Dans son combat perdu contre la métropole, Maryse Joissains a encore fait dans l'outrance jusqu'au ridicule. La riposte cinglante de Jean-Claude Gaudin et des élus marseillais n'a pas tardé. Comble final de cette guerre picrocholine : en tant que doyenne des présidents des intercommunalités, c'est elle qui prononcera le discours d'ouverture de la séance inaugurale...

joissains gaudin métropole

Vouloir défendre une cause est une chose. Mais franchir le stade de l'outrance jusqu'au ridicule en est une autre.
Comme à son habitude, en cherchant à se distinguer (euh… ce mot n'est peut-être pas si approprié dans le cas présent) et à revendiquer un rôle de combattante permanente extrême, Maryse Joissains a fini par voir ses foucades se retourner contre elle.
Elle fait voter une décision de création d'une petite métropole dans le périmètre de la communauté du Pays d'Aix, et accessoirement et surtout autour de sa personne (je vous ai raconté ça il y a quelques jours), elle se prend en pleine figure le rappel de la loi par le préfet en personne. Non, il est impossible d'appartenir à deux collectivités de même nature en même temps.
Ayant proclamé depuis longtemps, en large et en travers, surtout en travers, qu'elle était soutenue par la quasi-totalité des maires du département et qu'elle avait leur confiance, elle vient de se faire voler dans les plumes entre autres par Jean-Claude Gaudin, du même parti que le sien, après sa lettre de cinq pages bourrée de déclarations incontinentes et insultantes contre les Marseillais.
Le maire de Marseille n'a pas retenu sa langue pour la remettre à sa place : "Je n’aime pas les excès quand ils s’approchent même de la vulgarité quand rien n’a été vérifié avant d’annoncer certaines choses. Je suis surpris de ces propos, je n’ai pas voulu entrer dans la polémique, je trouvais que cela était inutile." D'autres élus, eux aussi du même parti, ont pris le relais. Ainsi Roland Blum, son premier adjoint : "Qui est cette dame ? Ce n’est pas en insultant des populations que l’on résout des problèmes". Et puis, Martine Vassal, présidente du département : "Il y a une loi. Il faut arrêter de vouloir nous opposer les uns aux autres, il faut arrêter de vouloir opposer Marseille à Aix. Nous avons besoin de toutes les communes. Aujourd’hui, je pense que nous avons le devoir de résultat, c’est-à-dire le devoir de réussir cette métropole."
Au conseil municipal de Marseille de lundi, les élus de gauche aussi ont envoyé leurs bouquets d'orties pour condamner les propos belliqueux et indignes de la maire d'Aix.
Maryse Joissains est toute furie dehors également contre les élus qui la lâchent depuis ses incartades mais aussi à cause de l'habileté roublarde de la bête politique qu'est Gaudin qui a entrepris une tournée dans les communes pour rencontrer deux tiers des maires en tête à tête et les convaincre d'abandonner leur soutien stérile aux entreprises de Joissains.
Hier, alors que Gaudin est assuré d'être élu président de la métropole, un autre candidat s'est déclaré. Il s'agit de Gaby Charroux, maire communiste de Martigues, qui a jusqu'ici été partisan de la burlesque fronde orchestrée à grands tambours par Maryse Joissains. 
La prochaine étape va donc être intéressante à suivre. Avec un beau dilemme cornélien en perspective : le 9 novembre, jour de la mise en place de la nouvelle collectivité, la maire d'Aix votera-t-elle pour Gaudin ou pour Charroux ? 
Mais le morceau le plus comique sera sans nul doute celui de l'ouverture historique de la séance avec le discours de l'aérienne Maryse Joissains qui aura le privilège de s'y coller en tant que doyenne d'âge des présidents des six intercommunalités. La scène risque d'être épique !

Le livret officiel pour comprendre Aix-Marseille-Provence Métropole :
(Pour un meilleur confort de lecture, clic sur le rectangle en bas à droite du document)