Voir début du dossier lundi 4 mai et jours suivants

Hier, troisième réunion des habitants du quartier, sur la place publique cette fois-ci. Et toujours la même mobilisation. La pétition lancée par le collectif de Beisson suit son cours. Elle a déjà recueilli de très nombreuses signatures. Le but : les adresser à la secrétaire d'Etat, Fadela Amara, ainsi qu'aux institutions. C'est sans doute ce qui a fait réagir la mairie.

Comme on l'avait imaginé, les propos tenus la semaine dernière en assemblée ont aussitôt été "rapportés" en haut lieu façon RG. Mais, tant mieux. La preuve, Maryse Joissains s'est fendu d'une note (sur papier beige gaufré) livrée directement par porteur (ou "rapporteur" si l'on préfère) dans les boîtes aux lettres des immeubles. Enfin, pas toutes, allez savoir pourquoi.

Le texte de cette note (pas une lettre, non, non, une "note") reprend les différentes étapes dudit dossier de rénovation, désormais connues par les habitants. La surprise, c'est le ton employé en début et en fin du message. Sous des formules allusives, quelques phrases sont censées pointer du doigt "des personnes ayant des intérêts particuliers à inquiéter la population" en s'appuyant sur des "rumeurs insidieusement distillées par des individus notoirement malveillants". Et, tant qu'on y est, hein, pourquoi pas des terroristes cagoulés ? Quelle délicatesse ! Ou plutôt, quel délire !

Rendez-vous compte, "des personnes ayant des intérêts particuliers à inquiéter la population" : on affirme sans sourciller que des manipulateurs s'avisent d'apeurer leurs semblables pour de mystérieuses motivations. Et qui sont donc ces "individus notoirement malveillants" ? Essayons de décrypter. Ce sont tout simplement des habitants préoccupés par le sort de leur quartier.

Mais, il y a mieux que ces allégations aussi vaseuses qu'indignes.

Une expression à peine codée entend dénoncer également "la diffusion de fausses rumeurs sous forme de messages sur site internet". Jusqu'à preuve du contraire, à la date lisible sur la note, seul mon blog a publié des informations sur la situation de Beisson. J'en conclus que Maryse Joissains me vise directement sans oser écrire mon nom. Mais peu importe.

En revanche, je suis fort navré d'avoir à la contredire par cet écran interposé, mais je signale que les articles que j'ai produits s'appuient sur des faits, illustrés par des documents, facilement vérifiables puisque tirés des décisions du conseil municipal. Je ne vois pas où sont les "fausses rumeurs". Je persiste donc et je signe.

beisson_note_habitants_joissains

(Clic sur l'image pour agrandir)

La "note" de Maryse Joissains aux habitants de Beisson

NB : Pour mémoire, contrairement à ce qu'écrit Maryse Joissains, la toute première décision votée au conseil municipal faisant état du projet ANRU date de décembre 2005. La date de 2007 évoquée par elle est celle du dépôt du dossier. Pourquoi avoir attendu plus d'un an ? Depuis, malgré les déclarations du président de la République qui s'était engagé à consacrer les crédits nécessaires à la rénovation urbaine, les financements ont fondu et le dossier aixois n'a pas été retenu. Et c'est en novembre 2008 que le nouveau dossier remanié a été présenté au conseil municipal pour être déposé en janvier 2009. Lors de cette séance, Maryse Joissains s'était déclarée "modérément optimiste" quant à la validation par l'Etat de cette nouvelle demande. Attendons la suite.

Vraies rumeurs : En langue correcte, il faut dire "quelle que soit l'issue…" et non "quelque soit l'issue…", et "En aucun cas, il ne s'agit de…" et non "En aucun cas, il s'agit de…"