une ravi 160

Qu'y a-t-il dans les assiettes de la restauration collective ? De l'industriel, du bio ou du vegan ? Est-ce bon et combien ça coûte ? Le privé fait-il mieux que la régie directe ? Se pose-t-on toutes ces questions au moment où l'on mange ?
Cela valait bien une enquête. Le Ravi de mars l'a faite en allant humer le fumet des marmites qui exhalent parfois des relents dont se fichent les prestataires que seuls les profits intéressent.
Ce sont ici les mêmes inquiétudes que chacun rencontre devant les rayons des supermarchés ou lorsqu'on découvre des menus longs comme le bras affichés aux portes des restaurants.
Et l'on se doute bien que quelque chose cloche. Du surgelé, peu d'ingrédients nobles, pas mal de pesticides, des "E" mystérieux partout, du sucre, du sel pour tromper la fadeur, du gras et même de l'eau pour gonfler le poids des aliments, du faux local et au final une vraie arnaque.
Et la santé dans tout çà alors ?
Les moins jeunes se souviennent des bons plats faits maison, des délicieuses recettes originales q
ui permettaient de ne rien jeter, de l'impatience et du régal de passer à table. 
Voyez maintenant le sommaire ci-dessous pour constater qu'avec le Ravi il n'y a pas non plus la moindre tromperie sur la marchandise : tout est frais et fabriqué sur place, sans produits additifs ou substances cancérogènes. Un menu de chef étoilé à prix raisonnable ! Allez, bon appétit !

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de mars :
http://www.leravi.org/spip.php?article2956
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :
http://www.leravi.org/