mardi 30 juin 2009

Joissains se dérobe, TV7 Provence annule le débat

URGENT 14h00

Ce matin, dans le studio de TV7 Provence devait avoir lieu un débat démocratique entre les 5 têtes de liste qui briguent la mairie. Après avoir donné la parole à chacun au cours de précédentes émissions, mises en ligne il y a une semaine, pour répondre aux mêmes questions sur un ensemble de thèmes cruciaux pour l'avenir d'Aix, la télé locale avait pris l'initiative, pour compléter le cycle de manière cohérente et avec le même souci d'équilibre et d'équité, de proposer aux mêmes candidats de venir débattre entre eux face aux caméras.

Les invitations, formulées en termes identiques, avaient été adressées aux 5 chefs de file il y a plusieurs jours. L'équipe de TV7 Provence avait donc mobilisé tous ses moyens pour que ce moment fort, et à l'heure actuelle le seul prévu, soit à la hauteur : préparation du studio d'enregistrement, présence de toute la rédaction et investissements financiers pour assurer la qualité de l'opération. Les candidats avaient été autorisés à inviter un certain nombre de personnes de leurs équipes respectives.

Ce matin donc, tout était fin prêt pour l'événement et tous les candidats étaient bel et bien là, sauf Maryse Joissains. Son entourage a indiqué qu'elle était atteinte d'une extinction de voix qui l'empêchait de participer aux échanges. Pour le moins, le motif semble n'être qu'un subterfuge qui confirme une dérobade de plus.

En effet, samedi en matinée, interrogée par un blog vidéo sur sa venue à ce débat, Maryse Joissains avait déclaré qu'il était hors de question pour elle d'aller se confronter à tous les candidats. A ses dires, elle n'était prête à accepter qu'un débat en tête à tête avec son concurrent de second tour, qu'elle a désigné en la personne d'Alexandre Medvedowsky.

A l'heure dite, les organisateurs, qui n'ont reçu aucun message de désistement, ont eu la désagréable surprise de constater que l'ex-maire d'Aix n'était pas là. Son entourage le plus proche était présent et souhaitait parler à sa place. Le chef d'édition et ses collaborateurs ont indiqué que le siège prévu pour Maryse Joissains ne serait occupé par personne d'autre qu'elle.

Les quatre autres candidats prenaient acte de cette absence et se déclaraient prêts à participer au débat (NB : Stéphane Salord, sollicité suite au crash de l'Airbus, a souhaité quitter le plateau). Finalement, les conditions d'un débat pluraliste n'étant plus réunies, la rédaction a décidé d'annuler l'émission purement et simplement.

Pour cet événement unique, TV7 Provence avait convié ses confrères, dont ceux de La Provence et de La Marseillaise, qui rendront vraisemblablement compte demain de ce qui apparaît d'ores et déjà comme étant une esquive de Maryse Joissains à un rendez-vous essentiel qui avait pour seul but d'informer objectivement les électeurs. Des photos et des images ont été prises sur le vif par la presse et par le blog vidéo. Elles seront publiées et mises en ligne dans les heures qui viennent. On y verra des discussions informelles entre candidats et personnes présentes sur ce qui va probablement susciter beaucoup de commentaires...

logo_TV7_provence

Le site de TV7 Provence :

(pour voir les vidéos de la campagne électorale

et les interviews individuelles des candidats sur des thèmes majeurs)

http://www.tv7provence.com/

Posté par CASTRONOVO à 14:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

"Carnets de campagne" : Au régal des pique-assiettes

Disette ou aubaine ? En tout cas, les pique-assiettes semblent bien être toujours à la fête, plus pour goûter aux nourritures terrestres offertes aux buffets par les candidats que pour boire leurs belles paroles… Allez, profitez-en pour alimenter de vos commentaires les plats que nous mijote notre grand chef toqué.

Dix-neuvième jour :

http://plassans2009.hautetfort.com/archive/2009/06/28/vingtieme-jour.html

(Pour une meilleure lecture, clic sur la planche d'images qui apparaît à l'écran)

Le site à mettre dans vos favoris : (avec tous les articles)

http://plassans2009.hautetfort.com/

Posté par CASTRONOVO à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 juin 2009

Les défausses de Joissains sur le compte des autres...

joissains_ravi_en_piedElle n'y est pour rien, proteste-t-elle. Non, jamais pour rien. Les défausses de Maryse Joissains sont pourtant monnaie courante. Le Conseil d'Etat la désigne, mais il ne s'agit pas d'elle puisque le CE est composé de magistrats "politiques" qui veulent sa peau.

