OPAC_audit

(Clic sur l'image pour agrandir)

Le 2e rapport de la Miilos de mars 2008 (50 pages)

Après les annulations successives par le Tribunal administratif du contrat JCDecaux relatif à la signalisation commerciale, du Plan de déplacements urbains (PDU) et du contrat de directeur de cabinet d'Alain Joissains, un nouveau document tombe sur la place publique et vient mettre à mal la gestion Joissains. L'objet : la situation désastreuse de l'Office Public de l'Habitat. 

La série ne s'arrêtera pas là car on attend aussi la publication prochaine du rapport sur Aix par la Chambre régionale et territoriale des comptes. Enfin, d'ici peu, je dévoilerai sur ce blog la teneur presqu'aussi inquiétante d'un audit sur une autre structure publique, qui n'a jamais été publié mais que je me suis procuré.

Mais, pour l'instant, revenons donc aux mécomptes de l'OPH. Cette fois-ci, dans un rapport de quinze pages, c'est le commissaire aux comptes de l'office qui met carrément les pieds dans le plat en déclarant la faillite de l'organisme lors du conseil d'administration qui s'est tenu le 29 janvier.

Pourtant, deux rapports volumineux de la Mission interministérielle d'inspection du logement social (Miilos), qui ont mis du temps à nous être communiqués, avaient déjà dressé un tableau apocalyptique de la gestion de Maryse Joissains.

Le maire d'Aix, mais aussi présidente de l'OPH, a toujours minimisé la catastrophe. Pendant l'élection municipale, elle a même diffusé un document de campagne, véritable tissu de bobards destiné à tromper les électeurs.

Par ailleurs, et pour rappel, car cela est étroitement lié à ce même dossier, il est à noter que nous en sommes maintenant au recrutement d'un 6e directeur en sept ans, en l'occurrence la directrice qui officiait au CCAS.

On attend aussi avec impatience des explications claires sur les deux cambriolages similaires et rocambolesques d'ordinateurs contenant les listings des attributions de logements. On connaîtra peut-être un jour quels ont été les heureux bénéficiaires de logements à la tête du client, dont des élus et des proches de la mairie.

Et puis, le silence sera-t-il brisé pour nous dire enfin la vérité, toute la vérité, rien que la vérité sur l'origine et le parcours de l'énigmatique enveloppe contenant des informations confidentielles, frauduleusement sorties du fichier de police STIC, concernant la personne de l'ex-directeur et déposée dans la boîte aux lettres du domicile de Maryse Joissains ?

Y a-t-il un lien de cause à effet avec les très longues négociations sur les conditions d'indemnisation qui ont précédé le "vrai-faux" licenciement du directeur finalement reclassé au sein de l'office ?

Cerise sur le gâteau, il ne faudrait pas oublier que la présidente a fait construire un nouveau siège de l'OPH pour 3M€... sans avoir revendu l'ancien !

Mais passons aux dernières révélations.

Ce que dit le rapport du commissaire aux comptes

Face à la dégradation économique très importante des comptes de l'Office Public de l'Habitat, qui gère 5.468 logements avec 5.000 demandes avec attente de 4 ans, le commissaire aux comptes a été dans l'obligation de déclencher des procédures d'alerte, d'abord phase 1, puis phase 2, mettant en avant des observations qu'il qualifie de "graves".

En voici les éléments essentiels :

Ÿ 2,3 M€ de perte estimée pour 2008

Ÿ 4,7M€ de solde prévisionnel négatif de trésorerie

Ÿ la marge d'autofinancement de l'office public est déficitaire de -1,7M€ en 2007, et même -2,1M€ si l'on tient compte des charges récupérables non récupérées auprès des locataires, ce niveau étant à comparer à celui de la moyenne des offices qui est positif de +10,2%

Ÿ une très forte progression des effectifs alors que le patrimoine est resté stable

Ÿ les frais de personnel ont augmenté de 50% entre 2003 et 2007

Ÿ les coûts globaux de structure ont grimpé de +88% pour la même période

Ÿ les impayés sont le quadruple de la moyenne nationale, 3,9% contre 1%

Ÿ une dégradation prévisonnelle pour la période 2008 à 2017

Dans son rapport, le commissaire aux comptes a fait une série de préconisations de redressement tout comme l'avaient fait les rapports de la Miilos, qui n'ont pas été suivis malgré les engagements par écrit de Maryse Joissains !

Résultat : l'OPH est à présent au bord du gouffre. Les familles à faibles revenus qui espéraient trouver un logement social à prix abordable vont devoir attendre encore longtemps.

Maryse Joissains pourra affirmer ce qu'elle veut, les faits concrets mis au jour ici la contredisent sans rémission. En tant que présidente de l'office, elle est bien la seule responsable de cette catastrophe.

Lire ou relire mes articles sur les désastres de l'OPAC :

(du plus ancien au plus récent)

"Bilan : A Aix, le logement, c'est le néant !" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2007/02/10/index.html

"Les bobards honteux de Maryse Joissains" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/01/05/7449520.html

"Logement, toujours aussi OPAC…" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/07/07/9837489.html

"OPAC Pays d'Aix Habitat : La folle saga continue…" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/09/12/10550288.html

"OPAC : Le Ravi nous en dit encore plus" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/09/12/10550373.html

"La saga OPAC" :

http://castronovo.canalblog.com/archives/2008/10/20/11019726.html