gare routière maquette(Clic sur l'image pour agrandir)
La maquette du projet en cours

Revenons un peu aujourd'hui sur le controversé projet de la gare routière.
La première installation, dite provisoire, avait été sommairement aménagée sur l'ancien parking derrière la grande poste à la fin des années 70. En 1990, avec le démarrage du gigantesque chantier de Sextius-Mirabeau, le maire Jean-François Picheral l'avait déplacée sur l'avenue de l'Europe contre l'hôpital Montperrin, là où elle se trouve encore et là où elle va rester.
En 2001, dans sa brochure électorale (que j'ai bien conservée), Maryse Joissains avait pourtant claironné : "La concertation sera mise en place afin de régler le problème de l'implantation insensée de la gare routière". Si, si, vous avez bien lu ! Elle se faisait fort de dénicher un autre lieu. Quelques années après, aucun autre terrain n'ayant été trouvé, il a bien fallu qu'elle rende les armes.
En 2007, à quelques mois de l'élection municipale, alors que des panneaux avaient été placés dès 2005, elle lança donc son projet de gare pharaonique avec mise en service effective en 2011. De très nombreuses critiques fusèrent de toutes parts, riverains, comités d'intérêts de quartiers, urbanistes, architectes, etc.
Une fois l'élection passée, face à l'évidence, le maire fit marche arrière et annonça une révision du projet à la baisse, tant pour la taille que pour le coût de revient. C'est de ce dernier projet dont il est question maintenant, et dont la mairie prévoit l'ouverture fin 2013, si rien ne vient encore entraver le déroulement du chantier.

gare routière nouvelle(Clic sur l'image pour agrandir)
Vue du secteur d'implantation de la gare routière

Premier acte, le permis de construire a été délivré le 29 juin. Selon le site de la mairie, le début des travaux avait pourtant été programmé pour avril puis repoussé à août. En revanche, l'affichage a sans doute été fait vers la mi-août, soit environ six semaines après. Etrange délai tardif pour une formalité obligatoire. Dans mon article de lundi, j'ai rappelé que cela n'est pas très légal en termes d'information et de voies éventuelles de recours dont dispose tout pétitionnaire pendant un délai de deux mois. Sauf yeux avertis, les Aixois n'ont pu découvrir l'affaire qu'en plein été, s'ils étaient par chance à Aix.
Deuxième acte, le 16 août, des bungalows ont été installés face au commissariat de police pour accueillir dès le 18 le public et les services de billetterie.
Troisième acte, c'est le site Aix en bus géré par Keolis qui a annoncé le début des travaux en cette fin septembre, pour indiquer que les arrêts à cet endroit ne pourront plus être desservis et seront déplacés à proximité du commissariat pendant la longue durée du chantier.
Comme on l'imagine, la nouvelle mouture ne fait toujours pas l'unanimité.
La fédération des CIQ s'était positionnée défavorablement, estimant que la future gare prendra en otage tout le quartier, déviera le trafic automobile, amputé de l'avenue de l'Europe, axe majeur de circulation est-ouest de la ville qui sera donc totalement interdit, vers le Pigonnet et les facultés où l'engorgement est chronique, et croissant avec une sous-préfecture à construire sur l'avenue Winston-Churchill (j'y reviendrai dans un prochain article).
La fédération rappelait clairement son point de vue : "Il aurait fallu élaborer un vrai Plan de déplacements urbains et articuler le projet avec le plan Campus. L'urbanisme se développe dans les quartiers sud et l'accès au centre repose sur les avenues Giono et du Pigonnet qui sont déjà totalement saturées plusieurs heures par jour. Et il n'y a pas de plan B".
Des citoyens riverains qui suivent l'affaire à la loupe s'étonnent de n'avoir pas entendu parler d'enquête publique pourtant obligatoire pour un tel dossier, pas plus que d'une étude d'impact affectant durablement l'environnement quotidien d'un quartier qui s'imposait en toute logique dès lors que le projet de gare n'est plus le même que le premier. Par ailleurs, ils se posent aussi des questions sur l'absence d'autorisation des travaux de voirie à la rue Lapierre concernée par les incidences du projet.
On n'en a donc peut-être pas fini avec les surprises.

"Gare routière : La foire aux mirages" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2007/07/07/index.html

"Gare routière : Le nouveau projet ne convainc pas…" :
http://castronovo.canalblog.com/archives/2010/06/02/18090160.html

Propagande électorale :
Le panneau du premier projet affiché trois ans avant le scrutin de 2008
(Clic sur l'image pour agrandir)

gare routière 2007