Le Tribunal administratif annule le contrat de son directeur de cabinet illégalement signé par elle pour dépassement exorbitant de salaires (475.000 euros), mais elle fait appel jurant qu'il n'y a absolument rien d'anormal là-dedans. Le Plan de déplacements urbains est annulé par le T. A. mais c'est bien sûr parce qu'on lui cherche des poux.

Le Plan banlieues aixois prend du retard, puis est retoqué par l'Etat en faillite, c'est bien entendu la faute du fonctionnaire qu'elle a elle-même choisi et qui n'a pas été à la hauteur. Un adjoint siégeant à la Semepa s'arrange pour faire un prix d'ami à sa femme et à un copain joueur de foot, elle n'est pas au courant évidemment et lui fait porter le chapeau ainsi qu'au président de la société.

Pour chaque mauvaise décision, Maryse Joissains se trouve des excuses et tire sur des boucs émissaires qu'elle congédie en grand nombre. Ce ne sont là que quelques exemples parmi les plus criants. Et voici que, depuis le début de la campagne électorale, c'est le retour de la propagande à coups de grosse caisse. Tentant de se poser de nouveau en victime, tract après tract, elle assène une collection de mensonges plus démagogiques les uns que les autres.

Et bien non, l'élection ne va pas coûter 1 million d'euros. Au pire, cela n'atteindra que le quart de cette somme, ne serait-ce que par l'économie (environ 650.000 euros) faite sur les indemnités qui ne seront pas versées aux élus municipaux d'Aix et de la CPA pendant deux mois, auxquels s'ajoutent les sommes non dépensées en train-train des élus pour environ 100.000 euros.

Quant aux frais administratifs pour la tenue de l'élection, ils peuvent être évalués à 200.000 euros. Pour ce qui est des dépenses engagées par les candidats, elles sont pour partie prises en charge par apport personnel et en partie par l'Etat sur les lignes budgétaires prévues à cet effet tout au long de l'année.

Faut-il rappeler que le coût en communication annuelle sous les mandats Joissains a tourné entre 1,5 et 2,5 millions d'euros et les procédures judiciaires à foison de Maryse Joissains à plus de 200.000 euros par an ? Le tout tiré de la poche des Aixois. Alors, pas de chanson, s'il vous plaît ! L'autre tentative de mensonge, proche de la diffamation, concerne l'Office HLM. (Lire article suivant.)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Office HLM : Les nouveaux bobards de Joissains

Dans un tract électoral mensonger, scandaleux et aussi indigne, l'ex-maire Maryse Joissains prétend que l'Office a été privatisé. Quelle méconnaissance de la loi, que l'encore députée a elle-même votée ! Mais, pour comprendre le contexte, revenons d'abord sur quelques faits. Très récemment, le commissaire aux comptes de Pays d'Aix Habitat s'est vu contraint de pointer la mauvaise gestion, un manque de rigueur et un déficit de 2,3 millions d'euros en 2009.

Quelques temps avant, deux longs rapports de la MIILOS (Mission interministérielle d'inspection du logement social) avaient analysé sévèrement la gestion de l'office. Plus près de nous, Maryse Joissains a cru bon de sortir la grande artillerie, jouant la parodie de l'offusquée pour mieux botter en touche. Il y a des fausses factures à l'OPH, a-t-elle annoncé. Elle est présidente depuis 8 ans et, comme par hasard, elle découvrirait cela maintenant ? Et voilà que, avec l'élection à refaire, elle nous la joue encore une fois "c'est-pas-moi-c'est-l'autre".

         

affiche_OPH

(Merci à mon ami Philippe Denis pour la réalisation de cette pépite)

       

Un tract fumeux

à Le titre : "Pour l'honneur d'une ville !" Les grands mots pour masquer les gros échecs !

