Maryse Joissains veut aller en Conseil d'Etat pour tenter de retarder encore un peu l'affaire du contrat annulé d'Alain Joissains. En faisant payer les Aixois !

CAA 3 joissains en cassation

Je me marre. Maryse Joissains veut encore jouer la montre en allant en cassation. L'arrêt de la Cour administrative d'appel qui a annulé le 17 octobre le contrat de directeur d'Alain Joissains est pourtant très clair et parfaitement motivé : il n'y a plus rien à voir.
En demandant ce lundi au conseil municipal de l'autoriser in extremis à saisir le Conseil d'Etat, Maryse Joissains cherche à faire croire le contraire. Et une fois encore sur fonds publics. Comme si toutes les grosses dépenses de contentieux déjà engagées et les faramineux salaires illégaux versés à son directeur de cabinet ne suffisaient pas à grever les caisses de la Ville sur le dos des Aixois.
Il est quasiment certain que cette nouvelle requête se heurtera immanquablement à la barrière de la recevabilité, étape préalable nécessaire pour qu'un pourvoi soit traité par la plus haute juridiction. Tous les moyens, tous les motifs et toutes les conclusions de la Ville ont été rejetés "au fond", c'est-à-dire en fait et en droit. Il n'y a donc plus aucun fil à tirer qui pourrait justifier sérieusement un éventuel recours en l'absence de tout fait nouveau ou de toute faute de droit et de procédure. 
Maryse Joissains le sait car elle ne croit pas un seul instant à la moindre chance désormais de convaincre le Conseil d'Etat. Elle en fait d'ailleurs le demi-aveu en annonçant, comme d'habitude au clairon, qu'elle serait prête à aller jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme. Il faut que les Aixois le sachent, elle tente en fait un dernier coup désespéré à l'approche de l'élection municipale, très risquée pour elle et son clan. 
Et bien, je ne laisserai pas faire. Je continuerai à expliquer les manœuvres dilatoires auxquelles se livrent Maryse et Alain Joissains pour occulter leurs abus et leurs responsabilités.
Ce lundi, il sera intéressant d'examiner le vote des élus. Et notamment la position de ceux qui ont lâché Maryse Joissains, ou qui ont appris qu'ils ne feront pas partie de sa liste, ou qui font déjà campagne au côté d'un autre candidat. Ce sera en particulier le cas - comique ou pathétique - de Jean Chorro, chargé de présenter la délibération en question alors qu'il a coupé les ponts après douze ans de collaboration avec la maire.
Aixois, refusez qu'on se moque de vous. Il s'agit de votre argent ! 

joissains express 10
CAA 3 joissains aix city local news 13 nov 2013