mercredi 1 avril 2009

Pour Le Point, Sophie Joissains rime avec destin (2)

le_point_aix_sophie

A lire la page et demie consacrée à Sophie Joissains dans le numéro "Spécial Aix" du Point, on peut se demander si Drucker et/ou Delarue ne seraient pas passés par là. En tout cas, certaines phrases semblent dégager une impression d'hagiographie plutôt bienveillante. A d'autres moments, plus nombreux, c'est l'aspect victimaire qui prend le dessus.

Ainsi, les événements judiciaires des années 80 qui ont touché la famille Joissains - elle-même à l'origine de ses déboires, faut-il le rappeler - sont de fait présentés par chaque membre comme une suite de complots dirigés initialement contre Alain Joissains qui était devenu maire d'Aix en 1978 et qui n'avait pas pu se représenter en 1983.

Sophie dit : "A l'adolescence, j'ai vécu ce qu'elle pouvait offrir de pire : la trahison, la bassesse, l'hypocrisie". Et plus loin : "Mon père a été lâché et trahi par ses alliés, les amis changeaient de trottoir". Concernant sa mère : "En 2001, on comprend qu'Alain veut reconquérir le fauteuil de maire. Maryse et moi ne voulions pas qu'il prenne de nouveaux coups. D'une certaine manière, Maryse s'est dévouée, elle s'est présentée pour le protéger".

Certes, certes, quelles que soient les circonstances, nul ne contestera le fait qu'une famille puisse faire corps. En 2001, la doctrine a été poussée jusqu'au recrutement d'Alain et de Sophie auprès de Maryse, ce que d'aucuns ont vite traduit en "clan Joissains", une expression qui court les rues d'Aix et que le magazine n'hésite pas d'ailleurs à reprendre à son compte pour titrer l'article.

Passons maintenant à l'itinéraire de Sophie elle-même. L'hebdo publie deux photos d'elle adolescente. Cela fait penser aux reportages sur Maryse qui revenaient sur ses années de jeunesse, photos familiales et personnelles à l'appui. L'histoire se répèterait-elle donc ? Veut-on nous montrer un même parcours, de mêmes étapes, jusqu'à cette élection au Sénat, signe annonciateur d'un éventuel destin municipal ?

Il y a bien du Delarue là-dedans. Tout y est, déboires judiciaires du père, complots, trahisons, mort du grand-père, sens du combat, revanches, maladie de Sophie qui laisse entendre que cela aurait arrangé certains ("Là, j'ai revu la chienlit, nos soi-disant amis qui espéraient que ni Maryse ni moi ne nous relèverions.")

Faits dramatiques ou pas, sont énumérés bon nombre d'ingrédients faisant appel à ce syle d'affect que la télévision scénarise pour en faire toute une histoire que le public est prié d'applaudir.

Quelle est donc l'étoile de Sophie ? L'article interroge : "Reste la grande question : sera-t-elle candidate à la mairie en 2014 ?" Selon Sophie, Maryse n'a pas dit son dernier mot. Et la fille de raviver ce qui tient lieu de maxime familiale : "Je ne désespère pas, un jour, d'obtenir une révision du procès de mon père". Attendons…

Voir aussi mes articles :

Interview de Sophie Joissains par "Le Ravi" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/12/20/11810512.html

Réponse de Maryse Joissains concernant Sophie :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2009/03/09/12882701.html

Posté par CASTRONOVO à 00:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]