à Le sous-titre : "L'office HLM a été privatisé par M. Medvedowsky". Ah bon ? On fera d'abord remarquer que la lettre "P" de OPHLM, puis OPAC et maintenant OPH veut dire "public". Par quel tour de magie peut-on affirmer que c'est privatisé ?

à Les directeurs : Maryse Joissains fait l'aveu d'un "échec sur les problèmes de proximité". En réalité, il n'y a pas que cela. Tout l'OPH marche sur la tête. Car s'il y a bien eu 5 directeurs, il n'y a eu qu'une seule présidente, et c'est son échec personnel. La nouvelle directrice (la 6e) est "chargée de restructurer l'office et de mettre fin aux dysfonctionnements reprochés par les locataires". Faudrait savoir. Maryse Joissains avait déjà dit la même chose pour le précédent directeur aux commandes pendant trois ans.

Le 19 juin, dans La Provence, elle remettait le couvert : "Il y a un dossier sur lequel je vais m'engager personnellement : les HLM, qui ont été gérés de façon artisanale et qui vont être remis en ordre de marche par la nouvelle directrice. Je pense que les Aixois ont compris que ce n'est pas moi le directeur". Etrange affirmation, on va le voir. Cela veut quand même dire que l'Office est hors service. Et comment donner crédit aux mots de conclusion du tract : "Ces engagements, je les prends solennellement et personnellement. Vous me connaissez tous, je tiens toujours mes promesses, même s’il me faut parfois du temps."

à La loi : Là, c'est le bouquet, la crédibilité de Maryse Joissains en prend un coup. Démonstration avec le rappel des évolutions de la législation. Les OPHLM ont été créés en 1912. Les OPAC ont été institués en 1971. La structure aixoise est passée du statut d'Office public à celui d'Office d'aménagement et de construction le 11 mai 2000, sous la présidence d'Alexandre Medvedowsky délégué par le maire Jean-François Picheral.

joissains_depute_godillotSi Maryse Joissains a connu cet ancien statut, elle a aussi étrenné le nouveau. Et c'est là que se situe son imposture. Par la loi du 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement, votée par scrutin public par notre députée le 31 janvier 2006, les statuts OPHLM et OPAC ont été unifiés sous le même nouveau statut d'Office public de l'habitat (ordonnance du 1er février 2007 et décret d'application du 18 juin 2008). Alors, ne saurait-elle pas ce qu'elle vote en n'allant qu'une fois par mois à l'Assemblée ?

Au-delà des changements d'appellations, le mot "public" a été sciemment conservé pour signifier la confirmation des missions de service public du logement social. Cette refonte a aussi modifié la répartition des compétences entre le conseil d’administration, son président et le directeur général : le directeur général dirige l’activité de l’office dans le cadre des orientations générales fixées par le conseil d’administration.

Or, Maryse Joissains feint de ne pas avoir de responsabilité en matière de politique du logement et de fonctionnement de l'office. Pourtant, par la loi, elle en a été présidente de droit en tant que maire et elle a toujours nommé et même révoqué des directeurs.

Le directeur n'est pas vraiment indépendant et ne peut donc pas faire ce qu'il veut. Placé sous la responsabilité du président, il est obligé de suivre les grandes orientations fixées par ce dernier et le conseil d'administration dans lequel la collectivité est désormais majoritaire. Dans son tract, Maryse Joissains ne dit pas autre chose : "Sur ma proposition, le conseil d’administration a voté pour un nouveau directeur". Et dans La Provence : "Je vais m'engager personnellement sur le dossier des HLM".

Elle joue donc sur les mots, lorsqu'elle déclare : "Ce qui signifie que ce n'est plus le maire qui gère mais un directeur. Le conseil d'administration que je préside est composé de 21 membres dont 8 élus et s'implique uniquement dans les grandes orientations." Faut-il insister davantage sur les propos contradictoires et délirants de Maryse Joissains ? Est-ce vraiment cela l'honneur dont elle prétend encore vouloir se draper ?

