comores

(Clic sur l'image pour agrandir)

La décision paraît rocambolesque mais elle n'en est pas moins réelle. Stéphane Salord, consul honoraire des Comores à Marseille depuis mai 2008, a été limogé il y a quelques jours.
Lors de sa nomination, une majorité des Comoriens de Marseille avaient persisté à réclamer un consul général de plein exercice et non un consul honoraire pour une communauté qui compte environ 70.000 personnes. Malgré cela, pour assurer sa mission, Salord s'était installé dans des locaux municipaux attribués par Jean-Claude Gaudin dans le 14ème arrondissement.
La nomination de Salord ne plaisait pas à tout le monde du fait qu'il est français et n'a aucune attache comorienne. Autre sujet de mécontentement, son appartenance à l'UMP qui, pour certains, ne lui conférait pas la neutralité nécessaire.
Lors de son arrivée, les avis étaient partagés. A l'annonce de son départ, certains des opposants se réjouissent tout en tempérant leurs réactions face à la situation politique agitée qui secoue les Comores.
En effet, ce limogeage intervient dans un climat de crise plutôt effervescent. Les élections générales étaient programmées le 26 mai, mais le président a fait voter, malgré le boycott de l'opposition, un prolongement d'un an de son mandat de quatre ans arrivé théoriquement à échéance cette année, de sorte que l'élection présidentielle ne se déroulera pas avant 2011.
C'est donc dans ce contexte de controverse, même si ceci n'explique pas cela, que survient l'éviction de Salord.
Beaucoup s'accordent à dire que les dirigeants comoriens, notamment le ministre des affaires étrangères, s'évertuent à pratiquer un système un peu intéressé quant à leurs représentations officielles à l'extérieur et bien sûr en France.
On relate que leur préoccupation est de nommer des proches du pouvoir pour mieux contrôler la communauté comorienne et au passage mettre aussi la main sur la caisse.  
Certains sites internet évoquent par exemple le fait que les autorités comoriennes n'agiraient que par appât de l'argent en tentant de se faire payer des frais divers (style grande vie) par les ambassades et les consulats lors de leurs déplacements en métropole. 
Lorsqu'un des collaborateurs du susdit ministre, et en son nom, a voulu imposer au consulat de Marseille une prise en charge financière de son voyage, le consulat n'a pas acquiescé. D'où vraisemblabement le renvoi de Salord qui sera remplacé par un conseiller de l'ambassade des Comores à Paris, qui aura tout loisir d'aller voir si par hasard il n'y a pas un peu de monnaie au fond d'un coffre.

Le limogeage de Salord sur les sites internet : 
http://mirontsyahcrm.skyrock.com/2848198090-L-affaire-du-consulat-comorien-de-marseille-vire-a-la-controverse.html
http://umbeli.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/04/26/les-raisons-obscures-d-un-limogeage.html