Comme partout en France, Aix ne faisant pas exception, les élus frontistes ont une obsession, celle de vouloir priver certaines associations de quartiers de subventions. Leur méthode ? User de prétextes délirants et nauséeux cachant mal leur haine et leur racisme. Hélas, mais cela devient une habitude, Maryse Joissains dit "comprendre" leurs points de vue. Bonne nouvelle, le préfet vient de les recadrer en confirmant son soutien aux associations visées...  

CM 29 31
Prise de connaissance de la lettre du préfet en plein conseil municipal
(merci à Gaëlle Lenfant pour la photo)

Le fonds de commerce électoral de l'extrême-droite dans toutes les collectivités où elle a des élus repose entre autres sur la mise en cause des subventions à certaines associations de quartiers.
Ces structures, tout comme les centres sociaux avec lesquels elles nouent des partenariats, réalisent pourtant un travail remarquable auprès des populations qui connaissent des difficultés et des situations de précarité de tous ordres : recherche d'emploi, accompagnement social, découvertes culturelles, aide aux femmes, alphabétisation, aide à la scolarité, citoyenneté, loisirs…
Elles sont dûment reconnues par l'Etat et les collectivités locales notamment dans le cadre des projets de ce qu'on appelle la politique de la ville. Elles sont agrées et, ce qui est normal, soumises comme toutes autres associations à des contrôles et tenues de fournir le bilan de leurs activités. A Aix, ces structures existent et sont identifiées depuis de longues années. Elles ne posent aucun problème.
En décembre, mais ce n'était pas la première fois, une élue frontiste, 
guidée comme à son habitude par son obsession pathologique contre tout ce qui a trait de près ou de loin à des dispositifs en faveur de la solidarité et de la cohésion sociale, avait demandé la parole et déroulé des propos délirants.
Au passage, il faut savoir que cette personne, qui ne se distingue dans aucun autre domaine significatif, vote les yeux aussi fermés que l'esprit l'ensemble des délibérations présentées par la majorité.
Elle avait
 donc interpellé Maryse Joissains pour faire supprimer les subventions auxdites associations. La maire les avait alors suspendues mais avait fini par les accorder et avait écrit au préfet pour connaître son point de vue. La réponse circonstanciée est arrivée il y a quelques jours validant le soutien entier de l'Etat.
Pourquoi et comment Maryse Joissains a-t-elle pu se laisser embarquer dans un procès aussi orienté que nauséeux livré par une élue frontiste dont elle ne peut ignorer les habituels objectifs haineux à l'encontre d'associations de proximité ? Pour avoir la réponse, je vous invite à lire ou à relire ce que j'écrivais en décembre dernier
(voir lien ci-dessous).

La lettre du préfet délégué pour l'égalité des chances

CM 29 31CM 29 31
"Nausée : Quand Maryse Joissains s'aligne sur l'extrême-droite !"
http://castronovo.canalblog.com/archives/2016/12/23/34720501.html