Petit historique de la gestion Joissains :

"Logement : Les bobards honteux de Maryse Joissains" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/01/05/7449520.html

"Pays d'Aix Habitat : Joissains reponsable de la faillite" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/02/04/12357657.html

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

samedi 27 juin 2009

TV7 Provence, la télé locale qu'il nous faut !

logo_TV7_provence

      

Connaissez-vous notre super télé locale ? Installée au cœur même d'Aix depuis plus d'un an, TV7 Provence réalise d'excellents programmes sur tout ce qui se passe à Aix et dans la région, tous diffusés par l'Internet. De nombreuses vidéos proposent des reportages, des interviews et même des débats. Depuis quelques jours, les responsables produisent un effort remarquable pour rendre compte de la campagne électorale aixoise, dans le respect du pluralisme et de l'équité. Afin d'établir une démarche interactive avec les visiteurs, la rédaction autorise les commentaires en réaction à chaque vidéo. Trop sympa TV7 ! Un site à découvrir et à mettre en lien dans vos favoris.

Le site de TV7 Provence :

www.tv7provence.com

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

Le préfet veut nous prendre pour ce qu'il est…

Le préfet de région essaie vraiment de nous prendre pour ce qu'il est. Et que nous ne sommes pas. Interrogé sur le choix des dates pour l'élection municipale d'Aix, Michel Sappin répond : "Pour trouver une date (sic) meilleure que les 12 et 19 juillet, il fallait aller jusqu'au 13 septembre. Et avancer la date au 5 septembre (sic) [un samedi ?!], c'était trop court pour que les partis politiques s'organisent car tout le monde a été surpris par la décision du Conseil d'Etat."

Mais quel type de calendrier un préfet peut-il bien avoir sur son bureau ? D'abord, si le motif qu'il invoque pour rejeter l'option de septembre était aussi capital, il aurait pu arbitrer pour les 19 et 26 juillet permettant de disposer d'une semaine de plus. Ensuite, cela aurait évité le gros trou noir du 14 juillet entre les deux tours, ce qui aurait facilité les travaux en interne des listes.

Enfin, comme c'est bizarre, notre préfet se déclare "satisfait" de son choix de dates et dit n'avoir "reçu aucune protestation des élus". Ce qui est faux bien sûr puisque, par exemple, Alexandre Medvedowsky s'en est insurgé à la télévision.

Et, plus étrange encore, le préfet aligne ses propos, "on ne pouvait pas laisser sans exécutif Aix, qui fait partie des 10 plus grandes villes de France", sur ceux de Maryse Joissains qui avait réclamé une tenue rapide de l'élection prétextant de fallacieux retards pour les dossiers de la Ville. Drôle de transmission de pensée entre sarkoziens pur jus !

Si Maryse Joissains est plutôt facétieuse, il en est autrement pour le préfet dont on perçoit que la science méconnaît que le mois d'août est une période habituellement sans séances du conseil municipal, sans réunions des commissions d'appel d'offres et où les élus n'assurent que l'intérim formel du maire en vacances.

Et enfin, tentant de dramatiser la gravité de la situation, il use d'un argument censé être aussi imparable que déterminant mais qui… vient démolir tout le baratin. Pour s'en convaincre, il suffit de relire avec attention la seconde partie de la citation ci-dessus.

Pour mettre le paquet, notre préfet, qui se targue de bien connaître la Provence, de l'aimer et de bien s'y sentir, ne recule devant rien. Malheureusement, parfois ça rate. Trop de zèle conduit quelquefois à étaler quelques lacunes de premier niveau scolaire. Non, Aix n'est pas l'une des 10 plus grandes villes de France, elle n'occupe que… le 22e rang.

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 26 juin 2009

"Carnets de campagne" : De l'utilité des mazarinades

Notre jeune auteur, à l'érudition quasi cosmique, grand louangeur de mazarinades, vient rappeler fort à propos certains préceptes du Cardinal. Pendant ce temps, les horloges tournent, mais la ronde entêtée des heures semble déréglée par le tempo abracadabrant des farandoleurs... Ne pas hésiter à laisser un commentaire…

Dix-septième jour :

http://plassans2009.hautetfort.com/archive/2009/06/26/dix-septieme-jour.html

Le site à mettre dans vos favoris : (avec tous les articles)

http://plassans2009.hautetfort.com/

Posté par CASTRONOVO à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 juin 2009

Election municipale : Les armes à gauche…

Voir la première partie à la date d'hier.

