lundi 25 septembre 2017

Rentrée : Ça tangue fort pour les projets contestés de Maryse Joissains

Pour Maryse Joissains, la rentrée s'annonce mal. Ses projets et ses méthodes sont l'objet de contestations citoyennes et de décisions juridiques impitoyables. De gros déboires qui lui font perdre la boussole. Et qui donnent une impression de début de fin de règne. Tour d'horizon...

Travaux 3 places A 16

En cette période de rentrée, de gros nuages s'accumulent sur la tête de Maryse Joissains. Des déboires de toutes sortes. Des procédures juridiques perdues sur des dossiers significatifs. Et des décisions en marche arrière contestées. Les mobilisations citoyennes contre certains projets obtiennent le soutien des tribunaux. Pour couronner le tout, la maire d'Aix a annulé des réunions pourtant annoncées. Revue ici. 
* Le chantier des trois places
Faut-il ou non couper des arbres ? Où, pourquoi et surtout lesquels ? Plusieurs décisions de justice ont donné raison aux collectifs citoyens récusant le nombre de platanes à abattre, estimant qu'ils ne sont pas tous malades. Expertise et contre-expertise se rejoignent pour demander la préservation de ceux qui sont viables. Pour rappel, l'abattage des arbres nécessite l'avis et l'autorisation prélable de déboisement de l'Architecte des bâtiments de France. Or, la Ville ne s'est pas embarassée pour tailler dans le vif. 

arbres yso

* Le parking sous le parc Rambot
Une première enquête publique a établi qu'il est illégal de le construire à cet endroit qui a fait l'objet d'un legs ancien de Gustave Rambot en 1859. Mécontente, Maryse Joissains a alors demandé une seconde enquête. Résultat : le jugement est encore plus sévère. Et, chose incroyable, la maire déclare sans rire : "Il est rappelé que l’avis formulé par le commissaire enquêteur n’est pas un avis conforme. Il s’agit d’un avis personnel basé sur son analyse des observations déposées lors de l’enquête publique".
C’est pourtant la Ville qui a voulu et organisé l’enquête pour laquelle le tribunal administratif a désigné un autre commissaire enquêteur. Il est particulièrement grave d’affirmer, de manière aussi irresponsable, qu’une procédure tout à fait régulière serait non conforme au motif que ses conclusions ne sont pas celles attendues. Alors qu’on a mobilisé, une seconde fois, l’argent des Aixois, la Ville jette l’opprobre sur un élément déterminant de la démocratie communale ! 
* Des réunions annulées
En ce mois de septembre, pas moins de trois réunions ont été annulées, sans la moindre explication. A savoir, le conseil municipal du 13 qui devait examiner des modifications du Plan local d'urbanisme. On retrouve cependant le dossier inscrit au conseil du 29. Mais on peut imaginer, sans se tromper, que les avis négatifs du commissaire enquêteur sur le parking Rambot y sont pour quelque chose. La séance du conseil de territoire du 14 a elle aussi disparu des agendas mais, là, le mystère reste complet. Enfin, a été reportée la réunion publique du 25 dont le thème portait précisément sur le chantier des trois places. 

Travaux trois places Prov 19

* Cours Mirabeau
Dans le cadre de l'état d'urgence, des précautions de sécurité ont été prises depuis un an pour interdire et contrôler l'accès du cours à la circulation automobile. Le 4 septembre, des bornes rétractables ont été installées pour sécuriser l'entrée et ne permettre de l'emprunter qu'aux services d'urgence, aux livraisons des commerces et aux riverains. Revirement quinze jours après, le cours est rouvert à tous les véhicules, en contradiction avec les arguments exposés précédemment et aussi avec l'engagement claironné depuis seize ans de piétionisation du centre-ville. Allez comprendre…

cours mirabeau bornes

Les conclusions sans appel de la seconde enquête :
http://www.aixenprovence.fr/IMG/pdf/avis_et_conclusions.pdf

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 14 septembre 2017

Le rapport de la Chambre régionale règle ses comptes à la Ville d'Aix !

La Chambre régionale des comptes a analysé la gestion de la Ville de 2009 à aujourd'hui. Le rapport a été présenté au conseil municipal de juillet. Alors que Maryse Joissains fustige toujours Marseille, les magistrats ont constaté des dérives dans les choix de la maire d'Aix...   

CRC - Copie

Grosse inquiétude. La production de miroirs a-t-elle été arrêtée ou tous les miroirs de la terre sont-ils brisés ? Dans le numéro de septembre du magazine municipal, Maryse Joissains pourfend, une fois de plus, Jean-Claude Gaudin pour sa gestion "calamiteuse" de la mairie de Marseille en citant la Chambre régionale des comptes. Mais elle oublie de se regarder dans la glace. 
La même Chambre n'y est pas allée par quatre chemins pour étriller la gestion de la maire. Le rapport définitif a été présenté au conseil municipal de juillet. C'est une obligation de le porter à la connaissance des élus et du public. Si tout n'est pas critiqué par les magistrats, ces derniers ont constaté quelques dérives, appelées "errements" dans le jargon juridique. 
Voici, par exemple, trois domaines frappants qui devraient faire réfléchir les Aixois sur les choix et les pratiques de la municipalité ainsi que sur l'usage de l'argent public. Pour mémoire, nous avions alerté plusieurs fois Maryse Joissains sur ces sujets.
Evidemment, rien de rien, pas même une ligne allusive, n'apparaît dans les pages du magazine dévolues à l'équipe municipale. 
Alors, voyons un résumé de ce qui est caché aux Aixois et que nous avons décidé d'insérer dans nos propres pages. 

