marseille_gaudin

(Clic sur l'image pour agrandir)

Une des photos en simulation virtuelle du futur Vieux-Port

Un coup, ils partagent le repas. Un autre, ils se dévorent le foie. Sans jamais lâcher les couteaux sous la table. Depuis que la gauche a ravi la Communauté urbaine de Marseille à la droite, il a fallu de longues palabres pour trouver un chemin d'entente forcée. Marseille Provence Métropole a validé un certain nombre de demandes de Marseille et la Ville a fait des concessions à la Communauté.

Malgré les aides financières de MPM et du Conseil général, Jean-Claude Gaudin a été obligé d'augmenter les impôts pour faire vivre quelques projets et surtout survivre un peu politiquement. Jean-Noël Guerini s'est lancé dans un plan de relance pour Marseille et le département, voté à l'unanimité. Eugène Caselli en a fait autant avec une large majorité.

Entretemps, une polémique a failli mettre à mal le consensus obtenu pour Marseille Provence capitale européenne de la culture en 20013. Renaud Muselier, humilié par ses défaites successives et privé de tous les leviers de commande a fait son malin en lançant l'idée d'un guichet marseillais des projets. Tollé immédiat. Le Conseil régional, le Conseil général et d'autres collectivités et institutions ont fait paraître un énorme communiqué dénonciateur pleine page dans la presse. Jean-Claude Gaudin a remis un peu d'ordre en désavouant à demi-mot le gaffeur et a proclamé l'unicité de guichet pour Marseille 2013. Ouf ! Cela semble réglé.

Pourtant, dans ce dossier comme dans les autres, c'est à qui assurera la meilleure propagande pour sa propre pomme. En effet, ces derniers jours, Guerini, Vauzelle et Gaudin font la bataille d'encarts auto-promotionnels via la presse. Chacun y va de ses formidables initiatives et décisions qui vont évidemment nous faire aimer notre bonheur.

Mais, il y a plus fortiche. Si, si. Je vous raconte. Samedi, étant en visite familiale à Marseille, je découvre une belle enveloppe siglée en bleu "Ville de Marseille, le Maire". Avec, à l'intérieur, un courrier de quatre pages en quadrichromie, une lettre signée Gaudin "Madame, Monsieur, bala bla bla" et de belles photos du futur centre ville de Marseille. Les propos signalent à peine les participations financières croisées des autres collectivités et, en dernière page, ne figurent que les logos marseillais.

Bravo, bien joué, Gaudin ! Une lettre circulaire faussement individuelle directement glissée dans la boîte aux lettres de tous les Marseillais, c'est tellement plus personnel et ça donne l'impression que la dépense est minime. Et puis, tant d'images en simulation virtuelle, n'est-ce pas le meilleur moyen de faire rêver à domicile ? D'ailleurs, des rencontres sont annoncées pour soumettre les projets à la population. Mais, à quoi bon, pourrait-on penser, tant l'affaire semble ficelée et déjà comme réalisée.

Peu importe, tous les coups sont bons pour ramener à soi la couverture. Vauzelle, Guerini et Caselli vont-ils relever le gant et riposter à la provocation ? On bout d'impatience. Ce serait aussi 'ach'ment balèze !