Hotel_Ville_bleuContrairement aux annonces d'accord facile sur la composition des listes et les programmes, au PS, des contacts avaient été pris avec les Pezetistes. Des points importants défendus par notre liste ont été mis dans la balance. La mesure phare de la couverture de l'autoroute A51 a été récusée par Alexandre Medvedowsky. Ben, trop pezetiste l'idée. Ambiance vinaigre.

Puis, s'agissant de la participation de certains de nos colistiers, Medvedowsky voulait s'en tenir à des socialistes pezetistes. Cinq noms nous ont été proposés et, parmi eux, pour être n° 2, Noëlle Jouffret (fille du sénateur-maire Félix Ciccolini de 1967 à 1978) et, n° 11, Antony Sette, directeur de notre campagne.

Réunis par Michel Pezet, les colistiers ont demandé une meilleure prise en compte de notre programme et un placement différent dans l'ordre de la liste. Nous voulions deux pezetistes avant la dixième place, en contrepartie de l'abandon de la deuxième et un autre avant la quinzième. Refus complet de Medvedowsky estimant qu'il avait déjà fait assez de concessions. Pour nous, c'était cet ensemble de propositions ou rien. Ce sera rien, à l'unanimité des colistiers.

Peu avant l'ultime phase des discussions, ajoutant une touche proche du cynisme, André Guinde a entrepris de démarcher individuellement auprès de Jouffret-Ciccolini pour tenter de la convaincre d'accepter la proposition de deuxième place en raison de la symbolique liée à son nom. Surprise par cette façon de présenter les choses, et après avoir consulté nos colistiers qui se sont montrés solidaires, Noëlle a opposé son veto et a donc refusé la tentative d'usurpation morale d'un nom respecté à Aix.

Citoyen libre

Pour conclure provisoirement, je souhaite maintenant apporter quelques précisions aux questions que l'on me pose sur mon absence de la liste PS/MoDem. En mars 2008, j'ai fait librement le choix de participer à la liste de Michel Pezet tout en manifestant ma loyauté indéfectible envers Jean-François Picheral.

En parallèle, dans cette logique, ma collègue Danielle Rumani-Elbez et moi-même avons été candidats en nos propres noms à la cantonale d'Aix-Centre. C'est cette candidature, concurrente de celle du postulant PS (même cas de figure que la municipale), qui a été retenue comme motif par l'équipe de Medvedowsky pour refuser ma présence dans l'actuelle liste.

Qu'on le sache, je n'ai pas demandé d'y figurer. Je n'ai exercé aucune pression ni aucun chantage que ce soit. Je n'ai mandaté personne pour parler à ma place et je ne me suis pas vautré pour obtenir quoi que ce soit à n'importe quel prix. Si des personnes ont tenté d'intercéder en ma faveur, je les en remercie mais elles l'ont fait sans que je le leur demande.

La presse s'est fait l'écho de la mise à l'écart de certains anciens élus, elle l'a fait de son propre chef et c'est son droit. Je vais donc le répéter, je n'ai rien revendiqué et je ne revendique rien. Je n'ai besoin de rien, personne ne me doit rien et je ne dois rien à personne. Pour être complet, j'ai été interrogé sur mes intentions. C'est la raison pour laquelle j'avais évoqué ma réflexion sur un engagement, mais à certaines conditions.

Malgré tous les discours enfumants d'union, de rassemblement, d'éponge passée sur les divisions, on voit qu'il n'en est pas tout à fait comme ça dans la réalité. Peu importe. J'avais également indiqué qu'une hypothétique participation de ma part n'aurait de sens qu'à la condition qu'un projet concret soit porté par un rassemblement de personnes honorables (c'est la formule qui a paru dans la presse). Or, l'équipe PS/MoDem a rejeté des propositions du projet de l'équipe Pezet et refusé une meilleure représentation de nos colistiers. Pour l'ultime condition, c'est aux électeurs eux-mêmes qu'il reviendra de dire la conception qu'ils se font de l'honorabilité.

Quant à moi, je n'éprouve aucune acrimonie. Je crois avoir toujours fait mon devoir en accord avec ma parole donnée et mes engagements. Je demeure plus que jamais un citoyen libre et d'expression indépendante. C'est déjà pas mal pour prétendre au bonheur, n'est-ce pas ?

