maire, tirés des archives ont-ils fait l'objet de montages créés de toute pièce ? Et la comparution imminente de Maryse Joissains en correctionnelle est-elle une fiction ? Sont-ce les journalistes qui sont responsables de ces dévoiements surtout quand ils sont commis par des élus ?
Maryse Joissains ose tout et c'est à ça qu'on la reconnaît. Elle se rend compte qu'elle ne peut qu'en rester là. D'ailleurs, dans sa pochade de protestation, elle n'annonce pas de demande de droit de réponse ou de dépôt de plainte à l'encontre de la chaîne. Mais elle fait état d'un courrier adressé à la présidente de Francetélévisions. Et là, c'est le délire ! Elle fait la morale. Elle convoque les heures sombres de l'Histoire. Si, si ! Quelle remarquable élévation d'esprit ! "Dans quel monde vos journalistes se croient-ils ? A quelle triste époque s’imaginent-ils vivre ? Époque indigne et décriée par l’histoire où il suffisait d’être dénoncé par un voisin pour être désigné à la vindicte publique ?"
Mais qui peut bien être ce voisin malveillant, délateur, falsificateur, menteur ? L'allusion vise-t-elle celui qui a réclamé le respect de la loi et dont la justice a reconnu le bien-fondé de sa démarche citoyenne à ses propres frais ? Je le dis comme je le pense : l'honnêteté n'est pas du côté des Joissains.
Faut-il enfoncer le clou ? Trois ans après l'arrêt du Conseil d'Etat du 2 février 2015, le mari n'a toujours pas remboursé les salaires indûment perçus (une grande piscine de confiture !) par le biais de son contrat illégal de directeur de cabinet signé par Maryse Joissains elle-même. Et il m'a fallu leur faire honte et les menacer en pleine séance publique du conseil municipal de décembre pour enfin obtenir d'être remboursé de mes frais d'avocat.
Et devinez quoi ? J'ai reçu un vrai chèque de 1500 euros payé sur le propre compte de Maryse Joissains accompagné d'une lettre sans en-tête (évidemment) me disant qu'elle réglait la note à la place de son mari ! En 2015, j'avais déjà harcelé les services juridiques de la mairie pour demander que l'autre moitié des 3000 euros redevable par la ville me soit créditée. Ce fut fait, avec près de trois mois de retard à ce moment-là! 
J'informe les Aixois que je viens de saisir le Conseil d'Etat pour le mettre en demeure de faire exécuter l'arrêt y compris avec mandatement d'huissiers pour saisie. J'ai adressé copie de mon courrier au préfet, qui était chargé de faire appliquer la décision et qui n'a jamais répondu à mes lettres en recommandé, au trésorier municipal, qui n'a jamais émis un titre de recette pour les salaires illégaux, et à Maryse Joissains pour qu'elle sache que la firme Joissains ne s'en sortira pas comme ça. 
Amis aixois, c'est de votre argent que je parle !
Ah, j'oublie ceci : Maryse Joissains clame être fanatique de Nicolas Sarkozy, le président le plus efficace de tous les présidents. Cela a été confirmé ce mercredi par sa mise en examen, comme elle l'est pour "détournement de fonds publics et prise illégale d'intérêts". Une pécadille, en somme… "Je crois être une des élues les plus honnêtes de France en ayant toujours la rigueur comme modèle", avait-elle revendiqué lors de sa mise en examen le 8 avril 2014. On est prié de ne pas rire.

"La vidéo de Complément d'enquête : Les Joissains et la politique en famille" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2018/03/10/36213861.html

CM 35 13 

"Contrat illégal annulé d'Alain Joissains : Je réclame le remboursement total !" : http://castronovo.canalblog.com/archives/2017/12/22/35978244.html