jeudi 16 juillet 2015

Aix village gaulois dans la métropole ?

Tel un ultime baroud anti-métropole, Maryse Joissains a fait voter le retour de trois grands équipements culturels de la CPA vers la Ville d'Aix. Un repli insensé d'arrière-garde qui a un coût et qui risque de nous isoler en village gaulois... 

village gaulois

Ce second semestre va être crucial. Des dossiers fondamentaux et lourds de conséquences vont faire l'objet de séances tant au Conseil municipal qu'à la Communauté du Pays d'Aix.
Le Plan local d'urbanisme aixois (PLU) sera présenté le 23 juillet. A cette date, et en parallèle, les enquêtes publiques du Schéma de cohérence territoriale (SCOT) et du Plan de déplacements urbains (PDU) qui relèvent de la CPA seront bouclées. Et ces deux autres projets arrêtés seront mis aux votes en octobre ou novembre. Soit, pour les trois documents, à quelques portées de l'entrée en vigueur de la métropole le 1er janvier.
Mais il y a aussi, comme ce fut le cas vendredi dernier, d'autres décisions prises par Maryse Joissains qui affichent des positions radicalement anti-métropole. Lors de cette séance, la CPA a été invitée à retirer l'intérêt communautaire de trois équipements culturels majeurs qui ont longtemps bénéficié des financements de la CPA : le Grand théâtre de Provence (GTP), le Centre chorégraphique national (CCN) et le musée Granet et à ré-instituer leur retour à une gestion aixoise. 
Pourquoi de tels transferts ?
Alors que ces grands équipements ont acquis une renommée nationale et même internationale, n'est-il pas particulièrement curieux, et même insensé, de vouloir les rabougrir à une dimension seulement communale ? Comment la Ville d'Aix pourra-t-elle assumer seule leur financement local si celui de la communauté disparaît ? C'est la question que j'ai posée et à laquelle l'adjoint aux finances a répondu en assurant que ce seraient des opérations "blanches", autrement dit sans surcoût municipal.
Affirmation difficile à admettre et dont on peut sérieusement  douter car il manquera bien de l'argent pour atteindre les niveaux de subventionnement actuels.
Derrière ces choix pour le moins surprenants, prétendument opérés "par précaution", le motif profond finalement avoué en séance est la tentative de soustraire ces équipements à leurs éventuels transferts vers la métropole.
Cela fait penser au petit village gaulois qui se barricade pour se défendre mais qui finit par se replier en complète autarcie. Est-ce bien responsable et sérieux de mener un tel combat d'arrière-garde qui ne pourra qu'affaiblir la crédibilité et la place d'Aix au sein de la métropole qui de toute façon est désormais inéluctable ? 

CPA 9 10CPA 9 10

Posté par CASTRONOVO à 00:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]