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

mercredi 24 juin 2009

"Carnets de campagne" : Au bonheur de la dame…

Aujourd'hui, notre jeune écrivain se paie la tournée des échoppes électorales pour comparer les soldes. Tout est à vendre… Enfin presque, certains refusent de brader leur âme.

Seizième jour :

http://plassans2009.hautetfort.com/archive/2009/06/24/seizieme-jour.html

Le site à mettre dans vos favoris : (avec tous les articles)

http://plassans2009.hautetfort.com/

Posté par CASTRONOVO à 13:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Municipale : Centrifuge et Centripète sont sur un b…

AVERTISSEMENT : Ce que suit risque de vous donner un début de mal de maire. Alors, deux petits conseils en toute amitié. Si vous décidez de lire cet article jusqu'au bout, arrimez-vous fermement à votre siège et gardez les yeux ouverts, bien sûr…

Hotel_Ville__WEB_rouge_vifA quinze mois de distance, on assiste à de drôles de ballets. A part Maryse Joissains (UMP), qui repart à la bataille avec la même liste car elle ne peut pas faire autrement, tous les autres ont muté. Entre les nouvelles alliances, les séparatistes et les transfuges, on ne s'y reconnaîtrait plus.

De l'équipe François-Xavier de Peretti (MoDem), ont disparu Andrea Ferréol (sans étiquette), Cyril Di Méo, Arinna Latz (ex-Verts), Stéphane Salord (d'abord UDF, puis UMP), Bruno Genzana (d'abord Républicain indépendant, puis UDF, quelques années UMP et depuis quelques mois Nouveau Centre) et Laurent Perallat (ex-Verts), parmi les plus connus.

Di Méo a été réfuté par les écologistes et par Alexandre Medvedowsky (PS) pour avoir rejoint de Peretti en 2008. Salord, fort de sa "victoire" qui nous renvoie aux urnes, éjecté de la liste Joissains l'année dernière, fait sa propre liste sur laquelle figurent Perallat et quatre anciens conseillers municipaux dépités d'avoir été mis à la porte par Joissains en 2008.

Genzana, lui aussi refoulé par Joissains et désormais intégrable nulle part, a fini par retourner dans sa déjà vieille niche comme il l'a toujours fait, non sans être allé auparavant faire la danse du ventre pour quémander des compensations.

De l'équipe Medvedowsky, qui proclamait avoir réussi l'union de toute la gauche (sauf les Pezetistes quand même) et qui adopte maintenant l'union au centre que nous préconisions, tous les colistiers à sa gauche, s'estimant trahis, viennent de mettre les voiles pour lancer leur propre liste dirigée par Nathalie Leconte (PCF).

Quant aux écologistes, qui croient dur comme Verts que le score athlétique de Daniel Cohn-Bendit est reproduisible à Aix, ils ont décidé de constituer une liste autonome avec des Verts conduite par Hervé Guerrera (Partit Occitan).

Mais revenons un instant au PS. Après l'annonce d'André Guinde de vouloir mener la nouvelle liste, un vigoureux bras de fer, agrémenté de joyeuses menaces et de doux chantages, a eu lieu entre Jean-Noël Guerini et Eugène Caselli, le premier soutenant Guinde, le second Medvedowsky.

Ce n'est que quelques heures avant l'assemblée générale socialiste des Milles que la décision a penché en faveur de Medvedowsky, Guinde l'apprenant sur place et recevant un rocher de trois tonnes sur la tête. Guinde s'est alors posé la question de sa participation à la future liste.

Pour mémoire, en juin 2007, Guinde était venu expliquer, dans toutes ses largeurs, à la toute première réunion publique de Michel Pezet et de Jean-François Picheral pourquoi il lui était vraiment impossible d'aller avec Medvedowsky en mars 2008. A l'automne, sur injonction de Guerini, il a rejoint celui qu'il avait vilipendé (le mot n'est pas trop fort) durant l'été.

C'est le même Guinde qui vient de plier l'échine en ravalant ses rêves éphémères. Le PS est uni et apaisé, assène-t-on aux Aixois. C'est à voir. Car c'est un PS aixois incomplet qui fait liste commune avec le MoDem, lui-même moins fourni en personnalités que l'an dernier.

A suivre…

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]