Maryse Joissains a nié faire du clientélisme, malgré les preuves du reportage sur les étranges dérives des recrutements de personnels à la Communauté du Pays d'Aix...
               Actualisation : La vidéo de la séquence sur Aix (voir plus bas)

joissains CRC image recrutements
Une page du rapport de la Chambre régionale des comptes

Après la diffusion maintenue hier soir dans Envoyé spécial sur France 2 du reportage intitulé "l'argent des communes : des économies au gaspillage" et la séquence sur les recrutements de personnels à la Communauté du Pays d'Aix, on se demande comment Maryse Joissains a pu oser en réclamer la déprogrammation. Sur les dix minutes que dure le sujet, elle a disposé en tout d'une minute trente. Elle ne peut donc pas revendiquer d'avoir été lésée puisqu'elle a pu donner son point de vue face au journaliste.
En 2010, la Chambre régionale des comptes avait relevé qu'il y avait des doublons de postes entre la Ville d'Aix et la Communauté du Pays d'Aix, alors que les transferts de la première à la seconde auraient dû permettre de rationnaliser les emplois.
A propos de ce rapport, j'avais moi-même écrit ceci sur mon blog en date du 8 mars 2010 :
                                           Gestion des ressources humaines
Les effectifs ont plus que doublé entre 2003 et 2005, avec la variation du périmètre des compétences de la CPA. La structure du personnel est marquée par les transferts d'agents communaux vers la CPA. Ces derniers ont cependant été insuffisants puisque la CPA a procédé à des recrutements directs importants (65% des agents).
Le journaliste rappelle que la CRC avait pointé le recrutement de 421 personnes entre 2003 et 2008 sur un total de 1.000 employés de la CPA. Et les questions soulevées ont fait mouche. Maryse Joissains répond : "Le politique domine quand l'élu a l'expérience des années derrière lui et qu'il sait que ce qu'on lui demande n'est pas forcément bon. Oui, on a été un peu dans l'amateurisme, donc on répondait à la demande de l'administration".
Apparaît ensuite l'ex-directeur général des services (viré) qui affirme que c'est Maryse Joissains elle-même qui a décidé les recrutements et là il balance : "Ces périmètres d'emplois peuvent parfois exprimer un goût immodéré pour le clientélisme". Et l'on entend des exemples parfois déjà connus.
Il y aurait eu le recrutement par le service des ressources humaines de la CPA de la nourrice de la petite fille de Maryse Joissains comme cadre A. Mais aussi le recrutement d'épouses de cinq pompiers à des postes d'employé administratif. Et l'ex-directeur d'estimer que, sur les 1.000 fonctionnaires travaillant à l'agglomération, environ 152 personnes auraient été recrutées pour des motifs clientélistes.
Le journaliste s'enquiert alors de vérifier par lui-même quelques cas. Lorsqu'il appelle la fameuse ancienne nourrice, cette dernière lui raccroche immédiatement au nez. Puis, il interroge une autre personne recrutée, la filleule de Sophie Joissains, qui coupe court : "Je ne peux pas vous répondre, c'est du domaine privé".
Une troisième fonctionnaire, plus loquace, répond qu'elle a été appuyée, expliquant : "Je suis d'une vieille famille aixoise. Maryse Joissains connaît ma famille, je veux dire, voilà, c'est vrai que, vous savez, pour entrer à la communauté d'Aix, il est évident qu'on est toujours appuyé par quelqu'un parce que les listes sont longues. Et puis il y a des élus qui recrutent aussi, il n'y a pas qu'elle. Mais c'est une pratique monnaie courante ça".
Retour vers Maryse Joissains à qui l'on demande de réagir suite à ces déclarations. Elle conteste les accusations de clientélisme. "Je n'ai jamais fait de clientélisme. Quand j'ai un poste disponible et que sur ce poste disponible il y a plusieurs demandes, eh bien, très simplement et très clairement, on prend le meilleur ou la meilleure. Et il s'est trouvé souvent que le meilleur ou la meilleure était des gens représentés... recommandés par des adversaires. Par exemple, je reçois régulièrement... je reçois régulièrement… (interrompue par le journaliste)… non, pas forcément des proches. Mais oui j'ai embauché des gens que je connaissais. Et alors, c'est interdit que des gens que je connais rentrent en mairie ? Ça se passe comme ça dans la France entière !"
En fin de reportage, le journaliste rappelle que la Brigade financière a pourtant bien ouvert une enquête sur certains de ces recrutements.
Petites remarques : Si, au fil des images, on a bien pu apercevoir un chauffeur bien connu à Aix et le chien de Maryse Joissains, en revanche, aucune trace, même entre deux portes, d'un certain personnage du clan. Je regrette profondément cette absence...   

Mon article de jeudi
"Envoyé spécial enquête sur Aix, Maryse Joissains se dit victime" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2013/11/21/28478921.html

La vidéo de la séquence sur Aix


logo envoyé spécial france 2

On peut voir ou revoir le reportage en cliquant sur le lien :
Pour la séquence sur Aix, déplacer le curseur jusqu'à 23'45".
http://www.france2.fr/emissions/envoye-special/l-argent-des-communes-des-economies-au-gaspillage_146751