Ce n'est pour l'instant qu'une annonce de principe. Mais, que cache une telle opération et quelles seront les conséquences si la vente des parkings de la ville se concrétise ? Revue...

parking méjanes

12h00 : Actualisation (voir extrait de presse ci-dessous)
Une délibération à la teneur surprenante était dûment inscrite à l'ordre du jour de la séance publique du conseil municipal de jeudi dernier qui comportait également le vote du Plan local d'urbanisme.
Elle faisait état d'une offre de rachat par la Semepa (présidée par le premier adjoint et dont la Ville est l'actionnaire majoritaire), détentrice quasi historique des délégations de service public de toutes les infrastructures de stationnement "hors voirie", soit les huit parkings de la ville.
Selon le rapport (voir ci-dessous), toutes les précautions juridiques sont étudiées pour que l'opération soit conduite sur des bases incontestables. La municipalité assure qu'à chaque étape du processus de nouvelles délibérations seront présentées aux élus.
Il faut en effet envisager à la fois la résiliation des DSP avant toute désaffectation de propriété et leur retour dans le patrimoine communal (pour lesquels il serait prévu une clause de reversibilité en cas de non cession), et recueillir l'avis des domaines pour évaluer le prix des ouvrages.
En fonction des informations obtenues, il conviendra alors de lancer une enquête publique officielle avant tout déclassement des parkings. Ce n'est que lorsque toutes les garanties seront acquises que le conseil municipal sera appelé à accepter, ou non, l'offre d'achat.
Lors de mon intervention, j'ai notamment interrogé Maryse Joissains et son premier adjoint sur la date éventuelle d'aboutissement de la procédure complète. Ils m'ont répondu qu'ils voulaient aller vite, c'est-à-dire la voir achevée d'ici la fin de l'année. J'ai également demandé si l'on avait déjà une idée du prix d'achat. Ils ont indiqué entre 75 et 80M€. Seulement ? Ce sera un des points à surveiller dans cette affaire.
Pourquoi une telle vente et pourquoi maintenant ?
La délibération n'en fait pas mention mais les échanges oraux en conseil ont révélé que cette opération est bel et bien lancée maintenant pour éviter que le stationnement hors voirie ne tombe sous la tutelle de la métropole. Pour mémoire, nous avons entendu la même rengaine à l'occasion du retour vers la Ville des équipements culturels aixois gérés par la Communauté du Pays d'Aix.
Beaucoup de questions restent cependant en suspens au sujet de l'offre de rachat formulée pour les parkings. Par exemple, est-on sûr de pouvoir franchir tous les obstacles juridiques en résiliant, pour vente, les délégations de service public ? S'agissant ainsi d'une cession, peut-on se passer légalement d'un appel d'offre pour mise en concurrence ? Et, si une mise en concurrence s'impose, n'y a-t-il pas le risque que, parmi les éventuels candidats, l'on retrouve les habituels grands groupes privés, gros requins bien connus dans le domaine du stationnement ? La Ville déciderait-elle alors d'abandonner la procédure de vente afin de ne pas voir le contrôle de ses infrastructures lui échapper ?
Enfin, autre question que tout Aixois peut légitimement se poser : quel serait l'impact sur des tarifs de stationnement soumis à la notion de profit, comme c'est déjà le cas dans beaucoup de communes passées au privé ?
On le voit, l'obstination anti-métropole de Maryse Joissains qui guide ses choix politiques n'est pas sans mettre en péril la gestion de nos équipements publics. Le premier adjoint, délégué aux finances, n'a pas caché que la vente serait une bonne affaire qui rapporterait de l'argent frais dans les caisses de la ville. Pas faux, mais c'est là une arme à un seul coup ! Après quoi, ce serait "circulez, il n'y a plus rien à voir"...

"Bonus… et malus pour le stationnement…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/10/32337058.html
"Aix village gaulois dans la métropole ?"
:

http://castronovo.canalblog.com/archives/2015/07/16/32363892.html

La délibération est => ICI 

CM 16 23