lundi 29 juin 2009

Les défausses de Joissains sur le compte des autres...

joissains_ravi_en_piedElle n'y est pour rien, proteste-t-elle. Non, jamais pour rien. Les défausses de Maryse Joissains sont pourtant monnaie courante. Le Conseil d'Etat la désigne, mais il ne s'agit pas d'elle puisque le CE est composé de magistrats "politiques" qui veulent sa peau.

Le Tribunal administratif annule le contrat de son directeur de cabinet illégalement signé par elle pour dépassement exorbitant de salaires (475.000 euros), mais elle fait appel jurant qu'il n'y a absolument rien d'anormal là-dedans. Le Plan de déplacements urbains est annulé par le T. A. mais c'est bien sûr parce qu'on lui cherche des poux.

Le Plan banlieues aixois prend du retard, puis est retoqué par l'Etat en faillite, c'est bien entendu la faute du fonctionnaire qu'elle a elle-même choisi et qui n'a pas été à la hauteur. Un adjoint siégeant à la Semepa s'arrange pour faire un prix d'ami à sa femme et à un copain joueur de foot, elle n'est pas au courant évidemment et lui fait porter le chapeau ainsi qu'au président de la société.

Pour chaque mauvaise décision, Maryse Joissains se trouve des excuses et tire sur des boucs émissaires qu'elle congédie en grand nombre. Ce ne sont là que quelques exemples parmi les plus criants. Et voici que, depuis le début de la campagne électorale, c'est le retour de la propagande à coups de grosse caisse. Tentant de se poser de nouveau en victime, tract après tract, elle assène une collection de mensonges plus démagogiques les uns que les autres.

Et bien non, l'élection ne va pas coûter 1 million d'euros. Au pire, cela n'atteindra que le quart de cette somme, ne serait-ce que par l'économie (environ 650.000 euros) faite sur les indemnités qui ne seront pas versées aux élus municipaux d'Aix et de la CPA pendant deux mois, auxquels s'ajoutent les sommes non dépensées en train-train des élus pour environ 100.000 euros.

Quant aux frais administratifs pour la tenue de l'élection, ils peuvent être évalués à 200.000 euros. Pour ce qui est des dépenses engagées par les candidats, elles sont pour partie prises en charge par apport personnel et en partie par l'Etat sur les lignes budgétaires prévues à cet effet tout au long de l'année.

Faut-il rappeler que le coût en communication annuelle sous les mandats Joissains a tourné entre 1,5 et 2,5 millions d'euros et les procédures judiciaires à foison de Maryse Joissains à plus de 200.000 euros par an ? Le tout tiré de la poche des Aixois. Alors, pas de chanson, s'il vous plaît ! L'autre tentative de mensonge, proche de la diffamation, concerne l'Office HLM. (Lire article suivant.)

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Office HLM : Les nouveaux bobards de Joissains

Dans un tract électoral mensonger, scandaleux et aussi indigne, l'ex-maire Maryse Joissains prétend que l'Office a été privatisé. Quelle méconnaissance de la loi, que l'encore députée a elle-même votée ! Mais, pour comprendre le contexte, revenons d'abord sur quelques faits. Très récemment, le commissaire aux comptes de Pays d'Aix Habitat s'est vu contraint de pointer la mauvaise gestion, un manque de rigueur et un déficit de 2,3 millions d'euros en 2009.

Quelques temps avant, deux longs rapports de la MIILOS (Mission interministérielle d'inspection du logement social) avaient analysé sévèrement la gestion de l'office. Plus près de nous, Maryse Joissains a cru bon de sortir la grande artillerie, jouant la parodie de l'offusquée pour mieux botter en touche. Il y a des fausses factures à l'OPH, a-t-elle annoncé. Elle est présidente depuis 8 ans et, comme par hasard, elle découvrirait cela maintenant ? Et voilà que, avec l'élection à refaire, elle nous la joue encore une fois "c'est-pas-moi-c'est-l'autre".

         

affiche_OPH

(Merci à mon ami Philippe Denis pour la réalisation de cette pépite)

       

Un tract fumeux

à Le titre : "Pour l'honneur d'une ville !" Les grands mots pour masquer les gros échecs !