                                         CESSIONS DU PATRIMOINE : DES CADEAUX
Hôtel de Caumont

En préalable à la vente, la Ville avait fait une avance de trésorerie de 1.700.000 euros pour le ravalement des façades. "La Chambre observe que la somme due par l'acquéreur sera réglée en trois annuités, prolongeant ainsi l’avance faite par la Ville, et qu’elle ne couvre pas l’intégralité de ses débours."
Les contribuables aixois ont donc fait un cadeau à ce groupe financier.
Office de tourisme
La cession et la démolition totale de l'ancien Office de tourisme ont fait réagir la Chambre. "L'acquéreur y a érigé un nouvel édifice à usage commercial alors même que l’appel à candidatures indiquait qu'il fallait préserver l’intégrité du bâtiment et qu’une offre concurrente a été écartée notamment pour ce motif. Contrairement à ce qu’ont soutenu tant l’ordonnateur que l’acquéreur, l’écart entre les attentes initialement affichées et le projet finalement réalisé ne peut intégralement s’expliquer par l’évolution de la réglementation visant à prévenir les risques sismiques."
La Chambre a compris que la municipalité avait ses "préférences".
                            TRANSFERTS À LA MÉTROPOLE : DES CHOIX DISCUTABLES
La Chambre relève que l'objectif premier des retours du musée Granet et du Grand Théâtre de Provence était d'éviter une récupération par la métropole. "Cependant, prévient-elle, l'avenir municipal de ces équipements demeure juridiquement incertain".
Cela veut-il donc dire que tout peut être remis en question ?
Dans un autre chapitre, la Chambre évoque aussi la vente avortée des parkings aixois.
                                              RESSOURCES HUMAINES : À REVOIR
La Chambre y consacre 11 recommandations sur les 13 du rapport. Temps de travail inférieur à la durée légale : coût annuel de cette libéralité consentie, 2,4 millions d'euros. Dépassement des plafonds d'heures supplémentaires : coût en 2014, 1,6 million. Jours de congés irréguliers, recours abusif aux emplois saisonniers, occasionnels et de remplacement : près de 900 personnes par an étaient concernées, impact financier estimé entre 2,4 et 3,3 millions annuels !
Elle n'est pas belle la ville ?

CM 32 20

La synthèse du rapport de la CRC est ==> ICI
Le rapport intégral est ==> ICI

CM 32 20

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 8 septembre 2017

Le Ravi de septembre : Plein de surprises... dont celle de ma caricature !

Pour la rentrée de septembre, le Ravi fait fort. Dans la multitude des sujets, il y a un excellent compte-rendu du conseil municipal d'Aix de juillet. Et, surprise, ma caricature pour illustrer l'article ! Je me demande encore si je vais pouvoir m'en remettre...

une ravi 154

Il y a du lourd et même un peu plus dans le Ravi de septembre. Pas seulement pour le dossier sur le système carcéral. Ou ceux sur le dispositif des enfants en difficulté scolaire ou sur les conditions désastreuses d'élevage des poules. Il y a une ribambelle de sujets politiques bien frappés : la vie dans les quartiers nord qui n'est pas toujours prise au sérieux, l'activisme d'un groupuscule de l'Action française qui milite pour le retour du roi, les nouveaux coups fourrés à la mairie d'Istres, et le mystère des listes électorales de Marseille avec 85.000 électeurs n'habitant pas à l'adresse indiquée ! A lire également une excellente étude sur les spécificités qui caractérisent le pouvoir des maires du sud. Et un regard sur la corruption en Tunisie qui révolte de nouveau la population. 
Et puis, et puis… GROSSE SURPRISE, le compte-rendu façon le Ravi du conseil municipal d'Aix de juillet. Et là, comme un choc, je me découvre en caricature en compagnie de mon collègue et ami Hervé Guerrera et de Gérard Bramoullé, l'adjoint aux finances. Le trait est plutôt forcé et vif. Mais c'est ce qui rend une caricature efficace, non ? 
Pour donner une idée de la chose, je joins cette miniature de l'image dans l'espoir que la curiosité de mes lecteurs les incitera à acheter le mensuel pour profiter de la totalité de la page avec ses illustrations et sa narration ciselée et minutée.

ravi septembre 2017 CM AIX 15% - Copie

Pour soutenir, faire un don et s'abonner :
http://www.leravi.org/spip.php?page=kousskouss

Le sommaire de septembre :

http://www.leravi.org/spip.php?article2812
Le Ravi sur Facebook :
https://www.facebook.com/le-Ravi-129098087994/timeline/
Le site du Ravi :

http://www.leravi.org/

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]