vendredi 19 juin 2009

L'union PS / MoDem vue par "Tribune du Sud"

Nul n'ignore la recette, une campagne électorale, ce ne sont pas que des slogans, une communication cadrée ou les informations filtrées livrées par les candidats aux électeurs. Il se passe extrêmement plus de choses en coulisses pour la préparation des stratégies, des programmes et des listes.

Dans de prochains billets, je vous raconterai quelques péripéties sur les tractations pour les alliances, les positions, les exigences et les compromis des divers camps, et parfois les renversements de situations.

Au PS / MoDem, la réalité, c'est que les discussions sont loin d'être terminées et la liste n'est pas bouclée, quoi qu'on en laisse paraître. Si elle n'est pas encore communicable, c'est qu'elle n'est pas forcément satisfaisante. Ça pourrait bouger par le fait des va-et-vient entre les diverses composantes de la liste et à l'intérieur de chacune d'elles.

Passée la première mouture, des rapports de force se mettent en place pour faire accepter soit un peu plus de programme, soit de nouveaux positionnements dans l'ordre de la liste, quand il ne s'agit pas de rayer des noms pour en ajouter d'autres. C'est ce que l'on appelle le jeu du poker menteur. J'y reviendrai.

            
Le point sur les listes en présence :

A l'heure actuelle, les listes probables sont :

Extrême gauche, PS / MoDem, Ecologistes, Salord, UMP, pas d'Extrême droite.

---------------------------------------------------

logo_tribune_du_sudIl est toujours bon de croiser plusieurs points de vue. Voici donc le début de l'article de Mickaël Penverne paru dans "Tribune du Sud" hier jeudi 18 juin 2009.

Aix : une vraie-fausse alliance

Alexandre Medvedowsky, pour le PS, et François-Xavier de Peretti, pour le MoDem, ont officialisé hier (mercredi) leur alliance pour essayer de conquérir l’hôtel de ville. Le tout par une chaleur écrasante et dans une belle langue de bois.

Premier point : le choix de Medvedowsky comme tête de liste s’est imposé sans heurt. André Guinde a reconnu avoir fait acte de candidature à la candidature mais, "après avoir longuement" réfléchi, il s’est retiré. Le "moment de déception" passée, il s’est "naturellement" rangé du côté de ses "amis". Désormais, tout va bien : "Dans une famille, il existe toujours des tensions. Mais la dynamique reprend toujours le dessus. Il ne manquera pas un militant pendant cette campagne". A l’écouter, la section aixoise fait bloc et son éviction est passée comme une lettre à la poste.

Pourtant, une missive de Bernard Pawlak tend à démontrer le contraire. Dans une "lettre ouverte", le trésorier de la section d’Aix adresse un "carton rouge" aux "arcanes du parti" : "La manière dont s’est passée la désignation de la tête de liste pour les municipales est une source d’interrogation, voire d’inquiétude, pour la vie de la section après les élections et ce, quelque soit le résultat (…). Comme tous les militants, je prends acte de la candidature d’Alexandre. Cela n’aurait pas été mon choix, s’il y avait eu vote." Ambiance. "Dans une famille, il existe toujours des tensions."

Deuxième point – développé surtout par Medvedowsky : il ne s’agit pas d’une alliance PS-MoDem mais d’un simple accord entre deux hommes, qui n’engage donc pas leurs formations politiques respectives. Une précaution sémantique qui vise à empêcher de tirer une conclusion sur un éventuel changement de stratégie du PS. Le Parti socialiste reste à gauche, qu’on se le dise.

Sauf qu’hier, de Peretti a pris un malin plaisir à brouiller les cartes en parlant d’une "volonté de construire ensemble sur le moyen et le long terme, c’est-à-dire pour les élections cantonales et régionales". Ajoutant dans un demi-sourire : "On entre dans une nouvelle ère politique." Sueur froide de Medvedowsky qui a tenté de corriger le tir : "Si on arrive à faire vivre un nouvel état d’esprit, l’équipe sera à même de débattre des enjeux du pays d’Aix." Et seulement du pays d’Aix, qu’on se le dise (bis).

Après une heure de conférence de presse, on n’apprendra rien de plus. Rien sur les colistiers, ni même le nom de la liste. "Elle est bouclée mais pas encore communicable", a conclu Medvedowsky. Sans rire.

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [16] - Permalien [#]