Comment Maryse Joissains continue de se moquer des Aixois en faisant encore payer sa propagande électorale sans scrupule grâce à l'argent public…

joissains propagande

Voir actualisation en fin d'article
 
Peut-on la laisser faire ? Le culot de Maryse Joissains est sans bornes. Non seulement quand elle use et abuse des moyens de communication payés par l'argent public mais aussi quand elle essaie de justifier l'injustifiable. Dans les deux cas, la maire d'Aix se moque des Aixois en essayant de les endormir.
Comme je l'ai récemment raconté, en quelques mois, on a vu fleurir plusieurs supports dont l'objectif à peine maquillé est de vanter à grand renfort de titres ronflants à la fois le bilan de la municipalité et celui de la Communauté du Pays d'Aix.
Tout cela à un an pile de l'élection municipale. Beaucoup l'ont compris, c'est une pure arnaque. D'autant que l'opposition n'a pas eu son mot à dire pour contrecarrer certaines affirmations de la majorité sortante.
Dans le numéro 59 mars/avril d'Aix en dialogue, à l'intérieur de la page réservée à sa majorité, Maryse Joissains revient sur les diverses protestations formulées par ses opposants et publiées dans la presse ou sur les réseaux sociaux. Selon elle, il n'y avait pas lieu d'accorder de nouvelles pages ni à sa majorité ni à son opposition puisque le numéro spécial bilan n'était qu'un supplément du numéro 58 dans lequel chacun s'était exprimé.
Cet argument présenté comme un soi-disant souci de traiter les deux parties de manière égale n'est en vérité qu'un grossier artifice pour masquer une décision arbitraire qui débouche sur une fausse équité. C'est inacceptable. Car, elle disposait bien, elle, de 76 pages de plus pour faire sa propagande sans en avertir ses opposants, les privant ainsi du moindre droit de s'exprimer et de la moindre possibilité de réagir. 
Le chapeau de son article vaut d'ailleurs aveu. "Le supplément avait pour vocation d'offrir aux Aixois une vision globale de l'évolution de leur ville depuis le début des années 2000 et une projection jusqu'en 2017." Il faut être idiot pour ne pas comprendre que le magazine municipal a été utilisé comme un tract de campagne purement électoral comme le fait tout sortant mais en le payant personnellement, comportant un résumé du bilan de son action assorti d'un catalogue de futures promesses.
La supercherie est d'autant plus criante qu'à la page 3 du sommaire un encadré fait mine de préciser que les conditions de neutralité applicables en période électorale sont respectées en tous points. Conditions allègrement détournées voire violées depuis plusieurs publications, y compris la dernière. Il est vrai qu'après douze ans de mandat, si Maryse Joissains s'acharne tant à se glorifier, c'est qu'elle ne peut plus ignorer la façon dont ses ratages sont ressentis et jugés par les Aixois.

joissains aix dial 59 édito

Prenons deux exemples d'actualité qui sont d'ailleurs mentionnés dans les publications. Dans son édito, la maire consent à demi-mots que l'affaire du Plan local d'urbanisme n'a pas été menée à terme, malgré sa prétendue bonne volonté. Il suffisait d'assister comme je l'ai fait à la réunion publique il y a trois semaines au centre de congrès pour prendre le pouls de l'indigence de ses propositions. Après une si longue période, le public attendait plus de détails et plus d'explications sur le devenir de leur ville. Il n'a eu droit qu'à une vague parlote maintes fois entendue.
L'autre cas concerne le projet du Plan de déplacements urbains, toujours pas voté (il avait été annulé en 2008). En janvier, la CPA a édité un numéro spécial de 12 pages qui n'est en fait qu'un état des lieux saupoudré des mesures hétéroclites déjà connues des habitants du Pays d'Aix.
Voyez l'incohérence et la contradiction. Le PLU est annoncé comme un document censé fixer les règles pour une bonne quinzaine d'années tandis que celui du PDU ne se projette qu'à dix. Or, en parcourant les pages du magazine, on peut lire que tout se tient et doit s'intégrer dans le Schéma de cohérence territoriale (SCOT).
Pour (re)parler du PDU, selon la même méthode éprouvée d'enfumage que pour le PLU, des réunions publiques sont programmées en avril et en mai dans diverses communes de la CPA (à Aix le 6 mai). Et là, la vague des déjà déçus risque fort de se transformer en marée.
 
Actualisation 
Tiens, on dirait que mon blog n'est pas le seul à avoir relevé les propos hypocrites dans l'encadré du magazine municipal. La Provence d'hier y est allée aussi de son coup de griffe. Si avec ça les électeurs n'y voient encore que du feu et de la fumée, c'est à désespérer… 

joissains aix dial Prov 3

Croyez-vous aux sondages ?
http://www.lagazettedescommunes.com/160842/les-francais-plutot-satisfaits-de-leurs-maires-a-un-an-des-municipales/

Si c'est le Figaro qui le dit…
http://www.lefigaro.fr/politique/2013/03/07/01002-20130307ARTFIG00697-municipales-premier-sondage-avant-le-scrutin.php