à Le sous-titre : "L'office HLM a été privatisé par M. Medvedowsky". Ah bon ? On fera d'abord remarquer que la lettre "P" de OPHLM, puis OPAC et maintenant OPH veut dire "public". Par quel tour de magie peut-on affirmer que c'est privatisé ?

à Les directeurs : Maryse Joissains fait l'aveu d'un "échec sur les problèmes de proximité". En réalité, il n'y a pas que cela. Tout l'OPH marche sur la tête. Car s'il y a bien eu 5 directeurs, il n'y a eu qu'une seule présidente, et c'est son échec personnel. La nouvelle directrice (la 6e) est "chargée de restructurer l'office et de mettre fin aux dysfonctionnements reprochés par les locataires". Faudrait savoir. Maryse Joissains avait déjà dit la même chose pour le précédent directeur aux commandes pendant trois ans.

Le 19 juin, dans La Provence, elle remettait le couvert : "Il y a un dossier sur lequel je vais m'engager personnellement : les HLM, qui ont été gérés de façon artisanale et qui vont être remis en ordre de marche par la nouvelle directrice. Je pense que les Aixois ont compris que ce n'est pas moi le directeur". Etrange affirmation, on va le voir. Cela veut quand même dire que l'Office est hors service. Et comment donner crédit aux mots de conclusion du tract : "Ces engagements, je les prends solennellement et personnellement. Vous me connaissez tous, je tiens toujours mes promesses, même s’il me faut parfois du temps."

à La loi : Là, c'est le bouquet, la crédibilité de Maryse Joissains en prend un coup. Démonstration avec le rappel des évolutions de la législation. Les OPHLM ont été créés en 1912. Les OPAC ont été institués en 1971. La structure aixoise est passée du statut d'Office public à celui d'Office d'aménagement et de construction le 11 mai 2000, sous la présidence d'Alexandre Medvedowsky délégué par le maire Jean-François Picheral.

joissains_depute_godillotSi Maryse Joissains a connu cet ancien statut, elle a aussi étrenné le nouveau. Et c'est là que se situe son imposture. Par la loi du 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement, votée par scrutin public par notre députée le 31 janvier 2006, les statuts OPHLM et OPAC ont été unifiés sous le même nouveau statut d'Office public de l'habitat (ordonnance du 1er février 2007 et décret d'application du 18 juin 2008). Alors, ne saurait-elle pas ce qu'elle vote en n'allant qu'une fois par mois à l'Assemblée ?

Au-delà des changements d'appellations, le mot "public" a été sciemment conservé pour signifier la confirmation des missions de service public du logement social. Cette refonte a aussi modifié la répartition des compétences entre le conseil d’administration, son président et le directeur général : le directeur général dirige l’activité de l’office dans le cadre des orientations générales fixées par le conseil d’administration.

Or, Maryse Joissains feint de ne pas avoir de responsabilité en matière de politique du logement et de fonctionnement de l'office. Pourtant, par la loi, elle en a été présidente de droit en tant que maire et elle a toujours nommé et même révoqué des directeurs.

Le directeur n'est pas vraiment indépendant et ne peut donc pas faire ce qu'il veut. Placé sous la responsabilité du président, il est obligé de suivre les grandes orientations fixées par ce dernier et le conseil d'administration dans lequel la collectivité est désormais majoritaire. Dans son tract, Maryse Joissains ne dit pas autre chose : "Sur ma proposition, le conseil d’administration a voté pour un nouveau directeur". Et dans La Provence : "Je vais m'engager personnellement sur le dossier des HLM".

Elle joue donc sur les mots, lorsqu'elle déclare : "Ce qui signifie que ce n'est plus le maire qui gère mais un directeur. Le conseil d'administration que je préside est composé de 21 membres dont 8 élus et s'implique uniquement dans les grandes orientations." Faut-il insister davantage sur les propos contradictoires et délirants de Maryse Joissains ? Est-ce vraiment cela l'honneur dont elle prétend encore vouloir se draper ?

Petit historique de la gestion Joissains :

"Logement : Les bobards honteux de Maryse Joissains" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/01/05/7449520.html

"Pays d'Aix Habitat : Joissains reponsable de la faillite" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/02/04/12357657.html

Posté par CASTRONOVO à 00:05 - - Commentaires [4] - Permalien [#]