Pour Maryse Joissains, la rentrée s'annonce mal. Ses projets et ses méthodes sont l'objet de contestations citoyennes et de décisions juridiques impitoyables. De gros déboires qui lui font perdre la boussole. Et qui donnent une impression de début de fin de règne. Tour d'horizon...

Travaux 3 places A 16

En cette période de rentrée, de gros nuages s'accumulent sur la tête de Maryse Joissains. Des déboires de toutes sortes. Des procédures juridiques perdues sur des dossiers significatifs. Et des décisions en marche arrière contestées. Les mobilisations citoyennes contre certains projets obtiennent le soutien des tribunaux. Pour couronner le tout, la maire d'Aix a annulé des réunions pourtant annoncées. Revue ici. 
* Le chantier des trois places
Faut-il ou non couper des arbres ? Où, pourquoi et surtout lesquels ? Plusieurs décisions de justice ont donné raison aux collectifs citoyens récusant le nombre de platanes à abattre, estimant qu'ils ne sont pas tous malades. Expertise et contre-expertise se rejoignent pour demander la préservation de ceux qui sont viables. Pour rappel, l'abattage des arbres nécessite l'avis et l'autorisation prélable de déboisement de l'Architecte des bâtiments de France. Or, la Ville ne s'est pas embarassée pour tailler dans le vif. 

arbres yso

* Le parking sous le parc Rambot
Une première enquête publique a établi qu'il est illégal de le construire à cet endroit qui a fait l'objet d'un legs ancien de Gustave Rambot en 1859. Mécontente, Maryse Joissains a alors demandé une seconde enquête. Résultat : le jugement est encore plus sévère. Et, chose incroyable, la maire déclare sans rire : "Il est rappelé que l’avis formulé par le commissaire enquêteur n’est pas un avis conforme. Il s’agit d’un avis personnel basé sur son analyse des observations déposées lors de l’enquête publique".
C’est pourtant la Ville qui a voulu et organisé l’enquête pour laquelle le tribunal administratif a désigné un autre commissaire enquêteur. Il est particulièrement grave d’affirmer, de manière aussi irresponsable, qu’une procédure tout à fait régulière serait non conforme au motif que ses conclusions ne sont pas celles attendues. Alors qu’on a mobilisé, une seconde fois, l’argent des Aixois, la Ville jette l’opprobre sur un élément déterminant de la démocratie communale ! 
* Des réunions annulées
En ce mois de septembre, pas moins de trois réunions ont été annulées, sans la moindre explication. A savoir, le conseil municipal du 13 qui devait examiner des modifications du Plan local d'urbanisme. On retrouve cependant le dossier inscrit au conseil du 29. Mais on peut imaginer, sans se tromper, que les avis négatifs du commissaire enquêteur sur le parking Rambot y sont pour quelque chose. La séance du conseil de territoire du 14 a elle aussi disparu des agendas mais, là, le mystère reste complet. Enfin, a été reportée la réunion publique du 25 dont le thème portait précisément sur le chantier des trois places. 

Travaux trois places Prov 19

* Cours Mirabeau
Dans le cadre de l'état d'urgence, des précautions de sécurité ont été prises depuis un an pour interdire et contrôler l'accès du cours à la circulation automobile. Le 4 septembre, des bornes rétractables ont été installées pour sécuriser l'entrée et ne permettre de l'emprunter qu'aux services d'urgence, aux livraisons des commerces et aux riverains. Revirement quinze jours après, le cours est rouvert à tous les véhicules, en contradiction avec les arguments exposés précédemment et aussi avec l'engagement claironné depuis seize ans de piétionisation du centre-ville. Allez comprendre…

cours mirabeau bornes

Les conclusions sans appel de la seconde enquête :
http://www.aixenprovence.fr/IMG/pdf/avis_et_conclusions.pdf