Hotel de Ville - Copie (3) - Copie

La dernière séance du conseil municipal avant la trève estivale a lieu jeudi. Elle sera lourde mais passionnante à plus d'un titre. L'ordre du jour comporte en effet pas moins de 1192 pages pour 73 rapports.
Entre autres dossiers qui seront examinés, les débats ne manqueront pas au sujet du rapport de la Chambre régionale des comptes relatif à l'exercice 2009 et suivants (116 pages), le budget supplémentaire d'un faible montant et la décision promise sur l'interdiction ou non des compteurs Linky (354 pages).
J'en ferai prochainement le compte-rendu. Mais avant, voici quelques informations et observations qui montrent diverses facettes de la gestion de la ville par Maryse Joissains et qui ne rejouiront peut-être pas les Aixois.
Le prix de l'eau va augmenter
Depuis 1965, la Ville bénéficiait de la gratuité perpétuelle d'une partie de l'eau fournie par le Canal de Provence. En 1976, le processus avait été confirmé. Aujourd'hui, c'est fini ! Maryse Joissains a accepté de renoncer à l'avantage qui participait de la modicité du prix de l'eau payé par les Aixois. La mairie va percevoir 14 millions d'euros cette année en échange du sacrifice que devront faire les citoyens. A compter du 1er janvier 2017, les Aixois auront donc un nouvel impôt déguisé sur la facture d'eau…
Le prix des tickets d'Aix en bus aussi
L'an dernier, Aix en bus avait relevé certains tarifs de 0,90%. A partir de septembre, ce sont les titres de 2 voyages qui passeront de 2,10 à 2,20 euros (soit + 4,50%), les tickets 10 voyages de 8 à 9 euros (soit + 12,50%) et les tickets voyages de 5 minimum à 99 maximum de 0,80 à 0,90 euros par voyage (soit + 12,50%).
Logement social : chères pénalités
Comme cela est consigné dans le compte administratif 2016, la Ville aura déboursé des pénalités à hauteur de plus d'un million d'euros (1.117.224 exactement) pour insuffisance de logements sociaux. La même sanction sera appliquée chaque année tant que ne seront pas atteints les 25% inscrits dans la loi Alur.
V'Hello Decaux : le coût du fiasco
Dix ans après leur mise en service et six ans après leur abandon par décision de rupture unilatérale de la Ville, on sait combien aura coûté le contentieux avec la société JCDecaux. La municipalité a finalement payé 1.967.000 euros tirés de la poche des Aixois.
Aix perd des habitants
Le Plan local d'urbanisme voté il y a deux ans avertissait que "les tendances démographiques sont à la baisse pour la Ville d'Aix-en-Provence". Hélas, la stagnation, qui constitue l'essentiel de l’action de l'équipe en place depuis 16 ans se vérifie. Les chiffres donnés au conseil municipal sont éloquents. La ville a perdu 640 habitants en 2011, 777 en 2012, 389 en 2013 et 610 en 2014, soit 2416 ! La tendance semble s'inverser avec + 508 en 2015 et + 378 en 2016. Mais, au total, sur six ans, le solde reste négatif avec une perte de 1530 habitants. Dire que, criant au complot, l'adjoint aux finances s'était fâché tout rouge en affirmant que les chiffres de l'INSEE concernant la population aixoise étaient truqués pour nous nuire…
Pour le refus total des compteurs Linky
Les compteurs Linky continuent de susciter de très vives inquiétudes chez les Aixois. En septembre 2016, à l'initiative de notre groupe, la maire avait fait voter une délibération de suspension des installations. C'était une première avancée mais insuffisante car elle ne concernait que les établissements et équipements publics, ne protégeant pas les particuliers et les lieux de travail privés. Au conseil municipal de juin, suite aux nombreux témoignages sur les problèmes rencontrés par les usagers (intimidations, méthodes agressives et illégales des installateurs, dangers sanitaires, incendies…), nous avons proposé de revoir la délibération et de lui en substituer une nouvelle couvrant cette fois tout le territoire de la commune. Maryse Joissains s'est engagée à traiter le dossier au conseil de juillet. 

Ecoutez l'aveu dès le début de la vidéo : le compteur Linky n'est pas obligatoire !